Aller au contenu

Bienvenue sur les Forums Mangas France.

Lors de votre inscription, merci de vérifier vos SPAMS. Le mail de confirmation y va à quasiment à chaque fois.

 

Bon surf sur nos forums !

Silesius

Membres
  • Compteur de contenus

    3 688
  • Donations

    0,00 € 
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Silesius a gagné pour la dernière fois le 8 octobre

Silesius a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

4 Neutre

3 abonnés

À propos de Silesius

  • Rang
    Seigneur des pirates
  • Date de naissance 17/06/1991
  1. Houseki, Garo et SGRS que j'aimerais voir continuer dans le tournoi davantage que les autres.
  2. Seiren : j'ai drop. Boruto : pas vu. Classroom of the Elite : avec ses citations de philosophes à chaque début et fin d'épisode (citations n'ayant généralement rien à voir avec le contenu des épisodes) et son absence de finesse et de profondeur, cet anime a tout de l'anime prétentieux. Mahoutsukai : j'ai mis en pause après le quatrième épisode, il y a de fortes chances que je ne reprenne pas. Le manga m'ayant assez vite lassé, j'ai voulu tester l'anime pour lui donner une seconde chance mais rien à faire, je n'accroche pas. Les personnages m'indiffèrent et l'univers ne m'émerveille pas. Tsurezure : certains couples me faisaient bien rire, d'autres m'ennuyaient au plus haut point, du coup j'ai trouvé l'anime très inégal. A Silent Voice : toujours pas vu le film et je ne prévois pas de le voir dans l'immédiat, le manga ne m'ayant pas vraiment enthousiasmé (contrairement au one-shot qui m'avait fait forte impression). Girls' Last Tour : ma bonne surprise de la saison. Je pensais ne pas accrocher (et effectivement le premier épisode ne m'avait pas véritablement séduit), mais j'ai voulu persévérer en matant au moins jusqu'au deuxième épisode avant de décider de drop ou non, et au final j'ai bien accroché. Hormis le premier, j'ai passé de bons moments agréables devant chaque épisode de l'anime.
  3. +1 Made in Abyss que j'ai trouvé assez osef dans les deux premiers tiers de l'anime mais qui s'est rattrapé à mes yeux avec un glorieux dernier tiers, et en particulier son dernier épisode. +1 Kino no Tabi (2017), un anime difficile à juger. Au-delà de la réalisation très différente de celle de l'anime de 2003 et qui a ses forces et ses faiblesses, c'est bien bien les histoires à la narration particulière de Sigsawa et toute leur ambiguïté morale qu'on retrouve dans cet anime, et ça je suis fan.
  4. Detective Conan S22, Gundam IBO S2 et le film SAO : pas vu. Konosuba S2 : autant j'avais trouvé la saison 1 amusante, autant cette saison 2 m'a ennuyé. Princess Principal : le premier épisode m'a avait bien plu (univers + je ne m'étais absolument pas renseigné sur l'anime donc ça a été la découverte totale), puis l'anime a fini par me lasser et au final j'ai drop au bout de 6 épisodes. Juuni Taisen : un début sympathique pour le genre, puis ça a fini par se dégrader sur tous les plans au point que maintenant je trouve l'anime juste mauvais. Houseki no Kuni : j'en attendais beaucoup, j'ai été déçu. Je ne sais pas comment le manga évolue, mais pour le moment l'anime n'a développé aucun thème de façon intéressante et je le trouve très convenu et superficiel. Visuellement c'est toujours très satisfaisant par contre, à part quelques écarts. Vote blanc.
  5. Juuni Taisen [Graphinica]

    Episode 6 vu. Je m'ennuie assez depuis trois épisodes. Les backgrounds des personnages n'étant pas super folichons et les personnages de toute façon pas destinés à durer, les épisodes 4 et 5 m'ont donné l'impression de bouche-trous en attendant le retour de l'action. Cette dernière revient dans l'épisode 6 et relève un peu le niveau mais l'épisode était bien prévisible, au moins concernant le Bélier et le Cheval (le Cheval à cause du titre de l'épisode, et le Bélier parce que son traitement rappelait celui du Sanglier ; en outre, voir le Tigre se bourrer la gueule de façon à première vue tout à fait stupide m'a fait immédiatement supposer que son talent devait être la technique de l'homme ivre). Comme prévu, après une certaine accalmie dans la succession des morts, on frappe un grand coup avec trois morts d'un coup. La prévisibilité ne va sans doute pas aller en s'améliorant, surtout si on prête attention à l'ordre des signes du zodiaque chinois : Sous spoiler, le cercle complet : L'idéal serait bien sûr que Juuni Taisen sorte un plot twist en cessant tout à coup de suivre l'ordre du zodiaque chinois, mais je n'y crois pas. La façon dont les personnages nous sont présentés ne va pas dans ce sens et n'autorise pas vraiment un tel retournement de situation (un plot twist est une possibilité inattendue qui se réalise contre toute attente, pas un non-sens qui contredit tout ce qui a été construit avant). Il n'est en effet sans doute même pas nécessaire de regarder l'ordre du zodiaque chinois pour deviner au moins qui sera le vainqueur de la guerre. Le Dragon et le Tigre sont osef, le Boeuf et le Lapin nous sont montrés comme très puissants et donc feront probablement office de boss à abattre, du coup il ne reste plus que le Rat, qui jouit en plus d'un temps d'apparition important depuis le début de l'anime. Perso je trouve le personnage soûlant avec son côté adolescent dark qui pense avoir tout compris du monde, mais bon, tant pis, je me suis résigné à l'idée que j'allais devoir le supporter jusqu'à la fin.
  6. [Jeu] 10 mangas avec... (3)

    Je pense que le cas Baccano! devrait passer. La bonne manière de savoir si une histoire a des personnages principaux c'est de se demander s'il y a des personnages secondaires qui se définissent par rapport aux premiers, or je ne vois pas vraiment de personnages secondaires dans Baccano!, et donc pas vraiment de personnages principaux, mais juste "des" personnages (même Isaac et Miria, qu'on voit beaucoup, ne sont pas les protagonistes de l'anime). Pour donner un exemple, le prof aux cheveux blanc/gris dans Made in Abyss se définit comme personnage secondaire par rapport à Riko, personnage principal, au vu de la relation de soutien en arrière-plan qu'il a envers elle, et réciproquement sa présence plus ou moins effacée et son absence d'existence pour lui-même en tant que personnage définissent Riko comme personnage principal. Je me souviens pas avoir vu un tel jeu de relation entre des personnages de Baccano! Enfin bon, en dernier lieu c'est à Men de trancher. 1) ou 2) Isekai Shokudou. Chaque épisode est divisé en deux histoires indépendantes d'une douzaine de minutes, et chaque histoire introduit et suit le regard d'un nouveau personnage qui va découvrir le restaurant. Le cuisinier et la serveuse, bien que présents dans tous les épisodes, ne peuvent pas être considérés comme les protagonistes de l'anime vu que ce dernier ne se focalise pas sur eux mais sur les impressions de chacun des personnages qui visitent le restaurant.
  7. Kino no Tabi (séries)

    Attention, pavé en approche. Episode 2. Ce deuxième épisode traitant une histoire qui avait déjà été adaptée dans l'anime de 2003, fatalement une comparaison entre les deux anime allait avoir lieu. Mon tout premier ressenti à la fin du visionnage de ce deuxième épisode a été, en toute franchise, la déception. Je me suis dit "quelle boucherie", tant pour ce qu'il se passe dans l'histoire elle-même (Kino qui initie une guerre civile) que pour le traitement de la narration, des personnages et des enjeux de l'histoire. Il y avait dans cet épisode une grosse sensation de rush par rapport à l'anime de 2003, qui consacrait à cette histoire deux épisodes, au lieu d'un seul par histoire habituellement. La version du récit du Colisée de l'anime de 2003 était en effet beaucoup plus fournie en éléments qui présentaient le pays et les personnages, et expliquaient en plus davantage le comportement de Kino. Je me suis demandé pourquoi il y avait de telles différences entre la série de 2003 et l'actuelle, et je suis donc allé jeter un oeil au chapitre du LN. Il se trouve que tous les éléments figurant dans l'anime de 2003 et pas dans celui de 2017 ne sont pas des omissions de ce dernier, mais bien des ajouts de la première série. En d'autres termes, la série de 2003 a ajouté beaucoup d'éléments originaux à l'histoire, la série de 2017 étant quant à elle plus proche du LN. Eléments propres à l'anime de 2003 : L'anime de 2003 développait davantage également les combats de Kino. On la voyait courir, sauter, faire des roulades, esquiver en tournant sur elle-même, s'abriter derrière les monticules présents dans l'arène... La série de 2017 la montre beaucoup plus statique et expéditive. J'invite tout le monde qui regarde la série actuelle à visionner en parallèle, pour cette épisode du Colisée, l'adaptation de 2003 (ça concerne les épisodes 6 et 7). C'est assez intéressant de comparer les deux versions. Je te le suggère en particulier, @Papy, puisque tu as apprécié ce deuxième épisode et a priori pas encore vu l'épisode 3, tant que c'est encore assez frais dans ton esprit. Je pense que tu pourrais trouver la comparaison intéressante. ^^ Cela dit, si l'anime de 2017 est plus proche du LN que celui de 2003, et propose donc une adaptation plus fidèle et honnête, il n'est pas pour autant une très bonne adaptation. L'épisode actuel omet un certain nombre d'éléments qui par leur absence modifient la présentation de Kino en tant que personnage, qui passe pour très froide et prompte à organiser des meurtres de masse sans raison. C'est vraiment dommage et je trouve ça problématique pour essayer de comprendre le personnage. Le LN, bien que n'insistant pas particulièrement dessus, mentionne bien que Kino constate la misère du bas peuple du pays lorsque le garde la conduit à sa chambre. Cet épisode 2 fait un très mauvais travail à ce niveau-là : non seulement il ne montre pas que Kino porte une quelconque attention à ce qui l'entoure, mais en plus il n'essaie même pas de nous présenter le contexte, à nous spectateurs (c'est à peine si on voit un mendiant une demi-seconde au coin de l'écran...). L'épisode aurait vraiment dû s'attarder un minimum là-dessus pour bien montrer qu'il y a de grosses inégalités dans ce pays. Les combats dans le LN n'étaient pas tous développés, mais un de ceux qui l'étaient aurait particulièrement gagné à l'être dans ce deuxième épisode. Il s'agit du deuxième combat, contre l'espèce de ninja. Il lance des boomerangs acérés qui tranchent par derrière la cible si celle-ci s'est simplement contentée de les esquiver la première fois. Cette façon de combattre bien précise n'est même pas exposée dans l'épisode (on ne voit pas les lames revenir), et Kino vainc son adversaire en deux secondes en lui tirant simplement dessus (il avait une armure, donc il a juste été immobilisé en ayant le souffle coupé). Dans le LN, elle remarque la particularité des armes de son adversaires, lui tire directement dessus ce qui l'étourdit à cause du choc sur son armure, mais surtout esquive les lames qui revenaient par derrière et, constatant qu'elles se dirigeaient donc vers l'envoyeur qui n'était plus en mesure de les réceptionner et risquait donc de se faire trancher possiblement mortellement, lui tire sur la jambe pour le faire fléchir et ainsi esquiver les lames qui revenaient en direction du haut de son corps. Bref, elle a fait en sorte de le sauver. Je pense que l'épisode aurait vraiment gagné à nous montrer cela afin de nuancer un peu la fin de l'épisode. L'épisode a également omis certains éléments de la déclaration de Kino après avoir tué le roi, lorsqu'elle promulgue sa loi, et cela modifie drastiquement la vision qu'on peut avoir du personnage. Dans le LN, Kino dit que seuls les citoyens doivent s'affronter pour devenir roi, et pas "tous les citoyens". En effet, ce pays divise sa population en deux catégories (l'anime de 2017 insiste peu sur cet aspect tandis que l'anime de 2003 le faisait, à raison) : d'un côté les citoyens qui vivent dans le confort (ceux qui sont dans les gradins et qui ont un goût pour les combats à mort), et de l'autre les esclaves pauvres et qui n'ont aucun droit. La loi que promulgue Kino ne s'applique donc qu'aux citoyens, avides de sang, et pas aux esclaves. Kino précise en outre que si un citoyen s'attaque à un esclave, il est disqualifié et déchu de ses droits : les esclaves sont donc mis hors de danger. Enfin, Kino dit également que ceux qui ne veulent pas participer peuvent le faire, mais que dans ce cas il sont déchus de leur citoyenneté. Au final, Kino laisse à chaque citoyen le soin de décider s'il vaut la peine de s'entretuer pour devenir roi d'une population où il n'y aura plus un seul citoyen pour le soutenir mais juste des esclaves qui l'écraseraient donc en nombre, ou s'il vaut mieux plutôt renoncer à son goût pour les tueries et rester en vie, quitte à ne plus avoir de privilèges. On est loin de la Kino tendance sociopathe que montre l'anime de 2017, tout de même. J'ai donc un avis un peu mitigé sur ce deuxième épisode. Ayant appris qu'il était plus fidèle au LN que l'adaptation de 2003, j'ai pu écarter facilement la déception que j'avais ressentie en comparant les deux adaptations, car cette comparaison n'a pas vraiment lieu d'être, l'anime de 2003 ayant décidé de faire assez largement oeuvre originale. Cependant, bien que plus proche du LN, l'épisode actuel n'en offre guère une bonne adaptation en supprimant beaucoup trop éléments important relatifs à la présentation du personnage de Kino, et donne une grosse sensation de rush et d'appauvrissement par rapport au matériau original. Je voudrais maintenant revenir un instant sur le personnage mystérieux de la veuve à la carriole. Comme la plupart des gens qui ont regardé l'anime ou lu le LN, ce personnage m'interroge. Il est difficile à saisir. Pourquoi avoir dit à Kino que le pays du Colisée était un pays "magnifique" alors qu'elle y avait perdu son mari ? Je vois deux possibilités d'interprétation à cette affirmation étrange. La première n'est que pure spéculation de ma part et n'est soutenu par aucun élément solide dans le récit. Je me suis demandé si la femme n'était pas allée dans ce pays en toute connaissance de cause en compagnie de son mari pour se débarrasser de ce dernier, qui lui aurait été ignorant des coutumes du pays vers lequel ils se dirigeaient. Ayant obtenu ce qu'elle désirait (être désormais veuve car son mari l'a épargnée, puis est mort au combat suivant), et étant un chouia psychopathe sur les bords, elle aurait alors dit à Kino, tout à fait sincèrement, qu'elle a trouvé le pays magnifique. Ce serait sacrément tordu, mais ça pourrait expliquer pourquoi Kino, après les événements du Colisée, est si énervée en se remémorant sa rencontre avec cette femme : elle se serait fait avoir par une détraquée, et sa colère serait tournée autant contre cette femme qui l'a manipulée que contre elle-même qui l'a ingénument crue et s'est ainsi jetée dans la gueule du loup. L'autre explication aux paroles de la veuve que je pourrais essayer de trouver est moins cruelle et plus ironique. Il s'agirait d'interpréter ses paroles à la lumière de la conception du monde de Kino que cette dernière résume dans la phrase-devise de l'univers de Kino no Tabi : "Le monde n'est pas beau, en conséquence il l'est". Le pays du Colisée n'avait en effet rien de magnifique, mais c'est justement à cause de cela qu'il est magnifique. Cela pourrait expliquer également l'énervement de Kino lorsqu'elle se souvient des paroles de la veuve après le Colisée : elle serait en colère cette fois-ci pas contre la femme mais seulement contre elle-même, qui s'est fait piéger par sa propre conception du monde. Je comptais aussi écrire mon avis sur les épisodes 3 et 4, mais je vais m'arrêter là pour ce soir. Je crois que j'ai assez écrit, et ma connexion fait en plus quelque peu des siennes donc il est plus sage que je remette ça à plus tard.
  8. [Jeu] 10 mangas avec... (3)

    7) Isekai Shokudou
  9. Topic Wii/Wii U/Switch

    Le studio Atlus (séries des Shin Megami Tensei, Persona, Etrian Odyssey) a révélé aujourd'hui que le SMT annoncé depuis janvier dernier sur Switch à l'occasion des 25 ans de la série est bien Shin Megami Tensei V. Teaser trailer sorti aujourd'hui, assez avare en informations : Traduction anglaise du texte qui apparaît dans la vidéo : Description du teaser trailer par Atlus : Source : http://personacentral.com/shin-megami-tensei-v-announced-nintendo-switch-teaser-trailer/ La vidéo teaser sorti en janvier dernier pour annoncer un SMT sur Switch : Pas plus d'informations pour le moment (date de sortie au Japon, localisation...).
  10. Juuni Taisen [Graphinica]

    On touche là au problème par essence du genre battle royale, bataille générale où il ne doit en rester qu'un à la fin : les disparitions successives et inévitables de personnages qui font que le cast s'amenuise comme peau de chagrin au fur et à mesure que l'histoire avance, et par là-même la réduction des situations possibles, ce qui équivaut à moins de surprise et plus de prévisibilité. Juuni Taisen partait en plus d'une situation de base particulièrement problématique, à savoir une guerre entre 12 personnages étalée sur... 12 épisodes. Fatalement, seules deux options me semblent possibles dans la gestion des personnages : - ou on tâche de développer, au moins sommairement et en plus de leurs design et techniques de combat, le plus grand nombre possible de personnages en leur donnant un minimum de background et de personnalité, auquel cas on sera obligé de les faire disparaître très vite une fois cela fait afin de laisser la place à d'autres ; - ou on restreint le développement des personnages pour les faire vivre plus longtemps, mais du coup on ne suit que des avatars sans intérêt et à un moment ou à un autre il faudra en tuer plusieurs d'un coup. Dans les deux cas, il s'agit d'arriver à une situation où les personnages ne seront que deux ou trois à la fin de la saison (car je doute que Juuni Taisen essaye d'innover sur ce dernier point). Quelle que soit l'option choisie, il y aura frustration, et une frustration inhérente au genre. Le premier épisode laissait pourtant espérer que l'anime essaierait de dépasser cette situation difficile d'avoir beaucoup de personnages pour un nombre assez restreint d'épisodes, en supprimant avant même le début de l'histoire un personnage (un des deux frères jumeaux, le Serpent je crois), et en dotant un des personnages de la capacité de réanimer les morts pour les utiliser comme des pantins. Inséré dans le genre du battle royale, ce dernier point m'est apparu comme un coup de génie : même mort, un personnage n'est pas condamné à la disparition et peut continuer à se battre, et nous faire ainsi profiter un peu plus longtemps de ses techniques de combat et surtout d'une certaine imprévisibilité, car le personnage reste en compétition vis-à-vis des autres personnages encore en vie. Cela dit, si ce pouvoir ne s'applique qu'aux personnages que le "nécromantiste" a lui-même tués, il est malgré tout assez limité et ne pourra pas s'appliquer au Chien ni au Coq. Ce serait dommage car ces personnages n'ont pas montré grand-chose niveau fight. Je me suis fait spoiler l'issue de la bataille en apprenant le pouvoir ultra cheaté d'un certain personnage en me baladant sur MAL. Je trouve dommage qu'il y ait une telle différence de puissance et d'utilité entre les pouvoirs car une fois qu'on les connaît tous l'issue des combats ne fait plus aucun doute. Quoi qu'il en soit, dans cette bataille je roule pour le Lapinou, qui m'a bien surpris d'abord par son design, puis par son pouvoir autant que sa personnalité (je pensais qu'on allait avoir affaire à un simple fou furieux, et au final il est assez réfléchi). J'espère qu'il ira loin et qu'il fera bien le show. J'aime bien Juuni Taisen pour le moment, il remplit très bien son rôle d'anime full action bien divertissant à mes yeux, malgré sa prévisibilité. Comme Haar je me doutais fortement que le Sanglier clamserait très vite, probablement dès la fin du premier épisode. Le personnage n'avait pas vocation d'être présenté comme le personnage principal, mais suivait une astuce d'exposition très utilisée : à savoir que pour montrer qu'un univers est dangereux, violent et imprévisible, rien ne vaut que de mettre en scène dès le début un personnage arrogant et à première vue assez fort pour le faire ensuite brutalement disparaître et montrer que tout ça c'est du sérieux. ^^
  11. Avatar : Rond ou Carré

    J'ai d'abord été gêné par le passage à la forme ronde, mais quand je vois ce que donnent les avatars carrés je préfère autant qu'on revienne au rond. Cela dit, comme Red Hood plus haut, le principal problème demeure à mes yeux la disparition de la marge de personnalisation des avatars, que permettait le cadre des avatars de l'ancien forum et que l'avatar rond supprime totalement.
  12. Après Jean Rochefort, une de nos plus grandes actrices, Danielle Darrieux, est décédée mardi 17 octobre au bel âge de 100 ans. Ayant joué dans son premier film en 1931, époque où le cinéma commençait à peine d'être parlant, sa cinématographie couvre plus de 100 films et presque 80 ans. Elle a tourné son dernier film, Pièce montée, alors qu'elle avait 93 ans, en 2010.
  13. [Jeu] 10 mangas avec... (3)

    7) Cesare Le manga se déroule en 1491-1492, date à laquelle prend fin la Reconquista, dont les personnages parlent inévitablement dans le manga. Cesare mentionne aussi Saladin à l'occasion d'une discussion sur les croisades. Le thème ne me semble pas du tout restreint pour le coup, plusieurs des manga cités plus hauts ne concernent absolument pas l'Islam réel mais juste une vague inspiration tirée de celui-ci. Le thème, peu précis, autorise justement la citation d'un grand panel de manga (il suffit limite juste qu'il y ait dans une case ou une autre un personnage basané avec un turban ou autre cliché du genre). Je suis étonné de n'avoir encore vu personne citer un certain manga de Kaoru Mori d'ailleurs.
  14. Houseki no Kuni [Orange]

    Episode 1 vu la semaine dernière, et 2 à l'instant. Eh bien, visuellement et techniquement, je suis impressionné. C'est beau, fluide et imaginatif, notamment au niveau du rendu des cheveux sur ce dernier point (je me demande comment ils ont procédé, ça me donne envie d'essayer de le reproduire...). Les reflets dans les cheveux sont vraiment réussis, et les reflets des cheveux sur les vêtements apportent un joli plus esthétique. J'ai beaucoup apprécié aussi les effets de cassure, visuellement et sonorement. On sent très bien le cristal qui se brise. Le seul passage un peu "raté" que j'ai vu dans l'épisode 1 concerne le liquide qu'émet Cinabre. Je ne saurais dire si sa couleur dorée est sa couleur naturelle ou si c'est le coucher du soleil qui la lui donne, mais s'il est très joli sur sa surface exposée à la lumière, ses parties non éclairées offrent en revanche une couleur ocre un peu sale. Mais comme styliser un liquide en 3D est quelque chose de pas évident à faire, je pardonne aisément cet écart. Et ça m'amuse de constater que j'ai eu le même problème de rendu l'année dernière lorsque j'ai travaillé des matériaux dorés en 3D (j'obtenais de beaux reflets dorés là où la lumière frappait le matériau, mais ses parties dans l'ombre apparaissaient marron-jaune). Au niveau de l'univers, le moins que l'on puisse dire c'est qu'il est intriguant, avec ces gemmes anthropomorphisées en nombre restreint vivant au milieu d'un monde portant à première vue peu de traces de civilisation et très dominé par la nature. Mais ce sont les Séléniens qui m'intriguent le plus, leur nature, leur origine, etc. Leur apparence et leur manière d'apparaître en groupe sur des nuées dans le ciel m'évoquent les cortèges célestes bouddhistes ou hindouistes. Je me demande pourquoi ce choix de référence, et j'espère qu'il y a une réponse à cela (pas forcément dans l'univers de Houseki no Kuni lui-même, une simple explication de l'auteur sur son inspiration me conviendrait à ce sujet). Au niveau des personnages, pas grand-chose à dire pour l'instant, ni sur l'intrigue qui a j'imagine tout juste commencé d'être exposée. Je n'apprécie pas Phos, qui de par son caractère shônen-esque m'est à peine plus sympathique qu'un Luffy ou un Natsu. Cinabre en revanche a attiré mon attention et je suis impatient de revoir le personnage et la manière dont il va être approfondi. Diamant et Bort dans l'épisode 2 ne m'ont par contre pas particulièrement séduit. J'en attends donc plus niveau personnages pour le moment. J'espère que niveau intrigue, il n'y aura pas que des combats contre les Séléniens qui nous seront proposés, aussi sympathiques soient-ils. La fin de l'épisode 2 m'encourage néanmoins à penser qu'en terme de scénario il y a bien des choses intéressantes de prévues pour la suite. Dans tous les cas, ne serait-ce déjà que pour la technique et l'esthétique, je suivrai avec grand intérêt Houseki no Kuni cette saison.
  15. Kino no Tabi (séries)

    J'attendais avec impatience ce nouvel anime, conscient des qualités de l'ancien et de l'attachement que j'avais pour ce dernier, aussi n'avais-je pas voulu placer trop haut la barre des mes attentes afin de ne pas être déçu, tout en gardant cependant une certaine ouverture d'esprit afin de lui laisser sa chance. J'ai trépigné tout vendredi après-midi à l'idée que le premier épisode sortait dans la soirée, et l'ai visionné quasiment sitôt rentré chez moi ; j'étais encore plus impatient que je ne le pensais. Ce premier épisode m'a rassuré. C'est bien Kino que nous avons là, le personnage et l'ambiance. Il y a je crois un véritable double effort de fidélité qui a été fait : au light novel (ses histoires, ses thèmes) et à l'anime de 2003 (sa narration adaptée à la vidéo, la mise en forme graphique des personnages). Le doublage de Kino m'a notamment impressionné. Aoi Yuki a vraiment "épousé" le personnage qui nous avait été pour la première fois présenté de façon animée en 2003. La voix est proche de celle de l'anime précédent, et surtout les intonations sont quasiment les mêmes : le même laconisme, la même manière claire mais un peu réservée de s'exprimer, le même ton détendu et presque amusé dans les conversations en tête à tête avec Hermes. Le doublage de ce dernier est également proche de celui de 2003. Le nouveau seiyu a pris soin de garder le même type de voix (un peu moins typée tout de même) et les mêmes intonations. Ce "type" se perd un peu au milieu des phrases un peu longues, mais globalement c'est très proche, et sa façon de prononcer le nom de Kino est quasi identique. Au niveau du design des personnages, les différences sont évidemment plus notables. Cela dit, je pense qu'il y a eu un vrai détail d'effectué sur le visage et les expressions de Kino. C'était essentiel pour qu'on sente tout de suite qu'on a bien affaire au même personnage. C'est plutôt réussi. Les yeux, le regard de Kino ont notamment attiré mon attention. C'est le même regard, mi-bienveillant mi-distant, dénotant de l'ouverture d'esprit mais en même temps une certaine prudence, que Kino offre à ses interlocuteurs, accompagné de son même sourire léger et avenant. J'apprécie aussi que les yeux n'aient pas été dessinés de façon trop moe (ils auraient pu être deux fois plus grands, Dieu merci on y a échappé). Les paupières légèrement fermées aussi, un peu comme dans le précédent anime. Quelques éléments m'ont néanmoins un peu gêné dans ce premier épisode au sujet du personnage de Kino, au niveau des scènes où elle s'entraîne à dégainer. Peut-être que c'est parce que je connais le personnage (et parce que Kino a dit dès le début de l'épisode qu'elle pouvait occasionnellement tuer), mais cette première scène d'entraînement à dégainer ne m'a pas marqué autant que son homologue de l'anime de 2003. Le contraste entre l'apparence juvénile de Kino et cette activité lourde de sens ne m'a pas autant frappé cette fois-ci. Cependant, ce n'est pas ça qui m'a le plus gêné dans la scène, mais l'attitude de Kino. En 2003, Kino restait bien droite, le bras non armé le long du corps, dans une posture très stable, inflexible ; en 2017, elle fléchit les genoux et penche légèrement le haut du corps en avant, et surtout a la main non armée délicatement posée sur la poitrine, dans une attitude que j'ai trouvée très... "cute". Je ne sais pas laquelle des deux postures est la meilleure pour dégainer et viser avec une arme à feu, mais en tout cas il me semble que le personnage n'évoque pas du tout la même chose selon qu'il adopte une attitude plutôt qu'une autre, ou plutôt cela me semble indiquer qu'on veut nous le faire percevoir d'une certaine manière plutôt qu'une autre. Pour les scènes d'entraînement, je préfère donc l'ancienne Kino. Je suis par conséquent curieux de voir maintenant comment on va nous présenter la Kino qui presse la gâchette et tue... Au niveau sonore, ce premier épisode m'a moins marqué que l'OST de l'anime de 2003, qui au niveau musique et effets se démarquait dès le début avec une patte particulière. Je pense surtout aux écrans-titres accompagnés d'un son son un peu étrange, vibrant et étiré, qui installe immédiatement une ambiance mystérieuse et presque glauque. J'attends de voir si niveau musique l'anime actuel aura un thème comme en avait celui de 2003, "He is Speed and I am Balance" (https://www.youtube.com/watch?v=-IqwbVwo434), qui était décliné tout au long de l'anime en différentes variations. Voilà pour mon avis concernant le premier épisode de ce nouvel anime par rapport à son prédécesseur de 2003, que je me remate en ce moment. L'épisode 2 sera celui du Colisée, histoire qui avait été adaptée en deux épisodes dans le premier anime (épisodes 6 et 7). Il s'agira d'un épisode avec pas mal d'action, qui devrait permettre à la nouvelle équipe de briller niveau animation (l'anime de 2003 se débrouillait déjà pas trop mal là-dessus, malgré des techniques moins sophistiquées qu'aujourd'hui et un budget sans doute plus modeste). J'imagine que pour les fans qui ont en mémoire le premier anime, c'est ce deuxième épisode qui fera véritablement office de baptême du feu pour la nouvelle série, car il y aura une comparaison directe avec l'adaptation de cette histoire qu'en faisait l'anime de 2003. Moi-même je l'attends au tournant, je dois l'avouer. A lire ici et là les commentaires de spectateurs des deux séries ayant également lu le light novel, il semblerait que les épisodes adaptés dans ce nouvel anime soient plutôt orientés action. L'anime de 2003 était plutôt bien équilibré entre épisodes d'action et épisodes plus contemplatifs, j'espère donc malgré tout que l'anime actuel ne fera pas l'impasse sur ce dernier type d'épisodes et saura conserver autant que possible cet équilibre. Pour finir, la liste des épisodes de l'anime de 2003, à comparer avec celle des épisodes prévus pour la saison actuelle (dont l'ordre n'a pas été précisé apparemment) : Trois épisodes seront donc des reboots d'épisodes de 2003, les trois quarts de l'anime devraient être de l'inédit. Les histoires "Land of Adults" et "A Kind Land" sont des histoires essentielles pour cerner un peu mieux le personnage de Kino ; leurs réadaptations ne sont pas surprenantes et sont au contraire plutôt bienvenues, notamment vis-à-vis des nouveaux spectateurs.
×