Jump to content

Bienvenue sur les Forums Mangas France.

Lors de votre inscription, merci de vérifier vos SPAMS. Le mail de confirmation y va à quasiment à chaque fois.

 

Pour lire vos mangas préférés, une seule adresse :

SCANTRAD FRANCE

Bon surf sur nos forums !

caymjan

Members
  • Content Count

    940
  • Donations

    0.00 EUR 
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

73 Excellent

1 Follower

About caymjan

  • Rank
    Capitaine
  • Birthday December 29

Recent Profile Visitors

1058 profile views
  1. caymjan

    Lupin III (2015)

    Petit up du topic car suite au visionnage de "l'aventure italienne" sur le service le plus connu de la vidéo à la demande récemment; le up est obligé quoi. En premier lieu, étant un total newbi sur la licence que ce soit au niveau du manga, anime ou film; ce fut une découverte. Parce qu'il fallait quelque chose de sympa à regarder pour faire passer la pilule d'un anime culte réputé mais au final décevant et en plus n'ayant pas l'envie de lancer un jeu à faire dans l'immédiat après de très chouettes aventures en Erebonia avec la classe 7 sur 2 jeux, il fallait un truc et en images de présentation, Lupin III avait du charme à première vue dans le style, vu le nombre d'épisodes pour le week-end ça semblait parfait: ce fut la perfection. Un kiff graphique bourré de charme rendant n'importe quel personnage mis en avant charismatique ou même dans le cas de personnes secondaires touchant, ça tape dans l'oeil sans la moindre agressivité c'est tout simplement sobre en étant expressif, vivant serait un terme approprié pour qualifier le style, auquel l'animation est de valeur égale, elle suit de façon nickel, que c'est bon. Avec des personnages haut en couleur qui sans renouveler le Gentleman cambrioleur, montrent qu'il y a pas besoin c'est indémodable puisqu'ils sont tous bons dans leurs domaines et gèrent comme il faut dans les situations, comme on attend d'une bande de professionnelles avec des principes vivant ente ombre et lumière; pas de chichi quoi. Evoluant dans une histoire qui a le mérite dans son fil rouge de ne pas non plus faire trop dans le compliqué avec quelque chose de compliqué justement et ça passe crème; à côté on s'ennuie pas avec les histoires parallèles, du classique par ci comme de l'inattendue de l'autre; il y a des bons rappels comme quoi malgré l'humour, il y a des choses pas jojo du tout (comme le coup de la gamine kidnappée). Complet, tout dans le traitement rend ledit tout complet, c'était génial. Accompagné d'une excellente bande-son, gros coup de coeur pour le style de l'opening par ailleurs mais l'ending: Oh My God. De quoi affoler le palpitant, non mais sérieusement comment ne pas en tomber amoureux? A chaque fin d'épisode rare fut les fois où l'ending fut zappé pour enchaîner direct au suivant. Mine Fujiko Une femme, une vraie, une déesse (mais je préfère encore et toujours celle de mon avatar, en même temps elle est plus ... caractérielle et la vie j'y tiens quand même). Rebecca n'est pas en reste, pour dire que les femmes sont clairement un gros point fort quand les gars de leurs côtés c'est la classe une fois en action donc pas en reste, il y a un pied d'égalité dans le traitement global que ça rend plaisant à souhait de constater que des gens derrière tout ça sont capable de bien montrer comment on fait pour que chaque personnage soit bon sans pour autant en faire écraser un pour mettre en valeur un autre, bon après quand il s'agit de Lupin ou Fujiko c'est autre chose mais quand même, c'est à noter. En clair, pour tout ce travail qui se ressent, cette oeuvre est une référence pour le newbi qui écrit ces mots. Et grande est la honte de ne pas avoir connu auparavant, parce qu'en plus ça existe depuis longtemps donc depuis ce temps c'était déjà une référence. Nul doute que les inspirations n'ont pas manqué alors. D'ailleurs Lupin et Zenigata m'ont fait penser sur le coup à Djidane et Steiner de Final Fantasy IX. Donc oui il y a dû en pleuvoir des inspirations en tout genre. Aucuns regrets d'avoir suivi dés lors et quand l'occasion se présentera, suivre les aventures de Lupin III et de sa bande se fera avec grand plaisir. L'aventure Italienne est un grand cru et une ode à l'amour. A consommer sans modération elle est pas belle la vie? @Papy C'est noté! 👍
  2. Enfin des choses sérieuses vers la fin, sans crier gare alors que tout le long de l'épisode ressemblait à une autre péripétie des aventures de Boruto en dehors d'une histoire principale qui ... prend son temps à venir. (Mais bon ça normal)l Donc là Urashiki ça fait plaisir, il y a plus qu'à espérer que sa mise en avant tienne la route par la suite et soit pas juste de l'esbroufe. Et puis il faut ça pour avoir tourner le dos à un week-end en famille avec pépé Hiashi, trop curieux sur le coup de voir davantage ceci vu tous les épisodes quasi-hs, un moment familial respirant le bon fan-service SURTOUT quand on voit pas beaucoup la maman en action quel qu'elle soit aurait été plaisant mais bon, soit ça soit une intrigue avec l'otsutsuki; là comme ça le choix est facile. Bref, vivement la suite et bravo et merci à @fantomas de continuer les topics.
  3. Chapitre lu et bien que fort sympathique à lire sur le coup, une pensée mêlant un rouleau compresseur fut étrangement constante dans la tête arrivé à un certain stade du chapitre. Plus sérieusement, entre un Jigen qui se dévoile un peu trop sur le coup sans pour autant montrer de ses capacités (pour l'instant) le ferait passer pour un méchant trop powerfull donc je fais ce que je veux alors que dans le même temps, son objectif toujours ambigu est la raison pour laquelle lui et son organisation se devait de rester encore dans l'ombre. Un certain non-sens pour l'histoire à ce stade et la suite si affrontement il y a vraiment entre lui et l'hokage ancien héros du précédent manga, en tout cas il a l'air chaud sans problème en allant à domicile en plein milieu du village, c'est Hinata qui va être contente en rentrant. Ce semblant de rush, conséquence du combat contre Delta? A voir à bien des égards, mais il y a fort à parier que ce combat soit plus avorter qu'autre chose puisque les probabilités que Sasuke arrive en renfort sont assez grandes, faisant prendre conscience à Jigen le pourquoi de la défaite de Momo et possible, une pensée pour la défaite de Kaguya. En revanche ce qui gâcherait le tout en attendant, surtout vis à vis de Naruto, c'est qu'on soit justement dans le village (aie pas bon signe du tout, trop d'antécédents historiquement) et aussi que les gamins arrivent "en renfort", déjà que Sakura n'a pas donné l'impression de s'en mêler; la gestion des personnages est ce qui va faire peur aux chapitres suivants (vu les antécédents) mais bon à voir quitte à se préparer pour des mauvaises surprises à l'avance, on est pas à l'abri de bonnes surprises également. Sinon à la rigueur le point vraiment important du chapitre, Kojin. Un infiltré avéré? Donc pour le compte de qui? Les relations avec l'organisation vont se refroidir davantage, faire un feu ne suffira plus pour réchauffer les coeurs et convaincre niveau foi. Ce qui accélère aussi les choses à ce niveau de l'intrigue, enfin verra bien. Donc toujours un bon chapitre qui fait le taff mais avec des pointes de scepticisme cette fois-ci pour la suite, selon comment c'est amené. Aux auteurs de convaincre.
  4. caymjan

    Anime

    Intégralité de la saison 3 enfin vu et quelle saison! Ayant mis en pause le manga pour laisser de l'avance et profiter ,à coup de renseignements; que cette saison adaptant jusqu'au chapitre sur lequel ma pause a débuté (correspondant à l'épisode final ce cette saison donc) pour seulement reprendre après la lecture pour connaître la suite l'oeuvre pour dire de bien manger convenablement si jamais; mais faut dire que depuis le temps, la saison a été une redécouverte avant toute chose à bien des niveaux. Cela faisait vraiment un bail depuis la saison 2 et depuis en manga ça devait être le chapitre 90, il était grand temps de replonger à pleines dents pour bien redémarrer tout ça. Mais sinon que dire de l'arc Historia et ensuite celui de la reprise du mur? Ben sans surprise, du bon, du très très bon. Tout dévorer sans lassitude, la digestion est un peu longue en conséquence mais aucun regrets, c'était trop bon. N"étant pourtant pas plus suivi à regarder plus que ça, voir même perdu beaucoup en hype pour l"oeuvre en règle générale depuis mais attendant que tout soit sortie; ce fut un vrai plaisir comme dit plus haut de redécouvrir tout ce beau monde qui prend chair avec violence et que les rares moments de répits sont pour mieux annoncer les tempêtes à venir dans ce monde ô combien dure et sans pitié, un monde qui ne permet pas beaucoup d'illusions ... à méditer. Il y a tellement de choses à dire sur tout le monde sur n'importe quel moment que là comme ça à chaud, il risque de faire nuit le temps d'évoquer... certainement plus calme pour continuer à énumérer une fois lancé mais le lendemain ça risque d'être compliqué. En résumé, c'était pas du tout évident de se voir lasser par tel ou tel événement y compris les protagonistes en général mais avec du recul il y aurait forcément du un peu plus négatif mais dans mon cas tant que la trame n'est pas finie tout est encore possible et c'est une règle de base pour tout, et après lorsqu'on voit pas le temps passé c'est toujours bon signe. A la rigueur, la première partie est étonnamment moins prenante qu'en version manga de mon souvenir, Elle est bien rythmée et tout, on plonge dans le bain direct de là où on s'était arrêté précédemment il y a pas de temps mort mais il y avait comme un manque qui était plus flagrant comme ça en anime au niveau de l'histoire et de l'exploitation des personnages, si on ajoute à ça des différences de tournures qui rendent moins bien que l'oeuvre originale alors que c"était une partie qui pouvait être davantage transcendée comme auparavant dans l'adaptation alors même que ça reste fidèle à la trame, là il y a un truc moins bien, du détail peut-être mais il y a comme un truc, c'est difficile à dire. Il s'agirait là du seul reproche à faire à mon sens, sur cette saison autant dire que ça n'a rien de bien méchant en soi. Bref, du coup; il me tarde sévère de connaître la suite, et refaire preuve de patience pour l'anime risque d'être ardue en état, et ce même si elle reprend dés l'année prochaine mais comme les tomes sont sortis au fur et à mesure depuis et (qu'il a dû s'en passer des choses, et pas qu'un peu j'imagine) reprendre l'achat de ces derniers pour une lecture tranquille cet été à la plage sonne comme une évidence. Donc en gros, se servir tous les plats d'un repas en une seule fois ou manger et boire avec parcimonie, telle est la vrai question suite à une saison 3 haletante.
  5. caymjan

    Final Fantasy

    L'envie de se jeter sur le jeu comme un béhémoth qui chargerait tout sur son passage pour découvrir ce remake est très forte. Ce qui joue beaucoup sur l'idée, est le fait qu'on (re)commence un jeu avec comme premier épisode la partie de Midgard mais avant tout comme un jeu entier de plusieurs dizaines d'heures alors qu'à l'origine Midgard c'est quoi? 5h ou plus d'un premier cd qui se faisait en moyenne 15-20h de jeu. Donc sur le principe le remake fait clairement le taff, en donne l'impression en tout cas. Sur 2 br, ça promet quelque chose d'énorme! Rien qu'en terme d'exploration, ça signifie que la trame fera visiter la totalité des secteurs y compris ceux du dessus de la ville? Sur le papier, la tentation est grande et limite justifiée pour n'importe quel fan sans avoir à prendre encore en compte les ajouts et retournement par rapport à l'oeuvre originale rien qu'avec ça. Par contre, ce qui ferait prendre du recul, un sérieux recul sont les prix des futurs épisodes à sortir par la suite et combien encore à venir et le plus important quand? Mine de rien 2020 est bien partie pour être la dernière en terme de grosses sorties sur cette génération de consoles actuellement (d'ici 2021 ce sera vraiment fini ensuite probablement) or parce que il y aura aussi la nouvelle génération de consoles qui sortira l'année prochaine... Or entre le moment où ff7 R fut annoncé et le moment où il sort enfin, il a fallu déjà un certain temps; en tenant compte en plus du format épisodique, il faudra s'armer de patience avant de se dire qu'on pourra explorer le monde comme dans l'oeuvre original qui commençait après Midgard. Et cela sera forcément sur PS5 et sur Scarlett... Il y a comme une réminiscence de la période FF15 qui resurgit d'un seul coup de la part de Square-Enix de ce fait là (avec mises à jour, rajouts en tout genre etc etc), mais peut-être avec une volonté différente car ça s'est lancé sur un chantier en toute connaissance avant même que le 15 sorte donc bon. Don forcément en tant que fan pour une licence qui a fait VRAIMENT découvrir l'univers du jeu vidéo, clairement très tenté mais ... Pas dans l'immédiat, du moins pas sur la ps4 ou pour d'autres la One. De toute façon, c'est trop Obvious en état qu'il y aura d'autres versions à venir et surement pas si lointain de la date de sortie d'origine de ce premier épisode en somme. PS: d'ailleurs Final Fantasy VIII Remasterisé sort lui cette année, dans la même veine que les opus 7 et 9 au niveau des ajouts et améliorations techniques.
  6. Chapitre lu. Probablement le chapitre le plus intéressant et effectivement le plus fun à lire de tout le manga, tant on plonge dans l'intrigue avec une facilité plus qu'inattendue par rapport à ce qu'avait habitué le dit manga. A certains égards, le problème Ootsutsuki dans Naruto est dû surtout au fait que ça tombe comme un cheveux sur la soupe pour au final se finir à vitesse grand V, du gros méchant pour faire du gros méchant. Alors que potentiellement, ça ne pouvait être que du bon. Et enfin, aussi logique que cela se fasse dans Boruto, ça prend forme. Pour l'heure d'une bonne manière. Autant rapidement la partie Kurama/ Kawaki est un peu en dessous de ce qui était attendue, quelque peu mielleux la discussion pour faire un parallèle entre l'hokage et le nouvel apprenti. Disons que le côté vu et revu de l'orphelin qui va ensuite créer des liens, est tellement manger à toutes les sauces qu'avec le démon renard ça aurait pu être mieux mais soit. Mais alors la partie Sasuke. Nul doute que Jigen soit bien un Ootsutsuki renégat (yes!) et que le Juubi en question soit celui qui faisait la paire avec Kaguya; vu que Jigen prend la forme du Ootsutsuki qu'à pu voir Sasuke juste avant quand Jigen fait son emprunt. Etant donné, que Momo et Kin soit la paire de la première stèle; donc Jigen fait peut-être parti la troisième stèle détruite sur le côté. Au final, le clan venu d'ailleurs a l'air de se résumer dans l'histoire aux cadres qu'on a revu sur ce chapitre pour la peine, mais alors Urashiki? Autant dire que ça promet pour la suite, et ça fait plaisir que la suite Boruto se décide à prendre un vrai envol pour raconter son histoire. Le tout à présent serait de mieux gérer les combats à venir. Avec d'autres petits détails comme la discussion Shikamaru/Saï ou encore le Byakugu de Tsunade et de Sakura montrent que certaines choses ne sont pas oubliées; les auteurs prouvent qu'ils peuvent faire quelque chose de bien s'ils travaillent sérieusement. Mais ça, l'avenir nous le dira. Ceci dit, ce mois-ci fut agréable à lire, sympa à revoir quand même des visages connus; pour la peine: vivement la suite.
  7. caymjan

    Persona 5 [PS3/PS4]

    Petit up du topic, pour un peu de tout en fait puisque l'actualité Persona 5 s'est enrichit depuis déjà quelque temps. Cela dit, désolé du double-post. Bon du coup par quoi commencer? Pour ce qui est des nouveautés à l'égard des spin-off: - les possesseurs de la Switch verront arriver à une date encore inconnue (donc rien de presse) un spin-off Persona 5 Scramble: The Phantoms Strikers, en collaboration avec Koei Tecmo. Un genre de Musou auquel on va pouvoir se défouler avec les éléments de l'univers Persona cela va s'en dire. Pourquoi pas et à voir mais clairement que ça surfe sur la popularité de l'opus; après tout dépendra si niveau écriture made in Atlus y aura et fera probablement la différence au delà du fan-service, qui est clairement mis en avant, avant toute chose. - Persona 5 Q2 New Cinéma Labyrinth sur 3DS pour le 4 juin maintenant, ne sachant pas trop ce que vaut le Dungeon Rpg premier du nom et n'étant pas friand du genre en général; les connaisseurs n'hésitaient pas! Le plus important à présent: - Persona 5 The Royal: la version enrichie du jeu de base à l'instar de Persona 4 The Golden et Persona 3 FES. N'empêche avec un titre pareil, on pourrait y voir un pied de nez à une autre licence... Cela dit, à ce tarif là ce serait pinailler sur tout et n'importe quoi mais quand même... Pour l'année prochaine dans nos contrées qui attendent pour ouvrir la porte à bras ouvert (ou en vrai comme des bêtes affamés qui vont se jeter dessus comme la misère sur le monde), c'est un duo qui a officié sur The Golden qui s'occupe de cette édition définitive, à savoir Kazuhisa Wafa et Daiki Ito. Donc en soi des valeurs sûrs à en croire ce qui peut être lut à gauche et à droite, n'étant qu'un newbie de la licence; seuls ceux ayant aux jeux d'origines puis à leurs nouvelles versions peuvent expliquer la marge qu'il y a entre l'ancienne et la nouvelle version et la conséquence des ajouts qui redéfinissent l'oeuvre entièrement. Bien que rien que là, au vu du nouveau personnage et des nouveaux confidents; de l'implantation d'un trimestre en plus; et une vingtaine de morceaux pour un OST déjà bien garni, celui qui a fait le cinquième opus devine quand même que ça n'a rien d'anodin. On est pas loin du coup de 20, 30 voir plus d'heures supplémentaires sur un jeu de base qui fait facile la centaine d'heures au cours d'une partie, or comme ça a vocation à en faire une deuxième pour dire de compléter ce qu'on a pas pu terminer, ça laisse songeur... Bref, ceux qui ne l'ont toujours fini ou pas fait tout court, voila qu'arrive une version complète donc si jamais. Pour ma part, et ayant adoré au possible et étant un être faible, ce sera day one; le comble est tel que pour éviter justement de refaire l'original avec le temps que cela demandera; l'avantage d'un visionnage de la version animé est qu'au moins on revoit le scénario dans sa globalité sans à avoir à se prendre la tête mais bon sang qu'est ce que ça vaut pas le jeu... Autant il y a des petits détails qui furent de vrais plus par rapport au jeu mais très succincts que l'action, le traitement plus qu'inégal parfois entre les personnages et celui du scénario... C'est gentillet quoi mais le tout est limite quelconque. Cela dit, les opening et l'ending sont top. Mais alors il y a de fortes chances qu'il y ait un autre anime de Persona 5, un peu comme pour le 4 suite à Golden si je n'abuse. Ce qui a poussé à regarder l'anime pour éviter de refaire le jeu à un an d'une version plus riche, fut le fait d'avoir acquis le spin-off Dancing in Starlight qui a refait plonger dans l'ambiance du cinquième opus. Et autant dire que là où la première pensée suite à ce jeu fut pour le fan-service et qu'en temps normal, j'aurais qualifier un tel achat de craquage de fan boy, force fut de découvrir que ce spin-off est une bonne surprise. Non pas par le gameplay et le principe du jeu où il s'agit bel et bien de fan-service sous les OST du jeu, et qu'au fur et à mesure on débloque même très rapidement tenues et accessoires en tout genre pour se faire plaisir avec l'équipe, en plus le rendu est vraiment bien fait, la hausse graphique des personnages n'en reste pas moins plaisante à voir lors des danses et des interactions. Non c'est surtout au niveau des liens sociaux que la surprise est au rendez vous, parce qu'on s'attend pas à voir un niveau d'écriture sur ce genre de jeu, qui se paie le luxe d'approfondir la mentalité et l'évolution des personnages alors qu'il s'agit de danse et de faire dans l'inédit en visiter les chambres de nos camarades (dont certaines vus dans l'animé), ce qui peut teaser quelque part pour la version The Royal ou du moins en extrapolant donner une petite idée en terme de nouveaux contenus. Par rapport au nombre d'heures pour le faire dans sa globalité, il y a donc un certain temps à accorder rien que pour s'entretenir avec les potes et débloquer les dernières conversations. Danser c'est bien, parler c'est bien aussi. Pour un peu, celui du troisième opus, Dancing in Moonlight serait tentant si c'est du même niveau et au moins pour mettre un visage sur les protagonistes mais ce serait pas la même magie puisque l'idéal (et le mieux) serait de faire le dit jeu original plutôt qu'autre chose. Mais quand telle est la question, à moins qu'il ressorte dans une nouvelle édition... Et à ce tarif là il en va de même pour le 4, m'enfin. En clair, peu de studios peuvent se vanter de proposer du fond sur une forme qu'on pourrait définir de "pompe à fric" en règle général. Et finalement aucun regret de l'achat. Ce qui pourrait laisser songeur au final pour les autres spin-off mais il y a une marge en état pour que ce soit pareil au niveau du fond si il y tout autant de l'écriture il y a, alors à voir. Dans tous les cas, ce fut une très agréable surprise du moment qu'on apprécie l'OST du jeu à la base, bien sûr.
  8. caymjan

    Vos derniers jeux achetés

    En ce moi de Mai auquel on ne peut faire ce qu'il nous plaît contrairement à ce que dit le dicton vis à vis des températures, alors que c'est en Avril qu'il ne faut pas se découvrir d'un fil; ça n'empêche pas que c'était l'occasion pour plonger dans d'autres mondes avec un univers propre: - A Plague Tale Innocence: Plus abouti qu'un Vampyr et Call of Cthullu techniquement parlant de prime abords, découvrir la France du temps de la peste noir est pour celui qui aime l'histoire déjà un point qui le rend indispensable, l'aventure d'une soeur avec son frère dans un tel cadre si le gameplay suit bien avec un bon rythme pourrait en faire un must dans sa catégorie. Et puis ces hordes de rats, faut pas être phobique du rongeur. Edit: Fini et complété récemment, pas nécessairement ouf au niveau de la prise en main mais suffisamment crédible dans l'absolu, juste les combats de boss un poil exagéré puisqu'en dehors du côté fantastique du jeu, il y a un côté un peu gros mais dans un jeu vidéo c'est quelque chose de facilement pardonnable. Sinon Amicia est juste , dans la lignée d'une Aloy d'Horizon Zero Dawn; qui en prend pleins la tronche parfois c'est à se demander comment cela se fait qu'elle en devienne pas folle parce que l'environnement est particulièrement sombre au fur et à mesure de la progression (cadavres dû à la maladie dans les ville, le fléau des rats ou alors lors d'un champs de bataille; graphiquement c'est waouh! vraiment. Il y a un côté "goonies" (le film des années 80) lorsqu'une nouvelle génération forme une bande le temps de survivre à la crise pas du tout déplaisant, même assez inattendue lorsqu'on commence la partie; mais logique étant donné que ça reste encore des enfants évoluant dans un monde adulte impitoyable. Il y a que le fait que le jeu se veut plus fantastique que d'une représentation fidèle de l'histoire arrivé à un certain stade auquel faut adhérer pour l'apprécier pleinement mais en soit rien de bien méchant. Et cette mise en valeur de l'alchimie. En somme un très bon jeu cocorico qui plus est, dont le souvenir restera fort puisque inspiré et inspirant. Certes pas exempt de défauts mais dans le genre il y a pas besoin d'autant, c'est une belle oeuvre. - Dead Cell: jeu 2d au style rétro du genre exigeant (hardcore peut-être?) un rogue-like en bonne et due forme qui ne cessait de faire de l'oeil depuis un bon moment. Etant un explorateur de mondes virtuels en règle générale et vu qu'il était abordable, pourquoi pas après tout et dans le genre ça rappellera des souvenirs d'une certaine époque. (qu'est ce qui faut pas dire pour se donner bonne conscience d'un achat pas prévu ). Cela dit, n'étant pourtant pas le genre de jeu auquel je suis friand, il a un charme et un magnétisme qui pousse à continuer encore et encore et ce alors que la frustration peut atteindre son paroxysme quand on échoue à la fin en détenant un bon stuff pour une "maladresse". - El Shaddaï: Ascension of the Metatron: sur PS3 en occasion plutôt quasi donné même en fait et alors là, quand on regarde ce qu'il y a en jeux des fois juste pour regarder ou chercher un jeu auquel on serait passer à côté éventuellement mais sans grande conviction, celui-ci dénotait tellement avec tout le reste qu'il était impossible de passer outre alors que cette oeuvre est une inconnue total. Une aventure biblique au vu des protagonistes mêlant 3D et 2D avec pour réalisateur Sawaki Takeyasu, datant de 2011, pas forcément ouf techniquement, probablement du simple mais efficace en gameplay; mais suffisamment intriguant à chaud comme ça pour rebrancher la console. Si jamais c'est la douche froide, heureusement qu'il était quasi-donné. Le mois de Juin avance doucement mais surement avec l'acquisition de: - Outward: sortie depuis fin Mars ce rpg présente de bonnes idées en matière d'exploration avec la gestion de son personnage auquel il faut surveiller par rapport aux conditions météologiques qui impactent l'équipement et la santé du personnage en autres, sans parler de la nourriture et des oins; ce côté survie n'est pas nouveau dans le média mais comme l'environnement semble pas seulement vaste mais avant tout attrayant, je dis pourquoi pas. Il donne l'impression d'un croisement entre un Dragon Dogma et un Reckoning of Amalur donc à voir. - CTR: aka Crash Team racing c'est certain dés disponible c'est installation et turbo illico presto. De mon existence, il doit s'agir du jeu auquel j'ai le plus joué en solo, entre amis et en famille du temps de la PS1 avec un plaisir véritable, bien plus qu'à Mario Kart. Donc on dépasse le stade du simple évidence lorsqu'il sortira, purement et simplement. - Bloostained: un castlemania like bien fichu avec une excellente ambiance, un bon gameplay avec un très bon chara design et le tout avec la musique qui va bien avec, la tentation fut trop grande. - The Legend of Heroes Trails of Cold Steel 2: l'intention de faire le premier du nom est très forte, très prochainement en tout cas. Et comme le charme opère déjà rien qu'à travers les images par ci et là faisant reconnaître le style de Nihon Falcom qui a été une révélation (tardive à ma grande honte mais comme on dit: mieux vaut tard que jamais) depuis Y's VIII marquant à souhait; donc dans le genre j-rpg c'est dire une valeur sûr auquel l'acquisition du second opus ne pouvait être qu'une évidence. Edit Trails of Cold Steel 1 & 2 fait en bonne et due forme chacun leur tour depuis l'achat du deuxième. Donc 2 parties pour chacun histoire de bien faire les choses: la partie découverte et la partie préparation (bon en vrai vengeance à l'égard de certains boss quand on est en ng+ ) faisant dépassées largement la centaine d'heures pour ensuite des parties ultérieures de finitions si la platine était un objectif. Sinon ces deux j-rpg alors? En un mot excellent, purement et simplement. Si on adore le genre J-rpg et si on adore les histoires sur du long terme donc en plusieurs jeux parce qu'il y a encore un trois qui va sortir (inédit chez nous) et un quatre sorti au Japon donc l'histoire de Rean Schwarzer, notre héros principal; est longue: les deux premiers jeux actuellement sur son année scolaire en tant qu'étudiant à l'école de thor et ensuite à partir du 3, en tant qu'enseignant. Bref, soyez prévenus. A bien des égards lorsqu'en plus on apprend que la licence est en fait une saga et que l'opus premier est en fait le septième de toute cette histoire, attention il s'agit pas toujours du même héros et ni de la même région, en l'occurrence il est pas nécessaire là d'avoir fait les précédents jeux pour faire ceux-là (et encore à vérifier je crois me tromper sur l'ordre chronologique des jeux sortis mais voyez déjà l'idée du truc de ce j-rpg). Mais en résumé, si on sait à quoi s'attendre sur le style qu'adopte le jeu dans son approche un peu cliché des choses avec un style graphique rétro, le tout avec gameplay sentant le rpg à la japonaise, on se surprend à se laisser emporter par l'histoire et ses personnages à la fois simples et riches. De très bons jeux, et il y a énormément à dire la dessus, énormément. Tellement que le temps à consacrer pour évoquer davantage est très (trop) important là comme ça. Edit: On poursuit avec Septembre, une rentrée palpitante qui confirme que la suite de l'année 2019 est un cru qui restera longtemps dans les mémoires, pour l'heure et en douceur; on débute avec: - The Sinking City: du Lovecraft pur jus adaptant l'une de ses histoires, plus beau techniquement mais étant dans la même veine que Call of Cthullu, pour grand amateur de l'univers de l'auteur et une expérience pour le néophyte. - Mais le jeu du mois, une nouvelle version d'un jeu culte de la précédente génération de console, l'OVNI du jeu vidéo mémorable: Catherine Full Body! Ayant fait le jeu précédent sur PS3 à l'époque et vu en long et en large les différentes fins, c'est avec joie teintée de nostalgie de replonger dans cette histoire unique croyant être en terrain connu dans cet univers et ce chara design (qui a beaucoup servi pour celui de Persona 5 franchement, s'en est même flagrant) mais qui réussit à montrer une autre facette de l'aventure de Vincent Brooks avec brio, si ce n'est en vrai avec audace ou du culot selon la perception (ou sensibilité) de chacun. Atlus définitivement une valeur sûr. Mais surtout SURTOUT à ne pas mettre dans les mains de n'importe qui: ce n'est peut-être pas un jeu de charme comme on pourrait le croire naïvement en voyant Catherine; ce jeu est tellement plus, on parle d'un jeu mélangeant du puzzle game doté de phases de simulation saupoudré avec du survival horror sauf que tout le contexte est clairement adulte que ce soi le côté existentiel de Vincent à travers les passages au bar et les histoires parallèles des clients, que le côté sombre et gore des montées lors des cauchemars et littéralement l'évolution des liens avec les différentes kcqatherines sous la plupart des formes que le fond peut être difficilement adhérable pour tout le monde selon le degré de sensibilité. Surtout à présent cette réécriture avec l'ajout du personnage de Rin. Mise en garde faite, cette pépite du monde virtuel fait toujours son effet, qu'on adore ou on aime pas, cela reste une expérience inoubliable qui de part son contexte et ses questionnements existentielles; parlent à n'importe qui pour la simple et bonne raison que tout individu qui se respecte ait passer par là dans sa vie, dans sa quête personnelle de prendre en main son existence. Donc ami gamer, si vous êtes célibataires et entre 20/30 ans, le jeu peut vous faire réfléchir, ami gamer en couple: faites gaffe à ce que votre moitié de voit pas certains sms que reçoit Vincent dans le jeu pour éviter de subir la même chose que ce dernier ( sans le principe des cauchemars et ce que ça implique cela va se soi) selon votre situation et vos ambitions pour plus tard; ce serait fâcheux. Catherine Katherine Pour Rin la petite nouvelle , cela dit son cas est particulier et peut jeter un froid pour des raisons évidentes donc Mais ce culot, cette audace,Atlus, on pourrait dire ce génie.
  9. caymjan

    La série des Tales Of

    Enfin fait Tales of Vesperia Définitive Edition, sur deux parties pour du 150h de jeu en tout car comme toujours avec cette licence, l'aventure se savoure plusieurs fois en règle générale et cet opus n'échappe pas à la coutume. Et faut dire qu'il y a toujours beaucoup de choses qui sont à faire ... Bien content quand même de l'avoir fait correctement pour dire de passer à autre chose l'esprit tranquille. Donc globalement cet opus qui fait partie des plus populaires de la licence? Pas du tout étonnant qu'il soit populaire, c'est pas usurpé, on prend son pied tout du long de l'aventure lorsqu'on aime les histoires bien construites avec des personnages attachants doté d'un gameplay dynamique et complet. On peut toujours dire de Tales of que c'est avant tout du contenu (à la manière d'un Persona et d'un Y's), techniquement on s'en fout que la mise en scène soit plus que vieillotte, le propos tient la route malgré le temps qui passe et depuis la découverte de cette licence, c'est un point fort indéniable. Quelque part, j'en attendais plus au niveau du scénario puisqu'on reste sur sa faim sur des éléments qui appartiennent au background mais en soit rien de bien méchant, après les solutions qui se veulent "scientifique" dans certains cas on tendance à faire fumer le cerf-volant dans la tête, pas vrai Rita? (pas frapper!) mais osef en général, ce serait pinailler alors qu'il s'agit d'un univers propre à lui-même. Les personnages qui composent l'équipe: rien à redire! Tous sont géniaux, se complètent bien, sont traités comme il se doit et façon cohérente et juste sans tomber dans le cliché ou la caricature et c'est un bel exploit car rien qu'en se basant sur la première impression qu'offre la vidéo d'ouverture, on s'attend à du vu et revu surtout par exemple avec Estelle, bah pas du tout c'en était agréable. Légèrement peut-être lors de cinématique mais encore une fois ce serait chipoter. -Entre l'amitié de Yuri et Flynn ma foi belle, et leurs évolutions à chacun toujours très juste ce que je trouve rare en général quelque soit le média; -Judith ou comment dire dés son introduction que ce personnage est réussi même en dehors de ses formes, ça frise le génie; -Estelle, la princesse au coeur pur empotée mais super attachante, notamment lors d'une discussion clé qui est intense d'émotions; -Capitaine Karol, ah le passage à l'âge adulte, courage! -Raven, on l'appelle sans arrêt "vieillard" tant par lui-même que les autres alors qu'en fait il a que 35 ans (ah ces japonais avec cette histoire d'âge aura toujours tendance à faire facepalm), bref, l'ancêtre est rarement un mauvais élément; -Rita, la relou scientifique sort quand même de l'ordinaire et est franchement sympathique et ce quelque soit ses humeurs; -Patty où comme Judith, l'art et la manière de réussir un personnage inédit qui est une réussite tant la "gamine" envoie tant dans certaines séquences niveau humour qu'en combat où c'est de la dérision totale. Il y a qu'au niveau des antagonismes où il y a du manichéen facile par moment mais certains frisent le génie comme Yeager où ce type est un vrai mystère à déchiffrer comme rarement dans le média. Après gameplay, bande-son en général, c'est du Tales of: c'est dynamique et intuitif pour l'habitué, prenant pour le néophyte et dans le ton de l'univers comme souvent, peut-être moins pris par la musique qu'habituellement il y a toujours un ou deux thèmes qui sortent du lot qui parfois transporte vraiment, que là non sans plus. De toute façon, c'est toujours une histoire de goût mais lorsqu'on s'habitue un peu trop de la composition de Sakuraba quelque soit la licence au bout d'un moment c'est toujours la même chose à part quelques thèmes plus inspiré et vraiment inspirant. Bref, excellent et génial à jouer, un précurseur de son temps, une belle découverte quoi. Entre Berseria qui est rentrait dans la gamme des Playstation Hits (L'histoire de Velvet a su marquer son monde on dirait alors que c'est pas le seul jeu qui a tout le temps des promos dessus sur le store et qui mériterait la même chose, c'est surprenant sur le coup mais pour la peine, c'est franchement mérité rien que pour elle, l'incarnation de la perfection au féminin) et cette édition de vesperia, la licence a l'air de se reconsolider et peut-être repartir sur de bonnes bases. Ce serait toutefois pas déplaisant que techniquement cela devienne plus poussé; ce n'était pas justice à la trame de Berseria par exemple qui a souffert de son délai de développement très court vu les saynétes qui furent nombreuses à ponctuer l'intrigue du scénario; surtout si l'objectif de base était de rectifier le tir suite au cas de Zestiria. (M'enfin ça, c'est une autre histoire et autant un faux débat de toute façon.) En résumé, Vesperia est vraiment une belle étoile.
  10. Mini-arc sympathique à suivre, ça volait pas haut par moment et faut dire que les ennemis se sont faits vite voler dans les plumes mais au moins c'était bien que ça s'éternise pas et ce malgré toutefois des longueurs sur une bonne moitié, chose que Pierrot aurait été bien capable d'accentuer donc pour le coup, c'est cool. Qui plus est, la métaphore employée d'une façon un peu simpliste pour la trame mais qui a fait mouche à l'égard de certains personnages et quelque part c'était nettement plus inspiré que d'habitude; et ceux qui ont joué à Berseria ne pouvait que deviner quoi sur la suite de cet arc, mais niveau qualité de réflexion ça reste juste incomparable entre les oeuvres mais bon c'est franchement sympa d'y voir un certain écho quand on connait. Quoiqu'il en soit, à la question "pourquoi les oiseaux volent?" Sumire et Jugo ont trouvé leur réponse. Alors que la team 7 pas encore: ils ne font que tâter la surface, mais ça commence à faire long quand même bien que Boruto soit en bonne voie. Cela dit, dommage pour Sumire car quelque part ses apparitions vont être très espacées dans le temps (on la verra à coup sûr lorsque tout le monde mangera la dinde en fête de fin d'année) mais comme dit par mon vdd il fallait être raccord avec le manga mais c'est vraiment un personnage avec un gros potentiel. Taka fut tout autant le point de cet arc, il y a pas à dire de bras cassés dans Naruto ils sont devenus franchement agréable à voir, cool même. Ils ont su prendre une certaine hauteur comme personnage. Bon par contre franchement pas pressé pour le prochain épisode à venir, manquerait plus qu'en plus du lait, on les voit nourrir cette petite boule de poil avec de la viande blanche, autant migrer à ce rythme là en attendant des événements plus sérieuses.
  11. Chapitre correct Donc ce n'est pas la fin pour Delta, une antagoniste féminine peut encore réserver son lot de surprise apparemment; ma foi elle a beau avoir sale caractère tant qu'elle n'est pas mise en couleur; elle possède un certain aura un peu plus concrète qui change. ( du niveau d'une Tayuya? probablement plus pour la peine mais dans son genre Konan reste le haut du panier). Kara et ses membres se dévoilent de plus en plus, comme toujours à voir mais Jigen, un renégat Otsutsuki? Sa puissance, ses connaissances laissent à penser qu'il en ait étroitement lié. En tout cas, niveau RF ça va jouer le yo-yo constamment il y a pas à dire. Un Naruto normal bien rapide pour éloigner tout le monde de l'explosion, pour la peine si Kashin se base vraiment sur le combat contre Delta pour dire que le hokage n'a aucune chance face à Jigen il pourrait être surpris: les auteurs peuvent de ce fait faire en sorte que comme Naruto n'a pas fait du Naruto face à la cyborg que face au boss de Kara il dévoile sa vrai puissance, d'une certaine manière c'est le côté positif sur la forme et pour le fond plus tard. Le côté négatif, comme sur la forme un Naruto KCM/sennin signifie sérieux; le fond en a pris un coup créant une incohérence des intentions (entre ce qui est dit et ce que cela a donné en image) qui a donné lieu à des séquelles sur la gérance des personnages. Dont le yoyo futur que donnera probablement la suite de l'histoire. Delta est particulièrement rancunière et bien préparé cette fois avec ces corps! affronterait vraiment une seconde fois le Hokage? Ou sinon l'organisation fera rouleau compresseur en se jetant en même temps sur lui? Les auteurs en seraient capables donc quelque part il faudrait peut-être arrêter de le dire. Sinon plus sérieusement, le chapitre donne les indices à la future défaite de Naruto si on analyse un peu: - Le cas Jigen même si c'est un peu gros en état mais pas du tout impossible (faut que la narration suit bien pour donner crédit au scénario). -Le chakra donné à Kawaki en prenant connaissance de la présence de Kurama si karma continue de se développer dans son utilisation pourquoi pas. Quelque part, c'est le début d'élément qui constituerait le premier pas à la défaite de Naruto. Pour la peine, ce serait le plus crédible et au vu du déroulé du chapitre, le détail le mieux travaillé depuis le début du lancement de Boruto. Kurama qui surveille Kawaki et se paie même le luxe d'apparaître plus directement, si il y avait pas eu The Last montrant déjà une séparation possible entre Naruto et Kurama sans problèmes, la scène en manga aurait été limite wtf. Curieux de voir la suite le mois prochain, la discussion peut être lourd de conséquences. Encore cette histoire de cartes à collectionner? plus malsain tu meurs, faire du merchandising au sein même du manga par les propres gamins collectionnant les cartes de leurs propres parents est toujours très discutable.... Coucou Mitsuki, tu perds définitivement la possiblité de devenir le meilleur ami de Boruto, entre l'anime qui traîne au possible et le manga qui a d'autres priorités dans le développement de sa trame, le jeune serpent ne peut que devenir insipide au possible. C'est à se demandant si ça en valait la peine à Oro de devenir parent... M'enfin maintenant que c'est dit, l'avenir me donnera peut-être tord. Un chapitre riche en détail en somme, ce qui le rend plus que correct; mais encore une fois faut adhérer à pleins de trucs du manga pour l'apprécier.
  12. caymjan

    Les news du cinéma

    Bande-annonce sur un film Dragon Quest en CGI: Adaptation d'une célèbre licence du jeu vidéo, en l'occurrence il s'agit là de l'histoire du cinquième opus de la série sortie en 1992 sur SNES puis en 2009 sur 3DS sous le titre "Dragon Quest: la fiancée céleste". Pour ceux qui connaissent, il y aurait Koichi Sugiyama à la bande-son et Takashi Yamasaki (Destiny: The tales of kamakura) pour la réalisation. Sortie pour le 2 août 2019 au Japon. A voir pour l'occident avec un peu de chance.
  13. caymjan

    [Netflix] Love, Death + Robots

    @Othy: Si l'interprétation est bonne (de là à dire qu'elle est juste il y a de la marge donc ça vaut ce que ça vaut), la réponse se trouve directement dans le titre de la série. Chaque histoire propose une thématique propre qui n'ont aucuns rapports entre eux mais en fait avec un lien fort avec la mort au sens large et selon les circonstances ciblée, elle gravite clairement tout le long et elle est la plupart du temps provoquée ou souvent également elle rappelle à l'ordre. Et le point de vue des robots par exemple au cours de la série (et pas nécessairement à cette évocation ceux de l'épisode "les trois robots" ) révèle bien ce qui en fait généralement de la vie par l'être humain et de sa propre place au sein du monde. En gros, on aime la mort parce qu'elle nous fait apprendre ou réapprendre la valeur des choses simples de la vie et que les robots sont la preuve vivante alors qu'il s'agit d'un concept inconnu pour eux, selon le point de vue ( Nier & Nier Automata ) que les humains sont chaotiques au possible et cela dépasse le cadre même de se laisser guider par les émotions au delà de la raison. Si on veut résumé tout ça avec une philosophie simplifiée au possible parce qu'en vrai , c'est pas en trois lignes qu'on peut détailler comme cela les épisodes de l'anthologie; entendons nous bien. Cela dit, le décorticage de chaque épisode permet de mettre en évidence cette relation vie/mort qui est le fondement même de l'existence et des choix passée et futur qui en découlent, à chaque fois de manière différente, faisant percevoir les choses toujours de façon différente (perception et relationnelle différente avec la mort ) et qui n'est de meilleur témoin de tout ça qu'une machine consciente? D'où le titre de la série à bien y regarder. Mais après un tel décorticage demande du temps et faut du monde qui ait regardé la totalité pour en discuter encore et encore. Donc voila le point commun des épisodes, pour moi, c'est cela c'est la mort. Après comme dit, ça reste une interprétation mais à partir de là il y a matière à creuser. Et comme il y a vraiment une bonne écriture sur le propos en général des épisodes de la série, la subtilité à avoir différents sens quelque soit le thème permet de voir les choses comme on le sent. Pour ça qu'il y a de la marge sur le fait d'avoir une interprétation correcte sur le sujet. Parce que tout est possible.
  14. Chapitre lu. Troisième chapitre de combat et le dernier pour Delta? Techniquement, elle fut introduite dans l'histoire récemment (la sortie mensuel des chapitre donne une fausse impression) et pourtant on fait déjà largement le tour du personnage pour un résultat pas fameux du tout, or de ce point de vue là c'est surtout Kara en général que je vise car dés qu'on un bonhomme à peine au final il disparaît déjà; forcément à des exceptions prés mais comme on commence à attaquer le cercle des supérieurs de cet organisation en l'occurrence en premier avec Delta; mine de rien ce n'est pas fameux. Autant on me dira que dans une certaine mesure c'était pareil avec l'Akatsuki, sauf qui'il y avait une durée non négligeable ponctuée de combats et de développements englobant plusieurs personnages que pour l'heure dans Boruto c'est tout à minima. Delta se pointe et ça fight ok pendant 3 chapitres entiers ok mais, était-ce bien? Non parce que le personnage a servi a faire du combat pour juste faire du combat cela n'a pas servi à la construction de la narration de l'oeuvre dans sa globalité, du tout pour elle en tout cas. On avait bien affaire à une faire valoir plus qu'autre chose, le seul mérite qu'elle avait c'était son chara design ( sauf en couleur où son rouge à lèvre était vraiment à gerber tant ça lui donné un air de mauvais goût) elle a pas démérité non plus au corps à corps en image ça reste impressionnant. Mais en dehors absolument pas extraordinaire. Une antagoniste lambda qui n'aura pas l'aura ne serait-ce d'une Konan ou d'une Tayuya. Ce qui fait qu'on en revient au problème depuis le départ: la gestion du personnage de Naruto. Il est vraiment en rage hors de lui le héros? Nan parce que voir Delta rendre quasiment à chaque fois tous coups qu'elle subissait de sa part lui en KCM/mode sennin depuis le début du combat c'est.... Anormal c'est flagrant qu'il y a un problème car encore une fois depuis trois chapitres, jamais Delta n'aurait pu toucher Naruto de la sorte tant qu'il avait son mode combiné! Et la stratégie employée se basant sur la limite d'absorption de la mécanique de Delta est plus que douteuse, une consommation de son chakra pour en jetant pleins les yeux alors que c'est pas avec tous ses précédents adversaires connus qu'il se serait risquer à faire une chose pareil, surtout lorsqu'on veut en finir avec son adversaire en premier lieu. Et que Delta était en position de dernier recours à la fin. Cela fait vraiment peur pour l'heure où viendra le cas Jigen, en tout cas, l'anime va avoir du boulot pour l'adaptation qui viendra que dans bien longtemps pour la peine.Bref, mois prochain Koji qui repart faire son rapport ou reste pour reprendre Delta? Retour du Slice of life avec Kawaki convalescent? En tout cas, Naruto a fini d'être maltraité pour le moment, le comble serait de revoir du vrai Naruto si rencontre il y a avec Jigen.
  15. caymjan

    [Netflix] Love, Death + Robots

    Comme dit, on peut regarder chaque épisode séparément comme on le sent, tous sont différents, racontent une histoire différente, ce sont des personnages différents dans un univers différent avec pour chacun un style graphique différent (dans une très grande majorité des cas pour ce dernier point). Il y a juste vraiment pas d'hésitation à avoir, le mot est faible encore; faut foncez quoi. En résumé, il y en a pour tous les goûts. A ceci près, on reste régulièrement dans un cadre SF mais franchement ce serait vraiment chipoter. De l'héroic-Fantasy pour équilibrer tout ça n'aurait pas été de refus toutefois. C'est dire que ce genre d'oeuvre ouvre une multitude de possibilités une fois lancé. Alors en revanche, certes pas de fil conducteur à proprement parler mais, ça ne tient qu'à moi tel que je l'ai perçu en ayant regarder la série; un point commun qui les relie tous.
×