Jump to content

Bienvenue sur les Forums Mangas France.

Lors de votre inscription, merci de vérifier vos SPAMS. Le mail de confirmation y va à quasiment à chaque fois.

 

Pour lire vos mangas préférés, une seule adresse :

SCANTRAD FRANCE

Bon surf sur nos forums !



Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 01/08/20 in all areas

  1. 4 points
    Plus sérieusement... C'est une hypothèse un peu extrêmisée, mais qui n'est pas à exclure pour autant. Le ressort des poneys magiques permettrait logiquement à Riboku de foncer vers Gyou. J'apprécie la fin de Houken, en particulier avec la manière donc Hara a approfondi le personnage. Je ne l'apprécie pas, mais son background se tient. Comme je l'avais déjà dit, il est "vide" à l'instar d'un Hody Jones dans One Piece, et c'est sur ce vide que joue l'auteur de manière un peu paradoxale. J'espère qu'on va pas avoir une ellipse nous montrant Shin au réveil. Là, la grosse pause plus le cliff rend cette hypothèse assez probable ! J'espère voir à l'action Ten, Mouten, Ousen, ses généraux... dans l'objectif de stopper Riboku. C'est l'objectif de l'armée d'Ousen sur ces plaines !
  2. 2 points
    de plus je rappelle que batei est en combat et bnj est de l autre cote du champs de bataille a courser ousen et rbk s est barre comme ca ... on va pas nous sortir le coup que tout etait prevu ? si batei se desengage il est mort car shiryu ou sou'ou le rateront pas accordons que bnj passe ... il va arriver contre 50000 hommes qui sont frais ... et le clans zeno et raido pourront le tenir ... car kanki n est pas un lapin de 6j ... soit il sera tenir en attendant les renforts ... soit il aura piege le terrain ... il est pas la depuis 15j a juste siroter tranquille ... il a l ame bandit et je suppose qu il sait se defendre des attaques dans le dos ^^
  3. 2 points
    Yoda nouveau roi. Phase finale Huitièmes de finale Quarts de finale Demi-finales Finale Obi-Wan Kenobi 35 Jyn Erso 5 Obi-Wan Kenobi 47 Qui-Gon Jinn 8 Qui-Gon Jinn 32 Général Grievous 6 Obi-Wan Kenobi 52 Han Solo 12 R2-D2 13 Han Solo 26 Han Solo 31 Mace Windu 21 Mace Windu 35 Comte Dooku 20 Obi-Wan Kenobi 31 Yoda 34 Yoda 37 Leia Organa 3 Yoda 25 Dark Vador 21 Dark Vador 53 Palpatine 3 Yoda 46 Luke Skywalker 16 Dark Maul 26 C-3PO 12 Match pour la 3e place Dark Maul 14 Luke Skywalker 28 Luke Skywalker 36 Han Solo 22 Padmé Amidala 19 Luke Skywalker 38 Finale 3éme place
  4. 2 points
    Je spoil parfois les séries / films dont il est question. 18. Meilleure Série Drama 2019 1. Chernobyl : 4,75/5 Elle fait 5 épisodes ce qui la rend rapide à regarder, il y a des personnages que l'on ne voit pas énormément, et pourtant l'accroche émotionnelle est intense. Le côté visuel et sonore rend la tension d'autant plus pressente, et la densité des épisodes fait qu'on n'en détourne pas le regard jusqu'à la fin. J'ai été très impressionné, et il me semble que ce type de séries au format cours peut avoir de beaux jours devant lui. Effectivement, Jared Harris était une fois de plus excellent, ça fait plaisir de le voir un peu plus dans un rôle de 'gentil' après The Terror, parce que auparavant il était surtout cantonné aux rôles d'antagonistes (en tout cas dans les œuvres que j'avais vu). 2. Mindhunter (saison 2) : 4/5 Je l'ai trouvé meilleure que la saison 1, grâce au fait qu'une bonne partie de la saison se soit concentré sur une affaire spécifique. Ce ne fut pas sans rappeler le film Zodiac, mais dans un format plus long. J'aime beaucoup quant il y a une proximité avec la manière véritable dont se sont déroulé les événements, ça permet d'éviter pas mal de raccourcis de scénario, d'éléments improbables ou autres. A noter que, si "l'intrigue" parallèle concernant la femme était absolument sans intérêt -j'ai d'ailleurs souvent passé en avance rapide-, celle du coté du flic expérimenté était excellente. Cette saison s'en sort donc mieux que la précédente de ce point de vue, puisque je n'avais pas du tout accroché à l'intrigue amoureuse du perso principale dans la saison 1. Et bien sur, la saison ne passe pas à côté la présentation de plusieurs interviews de tueurs en séries, qui sont tout le temps finement écrites (il me semble qu'au moins certaines d'entre elles sont très proches de la réalité), et les acteurs sont impressionnants. J'avais vu cette saison 2 et deux jours il me semble, je l'ai beaucoup apprécié. Curieux qu'il n'y ai eu que 9 épisodes par contre. 3. Mr Robot (saison 4) : 3,75/5 La saison 4 a su conclure l'ensemble de ses intrigues, en faisant même revenir certains personnages au cours des deux derniers épisodes alors que l'on n'avait plus vu depuis fort longtemps (sauf Gideon Goddard, un peu dommage). J'ai trouvé cette saison satisfaisante sur bien des points, que ce soit l'intrigue autour de Vera alors que c'était clairement pas gagné, le rôle de la psy, la conclusion avec Dom, les divers révélations, etc. Le seul point qui ne m'a pas convaincu, c'est la chute de Whiterose et du groupe Deus en général, qui est bien trop simple. Il n'y a tout simplement pas d'explication de pourquoi Elliot ne connaissait pas ce groupe dès la saison 1, alors que son objectif était pourtant de faire tomber les 1% des 1%, et que bien qu'apparemment secret le groupe Deus n'est quand même pas si caché que ça. Au final ça donne l'impression qu'Elliot aurait pu les faire tomber dès la saison 1, ça manque tout de même d'ampleur. 4. True Detective (saison 3) : 3,5/5 La saison 3 ressemble par beaucoup de côté à la saison 1 : on a un duo de flic, on a une narration sur plusieurs époque, on a une enquête sur des crimes, etc... Peut être qu'après les critiques sur la saison 2, le scénariste a voulu revenir aux fondamentaux qui avaient fait le succès de la première saison. Reste que, si cette saison 3 a indubitablement des qualités (la performance de Mahershala Ali est remarquable, l'histoire est prenante, l'intrigue est résolue, etc), je la placerai malgré tout en deçà de la saison 1. 5. The Capture : 3,25/5 Je me suis lancé dedans vu que c'est la seule série non américaine qui avait été nominée dans les awards à ce moment, et j'ai bien aimé. Elle n'est pas sans rappeler Bodyguard, qui est également une série anglaise de quelques épisodes, sortie l'année d'avant. Ca m'étonnerai pas qu'ils aient constatés son succès et ai décidé de renouveler l'expérience. 6. When They See US : 3/5 Je l'ai commencé parce que c'est la deuxième série 2019 la mieux notée sur Allocine, et que son format cours aide à la voir rapidement. Les épisodes sont de qualités assez diverses, j'ai trouvé le premier épisode plutôt moyen à cause du côté caricatural des arrestations. D'un côté je me dis que ça ne peut pas s'être passé ainsi tellement c'est dysfonctionnel, d'un autre côté je ne connais pas du tout l'affaire donc après tout pourquoi pas. Le dernier épisode était par contre excellent. Et il y a quelques scènes fortes dans la série. Après, heureusement qu'elle ne faisait pas plus de 4 épisodes, parce que c'était des épisodes longs (entre 1h et 1h30) donc au final la longueur de la série correspondait pratiquement à une saison de 8 épisodes. A noter que je ne connaissais rien de cette histoire, le contexte doit se prêter beaucoup mieux à la population états-unienne. L'avantage de ce type de série, c'est qu'elle m'encourage à m'informer sur le sujet. Petit détail : j'ai l'impression que la police d'écriture utilisée pour le titre de la série est pratiquement la même que celle dans The Last of Us. 7. Euphoria : 2/5 J'ai vu le premier épisode et ça m'a pas convenu donc j'ai arrété là. Il est plutôt évident que la série a des qualités, mais c'est pas mon style. -. Succession (saison 2) : ?/5 Pas vu. Pour les autres séries dramatiques non présentes dans le groupe : - Poupée Russe : 3,5/5. Autant dire que le pitch de base du scénario est du déjà vu. Le film Happy Birthdead (2017) a un scénario extrêmement proche de cette série, et le thème de la journée en boucle temporel ou aussi été exploré par des films comme Un Jour sans fin ou Edge of tomorrow. Ca reste le type de scénario dont j'aime bien le pitch de départ, mais à force de voir ce même thème exploré ça devient un peu lassant. D'ailleurs, pendant l'épisode 3, je me disais que ça ramait quand même pas mal comme série. Malgré la faible longueur des épisodes, ce qui fut un argument de poids pour me faire continuer le visionnage (en tout la saison 1 dure moins de 2 heures, donc ça passe), j'ai trouvé que la série mettait beaucoup de temps à se mettre en place. Au final, ce n'est qu'à la fin de l'épisode 3 que j'ai trouvé que les choses devenaient enfin intéressantes. Après ça, je n'ai pas décroché de cette série et j'ai apprécié le parcours des personnages principaux. - La frontière verte : 3/5. Je me suis lancé dans cette série complètement au hasard, l'affiche m'avait plu. Je ne connaissais absolument rien de l'histoire. Il se trouve qu'après un début plus que correct, qui pose les débuts d'une enquête criminel dans le paysage naturel et mystique de la forêt amazonienne, le rythme devient lent car la série semble miser sur l'aspect sensoriel. Les acteurs ne surjouent clairement pas, sans que ça soit mauvais d'ailleurs, et ce qui prime c'est de mettre le spectateur dans l'ambiance. J'ai trouvé cette saison pas mal, sans plus. Ce n'est pas le type de série que je continuerai, sans regretter d'en avoir vu la première saison. Par contre, qu'est-ce que c'est que cette fin... J'ai du vérifier que c'était bien le dernier épisode de la saison, tellement ça arrive comme un cheveu sur la soupe. - The Terror saison 2 : 2,25/5 : Bof. L'ambiance était au départ réussit, le changement de contexte avec les soldats sur le terrain permettait de diversifier le visuel tout en n'abaissant pas la pression, mais ça s'essouffle assez vite sur le camp et ne dure pas assez longtemps sur la guerre, en plus les deux derniers épisodes sont limites HS. Le côté mexicain aurait pu être très efficace car désertique, mais ça n'a pas été exploité. Et en dehors de ça, même si l'histoire de la 'méchante' était sympa à suivre, il n'y a rien d'extraordinaire non plus de ce côté là. L'histoire globale devient même ennuyante sur la fin, la saison aurait du faire 6 ou 8 épisodes tout au plus pour être réellement captivante. Je ne comprend pas pourquoi elle a été autant étirée, en particulier pour les deux derniers épisodes. C'est quand même dommage de ne pas avoir très bien réussis le côté horreur quant on sait ce que les films d'horreur japonais sont capables de faire, sur ce point la série souffre clairement de la comparaison (dommage vu qu'elle s'appelle the terror). - Warrior : 2/5. Le premier épisode fut plutôt solide. Il y a une certaine densité dans les intrigues présentées, ce qui donne un rythme relativement soutenu. Mais il y a également de petites facilités d'écritures, qui font que certains éléments d'intrigues vont trop vite (le héro qui rempli son objectif ultra vite, son premier combat qui fait bien forcé, etc). Les combats sont pas trop mal, mais j'en aurais peut être attendu un peu plus, je sais pas. Après trois épisodes, j'ai pu dire que je n'étais pas vraiment rentré dans l'univers de la série, qui a des qualités mais ne m'accroche pas particulièrement. Il y a quelques autres séries, mais j'ai la flemme de continuer, le message est assez long comme ça. 19. Meilleur Film Drama 2019 1. Le Chant des Loups : 4,25/5 Film français qui avait un peu fait parlé de lui à sa sortie, à raison. Ses notes sur Allociné sont excellentes et je les rejoint. J'ai été tenu en haleine du début à la fin, c'est le signe d'un bon film de tension. Le contexte de guerre froide atomique du film est parfait pour mettre de la tension. Il y a quelques éléments qui m'ont fait soulevé un sourcil, mais c'est tellement mineur en rapport aux qualités du film que ce n'est pas ce qui en reste à la fin. En plus, ça se voit qu'il y a eu un réelle recherche sur le fonctionnement dans les sous-marins. Le réalisateur a de toute évidence eu accès à beaucoup d'informations, voir de logistiques. 2. The Favorite : 4/5 Au vu du n'importe quoi de la liste Allociné pour les meilleurs films 2019, je vais plutôt prendre celle de Senscritique. Ca tombe bien, j'avais repéré La favorite depuis un moment déjà, c'est l'occasion de voir enfin ce film qui a reçu de bonnes critiques. Bien que le film soit sortie en 2018 dans certains pays, il est arrivé début 2019 en France. Autant je n'étais pas convaincu que le film me plairait, autant j'ai accroché très rapidement ce qui a bien vite dissimulé mes doutes. Ce genre d'intrigues dans ce contexte de cours de la reine, avec de bons acteurs et un budget à la hauteur, capte l'attention qui reste jusqu'à la fin. Le personnage joué par Emma Stone sort du lot, mais les interprétations des trois héroïnes principales sont toutes excellentes. Je comprend tout à fait les excellentes critiques que le film a reçu. Petit bémol : la fin m'a laissé sur ma faim. C'est surement fait exprès. Du coup, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller me renseigner sur cette période, et de voir comment se conclue toute cette affaire. 3. The Lighthouse : 4/5 Je n'avais pas entendu parlé de ce film, qui est apparemment en partie un film d'horreur. Dès le début du visionnage, le film percute par ses images et sa sonorité : c'est avant tout un film sensoriel. Les images sont en noir et blanc, il y a un gros travail de lumière notamment par la présence très prononcée des ombres. Forcément, puisque le film tourne autour d'un phare, c'était à prévoir, mais c'est quand même bienvenue. Le son qui percute rapidement est d'ailleurs celui du phare, qui arrive à rythme constant et est dérangeant. Mais plus généralement, les musiques sont vraiment oppressantes. Le film est donc un petit ovni de cette année. Cela va plus loin, puisque le traitement du scénario lui même est relativement peu commun. Le film se concentre sur un duo de personnage, dont l'un d'eux est plus une sorte de vieux fou qu'autre chose. Puisqu'ils sont dans un isolement du fait de leur métier, c'est une sorte de huit clos avec bien peu de personnage. Forcément, l'histoire se concentre autour de ces deux personnages, dont on apprend petit à petit la personnalité. Par ailleurs, le film est assez absurde par moment. Par exemple, à un moment le vieux fou pointe une tache sur le sol, sauf que dès qu'il le fait la caméra se relève pour qu'on ne voit pas la tache, si bien que le vieux se contente de pointer en dehors du plan de la caméra et que le spectateur ne voit pas la tache en question. Maintenant, il faut noter que, comme généralement pour ces films misant sur les sensations, le rythme est peu soutenu. Il faut donc rentrer dedans pour pleinement l'apprécier, parce que sinon on va s'ennuyer. La performance des deux acteurs principaux est réussit. J'avais lu que Robert Pattinson se concentrait maintenant sur des films qui ne sont pas des blockbuster (faut dire qu'avec Harry Potter et la saga des vampires, il a eu son lot), et c'est clair qu'il sait bien jouer. Willem Dafoe est également bon dans son rôle, il faut dire qu'il a le don pour être un peu taré, mais il a su être suffisamment subtile pour que ça ne soit pas surjoué. En bref, c'est un film qui ne laisse pas indifférent. Une oeuvre qu'il faut voir en 2019, c'est vraiment curieux qu'elle n'ai pas fait tellement de bruit. 4. Joker : 3,5/5 C'est un immanquable de cette année. Le film n'est pas un blockbuster habituel, c'est le moins que l'on puisse dire. Il suit la vie de son personnage principal de près, personnage qui est certes dans un contexte difficile (celui de Gotham et celui de sa famille) mais qui en soit n'est pas si extraordinaire par rapport à ce qu'on pourrait attendre d'un blockbuster. Aidé par la performance Joaquin Phoenix, qui est évidemment très bon dans le rôle, le film est carrément intimiste avec ce clown dépressif. De fait, hormis dans ses dernières 20 minutes, le film est lent dans son rythme, réaliste dans sa manière de traiter le personnage, et bien moins excessif avec les problèmes auxquels il est confronté que dans des films marvel / dc habituel. C'est donc plutôt surprenant de voir le succès impressionnant que le film engrange. Plus de 850 millions de recettes dans le monde pour le moment, c'est juste incroyable pour ce type de film. Je pense que c'est aidé par le fait qu'il s'agisse du Joker, un personnage qui a acquis une réputation mondiale et qui fascine beaucoup de monde. Du coup, bien que le film soit intimiste et lent dans sa constitution, il est plus facile de rester accroché au visionnage puisqu'on sait que ça va péter à un moment donné. On sait que le Joker n'est pas 'chiant'. Et il en ressort qu'à la fin, on est satisfait d'avoir eu un traitement poussé du personnage, mine de rien ça aide pour avoir de l'empathie pour ce méchant archi populaire dont la sympathie des spectateurs venait principalement du fait qu'il est cool. Je croyais que ce film serait complètement détaché de l'univers DC, ou en tout cas qu'on aurait peut être droit à quelques références mais qui seraient restées discrètes. Ce n'est pas tout à fait le cas. Déjà on est à Gotham, ou on voit le célèbre asile notamment, et aussi la criminalité importante. Mais au final on a carrément l'origine story de Batman aussi, même si elle est reléguée à du second plan, et ça je m'y attendais pas du tout. Je me demande si il va y avoir des films DC qui vont construire quelque chose à partir de ce film. Mine de rien, avec le succès qu'il a eu, ça ouvre la porte (enfin) la constitution d'un univers construit et maîtrisé. Mais vu qu'il y a eu pleins de films qui appartiennent déjà à l'univers DC, je ne pense pas que le film Joker ouvre sur quelque chose de nouveau. Ce film Joker n'a pratiquement aucune des caractéristiques des autres films DC et Marvel, et je suis à peu près sur qu'aucun autre personnage n'a eu droit à un traitement aussi approfondi dans ces films. Il reste par contre la preuve que si DC avait beaucoup plus misé sur des sujets à échelle humaine, comme ce fut le cas pour la saga de Nolan d'ailleurs, les films auraient pu se détacher de ceux Marvel et construire quelque chose qui apparemment plait au public. Pour construire un univers ou on accorde de l'importance aux enjeux, faire interagir et s'opposer des personnages que l'on comprend et auquel on tient dans une certaine mesure, ça aurait pu être un joli miroir aux films Marvel qui misent beaucoup plus sur la grandeur disproportionnée des enjeux dans ses films (le monde voir l'univers qui est en danger). 5. El Camino : 3/5 Fallait que je vois le film étendant la série Breaking Bad, même si je ne savais pas trop à quoi m'attendre. Certes voir ce que deviens Pinkman laissait la place à de nombreuses possibilités scénaristiques, mais en soit l'histoire était déjà très largement conclue. Après avoir vu le film, il est clair qu'il faut connaître la série pour se lancer dedans. Il rappelle beaucoup la série, on reconnait facilement la patte des scénaristes et réalisateurs. Je ne suis pas sur de comprendre la nécessité de ce film en tant que tel, il est passé comme un épisode de série (ou deux vu la longueur), sans réel plus vu qu'il s'inscrivait dans une histoire plus grande. 6. Once Upon a Time in Hollywood Il fallait que je vois le dernier film de Tarantino, même si le thème m'emballe vraiment pas. J'ai jamais été intéressé par l'industrie d'Hollywood. Reste que Tarantino a su s'améliorer à mesure de ses films, donc ce film avait peu de chance d'être mauvais. Mais si c'est comme pour Christopher Nolan, ça peut quand même faire une film assez peu emballant comme Dunkerque. Sans surprise, je n'ai pas particulièrement adhéré au film. Sachant que Tarantino aime bien faire ses films un peu long, ça a rendu le temps d'autant plus longtemps. Le film est heureusement drôle par moment, et les acteurs sont tous des bons donc l'expérience est loin d'être mauvaise. Il y a de toute manière toujours des scènes captivantes dans ses films. Il me semble avoir lu que c'était sensé être le dernier film de Tarantino, les thèmes du films sont une sortes de regards sur le bilan d'une carrière donc ça sonne effectivement comme un film de fin. Ses références sont de la génération de Tarantino, donc le film boucle la boucle. Je demande quand même à voir si il s'agit réellement du dernier film du réalisateur. 7. Parasite : 3/5 Je sais pas pourquoi, il me semblait que l'histoire tournait autour d'une sorte de parasite qui prenait possession des gens. Du coup j'avais des attentes par rapport à ça, surtout que le film avait une excellente réputation. En fait, ce film est plutôt l'histoire d'une arnaque qui dégénère. Le film se met en place lentement, mais peut être est-ce du au fait que j'attendais à quel moment les espèces de parasites devaient arriver dans l'histoire. Le terme parasite fait en réalité référence aux personnages eux même, puisque l'histoire est notamment une allégorie des catégories sociales et de leurs comportements. Il y a du talent dans la réalisation. J'ai appris après coup que c'est le même réalisateur que pour Memories of Murder, mais ça n'a pas répondu à ce que j'espérais. D'ailleurs, en parlant de Memories of Murder, ils ont enfin attrapé le tueur il y a trois mois, c'est assez inespéré. Les autres drame de 2019 que j'ai vu : - The Standoff at Sparrow Creek : 4,25/5. J'adore ce style de film à la cluedo. Le principe est ici un peu différent d'ailleurs, car on est dans un 8 clos ou le but est de trouver le meurtrier d'un crime qui a été entendu pour lequel on a des informations minimales. C'est donc un jeu du chat et de la souri, avec des interrogatoires qui se succèdent afin de déterminer qui a fait ça. Une autre originalité, c'est que le film se passe du point de vue des meurtriers potentiels, qui ne savent pas parmi eux qui a fait le coup alors qu'ils sont tous des suspects. A aucun moment il ne m'a déçu, vraiment bien maîtrisé comme film. Lorsque je l'avais vu, seul 5 autres personnes pouvait en dire autant sur Betasérie, c'est bien dommage ! Après je veux pas trop exagéré sur la qualité de ce film, après tout je l'ai regardé sans avoir d'attente particulière ce qui aide. - L'heure de la sortie : 4,25/5. J'ai beaucoup aimé l'ambiance, qui est passé d’oppressante au début à limite malsaine par la suite. Maîtrisé de bout en bout, et si la 'révélation' est peut être un peu en deçà des espérances, j'ai par contre trouvé la dernière séquence parfaitement dans le ton du film. Maintenant, il est clair que ce type de film peut facilement ennuyer du monde. J'imagine que c'est une histoire d'équilibre entre la tension qui doit nous happer, la relative lenteur de l'intrigue qui ne doit pas nous en faire sortir, et les révélations qui doivent arriver au bon moment. Décidément, il y a eu de bons films français cette année. - Ma vie avec John F. Donovan : 4/5. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils aiment les effets de flou dans ce film. Hormis cet élément visuel, la structure du film est classique mais efficace, avoir une voix off est toujours pratique pour ne pas faire dire aux personnages des choses qu'on ne dit pas habituellement et qui ne feraient pas trop naturelle. L'histoire est touchante. Très bonne interprétation de Kit Harington d'ailleurs, il m'a surprit. Peut être que son apparent état d'esprit pour la fin de Game of Throne l'a aidé. - La Mule : 4/5. Clint Eastwood a sorti un nouveau film cette année, et comme j'ai jamais été déçu par lui je me suis lancé dans sa nouvelle oeuvre. C'est toujours agréable la manière avec laquelle ses films ne sont pas cousus de fils blancs, je n'arrive jamais à savoir comment ils vont se finir. Et il arrive toujours à raconter une histoire émouvante. Plusieurs semaines après le visionnage, je peux malgré tout dire que ce n'est pas son film qui me restera le plus en mémoire. Il s'inscrit un peu trop dans le reste de son oeuvre, en gros il s'est peut être un peu trop reposé sur ses acquis. Reste malgré tout que toutes les qualités du film sont bien présentes. - Portrait de la jeune fille en feu : 3,75/5. C'est un film dont j'avais vu quelques bonnes critiques, donc autant le voir avant de se concentrer sur des films plus anciens. Et quant je vois les tops qui traînent sur le net, je me rend compte que même en voyant une centaine de film d'une année, on arrive pas à la cheville des critiques. Je n'arrive pas toujours à identifier ce qui me fait accrocher ou non à un film, car celui-ci est parvenu à capter mon attention alors qu'il n'a pas un rythme effréné, une histoire pas si intrigante, etc. Les actrices jouent bien, et la manière lancinante dont sont montrées les diverses scènes donnent un côté envoûtant à l'histoire, donc peut être est-ce ce qui donne cet attrait au film. Après, c'est pas bien compliqué de deviner l'intrigue globale, et certains événements qui prolongent l'histoire, mais ça ne m'a pas vraiment dérangé. Ce n'est pas un grand film contrairement à ce que des tops et des notes Allociné pourraient laisser penser, mais le jeu de séduction reste relativement agréable à suivre. Il a cependant su garder sa subtilité tout du long, et la performance des deux actrices est à souligner. - Coeurs Ennemis : 3,75/5. Ce film est avant tout un film de romance, largement meilleur que ceux de cette année que j'avais vu avant. D'ailleurs, il se paye le luxe de m'avoir surprit dans son dernier segment. Je retiendrai du coup que les personnages principaux sont tous très bons, et le développement du militaire anglais aura été une réussite que j'ai rarement vu dans un film. Bonne surprise que ce film. Sur une note parallèle, c'est dingue ce que je vois Jason Clarke partout : Serenity, Simetierre, First Man ; c'est bien simple j'ai vu tous ses derniers films, faut croire qu'ils ont tous eu un certain succès (bien que relatif pour certains). En tout cas, ça m'a permis d'apprendre son nom. - Doctor Sleep : 3,5/5. Ce film je l'attendais, ayant lu le bouquin. L'adaptation est plutôt bonne. Le film suit autant qu'il soit possible le livre, on retrouve donc la même structure, les même personnages, les même retournement de situation, etc. Bien sur, un film ne pouvant pas avoir la même densité qu'un bouquin, cela amène à quelques relations un peu précipités comme celle du personnage principal et de la gamine, même si le film s'en sort tout de même plutôt bien. Il faut dire qu'il fait plus de 2 heures de long. Malgré ça, vu la multitude des étapes dans la scénario, le temps ne se sent pas passer. Au final, j'ai préféré le livre, mais le film n'a clairement pas démérité. Dommage qu'il se vautre au box office. - 90's : 3,5/5. Film sympa, étonnamment. Pour le premier film réalisé par Jonah Hill, c'est une réussite. Il y a un gros potentiel dans sa manière d'aborder la personnalité des personnages. Il y a quelques éléments un peu trop classique (l'ami jaloux) même si ça n'est pas absurde et que le scénario n'insiste pas dessus non plus, mais globalement les personnages sont très bien traités. Bien que les acteurs ne soient pas très âgés, ils jouent tous très bien. J'ai trouvé que la relation entre les deux frères était intéressante, ce mélange d'amour et de haine a donné des scènes ambiguës qui sont, je trouve, les meilleurs du film. Il n'empêche que le groupe d'ami était sympa à suivre aussi. La fin est étrange, encore un film qui se termine au milieu de l'histoire. Pourquoi pas. - Green Book : sur les routes du sud : 3,5/5. Apparemment le film est inspiré de faits réels, ce que j'ai appris à la fin. Evidemment, la question se pose toujours sur la concordance avec la réalité, les films ont tendance à exagérer. Mais des quelques recherches que j'avais fais, il n'y avait rien qui paraissait fou dans ce que le film avait fait. Conformément aux critiques, le film était réussis, sans être extraordinaire. Il faut dire que les deux acteurs principaux sont talentueux. Il reste cela dit assez prévisible. - Marriage Story : 3,5/5. La première chose qui se remarque, c'est que Scarlett Johansson livre une bonne interprétation. Elle aime s'essayer à des rôles assez retord parfois, là ce n'en est pas un, son personnage reste assez classique dans des films de ce type, mais elle s'en sort vraiment très bien. C'est plus long avant que la performance de Adam Driver se fasse voir, c'est plutôt dans le dernier tiers qu'il a l'occasion d'être excellent. La deuxième chose qui se remarque, c'est que le film met beaucoup de temps à se lancer. Il faut 40 minutes pour qu'il devienne enfin intéressant, puisque le sel réside dans l'absurde de la procédure de divorce. C'est une première phase vraiment trop longue, et assez peu utile d'ailleurs, hormis quelques scènes. La troisième chose qui se remarque, c'est du coup l'humour dans le film, qui est plus un humour de situation que des blagues. La manière dont les personnages sont confrontés à toutes ces procédures, aux avocats, et à eux même est à la fois dramatique est drôle, le film est réussit par cela. Par exemple, la scène ou les avocats s'empoignent l'un l'autre par discours vindicatif comme si ils étaient eux même le couple était vraiment drôle. A partir du moment ou le film est dans ces scènes là, je l'ai trouvé bien rythmé, on ne voit pas le temps passer. La quatrième chose qui se remarque, c'est que le film reste assez prévisible dans ses diverses étapes. L'escalade de la tension dans les relations et les interactions, les différentes par lesquelles le couple passe, on voit un peu cela venir, même si j'ai quand même préféré le film dans ces phases que dans les premières 40 minutes. - Les Deux Papes : 3,25/5. Les deux Papes compte la pratiquement les deux dernières décennies à la tête de l'église, en se focalisant presque exclusivement sur la relation entre les deux papes. Au vu du secret qui entoure généralement les décisions au sommet de cette religion, la première question qui vient à l'esprit est : à quel point ce que montre le film est vrai ? J'ai fais quelques recherches pendant le visionnage du film car la réponse change la manière de le regarder. Et après ces recherches, la réponse est plutôt évidente : une bonne partie du film est fantasmé. Le film est donc à voir comme une histoire romancée. Fait plutôt rare, une bonne partie du film n'est pas en français. Les langues utilisées sont d'ailleurs très divers, j'ai reconnu le latin et l'espagnol mais il me semble qu'il y en a d'autres. Bien que ça ne soit pas évident à aborder au début, on peut saluer l'effort pour améliorer l'immersion du spectateur. Maintenant, concernant l'histoire elle même, je peux pas dire qu'elle m'intéresse particulièrement. Même comme histoire de vie, ce n'est pas vraiment la psychologie des deux personnages principaux qui ont retenus mon attention, mais beaucoup plus la mise en image de l'histoire de l'Argentine, qui pour le coup donne vraiment envie d'en savoir plus sur son histoire. - Piranhas : 3,25/5. C'était pas dépaysant en terme de visionnage de film. Le film n'est malgré tout pas complètement dénué d'intérêt, heureusement il décolle dans sa deuxième partie, qui m'a paru beaucoup plus percutante. En gros, le film met du temps à se mettre en place, et une fois qu'il y est c'est du bon. - The Irishman : 3/5. C'est une histoire de mafia, chose qui ne m'intéresse généralement pas beaucoup. Malgré tout, les qualités intrinsèques du film font que j'ai été rapidement capté car on suit un personnage qui entre progressivement dans ce monde, ce qui est un moyen simple et efficace de monopoliser l'attention. Mais voilà, au bout d'une heure le temps commence à devenir long. Il faut dire que le film n'est franchement pas original, aussi bien dans le scénario (après tout, il a l'air d'avoir au minimum une inspiration historique) que dans les acteurs choisis (sérieux, on peut pas faire moins original). Reste qu'à force de persévérer, j'ai finit par accrocher, donc j'ai bien apprécier la seconde moitié du film. - El Reino : 3/5. Encore un film sur des hommes politiques. C'est fictionnel mais ça m'emballe pas plus. J'ai mis beaucoup de temps pour rentrer dans le film, malgré un gros rythme. Il est aidé par son côté thriller. Mais il est tout de même long, même si il s'améliore au fur et à mesure. Il y a des scènes bien tendues. - Glass : 3/5. Il conclue la trilogie et c'est un peu comme pour Parasite ou Once Upon a Dream in Hollywood, c'est un succès relatif. La fin est volontairement décevante, ce n'est donc pas une erreur du film mais ça n'en reste pas moins un défaut à mon avis. J'aurais bien voulu qu'il y a un focus plus important sur le personnage qui prête son nom au film d'ailleurs. - Extremely Wicked : shockingly evil and vile : 3/5. On comprend très vite si le personnage est coupable ou non, je pense que c'est fait exprès tout de même. C'est inspiré d'une histoire vraie, l'interprétation de l'acteur est d'ailleurs convaincante. Le film est pas mal, il aborde le point de vue de la femme dont le mari se retrouve accusé de ces meurtres, je ne sais pas si ça a déjà été fait mais c'est plutôt original comparé au films qui sont du point de vue de l'enquête. C'est pour ça que le film est plus dans le registre du drame que du mystère. - Douleur et Gloire : 3/5. Un film de Pedro Almodovar. Bien que je n'ai pas vu beaucoup de ses films, aucun de ceux que j'ai vu ne m'a déçu. De toute évidence, Antonio Banderas et Penélope Cruz sont ses acteurs fétiches. Ce film rentre dans la catégorie des histoires de vie, on suit un personnage dans ses presque vieux jours, alors qu'il est physiquement brisé. C'est un artiste qui a fait des films, dans ce cadre on en vient rapidement à se demander à quel point Pedro Almodovar a mit de lui dans le personnage principal. Le titre qualifie bien le personnage principal du film en tout cas. J'ai trouvé que, en terme de film d'histoire de vie, je l'ai trouvé moins bon que La Mule. Le film est loin d'être mauvais, mais il n'a pas quelque chose qui le rend inoubliable. L'histoire est un peu émouvante, assez réaliste, et elle réussis dans ces domaines. Elle manque juste d'originalité dans la forme comme dans le fond. Ce qui ne l'empêche pas d'être au dessus de la masse de film. A noter la toute fin qui est un bon twist par contre. - The Aeronauts : 3/5. Faire un film principalement sur la monté d'un ballon dans l'atmosphère, c'est un pari risqué. Bilan : plutôt réussis. Le film a de bonnes scènes tension, il introduit progressivement ses personnages, etc. J'imagine qu'il s'inspire d'une histoire réelle, il faudra que je vérifie ça. Reste que du coup, le film est plutôt vide. Il passe trop facilement. - Arctic : 2,75/5. Ca va, les doublages n'ont pas eu trop de boulot dans ce film J'ai déjà vu plusieurs films de ce type, donc il m'a pas subjugué, mais c'est vrai qu'il est bien fait et que la performance de l'acteur est loin d'être mauvaise. Il n'y a malheureusement pas grand chose à en dire car il ne s'y passe pas grand chose. Lorsqu'un film mise avant tout sur l'ambiance, le visuel et les expression d'un acteur presque unique dans le film, il s'agit avant tout d'une expérience. - Rambo : Last Blood : 2,5/5. C'est une petite histoire à la Taken. Ca a l'art d'attirer rapidement l'attention, mais c'est aussi du déjà vu ce qui est dommage pour du Rambo. Il y a un côté jouissif à voir Rambo casser la gueule des trafiquants, mais ça reste léger. Du coup ça reste décevant, je m'attendais à quelque chose de plus percutant, et au final je n'ai presque rien à dire sur ce film. Le film a tout de même une deuxième partie qui change, vu que l'objectif est remplie rapidement. Et plus généralement, c'est un film qui avance plus vite que la moyenne, sachant qu'il passe par plusieurs phases et qu'il reste cours (même pas 1h30). - Vice : 2,5/5. Le film ne m'a pas emballé. Les hauts et les bas des personnalités politiques ne m'intéressent pas, c'est plus les coups fourrés, les intrigues et compagnie qui retiennent mon attention. Christian Bale n'étant par ailleurs pas un acteur particulièrement expressif, c'est pas simple de s'attacher à son personnage. En plus le film est long, donc le visionnage n'était pas simple. Il est clair que le film est techniquement réussis, tout est propre et bien réalisé. Le film n'était de fait pas une torture à voir. - Border : 2,5/5. Ce qui saute aux yeux c'est l'histoire en elle même, qui pourrait être classique mais qui est traité avec du réalisme ce qui la rend original, mais ce qui m'a ennuyé c'est le rythme leeeeeeeeeent. C'est bien simple, je vois pas comment on peut appeler ce film un thriller. La seule révélation extérieur au personnage principal se voit venir d'assez loin en plus. J'étais intéressé par les capacités de la protagoniste, mais ça n'a pas trop été exploité par le film malheureusement. Sérieux, le moment le plus palpitant du film c'est les dernières vingt minutes, c'est dommage que le développement de ce monde n'ai pas été suffisamment poussé. En tout cas, ce n'est pas une oeuvre qui laisse indifférent. - Queens : 2/5. Le pitch de base du film est relativement attrayant, mais le film met du temps à se lancer. Encore une fois, pourquoi le film met autant de temps à entrer dans le vif du sujet ? On suit la vie de ses streap teaseuses dans le club au début, et ça prend trop de temps. Le film dure 1h45, et le film met 50 min pour en arriver à la partie décrite dans le synopsis, c'est abusé. Et même à ce moment, ça n'a pas beaucoup d'intérêt. - Obsession secrète : 2/5. Obsession secrète ne partait pas avec un bon apriori, vu les notes extrêmement basses sur Allociné. Au visionnage, on comprend assez vite pourquoi : le film est affreusement prévisible. Puisque ça se voit assez vite, c'est quelque chose que j'ai accepté et j'ai continué en me demandant si malgré tout le film pourrait passer ou non. Si, pendant presque 1 heure, ça peut aller malgré la lenteur (qui est du au fait que l'on sait déjà ou le film veut nous amener), la dernière partie est vraiment pas terrible. On a le cas typique de ce type de thriller, avec les personnages qui font des choix complètement illogiques juste pour servir le scénario du film. La vache, il y en a des tas des films dans cette catégorie.
  5. 1 point
    Merci @Crocodile, comme d’hab avec toi, un tournoi rondement mené 😎 En + le vainqueur est mon fav, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes
  6. 1 point
  7. 1 point
    Kanki n'est pas pitoyable en frontale. Il ne fait juste pas de frontale du tout. Kanki, tout comme les brigands qui composent son "armée" pratique la guerilla avec en plus un aspect terroriste (il cherche plus souvent la terreur militaire que celle de la population mais vu que normalement il en faut plus pour terroriser un militaire...). Quand la situation est à ton avantage, tu progresses tranquillement avec des pièges (discret) et de la désinformation pour conserver l'avantage. Quand tu es en désavantage, à la moindre alerte critique, tu dégages pour te retrouver dans une situation avantageuse. Dans la situation d'un siège, tu te trouve dans les deux situations à la fois. Tu es avantagé par rapport à la ville, donc Kanki fonctionne tranquillement avec des pièges si éventuellement une armée intérieur se pointe. Mais il est également en grand désavantage extérieur car ils doivent maintenir un large périmètre pour un bon siège, ils sont en galère de bouffe et en plus, ils peuvent avoir des attaques de n'importe quelle direction (cela dépend des infos qu'ils ont ou pas sur les champs de batailles). Si on veut être cohérent, Riboku s'est forcément arrangé pour que l'armée de Kanki et Gyou soient totalement isolé de l'état des autres champs de bataille. Surtout depuis qu'il sait comment fonctionne Kanki. Pour l'instant, donc, on a Kanki qui est en situation critique. Tu peux être sur que si une force plus grande qu'une simple attaque surprise d'un petit commando arrive (style une armée de 5000 hommes qui semble frais et dispo avec un général devant), Kanki va faire une levée de camp direct car il va penser que le champ de bataille d'ousen a été perdu et donc que ce siège ne peut pas être maintenu. Et donc qu'il va choisir de protéger ses hommes en leur disant de se barrer pour se tirer de ce bourbier. Les brigands ont une forme d'honneur particulière, ils n'ont pas le code éthique d'une armée qui va se battre jusqu'à la mort ou à la régulière et s'ils se savent perdants, ils ne se battent juste pas. Vous raisonnez trop sous la forme d'un général conventionnel... d'ailleurs il l'a déjà dit contre Keisha, il a dit à ses propres hommes qu'ils avaient passé probablement trop de temps en armée régulière... les brigands ne se battent pas comme ça. Si riboku arrive vraiment avec une force suffisante devant les éclaireurs de Kanki, tu peux être sûr qu'ils auront levé le camp.
  8. 1 point
    Même si clairement je pense que non, il ne faut pas pour autant placer la puissance pure au dessus de tout. SJW est le héro, il possède une puissance démesurée comparé aux autres (il est le Saitama de cette univers), néanmoins je pense qu'un excellent travaille d'équipe et une combinaison de bon pouvoir pourrait réduire cette différence. Les S rank se seraient très probablement fait battre, ils auraient tout de même pu donner du fil à retordre à Baran. Cette univers est semblable à un MMORPG, tu peux soloter une instance facilement, être plus fort que tout le monde, mais une équipe de joueurs où chacun est moins puissant que toi peux battre les mêmes bossent, avec moins de facilités certes, mais le résultat final sera le même. Et puis tout ce qui sort de la logique ne sert qu'à alimenter le scénario, on reste dans une oeuvre de fiction qui à pour but de nous divertir. EDIT : Je viens de relire le combat, et c'est une intervention extérieur qui permet à SJW d'OS Baran, ce qui appuie le fait que le travail d'équipe de la team Coréenne ou Japonaise pourrait permettre de battra Baran malgré l'écart de puissance écrasante.
  9. 1 point
    Tu en cites 4 sur 20,c'est pas non plus catastrophique. On a déjà vu des auteurs éprouver les même difficultés à faire évoluer à la même vitesse ou de façon cohérentes des des groupes pourtant moins nombreux. Tu prend par exemple Naruto, sur les 9 Genin + l'équipe Gai, combien ont eu droit à un "vrai" développement de leurs pouvoirs ? Après, il ne fallait pas non plus espérer que els 20 élèves de la Classe A seront tous des "Top" à la fin de leurs scolarités. Même si à travers les dires d'All Might, Horikoshi nous fait comprendre que cette classe à un très bon niveau moyen, ça ne veut pas dire qu'il va tous les mettre à un niveau équivalent. Certains seront parmi les tous meilleurs, d'autres seront de "très bons pro", et certains brilleront d'avantage en équipe qu'individuellement ou dans un domaine précis (Asui dans les sauvetages en mer, Jirô dans l'espionnage/repérage, etc). On peut même essayer de deviner à niveau se situeront les élèves à la fin de leur scolarité (en attendant le prochain chapitre qui n'arrivera pas avant le 19 janvier) : Classe A : Midoriya, Bakugô, Todoroki, Yaoyorozu, Fumikage Classe B : Iida, Kirishima, Uraraka, Ashido, Asui Classe C : Jirô, Sato, Ojirô, Kaminari, Sero, Shoji Classe D : Mineta, Aoyama, Koda, Hagakure
  10. 1 point
    19 Janvier sur MangaPlus (comme pour les autres séries du Jump). Peut être un peu plus tot si des RAW sont disponibles
  11. 1 point
    Pour moi l'emplacement des 4 Road Poneglyphes à l'époque de Roger me semble claire: -Le 1er que trouve Roger est celui de Big Mom (qui selon moi serait originaire de Elbaf) -Le second est celui des hommes poissons (on voit bien deux poneglyphes dont un d'une autre couleur, et dans les dernières traductions il semble claire que c'est un RP mais il a été déplacé depuis) -L'avant dernier sur Wano (en possession de Kaido) -Le dernier est toujours sur Zou Tout comme @Shin-wara j'imagine bien que le RP des Hommes-poissons se trouve maintenant sur l’île aux pirates (voir en possession de Shanks ou de Marco)
  12. 1 point
    Chapitre 235 VUS - Dark Disciples Chapitre 236 VUS - There's No Way We're the Same par MangaPlus
  13. 1 point
    Cette traduction explique à mon sens le comportement d'oden qui paraît horrible. Par contre la vraie question est pourquoi toki réagit comme ça ? Pour moi elle connaît la véritable histoire et connaît la dernière île. Elle sait ce qui doit se passer et sait que rien ne se passera sans oden. Elle le force donc à partir pour s'assurer que tout se passera comme il faut. J'ai relu l'arc enies lobby et toute la partie ohara et je pense qu'en réalité toki à été envoyé dans le futur par la nation disparu et qu'elle avait pour mission de faire découvrir laugh tale pour que l'histoire de sa nation revienne et que pour cela sa route devait passer par wano pour trouver les concepteur des ponegliph ainsi que quelqu'un capable de les déchiffrer. Ayant trouver cette personne mais ne pouvant aller plus loin elle force oden à y aller à sa place mais c'était trop tôt. Plus exactement 20 ans trop tôt sois la durée prédite par oden pour ouvrir l'île (car le faire plus tôt aurait permis au gouvernement mondial d'entrer sur l'île) et la durée du voyage des fourreaux rouge. Je pense que le saut de 20 ans n'était pas une durée qui venait de wano mais plutôt la durée qui permettait de s'assurer que la redecouverte de laugh tale ne serait possible uniquement quand les fourreaux rouges seraient de retour et donc quand se sera le "bon moment" pour y retourner. Je pense aussi que toki avait parler à oden de son but et donc qu'il savait l'importance que représentait son voyage pour l'histoire de son pays et du monde entier.
  14. 1 point
  15. 1 point
    La page sur l'île des hommes poissons semblait évoquer 2 ponéglyphes de deux couleurs différentes or jusqu'ici nous ne connaissons que 2 couleurs de ponéglyphes. Il y a des chances que ce soit un Road Poneglyphe. Où serait-il passé depuis l'arrivée de Luffy ? On sait que l'île appartenait au territoire de Barbe Blanche avant sa mort, peut être que ce dernier l'avait récupérer et placer dans un lieu plus sur (peut être Erbaf ?). Car je crois de plus en plus que le message adressé à Luffy contient l'emplacement du dernier Road Poneglyphe. Après il y a aussi des chances qu'il soit à Erbaf car c'est une île que Luffy doit visiter. Ça expliquerait aussi pourquoi ni Kaido, ni Big Mom ne l'ai en leur possession car les guerriers d'Erbaf sont réputés comme très puissants. Concernant la puissance de cette île, elle est décrite sans commune mesure. Big Mom elle même semble ne rien pouvoir faire contre eux car elle souhaitait que sa fille se marie avec le prince afin de récupérer leur puissance. Il est évoqué également que la marine a abandonner l'exécution de certains géants il y a plus de 50 ans pour éviter une guerre avec les géants (flashback Big Mom). Je pense donc que Erbaf contient les guerriers les plus forts de l'univers en général. Les empereurs peuvent rivaliser sans doute mais sans être certains d'en sortir indemnes.
  16. 1 point
    Surtout qu'initialement, il voulait rester pour sa femme sur Wa : C'est bien Toki qui "force" Oden à continuer son aventure.
  17. 1 point
    Nouvelle traduction du japonais qu'on vous conseil de relire: https://scantrad.net/mangas/one-piece/967 Doc qui montre les bulles qui ont changé: https://docs.google.com/spreadsheets/u/4/d/18MrxbZ777DTFirtlWh-kGPBPEHKxxVdhquOcclsvfAc/edit#gid=0 Explication sur le bazar actuel
  18. 1 point
    Quelques mots du boss : Edit : Imaginez dans dix ans y être encore 😎 :
  19. 1 point
  20. 1 point
    Personnellement, je suit HxH depuis un bon moment, près avoir lu Yu Yu Hakusho, et les pause de Togashi ne me gênent pas dans l'absolu, je ne considère pas l'oeuvre comme suffisamment majeure pour que ces pauses m'embête, et si le mec a des soucis de santé (réels ou imaginaire, parce que oui, un assistant peut tout autant mentir qu'un non assistant) alors il n'a pas a privilégié son travail a sa propre qualité de vie. Mais ce qui me gène, c'est la mise en avant de l'oeuvre et de l'auteur. Je trouve le procédé malsain; on fait de la pub pour une oeuvre qui n'aura probablement pas de fin ou en tout cas, pas de fin satisfaisante. Si on faisait la même chose pour d'autre concepts, personne n'accepterai. Je veux dire si demain a la télé on voit une pub pour une superbe voiture, on la commande, et on reçoit 10 pièces par an et puis hop hiatus, je pense pas que quelqu'un oserait dire "oui mais vous savez le constructeur a mal au dos, et c'est SA voiture, il ne veux pas que quelqu'un d'autre envoi les pièces". D'autant le marché ultra compétitif qu'est celui du manga, n'est ce pas chaud de privatisé une place très demandé pour un mec malade incapable de travailler décemment, la ou des centaines sont prêt et capables d'assumer ce job ? Encore mieux, l'argument de la multiplicité permet souvent de saisir le problème; si demain Oda, Horikoshi, Miura, Demizu & Boichi se prennent des hiatus de 6 mois tout les 2 mois, on fait quoi ? On accepte de privatiser le Jump a une élite de malade qui ne produise pas ?
×