Jump to content

Bienvenue sur les Forums Mangas France.

Lors de votre inscription, merci de vérifier vos SPAMS. Le mail de confirmation y va à quasiment à chaque fois.

 

Pour lire vos mangas préférés, une seule adresse :

SCANTRAD FRANCE

Bon surf sur nos forums !



Rouletabille

Members
  • Content Count

    82
  • Donations

    0.00 EUR 
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4

Rouletabille last won the day on March 11

Rouletabille had the most liked content!

Community Reputation

109 Excellent

1 Follower

About Rouletabille

  • Rank
    Pirate

Recent Profile Visitors

963 profile views
  1. Rouletabille

    Snk 130

    Tu sais @papillonrouge24, j’ai eu à peu près la même idée. Mais, je vois plutôt le trio Eren – Floch – Historia comme un reflet « maléfique » de l’alliance. En fait, le trio est à beaucoup de point de vue, l’inverse de l’alliance. Plus sombre, mais aussi plus efficace. I) Des motivations communes : 1) Sauver la patrie : Eren, Floch et Historia ont un point commun : ils veulent sauver Paradis. Eren l’annonce clairement : « Mon objectif est de protéger la population de cet endroit où je suis né et où j’ai grandi. (Chapitre 123) ». Historia dit clairement qu’elle veut « préserver cette île (chapitre 130) ». Pour Floch, son fanatisme pro - Eldia est clair depuis longtemps et il le montre clairement au chapitre 129, en s’auto-proclamant « sauveur d’Eldia ». Le trio s’oppose ici à l’alliance. Hansi annonce aux guerriers Mahrs (Annie, Reiner, Gaby et Peak) que « la destruction de Revelio et de Mahr serait inévitable ». Hansi veut inciter les Mahrs à renoncer à leur patrie, pour sauver l’humanité en général. Au nationalisme violent d’Eren, elle oppose un « mondialisme » humaniste. 2) Sauver leurs proches : Vous pensez évidemment à Eren. Il annonce clairement à Historia qu’il refuse de la sacrifier, elle et sa descendance. Historia est son amie (et peut-être plus) et il veut donc la sauver. Mais Floch est bien plus éloquent, en disant à ses hommes de sauver « nos parents, nos frères, nos sœurs et nos enfants. » Il motive habilement ses troupes, en leur rappelant que protéger la patrie, c’est protéger ses proches. Hansi (encore elle) est à l’opposé de cela. Elle explique aux guerriers mahrs qu’il est trop tard pour sauver Revelio (et donc leurs familles), mais qu’à la place il faut sauver « de parfaits inconnus ». Cette idée généreuse tombe à plat avec Annie (mais semble toucher Gaby). Quand on y pense, la plupart des Paradisiens de l’alliance n’avait plus de famille (à part Jean), du coup l’argument de les protéger ne les touche plus (c’est pour ça, que Conny décide de ne pas sauver sa mère). 3) Et se venger : Eren repense à sa mère au moment de détruire Revelio. Il veut se venger de ce que Mahr a fait. Floch est sur la même longueur d’onde. Au chapitre 102, il rappelle clairement à Jean, les massacres commis par les Mahrs sur Paradis. Seule Historia est réservée à ce sujet. Mais on sent bien comme l’analyse @Machiavel, c’est : D’ailleurs quand Eren dit qu’il va « en finir pour de bon avec ce cycle de haine et de vengeance », il va simplement se venger et … s’assurer qu’aucun ennemi ne vienne pour le lui reprocher. L’alliance est construite à l’inverse sur la collaboration Eldien – Mahr et le pardon. La discussion au chapitre 127, où chacun a vidé son sac et les excuses du maréchal Magath au chapitre 128, sont là pour illustrer cette pensée. Seulement, cette collaboration de circonstance se fissure déjà au bout de quelques chapitres. Au final, l’alliance est fragile contrairement au trio Eren – Floch – Historia. Mentalement, la réconciliation est difficile, la vengeance facile. II) Un groupe uni par Eren : 1) Une union de longue date : Floch n’avait pas menti : le plan d’Eren est muri depuis plusieurs mois (les discussions avec Floch et Historia vont dans ce sens). Du coup, le trio marche de concert depuis longtemps et aucun membre ne l’a abandonné (malgré les réserves d’Historia). Par contre, c’est Eren domine sans contestation le trio. Floch est un fanatique qui suit son leader et Historia est résignée. Et on a tous noté, la formation trop rapide de l’alliance. Le parallèle est maintenant clair : au trio Eren – Floch – Historia qui s’est formé depuis des mois, on oppose l’alliance qui est récente. De plus, Hansi rappelle bien dés le départ à Jean et Mikasa qu’elle n’est plus leur supérieure (chapitre 127), donc les membres sont plutôt égaux entre eux (surtout avec la mort de Magath), à l’opposé d’Eren qui s’impose à ses coéquipiers. Mais faute de meneur, l’alliance commence déjà à s’effriter, quand Floch et Historia restent fidèles à Eren. 2) Avec un écrasement de la conscience : D’ailleurs, Eren n’y va pas par quatre chemins avec Historia : soit elle peut supporter ses scrupules, soit il lui efface la mémoire. Pour lui, il faut faire taire sa conscience pour pouvoir régler définitivement le compte aux ennemis. L’alliance a fait le choix inverse : on écoute et on suit sa conscience. C’est d’ailleurs ça qui pousse Jean à rejoindre ce groupe. Les Paradisiens ont aussi des scrupules à attaquer leurs anciens camarades (chapitre 128), là où Floch et les Jaegeristes ne se sont pas gênés pour commettre des exactions (tentative de meurtre de Livai, passage à tabac de Shadis, exécution sommaires…). Je ne sais pas si ce combat, va avoir des répercussions sur la détermination de nos héros. Mais je suis sûr qu’Hansi n’aura pas de cas de conscience à ce sujet. Je suis persuadé qu’elle veut surtout se venger des exactions commises par les partisans d’Eren. Sans cela, elle n’aurait sûrement pas choisi de combattre violemment les hommes de Floch. D’ailleurs, je sens que s’il s’introduit sur le bateau, ils se feront face. III) Une efficacité que tout oppose : 1) Un leadership déterminé : Un peu bizarre de dire que les Jaegeristes sont efficaces après la déroute du port (chapitre 128 – 129). Mais je note qu’en terme de leadership, Floch a réussi à motiver ses troupes. Il était énergique, déterminé et clair. Il n’est pas le bras droit d’Eren pour rien. Eren, quand il parle à Floch ou Historia, a une froide détermination et se montre franc. Et finalement, ils acceptent de le suivre. C’est le jour et la nuit, par rapport à l’alliance ! Je trouve qu’Hansi (qui est à l’origine de l’alliance) n’est ni claire, ni énergique. A la base (chapitre 127), elle n’a rien à proposer quand Jean demande quoi faire si le monde veut les exterminer. Elle reste très vague. Tout comme au chapitre 130, elle ne dit rien sur la façon de stopper Eren, alors qu’Annie a mis le sujet sur le tapis. D’ailleurs face à Annie, elle semble molle quand elle tente de la remotiver. Tout le contraire, du Floch énergique qui harangue ses troupes au chapitre 129. Par-dessus le marché, j’ai de plus en plus l’impression qu’Hansi n’est pas franche ! Au chapitre 127, face à Jean et Mikasa, elle se montre d’abord amicale et humble pour discuter (elle rappelle qu’elle n’est plus leur supérieure), mais elle s’énerve et tape du poing sur la table pour imposer son point de vue. Elle a aussi, l’habitude de faire parler les morts dans son sens. Au chapitre 127, elle prétend que les membres du bataillon d’exploration seraient contre le génocide et au chapitre 130, elle dit aux guerriers que Magath ne s’est pas sacrifié « pour Revelio ou Mahr, mais pour que nous sauvions le maximum de gens ». J’ai relu le chapitre 129 et je ne vois pas où il a dit ça ! Et je ne vois pas non plus de plan pour stopper Eren. 2) Un plan clair : C’est le dernier point ! Eren avec le grand terrassement a un plan clair (mais un peu radical) pour résoudre le problème : - Prise de contrôle de Paradis (meurtre de Zackley, ralliement contraint de l’armée). - Déclenchement du grand terrassement par Eren (qui neutralisera la menace extérieure). - Capture des mercenaires (devenus dangereux) et maintien de l’ordre par Floch. Le plan a été très efficace et les ennemis (militaires et mercenaires) n’ont pas pu faire grand-chose. De l’autre côté, l’alliance navigue à vue. De plus, alors qu’ils ont parlé franchement de leurs vieilles haines entre Mahrs et Eldiens, ils sont incapables de s’exprimer sur quoi faire face à Eren. Tout comme Hansi, ils restent vagues (on va discuter) et évitent les sujets épineux (si Eren veut continuer, on fait quoi ?). A mon avis, ce manque de clarté va leur coûter cher (peut-être même avant de retrouver Eren). Conclusion : Pour moi, Eren – Floch – Historia ne remplacera pas Eren – Mikasa – Armin. En revanche, ils sont le côté « obscur » d’Eldia : nationaliste, vengeur et violent mais organisé et efficace. A l’inverse, l’alliance représente le côté « lumineux » d’Eldia : ouvert, réconciliateur et pacifiste, mais sans solution. J’ai beaucoup chargé Hansi pour les défauts de l’alliance, mais ses défauts (en tant que leader) me paraissent trop évidents. Je sens qu’Isayama va la faire disparaître (peut-être par le biais de Floch) et qu’un nouveau leader va remettre l’alliance sur les rails.
  2. Rouletabille

    Snk 130

    Il est arrivé ! Le chapitre 130 est là. Je regrette de ne pas parler Coréen, mais je vais quand même analyser à partir des seules images. Si vous n’avez pas lu (ou vu) le chapitre, ne lisez pas, car je dis tout ! Vous êtes prévenus. I) L’alliance : une épée bien fragile : 1) Un affaiblissement psychologique : Pour Annie, Reiner et Gaby, c’est clair : Revelio a dû être anéantie et avec la ville, ce sont leurs familles qui ont été impitoyablement massacrées. Du coup, Annie refuse de poursuivre le combat, maintenant que son père a probablement été tué. Elle n’a plus de raison de se battre. Finalement, elle a toujours fait bande à part et elle continuera comme ça jusqu’au bout. Reiner et Gaby accusent le coup et ne bronchent pas. Il faut d’abord digérer la nouvelle. Eux qui étaient autrefois déterminés, voient qu’ils auront été incapables d’empêcher quoi que ce soit. On le sent bien : pour les sauveurs du monde le moral est bien bas… et ils ne sont toujours pas face à Eren et aux colossaux. 2) Pour l’instant, l’incapacité d’agir : C’est bien connu : quand le temps manque, le stress augmente. Et c’est ce qui arrive ici. Nos héros sont pour l’instant bloqués dans un bateau qui avance lentement. Et pendant qu’ils se trainent comme des tortues, Eren ne perd pas de temps lui. De plus, certains membres de l’alliance sont physiquement affaiblis. Armin n’en finit pas de se régénérer et doit encore être soutenu par Conny. Falco est absent, il se remet sûrement de sa transformation en titan mâchoire. Livai n’apparait pas non plus. Isayama nous présente une alliance au plus bas. Est-ce pour mieux nous surprendre ? Probablement. Mais il va d’abord falloir résoudre un gros problème : celui du leader ! 3) Une panne de leadership : Magath est mort, paix à son âme. Et pourtant qu’est ce que ses guerriers auraient besoin de lui ! Il aurait su trouver les mots pour les remotiver (il les connait depuis l’enfance). Finalement, sa mort conduit à un vide au niveau du commandement. Après il y a toujours son homologue eldienne : Hansi. Mais c’est définitif (pour moi) : elle n’arrive décidément pas à être un leader à la hauteur. Elle semble abattue sur les quelques images où elle apparait. Comment les troupes peuvent-elles se reprendre sans l’exemple du chef ? Elle a embarqué les autres dans cette alliance et maintenant ? Qui reste-t-il comme meneur ? Peak pour les Mahrs et Jean pour les Eldiens. Mais ni l’un ni l’autre ne disent un mot. Les autres auraient bien besoin qu’ils parlent. Pour moi, c’est catastrophique : pas de chef, pas de stratégie, motivation en berne, inaction temporaire. C’est une situation désespérée ! II) L’humanité est acculée : 1) Une défense… inefficace : On revient du côté des colossaux et du grand terrassement. Cela fait plaisir ! Le grand terrassement fait ses premières victimes sur le continent ! L’humanité est au courant de ce qui l’attend ! J’en avais longuement débattu lors du dernier chapitre et finalement, l’alerte a bien été donnée. La flotte et l’armée de terre sont prêtes à recevoir les titans. Aucun civil n’est en vu, donc l’évacuation a dû être ordonnée (du coup, les familles Braun et Leonhart ont dû échapper à la mort). Donc, les humains ont pu se préparer à agir. En tout cas, l’armement traditionnel est totalement inutile ! Cela ne ralentit même pas les colossaux qui balaient tout devant eux. C’est un classique des mangas : les armes « ordinaires » sont inefficaces. Et seuls, les héros avec leurs armes spéciales (pouvoir de titan et équipement tridimensionnel) peuvent conjurer la menace. En tout cas, ce que l’on voit ici (évacuation des civils et résistance des militaires) risquent bien d’être vu partout ailleurs (avec aussi peu de succès). Je me demande si les militaires vont essayer autre chose et … je crains le pire ! En effet, l’alliance doit aller dans un port Mahr, pour préparer l’avion. Or, ils sont tous Eldiens (sauf les Azumabito), du coup, les Mahrs pourraient les considérer en ennemi… alors qu’ils sont leurs sauveurs ! 2) Situation inverse à celle du début : SNK revient à ses débuts avec les titans qui vont massacrer l’humanité. Sauf que là, les rôles sont inversés. Avant, Mahr envoyaient les titans contre Paradis, maintenant Paradis envoie les titans contre Mahr. Le petit flashback d’Eren sur le mort de sa mère est éloquent : il rend les coups à ses ennemis. On voit d’ailleurs le titan d’Eren (qui remplace le colossal dans le rôle d’antagoniste principal). Je dois dire une chose. Ce titan est aussi terrifiant que grotesque ! Sérieusement, on voit clairement une cage thoracique, des bras et une tête à l’avant. On avait autrefois vu des jambes à l’arrière. Et entre ces deux parties, il y a une colonne vertébrale et ces espèces de côtes qui me font penser au … parasite d’Ymir. Bizarre ! III) Eren et le grand déballage : 1) Yelena et Sieg et leur plan périmé : Isayama détourne habilement ses lecteurs de ce titan monstrueux, en leur donnant une carotte … ou plutôt plusieurs carottes ! Pendant longtemps, on s’est demandé ce qu’Eren avait pu dire à Yelena. On s’était aussi demandé ce que lui et Sieg préparaient. Ça, c’était avant le plan d’euthanasie de Sieg et la trahison d’Eren. Du coup, ce que Yelena avait dit à Eren n’a plus d’importance ! Eh bien, Isayama peut nous le balancer pour satisfaire notre curiosité. Et il ne s’arrête pas là. 2) Floch : pas si menteur : Nous nous étions également demandés si Floch ne se donnait pas de l’importance en prétendant qu’Eren l’avait informé de tout depuis des mois. Maintenant, qu’on a quitté Paradis et que nos héros ont échappé aux Jaegeristes (avec incertitude sur le sort de Floch), ce point n’a plus besoin d’être gardé secret. Et de deux ! Isayama déballe la conversation. Floch a donc espionné la discussion de Yelena et Eren, avant d’avoir une discussion avec ce dernier. Visiblement, Floch disait vrai. Au final, il me donne l’impression d’être assez brave et fidèle à Eren. Tout le contraire du Floch lâche et opportuniste, que l’on pouvait avoir. Et Isayama enfonce le clou en nous montrant Historia. 3) Eren : le père du bébé ? : C’est un point qui a été très débattu : Eren est-il le père du bébé ? On va peut-être avoir la réponse. En tout cas, Historia semble être au courant du plan d’Eren depuis longtemps. Et … elle n’a rien fait pour l’empêcher. Quand elle disait qu’elle était « une ennemie de l’humanité », ce n’était pas du pipeau ! En tout cas, je constate qu’elle en savait plus que les autres (Mikasa, Jean, Armin…) et qu’elle a choisi le parti d’Eren (par amour ? par instinct de survie ? pour le bien de Paradis). J’attends de voir la suite. Conclusion : Quand nous aurons les versions anglaise et française, nous aurons sûrement un grand déballage d’informations. De quoi alimenter nos théories. Je suis impatient !
  3. Rouletabille

    Wakfu

    @I shiro, c'est un plaisir de débattre avec toi ! Reprenons les choses : I) L'antagoniste de cette saison 4 : 1) Un mystérieux losange rouge : La seule attaque que l'on voit, c'est un mystérieux cataclysme qui s'abat sur le monde des 12. Il semble venir du ciel, comme une pluie de météorites. Jusqu'à là, on ne sait pas ce que c'est. Ensuite, Tristepin puis Yugo font face à un gigantesque losange rouge. C'est probablement le mystérieux adversaire ou alors une sorte de portail (comme l'hyperzaap de la saison 3, qui mène à l'Inglorium). Mais l'identité de l'ennemi reste inconnue. 2) Les Méchasmes : Ils semblent être les méchants les plus évidents : - Ils sont annoncés depuis longtemps et le problème avec eux, n'est pas réglé. - Ils voyagent dans l'espace. - Ils ont une puissance de frappe suffisante pour détruire une planète. J'entends bien tes arguments : Pour moi, quand on est gentil avec eux, ils le sont en retour. La preuve, ils cohabitent avec les Eliatropes pendant des années (Voir le manga Wakfu, volume 4). Par contre, quand on les attaque, ils sont impitoyables et vengeurs (Toujours le volume 4 du manga Wakfu). C'est vrai et les Eliatropes arrivent bien à leur faire comprendre leurs intentions pacifiques à la base. Ils ont eu l'air de communiquer par geste dans le manga (par contre, je n'ai pas vu les Méchasmes parler, peut-être qu'ils ne parlent pas). Après le vol, les Méchasmes se sont dit qu'ils étaient en présence d'un peuple traître et que la négociation serait une tromperie. Pour les Eliatropes, ils ignoraient le vol commis par Qilby et ont peut-être pensé que les Méchasmes étaient en réalité belliqueux (et Qilby a sûrement abondé en ce sens). Après même si les Eliatropes avaient essayé de communiquer, faire comprendre des choses abstraites (comme : "que vous a-t-on fait" ou "on y est pour rien") n'est pas simple. 3) Qilby : Le rôle de Qilby semble mystérieux pour l'instant. Il utilise visiblement l'éliacube et ne semble pas "guéri" du côté obscur. Est-il l'organisateur de tout cela ? (Comment ? mystère). Dans un sens, il avait donné la position des Eliatropes aux Méchasmes par le passé, provoquant la destruction de leur seconde planète. Est-il un allié qui aide ? Un allié qui apporte des informations ? Un ennemi déclaré ? Un ennemi complotant ? 4) Les Dieux : A la fin de la saison 3, nos héros et la fratrie atterrissent dans l'Inglorium (le domaine des dieux). En théorie, on devrait voir ceux-ci. Bizarrement, l'intrigue se déroule à nouveau dans le monde des 12. L'hypothèse (peu crédible) serait que les dieux mécontents de leurs créations provoquent un cataclysme (comme le déluge de Noé) pour détruire les habitants du monde des 12 et refaire un nouveau monde. Sinon une autre hypothèse (plus crédible) est que les dieux ont été attaqué par un ennemi (quand nos héros arrivent l'Inglorium semble désert) et que celui-ci après leur avoir réglé leur compte va attaquer le monde. Je crois que dans le manga Dofus (que je n'ai pas lu), il y avait un ennemi surpuissant (Cornu Mollu) qui avait terrassé le dieu Iop. 5) Yugo : Hypothèse folle, mais il fallait que je la sorte. C'est ce que j'ai pensé en voyant le trailer pour la première fois. Il semble avoir grandi, alors que les autres ont gardé le même âge (le bébé d'Eva n'a pas l'air d'avoir grandi). Il semble calme, beaucoup trop calme, par rapport à avant. De plus, il utilise deux épées contre une épée et un bouclier auparavant. Cela indique qu'il est désormais plus offensif qu'avant et surtout... l'une des épées est rose, ce qui indique qu'elle doit être faîte en stasis. Or c'est normalement interdit aux Eliatropes de l'utiliser (à ce que j'avais lu). En tout cas, il a beaucoup changé. Est-il devenu fou, à cause de ce qui l'a fait grandir subitement ? Peut-être. Après, il faut attendre d'en savoir plus. Peut-être même que l'ennemi sera un nouveau venu (sans être annoncé, ce serait un peu dommage). II) Les protagonistes de la saison 4 : 1) Yugo et Tristepin : ils se battent (presque) seuls : Si Yugo est resté gentil, on ne le voit pas en compagnie de ses amis. C'est inhabituel, mais cela arrive. On le voit foncer seul sur le losange. Je trouve ça un peu anomal qu'on ait pas la confrérie du Tofu réunie pour faire face. Idem pour Tristepin. Même si pour lui, c'est plus habituel de se retrouver seul face à un ennemi, on a l'impression qu'il va tenter de tout régler seul (avec l'aide de Rubilax). Et ça, il l'a déjà fait pour soumettre Rubilax (saison 1), pour affronter Rushu (dans la saison 2), quand il était le dieu Iop (dans les OAV) et pour faire face à Goultard (saison 3). 2) Amalia, Evangelyne et Ruel : les victimes : Plus la série avance, plus ces trois-là sont cantonnés au second plan (pour les combats, pas pour l'intrigue). Ici, c'est pareil : - Amalia pleure pour son royaume dévasté. - Evangelyne tente de protéger son bébé et ... c'est lui qui la sauve ! - Ruel et les membres de la Fratrie s'abritent derrière un bouclier d'énergie, mais on voit qu'ils ne peuvent pas empêcher le désastre. Bref, ces personnages semblent encore une fois devoir laisser les autres résoudre les problèmes. Dommage, j'aimais bien dans la saison 1, quand toute l'équipe faisait face à l'ennemi. 3) Elely et Flopin : la relève : Eux semblent gérer tranquillement, ce qui leur tombe dessus. Leur amitié (fraternelle) s'est renforcée (ils se tapent la main). Les OAV et la saison 3 les avaient mis en avant dans la confrérie. Donc pour moi, ils sont là pour prendre la relève de la génération précédente et cette saison va être pour eux, l'occasion d'être les vrais héros. 4) Adamaï : un sort encore inconnu : La seule image d'Adamaï est quand il tombe avec les Dofus. Comme d'habitude, il va être mis sur la touche (possédé par un shushu dans la saison 2, se disputant avec Yugo dans les OAV, du côté de la fratrie dans la saison 3). En tout cas, je ne le vois pas faire quoi que ce soit de décisif. Désolé, mais son seul vrai moment avec la confrérie du Tofu, c'est la fin de la saison 1. Voilà, c'était mes spéculations du jour sur cette bande - annonce. J'attends d'en savoir plus avec impatience pour voir comment cette saison s'oriente.
  4. Rouletabille

    Wakfu

    Nous sommes donc d'accord. Comme tu dis, il est fort probable, qu'ils soient furieux : on a détruit quelque chose qui leur appartenait (l'éliacube). Du coup, ce n'est pas totalement équitable. Si les Méchasmes ont détruit la planète des Eliatropes, juste pour le vol de l'Eliacube, que se passera-t-il si on le détruit ? Quelle est la solution ? La mort des Méchasmes serait un peu injuste : à la base, ils sont victimes. C'est Qilby qui a attaqué l'un des leurs : Orgonax. Pourquoi, les Eliatropes n'ont pas négocié ? Plusieurs raisons possibles : - Les Méchasmes ont refusé (ils ont été attaqués en traître, ils n'ont plus eu confiance en les Eliatropes). - La communication est difficile (ils venaient d'une autre planète, alors il y a la barrière de la langue). - Les nature violente des Méchasmes (visiblement, quand ils en veulent à quelqu'un, ils ne font plus aucune concession...) Finalement, je me rends compte que ce sera une situation désespérée. C'est intéressant, je suis curieux de voir comment Yugo et les autres vont s'en sortir. Justement c’est ça le problème car il ne sert désormais à rien, à part pour retenir le traite. Et cet artefact a été l’axe/le moteur de bien des ennuis et ce bien trop souvent. Ce serait ennuyeux et facile de se limiter uniquement à ça Justement, j'ai déjà entendu parler de cela à propos de Wakfu ! Dans la saison 3, on apprend qu'Oropo et la Fratrie sont responsables de... presque tout : - Le chaos d'Ogrest, en lui enlevant celle qu'il aime. - Nox, en lui faisant trouver l'éliacube. - Dans les OAV 1 et 2, ainsi que la saison 3, ils sont les antagonistes. Sur internet, certains avaient trouvé trop facile et réducteur que la Fratrie soient au centre de pleins de cataclysmes du monde des 12. Le problème est que si Ankama l'a fait une fois, il peut recommencer. Mais bon ! Ayons confiance en Ankama, pour nous surprendre !
  5. Rouletabille

    Wakfu

    Si c’était aussi simple, tu crois pas que les Eliatropes aurait donné le cube depuis le début ? Je pense qu’il faut bel et bien détruire cette source d’énergie car il est problématique pour le monde. Justement, je n'ai pas précisé le sort de l'éliacube. J'ai dit que le problème l'entourant devrait être réglé définitivement. Cela peut-être : - Le détruire (problème définitivement résolu : personne ne l'aura). - Le rendre aux Méchasmes (contre un traité de paix... à voir s'ils sont prêts à discuter et s'ils sont du genre à respecter leurs promesses). - Le cacher dans un lieu secret (mauvais plan : un nouveau Nox pourrait le trouver). - Le mettre sous très bonne garde (mauvais plan : à chaque fois qu'ils ont fait cela, ils se font voler). J'ai préféré ne pas trop m'avancer sur le sort de l'éliacube. Pour moi, il serait bien que le problème qu'il pose soit réglé dans cette saison (surtout si elle conclut la série), mais Ankama pourrait vouloir le conserver pour créer de futurs scénarios (et de nouveaux ennuis aux héros).
  6. Rouletabille

    Wakfu

    Oui, tu as raison. Mais si tu donnes la clef au mechasmes, ils vont faire comment pour revenir ? Je trouve que ça revient à la même. Pour ça, le problème est résolu : sur le trailer, on voit les Eliatropes qui sont dans le royaume Sadida (le passage de 15 secondes à 20 secondes). Donc plus de soucis pour Emrub. Pour Qilby dans la dimension blanche, ce sera un autre problème si on en donne la clé aux Méchasmes (surtout pour Qilby qui les a attaqué par le passé). En tout cas, l'intrigue autour du peuple de Yugo enfermé dans sa dimension est résolue : les Eliatropes ont (enfin) pu sortir et se sont établis au royaume Sadida. Par contre, je remarque que l'éliacube est à chaque fois au coeur de l'intrigue de Wakfu : - Saison 1 : Nox s'en sert pour faire fonctionner son horloge géante et accomplir son plan. - Saison 2 : Qilby le récupère pour retrouver ses pouvoirs et faire alliance avec Rushu. - Saison 3 : Oropo l'a récupéré (comment ?) et veut l'utiliser avec les Dofus pour créer une bombe surpuissante. De plus, les ennuis ont commencé pour le peuple éliatrope, quand Qilby a arraché l'éliacube aux Méchasmes. Ce serait logique que la série se conclut avec les Méchasmes qui viennent reprendre le cube. Et une seconde intrigue est bouclée : le problème de l'éliacube devrait être définitivement réglé. Et dernier point, les Méchasmes ont toujours été évoqués, mais ne sont jamais vraiment apparus (à ma connaissance). Depuis le temps, j'ai vraiment envie de les voir. Alors j'espère qu'ils vont apparaître histoire que cette intrigue là, connaissent aussi son dénouement.
  7. Rouletabille

    Wakfu

    C’est pas vraiment de l’altruisme si ça lui permet de retrouver partiellement ou définitivement sa liberté. Il ne peut pas se faire pardonner tout court. Pour le pardon : c'est vrai que pardonner est un terme un peu trop fort. Je ne dis pas que les autres Eliatropes vont le considérer de nouveau comme l'un des leurs et le laisser vivre parmi eux comme autrefois (avant l'arrivée des Méchasmes). Ils pourraient (si Qilby est toujours en vie à la fin de la saison 4) le laisser vivre à l'écart (sûrement pas parmi eux) et sous surveillance (en cas de nouveau complot de sa part). Liberté surveillée, donc. Dans leur esprit, les Eliatropes lui en voudraient encore (le pardon ne lui est pas accordé), mais leur hostilité à son égard aurait quelque peu diminué, suffisamment pour qu'on ne le garde pas enfermer à perpétuité. Pour l'altruisme : à la base, il peut agir par intérêt (pour sortir de sa prison), mais évoluer au fil de la saison au contact des autres. C'est un peu court de faire ça en 13 épisodes. En plus, la dernière fois qu'il a été au contact des autres (au royaume Sadida), cela ne l'a pas fait évoluer... Néanmoins, s'il revient en tant que méchant, il serait bien (de mon point de vue) qu'il subisse une évolution (qui peut être différente de ce que je prédis), pour ne pas faire une redite de la saison 2. C'est une question difficile ! Je dirais que cela dépend des personnes. Pour certains, on peut avoir de l'empathie pour un vilain, même s'il n'est pas mort, à condition qu'il ait une histoire assez développée qui explique bien les raisons de ses actions maléfiques. Pour moi, le cas d'Ombrage, le Shushu de Wagnar, est assez touchant. Pour d'autres, en mourant le vilain constate l'échec définitif de ses projets... et du même coup de l'oeuvre de toute sa vie. C'est ça qui peut rendre empathique le créateur (ou le spectateur). Par exemple, Nox meurt car il sait que son projet (retrouver sa famille) ne se réalisera jamais. Les deux points de vue se défendent, pour ma part, j'arrive à être empathique pour Qilby, car sa situation semble issue.
  8. Rouletabille

    Wakfu

    Le problème est que l'enfermement (long ou court) ne permet pas souvent de prendre conscience de ses erreurs. Il pousse généralement dans trois directions : - le désespoir (avec dépression, suicide...) - la revanche (se venger de ceux qui l'ont enfermé, donc c'est pire qu'avant) - la soumission (on respecte désormais les règles par peur et non par prise de conscience) D'ailleurs dans mes souvenirs, Yugo l'enferme pour qu'il ne puisse plus nuire, pas pour lui faire retrouver le droit chemin. Il s'en veut d'ailleurs de lui infliger cet enfer et de ne pas avoir trouvé une autre solution. Et justement l'arrivée des Méchasmes (s'ils sont les "méchants" de la saison) peut donner une solution. Les défauts de Qilby ont commencé à provoquer le malheur au moment de l'arrivée des Méchasmes. C'est le moment où Qilby bascule du "côté obscur". S'il fait face à ceux-ci, ce sera pour lui de "réparer" le mal qu'il a fait : - complotisme : il pourra protéger les Eliatropes, donc se faire pardonner de ses complots. - cruauté : pareil, en protégeant son peuple, il peut se faire pardonner notamment la mort de nombreux éliatropes. - égocentrisme : quoi de plus altruiste que de ses battre pour protéger les autres ? Ankama propose souvent des antagonistes complexes (et pas méchants pour être méchants), avec des fins à la hauteur (Nox, Ogrest...). Je suis sûr qu'ils donneront à l'intrigue autour de Qilby, une fin digne de ce nom.
  9. Rouletabille

    Snk 129

    @Tablis, j'entends bien tes arguments. C'est intéressant et cela va en faveur des 70% de chance que mon hypothèse soit fausse. Néanmoins, analysons mes bons amis ! I) La logique du tout pour le tout : 1) Il faut bien tenter quelque chose : Dans la situation actuelle des choses, les options des dirigeants sont limitées : - Fuir et attendre que l'orage passe : c'est sûrement la meilleure chose à faire (en mer, montagne, souterrains... et toute zone difficilement accessible). - Résister aux colossaux : le gros des armées mondiales va sûrement essayer, mais c'est perdu d'avance. - Se rendre : les colossaux ne sont pas très bavards et risquent forts de ne pas écouter. - Contre-attaquer : un coup de poker, mais qui est la seule chance de victoire. Voilà, dans le meilleur des cas, les populations peuvent fuir, se cacher et une fois les colossaux partis, tenter de survivre dans les ruines en vivant comme à l'âge de pierre. A court terme, c'est la meilleure solution, mais il y a les risque suivants : famine, épidémie et anéantissement en cas de retour des colossaux. Les dirigeants se doutent bien de tout cela. S'ils veulent avoir une chance de sauver la situation, ils doivent quand même tenter quelque chose. 2) La force d'invasion : juste ce qui est disponible : Justement je disais qu'ils allaient envoyer une force limitée (et pas toutes leurs forces), avec les troupes qui devaient servir au futur débarquement sur Paradis et qui sont déjà prêtes. Le reste de leurs armées (c'est à dire la très grande majorité), va plutôt servir à tenter de résister (en cherchant d'éventuels points faibles chez les colossaux), organiser l'évacuation de la population (ou au moins une petite partie de la population), protéger les dirigeants (histoire qu'il reste des leaders pour les survivants). Une contre-attaque est suicidaire ? Mais le reste l'est tout autant. Pour t'en convaincre, je cite Erwin Smith : "En cas d'assaut, Ce n'est pas le bouclier qui repousse l'ennemi, mais bel et bien l'arme qui est brandie contre lui." Après tu vas me dire que vu que les dirigeants de Paradis n'avaient déjà pas réussi à comprendre, alors les dirigeants mondiaux... 3) Les solutions audacieuses : ce que l'on fait en cas de crise : Quand on est acculé, on a tendance à prendre des décisions audacieuses, qui peuvent sembler folles. Exemple : si un homme est pris dans un immeuble en flammes, il aurait tendance à sauter par une fenêtre ou essayer de traverser les flammes en courant, plutôt que d'attendre de finir brûler ou asphyxier. Là, c'est pareil. En situation de crise extrême (guerre...), les militaires et les politiciens peuvent tenter de prendre des mesures irréalistes pour sauver la situation, alors qu'en temps normal, ils prennent des décisions ... euh ... enfin bref ... ce n'est pas le sujet ! Puisqu'on parle de leaders, parlons donc d'Eren ! II) Eren, cet adversaire mystérieux : 1) Un homme complexe : Je pense que les leaders mondiaux s'imaginent Eren comme un leader "classique" mais extrémiste (le discours de Willy Tieber allait dans ce sens en disant qu'il n'attachait aucune importance à la paix). Donc pour eux, il va réagir comme doit le faire un dirigeant classique : tenter de sauver la base de son pouvoir (son territoire et son peuple). En plus, même nous, les lecteurs, qui avons plus d'informations que les personnages, avons encore du mal à cerner Eren. Même ses propres amis (Mikasa, Armin...) sont sérieusement largués. Alors je ne te dis pas pour des ennemis comme les dirigeants mondiaux qui sont confrontés à lui pour la première fois. 2) Le fonctionnement de son pouvoir : Tu soulèves un point intéressant ! Eren peut-il donner des ordres d'une telle complexité à ses titans ? Là, ses ordres sont simples, du style : "vous me suivez ! Et maintenant, vous détruisez tout !" Mais s'il leur ordonne de faire demi-tour pour protéger l'île, vont-ils comprendre tout seul qui est l'ennemi et qui est l'ami. Le seul que nous avons vu contrôler des titans pour le moment est Sieg. Et il était toujours à proximité pour les diriger. D'ailleurs, ses ordres étaient relativement simples ("chargez", "tuez-le"...), rien de trop compliqué. Après, on ne peut pas être sûr. Mais c'est vrai que pour les armées étrangères, c'est une inconnue de taille ! III) La tactique : politique de la terre brûlée ou prise d'otage : 1) Une petite armée d'invasion : J'ai déjà parlé au-dessus de mon idée de "force d'invasion limitée". Ce n'est pas la peine d'y revenir. Par contre, je crois que tu exagères un peu pour l'armée Mahr. Armin a juste détruit la flotte principale. Or au chapitre 106, Yelena explique que la marine Mahr dispose de trois flottes et que l'armée de terre a un million d'hommes environ. Armin n'a pas massacré tout ça... ou alors : Armin : Eren ! Comment peux-tu massacrer autant d'hommes comme ça ! C'est horrible ! Eren : Armin, tu as massacré plus d'un million d'hommes à Revelio. Armin : Hein ? ... Moi ? ... Mais non, voyons ... Je ne ferais jamais ça... Voilà 😄 ! Bon, trêve de plaisanteries douteuses, revenons au sujet. Et Armin, désolé pour cette mauvaise blague. 2) La terre brûlée : Avec une petite force d'invasion, risque en effet d'être incapable de se maintenir sur Paradis. Donc à mon avis, ils vont opter pour la brutalité, histoire de compenser leur infériorité numérique. C'est un classique (regarder un peu comment les Mongols ont envahis la Chine) : - Les populations seront massacrées ou prises en otage. Le but est de terrifier les Eldiens (avec le risque d'avoir l'effet inverse !) - Les ressources seront pillés pour alimenter les envahisseurs et ce qui ne peut être pris sera brûlé. - Les villes et villages (ou ce qu'il en reste) seront brûlés, si il n'y a pas intérêt à les garder. Cela est déjà arrivé dans SNK, c'est simplement l'histoire d'Ymir (chapitre 122). Son peuple a été attaqué violemment et leurs maisons incendiées. Certes, la résistance de la population va compliquer la situation, mais je pense que l'ennemi ne va pas faire de détails et tous les traiter comme des combattants ennemis. Leur but est de faire une "guerre éclair" et donc ils ne vont pas prendre de gants. Est-ce que cela peut marcher ? Au début, oui avec l'effet de surprise. Après ce sera plus difficile, car les Eldiens auront le temps de se reprendre et de résister (comme tu l'as évoqué). 3) La prise d'otages : Je le sais bien, mais la meilleure solution pour les dirigeants mondiaux seraient de forcer Eren à négocier (je rappelle, qu'ils ne connaissent pas vraiment la personnalité d'Eren !). Et pour négocier, il leur faut un moyen de pression. Le seul possible à l'heure actuelle est de menacer son peuple (en partant de l'idée qu'il est un "leader classique") Donc, je pense que cette invasion en plus d'être brutale, va aboutir à la capture de nombreux civils. D'ailleurs c'est de nouveau l'histoire d'Ymir (chapitre 122), avec la capture de nombreux civils. 4) Mais le temps manque : C'est clair que le temps va cruellement faire défaut aux armées étrangères. C'est pour cela que les dirigeants doivent prendre plusieurs mesures : - ordonner à l'armée de résister, pour essayer de gagner un peu de temps. - évacuer une partie de la population, pour avoir encore un peuple à diriger. - tenter la contre-attaque, pour pouvoir négocier avec Eren. Tout cela est certainement vain, à moins que comme je l'ai suggérai dans mon premier message, l'invasion ait déjà commencé et que des ennemis aient déjà débarqué avant même le début du grand terrassement. Conclusion : Voilà, @Tablis et @Lung, vous avez 70% de chance d'être dans le vrai, car les problèmes techniques (surtout au niveau du temps) que vous soulevez, sont réels. Néanmoins, je continue à avoir des doutes. D'ailleurs quand je pense aux débats sur le forum, sur le fait que montrer dans une oeuvre de fiction, qu'un génocide sauverait la patrie d'Eren, je me dis que ce double génocide résoudrait le problème : Le génocide mondial n'a pas sauvé Paradis, puisque pendant ce temps une armée mondiale a massacré les Paradisiens. Pour finir : Ce serait incroyablement osé, comme tu dis ! Et ça, c'est carrément la façon de faire d'Isayama !
  10. Rouletabille

    Snk 129

    @Lung, je vois que le principal point de désaccord est sur le force de frappe. Je vais donc y revenir, mais commençons par le commencement. I) Le grand terrassement : un fonctionnement inconnu : 1) Peu d'informations... : Les dirigeants mondiaux apprennent que le grand terrassement est lancé. Jusqu'à là tout va bien. Le problème est qu'ils n'ont pas vraiment d'idées sur comment il fonctionne ! Ils en savent même moins que nous sur le sujet. Ils savent que les colossaux sont contrôlés par le titan originel (Willy Tieber l'a expliqué dans son discours, chapitre 100) et ils doivent aussi avoir compris qu'Eren peut communiquer avec les Eldiens grâce à l'Axe. Ils doivent agir juste avec ces informations. 2) ... beaucoup d'inconnus... : Comme je le disais, nous les lecteurs avons des informations dont ne disposent pas les dirigeants : Le premier problème est qu'ils ignorent où se trouve l'originel. Ils ignorent peut-être même l'existence du titan "stégosaure". Il ont donc deux options : - L'originel est avec les colossaux. - L'originel est resté sur l'île du Paradis et contrôle les colossaux à distance. Le second problème est qu'ils ne savent pas comment Eren peut communiquer avec ses partisans. Ils ont de nouveau deux options : - Il communique avec ses hommes de façon "classique" (parole, message...) - Il peut communiquer avec ses hommes avec l'Axe (par télépathie, quoi...). 3) ... et une solution : En clair, les dirigeants mondiaux n'ont pas beaucoup d'option : - Si l'originel est sur l'île du Paradis, il faut aller frapper là-bas pour stopper le grand terrassement. - Si l'originel est avec les colossaux, il est inatteignable ! Du coup, il vaut mieux aller frapper durement Paradis et laisser les partisans d'Eren l'appeler à l'aide pour qu'il revienne avec les colossaux pour sauver l'île ! Voilà, avec le peu d'informations dont ils disposent, frapper Paradis est la seule solution envisageable. II) Un peu de temps pour agir : Dans la situation actuelle, avoir un jour au lieu d'une heure pour agir est énorme ! Prenons par exemple, un port militaire. Si tu disposes d'une journée, tu as le temps d'embarquer des troupes, du matériel, des munitions et des provisions. Si tu dispose d'une heure, tu embarques en catastrophe tes troupes (avec à la limite leur paquetage) et c'est tout ! Cela change tout. Dans le premier cas, ta flotte garde une bonne capacité d'action. Dans le second cas, ta flotte ne sert pas à grand chose. Une ou deux journées peut permettre la contre-attaque du monde contre le grand terrassement. III) Une force de frappe limitée, mais utile : 1) La localisation des armées d'invasion : Dans mes souvenirs, Mahr disposait de trois ports militaires (dont celui de Revelio). Logiquement ces ports doivent être répartis aux quatre coins (sans mauvais jeu de mots) du continent Mahr pour permettre à la marine Mahr d'être active tout autour du continent. Les troupes d'invasions (Mahrs et non-Mahrs) doivent être cantonnées à proximité et n'ont peut-être pas encore été touchées. De plus, les troupes d'invasion non-Mahrs sont peut-être toujours dans leur pays et devaient partir depuis leurs ports militaires (pas très pratique, j'en conviens, mais possible). En tout cas, leur anéantissement est loin d'être sûr, surtout qu'Isayama brouille les cartes en ne nous montrant rien du grand terrassement. 2) Une force d'invasion opérationnelle... : Les armées mondiales disposent de quelques jours avant l'arrivée de colossaux. Logiquement, des stocks de munitions, d'armes, de provisions et de carburants ont déjà dû commencer à être constitués en préparation de l'invasion. Du coup, même si les stocks sont incomplets, les militaires peuvent déjà charger ce qui peut l'être avant l'arrivée des colossaux et agir avec cela. D'où l'importance des quelques jours gagnés. 3) ... mais peu nombreuse : En effet, les troupes d'invasion (ou de diversion) risquent d'être très peu nombreuses. Néanmoins, elles peuvent néanmoins disposer de stocks plus importants que ce que l'on suppose. Cela peut-être suffisant pour faire des gros dégâts à Paradis (d'ailleurs, il n'y a pas besoin d'un armement très poussé pour faire une génocide, quand on voit ce qui s'est passé au Rwanda) et ce serait suffisant pour remplir son objectif. 4) L'utilité de cette force : Plaçons-nous du point de vue des chefs militaires étrangers : - Si l'originel n'est pas sur Paradis et que la force de frappe est incapable d'anéantir les Paradisiens, elle peut se contenter de faire diversion en faisant le plus de morts possible, pour obliger Eren à revenir avec les colossaux pour repousser l'invasion. - Si Eren est sur l'île. Les militaires peuvent se dire qu'en débarquant avec les troupes qu'ils ont sous la main et leurs meilleurs armes (notamment les fameux canons anti-titans), ils ont une chance d'abattre l'originel pour stopper ainsi le grand terrassement (sans rire, c'est à peu prêt le même plan que l'alliance). Conclusion : Finalement, Mme Azumabito aurait eu raison en suggérant que les conflits allaient continuer sur Paradis (même si elle pensait plutôt à une guerre civile entre Paradisiens). En tout cas, vu la situation actuelle (Paradis qui ne s'attend pas à une contre-attaque, les défenses inefficaces), il ne faut pas sous-estimer l'impact d'une troupe ennemie (même peu nombreuse) qui débarquerait sur l'île. Il faut aussi avoir bien à l'esprit que les chefs adverses doivent réfléchir d'une manière "classique" (vaincre l'ennemi en abattant son chef, détourner l'armée adverse en menaçant son territoire...). Ce raisonnement peut nous paraître bizarre, car nous avons plus d'informations qu'eux : nous savons qu'Eren ne peut pas (visiblement) communiquer avec ses partisans et nous savons où il se trouve (avec les colossaux).
  11. Rouletabille

    Snk 129

    @Lung, ton avis est intéressant. Selon moi, il n'y a que 30% de chance que ce que j'ai dit se réalise, mais analysons quand même cela : 1) La nouvelle du grand terrassement : Le monde de SNK, sans posséder la télévision ou internet, dispose néanmoins de radios (sûrement à courte distance) et de téléphone. Les pays importants (ou au moins leurs capitales et donc leurs dirigeants) pourront sûrement avoir l'information avant la fin de la journée. Chaque pays possède sûrement des journalistes, des espions et des diplomates à Mahr, qui ont dû rapidement faire circuler la nouvelle (l'avis des ambassadeurs doit être quand même fiable et pris en compte). De plus, il y a les Eldiens qui partout dans le monde ont donné l'alerte (Comme le père d'Annie et ses compagnons à Revelio). Cela commence à faire beaucoup de personnes donnant le même signal, ce qui donnerait à réfléchir à n'importe quel dirigeant. Enfin, Willy Tieber avait clairement annoncé cette menace avant de se faire dévorer par Eren (chapitre 100). Dans l'esprit des dirigeants, cette menace existe certainement donc bel et bien et ils vont sûrement la prendre au sérieux. 2) L'intérêt de frapper l'île du Paradis : L'intérêt est simple : la diversion ! Le grand terrassement est en marche et ne peut être stoppé par les armées humaines. La seule solution militaire consisterait à détourner Eren de leur pays. En attaquant Paradis, ils peuvent espérer qu'Eren retournera là-bas pour défendre son île. C’est la seule attaque qui a une chance de fonctionner et elle permettrait au moins de gagner un peu de temps. Justement, mais l'intérêt d'un gouvernement est de pouvoir mettre plusieurs moyens en route en même temps. Là, ils doivent donc : - Tenter de mettre les civils à l'abri (évacuation par bateaux, dans les montagnes... partout où ils peuvent être à l'abri). - Essayer malgré tout d'organiser une défense face aux colossaux (même si c'est peine perdue). - Se coordonner avec les alliés pour mettre les efforts en communs (même si là, le temps fait cruellement défaut). - Tenter de détourner l'adversaire de son pays (ici en essayant de le faire revenir à Paradis). 3) La force de frappe était en train de se constituer : Ce que tu dis est pertinent, mais il faut prendre en compte un aspect de la situation. Cette invasion était déjà en préparation. Les armées mondiales prévoyaient d'attaquer Paradis depuis Revelio. Donc, il y a certainement un noyau de troupes, avec des munitions et du matériel qui est prêt à l'emploi, mais pas aussi nombreux qu'il aurait fallu. Une situation désespérée exige des mesures désespérées ! Les militaires peuvent décider d'envoyer les quelques troupes déjà prêtes et tenter le tout pour le tout. Il faut le dire : ils n'ont plus d'autres cartes à jouer. Les pays disposent quand même de moyens de transport, plus ou moins efficace (le chemin de fer). Et comme je le disais, ils vont sûrement envoyer, les troupes qui sont déjà prêtes et tenter de se battre juste avec ça. 4) Auront-ils le temps ? : Bien vu ! Après, si le corps expéditionnaire envoyé comprend juste les hommes qui sont prêts, cela peut inclure seulement 10 000 hommes par exemple, par contre il est vrai qu'ils ne vont pas parcourir 5 600 km (distance Inde - Madagascar, dans notre monde) super rapidement. Les navires de guerre de l'époque ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Dreadnought ) avaient une vitesse d'environ 40 km/h. Donc, il faudrait plusieurs jours pour arriver, trop tard pour empêcher quoi que ce soit. A moins que des troupes soient déjà à l'oeuvre, comme je l'avais suggéré. Conclusion : Je dirais 30 % pour que mon hypothèse soit juste. Mais les autres pays doivent faire quelque chose pour échapper à leur destin. Fuir évidemment, se défendre sûrement et contre-attaquer peut-être.
  12. Rouletabille

    Snk 129

    Bonjour à tous, je reviens avec une question qui me taraude depuis quelques temps : Pendant le grand terrassement, qu'est ce qui empêche les autres nations de débarquer sur Paradis et de raser l'île ? Ma réponse est tout simplement ... PRESQUE RIEN ! I) Paradis privé de "remparts" : 1) Les murs sont tombés ! : Eren a déclenché le grand terrassement (chapitre 122) et a détruit les trois murs (Maria, Rosa et Sina), pour utiliser tous les titans colossaux. D'accord. Mais seulement, il a du même coup privé l'île du Paradis de ses murs. Et c'était son meilleur atout défensif. Maintenant, les seules fortifications existantes sont les casernes des districts (exemple : celle du district de Shiganshina, où étaient enfermés Armin et compagnie, chapitre 118). Cela pourra retarder un envahisseur, mais pas le stopper. 2) Une armée peu efficace : Il faut dire ce qui est ! La meilleure troupe de Paradis, c'est le bataillon d'exploration. Or il a été saigné à blanc par "l'alliance" dans les chapitres 128-129. En plus, il a clairement montré son incompétence à défendre une position (ici : le port). D'ailleurs au chapitre 113, les jeunes recrues déplorent qu'il n'y ait pas de "vraie armée eldienne" et qu'on ne les entraîne pas "au maniement des armes à feu". Il est clair que Paradis manque de troupes capables de tenir tête efficacement à une armée moderne. Et lors de la dernière bataille de Shiganshina (chapitre 117), les soldats eldiens sont en difficulté face à l'armement moderne des Mahrs. Et pire encore, le haut-commandement eldien est décimé (mort de Pixis et Naile) et avec Floch hors-jeu (chapitre 129), plus de leader à Paradis. Résultat : plus de stratèges pour organiser la défense. 3) Un effet de surprise : C'est clair : les Eldiens pensent tenir la victoire ! Ils font la fête et se réjouissent. La seule ombre au tableau sont les dégâts causés par la destruction des murs. Les brigades spéciales consacrent d'ailleurs leur énergie à aider les blessés. Bref, Paradis respire enfin : ils sont sauvés ! Mais personne ne semble se tenir sur ses gardes et redouter une éventuelle offensive ennemie sur le sol de Paradis. En clair, c'est le meilleur moment pour les armées étrangères de frapper l'île du Paradis ! Les Eldiens sont sans murs, sans armée efficace et pris par surprise. Ils seront incapables d'opposer une résistance sérieuse et perdront la partie ! II) Une contre-attaque presque certaine : 1) Vengeance pour Revelio ! : Nous sommes d'accord, l'attaque d'Eldia contre Revelio a tué des diplomates étrangers, que leurs pays doivent venger ! Magath dit même que grâce à cette attaque, "Mahr et les plus grandes puissances sont sur le point de forger une alliance militaire d'une envergure inouïe" (chapitre 108). Mais qu'il fallait environ "six mois" pour que les troupes soient prêtes (chapitre 108). Donc, les autres puissances du monde étaient en train de rassembler des soldats et du matériel pour frapper Paradis. Or, l'armée Mahr a bien lancé une attaque en solitaire. Mais les autres puissances peuvent elles aussi envoyer une force expéditionnaire contre Paradis plus tôt que prévu. D'ailleurs, au chapitre 113, Sieg prophétise que "les forces militaires mondiales assailliront bientôt cette île" et en arrière-plan, nous voyons des navires de guerre, puis des soldats qui débarquent. Etait-ce une vision de l'esprit de Sieg ? Ou Isayama nous manipule-t-il et une incursion (autre que celle des Mahrs) a déjà commencé ? 2) Réponse au grand terrassement : Et même si l'incursion ennemie n'a pas encore commencé, le grand terrassement est là ! Avec les dirigeables Mahrs qui sont revenus de Shiganshina et grâce aux moyens de communications modernes, le monde entier est certainement déjà au courant que les titans colossaux avancent. Seulement, pendant le chapitre 129, Hansi évalue qu'il faudra 4 jours aux titans pour dévaster le continent (je pense que cela ne comprend que l'Afrique et pas les autres continents). Les ennemis de Paradis doivent tenter le tout pour le tout ! Le grand terrassement est impossible à stopper même avec les moyens modernes. Willy Tieber le dit clairement : "nous serions sans défense" (chapitre 100). Donc que faire ? Simple, il faut frapper l'ennemi au coeur : sur l'île du Paradis ! Les Eldiens viennent nous attaquer chez nous avec les colossaux ? Nous allons les exterminer chez eux avec nos armées ! 3) Le grand terrassement ? Inutile en pleine mer ! : Le problème est qu'Eren a dû manquer les armées adverses ! Je m'explique : il est parti avec les colossaux, vers l'Ouest (voir la carte du monde de SNK, chapitre 93) pour débarquer sur le continent. Or au chapitre 98, quand Reiner parle avec l'Etat-Major, deux endroits se détachent pour le débarquement : le Nord et le Sud ! Conclusion, si des troupes ont débarqué (ou s'apprêtent à le faire), Eren est passé à côté ! Et même pire, si l'ennemi décide maintenant de lancer son assaut, ses troupes vont prendre des bateaux pour traverser la mer. Logique ! Seulement, les colossaux sont occupés sur le continent et ne vont pas ratisser la mer, pour s'assurer qu'il n'y a aucun navire ennemi dessus. Du coup, les armées adverses vont contourner les colossaux pour envahir Paradis ! III) La cruelle ironie d'Isayama : 1) Eren échoue à protéger Paradis : En lançant le grand terrassement, Eren a privé Paradis de ses meilleurs défenseurs : les titans colossaux. Même s'il réussit le grand terrassement, il a laissé Paradis sans défense et risque de revenir chez lui, pour découvrir l'île qu'il a voulu protéger, totalement détruite. Donc, le grand terrassement n'aura pas protégé Paradis ! Le plus triste ? Il aurait pu réussir ! S'il avait suivi le plan d'Armin de déclencher un grand terrassement limité, juste pour anéantir les armées adverses, tout en laissant les autres colossaux en protection de l'île, Eren aurait neutralisé la menace, tout en gardant Paradis en sécurité ! Armin avait donc raison en voulant un "petit terrassement". 2) L'alliance va sauver ses bourreaux ? : Armin avait donc raison, sauf que maintenant, il risque fort d'avoir tort ! "L'alliance" fait actuellement (chapitre 129) ses meilleurs efforts pour remorquer l'avion des Azumabito, jusqu'à un port et s'en servir pour retrouver Eren. Ils espèrent toujours stopper le grand terrassement. Pendant qu'ils seront occupés à cela, ils ignoreront que les grandes puissances ont également déclenché leur contre-attaque. Du coup, ils vont fièrement arrêter (ou essayer d'arrêter) le génocide d'Eren, pour constater en revenant à Paradis que leurs ennemis ont massacré les Eldiens. Ils vont sauver ceux qui sont en train d'assassiner les leurs. Encore une fois, le sort sera cruel, car ils auraient pu l'empêcher ! Au lieu de s'allier aux Mahrs, Armin et ses compagnons auraient dû s'allier à... Floch ! Hansi, Armin et Jean auraient dû aller s'expliquer avec lui et reconstituer un état-major. Ensuite avec le titan colossal, il aurait été possible de mettre en déroute une armée ennemie dépourvue de titans ! Armin, Livai, Jean, Livai, Hansi, Livai, Mikasa, Livai et Conny auraient pu sauver Paradis, mais ils viennent de quitter l'île. Tout comme Eren, ils vont combattre sur le mauvais champ de bataille ! 3) Un ultime espoir ? : Bon, on va tenter de finir sur une bonne note : un espoir ! En effet, tel que je décris les choses, le manga risquer de finir avec le monde détruit par le grand terrassement et Paradis détruit par les armées étrangères. Mais il y a une autre voie : celle où chacun tient l'autre en otage ! Eren a les pays adverses à portée de main. Si les armées étrangères réussissent leur attaque surprise sur Paradis, ils peuvent occuper le pays sans massacrer toute la population. Ils peuvent prendre les Eldiens en otage. Du coup, Eren serait obligé de négocier, pour que son île ne se fasse pas anéantir. Paradis et les pays étrangers seraient contraints de vivre ensemble, car chacun occupe le pays de l'autre et chacun pourra répondre à un massacre par un massacre ! Néanmoins, ce scénario présente néanmoins une énorme faille : comment communiquer avec Eren pour lui expliquer la situation ? Conclusion : En ce moment, le débat était plutôt binaire. Soit le monde est sauvé, soit Paradis est sauvé. Moi je pense que ni le monde, ni Paradis ne seront sauvés ! Et peu importe le vainqueur du combat entre Eren et l'alliance. Au retour sur l'île, le ou les vainqueurs découvriront avec stupeur que tout a été ravagé et que le combat aura été vain. Une fin apocalyptique digne de "l'attaque des titans" !
  13. Rouletabille

    Snk 127

    Bonsoir à tous ! Mahrs et Eldiens se querellent pour savoir qui a légitimement le droit de se prétendre victime. Plutôt que de trancher, j’ai essayé de voir comment (selon les standards de SNK !), on pourrait les réconcilier (vaste programme !) La réconciliation : une possibilité ? Introduction : la cohabitation forcée : Mine de rien, Isayama nous a présenté trois cas, où protagonistes et antagonistes se sont rapprochés : - le trio de guerriers (Annie, Bertolt, Reiner) - les prisonniers Mahrs - le duo Gaby/Falco. A chaque fois, ces ennemis ont vécu parmi les Eldiens et là, leur mentalité a plus ou moins évolué. 1) Le bâton… : La carotte et le bâton ? Je commence par le bâton ! Dans tous les cas, les antagonistes (Mahrs et guerriers) se sont rapprochés des Eldiens de Paradis, parce qu’ils y étaient obligés : - Reiner et ses complices s’étaient infiltrés parmi les Paradisiens (pour voir leur point de vue : tome 24, chapitre 97). Ils devaient se mélanger aux Eldiens, pour mener à bien leur mission. Toutefois, ils avaient encore une bonne liberté d’action. - Les prisonniers Mahrs (tome 26, chapitre 106) ne seraient jamais restés à vivre avec les Eldiens, s’ils n’avaient pas été capturés. Mais … on ne leur a pas trop laissé le choix. - Gaby et Falco se sont cachés chez les Braus (tome 27, chapitre 109), pour ne pas se faire reprendre par les soldats. Mais ils étaient là par « accident », parce que Gaby avaient fait l’idiote. Ils avaient moins de liberté d’action que la bande à Reiner. Et finalement, ils se feront démasquer pour le pire et … le meilleur. La situation est la même. A chaque fois, les antagonistes doivent accepter de vivre un certain temps avec les Eldiens. Mais à chaque fois, ils y étaient contraints ! Ou ils étaient prisonniers ou ils étaient infiltrés (même si pour Gaby/Falco, c’était involontaire !). 2) … et la carotte … : Maintenant la carotte ! Nos antagonistes doivent accepter (bon gré, mal gré) de vivre avec les Eldiens. Seulement, il faut leur proposer un espoir réel, un avenir. - Les prisonniers Mahrs qui se rendent utile, comme Nicolo, peuvent avoir une vie « normale » parmi les Eldiens (tome 28, chapitre 111). Honnêtement, le restaurant de Nicolo semble avoir une sacrée côte et être bien réputé ! Qui aurait cru, qu’un prisonnier de guerre pourrait faire ça en plein pays ennemi ? - Gaby et Falco sont hébergés (gîte et couvert) en échange évidemment de quelques corvées … mais pas plus que les autres enfants (toujours chapitre 109, tome 27). Les Braus les laissent vivre parmi eux et je suis sûr qu’ils les auraient gardés, même après avoir su la vérité. - Reiner et sa bande se mêlent aux Eldiens et trouvent d’abord du travail, puis deviennent soldats (chapitre 96, tome 24). Même si le cas de Reiner, Annie et Bertolt est à part (une fois démasqués, ils n’ont pas trainé dans le coin), je remarque qu’à chaque fois, on peut offrir une vie décente aux Mahrs qui atterrissent à Paradis : ils peuvent travailler, se loger, vivre parmi les Eldiens ! Presque vivre comme des Eldiens ! 3) … avec le respect : C’est le dernier point, tout aussi important que les deux autres. Sans respect de l’adversaire, aucun rapprochement possible ! - D’abord, nos amis Gaby et Falco ! La famille Braus les accueillent d’abord avec bienveillance. Ils les traitent comme les autres enfants. Gaby y voit d’abord une ruse. Quand la vérité éclate (chapitre 111, tome 28), M et Mme Braus ne tuent pas la jeune guerrière et lui pardonnent son geste, la jugeant comme une victime. D’ailleurs, leur gentillesse est le point qui touche véritablement Gaby. - Ensuite, les prisonniers Mahrs (pas tous, mais quelques-uns quand même) commencent à changer d’attitude et à respecter les Eldiens, à force « d’égards et d’attentions », comme le dit Armin (chapitre 106, tome 26). La bienveillance de membres du bataillon, comme Armin et Hansi, a fait évoluer leur mentalité. - Pour finir, Reiner et les guerriers ! Ils se sont infiltrés parmi les recrues, puis ont rejoint le bataillon d’exploration ou les brigades spéciales. C’est leur expérience de l’armée, qui a bousculé leurs convictions. Annie s’attache (un peu) à Hitch et est touchée quand Armin lui parle (chapitre 31, tome 8). Reiner devient limite schizophrène car il se sent coupable d’attaquer ses compagnons de régiment. Bertolt craque quand Jean et Connie lui parle des moments passés à la caserne (chapitre 48, tome 12). La camaraderie a ébranlé leurs convictions. Finalement, comment se rapprocher de son ennemi ? La réponse du manga : en ne le traitant pas comme un sous-homme, surtout quand il est vaincu. Quand les Eldiens ont eu le dessus (je pense à Gaby et Falco, mais aussi aux prisonniers Mahrs) et qu’ils ont fait le choix de traiter leurs ennemis comme des égaux, ceux-ci ont commencé à changer. Conclusion : Difficile, mais possible ! A chaque fois, le processus a été plutôt long à porter ses fruits. Armin en a d’ailleurs conscience : « on a besoin de temps ». Mais des cas comme Gaby (qui était une extrémiste anti-Paradis et qui leur demande maintenant leur aide), comme Nicolo (d’abord prêt à mourir du sabre de Livaï, avant de tomber amoureux de Sasha), montrent que le changement est long mais possible ! Hélas ! Hélas ! Hélas ! Pour que cela marche, il faut que les trois conditions (bâton, carotte et respect) soient réunies. Si une seule condition manque, le processus échoue. Annie, Reiner et Bertolt ont bien eu des doutes, mais ils n’ont pas été capturés (Annie était coupée du monde dans son cristal et Bertolt a aussitôt été dévoré par Armin). Du coup, le « bâton » n’a pas pu jouer son rôle avec eux. Finalement, Hansi a raison d’avoir un espoir de réconciliation. Toutefois, elle semble ne pas comprendre deux choses : - sans contrainte, les autres pays ne voudront pas se rapprocher des Eldiens (pas plus que Reiner, Annie, Bertolt, Gaby, Falco et les prisonniers ne l’auraient voulu à la base). - le rapprochement de quelques personnes isolées de leur patrie, avec les Paradisiens à peu de chance de fonctionner avec des peuples entiers. Du coup, je pense qu’Hansi court au désastre, si elle pense changer les mentalités sans avoir un très puissant moyen de pression (le fameux bâton). Eren en a un de moyen de pression (le grand terrassement), mais il a choisi une autre voix !! Cela faisait longtemps que cette idée de réconciliation entre ennemis sur cette triple base, me travaillait (et pas que pour SNK). Je me suis dis que je pouvais toujours vous en parler. Et là-dessus, mes bons amis, je vous souhaite une bonne nuit !
  14. Rouletabille

    Snk 127

    Floch attend ses adversaires de pied ferme ! C’est ce que je retiens de ce chapitre. Voilà, j’ai parcouru le chapitre (mon anglais est moyen, donc des subtilités m’échappent dans les discours des personnages) et je vais donc me concentrer uniquement sur la fin : Floch et ses hommes s’apprêtent à livrer un très dur combat. Comme au début du manga, une bataille s’annonce entre le bataillon d’exploration et les titans, sauf que là … tout est inversé. I) Les deux camps : humains contre titans : 1) humains vs inhumains : Au début de l’histoire, le bataillon d’exploration regroupait les personnages principaux du manga (Eren, Armin, Mikasa, Jean…), ainsi que des personnages secondaires avec des personnalités reconnaissables (Livai, Erwin, Livai, Mike, Livai, Hansi, Livai…). Il avait donc une certaine épaisseur et on savait qu’on était chez les « gentils » : ils sont humanisés et personnalisés. En face, les titans « stupides » ou « déviants » formaient une masse d’adversaires sans personnalité, ni membres reconnaissables à part le colossal, le cuirassé et le féminin. Les membres les plus dangereux sont identifiables et les autres sont un groupe sans personnalité, juste là pour se faire massacrer. Des « méchants » typiques : ils sont déshumanisés. 2) Un bataillon d’anonymes : Aujourd’hui, le bataillon d’exploration a une seule figure connue : Floch, son chef ! On va peut-être revoir les jeunes recrues sauvées par le sergent Shardiz, mais sinon Floch est le seul Jägeriste que l’on connaisse. Du coup, on a l’impression d’être face à un bataillon déshumanisé (comme les titans au début), donc clairement des méchants. Et leur chef ne donne pas l’impression d’être extrêmement dangereux, car il est un combattant moyen (je ne l’ai jamais vu briller par son talent au combat, ni à Liberio, ni à Shiganshina). Du coup, j’ai la mauvaise impression que ce nouveau bataillon d’exploration est là pour se faire décimer. Il n’y a que des combattants anonymes et c’est classique que ce genre d’adversaire se fasse laminer. 3) L’alliance des titans : Actuellement, les protagonistes appartiennent à un groupe comprenant cinq titans (charrette, cuirassé, féminin, colossal et mâchoire), deux Ackerman (issus de la science titanesque, parait-il) et des humains spécialistes des titans. J’ai donc nommé ce groupe : l’alliance des titans. Contrairement au bataillon d’exploration dirigé par Floch, les membres de l’alliance ne sont pas des inconnus. On les connait, ils ont une personnalité et un physique reconnaissable. Un grand paradoxe, quand on pense que la plupart des membres sont des titans. Les ennemis déshumanisés du début sont maintenant un groupe humanisé, donc les gentils. Le comble pour des titans ! II) Imagination contre conformisme : 1) L’intelligence contre la force et la perfidie : Jusqu’à présent, le bataillon d’exploration se distinguait par ses tactiques audacieuses (chapitre 33 : la capture du titan féminin) sortant des sentiers battus (chapitre 74 : Armin débusquant Reiner à Shiganshina) et adaptait son équipement à la situation (chapitre 26 : la première capture du titan féminin). Plutôt que le force le bataillon d’exploration jouait sur l’intelligence et l’imagination. A l’opposé, les titans « stupides » et « déviants » n’avaient qu’une seule stratégie : foncer dans les tas ! (chapitre 4 : avec l’invasion du district). Ils emploient juste leur nombre et leur force (qui repose sur leur physique dans leur cas). Les adversaires humains (comme la 1ère division des brigades spéciales) emploient plutôt la ruse et la cruauté (assassinat du pasteur Nick, chapitre 52, procès d’Erwin, chapitre 61). Le but est de briser mentalement l’adversaire : on le prend en traitre et on veut lui faire peur, en le brutalisant ou en s’en prenant à ses proches. 2) Floch, soldat banal mais impitoyable : Floch le nouveau chef du bataillon d’exploration n’est pas un grand stratège. Mais il dispose d’un certain bon sens, au chapitre 118, il veut prendre le titan charrette en tenaille et sent le piège quand celui-ci est « vaincu » (il demande qui l’a abattu, alors que les autres fêtent déjà leur victoire). Floch est un commandant ordinaire qui ne sort pas du lot. Il n’a pas l’étoffe d’un Erwin ou d’un Armin. En revanche, il a montré à quel point il pouvait être cruel (l’exécution des prisonniers au chapitre 126). Et là, il est armé face à une Kiyomi désarmée. Il va sûrement employer une tactique sale, qui consiste à la prendre en otage pour faire pression sur Mikasa. Classique : il compense son absence de talent, par une absence de morale. De plus, il semble se préparer pour une bataille frontale sans grande stratégie. Il a déployé ses hommes en nombre et de façon visible. Il attend visiblement l’assaut de l’adversaire sur ses positions. Il ne va pas avoir l’initiative. C’est mauvais signe pour lui et pour le bataillon. Au final, il regroupe la perfidie des brigades spéciales et la brutalité des titans : un triste exploit ! 3) L’alliance des titans : un groupe hétérogène et imaginatif : Face à Floch, nous avons Armin et Peak qui sont généralement des adversaires intelligents et imaginatifs (chapitre 118 : pour la ruse de Peak). Eux savent sortir des « schémas de pensées classiques », pour surprendre l’adversaire, quand Floch reste dans des tactiques conformistes et prévisibles. Le comble est qu’Armin risque de redevenir grand stratège… pour combattre contre le bataillon d’exploration ! De plus, ils disposent de titans variés (féminin, cuirassé…). Avoir des troupes avec un équipement divers permet d’élaborer des tactiques plus complexes (comme aux échecs par exemple). Cela peut permettre de contrebalancer, l’infériorité numérique. Notre alliance de titans possède les qualités qui ont fait la force du bataillon d’exploration : c’est le monde à l’envers ! III) Un Shiganshina 2.0 : 1) La revanche pour Floch ? : Floch (je reviens toujours à lui) a fait son baptême du feu avec le bataillon d’exploration, lors de la bataille de Shiganshina, face aux titans de Mahr. Aujourd’hui, je sens qu’il veut jouer la revanche face à ces titans (le bestial n’est pas là, mais il y a la mâchoire et le féminin à la place). Lors de sa première bataille, Floch était terrifié. Maintenant, il semble farouchement déterminé. Lors de sa première bataille, il était une jeune recrue. Maintenant, il est le commandant. Avec toutes ces parallèles, il y a fort à parier qu’il va livrer sa dernière bataille. Surtout que l’ennemi pour lui est toujours le même : les titans de Mahr ! 2) Un rôle à l’envers pour la 104ème brigade : Le bataillon d’exploration était depuis le début, l’espoir de l’humanité et surtout le « groupe » auquel appartenait nos héros et aujourd’hui, il en est l’ennemi ! Hansi, Mikasa, Armin, Jean et Connie sont désormais dans un groupe de titans et se préparent à affronter leur groupe : le bataillon d’exploration. Ils vont lutter au côté des titans contre les humains. Et ils vont utiliser ce qu’ils ont appris en tant que soldat du bataillon d’exploration, pour anéantir ce même bataillon ! A Shiganshina, Sieg et les Shifters avaient presque anéanti le bataillon. Hansi et les autres vont aider les Mahr à achever le travail, les rôles sont complètement renversés ! Auront-ils des remords à combattre leurs anciens camarades ? A aider les Mahrs contre des Eldiens ? Conclusion : Isayama a totalement brouillé les cartes ! Les humains sont devenus moins humains et moins intelligents, que les titans. Le bataillon d’exploration est désormais le groupe ennemi. Et pour finir, la bataille de Shiganshina va être rejouée avec nos héros dans l’autre camp. Voilà, les dernières pages avec Floch et ses hommes qui se préparent au combat, m’ont inspiré ce pavé. J’espère que vous l’avait apprécié ! Sur ce, je vous dis : Bonne nuit !
  15. Rouletabille

    SnK Chapitre 124

    On parle beaucoup d’Armin, ces derniers temps ! Certains défendent le personnage, qu’ils jugent incompris. D’autres s’agacent de son pacifisme, qui leur parait décaler face à la situation. Pour essayer de mettre tout le monde d’accord (cela va être dur), j’ai donc analysé Armin en me basant sur ce qui est dit et ce qui est montré. Et je suis arrivé à la conclusion suivante : il y a eu un petit disfonctionnement dans l’écriture. Surprenant de la part d’Isayama… à moins que celui-ci me surprenne dans les prochains chapitres. I) Armin le militaire : 1) Le nouveau titan colossal : A la base, selon Keith Shadis (chapitre 17, tome 4), Armin a « des capacités physiques en retrait ». Seulement, tout à changer au chapitre 85. Ce jour-là, il devient l’héritier du titan colossal et donc l’un des plus puissants atouts militaires de l’île du Paradis. Il possède le titan emblématique du manga, celui qui a tout déclenché. De cette façon, Isayama a créé une forte attente chez les fans. A chaque apparition, le colossal a totalement chamboulé l’histoire (chapitre 1 avec l’attaque de Shiganshina, chapitre 45 avec la capture d’Eren…). Les lecteurs s’attendaient logiquement à ce que ce titan entre les mains d’Armin fasse évoluer la situation en faveur des Eldiens. 2) Un stratège remplaçant Erwin : Toujours selon Shadis (chapitre 17), Armin dispose de « résultats exceptionnels dans les matières théoriques ». Il est le cerveau qui trouve des solutions et au chapitre 85, Hansi lui dit qu’il est investi « de l’esprit d’Erwin ». Du coup, nouvelle attente chez les fans : ils attendent de voir un Armin trouvant des stratégies exceptionnelles qui peuvent retourner des situations militaires difficiles. 3) Des résultats brillants : Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ses résultats en tant que stratège militaire sont exceptionnels. Eren le dit très bien : « C’est lui qui a eu l’idée de combler la faille de Trost avec une pierre. C’est lui qui a imaginé le stratagème pour démasquer Annie. C’est lui qui a eu l’idée de progresser de nuit pour venir jusqu’ici. C’est encore lui qui a su dénicher Reiner et c’est grâce à lui qu’on a pu venir à bout de Bertolt. » (Chapitre 84, tome 21). C’est aussi lui qui permet la retraite du bataillon à la bataille de Revelio (chapitre 105, tome 26). Bref depuis le début du manga, Armin est un bon stratège militaire qui obtient de nombreuses réussites. On nous le dit et on nous le montre ! Donc en tant que lecteur, c’est clairement ce que l’on attend de lui ! II) Armin le diplomate : 1) Un rôle qui peut sembler à contre-emploi : Or depuis l’ellipse, Armin veut se battre sur un autre terrain : la diplomatie. Et quand j’y pense, il a souvent essayé de discuter avec ses adversaires : - Avec Annie (chapitre 31, tome 8) : « On peut discuter Annie. Explique-nous, pour qu’on comprenne ! » - Avec Bertolt (chapitre 49, tome 12) : pour tenter de reprendre Eren. - Encore avec Bertolt (chapitre 78, tome 19) : « Discutons ! » Finalement, c’est cohérent avec le personnage. Isayama nous avait bien mis des indices dans ce sens. Armin réfléchit, il veut comprendre le monde et les autres, donc il cherche le dialogue. Seulement… 2) Un terrain trop difficile : Seulement là, c’est mission impossible ! Avant l’ellipse, aucun de ses interlocuteurs n’a voulu du dialogue et maintenant… il n’y a toujours personne qui veut négocier avec lui. Avant l’ellipse, les intentions d’Annie, Bertolt et Reiner étaient mystérieuses. En parlant, Armin pouvait espérer les comprendre et (éventuellement) trouver un arrangement. Et maintenant, que les intentions de l’ennemi sont claires (s’emparer de l’originel et exterminer l’île du Paradis), un arrangement semble presque impossible. Par-dessus le marché, on voit que l’adversaire a une mentalité anti – eldienne bien ancrée et qu’il est décidé à ne faire aucune concession (rappelez-vous du discours de Willy Tieber ou de l’association pro – Eldien). Avec de tels obstacles, l’idée d’Armin de résoudre le conflit par la diplomatie prendrait facilement dix ans ! Ou vingt ans ! Voir cinquante ans ! Et il le dit lui-même : « on a besoin de temps » (chapitre 106, tome 26), le problème c’est que du temps, l’île du Paradis n’en a pas ! Quand on lit le manga, on voit qu’Isayama a subtilement fermé toutes les portes de la négociation. Résultat, on finit par se dire qu’ici, la solution ne réside pas dans la diplomatie … et donc qu’Armin fait fausse route. 3) Une absence (presque) totale de résultat : Il faut dire ce qui est ! Armin n’a jamais obtenu de résultats en négociant avec l’ennemi. - Annie est touché par ses paroles, mais choisit de se battre. - Bertolt (malgré sa crise de conscience) rejette la discussion. - Le comité pro – Eldien considère les habitants de Paradis comme des ennemis. Les lecteurs voient qu’Armin a de la bonne volonté, qu’il a pu toucher certains ennemis (Annie ?), mais aussi que ses tentatives de négocier n’ont jamais résolu quoi que ce soit. A chaque fois (avec Annie ou Bertolt), il a dû en revenir à la tactique militaire. Donc, Isayama a donc créé une attente chez les lecteurs : échec de la négociation, reprise de la stratégie. Les lecteurs s’attendent à ce qu’Armin revienne à ses stratégies. Et cela … ne se voit pas ! III) Du point de vue des lecteurs : 1) Militairement : une forte attente des fans : Depuis le début, les fans entendent qu’Armin est un bon stratège et ils le voient pendant la plupart des batailles. C’est donc ça qu’ils attendent de lui : un stratège qui trouve toujours un moyen (souvent surprenant) pour neutraliser efficacement les forces adverses. Or depuis l’ellipse, Armin veut résoudre les problèmes en négociant. Le gros problème, c’est qu’on ne le voit pas prévoir une autre solution. Si les négociations échouent (d’ailleurs, elles n’ont jamais eu lieu), on a l’impression qu’Armin n’a pas de plan B. La déception des fans peut se comprendre : il est censé être « l’un des principaux tacticiens d’Eldia » (chapitre 112, tome 28) et on ne le montre pas préparer de stratégie militaire, pour vaincre l’ennemi ! Je suis sûr que si on l’avait vu (au moins une fois) préparer un plan pour empêcher l’invasion de l’île, les critiques à son encontre seraient moins fortes. 2) Diplomatiquement : une obstination mal comprise ? : Comme je l’ai dit, Armin n’a pas obtenu de résultats avec la diplomatie. Il y aurait eu de quoi en décourager plus d’un. A tel point, qu’on se demande : pourquoi Armin s’obstine-t-il dans cette voie ? A mon avis, Armin sait que « pour dissiper le malentendu » (chapitre 106, tome 26) comme il dit, il faut casser l’image de l’Eldien dangereux et menaçant. Il est encouragé par les quelques résultats obtenus avec les prisonniers Mahrs. Donc, il veut éviter les stratégies « malveillantes » (force ou ruse), pour que les Eldiens apparaissent comme pacifiques et fiables. Hélas ! Il a régulièrement essayé de négocier et cela n’a jamais marché. De plus, il est un personnage intelligent. Du coup, les fans ont du mal à le suivre. Armin a échoué, ils s’attendent donc à ce qu’il cherche rapidement une autre solution (ruse, démonstration de force…) pour mettre fin à la menace. Et j’en reviens à ce que j’ai dit plus haut : on ne le voit pas chercher autre chose. 3) Ses sentiments avant son devoir ? Dernier point… et en défaveur d’Armin, malheureusement. Hansi lui dit clairement sa mission au chapitre 21 : « nous attendons tous que tu livres une contribution maximale au sort de l’humanité. » Son devoir est de sauver l’île du Paradis. Il est un militaire, alors il doit protéger son pays. Or dans le chapitre 105, on voit qu’il s’est attaché aux prisonniers Mahrs qui collaborent et qu’il considère le grand terrassement comme « le plus effroyable des cauchemars ». En clair, ses sentiments le poussent à vouloir épargner l’ennemi. Et comme les lecteurs le voient chercher constamment à éviter le « grand terrassement », alors que l’ennemi lui n’aurait aucun scrupule à anéantir Paradis, ils se disent forcément qu’il fait passer ses sentiments personnels avant son devoir. Du coup, l’avis d’Armin semble biaiser (avec ou sans Bertolt) et il est forcément moins crédible. Conclusion : J’ai vraiment l’impression qu’Isayama lui a collé le mauvais rôle dans les derniers arcs. Il ne met plus ses points forts en avant, mais montre trop ses échecs : - Il est un grand stratège et il ne le montre plus beaucoup exercer ses talents. On a l’impression qu’il ne fait plus rien de ce côté. - Il est celui qui veut négocier, mais tout est contre lui, donc il échoue. On a l’impression qu’il a choisi une solution inefficace. - Il voudrait sauver un ennemi, qui n’hésiterait pas à trucider tout son peuple. On a l’impression qu’il est d’une profonde naïveté. Pour conclure, je me répète mais Isayama a trop mis l’accent sur le côté « négociation » d’Armin et a presque effacé son côté « stratège ». C’est cohérent, mais trop brutal comme changement. Et certains lecteurs n’ont pas accroché… Ils attendaient surtout un Armin stratège qui trouve des solutions, Isayama en a fait un partisan de la négociation qui échoue et qui en plus ne prépare plus de plans complexes comme il savait si bien le faire. Pour ma part, j’aime bien Armin, mais l’écriture du personnage me semble avoir connu un raté. Dommage !
×