Aller au contenu

Bienvenue sur les Forums Mangas France.

Lors de votre inscription, merci de vérifier vos SPAMS. Le mail de confirmation y va à quasiment à chaque fois.

 

Pour lire vos mangas préférés, une seule adresse :

SCANTRAD FRANCE

Bon surf sur nos forums !



Papy

Membres
  • Compteur de contenus

    2 557
  • Donations

    0,00 € 
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    4

Papy a gagné pour la dernière fois le 6 février

Papy a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

111 Excellent

6 abonnés

À propos de Papy

  • Rang
    One Punch-Man
  • Date de naissance 25/01/1997

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Papy

    Anime : saison en cours et à venir [automne 2018]

    Post supra long incoming. Je combine mon avis final sur la saison d'été + premières impressions sur l'automne, vu que les deux ont été assez emmêlés. Eté : 8 ) Sirius the Jaeger : quelle déception. C'est triste à dire, mais après quelques épisodes au centre de la série qui étaient vraiment vraiment bien (tout le passage du train), on tombe dans une flaque de niaiserie et de simplicité atterrante (tout le passage dans la Boîte avec le père, mon dieuuuu), c'était extrêmement dur de terminer pour moi. Visuellement c'est resté très sympa, bien que pas non plus novateur dans le genre. Une vraie déception. J'ai quand même mis 6 pour ce passage du milieu où j'ai pris mon pied. 7) Happy Sugar Life : un final en demi-teinte. L'anime a des fulgurances vraiment très inattendue, qu'il s'agisse du passage avec le peintre ou de la fin muette de l'épisode 8 ou 9, et m'a toujours gardée en haleine. Il y a aussi beaucoup de deus ex machina énormes, des facilités, mais pour l'ambiance, ça me dérange pas. Pour cette raison, on a droit à une fin assez gnangnan, limite décevante, mais il fallait que cela finisse comme cela. ...jusqu'au plot-twist final qui, je dois dire, m'a foutu les boules comme il fallait Bref, un anime d'horreur psychologique assez bien ficelé, pas le truc du siècle, mais bien sympa à suivre, avec une héroïne très très cool, merci Kana Hanazawa. Un 7 honnête. 6) Persona 5 the Animation : cette fin Akechi vraiment, cet anime m'a donné beaucoup de choses que j'attendais pas. Oui, la réa était pas ouf (même si elle était absolument pas affreuse, elle a des moments de qualité, et une utilisation de la couleur bien maîtrisée), oui, Ren est plat (plus gros défaut selon moi, surtout avec les possibilités de dialogues du jeu bien plus wild); mais on a droit à un vrai approfondissement de certains pans du scénario du jeu qui étaient très peu développés, surtout surtout au niveau du développement de Akechi. Et, ben, vu que c'est mon perso préféré, forcément ça m'a fait plaisir de le voir dépasser ce côté double-face/Light Yagami en puissance (même si j'attends la conclusion pour voir jusqu'où ils iront). Enfin, un bon moment passé, qui ne mérite absolument pas les critiques assassines qu'on lui fait pour 2,3 frames merdées comme on en trouve souvent. Il a subi la comparaison avec le jeu, alors qu'honnêtement, les passages en 2D du jeu? je les trouve ennuyants à souhait, statiques et sans personnalité, ce que l'anime améliore un peu. Bref. 7,3. 5) Shingeki no Kyojin s3 : une saison en demi-teinte, notamment car elle s'arrête si vite. On aura au final eu peu à manger, pour ce qui est de la trame principale. Et je suis pas hyper fan des changements de Isayama niveau rythme, j'ai trouvé le début bien trop rushé, le coup d'état assez ridicule. Mais bon, certains passages sont magiques, j'ai appris à aimer à nouveau Levi dans cette saison, ce que je croyais pas possible. Et même si je trouve toujours Eren, Historia, ou encore Mikasa fatigants, il y avait au moins généralement d'autres persos plus sympas pour contrebalancer (sauf dans la grotte mais j'y étais préparée lol). Ca reste du SnK, j'adore l'ambiance, ça me permet de me remémorer des passages que j'avais oubliés, c'était donc bien cool à suivre. 7,8. 4) Free : Dive to the Future : alors, c'est un gros morceau. J'adore cette série avec toute mon âme, malgré ses défauts, qui sont nombreux. Du coup, le plaisir que j'ai pris chaque semaine a été présent. Pour autant, cette saison était terriblement mal branlée. Trop trop trop de persos, un Hiyori complètement inintéressant, un Albert cool mais qui a juste eu le temps de faire coucou, Sousuke qui apparaît et disparaît, Makoto là pour sourire aux fans et pas pour faire grand chose d'autre... et, au milieu, Haru qui tente d'exister. Vainement. Tente de continuer son développement, malgré le peu de place pour lui, et de grandir. Il faudra attendre le dernier épisode pour ça, et celui-ci en est du coup magnifique : on voit enfin ce qu'on avait attendu si longtemps, un Haru adulte, un vrai champion, là pour être vu face au monde entier. Bref. Le plus triste c'est donc cela, que cette saison sera une simple transition, et je pense que la prochaine sera vraiment bonne maintenant qu'on en a terminé avec le développement de tous ces persos qui prenaient de la place : fini les Nagisa, les Rei, les Makoto (pitié), on veut voir Rin et Haru (peut-être Sousuke?) s'affronter au niveau mondial maintenant. La saison aura quand même eu plein de moments magnifiques, ça, ça ne change pas. Les épisodes 2 et 12 m'ont vraiment plu, la course contre Ikuya était très belle, la rencontre entre Natsuya et Rin en Australie très intéressante, idem pour le chemin vers la guérison de Sousuke. Mais voilà, on reste sur de la transition. Et même si je comprends la démarche (et la volonté de satisfaire les fans de tous les persos/ships), j'espérais plus. Heureusement on aura la vraie fin en 2020, normalement! Il n'est jamais trop tard! Du coup, je lui ai mis un 7.5, loin d'être au niveau d'Eternal Summer qui continue de me foutre des baffes à chaque fois que je la revois, et avec moins d'épisodes creux que la s1. 3) Boku no Hero Academia s3 : j'irai vite ici, tant mieux. Très fun à suivre, comme d'hab. Si ce n'est l'arc de l'examen que j'ai trouvé, par contre, absolument insupportable, les 5 derniers épisodes dantesques remontaient le niveau. Le Kacchan vs Deku est magistral, limite mieux que All Might vs All for One; et l'intro de Mirio est très fun. Hâte de voir la s4 et l'arc Overhaul, ce sera excellent. 8. 2) Lupin III part 5 : toujours du fun, toujours visuellement irréprochable, la team comme on l'aime, et les nouveaux personnages bien intéressants. Finalement, on aura quand même pas vu Albert autant qu'il le méritait, j'espère donc qu'il deviendra un perso récurrent de la série, et il faut, sérieux, c'est un énorme adversaire pour Lupin et il n'a absolument pas été vaincu, au contraire! (et j'adore que, dans la métaphore de la série, il soit donc l'équivalent de Macron, et donc que l'univers Lupin ait fait de notre président lui un criminel gay lol) Mais bon, à part ça, l'épisode final et le passage avec Fujiko est absolument merveilleux, on aborde des choses bien plus matures, ancrées dans le réel, et ça a rendu l'aventure hyper fun. Un gros 8 là aussi, car malgré tout certains épisodes de transition étaient un peu relous (surtout celui du cadeau de Fujiko, ugh). 1) Gintama : Silver soul final part : ce troll de fin. Magique. Tellement parfait. Une saison hyper solide, malgré quelques épisodes à la qualité douteuse, surtout lors du début de l'arc Final Fantasy. Mais les moments qui se voulaient poignants l'ont été, qu'il s'agisse des quelques morts (), de la fin de l'arc Silver Soul et du traitement de Utsuro si mélancolique et si beau, et enfin le voyage de Gintoki, ses retrouvailles avec Takasugi, si déchirantes. LE passage qui m'a le plus retournée de Gintama, ce moment de vraie angoisse, de Gintoki face ses doutes, était merveilleusement bien adapté. Aussi, malgré tout, les deux derniers épisodes étaient tellement drôles Du vrai Gintama, comme on l'aime. 10/10. Comme toujours ❤️ Automne : 13) Tokyo Ghoul:re saison 2 : ahh, Pierrot. Le rush. Les dialogues coupés qui rendent les conversations sans queue ni tête. Les changements incompréhensibles. Quelle merde, c'est dingue. 1/10, je continuerai quand même le carnage jusqu'au bout. 12) Hinomaru Zumo : un premier épisode intéressant, avec quelques séquences très sympa à regarder visuellement. Mais du très classique malgré tout, dont j'ai du mal à regarder l'épisode 2. 11) Jingai-san no Yome : un short plutôt marrant, je dois dire. Vraiment trop court pour avoir quoique ce soit de plus, mais j'aime bien le côté lycéens mariés à des créatures mignonnes mais tueuses comme si c'était tout à fait normal. 10) Dakaretai Otoko : un BL comme j'en avais pas lu depuis longtemps, car extrêmement classique, avec tous les problèmes que ça apporte. Mais je rigole bien devant. On parle d'adultes, aussi, donc ça fait plaisir, et le drama n'est pas hyper relou pour le moment. Plutôt fun. 9) Karakuri Circus : un classique du genre, mais qui a sûrement besoin de plus d'épisodes pour que j'accroche vraiment. Actuellement, j'ai du mal avec le côté old-school des persos et de leurs relations, surtout le rapport haineux complètement cliché entre Shirogane et Narumi, comme des Ranma et Akane, mais adultes et responsables d'un jeune en danger de mort, ce qui fait que ça n'a plus rien de mignon, c'est juste relou et pas très drôle. Mais bon, c'est un style d'une autre époque, donc j'attends de voir comment ça se goupille, et la fin de l'épisode 2 était intéressante. 8.) Tsurune : il est enfin sorti omg, c'était long. Et c'était bien sympa! Assez classique au niveau de l'histoire et des persos, même s'ils sont loin d'être caricaturaux/moe comme dans Free. Visuellement c'est KyoAni, ça en fout plein les yeux, mais y a un assez bon travail sur l'atmosphère surtout pour la scène finale, c'est assez surprenant. Un bon moment somme toute, même si je sens venir le drama forcé, mais je garde espoir. Du coup j'ai hâte de voir. 7) Zombieland Saga : x) mon dieu cette série. Le premier épisode était tellement fun, tellement drôle, malheureusement ça se dissipe assez vite pour devenir un simple anime d'idols. J'espère qu'on reviendra rapidement au vrai délire, malgré tout. Mention à l'opening absolument génial. 6) Kaze ga Tsuyoku Fuite Iru : le Prod IG sportif qui n'est pas Haikyuu, mais qui promet. Un moment sympa, avec un casting intéressant, même si là aussi c'est assez classique. La plus grosse différence reste dans le fait que les persos sont tous des étudiants, donc on pourra se permettre un peu plus de fantaisie au niveau des interactions du groupe, mais pour le reste je pense que ça restera assez classique. Malgré tout ça fait le café, c'est hyper beau, donc je suis avec grand plaisir. 5) Gaikotsu Shoten'in Handa-san : petite perle de la saison, anime extrêmement intéressant sur la vie d'un vendeur de manga, au Japon, basé sur les expériences du mangaka. Entre explications sur le mode de fonctionnement de la boutique, les rencontres avec les différents types de clients sont tous bien drôles, et on apprend beaucoup. Vraiment une bonne pioche, et en plus c'est 10min, parfait. 4) Quand je me réincarne en slime : ma plus grosse surprise de la saison. Un univers fantasy que je n'aime généralement pas plus que ça, mais qui ici est abordé d'une manière très fun, très chill, qui me plaît. Le héros est marrant, bien plus intéressant que les Kirito en puissance, et le world-building subtil, de l'univers mais aussi des pouvoirs et de leur utilisation, me plaisent beaucoup. Au final, je passe vraiment un super moment chaque semaine, et j'en suis la première étonnée. J'espère que ça continuera sur cette lignée. 3) Jojo's Bizarre Adventure : Vento Aureo : forcément. Un pur bonheur que de retrouver la série, même si je suis loin d'apprécier la partie en tant que tel dans le manga. Malgré tout, l'anime et l'adaptation sont toujours un vrai bonheur, les doubleurs sont à fond, la réa est jusque-là irréprochable, les scènes cultes sont grandioses (le passage du briquet et de Black Sabbath cette semaine!!). C'est la grosse valeur sûre de la saison, et j'ai hâte de voir le gang. 2) Yagate Kimi ni Naru : mon coup de coeur de la saison. Un shojo ai comme j'en ai rêvé, je pense. Délicat, sincère, visuellement tellement, tellement beau, les personnages matures et sensés. Yuu est vraiment intéressante comme héroïne, très posée, presque blasée, mais touchante à chaque scène avec sa senpai. J'accroche à leur relation, très saine, leur amitié qui se développe, bien que Yuu se sente un peu coupable de ne pas pouvoir lui rendre ses sentiments. J'ai vraiment hâte de voir où l'anime va aller, et la lenteur est très appréciable pour le développement de Yuu. Avec cela, on a la meilleure réa de la saison. Un montage très bien ficelé, des plans magnifiques, une animation qui sait exactement où mettre l'accent, une musique très prenante elle aussi. Une vraie réussite, au bout de 3 épisodes, et j'espère vraiment que cela le restera jusqu'au bout. 1) Banana Fish : le seul 2-cour que je suis encore, et l'anime dans lequel je suis la plus investie. L'histoire de Ash et Eiji est terriblement cruelle, chaque épisode semblant plus dur que le précédent, et quand rarement on a le droit à quelques instants de calme, c'est vite rattrapé par plus de douleur. L'histoire va parfois un peu vite, et Ash semble toujours s'en sortir grâce à Dieu, mais bon dieu que je m'en fiche. Je suis totalement investie dans l'histoire, dans cette guerre de clans, et évidemment dans la relation (d'amour impossible, on peut le dire?) entre Ash et Eiji. Leur lien est très beau, les scènes les réunissant sont toujours les plus marquantes. Je retiendrai avant tout l'histoire du guépard du Kilimanjaro, je crois que je vais pleurer pour l'intégralité de la prochaine décennie en y repensant. Ash est un beau personnage, tellement blessé par la vie, qui en prend toujours tellement, qui trouve enfin un refuge en la personne de Eiji pour se le voir retourné contre lui; et ce qui est fort c'est que ça pourrait être trop, mais que ça fonctionne. On peut parfaitement imaginer un type comme lui exister, simplement car il était un peu trop beau, là au mauvais moment, avec les mauvais gens. Un très bel anime, dont je crains la fin (pas car elle serait mauvaise, mais parce que ooooh je me doute que l'histoire finira mal), et qui je pense me restera un bon moment en mémoire.
  2. Papy

    Tournoi de popularité Inter-Manga 2018

    J'adore détester Rohan mais je me contenterai d'un commentaire pour Kira Yoshikage, meilleur antagoniste de la saga, de loin (même si j'ai fini par apprécier DIO, Pucci, et que je trouve Valentine génial). (gif à venir avec du body horror, donc les plus sensibles pourraient vouloir sauter mon post) Un perso tout bonnement génial dans son écriture, dans sa construction. D'un côté, on le hait, on le méprise, voire on est dégoûtés, quand on apprend ce qu'il fait avec ses victimes. Pour autant, Kira est essentiellement montré comme un bon gars qui souhaite qu'on le laisse tranquille, comme un homme qui vit sa vie tranquillement, et oh, ok, il a une main de femme dans sa poche, mais il a jamais voulu ennuyer les autres, au contraire, il veut juste une vie paisible avec ses "petites amies"... et on se prend très rapidement au jeu. Au tout début déjà, Araki l'aborde en partant de son point de vue, comme étant la victime, la personne en danger; puis ensuite via Kosaku comme était le fugitif qui ne doit pas se faire prendre. Inconsciemment, on croise les doigts, on angoisse à chaque fois que quelqu'un l'observe un peu trop, et on se réjouit quand il arrive à succomber en sécurité à ses pulsions. Le point de vue fait tout, et avec cela le côté presque grostesque du personnage est vraiment drôle. Honnêtement, les passages les plus funs de DiU resteront toujours, pour moi, le "pique-nique" de Kira, Jotaro qui lui explose la gueule, ou encore celui où il parle de la Joconde. C'est un homme affreux, un vrai psychopathe, mais tellement sincère dans sa volonté de bien faire et d'être juste tranquille, c'est aussi très facile de juste l'adorer. Et puis avec cela il y a son Stand. Et vraiment, c'est mon préféré de la série là aussi. Killer Queen est une bombe (ahah), son design pète la classe, son nom et ses attaques référencent Queen (tout aussi cool), et c'est vraiment intéressant de voir comme ses pouvoirs viennent en aide à Kira. Lui qui souhaite vivre une vie incognito, il a le moyen ultime de ne jamais laisser de preuve, même un cadavre disparaît sans laisser de traces. Ses autres aptitudes aussi, avec Sheer Heart Attack la bombe à distance, et enfin Bites the Dust, la bombe à retardement; sont utilisées de façon hyper intelligentes, et donnent lieu à des combats toujours dantesques. Bref, le sosie de David Bowie qui vit under pressure, c'est vraiment l'un des antagonistes de fiction que je trouve le plus réussi, il ressemble à aucun autre dont j'ai connaissance. Ce paradoxe de vouloir juste vivre une vie peinarde alors que c'est l'un des personnages les plus pervers et vicieux de la série, qui n'a aucune honte de ses actes, qui n'a même pas vraiment de raison à part ses pulsions; je trouve ça tout bonnement tordant. Et qu'un tel enfoiré me procure autant de sympathie sans même chercher à la mériter, je dis chapeau. Et puis c'est Morikawa Toshiyuki au doublage.
  3. Papy

    Anime

    Mais on a une annonce : 6 mois de pause, le planning est clair et précis. De même, c'était des rumeurs qui disaient que la saison 3 ferait 24 épisodes, jamais confirmé. Maintenant, c'est confirmé : 24 épisodes, en 2-cour. Ils auraient pu juste arrêter la saison ici sans donner de date précise de reprise. MHA saison 4 n'a pas de date de reprise, par exemple (et c'est pas un souci, juste que tu as l'air de trouver que c'est un argument alors que non). Par ailleurs, MHA, vu que tu en parles, a commencé avec 12 épisodes. Et si tu veux continuer sur les saisons 2 et 3, qui en faisaient 24? Elles avaient de gros soucis de rythme, et une animation cool sans être incroyable (MHA, y a des sakuga de temps en temps, mais le reste du temps c'est assez basique, même si Bones fait du bon travail). J'irai même dire que c'était une grosse erreur de la part de Bones de faire 24 épisodes pour la saison 3, ça a complètement ruiné le climax offert avec les épisodes 10-11-12 (mais j'arrête ici, c'est pas un débat à avoir sur ce topic). Et oui, une pause de six mois, ça me paraît une très bonne option, plutôt que du fleuve moche et lent. S'ils ont jugé qu'il fallait six mois, c'est qu'il en fallait six. Et si tu juges que ça traduit un mauvais planning, que te dire à part d'aller te renseigner sur les studios d'animations, leur fonctionnement, et ce que cela veut dire de créer ne serait-ce qu'un épisode, je pense que tu seras surpris Wit a beaucoup de projets, très ambitieux, et si qualité = attendre quelques mois, excuse-moi, mais je trouve ça assez limite de faire des colères pareilles. Y a quand même plus grave dans la vie que 6 mois de pause de SnK, non? Y a plein d'autres animes chaque saison, tout aussi bons voire meilleurs.
  4. Papy

    Anime

    Ouais c'est sûr que c'est mieux les animes à la One Piece et autres fleuves qui sont 1) hyper mal rythmés, 2) hyper laids 6 mois c'est rien. C'est déjà très bien qu'ils annoncent déjà une date pour la suite. Si ça te plaît pas, tant pis, ou sinon lis le manga Mais c'est une très bonne nouvelle, car avec ça, toi peut être que tu attends, mais les animateurs derrière ont plus de temps pour de la créativité et surtout pour survivre (être animateur au Japon? Autant être esclave). Un épisode ça se fait pas en 2 jours. Un bon épisode, ça prend des mois. Donc bon. Tu peux être frustré, mais faudrait songer à réfléchir aux facteurs qui sont derrière, au lieu de jouer le consommateur impatient.
  5. Papy

    Tournoi de popularité Inter-Manga 2018

    Gyro si bas, quelle tristesse. De très loin mon personnage préféré de la saga, et pourtant dieu sait qu'elle est remplie de personnages géniaux. En plus, il n'est ni un Jojo, ni un antagoniste. Au début de la partie 7, il est presque le personnage principal, mais au final, il laisse quand même la place à Johnny. Alors vraiment, on peut se demander comment il a atteint un tel degré de popularité? Et je pense que la réponse est assez simple : aimer Steel Ball Run et tous les changements que cette partie a apporté à la série, c'est aimer Gyro, je crois. Déjà, c'est avec lui que cette partie introduit quelque chose qu'elle fera très souvent : nous offrir des flash-back. On voit très rapidement qui est Gyro, d'où il vient, quel est son but, quelles sont ses faiblesses. Il n'a pas de Stand, il joue beaucoup sur son côté délirant, presque Joseph-esque, mais cache une très grande sensibilité : c'est un médecin élevé dans une famille religieuse, qui lui a enseigné que parfois, la vie ou la mort ne reposent que sur le hasard. Pourtant, on apprend qu'il a réussi à confronter ces idées, confronter son père, confronter sa patrie, son gouvernement, et que sa cause, la raison pour laquelle il participe à la course, n'a rien d'égoïste, au contraire. Grâce à son flash-back, on découvre son personnage, sans avoir besoin d'exposition par la parole, et tout comme Johnny, on apprend à le respecter. Avec cela, Gyro n'est jamais cantonné à un seul rôle, et c'est aussi là l'une des nouveautés de Steel Ball Run : il n'y a pas 2 camps, mais vraiment des gens de tous horizons qui s'affrontent, avec chacun un but en tête. Ainsi, Gyro a énormément de rôles : c'est un adversaire, évidemment, Johnny ne perd jamais de vue que son objectif est de le battre une fois sur la ligne d'arrivée. C'est aussi un professeur, qui enseigne tout ce qu'il sait à Johnny, qu'il s'agisse de ses techniques de rotation, mais aussi de vraies leçons de vie, pour son élève estropié qui, avant de le rencontrer, n'en avait plus grand chose à faire de la vie. C'est enfin un ami, évidemment, avec le lien qu'il créé en compagnie de Johnny, comme on en avait rarement vu avant dans la série. En se concentrant sur eux deux seulement, Araki nous a montré une vraie complicité, qui évolue avec le temps, et c'est extrêmement facile de croire au lien si solide qui se créé entre eux, né des jours passés côte à côte sur la route, et des combats à mort passés à se protéger l'un l'autre. Il devient rapidement clair que l'un ne peut aller nulle part sans l'autre, et on arrive à passer au delà de l'amitié virile et pleine de déconne qui liait le groupe de Jotaro, ou le côté "bro" très immature des lycéens de DiU. L'amitié entre Johnny et Gyro dépasse la simple camaraderie, et elle est magnifiquement décrite par Araki, avec quelques pages en fin de volumes, avec quelques cases avant un arc, quelques échanges remplis d'émotion. Ils (et Steel Ball Run, au passage) illustrent très bien la phrase : "L'important c'est le voyage, pas la destination." (Pour continuer de développer, j'entrerai dans les spoilers) J'ai au final beaucoup parlé de Johnny, mais c'est parce que le sel de SBR, au final, pour moi (avec le dessin qui atteint une beauté stratosphérique) c'était vraiment la création de ce duo, arriver à créer deux personnages très profonds chacun de leur côté, mais aussi indissociables en tant que tel, dans une histoire tellement plus complexe dans son rapport entre les personnages. Si on y réfléchit, d'ailleurs, Araki a continué de jouer sur le "duo en tant que perso principal" dans Jojolion, et c'est vraiment l'un des changements dans son style de narration que je préfère. Il s'est mis à développer ses personnages, les liens entre eux, s'est recentré sur l'humain, rempli de peines, d'émotions, et d'erreurs; et l'un de ses meilleurs aboutissements, au final, est sûrement Gyro Zeppeli.
  6. Papy

    Animé Parasite musique inconnu

    Je me souviens qu'à l'époque, j'avais ragé car le thème de Migi n'était pas dans la bande originale (même si finalement il a fini par l'être et heureusement) : Si ce n'est pas celui-là, je vois pas comment on pourrait t'aider, à vrai dire, sans plus d'indications (je ne sais pas, un time-code d'un épisode c'est le plus simple)
  7. Papy

    Tournoi de popularité Inter-Manga 2018

    Sasuke Uchiha (Naruto) : je préfère quand même le vrai Batman Road Kamelot (D-Gray Man) : / Reiner Braun (Shingeki no Kyojin) : mon perso préféré du manga, de loin. Peut-être même le seul que j'aime, vraiment. Setna en a très bien parlé, je l'appréciais déjà lors de la "révélation" à son sujet, pour son côté double-face, pour le poids qui venait avec chaque action et parole du perso. Mais les derniers chapitres, et le dernier arc, ont achevé d'en faire un perso dont je me souviendrai longtemps, notamment lorsqu'il a volé le titre de héros à Eren (et ça me déplaisait pas). Complexe, torturé, fragile, c'est tellement loin de l'image qu'il renvoie, lui comme son (spoilers)titan(spoilers), mais c'est justement ce qui me fascine chez lui. Parfois héros, parfois méchant, mais surtout aussi parfois tellement lâche, son flash-back est très surprenant sur ce point de vue-là. Reiner, c'est le personnage qui a toujours défié mes attentes, et honnêtement, dans un manga qui a aussi beaucoup de persos très stéréotypés, ça fait un bien fou. Et puis Hosoya au doublage, quoi. ❤️ Oscar Von Reuenthal (Ginga Eiyuu Densetsu) : autant je me sentais capable de voter pour des Reinhard, Yang Wenli et même Oberstein qui font rapidement beaucoup d'effet, lui, même en étant doublé par Nakamura Yuuichi dans le remake, je n'en ai pas encore assez vu. Je me vois pas voter pour lui. Ochaco Uraraka (Boku no Hero Academia) : une héroïne sympathique dans un manga hyper sympathique. Malheureusement, ça s'arrête un peu là pour moi, même si c'est assez rare que j'apprécie une héroïne pour avoir envie de le souligner. Juvia Lockser (Fairy Tail) : vraiment jamais accroché au personnage, et encore moins à son traitement par Mashima, réduite à une paire de seins amoureuse incapable de vivre sans son mec. Erh. Inazuki Kayo (Erased) : très mignonne et touchante. Aoi Kunieda (Beelzebub) : mes souvenirs de Beelzebub sont trèèèès flous, et elle était cool. Mais je pourrais pas en dire plus. Promis, pour ce groupe, j'ai voté pour tous les persos que je connaissais, mais c'est vraiment parce que ce sont mes favs Saiki Kusuo (Saiki Kusuo no psi nan) : énorme En partant du design le moins cool du monde, Shuichi Aso a aussi créé l'un des protagonistes les plus cheatés au monde. Goku? Saitama? Peuh, Saiki les explose aussi rapidement qu'il arrête les météorites en levant le doigt de pied. Plus sérieusement, un perso hilarant, surtout pour son attitude tellement exaspérée face au bordel constant qui l'entoure. L'incarnation de l'expression "vie de merde", alors qu'il devrait avoir tout. Le doublage de Hiroshi Kamiya ajoute au côté tordant du personnage, avec ça, et bon sang ce que j'aurais voulu que la série ne se termine jamais Rei Kiriyama (3-Gatsu no Lion) : oof, ohlala, par où commencer... il y a tellement de couches, et de couches, de choses à dire sur ce personnage. Le plus fou c'est qu'il a fallu attendre la saison 2 pour que, vraiment, j'en devienne fan, et que je me revoie la s1 pour dénicher tout ce que j'avais pu louper à son sujet au premier visionnage. C'est un personnage d'une richesse incroyable, dans une série tout aussi riche, dont j'aime tellement suivre la vie, en compagnie des soeurs Kuwamoto, ou de Nikaidou et Shimada à leur étude, ou des autres joueurs de shogi, ou de Hayashida et le club de chimie dans son lycée... il a une aura incroyable, et il suffit que je repense à la première scène du dernier épisode de la saison 2, ces quelques minutes, du point de vue d'un autre personnage qui plus est; mais qui décrit Rei d'une façon si poétique, dure, mais aussi affectueuse, que je fonds en larmes. Sangatsu c'est un anime qui me fait fondre en larmes lors de ses moments de joie comme de peine, et son protagoniste, Rei, y est pour beaucoup. La saison 3 ne saurait jamais arriver assez vite. Morgiana (Magi) : / Mayoi Hachikuji (Monogatari Series) : / Masaki Izawa (Holyland) : / Kaori Miyazono (Shigatsu wa kimi no uso) : Elle m'a l'air très bien partie, et Haar en a dit plus qu'assez, alors je me réserve pour les prochains tours, pour une fois qu'un perso que j'apprécie beaucoup a des chances de passer (et puis le commentaire sur Rei m'a déjà fait sombrer dans le pathos, si j'enchaîne sur elle je vais vraiment devenir lourde lol) Kakeru Kurosawa (Onanie Master Kurosawa) : / Kamille Bidan (Mobile Suit Gundam) : j'ai pas réfléchi, j'ai vu son nom, j'ai cliqué. Kamiyu "La violence, c'est mal."
  8. Papy

    Tournoi de popularité Inter-Manga 2018

    Zaraki Kenpachi (Bleach) : un grosse brute classe, mais va savoir pourquoi il ne m'a jamais autant marquée que ça, contrairement à d'autres brutes de son manga genre Grimmjow. Tetsuya Kuroko (Kuroko no Basket) : un héros sympa, plutôt marrant, mais qui se fait très facilement voler la vedette par ses anciens coéquipiers. Le flash-back sur l'époque de la Génération des Miracles, au final, était presque bien plus centré sur Aomine que lui, je pense que ça en dit pas mal x) Sougo Okita (Gintama) : le roi des sadiques, il est tellement, tellement drôle. Encore plus quand lui et Gintoki s'allient pour faire chier Hijikata. Avec cela quelques scènes les plus classes de toute l'histoire (dans l'arc Shinsengumi Crisis, mais aussi son fameux combat de 30 secondes dans l'arc du Shogun ), l'un des arcs les plus déchirants de la série; on le voit sous toutes ses facettes, et je m'en lasse pas. Setsuko (Le tombeau des lucioles) : / Sena Kobayakawa (Eyeshield21) : J'ai appris à l'apprécier, ce gamin peureux. Toute l'aura qui plane autour du Eyeshield 21 dans la série y est pour beaucoup, forcément quand on voit ses vraies pensées, sous le casque, c'est une autre histoire. Mais j'ai tendance à aimer ces histoires, celles des personnes faibles qui utilisent leur faiblesse pour en faire une force (lui c'était quand même, à la base, sa rapidité à fuir ou faire les corvées lol). Du coup les chapitres où il apparaît enfin, décasqué, face à sa famille, Mamori, son école, ça me fout toujours de petits frissons quand j'y repense. Après, malheureusement, y a pas mal de persos que je lui préfère dans son manga (Shin, Hiruma, Sakuraba, même les frères Ha-Ha), du coup je me vois pas voter pour lui. Lucy Heartfillia (Fairy Tail) : elle m'a toujours laissée très très indifférente. Même lors des heures sombres et lointaines où j'adorais le manga. Fakir (Princess Tutu) : / Reigen Arataka (Mob Psycho 100) : roh mon dieu comme il marche sur le groupe. Dur de l'aborder, surtout alors que l'anime n'a montré que peu de lui et de son personnage. Mais, aussi surprenant que ce soit, c'est certainement le personnage qui évolue le plus dans Mob Psycho. C'est un vrai génie, tellement charismatique qu'il a réponse à tout, et c'est formidablement souligné par le doublage fait par Takahiro Sakurai; mais c'est de voir ce qu'il y a derrière cette façade qui m'a plu. J'en dirai pas plus pour pas spoiler, surtout alors que la saison 2 arrive à grands pas. Mais vraiment un personnage extra, comme j'en avais pas vu depuis très longtemps, à des kilomètres de développement de ce que ONE a pu faire dans OPM, et ça montre bien l'étendue de son talent. Mikoto Misaka (To aru) : / Kokomi Teruhashi (Saiki Kusuo no psi nan) : https://www.youtube.com/watch?v=BwgPu4R-HG0 Josuke Higashikata (Jojo's Bizarre Adventure) : Un de mes Jojos préférés avec Joseph, peut-être parce que c'est le seul vrai adolescent "normal" qu'on a pu avoir dans la série? Le seul qui va consciencieusement à l'école, qui se fait des potes, qui galère avant ses contrôles, et entre l'extermination d'un rat tueur et son harcèlement du mangaka du coin doit aussi poursuivre un tueur en série. J'aime vraiment son côté franc et sincèrement gentil, comme un lycéen, quoi, qui fait le fier et se prend parfois pour plus grand qu'il ne l'est, mais ne ferait pas de mal à une mouche (bon sauf si tu parles de ses cheveux). Au final, peut-être qu'il n'a donc pas droit à autant de développement et d'aventures à affronter qu'une Jolyne, un Johnny, ou un Jotaro; mais c'est peut-être ce côté plus terre à terre qui m'a fait l'apprécier d'autant plus. Peut-être que c'est parce qu'au fond, tout comme sa némésis Kira, il souhaitait avant tout vivre une vie normale, dans sa ville natale. Shine on you crazy diamond ❤️ Hajime Saito (Kenshin le vagabond) : http://pa1.narvii.com/5961/f322beae8facfe1f4fa4e0a927f32fb3feb8a821_00.gif Erina Nakiri (Shokugeki no Soma) : ahhhh mon dieu que je l'ai jamais appréciée. Vraiment. Même avec son "évolution". Rien à faire, je la trouve sans intérêt, là où je me suis arrêtée dans le manga (vers Hokkaido). Akira Houjou (Sanctuary) : / (désolée Haar ) Mikazuki Augus (Mobile Suit Gundam : Iron-Blooded Orphans) : un héros de Gundam qui ressemble à aucun autre, c'est une certitude (bon en vrai y a Heero dans le genre badass qui bute tout mais lui il est plus ridiculement drôle que classe). Extrêmement détaché de la réalité, incapable de vivre autrement qu'en tant que soldat. Assassin de sang froid, extrêmement doué, capable de mettre plus que sa vie en jeu pour protéger ses camarades, sa famille de coeur, et prêt à tout pour suivre Orga là où il décidera de les emmener. Sa confiance sans borne pour lui est vraiment bien abordée dans l'histoire, notamment quand elle le met véritablement en danger. Vraiment passionnant à suivre, l'un des Gundam les plus classes, un thème musical grandiose, certaines répliques difficilement oubliables.
  9. Papy

    Tournoi de popularité Inter-Manga 2018

    D'abord un vote pour Hinata Shoyo, car il est rare que j'apprécie autant un protagoniste de manga de sport. Il part avec tout pour être agaçant, ultra positif, naïf, braillard, grande gueule. Et pourtant, ce gosse et son évolution sont passionnantes, et surtout il est assez drôle et sincère pour perdre son côté relou qui peut un peu exister lors des, quoi, 10 premiers épisodes? Pour ensuite, dès qu'il s'allie enfin à Kageyama et accepte son rôle de feinteur, réellement ouvrir ses ailes et nous offrir moment incroyable après moment incroyable. Il s'améliore réellement, en partant de pas grand chose, et jamais pour devenir un simple bourrin. Il se met à vraiment réfléchir, à faire des stratégies, à jouer avec l'adversaire, à faire des choses de plus en plus techniques, et c'est hyper rafraîchissant à voir. Hinata c'est un gosse qui grandit sur le terrain, avec son charisme à lui, sans jamais faire de l'ombre à qui que ce soit. Idem, ses liens avec d'autres personnages, pas seulement son équipe, est super sympa à apercevoir; que ce soit avec Kenma, Aone, et puis évidemment Bokuto. Un rayon de soleil, au moins aussi stupide que Kageyama, mais dont la quête est toujours aussi passionnante après plus de 25 tomes, et puis tant de moments qui me feront toujours frissonner (et d'autres où il m'aura aussi juste fait hurler de rire). Et dans le groupe suivant, vote pour Takasugi, car évidemment (c'est mon kit depuis un bail et c'est toujours pas près de changer). Un perso qui a bieeeeen prit son temps pour être développé. Et c'est peut-être pour ça que ça a tant marché : Sorachi a tellement, tellement, teeeellement teasé le personnage, pendant 300 épisodes/500 chapitres, pour nous offrir une backstory que, je pense, personne n'aurait pu prévoir. Une histoire douloureuse, un point de vue qui a bouleversé jusqu'à la manière dont on peut considérer chacune de ses apparitions, qui nous a même fait voir Gintoki comme le vrai méchant de l'histoire (et le plus brillant c'est qu'il pourrait l'être). Un doubleur magnifique, un design marquant, et chaque apparition qui marque les esprits. Takasugi, c'est une aura, celle de la violence, de la haine pure et simple, la destruction du monde, et surtout énormément de chagrin. Un homme brisé par la guerre, par ce qu'il a vu, qui se retrouve incapable de savoir qui est son ennemi et qui est son allié. Impossible de plus développer pour ne pas spoiler les quelques personnes qui traînent qui n'ont pas atteint ce moment de l'histoire. Bref, un perso vraiment bien écrit, encore aujourd'hui chacun de ses mots est lourd de sens, et son rapport à Gintoki a défini tout l'arc final de la série, de l'arc du Shogun à maintenant. C'est ce contentieux qui les lie, entre désaccord et trahison, qui les hante et qui les fait agir comme ils le font, et je suis vraiment très très curieuse de voir la manière dont Sorachi décidera de véritablement conclure leur histoire. J'aime teaser les gens en parlant de lui et de Gintoki comme des "Naruto et Sasuke, mais bien écrits", et en vrai je pense que c'est pas si loin de la vérité. That man’s eyes were those of a man that was not trying to crush a country, They were the sad eyes of a man continually destroying himself.
  10. Papy

    Hunter x Hunter: Nouvel animé [No Spoil]

    Il n'aurait pas fallu commencer Hunter x Hunter en s'attendant à un manga de combats sans prise de tête ^^ tu n'as vu que la surface, niveau tactiques, mais c'est justement ce qui rend HxH aussi passionnant, alors prépare-toi!
  11. Papy

    Tournoi de popularité Inter-Manga 2018

    + 1000 pour Zura, notre débile préféré Et Reinhard aussi, parce que faut pas déconner
  12. Papy

    Tournoi de popularité Inter-Manga 2018

    A peu près comme tout le monde, les résultats de ce tournoi me désolent pas mal, encore plus quand on en vient à comparer le nombre de commentaires. Kusuriuri (Mononoke) : / Roy Mustang (Full Metal Alchemist) : un perso que j'ai toujours adoré, classe, doublé par Shinichiro Miki Plein de scènes bien marrantes, une figure de mentor pour Edward qui, au final, ressemble à pas grand chose d'autre. Et puis son alchimie lui donne des passages incroyables, face à Lust, face à Envy. Toujours une grande fan du Colonel Kei Kurono (Gantz) : / Jotaro Kujo (Jojo's Bizarre Adventure) : un Jojo que j'adore, marquant car il est très présent, pour quatre parties différentes, et son Stand est l'un des plus cultes de la série. Mais je lui préfère largement les trois autres persos pour qui j'ai voté dans ce groupe. Et pourtant dieu sait ce que j'aime Daisuke Ono ❤️ Izaya Orihara (Durarara!!) : teeeellement génial, le meilleur rôle de Kamiya Hiroshi, parfait pour jouer ce sociopathe qui manipule toute une ville comme il manipule son jeu d'échecs-shogi-go. Toujours caché quelque part, toujours coupable, mais jamais attrapé (sauf les quelques fois où Shizuo vise juste son envoi de distributeur), un vrai antagoniste comme je les adore, surtout quand on voit comme il a réussi à retourner la tête de tout le monde, jusqu'à celle de Mikado. Hei (Darker than black) : / Ahiru Arima (Princess Tutu) : / Yotsuba (Yotsuba to!) : cette gamine est un trésor. A chaque fois qu'elle ouvre la bouche, elle me fait rire. Une gosse curieuse, parfois pas fine, mais jamais relou, je fais exprès de prendre mon temps pour lire son manga, car je ne veux pas que ça s'arrête Shinji Ikari (Neon Genesis Evangelion) : beaucoup ne l'aiment pas, ou ne l'ont pas aimé; c'est clairement pas mon cas. Je trouve ce gamin fascinant, j'ai été happée dans son histoire, dans sa dépression, dans ses névroses, dès le premier épisode de Eva, pour jamais en sortir. Il a beau prendre des décisions complètement stupides, il a beau être une girouette, il a beau avoir plein de moments hyper limites (notamment avec Asuka humhum), l'ambiance d'Eva fait que je trouve qu'il en est le protagoniste parfait. Un gosse perdu dans un monde qui lui en veut, qui le manipule, cherchant vainement sa place dans l'univers. J'adore. Revy (Black Lagoon) : / Paul Von Oberstein (Ginga Eiyuu Densetsu) : je suis pas encore très loin dans Gineiden, comme je l'avais dit. Mais le remake a suffi pour que je voie l'intérêt du perso, et puis il est doublé par Suwabe dans celui-ci, donc la classe ultime. Pain (Naruto) : un antagoniste très classe, avec un pouvoir qui pète. Mais qui est un gros pétard mouillé à la fin. Moon Young Lee (Girls of the wild) : / Merlin (Nanatsu no Taizai) : / Akira Sendo (Slam Dunk) : / Natsume Takashi (Natsume Yuujinchou) : /
  13. Papy

    Tournoi de popularité Inter-Manga 2018

    Natsu Dragneel (Fairy Tail) : totalement indifférente au personnage, et en même temps il est très peu développé. Makoto "Smile" Tsukimoto (Ping Pong) : pas mon personnage préféré de Ping-Pong, mais bon, il fait partie des PP, et immédiatement ça le met au dessus du panier. J'adore la façon dont son personnage interagit avec le reste du cast, même si c'est son lien à Peco qui est le plus beau. L'épisode final, où on le voit finalement tel qu'il est vraiment, tel qu'il a toujours été, sous son armure de fer, manque jamais de m'émouvoir; cela grâce à la beauté de la narration, au doublage fantastique de Uchiyama Kouki, et toute l'ambiance qui plane autour de lui, qu'il s'agisse de son fredonnement, du bruitage qui lui est associé toujours mécanique, et puis le plan de lui, enfermé dans un placard, à attendre que son héros vienne le secourir. Accelerator (To aru) : / Ladd Russo (Baccano) : un psychopathe totalement décomplexé et dévergondé, marquant à chacune de ses apparitions, grâce à l'animation hyper fluide qui le suit où qu'il aille, et puis Fujiwara Keiji magistral dans ce rôle d'assassin sadique. Il le dit très bien lui-même, "Les tâches de sang, sur les costumes blancs, ça en jette." Midoriya Izuku (Boku no hero academia) : un héros que j'apprécie, honnêtement, car il n'a pas la tête creuse. Je suis curieuse de le voir accéder au plus haut du monde, et bien que son côté exagérément optimiste soit parfois un peu relou, c'est bien contrebalancé par les autres personnages de la série, notamment All Might, toujours là pour lui rappeler, par sa simple présence, que sourire en sauvant quelqu'un n'est pas forcément suffisant. Mais voilà, au final je l'apprécie surtout pour son rapport à All Might (pour qui je voterai assurément), plus qu'en tant que tel. Grimmjow Jaegerjaquez (Bleach) : mon perso préféré de Bleach, de trèèèès loin. Peut-être que c'est parce que j'étais jeune et impressionnable et que Suwabe Jun'ichi a cet effet sur les jeunes filles, mais encore aujourd'hui je le trouve débordant de classe, alors même que son retour dans la série, que j'attendais comme le retour du messie, a été sauvagement foiré par le mangaka. Ca ne change pas qu'il reste les meilleurs souvenirs que j'ai de Bleach, avec quelques morceaux de la bande-son et la direction artistique. Death the Kid (Soul Eater) : / Fujiko Mine (Lupin III) : un de mes persos féminins préférés IM, le genre de femme fatale que j'adore car décomplexée, fière de son corps, prête à l'utiliser si ça lui fait arriver à ses fins, et surtout à profiter de la stupidité des hommes autour d'elle. Je l'aime encore plus après cette saison 5, où elle est bien montrée comme complètement indépendante de Lupin, loin d'être la cruche à sauver (pour le coup c'est bien elle qui sauve Lupin plusieurs fois), et on a droit à une "conclusion" absolument splendide de leur relation. Shogo Makishima (Psycho Pass) : un de mes persos préférés IM, un des antagonistes qui m'aura le plus marquée quand j'ai commencé à vraiment découvrir les animes. Grandiloquent, intouchable, tellement charismatique, j'en retiendrai surtout son doublage par Takahiro Sakurai, qui aura réussi à me happer à chaque fois que le perso ouvrait la bouche. Peu importe que ce qu'il dise soit juste, hautain, ou autre, il a donné vie à Psycho-Pass, et a bien montré que la série devenait ultra creuse sans lui pour contrebalancer des personnages comme Akane et surtout Kougami. Griffith (Berserk) : un antagoniste marquants, tout ce qu'il faut de cruauté et de charisme pour le rendre passionnant à suivre. Et tiens, oh, encore Takahiro Sakurai au doublage Je me permets d'arrêter là car je pense qu'il passera facilement. Escanor (Nanatsu no Taizai) : / Ken Kitano (Sun Ken Rock) : / Kamina (Gurenn Lagann) : / Hanamichi Sakuragi (Slam Dunk) : j'en ai malheureusement pas encore assez vu de Slam Dunk, mais je sais que le perso est génial et très bien écrit, j'ai hâte d'avoir le temps de m'y mettre. Makise Kurisu (Steins Gate) : j'ai commencé S;G il y a longtemps... jamais fini... je finirai un jour...... Freezer (Dragon Ball) : cool quand il apparaît, beaucoup moins cool quand je vois que des gens ont eu l'idée fumeuse de le faire revenir. Enfin voilà, je le trouve fun mais ça s'arrête là.
  14. Papy

    Tournoi de popularité Inter-Manga 2018

    Lupin III (Lupin the Third) : personnage emblématique, que la saison qui vient de finir a merveilleusement bien développé. J'adore son style, son côté marrant mais aussi dangereux, vrai malfrat dont les intentions ne sont absolument pas bonnes, juste un voleur dans l'âme, parfois assassin, qui mourrait le jour où il n'aurait plus rien à voler. Inconique. Greed (FMA): je ai survolé le groupe et j'ai pas vu qu'il était là, sinon j'aurais sûrement voté pour. Sûrement l'Homonculus le plus intéressant avec Wrath (en Envy parfois), dont le duo avec Edward et évidemment Ling est vraiment sympa à voir. Je lui donne donc mon commentaire, mais j'imagine qu'il passera. Gally (Gunnm) : / Joe (Megalo Box) : il partait tellement bien, mais il n'a au final pas été si bien développé. Dommage, parce que Hosoya au doublage, je suis si faible... Kazuo (Battle Royale) : / Itachi (Naruto) : un perso intéressant de Naruto, mais je l'ai jamais apprécié plus que ça. Surtout une fois qu'il est juste devenu le symbole même du martyr. Hermès (Kino no Tabi) : / Eren (SnK) : clairement un perso que j'apprécie pas du tout. Il a beau avoir évolué, avec le dernier arc, dans un sens qui me plaît un peu plus; je le trouve quand même vraiment relou à la base. Et en plus je trouve que Yuki Kaji le joue pas bien. Paprika : / Gesicht (Pluto) : très très grand perso au panthéon de Urasawa. Déchirant, aussi court que soit Pluto, il aura marqué les esprits à raison. Sa quête est aussi magnifique que dure, et sa conclusion m'a énormément touché. Vraiment hâte de le voir revenir avec la version animée de Pluto. CC (Code Geass) : jamais trop compris la hype autour d'elle, je dois dire. Kirua (HxH) : mon perso préféré de HxH, je développerai dans les prochains tours. Luciole (SdK) : / Ginko (Mushishi) : j'ai pas maté énormément d'épisodes de la série, mais j'ai immédiatement accroché à Ginko. Je le trouve parfait dans le rôle, calme, avec une aura mystérieuse, un design classe. Iori (Grand Blue): / Norman (Yakusoku no Neverland) : un perso intéressant, comme tous les autres de Neverland. Je peux pas vraiment en dire plus, sans quoi ce sera du gros spoil. Mais je l'aime bien.
  15. Papy

    Tournoi de popularité Inter-Manga 2018

    Vote blanc pour le groupe 9, parce que je connais que Naruto et... ouais non. Yang Wen Li (Ginga Eiyuu Densetsu) : je suis très très loin d'avoir fini Gineiden (j'en suis à une vingtaine d'épisodes), mais c'est quand même un perso que j'aime beaucoup. Son côté ultra posé, voire blasé, avec quelques répliques qui m'ont bien fait marrer; tout en restant un génie tacticien. Zoro Roronoa (One Piece) : un mugi que j'aime bien car il manque jamais de me faire marrer, et puis Kazuya Nakai au doublage ça fonctionne toujours chez moi. Après j'aurai du mal à voter pour face aux autres que j'apprécie carrément plus du groupe (et puis il aura clairement pas besoin de moi). Yuno Gasai (Mirai Nikki) : / Shoko Nishimiya (A silent voice) : l'héroïne d'un de mes films d'animation préférés, cette jeune fille et son parcours m'auront fait énormément pleurer. Certaines images, du film ou du manga, resteront longtemps gravées sur mes rétines, l'une d'entre elles capable de me donner les larmes aux yeux immédiatement. Mais je n'ai pas eu envie de voter pour elle. Punpun Onodera (Bonne nuit Punpun) : / Nona (Death Parade) : / Makoto Shishio (Kenshin le Vagabond) : / Shizuo Heiwajima (Durarara!!) : ce mec, la classe incarnée. Mon perso préféré de Durarara (même si Izaya est jamais très loin), Daisuke Ono grandiose quand il s'agit de se briser les cordes vocales. J'ai pas mis d'image pour les autres, mais lui, c'est obligé (et puis je pense pas qu'il passera le tour 1 )
×