Jump to content

Rouletabille

Members
  • Content Count

    86
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4

Rouletabille last won the day on March 11

Rouletabille had the most liked content!

Community Reputation

120 Excellent

1 Follower

About Rouletabille

  • Rank
    Pirate

Recent Profile Visitors

1060 profile views
  1. Ce chapitre se nomme « les ailes de la liberté », mais il aurait pu s’appeler « la chute d’Icare ». Je dis cela par rapport aux deux morts emblématiques du chapitre Hansi et Floch. Et cela n’augure rien de bons pour les survivants. I) Génie ou raté : ils finissent tous par tomber ! : 1) Hansi : à trop s’approcher des titans, elle se brule : Dans la mythologie, Icare (qui s’est fait des ailes avec des plumes et de la cire) s’approche trop du Soleil. La cire fond et le malheureux tombe dans la mer. La morale : ne te surestime pas, sinon tu tomberas. Hansi ne s’est sûrement pas surestimée : elle savait qu’elle n’avait aucune chance. Néanmoins, elle avait toujours été montrée comme un « individu d’exception qui sort du lot » (Keith Shardiz, chapitre 71). Elle a toujours été un personnage à part, notamment pour sa grande imagination et ses théories sur les titans (chapitre 20). Et comme Icare, Hansi a volé très haut, pour atteindre les titans colossaux. Au final, elle s’est brulée et elle est tombée. Jusqu’à la fin, elle aura été au-dessus, au propre comme au figuré. Être exceptionnelle ne protège de la mort. Du coup, les éléments brillants (Livaï, Mikasa, Armin et Pieck) risquent fort de connaitre le même sort, j’y reviendrai. 2) Floch : ne vole pas trop bas ou tu couleras : En fait, Icare savait qu’il ne devait pas voler trop haut, mais aussi qu’il ne devait pas voler trop bas, sinon l’humidité de la mer aurait alourdi ses plumes et il serait tombé. La morale : ne te sous-estime pas, sinon tu tomberas. Or Floch n’était pas un génie, mais un « pion » de son propre aveu (chapitre 90). Il disait lui-même qu’il n’offrait « pas un grand intérêt tactique ». Bref, c’est un soldat de base parmi tant d’autres, qui ne sort pas du lot. Floch est tombé à l’eau (chapitre 130), il en ressort affaibli et trempé pour mourir dans une ultime attaque ratée. Finalement, il aura été en-dessous des autres au propre comme au figuré. Être un gars lambda l’a conduit à la mort, tout comme Hansi. Résultat : les gars ordinaires de l’alliance (Reiner et Conny) ont du souci à se faire. J’y viens. II) Les personnages meurent de leurs défauts … sans exception : 1) Jusqu’au bout, les titans auront rejeté Hansi : Cela m’est apparu comme une évidence, il y a quelques temps. Les personnages meurent d’un défaut que les autres leur avait reproché. On reproche à Pixis de picoler et à cause de ça, il ingère le liquide de Sieg. On reproche à Zackley son sadisme envers les nobles prisonniers et la bombe qui le tue était placé dans la chaise de torture. La liste pourrait continuer longtemps à mon avis. Même au sein du bataillon d’exploration (pourtant composée de gens à part), Hansi apparait comme un peu folle avec sa fascination pour les titans. Au final, elle est morte en s’approchant trop des titans… et ils n’auront pas voulu d’elle jusqu’au bout. Livai lui fait justement remarquer que c’est un amour à sens unique. 2) Floch, quand on va trop loin… : Pour Floch, outre le fait de ne pas se sentir un grand homme, Floch avait l’habitude d’aller trop loin, dans ses paroles (chapitre 90, quand il reproche à Armin d’être là à la place d’Erwin) ou ses actions (chapitre 113, le passage à tabac du sergent Shardiz). A chaque fois, d’ailleurs les autres lui font remarquer. Ici et maintenant, il aura été trop loin. Il reste accrocher à un bateau pendant des centaines de kilomètres. A bout de force, il tente une attaque désespérée en solitaire. C’est courageux, mais presqu’inutile. Sa volonté de sauver sa patrie et d’être un héros, le pousse à aller au-delà de ses limites, lui, le simple pion. Et il en meurt. 3) Le même sort attend les autres ? : A chaque fois, le défaut (alcoolisme, obsession, sadisme…) était plus ou moins acceptable par les autres personnages. Du coup, je m’interroge. Les membres de l’alliance ne vont-ils pas mourir, à cause de défaut qu’Isayama aurait montré par le passé ? Pour Mikasa, on peut lui reprocher son amour inconditionnel envers Eren, pour Livaï sa haine envers Sieg, et Conny, sa bêtise. Tous sont en sursis et les deux morts du chapitre risquent forts d’avoir un impact sur la suite. III) Deux morts lourdes de conséquences : 1) Les aveux d’Hansi : Franchement, même en anglais (alors que mon anglais est rouillé), les paroles d’Hansi m’ont laissé un mauvais goût. Face à Yelena, elle admet qu’elle n’a pas pu proposer « ni solution, ni le moindre espoir ou la moindre perspective d’avenir ». On en revient au problème : qu’est ce qu’on fait après avoir stoppé le grand terrassement ? Justement, quelques pages plus loin, elle dit à Reiner et Pieck que les Eldiens seront en « position délicate » si on arrête le grand terrassement. Au moins, elle a conscience que sa démarche va mettre tout son peuple en péril. Et ses paroles face à Floch mourant m’ont achevé. Il lui dit que « sur l’île, tout le monde va mourir » et elle confirme en disant « tu as raison ». Est-elle prête à sacrifier Paradis ? Oui. Le problème, ce sont les autres membres de l’alliance et Jean en particulier. Jean est le seul qui a admis qu’ils seraient les bénéficiaires du grand terrassement (chapitre 124) et qui a émis des réserves face au fait d’arrêter Eren. Or il est aussi le seul avec Hansi à entendre les dernières paroles de Floch et la réponse d’Hansi. Isayama fait d’ailleurs un plan sur son visage. On voit que les paroles de Floch le touche. Lui, il risque fort d’hésiter quand ils seront face à Eren. 2) Des balles dans le réservoir : J’ai vu qu’on disait que Floch aura été un loser jusqu’au bout, à cause de son ultime échec à stopper l’alliance. Pourtant, je sens bien que même mort, il causera des ennuis à l’alliance. En effet, un ingénieur dit à Hansi qu’il faut « une heure » pour réparer les trous faits par les tirs de Floch. Or avec l’arrivée du grand terrassement, les réparations du réservoir ont forcément été bâclées. Le baroud d’honneur d’Hansi a juste fait gagner deux-trois minutes de répit. Du coup, l’alliance vole à bord d’un avion défectueux et je pense que le problème va vite se poser (de quoi mettre un bon coup de pression à nos héros). Finalement, Floch leur fera une dernière fois du tort, mais à titre posthume. Conclusion : Conclusion, j’ai encore disserté trop longtemps. Mais pour moi, les morts d’Hansi et Floch montrent que pour survivre, il faut trouver le juste milieu, ni trop haut, ni trop bas. Or Jean est le seul qui me semble à peu prêt dans le juste milieu. Avec la pression que l’équipe va subir et le doute instillé par Floch dans l’esprit de Jean, je vois bien l’équipe finir par se déchirer. D’ailleurs, Mikasa dit clairement qu’elle ne veut pas tuer Eren. Plus que quelques chapitres et très peu d’espoir pour l’alliance des héros.
  2. La couverture est intéressante à analyser ! Eren, Mikasa et Armin adultes regardent Eren, Mikasa et Armin enfants. Les adultes regardent leurs rêves d’enfance. En réalité, aucun des trois n’a réussi à quitter leur esprit d’enfant pour devenir adulte. 1) Les enfants : Ces enfants incarnent les rêves passés : - Eren enfant est en tête du groupe et va de l'avant (il veut faire de "nouvelles découvertes" comme disait Grisha). - Mikasa regarde Eren et donc veille sur lui. - Armin, lui, regarde un peu en arrière. Il ressent la présence de leurs doubles adultes. C'est une référence évidente au dernier chapitre, où Eren enfant et Armin adulte se voyaient dans les Paths. Sauf qu'ici, c'est Armin enfant qui regarde Eren adulte. Le message me parait simple, Armin enfant savait qu’ils deviendraient tous les trois adultes… et il redoutait sûrement ce qu’ils pouvaient devenir. 2) Les adultes : Ils représentent la situation actuelle : - Eren est le plus proche physiquement des enfants, car il est celui qui est resté le plus proche de leurs rêves (voir son délire au chapitre 131) - Mikasa est proche du Eren adulte et semble regarder le Eren enfant. Elle continue de veiller sur lui comme avant. - Armin un peu à l’égard du groupe regarde apparemment le Eren enfant (comme dans le chapitre 131). En voyant cela, je me dis que Mikasa n’a peut-être pas évolué du tout. Et qu’au moment de la confrontation avec Eren, elle le protégera, comme elle le protégeait quand ils étaient enfants. Armin lui aussi est resté fidèle à son esprit d’enfant. Mais pour lui, c’était plutôt la peur de devenir « mauvais » en grandissant. Il a souvent été pris pour cible par des brutes quand il était petit. Il ne voulait donc pas devenir comme ça. Quant à Eren, son regard méchant nous rappelle le grand terrassement. Il préserve ce rêve d’enfant, en utilisant la violence. 3) Le refus de grandir : Finalement, nos trois héros refusent de grandir et de quitter l’enfance. Mais ils le font chacun à leur manière : Eren rejette mentalement (et violement) la réalité. Il veut conserver l’illusion du monde qu’il avait étant enfant. Le monde extérieur était un endroit pur, vierge et à explorer. Il détruit ce qui ne correspond pas à ses attentes. Mikasa refuse de changer de conduite : elle continuera de protéger Eren. Finalement, elle ne s’occupe pas qu’il ait grandi ou qu’il ait changé mentalement. Il reste Eren, le garçon qu’elle veut protéger. Si elle arrêtait maintenant, ce qu’elle a fait par le passé n’aurait plus aucun sens ! Armin veut rester pur ! Être enfant, c’est avoir une certaine « naïveté » par rapport à la réalité. Armin ne veut pas rentrer dans un monde adulte impitoyable, qui oblige à se salir les mains pour survivre. Il veut préserver son innocence. C’est pour ça, qu’il ne peut cautionner le grand terrassement. Conclusion : Trois adultes bloqués dans leur « passé ». Cela donne ça : Eren « le rêveur » déclenche le grand terrassement. Armin « l’innocent » rejette ce terrassement. Mikasa « la fidèle » reviendra auprès d’Eren.
  3. Un très bon chapitre comme d’habitude, mais qui m’inquiète pour la fin du manga. Je redoute très sérieusement un dérivé de la fin « Lelouch ». En effet, le chapitre se conclut par le couple Armin et Annie. Armin est remis de ses blessures et Annie semble prête à retourner se battre. L’alliance commence à revenir sur les rails et va pouvoir remporter la victoire. Une « victoire » sur un adversaire qui serait l’ennemi commun de l’humanité. Cela commence à ressembler à un « Lelouch » (même si ce n’était pas le plan d’Eren). Et après tout le monde se réconcilie et on finit par un happy-end. I) Eren : le nouveau Reiner : 1) Un ennemi impardonnable… : Eren est désormais l’ennemi de la Terre entière. D’abord, Willy Tieber le désigne comme adversaire (chapitre 100) au monde entier. Et Eren « répond » en annonçant sa décision d’anéantir le monde aux Eldiens via l’Axe (chapitre 123). Un parallèle clair avec Reiner, qui dit (au chapitre 42) que son but était « simplement de vous éradiquer ». Eren a clairement confirmé qu’il était l’ennemi de l’humanité (hors des murs). Après les paroles, il y a la volonté : Eren a déclenché volontairement le grand terrassement (chapitre 122). Tout comme Reiner au chapitre 96, qui incite Annie et Bertolt à poursuivre la mission. Là, ils (Eren comme Reiner) pouvaient reculer mais ils ont pris un chemin… sans retour. Après la volonté, il y a les actes. Isayama nous montre un grand terrassement qui massacre des civils innocents. Au chapitre 1, Reiner et ses complices brisent le mur Maria livrant des civils innocents (dont la mère d’Eren) à la mort. L’irréparable est fait. Eren n’a pas pardonné la mort de sa mère, le monde ne pardonnera pas Eren. 2) … mais plein de remords : Eren avait beau être déterminé à sauver son île et ceux qu’il aime. Mais on découvre aussi une motivation égoïste. Le monde n’est pas pur comme il le rêvait. Il est pollué par la présence de ses ennemis. Mieux vaut le détruire, plutôt que de le laisser comme ça. De son côté, Reiner ne vaut pas mieux : il voulait être un héros, mais aussi être reconnu par son père (chapitre 95). Le problème est que quand la motivation est mauvaise, on commence à hésiter. Eren et Reiner le ressentent bien. Eren semble retomber en enfance, quand Reiner développe une double personnalité (chapitre 46). Ils se battent pour une mauvaise raison, ils se protègent en invoquant des raisons justes de se battre. Mais cela ne marche qu’un temps. Quand la réalité le rattrape Reiner craque et veut en finir (chapitre 97). Eren risque de se retrouver rapidement dans ce cas. 3) Aussi mort que Reiner : Du coup, quel sera le destin d’Eren ? Tout d’abord, Armin peut lui retourner le cerveau à la « Naruto ». Eren commence à craquer mentalement, l’alliance veut d’abord dialoguer et Armin revoit Eren dans les Paths. Le problème ? Eren a été trop loin, pour que l’humanité accepte de passer l’éponge. Je vois mal Eren vivre après ça. Donc, Eren va mourir ? C’est probable. Il peut effacer la mémoire des Eldiens, mais probablement pas la sienne (en plus l’assaillant à la spécificité de s’envoyer des souvenirs). Du coup, si l’alliance ne le tue pas, il se tuera lui-même comme Reiner à tenter de le faire. Vainqueur ou vaincu, le résultat sera le même pour Eren. On peut aussi imaginer, qu’Eren se laissera tuer. Il tentera d’abord de se battre (comme Reiner l’a fait malgré ses problèmes psychologiques), puis se rendant compte qu’il va tuer ceux qu’il voulait protéger, il choisit de se suicider (en laissant Mikasa l’abattre par exemple). Le monde est sauvé et l’ennemi de l’humanité est mort. II) Ymir : l’évadée des Paths : 1) Son rôle dans le terrassement : En réalité, Ymir est innocente ! C’est Eren qui lui demande de lui « conférer sa force » (chapitre 122). C’est Eren qui a décidé le grand terrassement et pas Ymir. D’ailleurs, elle lui met un vent (chapitre 120) quand il lui demande pour la première fois de lui « conférer sa force ». Son seul rôle, là-dedans est de donner à Eren le moyen d’agir. A première vue, en tout cas… Apparemment, elle se contente de suivre Eren sans rien faire. Et avant ça, elle restait dans les Paths sans prendre d’initiative. Pourtant Eren lui dit qu’elle « l’a guidé jusqu’ici » (chapitre 122). Si elle agit malgré tout, cela expliquerait beaucoup de chose (notamment le déviant qui sauve Sieg au chapitre 115). Donc Ymir simple esclave ou mastermind ? 2) Une étrange apparition : Chose curieuse, le petit garçon qui voit apparaître Ymir. Je me suis demandé s’il n’était pas Eldien en fait. Sauf que ce n’est pas le cas, sinon il aurait entendu le message d’Eren avec l’Axe. Le pouvoir du parasite permet-il à Ymir d’être en contact avec toute forme de vie ? Pourquoi Ymir apparait-elle comme ça ? Je me demande si elle n’est pas en train de s’enfuir des Paths. Eren l’a libéré mentalement de l’emprise des Fritz. Peut-être avait-elle des pouvoirs que l’on ignore (comme celui d’apparaître comme un fantôme) et qu’elle les active maintenant qu’elle est libre. Il ne lui manque qu’une chose pour revenir sur terre : un corps. Peut-être cherche-t-elle un corps duquel s’emparer pour revenir parmi les vivants (voir les hypothèses sur la dernière image du manga). 3) Un bouc – émissaire idéale : Elle figurerait en bonne place pour faire office d’ennemi de l’humanité. Avant Mahr la considérait déjà comme une fille ayant pactisé avec le démon de la Terre (chapitre 88). Aujourd’hui, les humains la voient apparaître comme un fantôme lors du grand terrassement. Elle a tout pour faire office de divinité toute puissante et malfaisante. L’humanité va vouloir un bouc-émissaire, un responsable pour le grand terrassement et Ymir est la coupable toute désignée : contact avec un démon, mère des titans, fantôme hanteur. Si Isayama veut conclure son histoire en abattant un ennemi commun à l’humanité, il a mis Ymir dans ce rôle. III) Le parasite : le démon de la Terre : 1) Son retour avec Eren : Mahr a construit son mythe autour de Hélos vainqueur du démon de la Terre (chapitre 97). Et ce démon est de retour ! C’est le parasite qui a contaminé Ymir (chapitre 122). Il a enfin repris forme dans notre monde en devenant ce « mille-pattes » géant qui sert de corps à Eren. Il a la « tête » de l’emploi pour être l’ennemi de l’humanité : un monstre gigantesque, l’origine des titans, « corrupteur » d’Ymir puis d’Eren. Il est l’origine des titans et donc de tout ce qui s’est passé. Mahr a fièrement (et faussement) revendiqué sa mort. Si l’alliance l’abat, elle pourra le présenter comme l’ennemi (à la place des Eldiens). 2) Son destin : être abattu par « Hélos » : Le démon passe son temps à être vaincu par Hélos et aujourd’hui, ce sera pareil. Il y a mille ans, Hélos (le vrai) a abattu Ymir. Il y a cent ans, Hélos (le mythique) aurait abattu le démon de la Terre. Aujourd’hui, Hélos (alias Reiner) va abattre le parasite. Isayama a mis les pions en place. Eren est changé en parasite, « Hélos » va donc l’abattre. Pourquoi Reiner dans le rôle d’Hélos, me dîtes-vous ? Il est l’antagoniste d’Eren depuis le chapitre 1, quand il attaque Shiganshina. Par sa faute, la mère d’Eren est morte et la tragédie s’est mise en route. Reiner n’est laissé en vie par Isayama que pour réparer tout ça. De plus, au chapitre 43, lors du premier combat entre le cuirassé et l’assaillant, Eren dit (ou pense plutôt) que Reiner n’est « qu’un parasite géant » ! Et aujourd’hui, c’est lui qui est changé en parasite géant ! Quand on vous dit qu’Isayama a tout prévu. Conclusion : Bravo si vous êtes parvenu à la fin de ce pavé ! Je vous ai exposé ma grande crainte de voir Isayama conclure son récit en permettant à l’alliance d’abattre un adversaire qui sera présenté comme « l’ennemi de l’humanité ». Qui va-t-il choisir ? Eren, l’humain responsable du grand terrassement ? Ymir, l’esprit ancêtre des Eldiens ? Le parasite, responsable de tout ? Ou peut-être, l’auteur va-t-il me surprendre (et je l’espère) et choisir une voit autre que celle du grand méchant (même s’il n’est pas méchant) est abattu et tout le monde se réconcilie.
  4. Le chapitre 131 approche (je suis impatient) et sera sûrement centré sur l'alliance (seuls ses membres peuvent faire bouger l'intrigue). Or je viens de repenser à un problème pour cette alliance : le temps ! 1) La fin du monde moins quatre jours ? : On sait tous que le temps joue contre eux. Selon Hansi, Eren mettra "quatre jours pour ravager le monde entier" (chapitre 129). Mais à cause des problèmes de traduction, je me pose une question : - Il faut quatre jours au grand terrassement pour détruire le monde ? - Ou il faut quatre jours pour détruire juste le continent Mahr ? Si le monde va être détruit en quatre jours, nos héros n'auront même pas le temps d'agir. Je m'explique : 2) Un voyage long et lent : C'est simple ! Rappelez-vous d'abord, la carte du chapitre 129, où Mme Azumabito explique le voyage depuis Paradis jusqu'à la base d'Odiha. Dans notre monde, Odiha est l'équivalent de l'île de Socotra dans l'océan Indien. Ensuite, disons que le port de Paradis se trouve au sud de Paradis. Dans notre monde, cela équivaut à la ville de Ramena à Madagascar. Et d'après Google, la distance à parcourir serait de ... 2834 km ! Une grosse distance. Je me suis documenté sur les bateaux de l'époque et pour la plupart la vitesse maximale était de 22 nœuds (j'en ai trouvé un à 24 nœuds). D'après Google, une vitesse de 24 nœuds correspond à environ 44,4 km/h. Autant dire une lenteur terrifiante face à l'urgence de la situation. Après cela, il nous suffit de calculer la durée du trajet. L'alliance devrait mettre d'environ 64 heures soit 2 jours et 16 heures pour arriver à Odiha. On doit en plus ajouter les 12 heures, pour préparer l'hydravion. Du coup, l'alliance aura besoin de 3 jours et 4 heures pour être opérationnelle (et ils n'auront toujours pas commencé à chercher Eren). Nous serons alors à seulement 20 heures de la fin du monde ! 3) Tricher avec le temps ? : On me l'avait fait remarquer au dernier chapitre, Isayama reste relativement "réaliste" dans son univers. Et s'il a lancé cette limite de quatre jours, elle aura certainement son importance. Déjà, nous voyons clairement que rien ne semble ralentir le grand terrassement. Les puissantes forces regroupées sur la côte sont balayées et n'ont pas gêné les titans colossaux. Donc la limite de temps ne pourra pas être repoussée. En revanche, pour l'alliance, des ennuis peuvent vite survenir. Floch a peut-être survécu et s'est accroché au navire. Il peut tenter une infiltration "à la Gaby" pour mettre en péril l'alliance. De plus, le port d'Odiha est sur la côte Mahr et les Mahr pourraient identifier l'alliance comme des ennemis (après tout, ils viennent de Paradis). Du coup, l'alliance risque fort de perdre un temps précieux et de ne toujours pas être opérationnelle au bout de 3 jours et 4 heures, comme prévu. Une seule solution : qu'Isayama triche avec le temps ! Le navire pourrait aller plus vite que ce qui se faisait à l'époque. La distance pourrait être moins longue que dans notre réalité. En tout cas, sans coup de pouce de l'auteur, les "sauveurs du monde" risquent de passer à l'action quand il n'y aura (presque) plus de monde à sauver! Conclusion : Voilà, c'était une petite théorie pour patienter jusqu'au scan 131. Pour moi, Isayama nous a trop habitués (surtout depuis l'arc Mahr) à mettre son monde en parallèle avec le nôtre. Je le vois donc mal tricher avec le temps. Il est fort probable qu'Armin et sa bande vont atteindre Eren quand les derniers survivants de l'humanité seront acculés (comme l'étaient les Paradisiens au début). Du coup, les trois quarts de l'humanité auront déjà été vaporisés. Donc l'alliance a déjà en grande partie perdu. Reste à voir si elle parviendra à sauver ceux qui restent !
  5. Tu sais @papillonrouge24, j’ai eu à peu près la même idée. Mais, je vois plutôt le trio Eren – Floch – Historia comme un reflet « maléfique » de l’alliance. En fait, le trio est à beaucoup de point de vue, l’inverse de l’alliance. Plus sombre, mais aussi plus efficace. I) Des motivations communes : 1) Sauver la patrie : Eren, Floch et Historia ont un point commun : ils veulent sauver Paradis. Eren l’annonce clairement : « Mon objectif est de protéger la population de cet endroit où je suis né et où j’ai grandi. (Chapitre 123) ». Historia dit clairement qu’elle veut « préserver cette île (chapitre 130) ». Pour Floch, son fanatisme pro - Eldia est clair depuis longtemps et il le montre clairement au chapitre 129, en s’auto-proclamant « sauveur d’Eldia ». Le trio s’oppose ici à l’alliance. Hansi annonce aux guerriers Mahrs (Annie, Reiner, Gaby et Peak) que « la destruction de Revelio et de Mahr serait inévitable ». Hansi veut inciter les Mahrs à renoncer à leur patrie, pour sauver l’humanité en général. Au nationalisme violent d’Eren, elle oppose un « mondialisme » humaniste. 2) Sauver leurs proches : Vous pensez évidemment à Eren. Il annonce clairement à Historia qu’il refuse de la sacrifier, elle et sa descendance. Historia est son amie (et peut-être plus) et il veut donc la sauver. Mais Floch est bien plus éloquent, en disant à ses hommes de sauver « nos parents, nos frères, nos sœurs et nos enfants. » Il motive habilement ses troupes, en leur rappelant que protéger la patrie, c’est protéger ses proches. Hansi (encore elle) est à l’opposé de cela. Elle explique aux guerriers mahrs qu’il est trop tard pour sauver Revelio (et donc leurs familles), mais qu’à la place il faut sauver « de parfaits inconnus ». Cette idée généreuse tombe à plat avec Annie (mais semble toucher Gaby). Quand on y pense, la plupart des Paradisiens de l’alliance n’avait plus de famille (à part Jean), du coup l’argument de les protéger ne les touche plus (c’est pour ça, que Conny décide de ne pas sauver sa mère). 3) Et se venger : Eren repense à sa mère au moment de détruire Revelio. Il veut se venger de ce que Mahr a fait. Floch est sur la même longueur d’onde. Au chapitre 102, il rappelle clairement à Jean, les massacres commis par les Mahrs sur Paradis. Seule Historia est réservée à ce sujet. Mais on sent bien comme l’analyse @Machiavel, c’est : D’ailleurs quand Eren dit qu’il va « en finir pour de bon avec ce cycle de haine et de vengeance », il va simplement se venger et … s’assurer qu’aucun ennemi ne vienne pour le lui reprocher. L’alliance est construite à l’inverse sur la collaboration Eldien – Mahr et le pardon. La discussion au chapitre 127, où chacun a vidé son sac et les excuses du maréchal Magath au chapitre 128, sont là pour illustrer cette pensée. Seulement, cette collaboration de circonstance se fissure déjà au bout de quelques chapitres. Au final, l’alliance est fragile contrairement au trio Eren – Floch – Historia. Mentalement, la réconciliation est difficile, la vengeance facile. II) Un groupe uni par Eren : 1) Une union de longue date : Floch n’avait pas menti : le plan d’Eren est muri depuis plusieurs mois (les discussions avec Floch et Historia vont dans ce sens). Du coup, le trio marche de concert depuis longtemps et aucun membre ne l’a abandonné (malgré les réserves d’Historia). Par contre, c’est Eren domine sans contestation le trio. Floch est un fanatique qui suit son leader et Historia est résignée. Et on a tous noté, la formation trop rapide de l’alliance. Le parallèle est maintenant clair : au trio Eren – Floch – Historia qui s’est formé depuis des mois, on oppose l’alliance qui est récente. De plus, Hansi rappelle bien dés le départ à Jean et Mikasa qu’elle n’est plus leur supérieure (chapitre 127), donc les membres sont plutôt égaux entre eux (surtout avec la mort de Magath), à l’opposé d’Eren qui s’impose à ses coéquipiers. Mais faute de meneur, l’alliance commence déjà à s’effriter, quand Floch et Historia restent fidèles à Eren. 2) Avec un écrasement de la conscience : D’ailleurs, Eren n’y va pas par quatre chemins avec Historia : soit elle peut supporter ses scrupules, soit il lui efface la mémoire. Pour lui, il faut faire taire sa conscience pour pouvoir régler définitivement le compte aux ennemis. L’alliance a fait le choix inverse : on écoute et on suit sa conscience. C’est d’ailleurs ça qui pousse Jean à rejoindre ce groupe. Les Paradisiens ont aussi des scrupules à attaquer leurs anciens camarades (chapitre 128), là où Floch et les Jaegeristes ne se sont pas gênés pour commettre des exactions (tentative de meurtre de Livai, passage à tabac de Shadis, exécution sommaires…). Je ne sais pas si ce combat, va avoir des répercussions sur la détermination de nos héros. Mais je suis sûr qu’Hansi n’aura pas de cas de conscience à ce sujet. Je suis persuadé qu’elle veut surtout se venger des exactions commises par les partisans d’Eren. Sans cela, elle n’aurait sûrement pas choisi de combattre violemment les hommes de Floch. D’ailleurs, je sens que s’il s’introduit sur le bateau, ils se feront face. III) Une efficacité que tout oppose : 1) Un leadership déterminé : Un peu bizarre de dire que les Jaegeristes sont efficaces après la déroute du port (chapitre 128 – 129). Mais je note qu’en terme de leadership, Floch a réussi à motiver ses troupes. Il était énergique, déterminé et clair. Il n’est pas le bras droit d’Eren pour rien. Eren, quand il parle à Floch ou Historia, a une froide détermination et se montre franc. Et finalement, ils acceptent de le suivre. C’est le jour et la nuit, par rapport à l’alliance ! Je trouve qu’Hansi (qui est à l’origine de l’alliance) n’est ni claire, ni énergique. A la base (chapitre 127), elle n’a rien à proposer quand Jean demande quoi faire si le monde veut les exterminer. Elle reste très vague. Tout comme au chapitre 130, elle ne dit rien sur la façon de stopper Eren, alors qu’Annie a mis le sujet sur le tapis. D’ailleurs face à Annie, elle semble molle quand elle tente de la remotiver. Tout le contraire, du Floch énergique qui harangue ses troupes au chapitre 129. Par-dessus le marché, j’ai de plus en plus l’impression qu’Hansi n’est pas franche ! Au chapitre 127, face à Jean et Mikasa, elle se montre d’abord amicale et humble pour discuter (elle rappelle qu’elle n’est plus leur supérieure), mais elle s’énerve et tape du poing sur la table pour imposer son point de vue. Elle a aussi, l’habitude de faire parler les morts dans son sens. Au chapitre 127, elle prétend que les membres du bataillon d’exploration seraient contre le génocide et au chapitre 130, elle dit aux guerriers que Magath ne s’est pas sacrifié « pour Revelio ou Mahr, mais pour que nous sauvions le maximum de gens ». J’ai relu le chapitre 129 et je ne vois pas où il a dit ça ! Et je ne vois pas non plus de plan pour stopper Eren. 2) Un plan clair : C’est le dernier point ! Eren avec le grand terrassement a un plan clair (mais un peu radical) pour résoudre le problème : - Prise de contrôle de Paradis (meurtre de Zackley, ralliement contraint de l’armée). - Déclenchement du grand terrassement par Eren (qui neutralisera la menace extérieure). - Capture des mercenaires (devenus dangereux) et maintien de l’ordre par Floch. Le plan a été très efficace et les ennemis (militaires et mercenaires) n’ont pas pu faire grand-chose. De l’autre côté, l’alliance navigue à vue. De plus, alors qu’ils ont parlé franchement de leurs vieilles haines entre Mahrs et Eldiens, ils sont incapables de s’exprimer sur quoi faire face à Eren. Tout comme Hansi, ils restent vagues (on va discuter) et évitent les sujets épineux (si Eren veut continuer, on fait quoi ?). A mon avis, ce manque de clarté va leur coûter cher (peut-être même avant de retrouver Eren). Conclusion : Pour moi, Eren – Floch – Historia ne remplacera pas Eren – Mikasa – Armin. En revanche, ils sont le côté « obscur » d’Eldia : nationaliste, vengeur et violent mais organisé et efficace. A l’inverse, l’alliance représente le côté « lumineux » d’Eldia : ouvert, réconciliateur et pacifiste, mais sans solution. J’ai beaucoup chargé Hansi pour les défauts de l’alliance, mais ses défauts (en tant que leader) me paraissent trop évidents. Je sens qu’Isayama va la faire disparaître (peut-être par le biais de Floch) et qu’un nouveau leader va remettre l’alliance sur les rails.
  6. Il est arrivé ! Le chapitre 130 est là. Je regrette de ne pas parler Coréen, mais je vais quand même analyser à partir des seules images. Si vous n’avez pas lu (ou vu) le chapitre, ne lisez pas, car je dis tout ! Vous êtes prévenus. I) L’alliance : une épée bien fragile : 1) Un affaiblissement psychologique : Pour Annie, Reiner et Gaby, c’est clair : Revelio a dû être anéantie et avec la ville, ce sont leurs familles qui ont été impitoyablement massacrées. Du coup, Annie refuse de poursuivre le combat, maintenant que son père a probablement été tué. Elle n’a plus de raison de se battre. Finalement, elle a toujours fait bande à part et elle continuera comme ça jusqu’au bout. Reiner et Gaby accusent le coup et ne bronchent pas. Il faut d’abord digérer la nouvelle. Eux qui étaient autrefois déterminés, voient qu’ils auront été incapables d’empêcher quoi que ce soit. On le sent bien : pour les sauveurs du monde le moral est bien bas… et ils ne sont toujours pas face à Eren et aux colossaux. 2) Pour l’instant, l’incapacité d’agir : C’est bien connu : quand le temps manque, le stress augmente. Et c’est ce qui arrive ici. Nos héros sont pour l’instant bloqués dans un bateau qui avance lentement. Et pendant qu’ils se trainent comme des tortues, Eren ne perd pas de temps lui. De plus, certains membres de l’alliance sont physiquement affaiblis. Armin n’en finit pas de se régénérer et doit encore être soutenu par Conny. Falco est absent, il se remet sûrement de sa transformation en titan mâchoire. Livai n’apparait pas non plus. Isayama nous présente une alliance au plus bas. Est-ce pour mieux nous surprendre ? Probablement. Mais il va d’abord falloir résoudre un gros problème : celui du leader ! 3) Une panne de leadership : Magath est mort, paix à son âme. Et pourtant qu’est ce que ses guerriers auraient besoin de lui ! Il aurait su trouver les mots pour les remotiver (il les connait depuis l’enfance). Finalement, sa mort conduit à un vide au niveau du commandement. Après il y a toujours son homologue eldienne : Hansi. Mais c’est définitif (pour moi) : elle n’arrive décidément pas à être un leader à la hauteur. Elle semble abattue sur les quelques images où elle apparait. Comment les troupes peuvent-elles se reprendre sans l’exemple du chef ? Elle a embarqué les autres dans cette alliance et maintenant ? Qui reste-t-il comme meneur ? Peak pour les Mahrs et Jean pour les Eldiens. Mais ni l’un ni l’autre ne disent un mot. Les autres auraient bien besoin qu’ils parlent. Pour moi, c’est catastrophique : pas de chef, pas de stratégie, motivation en berne, inaction temporaire. C’est une situation désespérée ! II) L’humanité est acculée : 1) Une défense… inefficace : On revient du côté des colossaux et du grand terrassement. Cela fait plaisir ! Le grand terrassement fait ses premières victimes sur le continent ! L’humanité est au courant de ce qui l’attend ! J’en avais longuement débattu lors du dernier chapitre et finalement, l’alerte a bien été donnée. La flotte et l’armée de terre sont prêtes à recevoir les titans. Aucun civil n’est en vu, donc l’évacuation a dû être ordonnée (du coup, les familles Braun et Leonhart ont dû échapper à la mort). Donc, les humains ont pu se préparer à agir. En tout cas, l’armement traditionnel est totalement inutile ! Cela ne ralentit même pas les colossaux qui balaient tout devant eux. C’est un classique des mangas : les armes « ordinaires » sont inefficaces. Et seuls, les héros avec leurs armes spéciales (pouvoir de titan et équipement tridimensionnel) peuvent conjurer la menace. En tout cas, ce que l’on voit ici (évacuation des civils et résistance des militaires) risquent bien d’être vu partout ailleurs (avec aussi peu de succès). Je me demande si les militaires vont essayer autre chose et … je crains le pire ! En effet, l’alliance doit aller dans un port Mahr, pour préparer l’avion. Or, ils sont tous Eldiens (sauf les Azumabito), du coup, les Mahrs pourraient les considérer en ennemi… alors qu’ils sont leurs sauveurs ! 2) Situation inverse à celle du début : SNK revient à ses débuts avec les titans qui vont massacrer l’humanité. Sauf que là, les rôles sont inversés. Avant, Mahr envoyaient les titans contre Paradis, maintenant Paradis envoie les titans contre Mahr. Le petit flashback d’Eren sur le mort de sa mère est éloquent : il rend les coups à ses ennemis. On voit d’ailleurs le titan d’Eren (qui remplace le colossal dans le rôle d’antagoniste principal). Je dois dire une chose. Ce titan est aussi terrifiant que grotesque ! Sérieusement, on voit clairement une cage thoracique, des bras et une tête à l’avant. On avait autrefois vu des jambes à l’arrière. Et entre ces deux parties, il y a une colonne vertébrale et ces espèces de côtes qui me font penser au … parasite d’Ymir. Bizarre ! III) Eren et le grand déballage : 1) Yelena et Sieg et leur plan périmé : Isayama détourne habilement ses lecteurs de ce titan monstrueux, en leur donnant une carotte … ou plutôt plusieurs carottes ! Pendant longtemps, on s’est demandé ce qu’Eren avait pu dire à Yelena. On s’était aussi demandé ce que lui et Sieg préparaient. Ça, c’était avant le plan d’euthanasie de Sieg et la trahison d’Eren. Du coup, ce que Yelena avait dit à Eren n’a plus d’importance ! Eh bien, Isayama peut nous le balancer pour satisfaire notre curiosité. Et il ne s’arrête pas là. 2) Floch : pas si menteur : Nous nous étions également demandés si Floch ne se donnait pas de l’importance en prétendant qu’Eren l’avait informé de tout depuis des mois. Maintenant, qu’on a quitté Paradis et que nos héros ont échappé aux Jaegeristes (avec incertitude sur le sort de Floch), ce point n’a plus besoin d’être gardé secret. Et de deux ! Isayama déballe la conversation. Floch a donc espionné la discussion de Yelena et Eren, avant d’avoir une discussion avec ce dernier. Visiblement, Floch disait vrai. Au final, il me donne l’impression d’être assez brave et fidèle à Eren. Tout le contraire du Floch lâche et opportuniste, que l’on pouvait avoir. Et Isayama enfonce le clou en nous montrant Historia. 3) Eren : le père du bébé ? : C’est un point qui a été très débattu : Eren est-il le père du bébé ? On va peut-être avoir la réponse. En tout cas, Historia semble être au courant du plan d’Eren depuis longtemps. Et … elle n’a rien fait pour l’empêcher. Quand elle disait qu’elle était « une ennemie de l’humanité », ce n’était pas du pipeau ! En tout cas, je constate qu’elle en savait plus que les autres (Mikasa, Jean, Armin…) et qu’elle a choisi le parti d’Eren (par amour ? par instinct de survie ? pour le bien de Paradis). J’attends de voir la suite. Conclusion : Quand nous aurons les versions anglaise et française, nous aurons sûrement un grand déballage d’informations. De quoi alimenter nos théories. Je suis impatient !
  7. Rouletabille

    Wakfu

    @I shiro, c'est un plaisir de débattre avec toi ! Reprenons les choses : I) L'antagoniste de cette saison 4 : 1) Un mystérieux losange rouge : La seule attaque que l'on voit, c'est un mystérieux cataclysme qui s'abat sur le monde des 12. Il semble venir du ciel, comme une pluie de météorites. Jusqu'à là, on ne sait pas ce que c'est. Ensuite, Tristepin puis Yugo font face à un gigantesque losange rouge. C'est probablement le mystérieux adversaire ou alors une sorte de portail (comme l'hyperzaap de la saison 3, qui mène à l'Inglorium). Mais l'identité de l'ennemi reste inconnue. 2) Les Méchasmes : Ils semblent être les méchants les plus évidents : - Ils sont annoncés depuis longtemps et le problème avec eux, n'est pas réglé. - Ils voyagent dans l'espace. - Ils ont une puissance de frappe suffisante pour détruire une planète. J'entends bien tes arguments : Pour moi, quand on est gentil avec eux, ils le sont en retour. La preuve, ils cohabitent avec les Eliatropes pendant des années (Voir le manga Wakfu, volume 4). Par contre, quand on les attaque, ils sont impitoyables et vengeurs (Toujours le volume 4 du manga Wakfu). C'est vrai et les Eliatropes arrivent bien à leur faire comprendre leurs intentions pacifiques à la base. Ils ont eu l'air de communiquer par geste dans le manga (par contre, je n'ai pas vu les Méchasmes parler, peut-être qu'ils ne parlent pas). Après le vol, les Méchasmes se sont dit qu'ils étaient en présence d'un peuple traître et que la négociation serait une tromperie. Pour les Eliatropes, ils ignoraient le vol commis par Qilby et ont peut-être pensé que les Méchasmes étaient en réalité belliqueux (et Qilby a sûrement abondé en ce sens). Après même si les Eliatropes avaient essayé de communiquer, faire comprendre des choses abstraites (comme : "que vous a-t-on fait" ou "on y est pour rien") n'est pas simple. 3) Qilby : Le rôle de Qilby semble mystérieux pour l'instant. Il utilise visiblement l'éliacube et ne semble pas "guéri" du côté obscur. Est-il l'organisateur de tout cela ? (Comment ? mystère). Dans un sens, il avait donné la position des Eliatropes aux Méchasmes par le passé, provoquant la destruction de leur seconde planète. Est-il un allié qui aide ? Un allié qui apporte des informations ? Un ennemi déclaré ? Un ennemi complotant ? 4) Les Dieux : A la fin de la saison 3, nos héros et la fratrie atterrissent dans l'Inglorium (le domaine des dieux). En théorie, on devrait voir ceux-ci. Bizarrement, l'intrigue se déroule à nouveau dans le monde des 12. L'hypothèse (peu crédible) serait que les dieux mécontents de leurs créations provoquent un cataclysme (comme le déluge de Noé) pour détruire les habitants du monde des 12 et refaire un nouveau monde. Sinon une autre hypothèse (plus crédible) est que les dieux ont été attaqué par un ennemi (quand nos héros arrivent l'Inglorium semble désert) et que celui-ci après leur avoir réglé leur compte va attaquer le monde. Je crois que dans le manga Dofus (que je n'ai pas lu), il y avait un ennemi surpuissant (Cornu Mollu) qui avait terrassé le dieu Iop. 5) Yugo : Hypothèse folle, mais il fallait que je la sorte. C'est ce que j'ai pensé en voyant le trailer pour la première fois. Il semble avoir grandi, alors que les autres ont gardé le même âge (le bébé d'Eva n'a pas l'air d'avoir grandi). Il semble calme, beaucoup trop calme, par rapport à avant. De plus, il utilise deux épées contre une épée et un bouclier auparavant. Cela indique qu'il est désormais plus offensif qu'avant et surtout... l'une des épées est rose, ce qui indique qu'elle doit être faîte en stasis. Or c'est normalement interdit aux Eliatropes de l'utiliser (à ce que j'avais lu). En tout cas, il a beaucoup changé. Est-il devenu fou, à cause de ce qui l'a fait grandir subitement ? Peut-être. Après, il faut attendre d'en savoir plus. Peut-être même que l'ennemi sera un nouveau venu (sans être annoncé, ce serait un peu dommage). II) Les protagonistes de la saison 4 : 1) Yugo et Tristepin : ils se battent (presque) seuls : Si Yugo est resté gentil, on ne le voit pas en compagnie de ses amis. C'est inhabituel, mais cela arrive. On le voit foncer seul sur le losange. Je trouve ça un peu anomal qu'on ait pas la confrérie du Tofu réunie pour faire face. Idem pour Tristepin. Même si pour lui, c'est plus habituel de se retrouver seul face à un ennemi, on a l'impression qu'il va tenter de tout régler seul (avec l'aide de Rubilax). Et ça, il l'a déjà fait pour soumettre Rubilax (saison 1), pour affronter Rushu (dans la saison 2), quand il était le dieu Iop (dans les OAV) et pour faire face à Goultard (saison 3). 2) Amalia, Evangelyne et Ruel : les victimes : Plus la série avance, plus ces trois-là sont cantonnés au second plan (pour les combats, pas pour l'intrigue). Ici, c'est pareil : - Amalia pleure pour son royaume dévasté. - Evangelyne tente de protéger son bébé et ... c'est lui qui la sauve ! - Ruel et les membres de la Fratrie s'abritent derrière un bouclier d'énergie, mais on voit qu'ils ne peuvent pas empêcher le désastre. Bref, ces personnages semblent encore une fois devoir laisser les autres résoudre les problèmes. Dommage, j'aimais bien dans la saison 1, quand toute l'équipe faisait face à l'ennemi. 3) Elely et Flopin : la relève : Eux semblent gérer tranquillement, ce qui leur tombe dessus. Leur amitié (fraternelle) s'est renforcée (ils se tapent la main). Les OAV et la saison 3 les avaient mis en avant dans la confrérie. Donc pour moi, ils sont là pour prendre la relève de la génération précédente et cette saison va être pour eux, l'occasion d'être les vrais héros. 4) Adamaï : un sort encore inconnu : La seule image d'Adamaï est quand il tombe avec les Dofus. Comme d'habitude, il va être mis sur la touche (possédé par un shushu dans la saison 2, se disputant avec Yugo dans les OAV, du côté de la fratrie dans la saison 3). En tout cas, je ne le vois pas faire quoi que ce soit de décisif. Désolé, mais son seul vrai moment avec la confrérie du Tofu, c'est la fin de la saison 1. Voilà, c'était mes spéculations du jour sur cette bande - annonce. J'attends d'en savoir plus avec impatience pour voir comment cette saison s'oriente.
  8. Rouletabille

    Wakfu

    Nous sommes donc d'accord. Comme tu dis, il est fort probable, qu'ils soient furieux : on a détruit quelque chose qui leur appartenait (l'éliacube). Du coup, ce n'est pas totalement équitable. Si les Méchasmes ont détruit la planète des Eliatropes, juste pour le vol de l'Eliacube, que se passera-t-il si on le détruit ? Quelle est la solution ? La mort des Méchasmes serait un peu injuste : à la base, ils sont victimes. C'est Qilby qui a attaqué l'un des leurs : Orgonax. Pourquoi, les Eliatropes n'ont pas négocié ? Plusieurs raisons possibles : - Les Méchasmes ont refusé (ils ont été attaqués en traître, ils n'ont plus eu confiance en les Eliatropes). - La communication est difficile (ils venaient d'une autre planète, alors il y a la barrière de la langue). - Les nature violente des Méchasmes (visiblement, quand ils en veulent à quelqu'un, ils ne font plus aucune concession...) Finalement, je me rends compte que ce sera une situation désespérée. C'est intéressant, je suis curieux de voir comment Yugo et les autres vont s'en sortir. Justement c’est ça le problème car il ne sert désormais à rien, à part pour retenir le traite. Et cet artefact a été l’axe/le moteur de bien des ennuis et ce bien trop souvent. Ce serait ennuyeux et facile de se limiter uniquement à ça Justement, j'ai déjà entendu parler de cela à propos de Wakfu ! Dans la saison 3, on apprend qu'Oropo et la Fratrie sont responsables de... presque tout : - Le chaos d'Ogrest, en lui enlevant celle qu'il aime. - Nox, en lui faisant trouver l'éliacube. - Dans les OAV 1 et 2, ainsi que la saison 3, ils sont les antagonistes. Sur internet, certains avaient trouvé trop facile et réducteur que la Fratrie soient au centre de pleins de cataclysmes du monde des 12. Le problème est que si Ankama l'a fait une fois, il peut recommencer. Mais bon ! Ayons confiance en Ankama, pour nous surprendre !
  9. Rouletabille

    Wakfu

    Si c’était aussi simple, tu crois pas que les Eliatropes aurait donné le cube depuis le début ? Je pense qu’il faut bel et bien détruire cette source d’énergie car il est problématique pour le monde. Justement, je n'ai pas précisé le sort de l'éliacube. J'ai dit que le problème l'entourant devrait être réglé définitivement. Cela peut-être : - Le détruire (problème définitivement résolu : personne ne l'aura). - Le rendre aux Méchasmes (contre un traité de paix... à voir s'ils sont prêts à discuter et s'ils sont du genre à respecter leurs promesses). - Le cacher dans un lieu secret (mauvais plan : un nouveau Nox pourrait le trouver). - Le mettre sous très bonne garde (mauvais plan : à chaque fois qu'ils ont fait cela, ils se font voler). J'ai préféré ne pas trop m'avancer sur le sort de l'éliacube. Pour moi, il serait bien que le problème qu'il pose soit réglé dans cette saison (surtout si elle conclut la série), mais Ankama pourrait vouloir le conserver pour créer de futurs scénarios (et de nouveaux ennuis aux héros).
  10. Rouletabille

    Wakfu

    Oui, tu as raison. Mais si tu donnes la clef au mechasmes, ils vont faire comment pour revenir ? Je trouve que ça revient à la même. Pour ça, le problème est résolu : sur le trailer, on voit les Eliatropes qui sont dans le royaume Sadida (le passage de 15 secondes à 20 secondes). Donc plus de soucis pour Emrub. Pour Qilby dans la dimension blanche, ce sera un autre problème si on en donne la clé aux Méchasmes (surtout pour Qilby qui les a attaqué par le passé). En tout cas, l'intrigue autour du peuple de Yugo enfermé dans sa dimension est résolue : les Eliatropes ont (enfin) pu sortir et se sont établis au royaume Sadida. Par contre, je remarque que l'éliacube est à chaque fois au coeur de l'intrigue de Wakfu : - Saison 1 : Nox s'en sert pour faire fonctionner son horloge géante et accomplir son plan. - Saison 2 : Qilby le récupère pour retrouver ses pouvoirs et faire alliance avec Rushu. - Saison 3 : Oropo l'a récupéré (comment ?) et veut l'utiliser avec les Dofus pour créer une bombe surpuissante. De plus, les ennuis ont commencé pour le peuple éliatrope, quand Qilby a arraché l'éliacube aux Méchasmes. Ce serait logique que la série se conclut avec les Méchasmes qui viennent reprendre le cube. Et une seconde intrigue est bouclée : le problème de l'éliacube devrait être définitivement réglé. Et dernier point, les Méchasmes ont toujours été évoqués, mais ne sont jamais vraiment apparus (à ma connaissance). Depuis le temps, j'ai vraiment envie de les voir. Alors j'espère qu'ils vont apparaître histoire que cette intrigue là, connaissent aussi son dénouement.
  11. Rouletabille

    Wakfu

    C’est pas vraiment de l’altruisme si ça lui permet de retrouver partiellement ou définitivement sa liberté. Il ne peut pas se faire pardonner tout court. Pour le pardon : c'est vrai que pardonner est un terme un peu trop fort. Je ne dis pas que les autres Eliatropes vont le considérer de nouveau comme l'un des leurs et le laisser vivre parmi eux comme autrefois (avant l'arrivée des Méchasmes). Ils pourraient (si Qilby est toujours en vie à la fin de la saison 4) le laisser vivre à l'écart (sûrement pas parmi eux) et sous surveillance (en cas de nouveau complot de sa part). Liberté surveillée, donc. Dans leur esprit, les Eliatropes lui en voudraient encore (le pardon ne lui est pas accordé), mais leur hostilité à son égard aurait quelque peu diminué, suffisamment pour qu'on ne le garde pas enfermer à perpétuité. Pour l'altruisme : à la base, il peut agir par intérêt (pour sortir de sa prison), mais évoluer au fil de la saison au contact des autres. C'est un peu court de faire ça en 13 épisodes. En plus, la dernière fois qu'il a été au contact des autres (au royaume Sadida), cela ne l'a pas fait évoluer... Néanmoins, s'il revient en tant que méchant, il serait bien (de mon point de vue) qu'il subisse une évolution (qui peut être différente de ce que je prédis), pour ne pas faire une redite de la saison 2. C'est une question difficile ! Je dirais que cela dépend des personnes. Pour certains, on peut avoir de l'empathie pour un vilain, même s'il n'est pas mort, à condition qu'il ait une histoire assez développée qui explique bien les raisons de ses actions maléfiques. Pour moi, le cas d'Ombrage, le Shushu de Wagnar, est assez touchant. Pour d'autres, en mourant le vilain constate l'échec définitif de ses projets... et du même coup de l'oeuvre de toute sa vie. C'est ça qui peut rendre empathique le créateur (ou le spectateur). Par exemple, Nox meurt car il sait que son projet (retrouver sa famille) ne se réalisera jamais. Les deux points de vue se défendent, pour ma part, j'arrive à être empathique pour Qilby, car sa situation semble issue.
  12. Rouletabille

    Wakfu

    Le problème est que l'enfermement (long ou court) ne permet pas souvent de prendre conscience de ses erreurs. Il pousse généralement dans trois directions : - le désespoir (avec dépression, suicide...) - la revanche (se venger de ceux qui l'ont enfermé, donc c'est pire qu'avant) - la soumission (on respecte désormais les règles par peur et non par prise de conscience) D'ailleurs dans mes souvenirs, Yugo l'enferme pour qu'il ne puisse plus nuire, pas pour lui faire retrouver le droit chemin. Il s'en veut d'ailleurs de lui infliger cet enfer et de ne pas avoir trouvé une autre solution. Et justement l'arrivée des Méchasmes (s'ils sont les "méchants" de la saison) peut donner une solution. Les défauts de Qilby ont commencé à provoquer le malheur au moment de l'arrivée des Méchasmes. C'est le moment où Qilby bascule du "côté obscur". S'il fait face à ceux-ci, ce sera pour lui de "réparer" le mal qu'il a fait : - complotisme : il pourra protéger les Eliatropes, donc se faire pardonner de ses complots. - cruauté : pareil, en protégeant son peuple, il peut se faire pardonner notamment la mort de nombreux éliatropes. - égocentrisme : quoi de plus altruiste que de ses battre pour protéger les autres ? Ankama propose souvent des antagonistes complexes (et pas méchants pour être méchants), avec des fins à la hauteur (Nox, Ogrest...). Je suis sûr qu'ils donneront à l'intrigue autour de Qilby, une fin digne de ce nom.
  13. @Tablis, j'entends bien tes arguments. C'est intéressant et cela va en faveur des 70% de chance que mon hypothèse soit fausse. Néanmoins, analysons mes bons amis ! I) La logique du tout pour le tout : 1) Il faut bien tenter quelque chose : Dans la situation actuelle des choses, les options des dirigeants sont limitées : - Fuir et attendre que l'orage passe : c'est sûrement la meilleure chose à faire (en mer, montagne, souterrains... et toute zone difficilement accessible). - Résister aux colossaux : le gros des armées mondiales va sûrement essayer, mais c'est perdu d'avance. - Se rendre : les colossaux ne sont pas très bavards et risquent forts de ne pas écouter. - Contre-attaquer : un coup de poker, mais qui est la seule chance de victoire. Voilà, dans le meilleur des cas, les populations peuvent fuir, se cacher et une fois les colossaux partis, tenter de survivre dans les ruines en vivant comme à l'âge de pierre. A court terme, c'est la meilleure solution, mais il y a les risque suivants : famine, épidémie et anéantissement en cas de retour des colossaux. Les dirigeants se doutent bien de tout cela. S'ils veulent avoir une chance de sauver la situation, ils doivent quand même tenter quelque chose. 2) La force d'invasion : juste ce qui est disponible : Justement je disais qu'ils allaient envoyer une force limitée (et pas toutes leurs forces), avec les troupes qui devaient servir au futur débarquement sur Paradis et qui sont déjà prêtes. Le reste de leurs armées (c'est à dire la très grande majorité), va plutôt servir à tenter de résister (en cherchant d'éventuels points faibles chez les colossaux), organiser l'évacuation de la population (ou au moins une petite partie de la population), protéger les dirigeants (histoire qu'il reste des leaders pour les survivants). Une contre-attaque est suicidaire ? Mais le reste l'est tout autant. Pour t'en convaincre, je cite Erwin Smith : "En cas d'assaut, Ce n'est pas le bouclier qui repousse l'ennemi, mais bel et bien l'arme qui est brandie contre lui." Après tu vas me dire que vu que les dirigeants de Paradis n'avaient déjà pas réussi à comprendre, alors les dirigeants mondiaux... 3) Les solutions audacieuses : ce que l'on fait en cas de crise : Quand on est acculé, on a tendance à prendre des décisions audacieuses, qui peuvent sembler folles. Exemple : si un homme est pris dans un immeuble en flammes, il aurait tendance à sauter par une fenêtre ou essayer de traverser les flammes en courant, plutôt que d'attendre de finir brûler ou asphyxier. Là, c'est pareil. En situation de crise extrême (guerre...), les militaires et les politiciens peuvent tenter de prendre des mesures irréalistes pour sauver la situation, alors qu'en temps normal, ils prennent des décisions ... euh ... enfin bref ... ce n'est pas le sujet ! Puisqu'on parle de leaders, parlons donc d'Eren ! II) Eren, cet adversaire mystérieux : 1) Un homme complexe : Je pense que les leaders mondiaux s'imaginent Eren comme un leader "classique" mais extrémiste (le discours de Willy Tieber allait dans ce sens en disant qu'il n'attachait aucune importance à la paix). Donc pour eux, il va réagir comme doit le faire un dirigeant classique : tenter de sauver la base de son pouvoir (son territoire et son peuple). En plus, même nous, les lecteurs, qui avons plus d'informations que les personnages, avons encore du mal à cerner Eren. Même ses propres amis (Mikasa, Armin...) sont sérieusement largués. Alors je ne te dis pas pour des ennemis comme les dirigeants mondiaux qui sont confrontés à lui pour la première fois. 2) Le fonctionnement de son pouvoir : Tu soulèves un point intéressant ! Eren peut-il donner des ordres d'une telle complexité à ses titans ? Là, ses ordres sont simples, du style : "vous me suivez ! Et maintenant, vous détruisez tout !" Mais s'il leur ordonne de faire demi-tour pour protéger l'île, vont-ils comprendre tout seul qui est l'ennemi et qui est l'ami. Le seul que nous avons vu contrôler des titans pour le moment est Sieg. Et il était toujours à proximité pour les diriger. D'ailleurs, ses ordres étaient relativement simples ("chargez", "tuez-le"...), rien de trop compliqué. Après, on ne peut pas être sûr. Mais c'est vrai que pour les armées étrangères, c'est une inconnue de taille ! III) La tactique : politique de la terre brûlée ou prise d'otage : 1) Une petite armée d'invasion : J'ai déjà parlé au-dessus de mon idée de "force d'invasion limitée". Ce n'est pas la peine d'y revenir. Par contre, je crois que tu exagères un peu pour l'armée Mahr. Armin a juste détruit la flotte principale. Or au chapitre 106, Yelena explique que la marine Mahr dispose de trois flottes et que l'armée de terre a un million d'hommes environ. Armin n'a pas massacré tout ça... ou alors : Armin : Eren ! Comment peux-tu massacrer autant d'hommes comme ça ! C'est horrible ! Eren : Armin, tu as massacré plus d'un million d'hommes à Revelio. Armin : Hein ? ... Moi ? ... Mais non, voyons ... Je ne ferais jamais ça... Voilà 😄 ! Bon, trêve de plaisanteries douteuses, revenons au sujet. Et Armin, désolé pour cette mauvaise blague. 2) La terre brûlée : Avec une petite force d'invasion, risque en effet d'être incapable de se maintenir sur Paradis. Donc à mon avis, ils vont opter pour la brutalité, histoire de compenser leur infériorité numérique. C'est un classique (regarder un peu comment les Mongols ont envahis la Chine) : - Les populations seront massacrées ou prises en otage. Le but est de terrifier les Eldiens (avec le risque d'avoir l'effet inverse !) - Les ressources seront pillés pour alimenter les envahisseurs et ce qui ne peut être pris sera brûlé. - Les villes et villages (ou ce qu'il en reste) seront brûlés, si il n'y a pas intérêt à les garder. Cela est déjà arrivé dans SNK, c'est simplement l'histoire d'Ymir (chapitre 122). Son peuple a été attaqué violemment et leurs maisons incendiées. Certes, la résistance de la population va compliquer la situation, mais je pense que l'ennemi ne va pas faire de détails et tous les traiter comme des combattants ennemis. Leur but est de faire une "guerre éclair" et donc ils ne vont pas prendre de gants. Est-ce que cela peut marcher ? Au début, oui avec l'effet de surprise. Après ce sera plus difficile, car les Eldiens auront le temps de se reprendre et de résister (comme tu l'as évoqué). 3) La prise d'otages : Je le sais bien, mais la meilleure solution pour les dirigeants mondiaux seraient de forcer Eren à négocier (je rappelle, qu'ils ne connaissent pas vraiment la personnalité d'Eren !). Et pour négocier, il leur faut un moyen de pression. Le seul possible à l'heure actuelle est de menacer son peuple (en partant de l'idée qu'il est un "leader classique") Donc, je pense que cette invasion en plus d'être brutale, va aboutir à la capture de nombreux civils. D'ailleurs c'est de nouveau l'histoire d'Ymir (chapitre 122), avec la capture de nombreux civils. 4) Mais le temps manque : C'est clair que le temps va cruellement faire défaut aux armées étrangères. C'est pour cela que les dirigeants doivent prendre plusieurs mesures : - ordonner à l'armée de résister, pour essayer de gagner un peu de temps. - évacuer une partie de la population, pour avoir encore un peuple à diriger. - tenter la contre-attaque, pour pouvoir négocier avec Eren. Tout cela est certainement vain, à moins que comme je l'ai suggérai dans mon premier message, l'invasion ait déjà commencé et que des ennemis aient déjà débarqué avant même le début du grand terrassement. Conclusion : Voilà, @Tablis et @Lung, vous avez 70% de chance d'être dans le vrai, car les problèmes techniques (surtout au niveau du temps) que vous soulevez, sont réels. Néanmoins, je continue à avoir des doutes. D'ailleurs quand je pense aux débats sur le forum, sur le fait que montrer dans une oeuvre de fiction, qu'un génocide sauverait la patrie d'Eren, je me dis que ce double génocide résoudrait le problème : Le génocide mondial n'a pas sauvé Paradis, puisque pendant ce temps une armée mondiale a massacré les Paradisiens. Pour finir : Ce serait incroyablement osé, comme tu dis ! Et ça, c'est carrément la façon de faire d'Isayama !
  14. @Lung, je vois que le principal point de désaccord est sur le force de frappe. Je vais donc y revenir, mais commençons par le commencement. I) Le grand terrassement : un fonctionnement inconnu : 1) Peu d'informations... : Les dirigeants mondiaux apprennent que le grand terrassement est lancé. Jusqu'à là tout va bien. Le problème est qu'ils n'ont pas vraiment d'idées sur comment il fonctionne ! Ils en savent même moins que nous sur le sujet. Ils savent que les colossaux sont contrôlés par le titan originel (Willy Tieber l'a expliqué dans son discours, chapitre 100) et ils doivent aussi avoir compris qu'Eren peut communiquer avec les Eldiens grâce à l'Axe. Ils doivent agir juste avec ces informations. 2) ... beaucoup d'inconnus... : Comme je le disais, nous les lecteurs avons des informations dont ne disposent pas les dirigeants : Le premier problème est qu'ils ignorent où se trouve l'originel. Ils ignorent peut-être même l'existence du titan "stégosaure". Il ont donc deux options : - L'originel est avec les colossaux. - L'originel est resté sur l'île du Paradis et contrôle les colossaux à distance. Le second problème est qu'ils ne savent pas comment Eren peut communiquer avec ses partisans. Ils ont de nouveau deux options : - Il communique avec ses hommes de façon "classique" (parole, message...) - Il peut communiquer avec ses hommes avec l'Axe (par télépathie, quoi...). 3) ... et une solution : En clair, les dirigeants mondiaux n'ont pas beaucoup d'option : - Si l'originel est sur l'île du Paradis, il faut aller frapper là-bas pour stopper le grand terrassement. - Si l'originel est avec les colossaux, il est inatteignable ! Du coup, il vaut mieux aller frapper durement Paradis et laisser les partisans d'Eren l'appeler à l'aide pour qu'il revienne avec les colossaux pour sauver l'île ! Voilà, avec le peu d'informations dont ils disposent, frapper Paradis est la seule solution envisageable. II) Un peu de temps pour agir : Dans la situation actuelle, avoir un jour au lieu d'une heure pour agir est énorme ! Prenons par exemple, un port militaire. Si tu disposes d'une journée, tu as le temps d'embarquer des troupes, du matériel, des munitions et des provisions. Si tu dispose d'une heure, tu embarques en catastrophe tes troupes (avec à la limite leur paquetage) et c'est tout ! Cela change tout. Dans le premier cas, ta flotte garde une bonne capacité d'action. Dans le second cas, ta flotte ne sert pas à grand chose. Une ou deux journées peut permettre la contre-attaque du monde contre le grand terrassement. III) Une force de frappe limitée, mais utile : 1) La localisation des armées d'invasion : Dans mes souvenirs, Mahr disposait de trois ports militaires (dont celui de Revelio). Logiquement ces ports doivent être répartis aux quatre coins (sans mauvais jeu de mots) du continent Mahr pour permettre à la marine Mahr d'être active tout autour du continent. Les troupes d'invasions (Mahrs et non-Mahrs) doivent être cantonnées à proximité et n'ont peut-être pas encore été touchées. De plus, les troupes d'invasion non-Mahrs sont peut-être toujours dans leur pays et devaient partir depuis leurs ports militaires (pas très pratique, j'en conviens, mais possible). En tout cas, leur anéantissement est loin d'être sûr, surtout qu'Isayama brouille les cartes en ne nous montrant rien du grand terrassement. 2) Une force d'invasion opérationnelle... : Les armées mondiales disposent de quelques jours avant l'arrivée de colossaux. Logiquement, des stocks de munitions, d'armes, de provisions et de carburants ont déjà dû commencer à être constitués en préparation de l'invasion. Du coup, même si les stocks sont incomplets, les militaires peuvent déjà charger ce qui peut l'être avant l'arrivée des colossaux et agir avec cela. D'où l'importance des quelques jours gagnés. 3) ... mais peu nombreuse : En effet, les troupes d'invasion (ou de diversion) risquent d'être très peu nombreuses. Néanmoins, elles peuvent néanmoins disposer de stocks plus importants que ce que l'on suppose. Cela peut-être suffisant pour faire des gros dégâts à Paradis (d'ailleurs, il n'y a pas besoin d'un armement très poussé pour faire une génocide, quand on voit ce qui s'est passé au Rwanda) et ce serait suffisant pour remplir son objectif. 4) L'utilité de cette force : Plaçons-nous du point de vue des chefs militaires étrangers : - Si l'originel n'est pas sur Paradis et que la force de frappe est incapable d'anéantir les Paradisiens, elle peut se contenter de faire diversion en faisant le plus de morts possible, pour obliger Eren à revenir avec les colossaux pour repousser l'invasion. - Si Eren est sur l'île. Les militaires peuvent se dire qu'en débarquant avec les troupes qu'ils ont sous la main et leurs meilleurs armes (notamment les fameux canons anti-titans), ils ont une chance d'abattre l'originel pour stopper ainsi le grand terrassement (sans rire, c'est à peu prêt le même plan que l'alliance). Conclusion : Finalement, Mme Azumabito aurait eu raison en suggérant que les conflits allaient continuer sur Paradis (même si elle pensait plutôt à une guerre civile entre Paradisiens). En tout cas, vu la situation actuelle (Paradis qui ne s'attend pas à une contre-attaque, les défenses inefficaces), il ne faut pas sous-estimer l'impact d'une troupe ennemie (même peu nombreuse) qui débarquerait sur l'île. Il faut aussi avoir bien à l'esprit que les chefs adverses doivent réfléchir d'une manière "classique" (vaincre l'ennemi en abattant son chef, détourner l'armée adverse en menaçant son territoire...). Ce raisonnement peut nous paraître bizarre, car nous avons plus d'informations qu'eux : nous savons qu'Eren ne peut pas (visiblement) communiquer avec ses partisans et nous savons où il se trouve (avec les colossaux).
  15. @Lung, ton avis est intéressant. Selon moi, il n'y a que 30% de chance que ce que j'ai dit se réalise, mais analysons quand même cela : 1) La nouvelle du grand terrassement : Le monde de SNK, sans posséder la télévision ou internet, dispose néanmoins de radios (sûrement à courte distance) et de téléphone. Les pays importants (ou au moins leurs capitales et donc leurs dirigeants) pourront sûrement avoir l'information avant la fin de la journée. Chaque pays possède sûrement des journalistes, des espions et des diplomates à Mahr, qui ont dû rapidement faire circuler la nouvelle (l'avis des ambassadeurs doit être quand même fiable et pris en compte). De plus, il y a les Eldiens qui partout dans le monde ont donné l'alerte (Comme le père d'Annie et ses compagnons à Revelio). Cela commence à faire beaucoup de personnes donnant le même signal, ce qui donnerait à réfléchir à n'importe quel dirigeant. Enfin, Willy Tieber avait clairement annoncé cette menace avant de se faire dévorer par Eren (chapitre 100). Dans l'esprit des dirigeants, cette menace existe certainement donc bel et bien et ils vont sûrement la prendre au sérieux. 2) L'intérêt de frapper l'île du Paradis : L'intérêt est simple : la diversion ! Le grand terrassement est en marche et ne peut être stoppé par les armées humaines. La seule solution militaire consisterait à détourner Eren de leur pays. En attaquant Paradis, ils peuvent espérer qu'Eren retournera là-bas pour défendre son île. C’est la seule attaque qui a une chance de fonctionner et elle permettrait au moins de gagner un peu de temps. Justement, mais l'intérêt d'un gouvernement est de pouvoir mettre plusieurs moyens en route en même temps. Là, ils doivent donc : - Tenter de mettre les civils à l'abri (évacuation par bateaux, dans les montagnes... partout où ils peuvent être à l'abri). - Essayer malgré tout d'organiser une défense face aux colossaux (même si c'est peine perdue). - Se coordonner avec les alliés pour mettre les efforts en communs (même si là, le temps fait cruellement défaut). - Tenter de détourner l'adversaire de son pays (ici en essayant de le faire revenir à Paradis). 3) La force de frappe était en train de se constituer : Ce que tu dis est pertinent, mais il faut prendre en compte un aspect de la situation. Cette invasion était déjà en préparation. Les armées mondiales prévoyaient d'attaquer Paradis depuis Revelio. Donc, il y a certainement un noyau de troupes, avec des munitions et du matériel qui est prêt à l'emploi, mais pas aussi nombreux qu'il aurait fallu. Une situation désespérée exige des mesures désespérées ! Les militaires peuvent décider d'envoyer les quelques troupes déjà prêtes et tenter le tout pour le tout. Il faut le dire : ils n'ont plus d'autres cartes à jouer. Les pays disposent quand même de moyens de transport, plus ou moins efficace (le chemin de fer). Et comme je le disais, ils vont sûrement envoyer, les troupes qui sont déjà prêtes et tenter de se battre juste avec ça. 4) Auront-ils le temps ? : Bien vu ! Après, si le corps expéditionnaire envoyé comprend juste les hommes qui sont prêts, cela peut inclure seulement 10 000 hommes par exemple, par contre il est vrai qu'ils ne vont pas parcourir 5 600 km (distance Inde - Madagascar, dans notre monde) super rapidement. Les navires de guerre de l'époque ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Dreadnought ) avaient une vitesse d'environ 40 km/h. Donc, il faudrait plusieurs jours pour arriver, trop tard pour empêcher quoi que ce soit. A moins que des troupes soient déjà à l'oeuvre, comme je l'avais suggéré. Conclusion : Je dirais 30 % pour que mon hypothèse soit juste. Mais les autres pays doivent faire quelque chose pour échapper à leur destin. Fuir évidemment, se défendre sûrement et contre-attaquer peut-être.
×
×
  • Create New...