Jump to content


Bliz

Members
  • Content Count

    866
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Bliz

  1. Une petite anecdote en rapport avec cette citation : Alors j’espère que tu aimes les orties. ^^ Car au cours de l’arc Soul Society, Renji, vice-capitaine quand même, demande à Rangiku le nom de son supérieur ( tome 10, chap. 80 ). Bon, c’est Renji, ce n’est pas une lumière certes mais il n’en reste pas moins qu’il est un haut gradé et pourtant ne connaît pas le nom d’un des 13 capitaines de division. A partir de là, pour moi, il n’y a pas d’incohérence à ce qu’une étudiante ou une Shinigami de très bas rang comme a pu l’être Rukia à l’époque ne connaisse pas le nom d’un des capitaines. Mais la vérité est peut-être ailleurs, je vais revenir sur ce point un peu plus loin. Pour le chapitre, je l’ai trouvé très intéressant, on devrait profiter d’une bonne série de chapitres de type « Memories in the rain » comme dans la première partie du manga. Chronologiquement, ce flashback n’est pas facile à situer autour de -50 ans ( temps où Gin et Byakuya sont devenus capitaines ) et peut-être -25 ou -20 ans par rapport à aujourd’hui si on se réfère à la fin du chapitre précédent. Les intrigues se mettent en place dès ce chapitre avec l’enquête de Isshin et la chasse aux Visored par Aizen qui semble avoir eu du mal à les localiser sur Terre ( merci aux Gigais spéciaux de Kisuke pour le coup ) au cours de ces dernières décennies. Recherche-t-il encore le Hôgyoku à l’époque ou connait-il déjà sa localisation ? Une petite chose m’a interpellé dans ce chapitre, au moment où Tôshirô informe Isshin des disparitions de plusieurs Shinigamis et surtout lorsqu’il fait mention du lieu où ces disparitions se sont produites : Naruki-shi. Or cette ville, qui est sur Terre, en dehors du fait qu’elle soit le lieu d’habitation de Keigo et Mizuiro est également la ville où se trouve l’une des bases du groupe Xcution dans l’arc du Lost Agent. Ginjô étant connu comme un criminel pour avoir assassiné des Shinigamis après sa rébellion. Cela reste une idée comme une autre mais la coïncidence est quand même intrigante. Pour revenir sur le fait que Rukia ne connaisse ( ou ne reconnaisse ) pas Isshin lorsqu’elle est présentée à la famille Kurosaki, encore une fois, cela reste une idée mais ici aussi il y a une coïncidence pour le moins étrange la concernant. ( je pense par ailleurs qu’il peut y avoir encore d’autres explications à ce sujet ) Dans le chapitre 00 ( tome 23 ), on apprend que lorsqu’elle a rejoint la 13ème division, elle a été envoyée sur Terre mais n’en garde bizarrement aucun souvenir. Après, nous ne disposons pas précisément de la date où elle y aurait été envoyée mais cela pourrait peut-être correspondre à celle que nous lisons actuellement. À voir par la suite si cette petite histoire sera développée ou non... Vivement la suite !
  2. Le poème du volume 58 : All Stars : Quelques bonus :
  3. « Mon nom est… » Ces simples mots perdus au milieu de ce chapitre continuent de résonner à travers celui-ci parvenant à quasi masquer l’intrigue autour de l’échec de Ichigo. Cette réplique que je n’osais voir arriver qu’à demi-mot la semaine dernière et également tellement emblématique car nous renvoyant nostalgiquement au tome 6, lorsque Zangetsu se dévoile à Ichigo venant de récupérer ses pouvoirs, le remettant ainsi en selle. Tout cet entraînement, le sacrifice de "Yachiru" prennent ici leurs sens dans la renaissance mais également l’éveil complet de Zaraki en tant que Shinigami, pouvant dorénavant entrer en contact avec son Zanpakutô. Le personnage va prendre ici un nouveau départ, un départ que l’on attendait depuis son combat contre Ichigo où il avait pris conscience pour la première fois de l’importance du Zanpakutô dans sa quête. C’était également cette fois-là où l’on a vu Zaraki aussi frustré et en colère contre lui-même, se croyant alors limité et coincé dans sa quête de puissance, au moment où Ichigo était en train de prendre son envol. Il sera vraiment intéressant de voir de quelle façon va évoluer Zaraki, dans quel sens il orientera sa relation toute neuve avec son Zanpakutô et bien entendu, de quel type de Zanpakutô il aura hérité. Le parallèle dans l’évolution de la relation avec leur Zanpakutô est également très bien orchestré par l’auteur entre Zaraki qui monte et Ichigo qui échoue alors que dans le tome 13, leur place était échangée. Ichigo va devoir décider de lui-même qui il souhaite devenir pour la suite de cette guerre. Peut-être que les paroles de Kisuke concernant le « vol du futur de son fils » envers Isshin prendront tout leur sens. Quant à Unohana, bien que son rôle soit ici focalisé à sa relation avec Zaraki, je trouve que contrairement aux avis trouvant le personnage gâché qu’elle prend une autre dimension, une hauteur accordée à peu de personnages dans le manga. Ayant d’une part tenu toutes ses promesses par rapport au niveau auquel je pouvais l’imaginer et enrichi par le background dont elle a été gratifiée en faisant ainsi partie de l’Histoire de Soul Society au même titre que Yamamoto. Même si l’on peut considérer d’un certain point de vue que ce premier combat lui ayant été octroyé se conclut sur une défaite de sa part, on peut aussi le voir du point de vue même de Unohana qui est une véritable victoire, réparant ainsi les erreurs du passé et léguant à son successeur plus que le titre de Kenpachi mais aussi une toute nouvelle existence qu’elle a toujours souhaité lui donner et l’opportunité pour Soul Society de gagner la guerre avec un membre tel que Kenpachi Zaraki dans ses rangs. Concernant sa mort, je n’adhère toujours pas à l’idée de même que je n’y adhérais pas pour Byakuya à l’époque même si, ici, le passage de flambeau est réalisé totalement, autant pour Isane que pour Zaraki, les "héritiers". Mais alors qui pour remplacer la spécialiste des sorts de soins "Retsu" dans la 4ème division ? Isane ? Il lui manque encore quelque chose pour prendre la place d’un personnage d’une telle envergure que son Capitaine, de mon avis. Orihime ? Pourquoi pas mais pareil, il lui manque quelque chose pour rentrer dans la peau du nouveau cador en soin dans cette guerre. À moins que l’on ne découvre qu’elle soit elle aussi une « Arme spéciale ».
  4. Et c’est tout à fait ton droit, bien entendu, rien à redire là-dessus. En revanche ici, je ne vois pas au nom de quoi l’auteur aurait dû procéder de cette façon pour mettre en lumière et développer le personnage de Unohana. D’aussi loin que je me souvienne dans Bleach plusieurs personnages ont été introduits ou mis en scène sans avoir eu à briller ( dans le sens victoire d’un combat ) : Zaraki, pour son premier combat s’est pris une correction par Ichigo, depuis, il ne cesse d’être mis en avant ; Tôshirô s’est pris une fessée pour son premier combat et ensuite pour la première sortie de son Bankai, depuis, on ne voit que lui ; Jûshirô pour sa première bataille mise en scène se prend une véritable leçon par Wonderweiss malgré la réputation et l’aura de mystère qui l’entourait et qui l’entoure toujours. Et il y en a d’autres encore ( Mayuri, Komamura… ). Ce qui me permet de dire que si elle ne "gagne" pas son premier combat, alors rien n’empêche pour elle de briller plus tard, si l’auteur décide de la conserver ce dont je ne doute pas beaucoup. Ici également, je n’ai pas eu la même impression à la lecture. Certes Unohana est au second plan dans ce combat ( c’est l’entraînement de Zaraki après tout ) mais tout au long de celui-ci, on est plongé dans son passé, dans sa psychée, dans son ressenti dans l’instant présent tout comme lors de son premier contact avec le jeune Zaraki. On a eu ici un développement / une mise en avant de Unohana égal voire même plus poussé que ce qu’ont eu droit Zaraki ou Mayuri lors de leur premier combat ( et donc de leurs défaites ). Après, on est dans un entraînement, si cela avait été un réel combat alors l’issue de celui-ci aurait été décidée au chapitre 524 avec un Zaraki ( à pleine puissance à ce moment-là ) en pleurs et désespéré de n’être même pas capable de toucher Unohana avant qu’elle ne l’embroche, le tout sans aucune difficulté pour elle, dénotant le niveau qui est le sien. Unohana Yachiru est le faire-valoir de Zaraki car c’est là son rôle en tant que mentor. Le crédo, dans ce genre littéraire, selon lequel « l’élève dépassera le maître » n’aura jamais été aussi vraie. Et on savait que cette Yachiru était le modèle de perfection qu’admirait Zaraki depuis l’arc Soul Society. Dorénavant Unohana est libérée de son "péché" après avoir fait renaître Zaraki donc rien ne permet de dire que l’on ne l’a reverra plus ce personnage qui bénéficie ici d’une marge d’évolution, certes pas en termes de puissance mais au moins au niveau psychologique. Le choix de comparaison avec Isshin ne te convient pas, OK, il n'était sans pas assez pertinent. Essayons un autre personnage alors, pourquoi pas Ulquiorra, toujours pour Ichigo. Autour de ce personnage, il y a eu un énorme travail fait pour montrer à quel point cet Arrancar était fort ( intelligence, puissance, homme de confiance de Aizen… ). Or, son rôle a été principalement de permettre à Ichigo de monter en puissance, de le préparer selon ce que souhaitait Aizen. Ulquiorra "tue" une première fois Ichigo et celui-ci revient plus fort, sachant maîtriser sa hollowmorphose et capable de vaincre Grimmjow. Il le "tue" une seconde fois et là, il permet à Ichigo d’atteindre un niveau tel ( transcendant tout ) que l’Espada tout entière devient obsolète niveau puissance en face ( et par voie de conséquence tout le Gotei 13 ). Et on peut dès lors se demander si le personnage Ulquiorra servant donc de faire-valoir à Ichigo a été gâché au cours de son développement. Alors je ne sais pas pour la majorité du lectorat mais dans mon cas, cela ne l’a pas été. Pire cela a mis en lumière que ce personnage était plus mystérieux et charismatique qu’il ne l’était déjà sans parler du fait qu’il remettait aussi tout le classement de l’Espada en question. Et en dehors de cela, il est resté pour l’auteur le personnage le plus emblématique de l’arc Arrancar. Et d’un autre côté, Unohana a subi le même traitement tout au long du manga depuis l’arc Soul Society jusqu’à son combat pour envoyer Zaraki au firmament. La différence étant que rien ne permet de dire que la Capitaine soit morte et disparaisse de la trame contrairement à l’Arrancar cité plus tôt. Pour moi sa défaite ne peut pas changer le fait qu’elle soit le Shinigami le plus puissant ( plus encore que l’actuel général ), juste que Zaraki est maintenant au-dessus, au sein du Gotei 13. Encore une fois, je ne vois pas ici à partir de quoi l’auteur devait absolument donner à Unohana un combat et une victoire facile sachant que cela n’a pas été garanti à tous les personnages du manga. Et c’est très bien ainsi, c’est l’état d’esprit d’un bon forum pour de bonnes discussions !
  5. À la lecture de ce dernier chapitre, je ne peux pas dire que je partage la déception de certains. Pour moi, la finalité de cet "entraînement" m’apparaissait évidente depuis la décision du nouveau général de renforcer son meilleur atout dans les 13 divisions ( malgré les avertissements lancés à l’encontre de cette décision ), à savoir Zaraki. Et pour cela, il demande à Unohana de faire un travail que Yamamoto lui-même s’était refusé de continuer par crainte des conséquences. Dès lors, on pouvait déduire que le personnage de Unohana serait utilisé pour devenir la rampe de lancement permettant de guider la fusée ( = Zaraki ) vers les cieux. Je ne vois, par ailleurs, pas de différences dans le traitement de Unohana pour Zaraki que n’a eu Isshin pour permettre à Ichigo d’atteindre le niveau qu’il a eu pour affronter Aizen à la fin de l’arc Arrancar si ce n’est qu’ici, Unohana a été bien plus développée de mon point de vue. Dans la forme comme sur le fond, d’un point de vue esthétique, ce chapitre était remarquable. Ce long combat que l’on pourrait facilement assimiler à une parade nuptiale mortelle dénotant ainsi la profondeur des sentiments animant les deux protagonistes l’un pour l’autre s’achève de la meilleure des façons pour eux et donc dans l’extase totale de la plus belle danse qu’ils aient jamais pratiquée, se retrouvant après plusieurs années de séparation et de frustration. Par ce combat, l’auteur aura permis d’approfondir le personnage de Zaraki, lui offrant une quête / un but à accomplir : retrouver la personne qu’il admirait le plus et la surpasser. Une quête qui semblait impossible pour lui de la façon assez floue dont il avait présenté cette personne « Yachiru » lors de son flashback au cours de l’arc Soul Society et après sa défaite face à Ichigo. On assiste ici à une renaissance du personnage de Zaraki, un Zaraki libéré des chaînes qu’il s’était posé à lui-même, qui a enfin réussi à franchir la montagne qu’il avait en vue depuis si longtemps. En y repensant, peut-être que ce sont ces mêmes chaînes mentales qui faisaient hurler son Zanpakutô lors de son combat face à Ichigo car l’empêchant d’entrer en contact l’un avec l’autre et ce qui laisserait supposer que dorénavant Zaraki serait peut-être plus enclin à avancer vers une autre voie pour devenir encore plus fort. À voir par la suite… Pour le personnage de Unohana, dès le moment où elle a été présentée comme « Yachiru » et donc le modèle de Zaraki, il était inévitable qu’elle serve de faire-valoir pour Kenpachi. Car comme tout modèle, ce genre de personnage sert pour l’un des protagonistes à se surpasser et à dépasser ce modèle pour évoluer. Seulement ici nous suivons des personnages à l’origine et issu d’une lignée, les Kenpachis, qui par définition est le titre accordé à un seul Shinigami par génération, celui-ci étant l’héritier des premières divisions ( les Sanguinaires ). Cela donnant un sens à la violence de ce passage de flambeau comme un hommage à cette époque originelle dont est issue Unohana. À mes yeux, si le personnage de « Yachiru » a fini et rempli son rôle, « Retsu », quant elle, a toutes les raisons de rester et d’évoluer également en incorporant un peu plus de « Yachiru » donnant ainsi à Unohana un rôle à la fois de soutien en tant que Capitaine de la 4ème division mais aussi un rôle plus guerrier en prenant les armes si le besoin s’en faisait ressentir.
  6. L'auteur avait répondu à cette question lors d'une interview donnée en 2008. Traduction partielle :
  7. À la lecture du chapitre, la révélation de la réelle puissance du berserk du Gotei 13 ne m’a pas choqué outre mesure. En partie parce que le mystère entourant ce personnage avait déjà été levé par Narita ( l’auteur d’un des derniers romans sur Bleach ) mais aussi parce que dans cet arc, certains personnages seront inévitablement plus mis en valeur que d’autres ( cf. la révélation sur les 5 personnages spéciaux, entre autres choses ). Et avec du recul, le repositionnement de Zaraki dans le Bleachverse me semble logique d’un point de vue narratif. D’une part car dès le début de ce nouvel arc, l’auteur révèle qu’il existe 5 personnages clés pouvant faire pencher la balance d’un côté comme de l’autre dans le conflit Shinigami / Quincy, les « armes spéciales / potentielles ». Zaraki en fait partie au même titre que Aizen et Ichigo et ont en commun d’avoir dès leur naissance une énergie spirituelle hors norme et un potentiel d’évolution insondable. D’autre part ce repositionnement apporte aussi un éclairage nouveau sur les combats passés du personnage permettant de résoudre les problèmes de rapport de forces. Et cela fait même écho aux paroles de Aizen qui affirmait ( à la fin de l’arc Arrancar ) que les combats gagnés par Ichigo ne l’ont été que par des circonstances favorables face à ses opposants. Zaraki a toujours été qualifié de guerrier ( ou démon ) exceptionnel, il n’y a qu’à relire son duel face à Tôsen et Komamura pour se rendre compte du potentiel que cachait ce personnage. Personnellement, le concept de personnages exceptionnels autre que le héros principal me plaît beaucoup sans le dévaloriser, cela permet de relativiser son côté proche de « l’Élu ». Ichigo n’est plus la seule "anomalie" de l’œuvre. Une chose m’interpelle néanmoins dans ce chapitre, et peut-être d’autres lecteurs également, mais si Zaraki a eu recours au fameux monstre dévoreur de Reiatsu dans son cache-œil pour limiter sa puissance, j’en viens à me demander comment a-t-il pu sceller autant d’énergie spirituelle lors de son premier duel face à Unohana. Après, peut-être que comme Narita l’avait révélé, il est probable que cette limitation provienne de son zanpakutô qui aurait pu sceller cette puissance. Mais je trouve étrange qu’un zanpakutô ait pour capacité de pouvoir handicaper son porteur (même si là c’était pour répondre à son vœu le plus cher). Et malgré la mise en avant de Zaraki, l’impression de puissance que dégage Unohana qui, même avec son sabre scellé, parvient à "tuer" ce démon un nombre incalculable de fois tout en le soignant juste derrière, le tout avec aisance et style, est tout simplement renversante.
  8. Pour revenir rapidement au combat Ichigo vs Zaraki de l’arc Soul Society, la victoire ( ou match nul ) n’a été possible pour Ichigo que par une série de circonstances favorables pour lui dont la première a été de pouvoir matérialiser Zangetsu. De ce fait, il a pu accéder à son monde intérieur, se confronter à 'Shirosaki' etc… Ce qui a eu pour résultat un rapprochement sans précédent entre Ichigo et son pouvoir ( Zangetsu+Hollow ), exception faite du moment où il est lui-même devenu son zanpakutô contre Aizen. Leur relation est alors de l’ordre de la symbiose au point que Zangetsu stoppe l’hémorragie de la blessure subie par Ichigo pour continuer le combat tout en lui donnant sa force et celle du Hollow intérieur. Par ailleurs, au moment de ce combat, Zangetsu pointe du doigt la faiblesse de Zaraki qui utilise son épée comme un outil sans jamais avoir entendu la voix de sa lame. Et sans l’établissement de cette confiance entre le Shinigami et son zanpakutô cela peut les affaiblir tous les deux. Là où Ichigo et Zangetsu ont su développer, à la suite de leur long dialogue, une relation symbiotique où l’un l’autre se sont prêtés leur force pour atteindre le pinacle de sa puissance. On en saura plus dans les prochains chapitres mais peut-être est-ce cela que dénonce Nimaiya concernant Ichigo et Renji. Même si pour celui-ci, on ne peut pas trop en discuter vu qu’on l’a peu suivi mais pour Ichigo, à aucun moment, nous ne l’avons vu retrouver Zangetsu ou discuter avec lui depuis la récupération de ses pouvoirs. La dernière fois qu’ils ont conversé, rappelons que Ichigo a forcé Tensa Zangetsu à lui apprendre la technique qui a eu pour conséquence de briser le lien qu’ils ont établi auparavant. Ce qui aura peut-être fragilisée leur relation, leur confiance mutuelle.
  9. @elimor, Il est vrai que Glénat a déjà fait quelques boulettes ( cf. l’histoire autour des Balancers dans le tome 6 ) mais pour l’existence des 2 types de combat aussi bien le tome 3 que le databook Souls ( traduit plusieurs années après ) abondent dans le même sens. De ce que l’on peut lire, oui, l’auteur semble donner pour les vengeances de Kaien et Ichigo le qualificatif de combat pour « l’honneur ». Ce qui m’avait interpellé c’était que cette notion d’honneur était très large et employée par certains personnages autant pour justifier leurs actes pensant agir de la meilleur façon possible ( ex : Tôsen et sa voie de justice, Gin et son envie de rendre à Rangiku ce qu’elle a perdu ) se voilant donc la face sur leurs motivations avec d’autres personnages qui se battent pour respecter un serment / par fierté ( ex : Renji+Ichigo ou Ikkaku+Yumichika ) ou encore d’autres qui se battent pour retrouver leur honneur / prestige disparu ( ex : les Privaron Espada ). Mais en l’état, oui, le combat d’honneur est là pour signifier une recherche de vengeance. En ce qui concerne le conflit Vandenreich / Shinigami, il me semble que le terme « combat pour l’honneur » soit effectivement approprié du côté des Quincy ( après le massacre d’il y a 1000 ans et 200 ans ). Du côté du Gotei 13 en grande majorité, la notion de « combat pour survivre / protéger la vie » semble le mieux convenir de mon point de vue. En revanche, la prochaine partie de la guerre verra certainement les Shinigamis partir affronter les Quincy dans l’objectif d’un combat pour l’honneur en réponse à la destruction et au massacre du Seireitei et des divisions de la cour. Mais il est vrai que tant que l’on ne connaîtra pas l’objectif de l’Empereur, il se peut que l’enjeu de la prochaine bataille puisse changer et ne pas se limiter à la vengeance d’un côté comme de l’autre entre les deux armées. Et je crois que c’est bien cela qui nous a été présenté au cours du premier arc de Bleach. Cette opposition de point de vue entre les Shinigamis et Ichigo qui a entraîné le conflit de l’arc Soul Society. Après tout, les Shinigamis ont un rôle différent ( celui de Balancers ) et sont une organisation militaire également. Elle ne défend pas forcément les mêmes intérêts qu’un individu "souffrant" du complexe du superhéros ( à la fois protecteur et vengeur ). Personnellement, je suis curieux de savoir ce que choisira de faire Ichigo une fois qu’il apprendra toute la vérité sur ses origines. Urahara ne semble pas douter du chemin qu’il choisira de suivre ( tout comme il n’avait pas douté de lui au cours de l’arc du Shinigami représentant disparu et la vérité autour du badge ) mais encore une fois tant que les motivations de l’Empereur et Isshin ( qui se fait oublier en ce moment ) resteront obscures, tout reste possible. Même si oui mille fois oui, Ichigo est avant tout « Celui qui protège », il nous a aussi montré une facette plus sombre de sa personnalité en voulant se venger de Grand Fisher ou en voulant tuer Tsukishima dernièrement par exemple. Et là, je pressens que l’on risque de tirer sur une corde ultra sensible chez lui qui est le souvenir de sa mère. Enfin là, on dévie un peu du sujet de ce topic. ^^ Donc Yamamoto, oui, est clairement différent d’un personnage tel que Ichigo présentant des valeurs toujours positives. Le Papy est un général d’armée et en tant que Shinigami (dans le sens Balancer), il a pour devoir d’assurer l’équilibre des âmes entre la Terre et Soul Society. D’après ce qu’il nous été expliqué dans le manga, un déséquilibre du flux des âmes entre ces deux côtés détruiraient le monde des humains. Pour éviter cela, il doit être capable de par sa position hiérarchique de prendre des mesures que peu de monde ne trouverait moralement acceptable. La mort de Yamamoto va apporter un renouveau au Gotei 13. C’est quasi certain ne serait-ce que parce que son remplaçant même s’il était son disciple préféré et certainement vecteur des mêmes valeurs, est bien différent de son mentor de par sa clairvoyance et sa souplesse très souvent mises en avant là où l’ancien général préférait défendre et croire un système et ses lois archaïques de façon obtue jusqu’à l’après ellipse de 17 mois.
  10. @elimor, Ce que je voulais dire en parlant d’honneur pour Ichigo et Renji, c’est que lors de la préparation au sauvetage de Rukia et au cours du combat avant son exécution, ils ont juré de la sauver. Ils ne l’ont juré à personne mais à leurs propres « âmes ». À mon sens, à partir du moment où ils prêtent serment, c’est là que la notion d’honneur et de fierté entre en jeu pour pouvoir respecter cette promesse. Et il en va de même pour Byakuya qui a juré à Hisana de toujours veiller sur Rukia. D’où le fait qu’il mette son honneur et sa fierté en jeu lors de ses combats au Hueco Mundo où Rukia est à chaque fois en position critique. Après, oui, Byakuya semble être redevenu l’être qui était prêt à transgresser les règles si tout du moins ne met pas en danger l’intégrité de Soul Society. Mais je pense que l’on est totalement d’accord sur ton propos de la notion de protection qui est positive et permet au combat pour l’honneur de s’avérer victorieux et faire une distinction, entre les combats d’honneur avec la notion de protection d’autrui pour leitmotiv et les combats d’honneur pour réparer une injustice, laver un affront où cela s’apparenterait plus à un motif de vengeance. Pour l’exemple de Kaien, je ne sais pas sur quelle référence tu t’appuies mais la parution française rejoint ce que tu dis à savoir que Kubo introduit ( lors du combat Ichigo vs Grand Fischer ) par l’intermédiaire du souvenir des paroles de Jûshirô à Rukia qu’il existe deux types de combat : la « bataille pour survivre » et la « bataille pour l’honneur ». Sauf que ces deux combats pour l’honneur ont une forte connotation de quête vengeresse : Ichigo venge sa mère et Kaien venge sa femme. Ce qui a aboutit à une issue malheureuse pour les deux. Si on regarde à côté de cela, le combat de Isshin vs Grand Fischer, il avoue ne pas avoir engagé ce combat dans un but vengeur ( ce qui n’est pas faux puisqu’il intervient pour protéger le corps de son fils occupé par Kon ) même si au final il lave l’honneur de sa famille en abattant le Hollow qui a brisé sa famille. C’est sans aucun doute le combat pour l’honneur le mieux représenté à ce jour car sans doute le mieux équilibré entre la volonté de protéger d’un côté et l’envie de laver un affront de l’autre. Pour Yamamoto, le samouraï véhicule un message positif fait de valeurs et de codes de discipline et d’honneur s’accompagnant de son allégeance pour le souverain. [ Mais le régime féodal de l’ancien Japon n’était pas parfait, loin de là ( les guerres de pouvoir ou territoires y étaient omniprésentes ) mais le samouraï en était le garant plus symbolique de ce système et se devait d’être « irréprochable » moralement. ] Tout comme le système ( judiciaire surtout avec la Chambre des 46 ) de Soul Society est vraiment imparfait, inique, etc… Et oui, Yamamoto était le garant mais surtout la figure de proue de ce système. Ce n’était pas pour rien que de tous les Shinigamis ou Visored présents, seul Yamamoto était destiné à être tué de la lame de Aizen car il était l’incarnation d’un système qu’il souhaitait complètement renouveler, rendant la mort du vieux général nécessaire pour ses projets. Mais cela ne rend pas Yamamoto inique ou malfaisant, il était le parfait soldat obéissant aux ordres des représentants de la justice qu’il vénère plus que tout, c’était là sa faiblesse, son amour pour la justice de la société ( pouvant se montrer intolérable ) qui primait sur tout le reste. Car un bon soldat / samouraï ne remet pas en question les ordres qu’il reçoit ( dans le japon féodal, remettre en question les ordres de son souverain entraînait la mort du samouraï ). La révolution du système n’était pas du tout dans ses intentions contrairement à des personnages tels que Aizen ou Ichigo. Mais les conséquences de leurs actions ont su briser sa coquille et il a finit par transgresser des règles établies sous couvert d’un remboursement de dette comme tu le dis. En choisissant de porter le destin de Soul Society et du monde matériel sur ses épaules, Yamamoto n’a pourtant pas pu échapper à la défaite et la mort face à l’Empereur. C’est pour cela qu’il m’est d’avis que c’est en mettant ces deux mondes en danger ( en utilisant son Bankai 2 fois ) que le Shinigami s’est rendu compte avoir dévié de son serment en redevenant ( même si pour un temps limité ) le « monstre » qu’il ne souhaitait plus jamais revoir apparaître dans Soul Society.
  11. Plus encore que l’honneur ou la fierté, et de façon plus globale, ce sont toutes les quêtes vengeresses qui entraînent une issue malheureuse ou un échec dans Bleach. La notion de « combat d’honneur » est extrêmement floue et il y a beaucoup de personnages qui pensent agir au nom de la justice ou par honneur alors qu’ils ne cherchent bien souvent que la vengeance. Et c’est ce qu’il les perd presque toujours. Il m’apparaît même presque le schéma inverse pour les questions de fierté et d’honneur hors contexte de « vengeance sous-jacente ». Plusieurs personnages peuvent incarner cette intention donnée par l’auteur. Si on prend l’arc Soul Society pour exemple, je dirais que Renji et Ichigo incarnent assez bien cela dans leurs affrontements respectifs face à Byakuya ( post entraînement au Bankai ). Certes, Renji s’est fait battre à plate couture par son Capitaine, néanmoins, sa force de conviction ( son désir de surpasser Byakuya ) et son serment de sauver Rukia sur son âme ( tout comme ce fut le cas pour Ichigo ) ne lui ont pas permis d’arracher la victoire ( qui s’est quand même jouée de peu ) mais ont eu pour effet de faire vaciller de façon significative la conviction de Byakuya. Ce qui, plus tard, aura son incidence dans le duel l’opposant à Ichigo à la fin de l’arc et lui permettant d’affronter le Shinigami dans des conditions qui lui auront été favorables ( pour Ichigo ). Et au cours de l’arc Arrancar, Byakuya a combattu avec son honneur mis en jeu, celui de tenir la promesse qu’il a faite à sa femme Hisana avant sa mort de veiller sur Rukia. Et pour les deux combats dans lesquels il a été impliqué et où sa sœur était en danger ( Zommarie et Yammi ), il a su briller. On pourrait dire de même pour Ikkaku ou Yumichika dont la fierté ( plus ou moins bien placée ) les pousse à combattre en se bridant volontairement en ne révélant leur véritable pouvoir en public parce qu’ils souhaitent rester auprès de leur Capitaine de division. T. Kubo a, cependant, montré les limites de ces sentiments de fierté avec Byakuya dans l’arc actuel vaincu par sa peur de ne pouvoir tenir sa promesse et Ikkaku vaincu parce qu’il n’a pas su être assez fort pour vaincre son adversaire sans avoir recours à son Bankai dans la bataille de la fausse Karakura ( qu’il s’est refusé d’utiliser en présence de tout le monde ) mais a contrario des combats de fierté à but vengeur, ici, leurs échecs ont eu pour but de leur faire prendre conscience de ce qui clochait pour leur permettre d’aller de l’avant. En tous les cas, c’est ainsi que j’ai compris que la grosse raclée que s’est prise Byakuya par Äs Nödt lui donnera la possibilité d’évoluer lui aussi même si la façon de procéder reste à déterminer pour lui au vu de son état actuel. Pardon pour la digression, c’est parti en hors sujet mais j’ai trouvé le sujet intéressant suffisamment pour vouloir donner mon avis sur la question. Pour revenir sur Yamamoto, j’ai trouvé que sa défaite et sa mort reflètent bien le personnage à savoir qu’il était le personnage tellement fort et invulnérable que son ennemi tout puissant qu’il pouvait être aussi ne pouvait l’affronter « à la loyale » en 1 vs 1. Et c’est là que le bât blesse car Yamamoto est un guerrier qui respecte des codes, et d’après l’Empereur Quincy, c’est bien ce qui est reproché au vieux général, le fait d’avoir changé au cours des derniers millénaires. Se décrivant lui-même comme un « monstre », Yamamoto avant de fonder le Gotei 13, était ce qui peut se rapprocher le plus d’un rônin dans la culture orientale. Un guerrier sans attaches, vivant librement, sans règles de conduite à suivre. Un vagabond sanguinaire comme le décrit Juha Bach et comme les congénères qui l’ont suivi autrefois. Un comportement qui évolue au fil du temps au contact de personnages tels que Chûjirô, ou encore lors de la fondation de l’université des sciences spirituelles ou dans l’éducation de jeunes élèves qu’il considérera le restant de sa vie comme ses fils ( Syunsui et Jûshirô ). Toutes ces choses qui finalement prendront de la valeur aux yeux de ce guerrier et qu’il souhaitera préserver de toutes ses forces. Et parallèlement à cela, ce « vagabond » finit par rentrer dans le rang en se soumettant à une autorité suprême, le Reiô d’abord et la chambre des 46 de Chûo par la suite ( même si ici la chronologie des évènements reste incertaine quant à la date à laquelle le Reiô a quitté le Sereitei ) pour devenir alors un guerrier se rapprochant le plus de la définition d’un Samouraï. Les codes d’honneur, la soumission à l’autorité et toutes les autres caractéristiques qui l’accompagnent le tout poussé à son extrême, il en était l’allégorie la plus forte dans le manga ( cf. le combat contre ses disciples dûe à un écart du chemin de la justice de leur part ). Et je pense que c’est cela que lui reproche l’Empereur lorsqu’il lui dit qu’il n’est pas considéré comme une « Arme Spéciale » car trop ancré ou enfermé dans ses codes de conduite ( Yamamoto a toujours combattu en mettant cartes sur table contre des adversaires qui utilisaient sa droiture et la retournaient contre lui ) qu’il a au final renié ce qu’il était et ce qui faisait de lui le guerrier le plus puissant en se bridant inconsciemment (ou non après tout ) avec sa ligne de conduite qu’il s’impose depuis un long moment déjà. Je trouve, par ailleurs, la dernière phrase de Yamamoto intéressante. Celle dont il se souvient au moment de sa mort lorsqu’il répond au jeune Syunsui que si un jour le « monstre » ( Yamamoto version souvenir Rônin ) du portrait devait revenir alors cela signifierait qu’il ( Yamamoto Samouraï ) ne reviendrait plus jamais. Car on peut remarquer une certaine tristesse dans son expression une fois que son Bankai lui a été pris après qu’il a tenté de l’invoquer pour la seconde fois ( chose qu’il s’interdisait depuis une éternité ) dans la même journée. Un Bankai capable de détruire tout Soul Society. Et au final, peut-être que Yamamoto a baissé sa garde à ce moment critique et a hésité fatalement car il ne souhaitait pas redevenir le « monstre » qu’il était autrefois. Néanmoins, il est resté fidèle à son idéal de code de vie et mort puisqu’il « meurt debout » ( cf. poème du tome 45 ) et même après continue à vouloir protéger ce qui lui est cher en tentant de retenir l’Empereur. C’est, tout du moins, l’impression qui m’aura été laissée de lui par l’auteur.
  12. La couverture du tome 57 en HQ ( cliquez pour agrandir l'image ) : Le poème de Byakuya : Les bonus de fin de chapitres :
  13. Tout simplement parce que les différentes étapes de libération du Zanpakutô passent par le Shinigami et dépendent donc de celui-ci de façon générale. L’exception étant que le Zanpakutô peut repasser de l’état de Bankai à scellé ( ou Shikai… ) contre la volonté du Shinigami, si celui-ci n’a plus de Reiatsu pour le maintenir ( signifiant qu’il est à l’article de la mort ) comme on a pu le voir lors des confrontations Renji vs Byakuya ou Ichigo vs Ulquiorra. ( NB :L’autre exception est le vol de Bankai par les médaillons du Vandenreich dans l’arc actuel ). Pour le chapitre qui s’il faut le reconnaître est un chapitre de réintroduction ( très, très rapide ) d’anciens personnages présentés de façon même quasi anecdotique pour certains comme le retour du clan Shiba dans l’intrigue, n’en est pas pour autant dénué de grosses ( bonnes ) surprises. Sinon Kon semble être devenu un véritable couteau suisse, c’est à se demander quelles autres modifications la Division 12 et Urahara lui ont implanté au cours de ces 17 derniers mois, le pauvre… Je me demande également quel pourrait être la nature du petit arrangement passé au Hueco Mundo qui aura évité à Kisuke de se faire hacher menu par Grimmjow. ( Un moyen de devenir plus fort ? La possibilité de pouvoir affronter Ichigo une fois encore ? ) Le plus gros point d’interrogation reste la présence des Fullbringers dans la résidence du clan Shiba. Alors certes, Ichigo a pardonné et laissé couler en demandant à ramener le corps de Ginjô sur Terre mais au-delà de cela, je ne peux m’empêcher de penser qu’au final, il se pourrait que tout ce petit monde se connaisse déjà. Lors du précédent arc, Ginjô avait appâté Ichigo en lui faisant constater à quel point celui-ci ne connaissait rien de rien de l’histoire de sa famille ce qui semblait être le contraire pour le Fullbringer lors de sa demande de recherche de Isshin ( mystérieusement disparu au cours d’une bonne partie de l’intrigue à ce moment-là ). Et si Ginjô avait connu toute la famille à l’époque où il était lui-même un Shinigami remplaçant ? J’espère enfin pouvoir lire un petit bout de l’histoire de Ginjô que le précédent arc ne nous a pas laissé mis à part le souvenir de Tsukishima enfant. Le nouveau look de Ganjû en jette un max, ne manque plus que Bonnie. ^^ Grosso modo, ce chapitre permet de percevoir les prémices de la riposte avec la préparation des ennemis d’hier devenant de nouveaux alliés pour les Shinigamis en vue d’un second round avec les Quincy.
  14. Un peu dans le même registre, on a pu constater qu’il existe 5 membres dans le Détachement Royal et que, de même, il y a 5 personnages qualifiés « d’armes potentielles / spéciales ». Personnages spéciaux dont on sait, pour au moins deux d’entre eux, que l’Empereur Quincy a tenté de les recruter lors de l’assaut de Soul Society. Cela n’est sans doute qu’une coïncidence mais je me demande si l’Empereur ne chercherait pas à se créer son escorte en recrutant ces « armes potentielles / spéciales » sachant que son armée devrait faire face aux membres du Détachement Royal. Peut-être même les connaît-il déjà, ce qui expliquerait qu'il n'ait pas souhaité rester dans Soul Society ( avant de se rendre compte qu'il ne le pouvait pas de toute manière à cause de Aizen ) après sa victoire sur Papy.
  15. Bliz

    OST

    Les chaudes et douces sonorités de la guitare flamenca... Le flamenco qui provient de l’Andalousie en Espagne ( pas du Mexique ) est vraiment une musique qui colle bien aux Arrancars. On retrouve ce thème dans l’OST #3, je pense que celle que tu recherches doit être .
  16. On sait qu'il va bien tout comme pour Orihime, Chad et Nell depuis le chapitre 515. Donc que la personne qui les a sauvé était un allié ( peut-être Isshin ? ). Après lecture du chapitre, je trouve le chara-design assez marqué de la Division 0 bien vu de la part de l’auteur. Montrer des personnages au physique hors normes et au caractère excentrique colle bien avec le fait qu’ils soient si spéciaux, étant l’élite parmi l’élite ( et pas uniquement en techniques de combat mais aussi en sciences et en sorts de soins ). Même si on sait que déjà pas mal de personnages dans Bleach ont un physique atypique sans pour autant être inintéressants. Les retrouvailles sont pour le moins très étranges entre joie de se revoir pour les uns ( Shinji / Kirio et Mayuri / Shutara ) et une tension palpable suite au véritable but de leur venue sans parler des reproches même pas cachés des uns envers les autres. Ils ont apparemment été envoyés par le Reiô pour reconstruire le Gotei 13 et au vu de tous les sous-entendus derrière les paroles du Détachement Royal, ça a l’air de vouloir dire un sérieux remaniement des 13 Divisions. Avec peut-être la nomination d’un nouveau Capitaine général pour commencer. La question qui peut se poser également est de savoir ce qu’il adviendra des Capitaines ayant perdu leur Bankai à l’avantage de l’ennemi ( y aura-t-il sanction par exemple ? ).
  17. @Pumpkin, Merci pour ton post regroupant toutes les informations concernant le Vandenreich, c'est assez complet. Mais en revenant sur ton premier point, je n'ai pas saisi pourquoi tu ne considérais pas Ebern Asguiaro ( son nom dans le tome 55 ) comme un Arrancar "reconverti". C'est pourtant ainsi que le nomme Haschwald après que l'Empereur l'ait éliminé lui et l'autre soldat masqué ( peut-être aussi un Arrancar au vu de son apparence et attitude ). Les Arrancars sont des outils pratiques pour le Vandenreich car ils ne nécessitent pas d'être entraînés pour le combat. Ebern ne se considérait peut-être plus comme un Arrancar une fois qu'il a réussi à manipuler les Reishi au point de maîtriser des techniques Quincy comme la création des arcs spirituels ou l'utilisation du médaillon ?
  18. Bliz

    OST

    Est-ce celle-ci : ? Cette bande-son ne se trouve effectivement pas dans les OST connues mais on peut la retrouver dans les bonus CD du Bleach - 5th Anniversary Box Bonus CD & DVD regroupant les OST manquantes de l'arc Soul Society. Celle que tu cherches est peut-être la bande-son BL_56 ?
  19. Justement, on ne connaît rien de son Bankai. Et de la façon dont Jûshirô en parle, il semble dangereux de l'utiliser dans une zone où il y a trop de monde. On en saura plus lorsqu'on le verra l'invoquer. Mais même à ce moment-là, c'est encore plus problématique car si certains personnages peuvent encore se déplacer, d'autres sont complètement KO, soignés et gardés par d'autres Shinigamis. Comment voudrais-tu mettre à l'abri tous ces blessés ? De plus, les Vizards sont arrivés à ce moment-là également et ils n'avaient aucune envie de laisser la chance de pouvoir se venger et tuer Aizen à un autre personnage, un Shinigami qui plus est. C'est bien ce que j'en ai compris aussi, oui.
  20. Personnellement, j'ai trouvé que le personnage avait évolué au niveau psychologique au cours de son apparition dans l'arc du Lost Agent. Il a notamment cessé de prendre constamment son adversaire de haut ( très haut même parfois ). Sa façon de se battre est elle aussi différente, il aborde les combats d'une manière plus libre comme en témoigne son aveu à Tsukishima. Après comme je l'ai déjà dis aussi bien Ichigo que Rukia ont déjà connu les sentiments de deuil après la perte d'être très chers, à part les rendre plus tristes encore, je ne vois pas l'intérêt de sa mort ici. Et pour Renji, sa dernière parole pour lui aura une bonne boutade quand même je n'y ai pas vu là le fameux lègue que le mentor ou modèle laisse à son disciple ou successeur comme cela a déjà été fait à la mort de personnages importants dans Bleach. Après, j'attends de voir comment les choses finiront mais cela reste le choix de l'auteur même si la disparition d'un pilier comme Byakuya dans l'histoire aurait plus tendance à créer un vide qu'un effet bénéfique. Wait & see comme on dit...
  21. J'espère que tu seras d'accord avec moi si je dis que la position de Shunsui par rapport à Papy est suffisamment différente pour qu'il n'ait ni le droit ni l'autorité de prendre de telles décisions quant aux résultats d'une bataille ? Yamamoto est le Capitaine Commandant, s'il décide de risquer la vie de ses hommes pour en vaincre un seul, c'est à lui seul que cela incombe de le faire, pas à un subordonné. C'est la hiérarchie militaire tout simplement. De toutes les manières, Aizen est désormais immortel, il n'y a rien ou presque qui puisse le tuer depuis sa fusion avec le Hôgyoku. Donc cette question est pour moi réglée depuis que nous l'avons appris à la fin de l'arc Arrancar. Pour emmener l'Espada où ? Je te rappelle que l'espace de combat était pour le moins limité sur Terre. Il était donc interdit de se battre aux frontières de la zone délimitée sous peine de faire revenir la vraie Karakura et ses habitants sur Terre. Non ce n'est pas ce qui s'est passé, en tous les cas pas dans les résumés / spoilers que j'ai pu lire. Shunsui et l'ensemble de la 11ème devaient être présents lors du combat permettant à Azashirô de devenir le 8ème Kenpachi. Comme Tôsen l'avait expliqué, l'une des 3 façons de devenir un Capitaine est de vaincre l'ancien en présence de 200 soldats ( soit la totalité d'une Division militaire ). Shunsui et le 7ème Kenpachi étaient amis de longue date je crois me rappeler, ils avaient participé à de nombreuses batailles / guerres ensemble. Pas la moindre idée quant à sa décision de refuser la promotion à la Garde Royale. Mis à part leurs ressemblances physiques, il n'y a rien qui indique que Ginjô et Kuruyashiki Kenpachi soient la même personne. Ce sont deux personnes différentes, on connaît le passé de Ginjô par le manga. C'était un Shinigami Remplaçant. De plus, il disposait du pouvoir du Fullbring auxquels seuls les humains ont accès. J'ai plutôt l'impression que cela ne fait qu'accentuer le parallélisme entre Ginjô et Ichigo car tous deux semblent avoir eu des "doubles" Shinigami avant d'entrer dans cette histoire ( pour Ichigo, c'était Kaien Shiba qui lui ressemblait comme deux gouttes d'eau ).
  22. T. Kubo a beau avoir confirmé, dans le roman, l’extraordinaire puissance de Zaraki, il vaut mieux attendre que cela soit indiqué dans le manga ( de la même façon que cela fut fait pour la survie de Harribel et ses Fracciones ). Si on retrouve cela dans le manga alors, pour ma part, je trouve que cela permet enfin de mieux expliquer les combats de Zaraki et les rapports de force que certains estiment désordonnés dans le manga. Dont le fameux « mais comment Zaraki peut-il vaincre Nnoitra alors qu'il a été vaincu par Ichigo en Shikai ? » Il me tarde d’en découvrir plus sur les mystères et l’évolution de Ken-chan. Pour Shunsui et sa non libération de Bankai pendant la bataille contre l’Espada et Aizen, il m’est avis que si l’auteur insinue que le Capitaine aurait pu vaincre Aizen s’il l'avait utilisé, c'est qu'il est probable que cela soit vrai. Maintenant, il faut se rappeler que la raison pour laquelle il ne l’invoque pas et celle donnée par Jûshirô ( qui est celui qui le connaît le mieux dans le Gotei 13 ) qui est qu’il ne doit pas l’utiliser en présence d’autres personnes. Et qu’il existe des Zanpakutôs dont les rayons d'action sont si grands de part leurs puissances qu’une fois en Bankai, cela peut entraîner le risque de blesser ou tuer ses alliés ( cf. Hyôrinmaru et l’avertissement de Tôshirô à Kira dans l’arc Soul Society ou Ryûjinjakka et le risque de destruction de Karakura avec tous les Capitaines et Vizards pour tuer Aizen au cours de l’arc Arrancar ou même le Bankai du 7ème Kenpachi mais là c’est dans le roman ). Il me semble que si nous n'avons pas eu droit de découvrir certains Bankai au cours de la bataille de Karakura, cela peut s’expliquer par la dangerosité et les contraintes d’utilisation de ceux-ci au milieu de tant de monde.
  23. Une réaction de mécontentement forte de la part des fans du personnage de Byakuya est tout à fait normale, ce que je trouve moins normal c’est qu’elle prenne de telles proportions ( cf. les tweets d’indignation ) alors que rien n’a été confirmé sur son statut. Il y a, je trouve, un vrai manque de recul de leur part connaissant la difficulté à déterminer avec certitude la mort d’un personnage après une défaite et malgré l’état dans lequel il se trouve dans Bleach. Pour ma part, si je ne vois pas Byakuya mourir ici, autrement que le fait qu’il soit super populaire dans le manga, c’est « l’intérêt » au niveau de l’histoire et l’impact sur les autres personnages suite à sa disparition qui me laisse sceptique. Parmi les personnages les plus proches de lui : Rukia a déjà connu la culpabilité et la peine d’avoir perdu la personne qu’elle admirait le plus, Kaien. Qu’apporterait la disparition de son frère de plus pour la faire mûrir ? Chose qui n’est pas du tout nécessaire pour elle. Ichigo également a déjà connu ces sentiments comme Rukia après la disparition de sa mère presque sous ses yeux. À part le rendre encore plus frustré qu’il ne l’est déjà ( coincé dans le Garganta ), je ne vois pas ce que cela va changer pour lui. Renji, à la rigueur, pourrait être celui qui aurait le plus à apprendre de cette disparition. Le gros point noir, et pas des moindres, reste l’absence totale d’héritage ou passage de relais entre maître / élève qui reste un élément classique dans les Shônens et dans Bleach également ( cf. les morts de Kaien et tout ce qu'il transmet à Rukia avant d'expirer, Tôsen et son héritage sous forme d’enseignements qu’il laisse à Shûhei ou même la mort de Gin qui tente de faire passer le flambeau à Ichigo au cours de leur duel avant d’affronter Aizen parmi d'autres exemples... ). Et donc qu’aurait à apprendre Renji de la mort de son Capitaine ? Au niveau de l’histoire, mis à part le fait pour l’auteur de faire passer le message du genre « c’est une guerre, personne n’est à l’abri » je ne vois pas très bien ce que cela apporterait. Et même cela me donnerait la désagréable impression que l’auteur souhaite se débarrasser de personnages très fortement ancrés dans l’histoire simplement pour ne plus à voir à s’en occuper alors qu’il lui reste encore des choses à développer chez lui, de mon avis. N’oublions pas que Byakuya fait parti des 4 Familles Nobles de Soul Society et qu’il y a ici moyen de développer pas mal de choses en rapport avec la famille Royale et l’histoire de Soul Society ( vieille d’1 million d’années quand même ) qui devraient constituer la suite de ce qu’il reste à découvrir dans cet arc. Pour toutes ces raisons, je ne vois pas Byakuya mourir, là c’était vraiment de la violence crue, une exécution sommaire, pas assez d'esprit Shônen... ^^
  24. Le débat au sujet de Zaraki est bien fourni mais c’est dommage que cela parte un peu en hors sujet par rapport au chapitre à l’évocation de comparaisons entre Capitaines non présents dedans. Le chapitre est vraiment très bon encore une fois, d’un point de vue technique, la mise en scène est saisissante. On ressent très bien toute l’horreur et le drame dans ce combat, la défaite de Byakuya n’en est que plus tragique ( mention spéciale à Renji mais également à Rukia )… Le titre est écrit en japonais dans la version originale, de mémoire, je crois que c’est une première dans Bleach, mais au vu de sa signification une fois traduit, ce n’est pas très encourageant pour Bya-Bya même si j’ai du mal à le croire mort. Il reste plusieurs moyens encore possibles pour le soigner malgré l’état dans lequel il semble être. D’ailleurs, une supposition permettant d’éviter que Bya-Bya ne meurt m’est venue en tête après la lecture du chapitre. Et si, il était possible que Senbonzakura ait pu "épargner" son ex-propriétaire ? De la même façon un peu que lors des entraînements à la maîtrise de Zangetsu pour Ichigo où même s’il reçoit des blessures de la part de son Zanpakutô, celui-ci s’arrange pour éviter de le blesser de façon mortelle. Le lien existant entre un Shinigami et son Zanpakutô est extrêmement fort ( c'est même au-delà de ce qualificatif en fait puisque cela peut même devenir fusionnel ), j’ai un peu de mal à voir ce lien brisé aussi facilement après un vol. En tous les cas, c’est ce que j’espère, sa mort paraissant tellement inconcevable malgré la violence des coups reçus. En ce qui concerne Zaraki… Il me semble qu’il ne fait que dorer un peu plus encore son titre de « Kenpachi » et avec une grande classe en se promenant avec ses 3 Sternritters embrochés sur son Zanpakutô en guise de trophées de chasse. Du Blut défensif pour le personnage qui a réussi à trancher le Hierro le plus solide de l’Espada, cela ne doit pas être si difficile que cela. La puissance réelle de Zaraki fait partie des plus grands secrets annexes de Bleach mais sans trop en révéler, il n’a pas passé les 17 mois de l’ellipse à se tourner les pouces et son nouveau cache-œil n’est pas là juste à titre esthétique non plus, je pense. Il me tarde de voir ce qu’il va se passer par la suite bien que la situation puisse paraître critique pour lui maintenant face aux deux commandants du Vandenreich, je ne suis pas inquiet pour lui. Zaraki fait peut-être lui aussi parti des 5 « Armes de Guerre spéciales » tout comme Ichigo, après tout. Vivement la suite ! ^^
  25. Plus que la vitesse des coups, c'est surtout la particularité chez Ichigo de ne pas être sensible au vol de son Bankai qui est l'avantage à avoir contre un Quincy. Le boost de puissance apportée par la libération du Bankai varie entre 5 à 10 fois par rapport au Shikai. En plus de cette puissance ajoutée, la vitesse des coups portés par le Zanpakutô est aussi augmentée comme on pu le constater avec plusieurs Capitaines dont Byakuya ou Gin. Cela représente forcément une source d'ennuis pour les utilisateurs de Blut. Quant au fait que l'accent n'ait pas été mis sur la vitesse de Tensa Zangetsu au cours de l'arc Arrancar, cela tient surtout à la puissance de l'Espada de prime abord. Même les plus rapides des Capitaines ( censés l'être plus que Ichigo pourtant ) n'ont pu les surclasser dans ce domaine. Sinon, comme beaucoup, je pense que le personnage qui tranche Kirge en deux est notre belle panthère, il y a quand même beaucoup d'indices en sa faveur. Même si cela semble prévisible, il faut reconnaître que c'est là l'intention de T. Kubo puisqu'il a lui-même déclaré que Grimmjow avait une grande probabilité d'apparaître dans cet arc. De plus cette entrée en scène est typique chez ce personnage. Il avait fait de même pendant l'arc Arrancar lorsqu'il débarque dans la chambre de Orihime pour la protéger en dézinguant Loly et Menoly puis en la secouant un peu. C'est son style. ^^ En revanche, je ne serais pas contre le fait que cela soit un autre personnage, genre Isshin dont l'absence depuis le début de cet arc est étrange ( comme pour d'autres aussi ). Le coup reçu par Kirge pourrait aussi bien être un Getsuga Tenshô mais cela n'expliquerait pas l'expression embarrassée de Kisuke à la fin du chapitre. Vivement la suite !
×
×
  • Create New...