Aller au contenu

Bienvenue sur les Forums Mangas France.

Lors de votre inscription, merci de vérifier vos SPAMS. Le mail de confirmation y va à quasiment à chaque fois.

 

Pour lire vos mangas préférés, une seule adresse :

SCANTRAD FRANCE

Bon surf sur nos forums !



lilas

Membres
  • Compteur de contenus

    280
  • Donations

    0,00 € 
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Réputation sur la communauté

10 Bon

À propos de lilas

  • Rang
    Hunter
  1. chapitre 555

    En même temps, quelque faible soit l'estime qu'on a pour Gaku'ei, force est de constater qu'aucun de ses adversaires jusque-là n'a été capable de l'éliminer. Comme le plan requiert d'éliminer sa troupe définitivement, il faut quand même une offensive digne de ce nom. C'était plutôt courageux de la part d'Akou, et audacieux, de prendre en charge tous les autres ennemis pour assurer l'efficacité de l'attaque de Shin et de Ouhon. Car le gars sait très bien qu'il va peiner à contenir les trois autres généraux et que son armée va souffrir. Mais là, Riboku va faire pencher la balance en proposant une tactique pour le désarçonner au moment précis où la troupe d'Akou sera dans un moment de faiblesse. J'ai presque de la pitié pour Akou. Ceci dit, je ne suis pas encore complètement sûr qu'il va mourir (même si c'est assez probable, et de la main de Bananji). Concernant Riboku, la frustration vient du fait que Riboku n'aime pas la guerre. Il n'a donc ni l'enthousiasme ni le charisme d'un Renpa ou d'un Ouki pour la chose, ce qui le rend beaucoup moins excitant. Il se contente du minimum, mais ses manœuvres sont en général létales. Il n'en est donc pas moins dangereux, même si pour la faiblesse de Kanki, on attend toujours. En attendant, Riboku a quand même plutôt l'avantage sur le champ de bataille. A gauche, il s'en est fallu d'un cheveu pour que Qin soit écrasé. A droite, Qin résiste mais c'est tout et a priori, cela ne va pas s'améliorer. Et ce malgré le fait que l'armée de Ousen soit épaulée par les trois jeunes prodiges de Qin. Vu comme cela évolue, Ousen risque d'être battu, ou en tout cas de continuer d'avoir le dessous. Mais sans être annihilé (c'est le Ousen fighting style). Et que cette résistance va finir par être fatale à Riboku. En effet, tant qu'il ne se sera pas débarrassé de Ousen, Riboku ne pourra pas sauver Gyou alors que je pense que Tanwa, elle, pourrait gagner de son côté et réussir à revenir vers Gyou pour faire tomber la cité. Ainsi, Ousen sera fidèle à son rôle de bouclier (le gars nul pour l'offensive mais qui paralyse les mouvements de l'adversaire) tandis que Tanwa récupèrera le rôle d'arme offensive (et décisive dans la bataille) usuellement dévolu à Kanki quand lui et Ousen évoluaient dans l'armée de Mougou, ou à Moubou lors de la guerre de coalition. Je vois bien également Ouhon être la sar des prochains événements, avec l'aide de Shin certes, mais à la manœuvre quand même. Et évidemment, récupérer l'armée du peut-être futur défunt Akou. Quant au sens des propos sybillins de Kanki, mystère...
  2. chapitre 555

    Bon, en fait, ce n'était pas tout à fait cela mais cela reste un chapitre très instructif. Je me suis demandé un temps si on n'avait pas fait un retour en arrière par rapport au champ de bataille de Tanwa. Là-bas, on était à 9 jours. Ne revenait-on pas là au quatrième ou cinquième jour de bataille ? Mais en fait non, l'estimation des vivres restant donnée par Ouhon ne laisse pas de doute. Nous sommes bien ici aussi au 9e jour. A Gyou, Zhao opte pour une approche attentiste, slon probablement les ordres de Riboku. Et il semble bien que le message qui est parvenu à Riboku ne soit pas une ruse de Kanki. J'imagine que son stratège serait au courant. Sur le champ de bataille de Riboku, les forces de Zhao ne se pressent pas non plus. Comme attendu de la part de Riboku qui n'aime pas le sang versé en vain. Zhao attend simplement que Qin soit à court de vivre, maintenant qu'ils savent que Gyou ne va pas tomber avant dix jours. L'auteur nous annonce que Akou vient de faire une erreur stratégique importante. Riboku l'a ciblé mais je dois bien dire que je voyais mal Akou résister seul aux trois autres armées. Le plan initial semblait bancal. Mais trois armées plus Riboku, c'est beaucoup : tchao by bye Akou ?
  3. chapitre 555

    D'après les images, on peut se dire... ...que les hommes de Kanki font la tronche parce que leur situation devient critique. ...que Akou, Shin et Ouhon viennent de décider de cibler Gaku'ei. ...que Zhao a reçu des renforts sur le champ de bataille de la HSU. ...que le second de Akou semble féliciter Banyou. Enfin la reconnaissance de Ouhon ? ...que Riboku en a marre de patienter et vient au front pour décider de l'issue de la bataille. Cela va être chaud. Notamment pour Akou.
  4. chapitre 554

    A priori non. Je vois mal le messager mentir à Sei. Il est parti à la troisième journée, a mis cinq jours, et on se retrouve donc après le lendemain avec Tanwa, soit le 9e jour. Il est possible qu'entre temps des choses se soient passées sur les autres champs de bataille, mais je parierais plutôt sur un statu quo. Je vois mal l'auteur ne pas développer les événements principaux, et surtout une éventuelle défaite de Riboku. Kanki sur les arrières de Shunsuiju, cela me semble impossible, principalement à cause de la position géographique des deux hommes. Ousen, qui sait avec lui ?
  5. chapitre 554

    Je suis également assez content de revoir Heki sur le bon pied et à la manœuvre. Je préfère le "repair and defend" de Heki que le "stand and fight" de Makou ! On notera que le "forte" de Heki (la défense) est précisément une des faiblesses de la HSU. Annonce d'une future réunion ? Cela fait du bien de voir Heki refouler les Quanrongs. Je crois même que sa présence sera la clé du succès pour Kitari et Katari. Même si la suite du combat contre Bunen risque de se compliquer, chapeau Heki ! Voilà quelqu'un qui sait comment utiliser des archers (Allô Ten ?) ! @Quintessence : j'ai compris le contraire. Heki entend bien percer par le centre pour atteindre Bunen et ne compte donc pas directement sur les frères et sœurs Mera qui sont sur une aile pour prendre la tête de Bunen. Enfin il compte sur eux parce que eux vont faire une diversion et prendre la foudre de Bunen, mais voilà... Et si Heki n'arrive pas à séduire Tanwa, il pourra toujours tenter sa chance avec Kitari, après lui avoir sauvé les miches sur le champ de bataille Danto me fait bien rigoler également. Mais bon, la grosse question reste celle-ci : même s'ils battent les Quanrongs, ils vont faire quoi quand Shunsuiju va dégainer ses 90 000 hommes ? Je me demande si on va rester sur ce champ de bataille ou bien aller faire un petit tour ailleurs. A priori, ailleurs, Ousen et Kanki sont censés avoir plus de vivre et donc ne pas devoir risquer tout sur une attaque frontale à double tranchant. Mais quid de Riboku ? Joue-t-il la montre ?
  6. Qui avec le général Shin ?

    Ah, je n'avais pas pensé que Karyo Ten pourrait commander sa propre armée pour ne pas empiéter sur les plate-bandes de Shin, qui maturerait ainsi ses qualités de commandant en chef. C'est une bonne idée. Shin pourrait avoir ses 5000 hommes au centre, avec Karyo Ten qui superviserait sur une aile une autre partie des troupe (pourquoi pas 5000 également) et Kyoukaï sur l'autre aile avec sa troupe. Soit les 10 000 hommes du général Shin répartis entre deux commandants (Shin et Karyo Ten) plus les hommes du futur commandant de 5000 hommes, Kyoukaï. Cela aurait de la gueule. Mais alors qui avec qui? Je veux dire, je vois bien des personnages avec des talents particuliers répartis dans chacun des trois groupes. Karyo Ten avec les frères archers dans sa troupe, ainsi que Naki qui a un oeil affûté pour la stratégie en plus d'être une bête de combat. Shin garderait les historiques, plus Sosui (les anciens de Kakubi). Mais là, cela manque d'un peu de nouveauté quand même... Kyoukaï se suffit à elle-même Il se peut aussi que les anciens du Duc Hyou rejoignent la Hi Hyou. Plus, donc, des nouveaux (je pense vraiment qu'il y en aura) Je pense que c'est un peu tôt pour Heki, qui a sa propre troupe en tant que général. Il ne pourra rejoindre Shin que quand celui-ci commandera des armées de 20 000 hommes ou plus. Ceci dit Heki pourrait aussi définitivement rejoindre Yotanwa et donc ne jamais rejoindre Shin. Cela me semble envisageable. Sinon, il me semble tout aussi envisageable que Heki garde des mecs des montagnes dans son armée (vu qu'ils l'aiment et que lui aussi les aime...), ce qui en ferait un renfort très intéressant pour Shin. Donc je reste plutôt sur mon petit joker préféré. Ou un nouveau personnage qu'on ne connaît pas encore... C'est un peu étrange de dire cela dans la mesure où Kyoukaï a toujours été aux côtés de Shin et a une part essentielle dans quasiment tous ses accomplissements. Néanmoins, je pense que tu as raison, elle ne deviendra pas directement générale. On a suffisamment insisté pour nous dire que le grade de commandant de 5 000 hommes n'était pas anodin. Je pense que Kyoukaï en passera donc par là. Mais probablement pas très longtemps. Et lorsqu'elle sera générale, le temps de son émancipation viendra encore plus vite...
  7. chapitre 553

    C'est bien 90 000 mecs de Zhao (autour du chapitre 516 je crois). Plus les 60 000 Quanrongs. Par contre Tanwa, c'est 50 000 sans compter les 10 000 de Heki. Soit 60 000 vs 150 000... Mais on n'a plus vu les types de Zhao se battre depuis l'entrée en scène des Quanrongs. Peut-être parce que les Quanrongs étant sur leur territoire, ce sont eux, et seulement eux qui se battent. Mais il y aurait quand même moyen d'utiliser mieux l'armée de Zhao. Pareil, je ne comprends pas trop pourquoi Rozo et Shunsuiju décident de passer à l'offensive mais bon, on verra bien.
  8. chapitre 553

    Par contre, quelqu'un comprend pourquoi les forces de Zhao ne sont pas utilisées par Shunsuiju ? Je veux dire, on a 60 000 Quanrongs, et 90 000 mecs de Zhao. En théorie, les 45 000 montagnards et les 10 000 types de Heki ne devraient pas faire long feu. J'imagine que les Quanrong n'acceptent de combattre que si ils se chargent eux-mêmes de leur ennemi, ou quelque chose du genre. En tout cas, Tanwa, si elle bat les Quanrongs, devra encore battre Shunsuiju et son armée... Heureusement que super Heki avec ses montagnards surmotivés qui l'adorent est là ! En toute logique, Shunsuiju devrait penser à une stratégie où il envoie 20 000 hommes lever le siège de Gyou en contournant les montagnards, mais visiblement non... De même, on sait qu'il y a un général Kochou dans les montagnes de l'ouest, pourquoi Riboku ne l'envoie-t-il pas à Gyou ?
  9. chapitre 553

    Génial ce chapitre. Le vieil Enpo qui envoie chier Tanwa, mais qui en même temps semble devoir jouer un rôle crucial. Se faire Shunsuiju ? En tout cas, cela promet. Heki se fait du bien au moral en découvrant que tout le monde n'est pas comme Kitari... Y va réussir le petit Heki. Le problème n'est pas tellement là mais plutôt dans le fait que Shunsuiju semble dominer largement Yotanwa, ou prédire tous ses mouvements. A part peut-être une action du vieil Enpo, qui est peut-être un maître à l'épée. En tout cas, on prend notre temps sur ce champ de bataille, ce qui est bien : son importance est confirmée. J'imagine que là, on devrait aller voir ce qui se passe ailleurs. Personnellement, je trépigne d'impatience pour savoir ce qui se passe du côté de Kanki.
  10. C'est très risqué mais Ousen peut tabler sur une sorte de décomposition interne de Zhao rien qu'à la nouvelle de la chute de Gyou. Genre le roi convoque Riboku pour l'exécuter ou lui retire le commandement des armées, etc... Mais effectivement, si Zhao se lance dans une guerre plus intense et totale, on ne voit pas bien ce que fera Qin... Gyou ne sera pas vraiment d'utilité avec ses greniers vides.
  11. chapitre 552

    J'avais raté le fait qu'il y avait une semaine de repos. Dur...
  12. Un autre point que je relève, c'est qu'on a toujours dit que Ousen n'engageait que des batailles gagnées d'avance. Qu'il ne prenait pas de risques pour sa propre personne car il se considérait comme plus important (sa vie, son royaume, etc...) que l'enjeu proprement dit de la bataille (raison pour laquelle il avait laissé si exposé les arrières du vieil Hakurou). Renpa voyait cela comme un défaut, le défaut majeur de Ousen. Mais ce Ousen à 0 risques, ce Ousen qui voulait son royaume, il est peut-être en train de mourir/disparaître. On a peut-être un nouvel Ousen qui s'assume comme le meneur en chef de la conquête de la Chine pour Sei. Un Ousen qui prend des sacrés risques. Comme celui d'aller prendre Gyou en faisant le pari que la ville arrivera à court de vivres avant lui...
  13. chapitre 552

    En même emps, on n'a jamais su à quoi servait vraiment heki, mais on l'aime bien. Après tout, nous ne sommes pas des utilitaristes, si ? On peut ne servir à rien et être essentiel, non ? Sinon, je lui vois un futur en meneur de la tribu des lapins des montagnes
  14. Berserk [Kentaro MIURA]

    Moi je trouve que maintenant, le dessin est moche. Cela me pique les yeux. Avec en plus le rythme de parution d'escargot et l'histoire à l'arrêt, cela commence à faire beaucoup. Bon sinon, Casca retombe en catatonie, et c'est reparti pour 30 volumes Edit: cela fait deux ans que cela s'arrête en mars pour reprendre durant l'hiver. Donc probablement le dernier chapitre avant la coupure.
  15. chapitre 552

    @Skyvos. Ah, c'est drôle. L'indice est pour le moins ténu mais tu penses que c'est un Kyumnei, un membre de la tribu de Ten ? Faudrait retrouver les passages où Ten raconte les souvenirs de son vieux. On pourrait rajouter que son masque est aussi, peut-être, un masque d'oiseau, comme celui de Ten... Quoiqu'il en soit, ce vieil Enpo est intriguant. Déjà parce qu'il donne un nom étrange à Yotanwa, ensuite parce qu'il n'est pas torse nu, et enfin parce que c'est un vieux avec une canne qui va à la guerre... @Quintessence. Je ne crois pas qu'il y ait trop d'arrières pensées dans la proposition de Heki. Il est dépité de mettre Yotanwa en difficulté, il se sent responsable de tous les sacrifices auxquels ils ont et vont devoir encore recourir, et il veut en prendre sa part de responsabilité. Il veut se sacrifier, par devoir. Cela dit, prendre la tête d'une des trois armées, c'est un plus que cela. Il risque tout faire capoter s'il échoue et je pense bien que Bagio, Danto et Kitari sont de meilleurs combattants que lui. Tactiquement, je ne suis pas sûr qu'il les dépasse, voyant comment il avait été joué par les Quanrongs. Mais par contre, il sera dévoué et ira jusqu'à la mort pour accomplir sa mission. C'est un pari risqué, à Yotanwa de trancher. Je note que Yotanwa ne prendra pas part au combats, semble-t-il. Se réserve-t-elle pour le duel avec Rozo qui devrait arriver vite si ses trois frères sont tués ? Ou pour autre chose ? Et quand même, pour le fun
×