Jump to content

Bienvenue sur les Forums Mangas France.

Lors de votre inscription, merci de vérifier vos SPAMS. Le mail de confirmation y va à quasiment à chaque fois.

 

Pour lire vos mangas préférés, une seule adresse :

SCANTRAD FRANCE

Bon surf sur nos forums !



Rouletabille

Members
  • Content Count

    70
  • Donations

    0.00 EUR 
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4

Rouletabille last won the day on March 11

Rouletabille had the most liked content!

Community Reputation

89 Excellent

About Rouletabille

  • Rank
    Pirate

Recent Profile Visitors

855 profile views
  1. Rouletabille

    Snk 127

    Bonsoir à tous ! Mahrs et Eldiens se querellent pour savoir qui a légitimement le droit de se prétendre victime. Plutôt que de trancher, j’ai essayé de voir comment (selon les standards de SNK !), on pourrait les réconcilier (vaste programme !) La réconciliation : une possibilité ? Introduction : la cohabitation forcée : Mine de rien, Isayama nous a présenté trois cas, où protagonistes et antagonistes se sont rapprochés : - le trio de guerriers (Annie, Bertolt, Reiner) - les prisonniers Mahrs - le duo Gaby/Falco. A chaque fois, ces ennemis ont vécu parmi les Eldiens et là, leur mentalité a plus ou moins évolué. 1) Le bâton… : La carotte et le bâton ? Je commence par le bâton ! Dans tous les cas, les antagonistes (Mahrs et guerriers) se sont rapprochés des Eldiens de Paradis, parce qu’ils y étaient obligés : - Reiner et ses complices s’étaient infiltrés parmi les Paradisiens (pour voir leur point de vue : tome 24, chapitre 97). Ils devaient se mélanger aux Eldiens, pour mener à bien leur mission. Toutefois, ils avaient encore une bonne liberté d’action. - Les prisonniers Mahrs (tome 26, chapitre 106) ne seraient jamais restés à vivre avec les Eldiens, s’ils n’avaient pas été capturés. Mais … on ne leur a pas trop laissé le choix. - Gaby et Falco se sont cachés chez les Braus (tome 27, chapitre 109), pour ne pas se faire reprendre par les soldats. Mais ils étaient là par « accident », parce que Gaby avaient fait l’idiote. Ils avaient moins de liberté d’action que la bande à Reiner. Et finalement, ils se feront démasquer pour le pire et … le meilleur. La situation est la même. A chaque fois, les antagonistes doivent accepter de vivre un certain temps avec les Eldiens. Mais à chaque fois, ils y étaient contraints ! Ou ils étaient prisonniers ou ils étaient infiltrés (même si pour Gaby/Falco, c’était involontaire !). 2) … et la carotte … : Maintenant la carotte ! Nos antagonistes doivent accepter (bon gré, mal gré) de vivre avec les Eldiens. Seulement, il faut leur proposer un espoir réel, un avenir. - Les prisonniers Mahrs qui se rendent utile, comme Nicolo, peuvent avoir une vie « normale » parmi les Eldiens (tome 28, chapitre 111). Honnêtement, le restaurant de Nicolo semble avoir une sacrée côte et être bien réputé ! Qui aurait cru, qu’un prisonnier de guerre pourrait faire ça en plein pays ennemi ? - Gaby et Falco sont hébergés (gîte et couvert) en échange évidemment de quelques corvées … mais pas plus que les autres enfants (toujours chapitre 109, tome 27). Les Braus les laissent vivre parmi eux et je suis sûr qu’ils les auraient gardés, même après avoir su la vérité. - Reiner et sa bande se mêlent aux Eldiens et trouvent d’abord du travail, puis deviennent soldats (chapitre 96, tome 24). Même si le cas de Reiner, Annie et Bertolt est à part (une fois démasqués, ils n’ont pas trainé dans le coin), je remarque qu’à chaque fois, on peut offrir une vie décente aux Mahrs qui atterrissent à Paradis : ils peuvent travailler, se loger, vivre parmi les Eldiens ! Presque vivre comme des Eldiens ! 3) … avec le respect : C’est le dernier point, tout aussi important que les deux autres. Sans respect de l’adversaire, aucun rapprochement possible ! - D’abord, nos amis Gaby et Falco ! La famille Braus les accueillent d’abord avec bienveillance. Ils les traitent comme les autres enfants. Gaby y voit d’abord une ruse. Quand la vérité éclate (chapitre 111, tome 28), M et Mme Braus ne tuent pas la jeune guerrière et lui pardonnent son geste, la jugeant comme une victime. D’ailleurs, leur gentillesse est le point qui touche véritablement Gaby. - Ensuite, les prisonniers Mahrs (pas tous, mais quelques-uns quand même) commencent à changer d’attitude et à respecter les Eldiens, à force « d’égards et d’attentions », comme le dit Armin (chapitre 106, tome 26). La bienveillance de membres du bataillon, comme Armin et Hansi, a fait évoluer leur mentalité. - Pour finir, Reiner et les guerriers ! Ils se sont infiltrés parmi les recrues, puis ont rejoint le bataillon d’exploration ou les brigades spéciales. C’est leur expérience de l’armée, qui a bousculé leurs convictions. Annie s’attache (un peu) à Hitch et est touchée quand Armin lui parle (chapitre 31, tome 8). Reiner devient limite schizophrène car il se sent coupable d’attaquer ses compagnons de régiment. Bertolt craque quand Jean et Connie lui parle des moments passés à la caserne (chapitre 48, tome 12). La camaraderie a ébranlé leurs convictions. Finalement, comment se rapprocher de son ennemi ? La réponse du manga : en ne le traitant pas comme un sous-homme, surtout quand il est vaincu. Quand les Eldiens ont eu le dessus (je pense à Gaby et Falco, mais aussi aux prisonniers Mahrs) et qu’ils ont fait le choix de traiter leurs ennemis comme des égaux, ceux-ci ont commencé à changer. Conclusion : Difficile, mais possible ! A chaque fois, le processus a été plutôt long à porter ses fruits. Armin en a d’ailleurs conscience : « on a besoin de temps ». Mais des cas comme Gaby (qui était une extrémiste anti-Paradis et qui leur demande maintenant leur aide), comme Nicolo (d’abord prêt à mourir du sabre de Livaï, avant de tomber amoureux de Sasha), montrent que le changement est long mais possible ! Hélas ! Hélas ! Hélas ! Pour que cela marche, il faut que les trois conditions (bâton, carotte et respect) soient réunies. Si une seule condition manque, le processus échoue. Annie, Reiner et Bertolt ont bien eu des doutes, mais ils n’ont pas été capturés (Annie était coupée du monde dans son cristal et Bertolt a aussitôt été dévoré par Armin). Du coup, le « bâton » n’a pas pu jouer son rôle avec eux. Finalement, Hansi a raison d’avoir un espoir de réconciliation. Toutefois, elle semble ne pas comprendre deux choses : - sans contrainte, les autres pays ne voudront pas se rapprocher des Eldiens (pas plus que Reiner, Annie, Bertolt, Gaby, Falco et les prisonniers ne l’auraient voulu à la base). - le rapprochement de quelques personnes isolées de leur patrie, avec les Paradisiens à peu de chance de fonctionner avec des peuples entiers. Du coup, je pense qu’Hansi court au désastre, si elle pense changer les mentalités sans avoir un très puissant moyen de pression (le fameux bâton). Eren en a un de moyen de pression (le grand terrassement), mais il a choisi une autre voix !! Cela faisait longtemps que cette idée de réconciliation entre ennemis sur cette triple base, me travaillait (et pas que pour SNK). Je me suis dis que je pouvais toujours vous en parler. Et là-dessus, mes bons amis, je vous souhaite une bonne nuit !
  2. Rouletabille

    Snk 127

    Floch attend ses adversaires de pied ferme ! C’est ce que je retiens de ce chapitre. Voilà, j’ai parcouru le chapitre (mon anglais est moyen, donc des subtilités m’échappent dans les discours des personnages) et je vais donc me concentrer uniquement sur la fin : Floch et ses hommes s’apprêtent à livrer un très dur combat. Comme au début du manga, une bataille s’annonce entre le bataillon d’exploration et les titans, sauf que là … tout est inversé. I) Les deux camps : humains contre titans : 1) humains vs inhumains : Au début de l’histoire, le bataillon d’exploration regroupait les personnages principaux du manga (Eren, Armin, Mikasa, Jean…), ainsi que des personnages secondaires avec des personnalités reconnaissables (Livai, Erwin, Livai, Mike, Livai, Hansi, Livai…). Il avait donc une certaine épaisseur et on savait qu’on était chez les « gentils » : ils sont humanisés et personnalisés. En face, les titans « stupides » ou « déviants » formaient une masse d’adversaires sans personnalité, ni membres reconnaissables à part le colossal, le cuirassé et le féminin. Les membres les plus dangereux sont identifiables et les autres sont un groupe sans personnalité, juste là pour se faire massacrer. Des « méchants » typiques : ils sont déshumanisés. 2) Un bataillon d’anonymes : Aujourd’hui, le bataillon d’exploration a une seule figure connue : Floch, son chef ! On va peut-être revoir les jeunes recrues sauvées par le sergent Shardiz, mais sinon Floch est le seul Jägeriste que l’on connaisse. Du coup, on a l’impression d’être face à un bataillon déshumanisé (comme les titans au début), donc clairement des méchants. Et leur chef ne donne pas l’impression d’être extrêmement dangereux, car il est un combattant moyen (je ne l’ai jamais vu briller par son talent au combat, ni à Liberio, ni à Shiganshina). Du coup, j’ai la mauvaise impression que ce nouveau bataillon d’exploration est là pour se faire décimer. Il n’y a que des combattants anonymes et c’est classique que ce genre d’adversaire se fasse laminer. 3) L’alliance des titans : Actuellement, les protagonistes appartiennent à un groupe comprenant cinq titans (charrette, cuirassé, féminin, colossal et mâchoire), deux Ackerman (issus de la science titanesque, parait-il) et des humains spécialistes des titans. J’ai donc nommé ce groupe : l’alliance des titans. Contrairement au bataillon d’exploration dirigé par Floch, les membres de l’alliance ne sont pas des inconnus. On les connait, ils ont une personnalité et un physique reconnaissable. Un grand paradoxe, quand on pense que la plupart des membres sont des titans. Les ennemis déshumanisés du début sont maintenant un groupe humanisé, donc les gentils. Le comble pour des titans ! II) Imagination contre conformisme : 1) L’intelligence contre la force et la perfidie : Jusqu’à présent, le bataillon d’exploration se distinguait par ses tactiques audacieuses (chapitre 33 : la capture du titan féminin) sortant des sentiers battus (chapitre 74 : Armin débusquant Reiner à Shiganshina) et adaptait son équipement à la situation (chapitre 26 : la première capture du titan féminin). Plutôt que le force le bataillon d’exploration jouait sur l’intelligence et l’imagination. A l’opposé, les titans « stupides » et « déviants » n’avaient qu’une seule stratégie : foncer dans les tas ! (chapitre 4 : avec l’invasion du district). Ils emploient juste leur nombre et leur force (qui repose sur leur physique dans leur cas). Les adversaires humains (comme la 1ère division des brigades spéciales) emploient plutôt la ruse et la cruauté (assassinat du pasteur Nick, chapitre 52, procès d’Erwin, chapitre 61). Le but est de briser mentalement l’adversaire : on le prend en traitre et on veut lui faire peur, en le brutalisant ou en s’en prenant à ses proches. 2) Floch, soldat banal mais impitoyable : Floch le nouveau chef du bataillon d’exploration n’est pas un grand stratège. Mais il dispose d’un certain bon sens, au chapitre 118, il veut prendre le titan charrette en tenaille et sent le piège quand celui-ci est « vaincu » (il demande qui l’a abattu, alors que les autres fêtent déjà leur victoire). Floch est un commandant ordinaire qui ne sort pas du lot. Il n’a pas l’étoffe d’un Erwin ou d’un Armin. En revanche, il a montré à quel point il pouvait être cruel (l’exécution des prisonniers au chapitre 126). Et là, il est armé face à une Kiyomi désarmée. Il va sûrement employer une tactique sale, qui consiste à la prendre en otage pour faire pression sur Mikasa. Classique : il compense son absence de talent, par une absence de morale. De plus, il semble se préparer pour une bataille frontale sans grande stratégie. Il a déployé ses hommes en nombre et de façon visible. Il attend visiblement l’assaut de l’adversaire sur ses positions. Il ne va pas avoir l’initiative. C’est mauvais signe pour lui et pour le bataillon. Au final, il regroupe la perfidie des brigades spéciales et la brutalité des titans : un triste exploit ! 3) L’alliance des titans : un groupe hétérogène et imaginatif : Face à Floch, nous avons Armin et Peak qui sont généralement des adversaires intelligents et imaginatifs (chapitre 118 : pour la ruse de Peak). Eux savent sortir des « schémas de pensées classiques », pour surprendre l’adversaire, quand Floch reste dans des tactiques conformistes et prévisibles. Le comble est qu’Armin risque de redevenir grand stratège… pour combattre contre le bataillon d’exploration ! De plus, ils disposent de titans variés (féminin, cuirassé…). Avoir des troupes avec un équipement divers permet d’élaborer des tactiques plus complexes (comme aux échecs par exemple). Cela peut permettre de contrebalancer, l’infériorité numérique. Notre alliance de titans possède les qualités qui ont fait la force du bataillon d’exploration : c’est le monde à l’envers ! III) Un Shiganshina 2.0 : 1) La revanche pour Floch ? : Floch (je reviens toujours à lui) a fait son baptême du feu avec le bataillon d’exploration, lors de la bataille de Shiganshina, face aux titans de Mahr. Aujourd’hui, je sens qu’il veut jouer la revanche face à ces titans (le bestial n’est pas là, mais il y a la mâchoire et le féminin à la place). Lors de sa première bataille, Floch était terrifié. Maintenant, il semble farouchement déterminé. Lors de sa première bataille, il était une jeune recrue. Maintenant, il est le commandant. Avec toutes ces parallèles, il y a fort à parier qu’il va livrer sa dernière bataille. Surtout que l’ennemi pour lui est toujours le même : les titans de Mahr ! 2) Un rôle à l’envers pour la 104ème brigade : Le bataillon d’exploration était depuis le début, l’espoir de l’humanité et surtout le « groupe » auquel appartenait nos héros et aujourd’hui, il en est l’ennemi ! Hansi, Mikasa, Armin, Jean et Connie sont désormais dans un groupe de titans et se préparent à affronter leur groupe : le bataillon d’exploration. Ils vont lutter au côté des titans contre les humains. Et ils vont utiliser ce qu’ils ont appris en tant que soldat du bataillon d’exploration, pour anéantir ce même bataillon ! A Shiganshina, Sieg et les Shifters avaient presque anéanti le bataillon. Hansi et les autres vont aider les Mahr à achever le travail, les rôles sont complètement renversés ! Auront-ils des remords à combattre leurs anciens camarades ? A aider les Mahrs contre des Eldiens ? Conclusion : Isayama a totalement brouillé les cartes ! Les humains sont devenus moins humains et moins intelligents, que les titans. Le bataillon d’exploration est désormais le groupe ennemi. Et pour finir, la bataille de Shiganshina va être rejouée avec nos héros dans l’autre camp. Voilà, les dernières pages avec Floch et ses hommes qui se préparent au combat, m’ont inspiré ce pavé. J’espère que vous l’avait apprécié ! Sur ce, je vous dis : Bonne nuit !
  3. Rouletabille

    SnK Chapitre 124

    On parle beaucoup d’Armin, ces derniers temps ! Certains défendent le personnage, qu’ils jugent incompris. D’autres s’agacent de son pacifisme, qui leur parait décaler face à la situation. Pour essayer de mettre tout le monde d’accord (cela va être dur), j’ai donc analysé Armin en me basant sur ce qui est dit et ce qui est montré. Et je suis arrivé à la conclusion suivante : il y a eu un petit disfonctionnement dans l’écriture. Surprenant de la part d’Isayama… à moins que celui-ci me surprenne dans les prochains chapitres. I) Armin le militaire : 1) Le nouveau titan colossal : A la base, selon Keith Shadis (chapitre 17, tome 4), Armin a « des capacités physiques en retrait ». Seulement, tout à changer au chapitre 85. Ce jour-là, il devient l’héritier du titan colossal et donc l’un des plus puissants atouts militaires de l’île du Paradis. Il possède le titan emblématique du manga, celui qui a tout déclenché. De cette façon, Isayama a créé une forte attente chez les fans. A chaque apparition, le colossal a totalement chamboulé l’histoire (chapitre 1 avec l’attaque de Shiganshina, chapitre 45 avec la capture d’Eren…). Les lecteurs s’attendaient logiquement à ce que ce titan entre les mains d’Armin fasse évoluer la situation en faveur des Eldiens. 2) Un stratège remplaçant Erwin : Toujours selon Shadis (chapitre 17), Armin dispose de « résultats exceptionnels dans les matières théoriques ». Il est le cerveau qui trouve des solutions et au chapitre 85, Hansi lui dit qu’il est investi « de l’esprit d’Erwin ». Du coup, nouvelle attente chez les fans : ils attendent de voir un Armin trouvant des stratégies exceptionnelles qui peuvent retourner des situations militaires difficiles. 3) Des résultats brillants : Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ses résultats en tant que stratège militaire sont exceptionnels. Eren le dit très bien : « C’est lui qui a eu l’idée de combler la faille de Trost avec une pierre. C’est lui qui a imaginé le stratagème pour démasquer Annie. C’est lui qui a eu l’idée de progresser de nuit pour venir jusqu’ici. C’est encore lui qui a su dénicher Reiner et c’est grâce à lui qu’on a pu venir à bout de Bertolt. » (Chapitre 84, tome 21). C’est aussi lui qui permet la retraite du bataillon à la bataille de Revelio (chapitre 105, tome 26). Bref depuis le début du manga, Armin est un bon stratège militaire qui obtient de nombreuses réussites. On nous le dit et on nous le montre ! Donc en tant que lecteur, c’est clairement ce que l’on attend de lui ! II) Armin le diplomate : 1) Un rôle qui peut sembler à contre-emploi : Or depuis l’ellipse, Armin veut se battre sur un autre terrain : la diplomatie. Et quand j’y pense, il a souvent essayé de discuter avec ses adversaires : - Avec Annie (chapitre 31, tome 8) : « On peut discuter Annie. Explique-nous, pour qu’on comprenne ! » - Avec Bertolt (chapitre 49, tome 12) : pour tenter de reprendre Eren. - Encore avec Bertolt (chapitre 78, tome 19) : « Discutons ! » Finalement, c’est cohérent avec le personnage. Isayama nous avait bien mis des indices dans ce sens. Armin réfléchit, il veut comprendre le monde et les autres, donc il cherche le dialogue. Seulement… 2) Un terrain trop difficile : Seulement là, c’est mission impossible ! Avant l’ellipse, aucun de ses interlocuteurs n’a voulu du dialogue et maintenant… il n’y a toujours personne qui veut négocier avec lui. Avant l’ellipse, les intentions d’Annie, Bertolt et Reiner étaient mystérieuses. En parlant, Armin pouvait espérer les comprendre et (éventuellement) trouver un arrangement. Et maintenant, que les intentions de l’ennemi sont claires (s’emparer de l’originel et exterminer l’île du Paradis), un arrangement semble presque impossible. Par-dessus le marché, on voit que l’adversaire a une mentalité anti – eldienne bien ancrée et qu’il est décidé à ne faire aucune concession (rappelez-vous du discours de Willy Tieber ou de l’association pro – Eldien). Avec de tels obstacles, l’idée d’Armin de résoudre le conflit par la diplomatie prendrait facilement dix ans ! Ou vingt ans ! Voir cinquante ans ! Et il le dit lui-même : « on a besoin de temps » (chapitre 106, tome 26), le problème c’est que du temps, l’île du Paradis n’en a pas ! Quand on lit le manga, on voit qu’Isayama a subtilement fermé toutes les portes de la négociation. Résultat, on finit par se dire qu’ici, la solution ne réside pas dans la diplomatie … et donc qu’Armin fait fausse route. 3) Une absence (presque) totale de résultat : Il faut dire ce qui est ! Armin n’a jamais obtenu de résultats en négociant avec l’ennemi. - Annie est touché par ses paroles, mais choisit de se battre. - Bertolt (malgré sa crise de conscience) rejette la discussion. - Le comité pro – Eldien considère les habitants de Paradis comme des ennemis. Les lecteurs voient qu’Armin a de la bonne volonté, qu’il a pu toucher certains ennemis (Annie ?), mais aussi que ses tentatives de négocier n’ont jamais résolu quoi que ce soit. A chaque fois (avec Annie ou Bertolt), il a dû en revenir à la tactique militaire. Donc, Isayama a donc créé une attente chez les lecteurs : échec de la négociation, reprise de la stratégie. Les lecteurs s’attendent à ce qu’Armin revienne à ses stratégies. Et cela … ne se voit pas ! III) Du point de vue des lecteurs : 1) Militairement : une forte attente des fans : Depuis le début, les fans entendent qu’Armin est un bon stratège et ils le voient pendant la plupart des batailles. C’est donc ça qu’ils attendent de lui : un stratège qui trouve toujours un moyen (souvent surprenant) pour neutraliser efficacement les forces adverses. Or depuis l’ellipse, Armin veut résoudre les problèmes en négociant. Le gros problème, c’est qu’on ne le voit pas prévoir une autre solution. Si les négociations échouent (d’ailleurs, elles n’ont jamais eu lieu), on a l’impression qu’Armin n’a pas de plan B. La déception des fans peut se comprendre : il est censé être « l’un des principaux tacticiens d’Eldia » (chapitre 112, tome 28) et on ne le montre pas préparer de stratégie militaire, pour vaincre l’ennemi ! Je suis sûr que si on l’avait vu (au moins une fois) préparer un plan pour empêcher l’invasion de l’île, les critiques à son encontre seraient moins fortes. 2) Diplomatiquement : une obstination mal comprise ? : Comme je l’ai dit, Armin n’a pas obtenu de résultats avec la diplomatie. Il y aurait eu de quoi en décourager plus d’un. A tel point, qu’on se demande : pourquoi Armin s’obstine-t-il dans cette voie ? A mon avis, Armin sait que « pour dissiper le malentendu » (chapitre 106, tome 26) comme il dit, il faut casser l’image de l’Eldien dangereux et menaçant. Il est encouragé par les quelques résultats obtenus avec les prisonniers Mahrs. Donc, il veut éviter les stratégies « malveillantes » (force ou ruse), pour que les Eldiens apparaissent comme pacifiques et fiables. Hélas ! Il a régulièrement essayé de négocier et cela n’a jamais marché. De plus, il est un personnage intelligent. Du coup, les fans ont du mal à le suivre. Armin a échoué, ils s’attendent donc à ce qu’il cherche rapidement une autre solution (ruse, démonstration de force…) pour mettre fin à la menace. Et j’en reviens à ce que j’ai dit plus haut : on ne le voit pas chercher autre chose. 3) Ses sentiments avant son devoir ? Dernier point… et en défaveur d’Armin, malheureusement. Hansi lui dit clairement sa mission au chapitre 21 : « nous attendons tous que tu livres une contribution maximale au sort de l’humanité. » Son devoir est de sauver l’île du Paradis. Il est un militaire, alors il doit protéger son pays. Or dans le chapitre 105, on voit qu’il s’est attaché aux prisonniers Mahrs qui collaborent et qu’il considère le grand terrassement comme « le plus effroyable des cauchemars ». En clair, ses sentiments le poussent à vouloir épargner l’ennemi. Et comme les lecteurs le voient chercher constamment à éviter le « grand terrassement », alors que l’ennemi lui n’aurait aucun scrupule à anéantir Paradis, ils se disent forcément qu’il fait passer ses sentiments personnels avant son devoir. Du coup, l’avis d’Armin semble biaiser (avec ou sans Bertolt) et il est forcément moins crédible. Conclusion : J’ai vraiment l’impression qu’Isayama lui a collé le mauvais rôle dans les derniers arcs. Il ne met plus ses points forts en avant, mais montre trop ses échecs : - Il est un grand stratège et il ne le montre plus beaucoup exercer ses talents. On a l’impression qu’il ne fait plus rien de ce côté. - Il est celui qui veut négocier, mais tout est contre lui, donc il échoue. On a l’impression qu’il a choisi une solution inefficace. - Il voudrait sauver un ennemi, qui n’hésiterait pas à trucider tout son peuple. On a l’impression qu’il est d’une profonde naïveté. Pour conclure, je me répète mais Isayama a trop mis l’accent sur le côté « négociation » d’Armin et a presque effacé son côté « stratège ». C’est cohérent, mais trop brutal comme changement. Et certains lecteurs n’ont pas accroché… Ils attendaient surtout un Armin stratège qui trouve des solutions, Isayama en a fait un partisan de la négociation qui échoue et qui en plus ne prépare plus de plans complexes comme il savait si bien le faire. Pour ma part, j’aime bien Armin, mais l’écriture du personnage me semble avoir connu un raté. Dommage !
  4. Rouletabille

    SnK Chapitre 122

    1) Eldiens et Mahrs : deux cibles possibles ? : A la base, les Eldiens ont utilisé le pouvoir titanesque et Ymir a dû seule concevoir les innombrables titans, dans les Paths. Les Mahrs, une fois le pouvoir entre leurs mains, ont suivi la même logique. Donc, elle n'a aucune raison d'aimer les uns ou les autres. Au moins, les Eldiens la vénère maintenant comme une déesse. Cela les sauvera-t-il ? Je ne sais pas. En tout cas, elle ne doit pas avoir de raison d'épargner les Mahrs. C'est un Mahr (celui qui a inspiré Hélos) qui l'a tué et expédiait (sans le vouloir) dans les Paths. Elle pourrait avoir des envies de revanche. Bien vu de ta part, Hélos abattant le démon de la Terre, le lancier abattant Ymir. En tout cas, la réalité est beaucoup moins glorieuse que la légende. 2) Eldiens et Mahrs : deux faces d'une même pièce ? : Au final, Isayama renvoit les deux camps dos à dos. Ici, les Eldiens (au travers de leur roi) apparaissent comme des barbares brutaux et assoiffés de pouvoir (la propagande Mahr ne s'est pas totalement trompée). Et les Mahrs, une fois la fin de l'empire eldien, sont des conquérants et appliquent une politique que nous avons comparé au nazisme. D'ailleurs quand on y pense : - Les Mahrs antiques sont inspirés des Romains. Or au vingtième siècle, les Romains ont inspiré... le fascisme italien. - Les Eldiens antiques font penser aux Germains (rien que le nom de leur roi (Fritz), surnom souvent collé aux Allemands). Or au vingtième siècle, les Germains ont inspiré ... le nazisme allemand. - Les Mahrs actuels font référence à un régime totalitaire : l'Allemagne nazie. - Les Eldiens partisans d'Eren veulent une renaissance de l'Empire eldien et le déclenchement du grand terrassement. Or Willy Tieber parlait du grand terrassement comme "d'une légion de plusieurs milliers de titans colossaux" (chapitre 100), référence aux Romains. Finalement c'est clair, ces deux peuples sont le reflet l'un de l'autre, leurs histoires s'entrecroisent et se mêlent. Mais comme ils se sont toujours combattus, rien de bon n'en est finalement sorti. Magath (s'il survit encore une fois) aura bien du boulot, s'il veut faire vivre Eldiens et Mahrs ensemble. C'est presque Mission Impossible. 3) Pour Ymir, une différence ? : Je crains fort que tu n'ais raison ! Techniquement, les Fritz sont les responsables, mais Ymir pourrait (après 2000 ans d'esclavage et de travaux forcés) piquer une belle crise colère et réduire tout à néant. Déjà, qu'elle devait en avoir vraiment marre de faire des titans dans les Paths, la preuve : les titans stupides qu'elle fait sont vraiment très laids !😂 J'en conclus qu'elle se venge en transformant les gens en des vrais mochetés ! Ou alors c'est qu'elle est vraiment très fatiguée et ne se préoccupe plus trop des détails ! 🤣 Il y aura au moins un point positif à tout cela ! (Restons optimistes, quoi !) Tout le monde (Eldiens, Mahrs et tous les autres tant qu'on y est) finira dans la "gueule puante de ces monstres, en se tordant d'épouvante et de douleur. Et , y aura pas de jaloux! " (citation du caporal-chef Livai, chapitre 37). Ce ne sera plus seulement Paradis, mais toute l'humanité qui sera acculée et fera face aux titans. Et on sera de retour au début de l'histoire : Les habitants des murs luttent face aux titans Toute l'humanité luttent face aux titans colossaux. Et voilà, la boucle sera bouclée. 4) Et Sieg ? : Sieg est au bout de son rôle. Il risque fort d'y passer. Je suis d'accord, que quelques centaines de colossaux contre un seul homme, c'est (un tout petit peu) exagéré et que ce n'est pas vraiment un combat équitable. 😁 Toutefois si Ymir a le contrôle (vous avez tous vu que le "truc" qui relie la tête au corps d'Eren, est le même qu'Ymir rencontre dans l'arbre), elle ne va pas faire dans la dentelle. Tout le monde peut aller se mettre aux abris (même si cela ne servira à rien). Du coup, Eren l'aura libéré et elle risque de libérer sa colère contre la Terre entière (les Mahrs pourront toujours dire, qu'ils avaient raison en disant qu'elle était un démon : cela les consolera sûrement avant de se faire anéantir !) Conclusion : @Jufoba a vu juste: les Eldiens et les Mahrs se valent ! Et cela pour le meilleur comme pour le pire ! Du coup, je pense que même s'il y a des innocents dans les deux peuples, on se dirige vers l'extermination de tout le monde ... et on se demandait de quoi Grisha Jäger avait peur ! Je crois qu'on tient la solution.
  5. Rouletabille

    SnK Chapitre 122

    Chapitre en anglais lu, merci @papillonrouge24 ! Et à ce propos : 1) Ymir : une Eldienne ? : Tu soulèves un point intéressant. Je me suis alors demandé : si Ymir était esclave des Eldiens, est-elle une Eldienne ? On voit clairement au début , qu'elle a été capturée (sûrement pendant une guerre) et est devenue esclave. Du coup, elle pourrait ne pas prendre le parti des Eldiens ? A voir. 2) Pourquoi les Eldiens sont tous reliés aux Paths ? : Ce qui m'amène à un point qui n'est pas clair (pour moi). Après qu'Ymir soit morte et ait été dévorée par ses propres filles, les paths se divisent en trois branches (les trois filles donc). Seulement et le reste du peuple eldien, comment a-t-il été relié aux Paths ? Les Eldiens actuels sont-ils tous des descendants d'Ymir et de Fritz (du coup Sieg, tu n'es pas le seul descendant de la famille royale, donc Ymir peut obéir aux autres !). Donc les Eldiens seraient tous des Fritz ? Je ne pense pas personnellement, sinon Eren n'aurait pas de mal à contrôler l'Axe. Le reste du peuple Eldien a été connecté à Ymir par un mystère encore non élucidé ? C'est sûrement ça. 3) Les Fritz : responsables de (presque) tout : Et là, nous ne sommes pas d'accord. Les responsables ne sont pas les Eldiens mais leurs rois : la famille Fritz ! Je sais que techniquement, la décision du roi engage son peuple, mais là on voit que les rois ne regardent que leurs motivations propres et les imposent à leurs sujets et à leur propre descendance : - Le premier roi veut s'étendre : il utilise Ymir pour avoir le pouvoir des titans et ordonne à ses propres enfants de manger son cadavre (un papa poule et un mari aimant comme on en fait plus 😅). - Karl Fritz a des remords : il efface la mémoire des Eldiens, construit les murs (un travail de titans pour Ymir, sans blague !) et conditionne ses successeurs. - Sieg est déçu de la vie : il veut stériliser tous les Eldiens ! Tu as bien résumé la famille Fritz ! Je crois qu'ils ont besoin d'une thérapie urgente, parce que là, cela devient grave. Heureusement, Historia (qui est une Fritz illégitime) semble apte à relever la famille. 4) La cible du grand terrassement ? : Les Fritz : Bien vu ! Techniquement, les coupables sont surtout les Fritz ! Elle était comme tu l'as souligné l'esclave de la famille royale. La famille royale s'est servie d'elle et du peuple eldien. Du coup, elle devrait en toute logique s'en prendre à la famille royale ! Et justement, il y a un barbu dans le coin ! Vous savez, le gars qui a bien rappelé à Ymir qu'il descendait de la famille royale, qui a voulu lui donner des ordres (débiles en plus) et qui se trouve juste devant Eren ! Je parle de toi mon pauvre Sieg ! Cela sent le roussi, tu risques d'y laisser ta peau (de singe) ! Tu risques de payer pour tous les autres Fritz. C'est un peu injuste, mais je ne pense pas qu'Ymir va réfléchir plus loin. Conclusion : On déclenche le grand terrassement pour anéantir un seul homme : Sieg ! (C'est très légèrement disproportionné, mais bon).
  6. Rouletabille

    SnK Chapitre 122

    Merci pour le lien, strikefreedom42 ! Surtout pour un chapitre qui fait vraiment plaisir, car à la fin, on revient (enfin) sur Shinganshina et ça va barder ! Attention si vous n'avez pas lu, le scan ! J'analyse et je spoile ! Vous êtes prévenus ! 😉 1) Ymir/Historia : les victimes qui se révoltent : Ymir l'esclave : Les Eldiens tenaient Ymir pour une déesse, les Mahr pour un démon. Ce chapitre nous offre un autre point de vue. On comprend enfin pourquoi, elle porte une tenue aussi misérable : c'était une esclave solitaire et rejetée. Historia la fille illégitime : Et je dois la mettre en parallèle avec Historia. Petite, Historia était rejetée de tous (sa mère, les enfants du voisinage...) et devait travailler dans une ferme. Ymir le titan : Après l'obtention de son pouvoir, le roi vers lequel elle se tourne, la considère visiblement comme une arme (toujours esclave au final). Et elle a deux missions : combattre et faire des enfants (les fameuses trois filles). Historia la reine : Cela rappelle vraiment Historia : elle doit recevoir un titan pour activer l'axe et faire des enfants pour recevoir les titans après elle. Ymir la déesse : Après sa mort (et je suis sûr que les tueurs sont les Mahrs, toujours dans les mauvais coups ceux-là), elle est condamnée à vivre éternellement dans les Paths pour façonner des titans (toujours seule). Et elle doit toujours suivre les ordres de la famille royale (toujours esclave). Eren le sauveur : Mais Eren, tel le dieu sauveur qu'il est (mais si je vous jure ! 😄), parvient à pousser cette malheureuse à refuser l'esclavage et à se battre. Avec lui, elle n'est plus seule et elle peut rechercher la liberté. Eren a déjà sauvé Historia et l'a amené à la révolte contre son père (le roi) et il récidive en la poussant à la révolte contre Zeke (membre de la famille royale). 2) L'antiquité : Barbares vs Romains ou Eldia vs Mahrs : Eldia : Je ne sais pas qui sont ceux qui tenaient les Eldiens en esclavage, mais c'étaient un peuple bien cruel. Les Eldiens et ce peuple incarnent les barbares qu'on trouvait en Europe (Gaulois, Germains, Bretons...). Avec le pouvoir du titans, ces barbares vont se mesurer à un peuple qui rappellent furieusement les Romains. Mahr : Les "Romains" (je suis certain que ce peuple est la fameuse "Antique Mahr") sont vaincus et tentent d'assassiner le roi d'Eldia, en faisant semblant de se rendre (ce genre de chose est déjà arrivé dans la Chine Antique). En tout cas, c'est raté ! Ils tuent Ymir qui sauve son roi. Question : Pourquoi les Mahrs étaient persécutés du temps de l'Empire eldien ? Réponse : Ils étaient les assassins d'Ymir la grande ! 3) Sieg a perdu la partie : Et bien voilà, mon pauvre Sieg ! Tu aurais dû avoir plus de considération pour les désirs des autres. Mais il est membre de la famille royale et donc l'équivalent du roi avec lequel Ymir a pactisé. Comme lui, il ne considère que son point de vue. Mais là, c'est différent! Ymir est morte pour sauver le roi, mille ans plus tard, elle fait volte-face et se révolte contre Sieg et choisit de suivre Eren. Sieg est toujours en vie, que va-t-il faire ? Que peut-il faire ? 4) Eren : le démon de la terre : De mon point de vue, Eren est l'équivalent de cette mystérieuse créature qui a offert le pouvoir à Ymir, autrement dit le démon de la terre. Le démon de la terre : Il donne le pouvoir des titans à Ymir et lui permet de ne plus être faible et sans défense. Mais c'est seulement un changement physique. Mentalement, elle reste une esclave obéissante (elle se met à genoux devant un roi, alors qu'elle a un pouvoir sans pareil). Eren : Il vient terminer le travail ! Il pousse Ymir à se révolter et donc à choisir elle-même son avenir. C'est un changement psychologique. Ymir peut enfin devenir l'être le plus libre du monde. Vous noterez la ressemblance entre la créature que rencontre Ymir et ce qui apparaît quand elle ressuscite Eren. Troublant, non ? 5) Le grand terrassement : Depuis le temps qu'on en parle ! C'est enfin, le grand moment! Tremblez les Mahrs ! Eren revient et le grand terrassement est enfin déclenché ! Tous les combattants présents (Mahrs comme Eldiens) sont surpris. Mais Isayama-sensei se concentre sur deux personnages (eldiens mais du côté de Mahr) : Gaby et Reiner ! Gaby : elle est envoyé au sol sous le choc. Elle lâche son arme et a les larmes au coin des yeux. On la voit avec les titans du mur au second plan, qui la surplombent de leur grandeur. La scène est très symbolique. Gaby représente les futures victimes du grand terrassement : au sol (donc vaincue physiquement), désarmées et en pleurs (vaincue psychologiquement). Sur l'image, les titans gigantesques sont au-dessus d'elle : ils dominent. Reiner : Il est au sol et crie de rage et d'impuissance devant l'apparition des titans. Il fait quand même un geste de la main : il veut sauver Gaby. Il incarne ceux qui vont se battre pour tenter de sauver les victimes. Conclusion : C'est un chapitre décisif de l'histoire ! - Eren a l'avantage. Le grand terrassement est en marche. - Les derniers combattants Mahrs (Reiner, Gaby, Peak et Magath) sont face à une menace écrasante. - Sieg a échoué. - L'équipe Livaï et Floch (les mieux qualifiés face aux titans) se retrouvent au milieu des plus puissants titans du monde. Il n'y a pas à dire, ce chapitre restera comme l'un des plus importants de l'Attaque des titans !
  7. Voici la version originale du chapitre 152 ! https://imgur.com/a/VJxA5uX#RCVh3We Et c'est un chapitre génial : - Fin du combat entre la reine et l'équipe humaine. Vainqueur : ... - Le vrai visage de Zazie, on voit enfin ce qu'il cache sous son masque en papier. - Doutes de Norman. C'est court, mais intéressant. - Hyverk en mauvaise situation. Curieux de voir ce qu'il l'attend. - Retrouvailles Norman, Emma et Ray. Et Emma arrive...
  8. Merci à Scantrad pour le chapitre 151 ! En le relisant, je l'ai trouvé un peu ironique, car il fait référence à de nombreux événements passés (en inversant les rôles): 1) L'équipe de Norman / les alliés de Julius Ratri : Avant la promesse, nous avons vu Julius Ratri trahir ses compagnons d'armes après avoir été mis en déroute par l'archiduc Lewis (frère de la reine). Aujourd'hui, c'est la reine qui risque d'être mise en déroute par une équipe d'humains. Finalement, Norman et sa bande sont les héritiers (spirituels) des compagnons d'armes de Julius. Mille ans plus tard, ils vont terminer le travail que ceux-ci avaient commencé... à moins d'un retournement de situation. 2) La trahison de lord Geelan / la trahison de Julius Ratri : Avant la promesse, Julius Ratri voit son armée se faire décimer par Lewis. Après cela, il a trahi ses compagnons humains et permit aux démons de remporter la "victoire" (même si je considère plutôt la promesse comme un armistice). Aujourd'hui, lord Geelan a trahi les autres démons (même se ceux-ci l'ont trahi auparavant) et donne ainsi une chance aux humains de remporter la "victoire". Je note que sa "troupe" est décimée par la reine, comme Lewis avait balayé l'armée de Ratri. Vu la situation de Geelan, il ne pourra pas s'en tirer aussi "bien" que Ratri, il y a 1000 ans... dommage pour lui ! 3) La dégénération des démons : Il y a 700 ans, Geelan et ses partisans ont été condamnés à la dégénération sur ordre de la reine. Aujourd'hui, c'est la reine et ses sujets qui sont victimes du poison de Norman et vont subir la dégénération. C'est moche (dans tous les sens du terme, surtout quand je vois la scène en ville) et cruel mais c'est la loi du talion : "Oeil pour oeil"... Curieux de voir si la bienveillance d'Emma pourra sauver les démons. 4) Emma / Julius Ratri : Il y a 1000 ans, Julius Ratri voulait faire la paix avec les démons. Il n'était pas d'accord avec ses compagnons qui voulaient vaincre définitivement les démons. Il a établi une promesse. Et il a "travaillé" avec des démons (la famille royale). Aujourd'hui, Emma veut aussi faire la paix avec les démons. Elle n'est pas d'accord avec l'équipe de Norman qui veut éradiquer les démons. Elle a établi une promesse. Et elle travaille avec des démons (Musica au "sang maudit"). Du coup, Emma est en quelque sorte l'héritière (spirituelle) de Julius Ratri. Toutefois, elle est optimiste et a une loyauté sans faille envers les siens, contrairement à Julius. Du coup, elle en est la version améliorée... je me demande si cela la sauvera. Conclusion : Après 1000 ans, la famille royale paie cher ses stratégies qui se retournent contre elle : - la "promesse" : échec, car un humain (William Minerva) l'a trahie et a permis de créer la révolte actuelle. - l'alliance avec les Ratri : inefficace à la toute fin, les hommes de Ratri ont échoué à vaincre les rebelles humains. - la condamnation Geelan : erreur capitale, il revient se venger et donne un appui décisif aux humains. - la dégénération : cruauté inutile, ce sont maintenant les siens qui vont subir cet affreux sort. Ironiquement, toutes ses actions se retournent contre elle. Et encore plus ironique, son seul espoir de survie réside en une humaine : Emma !
  9. Rouletabille

    SnK Chapitre 120

    D'accord. J'avoue ne jamais avoir fait d'espagnol, mais j'avais lu ça, sur l'article concernant le tableau : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Colosse_(tableau)#Inspiration_de_l'%C5%93uvre Après, tu as raison, c'est sûrement exagéré. Néanmoins, quand je vois la brume autour du colosse, je pense au colossal. Magath dit clairement qu'on "en est réduit à ce que le commandant en chef fasse office d'artilleur." Pour Napoléon, c'était certainement plus pour motiver la troupe, en donnant l'exemple lui-même et en s'exposant au feu comme un simple soldat. Toutefois, rien n'empêche Isayama de prendre l'anecdote et de la tourner comme il veut dans son histoire. Il y avait peut-être d'autres soldats Mahr, pouvant faire office d'artilleur. Mais en étant celui qui tient ce rôle (décisif) dans la bataille, Magath obtient une stature de héros de guerre et assoit son pouvoir de manière incontestable sur la nation Mahr.
  10. Rouletabille

    My Hero Academia Chapitre 240

    1) Le personnage en lui-même : Pour le personnage "farce" (pour reprendre tes termes), il faudrait que je revois précisément le chapitre en question (le 218 ?) . Mais en tout cas, il m'avait donné dans l'ensemble l'impression de ne pas être dangereux en "civil" (pour préserver sa couverture), mais d'être beaucoup plus impitoyable et dominant, quand il passe en mode "super-vilain" (où il pouvait montrer son vrai caractère). D'ailleurs, c'était cohérent avec son idéologie révolutionnaire : - En public, il doit retenir son alter et sa vraie nature, sinon il serait démasqué et catalogué comme Vilain. - Dans l'ombre, il utilise son alter et peut se comporter comme il le souhaite et pas comme le monde veut qu'il soit (lisse et pas dangereux). - Et il rêve justement de pouvoir libérer les alters et d'être ce qu'il veut être en public et plus seulement dans l'ombre. Pour moi, le côté "farce n'était qu'une façade et sûrement pas sa vraie personnalité. 2) Pour son ralliement : C'était soit la mort, soit la soumission ? Je crois que j'aurai préféré la mort... surtout quand je vois le résultat. - Premièrement, il a envoyé des milliers de ses hommes à la mort et semblait même avoir des regrets à ce sujet. Il aurait pu avoir la décence, de les accompagner dans la mort, ne serait-ce que par respect pour leur mémoire. (Cela fait un peu Samouraï jusqu'au boutiste, mais cela cadrait mieux avec le personnage qu'on voyait). - Deuxièmement, c'est le risque quand on veut faire le révolutionnaire. J'ai même un peu de mal à comprendre, que ses partisans continuent à le suivre. Certains d'entre eux sont morts, en combattant. Et lui, il a capitulé pour sauver sa vie et en plus il leur demande d'obéir à leur ennemi (mais remarque, ce genre de chose est déjà arrivé dans l'histoire). - Troisièmement, tu as parfaitement raison de souligner que Tomura a pris l'avantage physique et psychologique, pendant le combat. Dans l'histoire, il est déjà arrivé que l'instinct de survie pousse des personnes très motivées à la capitulation (comme ici). Seulement, après coup (une fois qu'ils sont prisonniers), ils s'en veulent généralement de s'être rendus (et tente de s'évader ou de mourir pour retrouver leur honneur). Et là, Re-Destro a eu le temps de reprendre ses esprits. Mais il continue de s'aplatir devant Tomura, n'a plus aucun orgueil (et cela ne cadre pas avec ce qu'on voyait au début) et devient servile. Je crois que c'est surtout son changement de caractère qui me déplaît. C'est trop poussé, trop brusque. Pour moi, c'est une grosse ficelle scénaristique.
  11. Rouletabille

    My Hero Academia Chapitre 240

    Un chapitre juste moyen pour clôturer cet arc sur les vilains. Mon avis : Les bons points : - Gigantomachia et le docteur : Gigantomachia reconnait Shigaraki comme successeur et le docteur est prêt à aider. L'héritage d'All For One commence à revenir à Shigaraki. All For One a très bien préparé son coup en permettant à son héritier d'obtenir tout cela étape par étape. Cela me rappelle ses paroles du tome 6 (chapitre 47) : "ça ne sert à rien de lui fournir toutes les réponses ! Laissons-le réfléchir à ses lacunes, sinon il n'apprendra jamais." - Un nouveau nom : La ligue des vilains est désormais le front de libération du paranormal. C'est très bien, car déjà plus rassurant pour les civils. Du coup, les vilains vont pouvoir essayer de manipuler la population, en faisant croire qu'ils sont de leur côté (ce type de stratégie rappelle All for One). D'ailleurs la ligue des vilains était un "nom basique" d'après All For One (chapitre 21), donc c'était sûrement provisoire. - Hawks : il me semble être un gentil avec des méthodes de vilains. S'il a vraiment tué Jeanist, il est possible qu'il ait des remords, ce qui le rendra intéressant et assez unique du côté des héros. J'adore ce genre de personnage, car il permet de rendre une oeuvre moins lisse et plus intéressante. Les points moyens : - Le ralliement de l'armée de libération : Re-Destro change d'avis sur Shigaraki et tout le monde suit sans discuter (heureusement que l'on voit que tout le monde n'apprécie pas). Ce revirement d'un seul coup, me semble trop forcé (je vais y revenir). - Les vilains deviennent surpuissants : D'un coup, la ligue des vilains gagne d'énormes moyens (financiers, humains...), qui lui permettent d'être enfin une menace crédible. Je dirai que c'est bien, mais c'est trop rapide, trop d'un seul coup, à l'opposé de la finesse des plans d'All For One. Le très mauvais point ! : - Re-Destro : Avant, il me plaisait bien ! Au début, il avait pour lui : un objectif (l'héritage de Destro), des talents (dans les affaires et au combat) et une certaine prestance. Et il avait aussi : une organisation secrète et puissante, dont il était un assez bon leader (de ce que l'on a vu). Mais tout ça c'était avant sa capitulation du dernier chapitre ! Maintenant, il est en dessous de tout : 1) Très influençable : D'abord, après un combat à mort contre Shigaraki, il change totalement d'avis sur lui (Alors que l'autre a montré de la puissance et c'est tout !). Re-Destro aurait pu juste commencer à changer d'avis sur lui, à douter... mais non, en quelques instants, il se rallie. 2) Aucun talent de leader : Ensuite, il cède totalement le contrôle de son organisation. Comme ça, d'un seul coup ! Et sans tenir compte de ce que les autres peuvent penser. 3) Plus aucune prestance : Et pour finir, il perd toute dignité ! Il est devenu fan de Shigaraki et se laisse rabaisser, avec un sourire béat ! Son second pense à ce sujet : "Cela fait mal d'assister à ça!" Je suis d'accord avec lui ! Désolé pour ce coup de gueule, sur Re-Destro, mais il incarne une chose que je déteste voir dans un manga / roman / film / série : un personnage qui change (au niveau du comportement, des compétences...) brusquement et sans explication valable, juste pour les besoins du scénario (de mon point de vue, c'est le pire choix scénaristique qu'on peut faire). Ce seul mauvais point a suffit pour gâcher tous les bons points du chapitre ! Dommage !
  12. Rouletabille

    SnK Chapitre 120

    Très intéressant ! Les Ibériques face à Napoléon deviennent dans le manga les Eldiens face à Magath (le Napoléon de Mahr). Pour la petite Histoire, Napoléon était à la base un officier d'artillerie. D'ailleurs, en 1814 (vers la fin de son empire), lors de la bataille de Montereau (l'une de ses dernières, https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Montereau ), il dirigea lui-même le tir d'un canon. Et de son côté, Magath (pour ce qui risque d'être sa dernière bataille) dirige en personne... le tir d'un canon. Coïncidence ? Autre point, la chaîne de montagne sur le tableau seraient naturellement les Pyrénées (frontière entre la France et l'Espagne). Or Pyrénées (d'après ce que j'ai lu) veut dire en espagnol : le "mont brûlé". Référence au titan colossal ? Personnellement, quand j'ai vu le tableau pour la première fois (c'est à dire, il y a quelques minutes quand j'ai vu ton message @papillonrouge24 ), j'ai justement pensé à l'apparition du titan colossal, lors de la seconde bataille de Shiganshina. Enfin pour terminer, quand on voit le "colosse" du tableau qui serre le poing, on peut penser à la posture de combat d'Eren (celle qu'il a apprise d'Annie). Là, j'avoue, il faut quand même un peu d'imagination. Donc, Isayama s'est-il inspiré de cette peinture ? Ce qui est fort probable, c'est qu'il l'ait vu (parmi d'autres oeuvres qui représentent des géants / titans / colosses) et qu'il en ait tiré quelques idées.
  13. Rouletabille

    My Hero Academia chapitre 214

    Je ne te le fais pas dire ! Il était temps qu'il se fasse remettre à sa place. Cela le fera peut-être un peu avancer (mais dans quel direction). Par contre, je remarque qu'il semble avoir copié l'alter de Deku et semble l'avoir maîtrisé sans se briser les os. Cela montre quand même un certain talent de sa part. Il peut encore nous réserver des surprises. Conclusion : Momona est à un tournant, reste à voir la direction qu'il prendra. En tout cas, j'ai l'impression que l'auteur le développe lentement mais sûrement. Il suffit de voir sa discussion avec Shinzo, avant le match. Affaire à suivre donc. Oui, il est vraiment surprenant. Il y a quelques semaines (alors qu'on ne savait pas ce qu'était que ce "fouet noir"), j'avais prédis une avalanche de problème scolaire pour Deku (j'allais même voir sa mise à l'écart du département des super-héros, pour cause d'alter non-maîtrisé et dangereux). Et je crois que je vais devoir faire mon mea-culpa. - Il maîtrise déjà en partie son tout nouvel alter. - Celui-ci loin d'être dangereux (sauf pour celui qui est pris pour cible !) est un atout de choix ! Conclusion : Deku va faire un grand bon en avant, contrairement à mes sombres prédictions. Hâte de le voir s'entraîner. Et c'est tant mieux ! Il doit s'émanciper peu à peu de son modèle. D'ailleurs, All Might est depuis le début présenter en expert au corps à corps, tout en puissance (avec quand même un bon sens tactique). Deku est plutôt un intellectuel qui utilise sa tête en permanence. Le "fouet noir" risque d'être plus redoutable entre ses mains, que le OFA (j'exagère un peu, mais avec un sens tactique comme celui de Deku, c'est une arme très efficace). Conclusion : Katsuki va encore nous faire une crise de jalousie ! Et Shoto va se sentir un peu moins seul avec ses deux alters (Midoriya va en aligner bien plus). Tu as bien dormi ! 💤 Et si tu pouvais me donner le truc, je serai content. Parce que là, ce doit être vraiment un sommeil réparateur. J'ai hâte de voir le chapitre en entier et surtout le débriefing du match. Cela va sûrement faire avancer l'intrigue!
  14. Rouletabille

    One Piece Chapitre 930

    Pour la Raid-suit de Sanji, ce n'est peut-être pas par manque de puissance qu'il l'utilise, mais pour garder sa couverture. Je m'explique : 1) Sanji doit conserver sa couverture de cuistot à Wano : Donc, il ne doit pas risquer un gros combat qui l'obligerait à sortir ses techniques habituelles. Il serait aussitôt identifier comme "Sanji la jambe noire". 2) Il doit cependant déployer une grande puissance : Je crois qu'il y Drake face à lui. Il ne peut le rétamer avec des petites techniques, mais ne doit pas utiliser ses meilleures techniques pour ne pas être reconnu. 3) La Raid-suit résout les deux problèmes : La raid-suit, lui donne (s'il la maîtrise comme il faut), un nouveau style de combat suffisamment puissant (le problème des techniques de combat est résolu). Ensuite, il apparaît comme un "super-héros" (d'accord, un power ranger) et cela détourne les soupçons de sa couverture. De plus, on ignore ce qu'est devenu le Germa. S'il s'est rallié (de force) à Big Mom, Drake pensera que c'est l'un de leurs hommes qui est venu en éclaireur. Conclusion : Je pense (plutôt j'espère) que Sanji se sert de la raid-suit pas parce qu'il est acculé, mais parce qu'il veut qu'on pense que ce n'est pas lui qui combat.
  15. Cette fois, nos classements sont les mêmes ! 👍 1) Eren : j'ai déjà tout dit dans mes précédents messages. Il est un héros plutôt atypique. 2) Historia : C'est un ange ! J'ai aussi tout dit dans mes précédents messages. Elle a bien fait son chemin (surtout par rapport à sa famille). 3) J'adore Livai pour son charisme et sa puissance (cela me rassure dés qu'il arrive sur le champ de bataille), mais il amène moins d'intrigue qu'Eren. 4) J'aime aussi Annie : une antagoniste mystérieuse et puissante, mais qui a manifesté quelques regrets avant sa capture, mais sans trop en faire non plus. Elle m'a paru bien plus crédible que ses complices à ce sujet (même s'ils étaient pas mal). Toutefois, elle ne peut rivaliser avec Historia.
×