Jump to content

Bienvenue sur les Forums Mangas France.

Lors de votre inscription, merci de vérifier vos SPAMS. Le mail de confirmation y va à quasiment à chaque fois.

 

Pour lire vos mangas préférés, une seule adresse :

SCANTRAD FRANCE

Bon surf sur nos forums !



Jon Bull

Créature Divine
  • Content Count

    6735
  • Donations

    10.00 EUR 
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Jon Bull

  1. Jon Bull

    Star Wars

    Snoke n’avait pas de background et c’était justement le moment de le développer. Par ailleurs, Palpatine n’en avait pas non plus avant la trilogie. Bref tout "sort de nul part" au début et c’est normal, il restait deux longs films de 2h30 pour lui donner de la substance. Quand au film qui a été apprécié, je parlais du 9. Beaucoup de gens pestent dessus mais j’en ai aussi entendu du bien, au final est-ce que le retour de Palpatine a entrainé un échec commercial ? Non. Le retour de Palpatine est une terrible idée mais ça a quand même attiré un certain nombres de téléspectateurs en plus d’en conquérir. Quand à Ben Solo tu te trompes sur ton analogie avec Anakin, car on observe au contraire le chemin inverse, là ou Anakin penche du coté obscure, son petit fils penche plutôt du bon, et la trilogie de base tant vers la rédemption (et Vader est de base beaucoup plus ancré dans le mauvais côté de la Force). Aussi le personnage a un cruel manque de charisme pour faire figure d’ennemi concluant une saga de 9 films.
  2. Jon Bull

    Star Wars

    En quoi developper Snoke est trop "facile" ? La facilité n’est-elle pas de faire revenir Palpatine pour servir de méchant ? Développer l’univers de Star Wars plutôt que de repomper sur de l’existant est à l’inverse du facile, ce n’est pas pour rien qu’ils ont fait revenir Palpatine car outre les critiques virulentes, y a quand même énormément de gens qui ont aimé le film. En ce qui concerne Ben, tu as raison et tord. Le 8 nous montre au contraire un moment de connexion entre Leia et son fils via la force (quand il renonce à lui tirer) et elle a ressenti qu’il n’était pas perdu. C’est encore une des nombreuses choses déconstruites dans le film 9 qui n’a comme continuité en réalité qui son chiffre.
  3. Jon Bull

    Star Wars

    Bof le script, je vois pas ce qu’il a de supérieur. Déjà y a rien de bien excitant en le lisant mais en plus ne pas donner de redemption à Ben est un non sens et va à l’encontre de la trilogie de base. Alors oui il n’y a pas de retour de Palpatine (et tant mieux) mais faire de Ben l’ennemi final ne me parait pas être un bon choix, on voit bien que le personnage bascule entre les deux côtés tout au long des deux premiers films ce qui fait qu’il n’a pas l’étoffe pour être la dernière figure à abattre qui conclue 9 films. Le point noir restant Snoke qui sert à rien, le manque d’exploitation de ce personnage est un immense gâchis, je trouvais qu’il dégageait un énorme charisme la première fois qu’on l’a vu et semblait surpuissant dans l’usage de la Force (contrôle Rey comme une poupée, éclair instantané, lie Rey à Ben à travers la Force, utilise la Force sur Hux en étant à des milliers de km). Personnellement, j’étais persuadé qu’il avait survécu via un tour de passe passe de la Force. Star Wars est un univers immense, j’aurais voulu qu’il exploite davantage cet aspect et ça aurait pu se faire via Snoke.
  4. Jessica Jones en série, mais un peu par défaut cela dit dans la mesure où je n'ai regardé aucune des autres séries. Cela dit, j'ai assez aimé pour lui accorder un vote. Dommage qu'on ait pas de suite, JJ étant la série la plus sombre des Defenders. Joker : Meilleur film de l'année et d'assez loin, le seul défaut est qu'on veut la suite ! Avengers Endgame : J'ai trouve ça assez nul, je me suis presque endormie pendant la séance. Film beaucoup trop long pour ce que ça raconte, m'enfin bon, c'est bien la dernière fois que je me laisse entrainer par ce genre de film. Alita Battle Angel : En faisant preuve d'honnêteté intellectuelle je dois reconnaitre que ce n'est pas mauvais film de SF, mais pour autant, est-ce une bonne adaptation de Gunnm ? Absolument pas, le film n'en capte pas l'essence et le résultat est assez désastreux à mes yeux. C'est une chose de ne pas adapter le manga "de manière fidèle", c'en est une autre si ce qu'on propose à la place ne vaut pas un clou. Pourquoi avoir rendu les personnages aussi clichés et vides ? Ido est transformé en bon père de famille en deuil, Yugo/Hugo n'a aucune personnalité et on ne sait même pas pourquoi il veut se rendre à Zalem (d'autant que sa vie sur Terre n'est pas si mal), Makaku est totalement vide hors il en va tout autrement dans le manga... L'oeuvre a été vidée de sa substance pour être adressée à un public le plus large possible, ce qui à mon sens fut une idée assez stupide. Ils auraient du revoir le budget à la baisse en supprimant la partie sur le Motorball qui n'était pas nécessaire (il faut s'avoir qu'il adapte pratiquement 4 tomes avec ce film) et en se focalisant sur d'autres aspects comme le développement de personnage, la scène finale avec Yugo aurait eu bien plus d'impact si on avait appris à le connaitre davantage, la quête identitaire de Gally.
  5. Master Yoda no match, même si j’adore Obiwan. Han Solo en second vote, mais ça se joue sur rien pour ce second vote.
  6. Windu : J'aime bien l'acteur et le personnage est assez classe, dommage qu'il n'ait pas été un peu plus exploité dans les films, son seul moment était son combat contre Palpatine qui s'est volontairement laissé vaincre. Han Solo et Chewbacca : j'aime bien le duo, d'ailleurs je préfère le Han du film 7 à la trilogie qui aura été le personnage du casting à avoir été le mieux géré dans cette nouvelle trilogie. Sa scène finale avec son fils était très intense. Luke : je trouve que l'acteur jouait assez mal dans sa jeunesse, je ne pouvais pas m'empêcher de rire quand Darth Vader lui a révélé qu'il était son père. En revanche, il s'est bien amélioré à en juger par le film 8. Je trouve le personnage assez fade, je préfère un Obiwan ou encore Anakin. Mando : j'aime bien pour le moment, mais n'en suis qu'à l'épisode 4.
  7. Palpatine : l'empereur, l'emobidement du côté obscure de la Force à travers sa puissance, sa traitrise, son côté manipulateur. C'est très grave ce qu'il s'est passé durant le film 9, faire subir un tel traitement à une telle icône est absolument scandaleux et devrait être dénoncé avec bien plus de véhémence. Tiens j'avais pas vu Luke et j'ai donc oublié de voter en sa faveur, remarque il n'en a pas vraiment besoin. Il aura lui aussi été trainé dans la boue dans cette trilogie mais j'ai pu passer outre car je fais parti des personnes qui ont apprécié le film 8 pour diverses raisons et sentais un énorme potentiel pour la suite (mais le film 9 ne m'a pas donné raison). Par contre, je ne peux que constater que les auteurs n'ont pas compris le personnage (ou s'en foutait peut-être). Luke qui s'enfuit sur une île ou tente de tuer un gamin car il a peur de ce qu'il pourrait devenir c'est une grosse blague quand on sait que c'est lui qui a réussi à ramener du bon côté Darth Vador 😅 Luke qui reste en retrait pendant qu'un nouvel empire émerge sans apporter à sa soeur qui incarne la Résistance est également une grosse blague, lui qui en plus d'avoir incarné l'Espoir d'une partie de l'univers est également prêt à donner sa vie pour sa soeur. Bref... Vador : L'un des méchants les plus emblématiques du cinéma, je l'ai également bien aimé dans la prélogie, malheureusement il souffre de qualité d'écriture de dialogues assez médiocres... ^^
  8. Jon Bull

    Senjustu

    Le Senjutsu le plus puissant c'est celui du Rikudo que Naruto hérite après sa rencontre avec lui, mais qu'il semble perdre par la suite au vue de ses performances dans le manga Boruto... lol. En dehors du Senjutsu du Rikudo, ça dépend surtout de l'utilisateur. Celui d'Hashirama est démesuré car le personnage l'est, le Senjutsu lui apporte simplement un boost de puissance sur ses techniques. Je ne pense pas qu'il y ait de grandes différences entre Senjutsu, simplement des techniques spécifiques à l'animal associé comme le Taijutsu du crapaud, les techniques serpents de Kabuto, etc.
  9. @Jersey-louis Le Sharingan permet de manipuler l'esprit d'une personne, Itachi le fait par exemple sur une civile pour éloigner Jiraya de Naruto durant l'arc à la recherche de Tsunade ou encore pour forcer Kabuto à annuler le Tsukuyomi. Il n'y a rien d'illogique à ce qu'il puisse effacer la mémoire d'une personne. Quand à la cohérence, c'est comme pour un gengutsu classique, il y a des moyens d'y résister.
  10. Padmé : magnifique femme et actrice 😍 Leia : Monument du cinéma, actrice inspirant la sympathie et dotée de pas mal d'humour. Honte à Star Wars 9 pour le traitement qu'il lui a infligé.
  11. J'ai repris l'anime exceptionnellement pour cette arc (nostalgie), je m'étais arrêté vers l'épisode 40 donc autant dire que ça date. En faisant abstraction de la cohérence de l'univers qui est trainée dans le boue (qui ne date pas de cet arc), j'ai trouvé les phases de SoL de cet arc assez sympathique, revoir Jiraya, l'interaction entre Sasuke et Naruto, que Boruto puisse avoir un aperçu de ce que son père a enduré. L'ennuie vient du méchant Otsutsuki qui n'avait pas le moindre intérêt, et il faut dire que ça commence à être une chose récurrente avec les membres de ce clan... qu'il s'agisse de Kaguya ou les 3 des films, on peut difficilement faire pire. J'aurais aimé que l'arc soit plus long avec plus de phases de SoL, au moins ça m'aurait donné envie de continuer à regarder les épisodes.
  12. Jon Bull

    Soukyuu no Ariadne [Yagi Norihiro]

    Soukyuu no Ariadne Titre VO :蒼穹のアリアドネ Ariadne in the blue sky Dessin et scénario : Yagi Norihiro (Angel Densetsu, Claymore) Type : Shonen Genre : Fantasy, Science-fiction Editeur JP : Shogakukan Prépublication : Weekly Shōnen Sunday Date de publication : 6 décembre 2017 Nombre de tomes : ??/?? Synopsis: Le manga se focalise autour d'un certain garçon vivant seul loin des gens, mais qui chérit un rêve spécial. Un jour, il rencontre une fille solitaire et l'histoire commence lorsqu'il devient part intégrante du destin de la jeune fille. Chapitres dispo : https://mangadex.com/manga/22809
  13. Jon Bull

    Game of Thrones [Serie TV SAISON 8] (2)

    Je fais parti de ceux qui ont mis 0 à l’episode 6, oui c’était un brin exagéré mais j’ai vraiment pas aimé l’épisode. Globalement au niveau des épisodes : Episode 1 : Bon épisode, une bonne petite intro Episode 2 : Sympa mais pas terrible pour un épisode de saison finale qui ne compte que 6 épisodes. Episode 3 : Génial, un beau 10/10. Episode 4 : Très bon, un bon 8. Episode 5 : Génial, un bon 9/10 Episode 6 : Une catastrophe totale, 0/10. J’ai mis un 7/10 à la saison 8 car dans l’es ensemble, j’ai adoré la saison jusqu’au dernier épisode mais le dernier casse vraiment tout.
  14. Nom: JoJo's Bizarre Adventure Thèmes: Action, fantastique, super-pouvoir, histoire de famille Cible éditoriale: Shonen, seinen Auteur: Hirohiko Araki Prébublication: Weekly Shōnen Jump (1987 à 2005) et Ultra Jump (depuis 2005) Volumes: 113 (à la date du 04-07-15) Nous voici à la fin du xixe siècle en pleine Angleterre victorienne. Lord Joestar voit arriver dans sa maison le jeune Dio Brando, le fils de l'homme qu'il croit lui avoir sauvé la vie. Reconnaissant, il l'adopte après la mort de son père, mais le jeune homme s'avère ambitieux et n'a pour seul but que de s'emparer de la fortune des Joestar. Dio fera tout pour lui nuire et l'humilier afin de le détruire psychologiquement et atteindre son but. Voyant que cela s'avère vain et vaincu par sa force de caractère, il lui laisse un répit de plusieurs années. Tous deux désormais à l'université, il semblerait presque être des frères unis. Malgré les bonnes intentions de Dio, le doute persiste. Jusqu'à ce que Jonathan découvre que Dio a commis un parricide et tente désormais d'empoisonner aussi son père. Et quand un mystérieux ancien masque de pierre aztèque renfermant d'étranges pouvoirs apparaît, leur rivalité latente prend des proportions dramatiques et surnaturelles. Jonathan révèle au grand jour les plans machiavéliques de son frère adoptif. Acculé et sur le point de se retrouver livré à la police, Dio utilise cet étrange artéfact. Utilisant le sang de Lord Joestar, il abandonne son humanité et devient un monstre aux pouvoirs surhumains, craignant la lumière du jour et s'abreuvant de sang humain. Il tue les policiers présents avant de s'attaquer au héros encore sous le choc de la mort de son père. Seul l'apprentissage d'une ancienne technique martiale tibétaine, l'Onde, lui permet de vaincre celui qui change irrémédiablement sa destinée. Aidé de son nouveau compagnon Speedwagon et de son maître Zeppeli, il se prépare enfin à défaire les légions de zombies envoyés par son ancien frère adoptif pour l'exterminer. Le combat qui les oppose atteint son paroxysme en opposant le côté le plus noble de l'humain à son aspect le plus abject. Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Phantom_Blood#Synopsis Les années 1930, la grande dépression. Bien des temps ont passé depuis la dramatique conclusion de la confrontation entre Dio Brando et Jonathan Joestar. Joseph, petit-fils de ce dernier, s'avère être un surdoué qui maîtrise l'Onde depuis son plus jeune âge. Tête de mule et dur à cuire, il vient d'arriver à New York et apprend que Speedwagon aurait été tué... Parti à sa recherche au Mexique, il se retrouvera à combattre une forme de vie ultime réveillée par les nazis, Santana. Quand il apprend que trois autres de ses congénères sont sur le point de se réveiller à Rome, le voilà parti pour combattre ces êtres d'un autre temps. Il s'y fera un ami précieux et fera face à de bouleversantes révélations familiales au long de cette rude bataille... Joseph sera-t-il assez fort pour défaire ces trois menaces ? Quelles drames et révélations l'attendent en Europe ? Cette partie comporte les prémices de Stardust Crusaders. Notre héros voyage à travers le monde et y découvre les spécificités locales (culinaires en particulier). La série s'avère ce coup-ci plus proche d'un manga d'arts martiaux comme Hokuto no Ken et les opposants se battent de manière plus loyale que le fourbe Dio. Le graphisme y est beaucoup plus travaillé et on commence à y trouver les fameux passages bizarres et déconcertants, emblématiques de la série (notamment un combat de pâtes ou une course de chevaux-vampires). C'est aussi dans cette partie que commencent à apparaître clairement les références à la musique occidentale, principalement dans les noms des personnages (Santana, Esidisi, Wamuu). Cette partie possède une pléthore d'éléments nanar tout à fait assumés et mis à dessein : des vampires, des nazis, du kung-fu, un Joseph qui cabotine à longueur de temps, de l'exotisme, des scènes complètement loufoques au limite du ridicule (Joseph en travesti infiltre un camp nazi)... Toutefois, ce côté étant tout à fait voulu, cela ne fait que renforcer l'effet de surenchère et on entre de plain-pied dans cet aspect "bizarre" de JoJo's Bizarre Adventure qui le différencie des autres mangas. Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Battle_Tendency#Synopsis 1989, Tokyo, Japon. Voici la destinée de Jotaro petit-fils de Joseph et fils de Holy. Lycéen voyou et caractériel, il est enfermé en prison lorsque son grand-père, appelé en urgence, arrive. Jotaro semble possédé par un esprit et refuse de sortir de sa cellule. Il ignore qu'en fait il possède un Stand, un double psychique représenté sous la forme d'un corps astral aux pouvoirs incroyables. Une fois que son grand-père l'a mis au courant de la nature de son nouveau pouvoir, il lui apprend une bien terrible nouvelle. Dio, ennemi héréditaire de leur lignée, s'est réveillé d'entre les morts et cherche à tuer ses derniers représentants une bonne fois pour toutes. De plus, l'apparition des Stands à provoqué une terrible fièvre chez Holy, mère de Jotaro et fille de Joseph. Son esprit pacifique rejette le Stand et si Dio n'est pas annihilé d'ici cinquante jours, elle en perdra la vie ! Parti avec deux compagnons eux aussi possesseurs d'un Stand, Joseph et Jotaro partent pour l'Égypte afin de réaliser le but de leur destinée : détruire le démon une bonne fois pour toutes et sauver celle qu'ils aiment. Mais Dio est bien décidé à les tuer et envoie plusieurs assassins dotés d'un Stand afin de stopper leur avancée. Jotaro et ses amis arriveront-ils à en finir avec le terrible Dio qui semble lui aussi doté d'un Stand particulièrement redoutable ? Arriveront-ils à découvrir son terrible secret et à sauver Holy ? Partie sans aucun doute la plus populaire et la plus connue du manga à travers ses diverses adaptations, elle coïncide avec l'arrivée des Stands, l'arrivée à maturité de son créateur et un certain classicisme dans son déroulement qui se rapproche plus des canons du shōnen habituel. Une quête clairement présentée dès le début, un ennemi final bien connu et aussi une équipe de héros au caractère complémentaires et bien affirmés. Aussi, un voyage à travers l'Asie et le Moyen-Orient parsemé de petites anecdotes amusantes. Mais ces prémices classiques au contraire de desservir le récit permettront à Hirohiko Araki, l'auteur, de s'appuyer sur des bases solides qui lui permettront de donner libre cours à son imagination et parfaire sa grande invention : les Stands.Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Stardust_Crusaders#Synopsis 1999, Morioh, Japon. C'est la rentrée scolaire au Japon et Jotaro vient rencontrer un certain Josuke Higashikata. Jeune lycéen, il s'avère être à son grand étonnement l'oncle de notre ancien héros (fruit d'une relation adultère de Joseph avec une Japonaise). Il vient aussi le mettre en garde contre un mystérieux manieur de Stand qui vient menacer la vie paisible de sa petite ville. Troublé, Josuke se voit obligé d'accepter sa destinée lorsque le danger vient frapper à sa porte : protéger sa ville et ceux qu'il aime des malveillants manieurs de Stand qui commencent à apparaître... Est-ce que Jôsuke trouvera le courage de protéger sa ville de leurs assauts ? D'où vient cette étrange recrudescence de manieurs de Stands ? Et surtout, comment combattre une menace tapie dans l'ombre depuis des années se révélant au grand jour ? Ambiance locale pour cette nouvelle partie qui se déroulera dans un seul et unique endroit, la petite ville de Morioh au Japon. Vu que l'intrigue ne nous fera pas voyager cette fois ci, il concentrera tous ses efforts afin de créer une ville crédible et cohérent en redessinant le plan avec acharnement jusqu'à satisfaction. Hirohiko Araki nous offre sa partie préférée et la plus personnelle de son œuvre, en partie autobiographique. Elle se déroule dans une vision fantasmée de la ville de son enfance. Le protagoniste principal, Josuke, s'avère d'ailleurs être le héros préféré de l'auteur, son antagoniste, le déroutant Kira son vilain préféré et le très prétentieux Rohan son alter-ego de manga. Plus orientée vers le mystère et le suspense que les autres parties de la série, on y est plus proche d'un polar avec une touche de fantastique, tout en suivant le quotidien étrange de nos héros. Les aventures de Josuke sont fort appréciées des fans pour leur qualité graphique, l'originalité des situations et le plaisir renouvelé qu'elle apporte. Chaque apparition d'un nouveau possesseur de Stand ne donne pas systématiquement lieu à une confrontation et nous assisterons à des rencontres des plus insolites et très amusantes. Car l'humour de JoJo's Bizarre Adventure transparaît clairement dans cette partie parfois très décalée. Araki, devenu un artiste abouti, y laisse libre cours à son imagination et à notre plus grand plaisir nous pourrons assister à des situations aussi diverses qu'une romance adolescente, un repas gastronomique, un remake de Speed, de Misery, d'un jour sans fin palpitant et d'une partie de Janken aux enjeux dantesques comme lui seul sait les inventer. Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Diamond_is_Unbreakable#Synopsis 2001, Neapolis, Italie. Le jeune Giorno Giovana décide de grimper les échelons de la mafia, afin qu'une fois en haut il puisse arrêter le trafic de drogue et les violences qui empoisonnent sa ville. Ayant rencontré dans sa jeunesse un gangster juste qui protégeait son quartier, il a décidé à son tour d'agir de la même façon. Jeune, battu par son beau-père, il avait perdu foi en lui-même jusqu'à ce que ce gangster lui apprenne la confiance en l'autre et devienne son protecteur. Depuis il souhaite devenir un grand mafieux afin de protéger son quartier et les plus faibles comme son modèle car la police s'avère être incapable de s'en assurer. Nous suivrons donc les péripéties de GioGio et ses futurs compagnons, des gangsters à l'ancienne, respectueux du code d'honneur... Quel est le lien étonnant de ce jeune homme à la famille Joestar ? Giorno atteindra-t-il son rêve ? Et quel terrible mystère cache l'énigmatique parrain pour lequel il travaille désormais ? Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Golden_Wind#Synopsis 2011, Floride, U.S.A. La jeune Jolyne Kujo est injustement envoyée dans la prison de Green Dolphin pour un meurtre qu'elle n'a pas commis. Son petit ami a renversé un piéton et a rejeté la faute sur elle. Après s'être écorchée la main avec un étrange pendentif envoyé par son père, Jôtarô, elle commence à développer un étrange pouvoir.... Quelle machination se cache derrière l'emprisonnement de Jolyne ? Arrivera à-t-elle à s'enfuir grâce à sa nouvelle capacité ? Qui sont ces hommes resté fidèles à Dio malgré les deux décennies écoulées depuis sa mort ? Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Stone_Ocean#Synopsis Fin du xixe siècle : Steel Ball Run est le nom d'une course de chevaux qui aura lieu aux USA de San Diego à New York, ce qui représente plus de 6 000 km à parcourir pour nos cavaliers. Mais la récompense s'avère à la hauteur : 50 000 000 $. Les participants viennent de tous les horizons : Angleterre, Égypte, Mongolie... et ont tous leurs propre motivation : jeune jockey en quête de gloire, fils d'esclave noir voulant racheter la ferme, ou jeune Indien qui veut récupérer sa terre face à l'envahisseur blanc... Mais Jayro Zeppeli semble y être pour des raisons bien plus mystérieuses et, armé d'étranges sphères d'acier, il promet d'être un adversaire coriace. Sa seule présence arrivera à redonner goût à la vie au jeune handicapé Johnny Joestar. Impressionné par ce personnage hors du commun, il trouvera la force de sortir de son fauteuil roulant et franchira ainsi son premier pas vers sa vie d'adulte. Quel genre d'homme est vraiment ce mystérieux coureur napolitain équipé de sphères d'acier et quelles sont ses vraies motivations ? Quels sont donc les secrets qui se cachent derrière ses étranges armes ? Et quel peut bien être l'objectif réel derrière l'organisation de cet événement et en quoi est vraiment impliqué le président des Etats-Unis dans cette course ? Pourquoi s'éveille-il d'étranges pouvoirs parmi d'autres concurrents et quelle est leur origine commune ? Cette partie est la première à ne pas suivre la chronologie de la série. En effet, elle ne se passe pas après la partie 6, Stone Ocean. Elle semble se situer approximativement à l'époque de la première partie Phantom Blood mais dans une réalité parallèle. On peut la considérer comme un « reboot » de la série, la partie 6 marquant la fin d'un cycle. D'où le « retour » de certains personnages tels qu'Abdul, Dio ou Jonathan, l'apparition de nouveaux mécanismes et la modification de ceux existants auparavant. Cette partie jouera donc judicieusement avec les auto-références à la saga, ce que ne manqueront pas de saluer les fans l'ayant lu et apprécié. Bon nombre d'entre eux considèrent désormais cette partie comme l'apogée de l'oeuvre d'Araki, car sublimée d'un style de dessin arrivé à maturation et splendide de finesse et de détails, les plus belles planches de la série s'enchaînent ainsi avec cette partie d'un nouveau cycle de Jojo et surtout on notera une gestion du rythme et de l'action très efficace et maîtrisée, le récit se trouve passionnant et les rebondissements ne se trouvent pas qu'au sein des combats -toujours aussi intéressant et innovants pour la plupart- mais également au sein du scénario lui-même et ils sont nombreux pour le plus grand plaisir du lecteur. On a une ambiance également bien plus mature que dans les précédentes parties et le ton général est plutôt crû avec des thèmes plus adultes -car finalement bien plus proches de notre réalité- en règle générale, ceci reflétant le passage de la série dans l'Ultra Jump. On a donc droit une course folle, longue et haletante à travers le pays Nord-Américain, synonyme de complots, convoitises,de pouvoirs étranges -que ce soit par les Stands toujours présent et qui sont parfois des réinventions ; ainsi que par l'Onde qui fait son grand retour- et d'affrontements passionnant et même de religion. Cette septième partie est incontestablement la plus longue de toute la série et celle qui a été pré-publiée le plus longtemps, peut être dû au fait qu'elle fait passer la saga JoJo's à un ciblage éditorial de type Seinen et l'auteur a ainsi pris plus de temps à traiter certains éléments de cette partie par rapport aux précédentes : elle s'étend sur 24 volumes. Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Steel_Ball_Run#Synopsis La ville de Morioh au Japon a été dévastée par le séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku. Cependant, d'étranges édifices ont fait leur apparition : les murs aux yeux. Ces murs ont surgi à travers toute la ville, endommageant certaines routes, conduits d'eau, d'électricité et d'essence. Un jour, une étudiante, Yasuho Hirose découvre un jeune homme complètement nu près de l'un des murs aux yeux (qui sera nommé par la suite Josuke Higashikata), portant une tache de naissance en forme d'étoile, des marques de morsure et un chapeau de marin. Mais ce qui choque le plus Yasuho Hirose est le fait que cet homme a quatre testicules... Après s'être réveillé, l'homme n'a aucune idée de qui il est. Tous deux vont alors faire en sorte de savoir qui est vraiment Josuke Higashikata. Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/JoJolion#Synopsis
  15. Jon Bull

    Game of Thrones [Serie TV SAISON 8] (2)

    Qu'est-ce que c'était mauvais, une véritable purge. J'avais l'impression d'assister à une mauvaise fan fiction. Je vais pas revenir sur le négatif mais me contenter de parler du positif : - Les OST tjrs au top - Le Dragon qui brûle le trône. - Arya qui part à l'aventure - Sansa reine du Nord. Et c'est tout... c'est quand même très maigre, le reste c'est du grand n'importe quoi. Mention spéciale à Vers Gris qui sans doute le pire personnage du show. J'ai pourtant bcp aimé la saison 8 jusqu'à cet épisode, mais ce dernier épisode. C'est pas tant la finalité des personnages qui me dérangent mais le développement qui est calamiteux... Ca aurait mérité au moins un épisode de plus.
  16. Jon Bull

    Game of Thrones [Serie TV SAISON 8] (2)

    Épisode absolument énorme, j’ai été scotché du début à la fin. Beaucoup de morts de personnages secondaires dont certains sont la depuis le début de la série, les principaux tjrs en vie. J’aime bien le rapprochement entre Sansa et Tyrion, c’est sûr que ça paraît léger à côté de l’episode mais j’aimerais bien les voir en couple. Le Night King avait une très grosse aura, au final on aura pas appris grand chose de lui (je l’imaginais au moins se mettre à parler), mais le résultat fut quand même excellent... Le personnage avait énormément de charisme et mettait la pression. Par contre je comprends pas pourquoi il s’est volontairement exposé ? Arya MVP, son entraînement aura pas servi à rien comme quoi. Voir Arya en danger aura permis au Limier de reprendre ses esprits, c’etait sympa à voir. Heureusement il reste un dragon en vie ! Que dire d’autre ? Ça va être dur de faire mieux que ça lol. Meme si il faut dire que Cersei est en énorme position de force, l’armée de Daenerys est pratiquement totalement anéantie, elle a encore perdu un dragon, je vois pas qui ils pourraient avoir d’autres comme alliés d’ailleurs. La suite promet aussi d’être énorme mais j’ai peur qu’elle paraisse un peu fade à côté de cette épisode (qui est tout simplement le meilleur de la série à mes yeux). J’imagine que le prochain épisode serait un épisode de transition ? Celui qui suivra la guerre contre Cersei et ensuite un autre épisode qui sert d’epilogue.
  17. Sheeren : personnage adorable malgré qu'elle soit défigurée, sa mort est avec le Red Wedding l'une des plus dures à voir. Jon Snow, Théon. Cersei et son fils Jojo, deux perso bien cinglés, la pomme ne tombe jamais loin de l'arbre comme on le dit. Mais je les aime quand même cela dit.
  18. Jon Bull

    Solo Leveling

    Solo Leveling est pas un Isekai, un Isekai c'est un manga qui se déroule dans un autre monde (Inuyasha est un isekai par exemple), faut pas faire le raccourci rapide de manga/manhwa RPG = Isekai même ça va souvent de pair. Sinon j'aime beaucoup ce Manhwa, c'est plutôt sympa d'avoir un protagonistes qui n'hésite pas à faire de sales truc tout en gardant un bon fond, les dessins sont de toutes beautés, l'histoire intéressante bien que simpliste. Mais il y a un gros défaut qui est déjà présent mais qui ne va aller en s'améliorer bien au contraire (ayant lu le novel, je connais la suite), mais bon je ne peux pas vous en dire plus à ce niveau, ce serait quand même un gros spoil.
  19. Jetons une pièce de monnaie, face pour Shanks, pile pour Mihawk. Suspens... Face. Victoire de Shanks. Ça résume assez le débat, on a jamais vu aucun des deux se battre.
  20. HJ pour sa performance dans Logan !
  21. J'avais 55 épisodes de retards et inutile de dire que j'ai pas tout regardé mais n'en ai vu qu'une fraction. Mes impressions avant d'arrêter l'anime n'ont fait que se renforcer... qu'est-ce que c'est ennuyeux. Je n'ai rien contre le SoL et quelques missions sans grands intérêts mais n'est-ce pas trop ? L'anime approche de la 100e d'épisode et c'est à peine si une intrigue commence à se mettre en place. Il serait grand temps qu'ils passent aux choses sérieuses, là j'ai l'impression d'être en face des HS de Naruto/Naruto Shippuden... navrant. Quant à Oonoki, j'ai vraiment l'impression qu'ils n'ont rien compris au personnage pour ne pondre une telle chose. Entre ça et le manga, Naruto n'est vraiment pas gâté.
  22. Je ne suis pas vraiment le manga de manière régulière, néanmoins ça m’arrive de jeter un œil aux chapitres de temps en temps... Concernant Naruto, n’aurait-il pas perdu les pouvoirs que le Rikudo lui a transmis ? Il m’a personnellement semblé moins fort que durant la fin du dernier arc du manga. Mais bon, même avec ça son traitement est tout simplement honteux, on parle d’un personnage capable de faire des clones plus puissants que des Kage... Une note sur les dessins, ils ne sont pas mauvais mais je ne peux m’empêcher qu’ils ne font pas du tout Naruto, on dirait un autre manga.
  23. Jon Bull

    Alita : Battle Angel

    L’auteur ventait également la qualité des OAV et puis faut pas oublier le respect ainsi que la politesse légendaire des japonais. Dans la vie faut pas être naïf au point de gober tout ce qu’on dit. D’autant que pour le connaître mieux que toi (je le suis depuis très longtemps), c’est un auteur assez susceptible. Et puis il parle sans doute de l’aspect visuel dans cet extrait. Pour le reste vu que tu me visais essentiellement, j’en ai rien à cirer de la copine de Cameron, c’est lui le boss dans l’histoire et qui a ce projet sous l’aile depuis 20 ans. Le scénario c’est principalement de son ressors même s’il n’a pas été seul. Quant au reste comme je l’ai dit plus haut, ce n’est pas un mauvais film de science fiction pris indépendamment de ce qu’il adapte, mais est-ce qu’on doit se contenter du minimum ? Cameron le gâteux qui ferait bien de prendre sa retraite avait du diamant sous la main et au final c’est du bronze qui en est sorti.
  24. Jon Bull

    Alita : Battle Angel

    Alita vu vendredi passé en avant première, j'ai attendu que le film sorte de manière officielle avant de réagir et puis j'en avais pas spécialement envie sur le coup tant ma déception fut grande. Bien que pour être honnête toutes mes craintes n'ont fait que se confirmer donc il n'y a pas eu de réelles surprises, enfin si, pour être exactes le film a réussi l'exploit d'être encore pire que mes prévisions, qui étaient déjà très basses, chapeau monsieur Cameron. Je ne cite volontairement pas Rodriguez que je ne blâme pas pour ce film, je vais dire pourquoi juste en-dessous dans le positif. Commençons par le positif, histoire d'en faire le tour et de ne pas être totalement négatif. Le film est beau visuellement, les acteurs sont bon et les scènes de combats sont très bien; la réalisation est plutôt une réussite et en ce sens Rodriguez a fait selon moi du bon boulot, le gros soucis que je reproche à ce film ne vient pas de lui à l'origine. Et c'est à peu près tout ce que j'ai à dire pour le positif, lol... Venons-en au négatif. Le film est vide... faute à un scénario désastreux (merci Cameron) qui ôte toute l'essence du manga. Je ne demandais pas une adaptation fidèle mais de retrouver au moins l'essence du manga. Qu'est-ce qui est arrivé à Kuzutetsu ? Le lieu est propre, parait à peine plus dangereux que New York, bref c'est assez sympa pour qu'on aurait envie d'y vivre... L'opposition Zalem (ville flottante, sorte de paradis) et Kuzutetsu (Décharge) propice à un des éléments phares du manga qui est le développement de ses personnages évoluant dans une dystopie est inexistant. D'ailleurs parlons du développement des personnages, qu'est-ce que c'est que ça ? Ido est totalement rebooté, on passe d'un personnage aux allures d'homme parfait cachant un face très sombre à la figure du bon père de famille vu et revu depuis des lustres. Je veux bien qu'une adaptation ne doit pas coller au manga mais je ne peux pas m'empêcher d'y voir un immense gâchis dans le cadre de ce personnage. Venons à Makaku... Le personnage est vide, le film ne prend pas 5 minutes pour le développer. Dans le manga Makaku est attachant, on apprend à l'apprécier et le comprendre, le plaindre, c'est ce qui fait la force de son combat face à Gally, on est pas dans une opposition manichéenne comme c'est le cas dans le film. Passons à Yugo (ou Hugo si vous préférez), c'est l'un des personnages sur lequel on s'attarde le plus mais j'aurais juste une simple question, pourquoi veut-il aller à Zalem ? Le film ne prend pas une seconde pour développer cet aspect, il veut y aller juste pour y aller, super... Je crois que développer cet aspect plutôt que leur histoire d'amour bien américanisé aurait rendu le personnage plus attachant et qu'on aurait mieux compris ses raisons et donc la fin plus poignante. Quant à la Gally, mouais. Ils en ont fait une héroïne quelconque vu et revu seulement c'est pas ça Gally. Comme dit plus haut je veux bien qu'une adaptation ne doive pas suivre le manga mais à ce niveau de gâchis, je peux pas fermer les yeux et m'en accommoder. Nova c'est une catastrophe inouïe, l'américanisation dans sa forme la plus pure. Même chose qu'avec Makaku, ils ont rendu le personnage manichéen au possible. Je me demande si Cameron aurait seulement compris quelque chose à Gunnm au vu du scénario dégueulassse qu'il a pondu, ça suivrait sa dernière tendance qui est de miser tout sur le visuel et pondre un film vide, oui je fais bien référence à Avatar. Ce film c'est un peu comme pour l'adaptation de Ghost in the Shell, y a le Shell mais pas le Ghost, j'espère un échec au box office pour éviter à cette oeuvre immense qu'est Gunnm d'être souillée une seconde fois de la sorte (où plutôt devrais-je dire une 3e fois en comptant les OAV lol). Définitivement pas une oeuvre pouvant être adapter, et dire que je l'attendais depuis 15 ans ce film avant de découvrir les BA qui m'ont tout de suite refroidi et le film qui m'aura finalement achevé. Je juge durement le film qui paraitrait sans doute sympa aux yeux des néophytes (même si c'est clairement pas ouf à côté d'autres blockbuster), mais c'est car ça reste une adaptation et que je ne peux que constater le gâchis, avec un tel budget, il y avait réellement moyen d'en faire un chef d'oeuvre qui dépasse même le manga.
  25. Jon Bull

    Tournoi de popularité des Pokemon

    Mew, j’ai quand même payé 50 euros juste pour l’avoir dans Let’s Go. Mais Artikodin est très beau et puis j’adore le type de glace même si c’est l’un des types le plus mauvais en jeu. Mewtwo pour l’autre vote, le Pokémon le plus puissant du jeu pendant longtemps (si il l’est pas tjrs) et aussi l’un des plus intéressants via le film. Par ailleurs, pour ceux qui ne le saurait pas, il y a une partie du premier film qui a été censurée, je vous recommande vivement de revoir cette partie du film si vous êtes fans de Mewtwo
×