Jump to content

Bienvenue sur les Forums Mangas France.

Lors de votre inscription, merci de vérifier vos SPAMS. Le mail de confirmation y va à quasiment à chaque fois.

 

Pour lire vos mangas préférés, une seule adresse :

SCANTRAD FRANCE

Bon surf sur nos forums !

Cabotin

Members
  • Content Count

    343
  • Donations

    0.00 EUR 
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    13

Everything posted by Cabotin

  1. Cabotin

    One Piece Chapitre 972

    Chapitre sans plus de mon côté. Je suis toujours dubitatif du personnage d'Oden et de sa noblesse. Alors oui, l'image de le voir porter ses camarades sur son dos alors qu'il est en train de flamber arrive à créer une force : lui qui les a extirpés de leur isolement et pauvreté, le voici en train de les soutenir une dernière fois avant de les sauver en leur confiant son vœu. Il y a quelques chapitres, j'avais dit avoir du mal à comprendre la dévotion envers leur Maître néanmoins l'exécution rattrape ce mal. Autre point relativement positif : Kaidou. Le personnage rend honneur à son ennemi en l'abattant et en ayant tué la coupable de son duel : cela lui donne un peu de complexité et surtout par rapport à Orochi mais c'est très facile en comparaison. Comme je l'avais évoqué son exécution a été construite sur une intrigue que je considère faible et bancal. Je regrette vraiment en fait ce qu'aurait pu raconter l'arc si Oda avait décidé de faire dans la subtilité et ce qui m'exaspère reste vraiment les justifications que soulèvent Oden. Sa gestion de la crise à Wano sous l'usurpation a été calamiteuse car Kaidou le reconnait lui-même qu'il possédait la force militaire pour le repousser mais qu'il a cédé au chantage d'Orochi; il s'est humilié avec sa danse mais il n'a jamais songé à un plan d'attaque et a laissé les choses se tasser et pourrir pendant cinq ans car il attendait la venue d'un sauveur qui arriverait dans 20 ans ? Oui, Wano a fermé ses frontières avec le monde et il semble que ce soit bien lié au siècle perdu. L'inconvénient demeure que cette ambiguïté morale n'existe pas et qu'Oda a mis à la place l'antagoniste qu'on doit détester de chez détester car "regardez il est pleutre et idiot et méchant! "(J'ai vraiment l'impression de limite voir un méchant de Ken Le Survivant qui se balade impunément). Orochi aurait pu incarner cette branche traditionnaliste et incarner un opposant politique et idéologique à Oden… Vraiment par sa position du Shogun usurpateur, Oda aurait pu raconter bien des choses avec ce personnage mais il n'en fait malheureusement rien à part faire encore et encore en sorte qu'on le déteste. C'est globalement mon problème avec ce flashback et l'arc actuel : un manque d'évolution et d'un réel débat sur la situation isolationniste de l'île qui aurait pu résonner avec la quête de liberté de Luffy. Surtout que nous sommes dans le flashback le plus long de One Piece et qu'il y avait vraiment moyen de raconter quelque chose d'un peu plus construit qu'une énième usurpation du pouvoir par un méchant pas beau et tout vilain. Donc le chapitre aurait pu m'émouvoir mais vraiment je suis resté indifférent. Je redoute cette révélation d'une grande "Destinée" et j'espère qu'Oda évitera de commettre cette erreur comme l'a fait Kishimoto avec Naruto. Enfin, j'ignore si ce chapitre conclut définitivement le flashback et j'espère pas que non car il reste ce fameux saut temporel à voir. Sinon, toujours un peu frustré que le personnage de Toki soit autant en retrait et qui se voit (pour l'instant) résumer à être la femme d'Oden et au gimmick du saut temporel. Avec un tel pouvoir, le personnage aurait pu raconter tellement plus et j'ai encore un faible espoir que le prochain chapitre lui permette de briller un peu car là, le personnage n'aura pas eu de développement solide. Si on revient à la situation du présent, on pourrait supposer que cela reste pour maintenir un suspense ou une surprise sur elle ou sa fille. Je suis partagé vraiment sur cet arc en cours : Oden ne m'aura pas convaincu en raison d'un manque de subtilité ou de complexité. Il est très frustrant aussi de voir que Wano rassemble une bonne partie de certaines intrigues amorcées depuis le début même de One Piece et je reste toujours épaté des liens dans l'univers diégétique de One Piece cependant je suis déçu de voir aboutir une intrigue si grossière dans ses effets et si peu prenante.
  2. Cabotin

    Tournoi de popularité Animes Courts/Longs

    Un vote pour Devilman Crybaby. Une œuvre si singulière, si éprouvante qui m'a juste rappelé des possibilités inouïes d'un animé avec un travail de réadaptation du mythe de l'œuvre d'origine. Cowboy Bepop: probablement mon animé préféré avec une pléthore d'OST qui me charme encore. N'oublions pas le casting excellent et cette ambiance jazzy mélancolique. Samourai Champloo : celui que j'aime le moins du trio mais qui reste excellent (je suis moins sous le charme des personnages, je présume). OST chill avec du Nujabes et l'anime contient un des moments les plus intenses que j'ai pu voir. Bref, trois excellents animés. Vote pour Jojo 😎. En termes d'adaptation, David Production insère tellement de folie et sublime l'œuvre d'origine à un point que la dernière saison dont je suis loin d'être un grand fan aura été un plaisir total (bien que je ressente aussi les défauts d'origine de l'œuvre). Rien que les jeux sur les openings… Il y a tellement de passion de rendre hommage à cette œuvre de génie. Hunter X Hunter : du solide, très solide. N'ayant vu que l'adaptation de 2011 qui d'après Haar est moins bonne que celle de 1999, je dois avouer que l'adaptation reste de très bonne facture bien qu'elle amoindrit la violence de certains passages et que j'ai du mal avec une certaine décision de l'adaptation. Néanmoins, mes remarques restent du pinaillage face à l'ensemble qui dans son adaptation de 2011 a le mérite d'offrir un sentiment de conclusion, chose que le manga aura du mal à offrir 😏. Mais sinon œuvre de qualité avec son lot d'intrigues complexes, de subtilité, d'étude de personnage et de développements profonds avec des moments grandioses. Dragon Ball : l'enfance de la plupart dont la mienne. Si on inclut toutes les adaptations animées et produits dérivés, on atteint un niveau vraiment faible.
  3. Cabotin

    One Piece chapitre 970

    Ca commençait à faire plusieurs mois que je n'avais pas commenté et je profite de la pause et que l'on soit vers la fin du Flashback pour dresser un avis général sur ce passage : globalement frustrant. Cela faisait très longtemps que nous n'avions pas eu droit à un flashback aussi long qui compte déjà 11 chapitres. ( L'arc de WCI ne comptait que celui de BM qui durait près deux chapitres et celui de Sanji pour un chapitre et l'arc Dressrossa avait celui de Law qui n'en comptait que 3). Il est vrai qu'en comparaison, celui-ci intègre énormément d'éléments de l'univers de OP: la dernière expédition de Roger avec le One Piece et les débuts de Barbe Blanche après la dissolution de The Rocks. Et je dois dire que quand on touche à cette partie du mythe fondateur de l'œuvre même, j'ai été intrigué et ce serait peut-être cela le principal problème à mes yeux de ce flashback : le sujet initial étant Oden ne me fascine pas et c'est plus ce qui se passe en dehors de Wano qui pousse mon intérêt. Dans un sens, on pourrait expliquer cela du fait que l'on touche beaucoup des grandes questions de l'œuvre que l'on poursuit depuis des années mais même sans cela, je trouve l'intrigue à Wano d'une faiblesse. La raison principale est le manque de subtilité flagrant dans ses personnages et un certain refus de complexifier l'intrigue à Wano. Le premier problème reste Orochi. Oda a décidé d'en faire un Spandam-bis qui a suivi les conseils de deux vieux pour accéder au pouvoir. Le souci que j'ai avec ce personnage est qu'il ruine toute possibilité d'ambiguïté : il est méchant de chez méchant, pleutre, stupide, couard, sadique et orgueilleux : rien n'est à sauver en lui. Pourri de chez pourri. Oda y insiste tellement que cela en devient une caricature et que surtout on sait comment cela va finir : il va se prendre une raclée et on sera heureux de cela. Je ne sais pas pour vous néanmoins quand on décrivait Wano comme un pays puissant et isolationniste, je m'étais imaginé les raisons de cette politique : pourquoi un tel rejet ? Il y avait des motifs à creuser (peur que les trésors de Wano s'échappent, le secret des Ponéglyphes, un antécédent géopolitique, méfiance du GM pour une raison particulière). Et finalement, non: il n'y a aucune complexité : y a un méchant qui a profité et qui en a fait sa base. Il y aurait pu y avoir une ambiguïté morale sur l'enjeu d'ouvrir les frontières, on aurait pu avoir un Shogun remplaçant avec un fond moral et politique mais non, il y a juste un clown… Mais non, le personnage est trop grossier pour incarner quoique ce soit. En parlant de son ascension, je ne la trouve pas crédible: certes, il y avait un des vieux qui jouait le rôle du père d'Oden pour passer le flambeau et après d'Oden mais aucune personne n'a pensé à consulter ses Fourreaux Rouges pour vérifier ou même en discuter ? Ils étaient connus des autorités et du père. Ensuite, il faut venir au problème majeur de ce flashback : Oden, lui-même. Oden nous le savons était lié à beaucoup d'intrigues majeures mais le personnage en lui-même, je ne peux pas m'empêcher de le trouver débile. Il n'a pas agi lors de son premier retour et s'est laissé mener à un des chantages les plus stupides : comment pouvait-il croire en la fiabilité de l'être qui est derrière la mort de son père qui a pris le pouvoir sur lui ? Oda tente de justifier cela à travers les mots de Kaidou : "tu voulais protéger et éviter qu'il y ait des dommages collatéraux ". Alors pourquoi pas en un sens, Oden avait conscience de l'impact si bataille y avait. Toutefois, nous parlons toujours d'Oden, le personnage bagarreur par excellence qui n'hésitait pas à foncer partout. Mais, imaginons que pourquoi pas Oden avait conscience de cet impact ? Pourquoi cette attente ? Il constatait que son peuple était exploité, qu'il perdait en autorité et en éclat mais il a maintenu ce déclin en dansant aussi ridiculement ? J'avais espéré qu'il danse éventuellement pour gagner du temps, trouver un plan et pourquoi pas organiser une mission secrète pour détrôner Orochi. Le pire est que Kaidou avoue lui-même qu'au retour d'Oden, il ne disposait pas de suffisamment de force de frappe pour être certain de le vaincre. Donc définitivement, Oden a été dupé d'une façon évidente et était en mesure de repousser Kaidou. Alors il est courant que des personnages soient manipulés dans One Piece mais il y avait toujours une raison, du fait de leur jeune âge, leur inexpérience ou qu'il y avait un motif moral: Fisher s'est fait piéger par les villageois du village de Koala par foi d'une réconciliation avec les hommes, Nami était jeune face à Arlong, le Roi Riku connaissait l'ascendance évidente des Dragons Célestes et était soumis à la menace de Doflammingo, or Oden n'a nullement d'excuse. Le personnage n'a pas agi avec sagesse alors qu'on aurait pu imaginer que son voyage avec Barbe Blanche et Roger l'aurait aiguisé aussi stratégiquement ou même qu'il aurait mûri. Sa réaction face à la menace aura été beaucoup trop tardive. Du coup, sa mort perd en impact à mes yeux car au vu de ses actions car j'ai vu un personnage qui aura mal agi ou réagi face à une menace qu'il aurait pu gérer s'il avait été un minimum clairvoyant. De par ses actions, j'en viendrais à comprendre parfaitement le potentiel traitre et j'en viens même à avoir du mal à comprendre la ferveur de ses fourreaux pendant aussi longtemps. Et dernier point que je regrette : Toki. Toki a été beaucoup trop éclipsée et peu mise en avant alors que ses origines se prêtaient à bien plus que d'être "la femme d'Oden". J'ai presque l'impression que son fruit du temps ne va servir que pour le bond des fourreaux. De par son pouvoir, elle aurait pu raconter beaucoup de choses : comment elle a exploré le temps ? Son rapport au présent ? pourquoi être resté auprès d'Oden? Pourquoi un tel saut dans le temps ? Il y avait matière à creuser le personnage car la possibilité de son fruit et de l'époque où elle serait née sont un concept suffisamment palpitant. Je garde un espoir qu'au prochain chapitre, elle puisse (enfin) être développée un minimum ou peut-être qu'Oda la réserve pour un twist final. Globalement, ce que je regrette de cette partie à Wano est le manque d'audace en un sens : Oda se contente d'une formule classique et bancale entre un gentil niais et un méchant de chez méchant. Les thématiques sur l'ouverture du pays et du sens du voyage ne seront pas explorées ou même du rapport au temps que Toki pouvait esquisser. En cela, le résultat me frustre : des éléments prometteurs qui se contentent d'une histoire peu cohérente et satisfaisante. J'avais espoir avec ce flashback de raccrocher et de retrouver mon enthousiasme pour OP qui se dissipait depuis le début de Wano mais ce n'est vraiment pas le cas.
  4. Cabotin

    Saiki Kusuo [Anime]

    Il a atteint un niveau légendaire . Cette discrétion sur cette mystérieuse plateforme de streaming . Concernant le sondage, je ne serai pas disponible en début janvier et je ne pourrai pas regarder dans l'immédiat les épisodes mais je sais qu'avec Saiki, c'est la série typique de je commence un épisode, je m'en mate les trois suivants donc je pense que je me préviendrai d'un binge-watching en mi-janvier.
  5. Cabotin

    Edens Zero [Hiro MASHIMA]

    Bonsoir ! Le mot "haine" m'apparait excessif et au vu de ce que tu développes par le suite, je lis plutôt "des critiques négatives" sur Eden Zero. A l'heure actuelle, le forum Eden Zero est entretenu par Strikefreedom qui semble convaincu de l'œuvre et excepté sa présence, il a été déserté après le premier arc. En quoi ne sont-elles pas utiles ? Une critique qui relève un défaut de la série n'aide-t-elle pas à être vigilant sur l'œuvre qu'on lit ? Après, oui il y a très peu de chance que nos critiques influencent l'écriture de Mashima voir nullement : Mashima écrit ses histoires depuis des années et il ne va pas changer. Ensuite, tu soulignes que les critiques sont les mêmes ? Peut-être car les lecteurs ressentent la même chose à propos de l'écriture de l'œuvre et perçoivent les défauts : archétypes de personnages, peu d'enjeux, le manque de subtilité, des thématiques non-exploitées, des facilités, le manque d'inspiration… Il y a eu certes un petit développement autour de l'escrimeuse et j'espère pour elle que sa figure maternelle est toujours bien morte. Tant mieux si tu trouves ton compte dans cette histoire mais tu ne peux pas empêcher d'autres de considérer cette histoire médiocre et je ne peux pas te retirer les sensations que tu éprouves à la lecture. Ce j'entends de ton argumentation se limite à "ne critiquer pas ce que j'aime bien", ce qui est extrêmement infantilisant : nous sommes sur un forum, espace d'échange donc clairement tu vas t'apprêter à lire des avis parfois différents.
  6. Cabotin

    Nanatsu no Taizai chapitre 335

    Heu…. What ? Confirmation donc que NNT n'est pas fini : ce qui destitue le DK de son titre de Pire Boss Final 😏. On peut se réjouir pour lui 😊: il semble qu'il y ait un nouveau prétendant… Plus sérieusement, j'ai énormément de mal comme la majorité des VDD ici. Il est difficile de rendre crédible une énième menace après la médiocrité de l'arc précédent et de sa conclusion. Il est toutefois vrai qu'il restait plusieurs éléments en suspens : Merlin, Arthur, Cait Sith, la Déité Suprême etc... Nakaba décide de ne pas ignorer ses pistes narratives qu'il avait mises en place. La difficulté reste qu'il faille croire que "Tout était prévu" et qu'il y avait un autre plus gros mastermind derrière le mastermind de génie qu'était le DK 😏. Maintenant, comme Diane le rappelait les arcs narratifs de l'ensemble des NNT semblaient achevés ( de façon bancale pour chacun) et là, tout doit être remis en jeu…. Le cas de Méliodas est résolu en une case : le fameux statut de "DK maudit " peut s'épuiser si on use trop des pouvoirs… Ce prétexte est fumeux et surtout détruit une nouvelle fois le peu de tension dramatique qui reste : Méliodas était libre de rester. Il y aurait pu un minimum de cohérence et de crédibilité à ce qu'il soit contraint de demeurer au Royaume des Démons… Sinon concernant Merlin… Bof… Oui, c'était la plus mystérieuse et celle dont on ignorait le plus ses intentions. Le souci est qu'au vu de l'écriture actuelle de NNT, je n'ai pas de hautes espérances d'être émerveillé : les choix m'apparaissent limités. Difficile de la croire comme "Antagoniste" (antagoniste de la cohérence de l'échelle des puissances, ça oui) et je sens le parcours de la repentance pour elle : contrainte sous X de devoir réveiller le nouveau Grand Méchant du jour et/ou soit manipulée. Vu ce nouvel ennemi, Nakaba va-t-il sortir encore un étalage de puissance et nos héros vont devoir s'entrainer et où se rallier à une autre puissance ? Vraiment pas convaincu pour le moment et je me demande si après le désastre de l'arc précédent, il y a un moyen de faire pire ou si dans cet acharnement, il n'y aurait pas le moyen de rattacher certains wagons ( mais qu'importe ce qui se déroulera par la suite, les lacunes des arcs précédents seront toujours là et ce twist intervient de façon maladroite).
  7. Il n'existe pas un juste milieu ? Tout de suite, nous sommes caractérisés comme les rageux alors que nous argumentons, développons nos propos sur ce que nous lisons et sur les failles et faiblesses de l'œuvre. C'est assez fatigant qu'à chacun de tes discours, tu procèdes à cette dichotomie. Les rageux c'est ceux qui vont spammer l'auteur d'insultes ou harceler d'autres personnes. Je trouve ton exemple bancal : One Piece est le plus succès commercial et possède d'immenses qualités mais de gros défauts aussi. Au niveau des critiques, One Piece a été ciblé déjà aussi (gestion des personnages/répétition/longueurs etc...). Des œuvres fortement appréciées d'un point de vue critique, il faudrait plus se plonger dans Vagabond ou dans du Urasawa. Ce qui est fatigant quand on reproche des éléments à Boruto comme la cohérence des forces, l'introduction aux technologies, le dessin pas fameux, vous soyez contraint de détourner le sujet en faisant des parallèles avec d'autres œuvres ou en citant du "y a pire que ça". Pour revenir au chapitre lui-même, j'ai toujours ce problème de "contenu". J'ai ce sentiment qu'un chapitre de Boruto s'étale en page pour pas grand-chose et ce n'est pas le trait qui va compenser cette lenteur ou peu haletant.( A titre de comparaison, One Punch Man (auquel je reproche pas mal de choses) arrive à innover dans sa mise en page et découpage et offre des planches grandioses si bien que cela compense presque le peu de contenu. A Trail Of Blood ( un manga dramatique) est extrêmement lent car il y a une approche artistique d'observer les variations faciales ou le geste, d'espacer le suspense de ce thriller.) Le combat est trop plat et surtout que je suis étonné de voir les jeunes au même niveau de vitesse qu'un type de Kara. Cette lenteur générale en termes d'intrigues plombe réellement l'œuvre en plus du manque de cohérence de force). Les combats ne sont vraiment pas glorieux.
  8. J'ai voté que pour la meilleure . Très content de voir ce classement et le parcours de Kaori dans ce tournoi. Pour cette demi-finale, Compte-tenu du dernier chapitre de Vinland Saga, je ne rentrerai pas plus dans les détails mais un cap a été franchi avec Thorfinn et j'ai été ému de voir le personnage à la place qu'il occupe actuellement et cela m'a rappelé toutes ses péripéties pour qu'il atteigne cette place. Son aventure n'est pas prête de s'arrêter et j'ai hâte de lire la suite de ses aventures de ce que le personnage va nous offrir encore. Le dernier chapitre m'a fait réaliser un peu plus l'estime que j'ai pour ce personnage en réalisant toute son évolution néanmoins…. Spike durablement installé dans mon top 5 IM.
  9. Damn… Je me suis absenté et j'ai raté de peu. Faye s'en va et est battue par Riful. Je suis étonné de la popularité toujours manifeste de Claymore. Les duels sont vraiment serrés mais au moins, c'est pour des personnages de qualité Groupe 5 : Vote pour Gally. Elle est dans mon top 5 IM. Teresa est marquante par son faible temps d'écran et la qualité d'écriture mais j'accorde ma voix à Gally pour son cheminement plus poussé et approfondi et son évolution. Groupe 6 : Encore serré. Je n'y avais jamais pensé auparavant mais les deux personnages ont une résonnance profonde entre eux alors que le contexte historique et géographique est bien différent entre les deux : un samouraï contre un viking. Toutefois, les deux partagent ce questionnement sur un univers violent et l'emploi des armes : l'un la rejetant et l'autre l'embrassant dans une quête de vengeance. Deux très bons protagonistes mais mon choix se porte sur Thorfinn.
  10. Cabotin

    Nanatsu no Taizai chapitre 329

    @Kral Priscilla est l'antagoniste principale de Claymore et durant toute l'intrigue, incarne une réelle menace par sa surpuissance et intrigue par ses moments étonnamment doux. Tout le manga repose presque sur la question de si on peut la vaincre. Sinon, je crois avoir trouvé un sens à ce combat : Le DK c'est Nakaba et les Seven Deadly Sins c'est le public Nakaba veut prouver qu'il va faire le combat de l'année mais le public lui dit d'écourter car personne ne croit en l'existence d'une tension mais Nakaba s'accroche et s'acharne mais à chaque tentative le public lui sort le "OSEF". L'œuvre prend une tournure méta . C'est profond. (Comme le prochain dans lequel tournera le DK si on suit @Hadoz0r 👀)
  11. Cabotin

    Nanatsu no Taizai chapitre 329

    Je propose qu'on rebaptise le DK, l'autoroute car tout le monde lui sera roulé dessus . Quel parcours de vilain ! Je vois au fond de la salle Freezer, Dio, Raoh, Priscilla, Funny Valentine applaudissent. J'espère que Muzan prend bien des notes aussi. Plus sérieusement, j'ai envie de dire "ça va vite, au moins". Prochain chapitre, fin du combat et de cette purge qu'aura été ce combat. Le combat se sera étalé tout de même sur près d'une quinzaine de chapitre… Purée, c'était long.
  12. Il faudrait penser à le remercier… Mais j'ignore à qui donc adresser des éloges démesurés…. 🙄 Sur les 16 restants, il y a de la qualité . Franchement, il y a déjà des têtes de final comme : 1er duel et je meurs : Askeladd : ne fume pas car non-invention des cigarettes à cette époque. Kaori: mineure donc non aussi. Mince mon critère s'envole (comme de la fumée ). Bon, je vais devoir trancher… Askeladd et Kaori font partis de mes persos préférés IM et ce qui est d'autant plus difficile est qu'ils n'ont en rien en commun: univers, caractère, objectif, relation avec le héros, trajectoire dans le récit. Va pour Kaori. Si elle peut finir en quart cela serait un beau triomphe pour le personnage et je pense que sous peu, Askeladd acquerra une renommée encore plus grande et qu'il roulera sur le reste encore. J'ai envie de donner une chance à Kaori. 2ème duel: Vote évident pour Morgiana. Son parcours et son évolution m'ont beaucoup plus touché que les prestations remarquables de Luciole.
  13. Cabotin

    One Piece Chapitre 959

    Chapitre pas très passionnant. Ce chapitre confirme ce que l'on supposait déjà : - La réussite du sabotage d'Orochi - La Transformation des Minks en Sulong - La détresse des fourreaux rouges face à l'absence des troupes Oda essaie de créer des effets et une attente, néanmoins nous supposons tous que oui l'équipage atteindra bien l'île et la question reste de savoir comment. Une petite chose que j'ai apprécié : Luffy mentionne Jimbei et s'inquiète pour lui en espérant que nous aurons des informations bientôt sur son sort et que je redoute toujours le pire pour lui. Le petit gag entre Sanji et Zorro s'annonce sympathique. Enfin, le chapitre se termine par le début du flashback d'Oden qui a été longtemps annoncé et qui promet d'être long car il y a beaucoup à raconter : entre comment il a eu ses fervents et a gagné le respect du pays, la rencontre avec Roger, sa volonté de partir, son histoire avec sa femme (qui a été peut-être la source de motivation) et son pouvoir du temps, la trahison d'Orochi et sa défaite face à Kaidou. Si je ne m'abuse, cela fait longtemps que l'on n'a pas eu un "long" flashback, le dernier remontant à celui de Big Mom ( qui avait fait deux chapitres). Je dois dire que j'avais vraiment celui de Big Mom car en plus de jouer sur la notion de tuteur/élève empoisonnée, il rattachait à toutes les histoires de Géant que l'on avait rencontrées auparavant et donnait une satisfaction de l'univers de One Piece, ce qui est sa plus grande qualité. L'histoire d'Oden est liée à énormément d'intrigues de cet univers et j'attends de voir comment Oda va réussir à réunir tous les éléments. Concernant les remarques plus hauts, je dois avouer être en désaccord et je me permets de répondre : @Mahoumaru si je te rejoins sur certains points dans ton premier message, certains arguments me laissent dubitatifs : Lire/suivre une œuvre que l'on considère mauvaise (pour X raison) n'est pas la preuve d'une folie. Au contraire, en relisant/ en redécouvrant l'œuvre tu peux identifier ce qui t'a gêné et développer ton esprit critique. Exemple personnel : j'ai relu Naruto et Naruto Shippuden et son arc de la Grande Guerre que j'avais trouvé calamiteux en le suivant hebdomadairement et en le réalisant, j'ai pu mettre le doigt sur ce qui me gênait et que cet arc final n'était que le résultat de maladresses d'écriture qui ont éclaté. Pour le moment, je le reconnais moi-même, je ne suis vraiment pas emballé par Wano et je crois l'avoir détaillé assez longuement y a plusieurs mois mais pour un résumé bref : un manque de tension, surcharge de personnages, quelques facilités, le traitement d'Orochi, le cas de Big Mom amnésique, l'intrigue autour de la prison … Après, je crois que c'est l'une des premières fois que l'on assiste vraiment à un entrainement de Luffy et Zorro, ce qui peut étonner. Avec cette densification des intrigues, il y en a certaines qui n'ont pas d'effet sur moi car je n'ai pas eu le temps de m'attacher. Typiquement, le cas d'Yasuho qui meurt en martyr, j'ai trouvé ça d'une lourdeur incroyable ou la révélation de la sœur de Momo trop évidente. Il y a certains points qui tendent à se corriger : - L'Alliance entre Big Mom et Kaidou renforce la menace ( car pour le moment l'équipage de Kaidou n'était pas glorieux à mes yeux) et force la Marine à se pencher sur la situation. Du fait que la Marine va s'impliquer dans ce conflit, je suppose de plus en plus que cet acte 3 ne sera pas le climax de l'arc Wano (vu que la règle au théâtre c'est qu'il y ait 5 actes) et donc je m'interroge sur la tournure à venir. - Le Flashback va permettre de clarifier et donner une cohérence d'ensemble à l'intrigue. Je m'en doutais mais comme toi, je regrette énormément que ce moment de gloire soit un Off-screen mais espérons que cela soit pour un plus grand moment de gloire. On a été dans une longue phase de préparations un peu bancale mais avec le flashback, Oda peut éclaircir les enjeux et les mystères et j'ai une certaine hâte et confiance pour ce qui sera dévoilée, et nous aurons un pay-off de ce que nous aurons vu. Bien que j'ai mes réserves sur ces deux premières, il y a des moments que j'ai appréciés et je pense que l'arc va décoller.
  14. Groupe 7 : Tanjiro : il est sympathique mais c'est un non-fumeur. San : vu qu'elle est écolo, elle doit refuser de fumer. Yusuke : il fume ses ennemis Gally : Elle vit dans une décharge donc ses poumons (ou son système d'aération ) est digne d'une fumeuse de compétition. Groupe 8: Riful : Dans son univers, il n'y a pas de cigarettes donc non. Thorfinn: les vikings n'ont pas inventé la cigarette donc non. Katsura : On ne le voit jamais fumer à l'écran mais comme il combat souvent Toshi (fumeur de compétition), il fume indirectement beaucoup donc mon point va pour lui. Emanon : Fumeuse légendaire . PS : Le groupe 8 étant un véritable casse-tête pour déterminer mon vote, j'ai opté pour un critère bidon car je n'arrivais pas à les départager : les quatre personnages méritaient un vote et sont remarquables et j'aurais aimé développé mon propos peut-être une dernière fois pour certains mais je n'ai pas le temps.
  15. Cabotin

    Pokémon [Nintendo]

    Je rejoins la déception de mes VDD sur l'emploi forcé d'un multi-ex, chose qui avait été introduite avec Let's Go et qui rendait le jeu caduque. C'est marrant car si X/Y avait été vraiment l'aventure la plus facile même sans multi-ex, j'avais eu plus de challenge avec Soleil et Lune en n'utilisant pas le multi-ex et j'espérais un peu par conséquent, refuser cet emploi pour corser un peu la partie. Cela ne sera pas le cas. L'inconvénient est que le multi-ex pour tous est une bonne idée en post-ligue, quand on veut monter ses Pokémons vite fait pour la scène compétitive et gagner du temps. Il aurait été intéressant d'abord de laisser le choix au joueur de son utilisation et de pourquoi pas offrir ce mode du multi-ex pour tous à la fin du jeu pour ceux qui veulent vraiment gagner du temps. Je suis dubitatif sachant que laisser le choix au joueur de l'intensité de son expérience m'apparait primordiale et que si les licences dans leurs nouveaux opus proposent des modes et des facilités, certaines gardent le seuil habituel de difficulté (ex: Fire Emblem propose un mode où les personnages ne meurent pas définitivement mais l'option mort définitive est toujours là.) Par-contre je vais défendre le jeu : En soit ces possibilités étaient déjà présentes depuis plusieurs opus (excepté la nature): - La pilule Talent était déblocable en arbre de combat en 7G (donc post-game) et il fallait accumuler pas mal de point pour en obtenir. - Capture des Pokémons IV et Egg-move : le mécanisme était présent en ORAS déjà où il était indiqué le potentiel du pokémon, les Egg-move et s'il avait une nature particulière. Par-contre pour obtenir ces infos, il fallait rencontre/capturer le même Pokémon ce qui supposait un minimum de farm. - L'optimisation des IV : présent avec S/L quand ton pokémon atteignait le niveau et il fallait des jetons spéciaux et difficiles à obtenir dans mes souvenirs. - L'optimisation des EV: présent depuis la 6G avec le Poké-training dès le début, où ton pokémon cognait contre des sacs et où tu tirais sur des paniers à cage. D'un côté, j'apprécie cette optimisation des entrainements car le breeding ne m'a jamais passionné par-contre, ce qui est questionnable et je rejoins les incertitudes de @Jersey-louis c'est leur implémentation dans le jeu. Si ces mécaniques sont disponibles qu'en fin de jeu (les IV/ pilule talent/ multi-ex pour tous (bien que cela ne soit pas le cas)), je ne verrais de raison de m'offusquer: ce ne sont que des mécaniques pour des joueurs qui veulent aller plus loin que l'aventure et cela facilite les entrainements. Toutefois, si d'emblée on a tous ces processus, cela retire tout l'effort, voir anéantit toute difficulté existante et il semble que l'on se dirige sur cette voie (comme le suggère le multi-ex pour tous.) Je regrette un peu car il y a de très bons fangame. Dans pokémon Zeta/Omicron, tu avais un challenge et tu pouvais optimiser tes Pokémons à un certain stade et même obtenir des objets stratégiques aisément car les dresseurs en face avaient des équipes un minimum stratégiques avec des Pokémons avec IV/EV (bien qu'il reprenait la trame simpliste des jeux avec les huit badges et l'équipe des méchants). Il y avait des Pokémons qui allaient jusqu'à la 6G et des évolutions inédites et des méga-évolution comme Mega-Insolourdo, des Pokémons delta ( équivalentes aux formes deltas)…. Je crois vraiment pour ceux qui veulent un challenge, retranchez-vous sur un fangame.
  16. Pas tellement pour ma part. Jojo a gagné, il est vrai une certaine ampleur avec l'anime et sa diffusion mais j'ai pas l'impression qu'il soit si populaire face à d'autres. Le souci est que le meilleur du casting reste la partie 7 qui est encore très loin d'être connue surtout que cette partie n'est pas adaptée en animée et que d'après mes estimations, on ne l'aura pas avant 2025 . Je suis plutôt content des parcours des héros de Jojo mais qui restent assez loin de mes préférences dans l'univers Jojo. Groupe 5 : Groupe de la mort. Kurama: Un bon personnage secondaire avec le dilemme de son identité et de sa filiation entre ses origines démoniaques et son amour maternel pour une humaine qui l'a recueilli. Il est surtout dans l'équipe le plus sage et conciliant et aide à souder le groupe. Les rares moments de colère contrastent avec sa tempérance et on comprend qu'il va se déchainer. Teresa : J'en viens à ne pas voter pour elle, cela indique le niveau. Teresa est l'un des plus beaux segments qu'un manga puisse offrir à un personnage : surpuissante, imbue d'elle, perdue dans sa tâche de chasseuse en perte de son humanité. Sa rencontre avec Claire la réveillera et la poussera à une remise en cause profonde allant jusqu'à bafouer tous ses interdits. Elle transpire d'une classe absolue lorsqu'elle domine et éclate ses subalternes et surtout c'est un personnage dont on ressent régulièrement son aura : on la mentionne et cela participe à la mythologie du personnage. Pas très présente mais elle est celle qui initie le récit et qui marque l'intrigue d'une trace indélébile. Kagura : Ma N°3 de Gintama et celle qui a encore une chance de passer (Katsura, lui n'a aucune chance vu son groupe). L'étincelle de l'œuvre et la reine simplement de ce monde . Kagura incarne tellement de facettes entre la gamine débile et vulgaire, la féroce guerrière, la mélancolie d'une famille déchirée, l'espièglerie d'une rivale, la douceur et la tendresse d'une enfante, la sagesse d'une jeunesse. Gintama est un manga long qui laisse le temps d'explorer ses personnages avec sa multiplicité de ton allant de l'épique, au drame à de la comédie potache. Kagura, elle réussit sur tous les tableaux et ses apparitions ont toujours quelque chose de magique. Elle sort aussi du cadre des clichés féminins de la demoiselle en détresse ou de la figure kawai, non elle règne et tout aussi idiote que les autres voir plus. Sa quête de trouver une famille est en arrière-plan et on ne le réalise pas forcément au premier abord mais elle fonde ses enjeux dramatiques qui auront droit à des scènes qui restent particulièrement émouvantes. Une réussite et dans mon top IM. Spike : Probablement dans mon top 5 IM. Spike est cette classe d'antan, ce calme et ce flegme sans trop en faire. Il aurait pu aisément devenir une caricature mais non, ils ont maintenu un équilibre autour de ses enjeux. Il incarne pour moi ce sentiment de mélancolie qu'est la série et qu'est le jazz dans certains accords. Il ne va pas tergiverser à des questionnements philosophiques, il va faire en sorte de s'en sortir avec les siens et de faire le bien quand il peut, loin des figures messianiques que beaucoup de héros finissent par endosser. Spike reste finalement très intime vis-à-vis de ce qui le ronge, le hante mais il tente d'avancer dans cette brume qu'est sa vie. Un personnage qui me passionne. Groupe 6 : Cette chute de qualité Soma : Encore là ? Je ne l'aime pas et sa conclusion a été plus que décevante. J'ai un peu de la peine pour ceux qui ont été emportés par son intrigue. Au mieux, il m'est lambda. Hiruma : Je n'ai que quelques souvenirs et j'aimais la dynamique et la folie. Je crois avoir raté le moment où il brille vraiment et où le personnage s'accomplit. Il faudrait que je songe à reprendre le manga. Claire : J'ai parlé de Teresa et ça m'a donné envie de voter pour elle. (En plus que purée, son image est sublime . Ce traitement de faveur @AWXO) Mugen : Samourai Champloo
  17. J'avais oublié de le mentionner mais il est vrai que le niveau des personnages est élevé : un tournoi pour lequel je conserve de l'intérêt jusqu'au bout (avec celui des Seinens dernièrement aussi). (Je regrette toujours quand même le départ précipité de Gintoki). Excepté un personnage que je ne connais pas encore et un personnage que je n'aime, j'apprécie l'ensemble de la sélection et il y a clairement des groupes chauds pour (le groupe 5 et 8 seront cruels). De cette sélection, il y a encore une plus haute qualité parmi les personnages féminins. Groupe 3: Kojiro : je ne le connais pas encore et je le regrette bien. Musashi : je m'étais promis de lire la suite Vagabond mais avec le temps je n'ai pas pu. En deux tomes, le personnage se démarque par les traits de l'auteur qui le subliment et surtout par la sérénité qu'il dégage. Jotaro : Comme dit antérieurement, ce n'est pas mon Jojo préféré. La partie 3 m'a été assez indigeste et je ne lui trouvais pas le charme d'un Joseph qui lui m'avait marqué par son espièglerie. Toutefois, dans sa partie, il a des moments cultes comme son affrontement contre d'Arby et Dio. Ce qui devient intéressant à mes yeux, reste dans les parties suivantes : sa relation de mentor avec Josuke et Koichi, son rapport conflictuel avec Jolyne. Jotaro reste le pilier de la saga Jojo, plébiscité par le public et qui a le mérité de ne pas être débile ou avare de combat, ce qui le change des autres standards du héros nekketsuesque : c'est le badass taciturne qu'il faut pas embêter . Kaori: Un coup de cœur. Elle porte son œuvre à elle toute seule. Petite violoniste au grand cœur, passionnée et acharnée le personnage pétille dans ses apparitions mais la série ne se contente pas que d'un rapport monolithique : on comprend par instance la vulnérabilité qui l'habite, le stress de sa volonté de toucher les autres, sa sensibilité. C'est une femme qui nous fait aimer sa musique et sa passion et la relation qu'elle tisse avec le héros resplendit de leur complicité, de leur conflit. C'est un personnage qui même lorsqu'elle sera vulnérable, évite le pathos absolu et lutte à sa manière et il faut remercier l'écriture de la mangaka pour avoir abouti à quelque chose que je considère d'aussi authentique dans lequel il aurait été d'entendre une fausse note cependant, elle est une harmonie d'émotions et elle brille. Un excellent personnage. Groupe 4: Et un groupe de la mort Josuke : Je le classe si bas. 4ème jojo préféré. Loin d'être mauvais. J'ai adore suivre ses aventures grotesques et épiques. Avec la quatrième partie, Araki a varié son ton de l'épique aventure pour du mystère et un côté slice of life et Josuke incarne parfaitement cette dynamique. Il n'est pas un héros bourrin en quête de puissance: juste un adolescent au grand cœur un peu débile. Il a ses défauts comme son appât du gain et ces moments d'humour couillon. Il reste bienveillant avec ses amis et bénéficie d'affrontements épiques pour le coup comme celui avec Kira ou cette fameuse course-poursuite. Un héros assez simple finalement mais avec un charme de dingue. Kenshin : Un très bon protagoniste. Kenshin a cet avantage de comporter un réel dilemme moral et de ne pas se contenter de niaiserie assez typique du genre. L'univers dans lequel il baigne, ne le permet pas et il transpire d'une réelle classe et chaque affrontement est là comme pour le hanter de son passé qu'il doit surpasser et vaincre et le bonhomme, il va devoir lutter et c'est dans cette lutte qu'il reste touchant. Kenshin reste pour moi un exemple de personnage qui bénéficie d'une réelle aura par son passé qu'on apprend petit à petit et l'auteur aura su gérer le développement du personnage avec justesse. Gesicht : Peut-être mon perso d'Urasawa préféré, simplement. Un androïde rongé de mélancolie, perplexe face au monde qui l'entoure et qu'il doit protéger. J'ai aimé ce personnage alourdi dans ses dilemmes aussi, dans ses amitiés taciturnes, dans son questionnement sur son humanité. Gesicht est une quête d'existence et Urasawa arrive au cours de très brèves scènes à donner une substance à ses personnages ( la scène où il va consoler la femme-robot). C'est un héros avec une gravité qui essaie de s'assumer, de faire le bien comme il peut alors qu'il est limité. Bref, un héros qui m'aura bouleversé simplement. Askeladd : Un des antagonistes les plus ambigus qu'il existe. Il est la cible de la haine de Thorfinn et pourtant, il reste par bien des façons une figure tutrice, paternelle (alors qu'il a tué son père suite à un coup bas). Le personnage dégage un réel charisme et surtout dans ses répliques où il fait preuve d'un sarcasme mordant prêt à défaire toute autorité. Askeladd assure dans beaucoup de plan : fin tacticien, excellent manipulateur, guerrier approuvé, leader incontesté. Néanmoins, malgré toutes ses qualités, il n'est pas pour autant tout puissant car le monde de Vinland Saga abrite ses dangers et on le verra aussi vulnérable, enorgueilli, colérique, amer. Askeladd est très loin des figures monolithiques et bénéficie d'un traitement ambigu, lent qui aura fini par donner lieu à ce brillant personnage qu'il est.
  18. Cabotin

    Pokémon [Nintendo]

    Bon… Le souffle de hype n'est toujours pas là mais vraiment pas. Le Ponyta Galar est sympa (bien que j'aurais eu une préférence pour le type Fée) et je suis curieux de voir son évolution. L'évolution de Canarticho… c'est une bonne blague. Je suis étonné d'ailleurs que l'exclu bouclier s'avère pour le moment Ponyta : il m'aurait apparu plus naturel que ce soit une forme Insoulourdo ou évolution (comme ils sont représentants de Pokémons sans évolution assez inutiles des premières générations). En dehors, ces Gigamax … Outch… - Pikachu : une énième forme… Encore… Je fais une overdose. - Evoli : Il est affreux et tellement peu inspiré. - Miaouss: Mon Dieu… Un nouveau concurrent à Noadkoko d'Alola 😏. Et il est supposé être une exclu pour ceux qui vont acheter le jeu tôt - Dracaufeu : assez classe mais encore une forme… Bon c'était à prévoir vu qu'il est le pokémon-signature du champion mais ils auraient pas pu opter pour un pokémon nouveau pour le représenter ? - Papillusion : assez simple mais classe. Après que Dardagnan ait reçu son Boost avec la méga, voici le tour du papillon de recevoir le sien à voir son efficacité stratégique. Les Formes Pikachu et Evoli se veulent la continuité des jeux Switch Let's Go où alors ils veulent motiver les collectionneurs qui n'ont pas acheté les jeux pour avoir ces formes assez décevantes. Clairement, encore que de la 1G ça devient lassant avec les énièmes Pokémons stars qui reçoivent ce traitement de faveur. Game Freak prend la route de la sûreté. Etant un amateur de Pokémons depuis petit, je dois reconnaitre que cette 8G, je sens que je vais décrocher. La 6G portait de nombreuses mécaniques : les mégas et le type fée qui ont basculé la stratégie et rendu des Pokémons viables. Au niveau de l'aventure, je pense que c'est la pire car peu de nouveaux Pokémons et plein de références à la 1G entre les starters, les mégas, les animations assez faibles en 3D et les espaces très courts et les pires rivaux de loin… J'avais été un minimum hypé par la 7G ayant trouvé vraiment quelques originalités (le concept des Ultra-Chimères et certains Pokémons de la 7G) mais avec USUL, j'avais ressenti une paresse ou une volonté de rentabilité avec un vulgaire copier-coller alors que sous forme de DLC, la pilule serait peut-être mieux passée. Let's Go Pikachu et Evoli m'apparaissaient dans la même veine : un portage graphique moyen de cette célébrissime G1 et je n'allais pas investir une Switch pour seulement ça, d'autant plus que le jeu était facilité avec excès. Là, le dynamax se veut un mixte entre les attaques-Z et les mégas mais je ne suis pas conquis. Je me pose la même question et je me demande s'ils ne veulent pas laisser des surprises aux joueurs en ne dévoilant pas trop le casting comparativement à la G7 qui avaient quasiment dévoilé au moins 2/3 tiers de son casting. Ils doivent être limités avec ayant déjà explorés plusieurs centaines de Pokémons. C'était cela l'intérêt des mégas et des formes alternatives : reprendre un design et donner un nouveau souffle. Le souci est que ce travail se limite qu'à la 1G alors qu'il y a encore plein de Pokémons exploitables entre la 2G et la 7G.
  19. Gintoki qui n'est pas sauvé de la sélection commentaire . J'avais boudé les commentaires pour favoriser son passage en vain… Marrant de voir que Kagura et Katsura sont toujours en course, bien que je ne donne pas cher de leur peau pour ce tour 🙄. En tout cas, les nouvelles images sont vraiment belles. Certains groupes sont vraiment difficiles. Groupe 1 : Luciole : Le personnage le plus intéressant de SDK et je ne retiens finalement que lui. A l'ouest, puissant, décontracté… Ses apparitions marquent. Hajime Saito : Un personnage que j'apprécie de plus en plus. Il propose un point de vue complémentaire à la vision du héros. Il reste froid, puissant et compétent. Alucard : Mon vampire génocidaire . Débilement surpuissant, terriblement sadique et arrogant: peut-on réellement parler d'un héros ? Il possède un minimum de complexité mais je reconnais l'apprécier pour le plaisir bourrin de ses apparitions et son sarcasme perpétuel. Il est le parfait héros d'Hellsing : une œuvre de série B, jubilatoire dans la violence et décontracté. Les relations qu'il tisse avec sa disciple et Anderson l'humanisent déjà un peu. Faye : Une fumeuse . Bon, elle explose le groupe au niveau de mes préférences. Une héroïne jazzy, originale, séductrice complémentaire dans sa quête personnelle, une complicité avec Spike et les autres. Plus qu'une demoiselle en détresse, elle reflète cet esprit d'errance qu'est Cowboy Bepop tout en se permettant de faire valser nombre de débiles. Groupe 2: Hiei : Un bon protagoniste edgy comme il faut. ( Qui a parlé de Sasuke ?) Aladin : Il n'est pas révolutionnaire mais sa créatrice a su lui insuffler plus d'originalité dans ses développements et ses thématiques qui font qu'à sa mesure, je le considère plus touchant et humain que d'autres protagonistes. Araragi : Il est toujours là ? Vive la section commentaire. Plus sérieusement, bien que je lui préfère certains personnages de la saga, il en bave pas mal et a des dilemmes importants qu'il arrive à résoudre avec tant bien que mal. Morgiana :
  20. Tu ne connais toujours pas Kira Gintoki en ballotement… j'ai peur. Je ne vote que pour les très gros coup de cœur. Groupe 8 : Kira, je me suis rematé en plus ses scènes récemment. Katsura : Mon quatrième perso préféré de Gintama Groupe 9 : Je n'ai vu que Spike
  21. Cabotin

    Nanatsu no Taizai chapitre 328

    J'allais renchérir suite au premier post mais @EvilSquid a justement rétorqué en prenant d'autant plus le cas d'Hendrikson comme contre-argument. Donc quand on te parle du grand antagoniste de ton récit, celui qui doit pousser le héros et ses alliés dans ses retranchements et donc qui doit permettre un développement à tes personnages auxquels les lecteurs auront pu s'attacher, cela te suffit de voir un guignol incapable de mener un combat ? On parle de logique narrative. Si on connait les codes de narration, il faut que l'antagoniste soit la menace de ton récit soit palpable que l'on ressente le danger de sa présence pour qu'il puisse permettre le développement. J'évoquais le cas d'Escanor plus haut vu qu'il est au centre de ce chapitre : ce dernier obtient une nouvelle forme et un PU ( ce que j'ai déjà contesté au vu des capacités physiques et vitales du personnage) qui est l'aboutissement du personnage : Escanor représente l'orgueil, or il demande à ses compagnons de combattre avec lui, probablement pour la dernière fois. Cela aurait pu être touchant comme moment (si on excepte l'incohérence de son énergie vitale), le souci demeure le suivant : - était-ce réellement nécessaire pour vaincre le DK ? - Est-ce que les héros étaient-ils désespérés et l'intervention d'Escanor a sauvé la mise ? Non. Et je ne sais pas mais pour moi, cela rend d'autant plus caduc ce développement. Si le DK avait représenté une menace tangible et concrète, ce développement aurait pris une toute autre valeur et une signification toute autre. Cela aurait été aisé de trouver un motif à rendre le DK menaçant comme l'emploi de ses commandements ou même son influence de roi démon sur le monde terrestre mais rien. Donc oui, il est nécessaire que ton antagoniste incarne un obstacle à tes personnages sinon leur développement apparait faux et superficiel: ce qui est le cas actuellement pour ce combat. Finalement, le gros problème que j'essaie de souligner dans ce post et dans mes précédents est que ce combat manque d'un impact car le DK n'a jamais reflété une menace. Méliodas semblait gérer son père sans souci. Elle l'a privé de son alimentation en énergie et l'a balayé de pierres. Bon l'emploi des chiffres, je trouve cela affreusement bancal (et je reviens au cas de Dragon Ball plus bas) et Nanatsu no Taizai en aura finalement beaucoup plus souffert. Je n'aime pas cet emploi bien que cette mesure puisse susciter effectivement une tangibilité à une menace en la quantifiant et pouvant donner une aura à des personnages. C'est très bien, oui cela donne du crédit au personnage comme on a pu le voir avec l'apparition des Dix commandements. Là, où pour moi, je vois une faille cela que le manga est un média visuel : ton histoire puisse être comprise que par ce que le lecteur voit et perçoit de ton récit. Si tu me dis ce personnage est plus fort si on compare leur force dans un manga, il faut le montrer : pour le cas des Dix commandements, l'écart de puissance au tout début de leur arc, était perceptible par la puissance qu'affichait le Commandement de la Vérité, (Galan si je me souviens bien). Après les chiffres ont tendance à s'étioler avec le temps et c'est la raison pour laquelle, je crois qu'après l'arc Freezer, Toriyama n'emploie plus les chiffres car il a compris qu'à partir d'un certain stade, cela devenait ridicule. Concernant le DK, au final qu'importe combien de million on peut évaluer son pouvoir, mais vraiment qu'importe, il aurait juste suffi qu'il déstabilise les héros qu'il puisse les mettre en danger or pour ce combat final, rien: tout le monde lui est passé dessus. Les exemples de bons combats existent et pour Hendrikson forme démon, il y a eu la coalition de tout le royaume et chacun à son niveau a contribué à le vaincre et on ressentait l'urgence entre les chevaliers parasités, Meliodas contraint d'utiliser une technique de dernier ressort, les sevens Deadly sins KO et les chevaliers du pays obligés de venir leur prêter secours. Est ce que tu crois que j'ai les chiffres en tête entre Goku et Freezer ? Crois-tu que c'est ce que l'on retient de ce combat ? Je pense que ce que l'on retient de ce combat (en dehors du même des 5 minutes avant que Namek explose), c'est la dramaturgie du combat : Freezer qui a enchainé Gohan, Krillin, Végéta et Piccolo et qui en s'alternant arrivaient à ne pas être totalement dépassé jusqu'à sa forme finale. Goku a été poussé dans ses retranchements et a assisté à la mort, impuissant de son ami Krillin et Piccolo était dans un état agonique et il devient par la suite Super Sayien, acceptant sa colère, sa rage et en reconnaissant ses origines pour taire la menace qu'était Freezer.
  22. Cabotin

    Nanatsu no Taizai chapitre 328

    C'est dommage… C'est vraiment dommage. Le récit reste d'une incohérence vraiment folle. Donc The One peut puiser dans l'énergie vitale et obtenir un mode encore plus fort que son mode invincible qu'on a déjà vu ? Alors oui, ça aurait pu être un développement correct toutefois, plusieurs problèmes : - Nous savons déjà que l'emploi de la Grâce Sunshine (normalement sans ce mode) coûte sa vie à Escanor : ce n'est pas nouveau et on a déjà vu le contre-coup à plusieurs reprises. Maël (le propriétaire original de la Grâce) a bien suggéré qu'il ne restait plus beaucoup de vie à Escanor et que surtout l'emploi de la Grâce serait la dernière. Donc avec le peu de vie d'Escanor rachitique, il arrive à massacrer le DK grâce à la force de sa volonté… - Maël s'est exclu du combat en annonçant qu'il n'était pas au niveau de l'intensité du combat. Finalement, lui qui est le propriétaire d'origine et en forme, il aurait pu gérer le conflit facilement en puisant dans son énergie vitale aussi. - La nécessité de cette transformation : j'ai déjà questionné la performance du DK mais c'est navrant de voir qu'à chaque chapitre, il ne monte pas en intensité mais c'est les héros qui montent en puissance et qu'il ne fait qu'encaisser encore et encore tandis que ses tentatives de ripostes sont écrasées. La menace de cet antagoniste est terriblement mal gérée. -La morale de Méliodas : "Ne pars pas tout seul ! Nous sommes là tes amis !" La morale reste tellement niaise et typique du registre mais cela a déjà été maniée avec beaucoup plus de finesse et d'intelligence. Le souci est que Méliodas aura été celui qui a le plus bafoué cette morale même lors de ce combat final… Ca aurait pu tellement être mieux. On supposait qu'avec le flashback, la morale qui en découlerait et le développement d'Escanor (il se sent bien chez les Sins qui l'ont accepté) ce qui n'est pas mauvais intrinsèquement mais l'exécution est mauvaise et je trouve cela un gâchis. (Finalement, on ignore toujours pourquoi la Grâce est en lui et il arrive à la manier). La seule chose que je note est le regard inquiet de Merlin pour Escanor pour une fois qu'elle semble réellement inquiète pour lui.
×