Jump to content

Bienvenue sur les Forums Mangas France.

Lors de votre inscription, merci de vérifier vos SPAMS. Le mail de confirmation y va à quasiment à chaque fois.

 

Pour lire vos mangas préférés, une seule adresse :

SCANTRAD FRANCE

Bon surf sur nos forums !



Cabotin

Members
  • Content Count

    253
  • Donations

    0.00 EUR 
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    8

Everything posted by Cabotin

  1. Cabotin

    Pokémon [Nintendo]

    Alors avec les dernières informations que l'on a : - Pas de Pokédex national donc tous les Pokémons ne seront pas présents et certains resteront donc non-jouables. - Fin des Méga-Evolutions et des Attaques Z: certainement pour mettre en avant le Dynamax. Les mécaniques des Z-moves étaient vraiment d'un faible intérêt à mes yeux. Je regrette la fin des Mégas par-contre qui permettaient de réellement mettre en avant des Pokémons oubliés et qui auraient mérité une meilleure répartition (qu'en grande partie la 1G). Au niveau stratégique, beaucoup de Pokémon vont perdre en intérêt comme Dracaufeu, Roucarnage, Kangourex etc...J'espère qu'au moins le concept des Formes Alola sera inclus et permettra quelques surprises… C'est vraiment regrettable, je trouve sachant que l'intérêt de Pokémon, c'est de tous les attraper 👀. On peut miser sur 500 ou 600 Pokémons en total mais ça reste un problème à mes yeux, sachant que certains ramènent des Pokémons les premières générations (comme moi) et de savoir que dans le prochain opus, on n'est même pas sûr de pouvoir les importer : Comment GF peut se méprendre à ce point ? On peut suspecter que les Pokémons absents seront les moins populaires ( ce qui épargne grandement ceux de la première génération et les Pokémons vedettes). On peut suspecter que beaucoup de la 5G vont être boudés sur le coup avec les dernières. Ou alors ceux de la 4G seront tous zappées pour mieux les mettre en avant avec le remake de la génération 4 qui est attendu . Dans tous les cas, cela donne l'impression d'avoir un opus incomplet et l'argument avancé me semble vraiment faible . EDIT : Le concept des Dynamax avec Noadkoko d'Alola et Wailord
  2. Vote Blanc : Je ne connais que One Punch Man et c'est une œuvre avec laquelle j'ai le plus grand mal et je reviendrai plus tard sur les raisons. Solanin: connaissant l'auteur très curieux de le lire. Xxxholic : je vois très souvent des visuels et il est assez culte mais à lire très prochainement. Après la pluie : jamais entendu parler. Tu es bien la première personne que j'entends dire cela . Je serai très curieux d'échanger dessus. Chobits: Jamais entendu parler. Gunnm Last Order : une sacrée déception pour ma part. Le manga a des passages très forts dans cette fresque qu'est Gunnm ( les tomes sur Vilma ou les premiers tomes ❤️ ). Toutefois, l'œuvre se perd dans une compétition avec des longueurs qui' m'ont ennuyé pour ma part. L'ensemble perd en subtilité. Natsu no Zenjitsu : une romance honnête et subtile. Un trait délicat. Le manga arrive à me toucher par ses personnages et surtout pour sa nature moins féérique. Liar Game : Le meilleur manga de pari. Les jeux sont tellement intenses : le jeu des valises est exceptionnel. Le revers est que les jeux sont ultra précis et nécessitent qu'on s'y focalise pleinement surtout que les rebondissements sont nombreux. Je recommanderai de le lire par "arc"/ jeux car moi je m'y perds surtout.
  3. @Kouza a très bien justifié. L'intérêt des deux chapitres de transition/ voyage et qu'ils ne se passent rien : on ne découvre rien alors que les personnages sont dans un nouveau contexte qui leur permettrait des découvertes. Le seul développement présent est celui de Gray qui découvre ses sentiments envers Juvia et qui veut les assumer. ça reste un développement assez léger mais on aurait pu avoir autre chose qu'un énième "clone". L'idée du dragon-continent n'est pas nouvelle mais je l'aime bien. Par-contre, son insertion décrébilise encore plus définitivement Acnologia : le méchant poursuit 7 énergumènes DS mais il n'est pas capable de géolocaliser un dragon continent ?
  4. Cabotin

    Dororo [Mappa]

    Episode 21: Episode un peu moyen. C'est plus un épisode de "préparation" au dernier arc. Je retiens surtout que les bras de marionnettes ont repoussé comme des grands . Le duel entre frère est interrompu par les larbins du père qui envoie un cheval kamikaze : assez violent visuellement 👀 sur la pauvre bête. On a joli pay-off. Episode 22: Galopa On comprend enfin le défilé des chevaux enflammés dans le premier opening. Bon épisode et Hyakkimaru est très secondaire dans cet épisode. Hyakkimaru cède totalement à ses pulsions vengeresses (ce que l'on ressentait avec le précédent épisode) et fait une alliance avec Galopa-Démon. Cette transformation semble l'opération du dernier démon qui a récupéré les corps manquants Je reconnais que le redistribution finale à son frère est une excellente idée, surtout que je trouvais leurs amputations assez gratuites mais je me suis trompé: Hyaakkimaru va affronter "ses bouts de corps" manquants… Assez ignoble. Cet affrontement est un peu l'ultimatum et se place sur une certaine ironie : s'il veut récupérer son corps et donc redevenir "humain", il doit céder à sa part la plus violente et donc la moins "humaine". J'aime énormément l'idée. Dororo rencontre la mère d'Hyakkimaru et a droit à une scène assez tendre avec elle quand elle se cache dans ses vêtements et qu'elle la laisse se blottir. Elles partent toutes les deux pour finir dans un village de rescapé où elles tombent sur le "Vieux" (toute façon, lui il a des capacités de téléportation vers l'intrigue depuis le début, donc sa présence ne m'étonne même plus). Le "Père" d'Hyakkimaru réapparait et va vraisemblablement rencontrer Dororo, soit l'objectif de son "fils" et sera là pour arrêter son fils probablement. J'apprécie vraiment que cette histoire se dirige vers une conclusion ; ce qui n'était pas forcément le cas du manga d'origine.
  5. Je n'en connais aucun dans le groupe 25 Blanc Groupe 26: 2 excellentes œuvres et deux mauvaises, le choix est facile. Btoom : moyen au début mais les derniers tomes sont d'une médiocrité assez inouïe avec des personnages vraiment creux Another : une œuvre qui semble avoir une côte auprès de certains mais qui ne m'a absolument pas touché et que je considère mauvaise : la faute a un casting oubliable et insupportable et un personnage qui sait tout mais qui ne résout rien et laisse la solution empirer . A croire qu'il s'agit d'un troll. Je retiens la scène du "parapluie" assez marquante sinon rien de plus. Erased : un concept de voyage dans le temps touchant avec le parcours du héros pour sauver sa camarade. La relation qui se tisse entre eux m'accroche et les personnages secondaires supportent l'histoire ( Je crois que j'aime beaucoup trop la mère du héros ). Une fin assez rushée dans l'animée par-contre mais le reste est passionnant. Billy Bat : Probablement l'Urasawa le plus délirant (Tu as vu @Arya Stark je l'ai bien orthographié ce coup-ci ). Une revisite de l'Histoire avec un hommage des arts populaires à travers la figure de l'inspiration. On retrouve des éléments typiques de l'auteur comme le contrôle des masses, le rapport de l'histoire, une narration segmentée, un refus du simple manichéisme. Une œuvre riche moins maîtrisée que son confrère 20th Century Boys.
  6. Cabotin

    Chainsaw Man [Tatsuki FUJIMOTO]

    Chapitre 25 lu L'auteur ne perd pas son habitude : sacrifice d'un membre de l'équipe et mort définitive. Un départ surprenant surtout que l'on est qu'au début de l'histoire et qu'elle était le personnage le plus sympathique du groupe . Si j'ai encore des doutes sur la mort de la Boss, je pense que là il n'y a pas de chance pour qu'elle survive. Une mise en scène toujours efficace et violente. Le design des démons : le serpent avec des dents en bras 😶 ou l'espère de démon jambe fleuri… C'est perché mais j'adore . Du coup, on arrive au round Denji contre Mister Inferno qui est le véritable enjeu. La réplique de Denji est tellement vraie et il va pouvoir s'éclater. J'ignore la suite si victoire ou non car Denji pour le moment déjoue les pronostics et dispose d'une sacrée vitalité. Avec l'espèce de sorcière, les chances restent en sa défaveur à moins que l'on ait le coup classique des méchants qui doivent soudainement partir alors qu'ils dominenennt l'échange. Toujours un plaisir de voir l'OVNI continuer.
  7. Vote pour 20th Century Boys. L'Urazawa, le plus connu, je pense. Levius, pas commencé alors que vivement recommandé Blessures Nocturnes : m'intéresse pas spécialement. Golden Kamui : bof. Surpris du "succès" de Jagaaaaan . Double vote pour Jagaaaaan et Dans l'intimité de Marie 👀. Je suis presque déçu de son manque de succès à Boku Wa Mari no Naka : un très beau drame servi avec des planches géniales. Je pense que c'est à partir de cette œuvre que j'ai commencé à vraiment aimer le trait d'Oshimi qui se surpassera par la suite avec A Trail Of Blood et Hapiness. Jagaaaan : un héritier de Devilman et Parasite dans son concept qui se permet quelques bons délires avec des sacrées planches . Je n'en attendais pas grand chose à l'origine vu les travaux précédents de l'auteur mais ce dernier s'est bien amélioré. Eden : je ne l'ai qu'entamé et il faudrait que je continue Biomega : faut que je finisse Blame déjà
  8. Cabotin

    [anime] Jojo's Bizarre Adventure - The animation

    J'ai du retard, beaucoup trop… Je vais revenir assez brièvement sur les épisodes 31 et 32 avant de m'extasier devant le 33 : Episode 31 : Probablement mon finish préféré de Giorno : 7 pages de "Muda "retranscrites en 45 secondes d'animation de dingue avec le "WRYYYYY" : j'ai beaucoup trop jubilé . Au "Wryyy", j'ai applaudi comme un débile. Cioccolata aura eu une application vraiment crade de son pouvoir lui permettant de se mutiler lui-même pour devenir un "Baggy" à la One Piece ( en plus efficace tout de même). Le finish de Giorno lui donne un peu de caractère où il affirme clairement qu'il s'est payé la tête de Cioccolata et qu'il n'y avait pas de pardon possible (au vu de tout le massacre qu'il avait causé, il le méritait largement). Un beau duo ou plutôt un Giorno épaulé par Sex Pistol . J'apprécie le petit moment "kawai" qu'ils ont créé avec Secco qui écoute les messages d'adieu de son camarade: c'est d'un grotesque réussi . Episode 32 : Bruno, on t'aime ! Secco aura été insupportable de bout en bout. Le combat est une course poursuite où Bruno décrépit au fur et à mesure et le voir en état de décomposition est un déchire cœur au vu de tout l'héroïsme du personnage. Secco aura eu un pouvoir assez vicieux également; le souci est que Bruno profite de son "état" pour l'endommager n'ayant plus longtemps à vivre. Le moment où il pète les tympans de son adversaire 8), David Production nous sort une animation épileptique et on retrouve les changements de couleurs: c'était magnifique. Mon seul regret restera le moment de la rencontre de Doppio et Secco : je trouve cela un peu trop rapide bien que j'adore l'ironie dramatique du subordonné qui annonce son envie de tuer son Boss. Contrairement à Giorno, Bruno reste moins "sévère" et je trouve le final un peu faible pour Secco (quoique l'ironie qu'il finisse avec son maître dans les déchets à moitié étouffé reste assez cool ). Doppio montre qu'il connait le caractère de Bruno et maintient son rôle alors qu'il aurait pu les abattre aisément. Episode 33 : Fantastique J'en perds les mots. Le Boss assure le show et David Production le souligne et se surpasse pour lui et pour ce dernier acte. Il faut féliciter les seyius de Doppio et Diavolo : juste le "Tululu" ultra stressé et empressé. C'est à mourir de rire de le voir engueuler son supérieur et alter ego . Bref, le seyiu de Doppio prend une voix de plus en plus grave et ça se ressent quoique le moment où il bluffe et se fait passer pour Trish pour berner Bruno est tout aussi excellent. Le comédien arrive vraiment à jouer. J'ai adoré le fait qu'au moment de la révélation, du changement d'ego la phrase commence avec un seyiu pour finir avec l'autre : ça rendait la transformation encore plus palpable. Je reviens sur la première partie où tout l'intérêt est de voir comment Doppio s'infiltre et abuse de Bruno en agonie, en analysant les failles de son adversaires. Bruno est dans un état lamentable et le voir si facilement dépendant est un crève-cœur à ce stade où il est vraiment mené en bateau et pourtant, il propose de recueillir la pauvre Trish… Ce héros. La tension demeure car on est du point de vue de l'ennemi et on retrouve vraiment des gimmicks que l'on avait avec Kira dans la partie 4 : l'antagoniste devant rester calme quitte à en devenir ridicule. Sauf que ce coup-ci, on connait la menace, elle est clairement identifiée et on connait l'étendue de sa puissance alors cette course poursuite reste haletante avec l'arrivée de l'équipe de Bruno et Trish qui ressent sa présence. Doppio aura été l'agent ultime du Boss et s'il est plus faible, on comprend son intérêt pour berner les ennemis tant, il aura été efficace dans ses infiltrations. (Le moment où le Boss l'avertit que Polnareff le surveille avec le téléphone qui apparait de nul part m'a bien fait marrer ). Dans tout cela, j'en oublie ce héros : Polnareff . Il ne fait pas parti de mes personnages préférés de la saga Jojo mais que son retour est tragique tout de même . Son retour signe également la continuité de la saga qui bien qu'elle peut se lire par partie, ne peut être pleinement apprécié que si l'on a suivi l'entièreté de cette aventure (surtout à partir de cette partie car après ce sera vital pour comprendre tous les enjeux). C'est toujours amusant d'observer l'évolution graphique des designs aussi : de voir à quel point Polnareff et Jotaro sont efféminés depuis la partie 3 où ils avaient des designs proches d'Hokuto no Ken . Un changement effectué dans la narration par David Production est le dialogue flashback : dans le manga, c'était Diavolo qui racontait tout alors que là, on rajoute des détails du point de vue de Polnareff. Une idée de changement vraiment intéressante pour le coup. On a un joli passage de témoin en sachant aussi qu'on a eu Koichi qui introduisait la partie 5. Et revenons sur le meilleur : l'apparition du Boss Ce sound-design de coupure qui devient présent. Les différents thèmes du boss. Le bruit des marches, Doppio qui parle comme Diavolo, le changement de seyiu: une apparition des plus réussies (sachant que dans le manga, elle était énorme déjà). Le Boss se révèle, il a un "vrai " visage. La confrontation est perdue d'avance pour notre ancien héros qui trouve une parade avec les gouttes de sang. On a droit à plein d'ost comme celle des confessions de Bruno ou celle où le Boss attaque Polnareff (qu'on devrait réécouter la semaine prochaine). Le Boss domine clairement et Polnareff malgré son état lutte et finit empalé: la dernière image où il revoit ses compagnons d'Egypte fait mal. Diavolo a réussi la première manche largement sauf qu'un nouvel arrivant débarque : Silver Chariot Requiem. Son design est excellent et l'animation luit très bien cette apparence métallique. Je suis presque déçu qu'il n'apparaisse pas dans le générique de fin Excellent Bref, c'était le feu, encore une fois peut-être la dernière pour moi , car connaissant la suite, je n'aime pas trop le délire qu'offre Araki mais j'y reviendrai plus en détail à la fin de cette saison pour expliquer mon ressenti.
  9. Danmachi qui n'est pas éliminé définitivement de la compétition Noodle jubile, Haar rage … à voir si la blague continuera encore longtemps… Bastard qui passe devant Spirale qui est un de mes mangas d'horreur préférés . Bastard, j'ai essayé de lire mais je n'arrive vraiment pas à aimer ; je trouve les personnages insupportables et tous les personnages féminins sont limités à du fan service. Groupe 17 : Souvenirs d'Emanon : Toujours pas lu malgré les vives recommandations. Un concept prometteur et des planches vraiment belles que j'ai entraperçus. J'essaierai de le lire si possible pour le second tour 👀 (en espérant qu'il passe car la concurrence reste faible). Blood Lad : Vraiment pas remarquable en quoique ce soit. Y a des références geeks. Assez décevant. Ubel Blatt: Que j'avais aimé au début. Si je devais le résumer : un Berserk sans son génie. J'ai du mal avec les chara-designs un peu arrondis bien qu'au niveau des créatures et de l'environnement, le mangaka reste fort. Toutefois, l'aventure reste palpitante dans ses cinq premiers tomes je dirais puis chute. On essaie d'instaurer des révélations qui ne marchent pas et j'ai commencé à trouver les combats plats. J'ai vraiment eu le sentiment d'une distance entre l'épique que les personnages ressentaient et décrivaient et ce que je lisais. Parmi, mes plus grandes "déceptions". Dans le registre de la Dark- Fantasy, je préfère largement son aîné Berserk ou alors Claymore Kingdom : Un des grands favoris avec la parution dans nos contrées, après tant d'année d'attente. Le seinen qui fait le plus "shonen" Je crois que c'est l'un des mangas que j'ai lu le plus rapidement, passé le premier arc que je trouve "moyen" à ses débuts. Puis, lorsque le manga commence à te raconter le champs de bataille : tout s'accélère si bien qu'il est difficile de décrocher avant la fin de l'arc. Les batailles, les stratégies restent denses et suffisamment développés tout en restant cohérentes. On alterne avec des arcs politiques où les manipulations offrent de sacré rebondissement. Un casting vraiment bon et l'auteur nous épargne du classique manichéisme. Un des défauts qui demeure de l'œuvre est que je la trouve largement moins savoureuse par lecture hebdomadaire. Parmi les favoris du tournoi avec sa parution française , ça se jouera très certainement entre Kingdom, One Punch Man, Tokyo Ghoul et Berserk pour les premières places de ce tournoi. Groupe 18: Le sommet des Dieux : Pas lu et je devrais le lire vu les bons retours. Prison School : Potache comme pas possible . L'œuvre a eu droit à deux, trois moments excellement drôles ( la scène yaoi ou la "Grande" question du directeur) par-contre, le tout reste vraiment lourd en règle générale et j'ai décroché… All You Need is Kill : Je ne vais pas me faire des amis, mais je ne suis pas fan d'Obata et ce manga est très loin de m'avoir passionné. Black Lagoon: juste de la badasserie . Black Lagoon me produit le même effet qu'un Hellsing : je m'éclate devant et j'en demande pas plus .
  10. Et un des favoris est apparu : Groupe 11 : 4- Master Keaton: Connais pas. L'un des premiers Urazawa, cela attise ma curiosité donc je le lirai tôt ou tard. 3- Freezing : Lecture au collège et je n'en garde pas un souvenir glorieux : fan-service et un casting pas très intéressant. Je crois avoir fini jusqu'à la première partie avec une super-déléguée qui était la seule que j'appréciais dans le lot… 2-Dragon Head : Excellent. Un manga qui réussit à merveille à retranscrire l'angoisse, la tension. Un des rares mangas à m'avoir rendu claustrophobe. Une des rares œuvres qui est dérangeante alors que la violence reste principalement psychologique dans un milieu claustrophobe et devant juste l'horreur humaine face à l'absurde. Une œuvre redoutable et pourtant je ne le place qu'en 2nd place, ici. 1- Gunnm : Un chef-d'œuvre et un coup de cœur. Cela s'explique en partie grâce à son héroïne : Gally. Une héroïne avec une des meilleures évolutions qui reste cohérente. Un univers violent, mélancolique proche du nihilisme. Un espace crasseux, crade, cohérent avec un mythologie par moment. Des antagonismes s'échappant du manichéisme pour offrir des vraies réflexions. Un casting secondaire suffisamment développé. Une sorte de poésie par instant de grâce face à la cruauté. Une description des luttes des classes (presque marxiste 😛 ) Je vais me limiter à là mais c'est un incontournable. Groupe 12 : Gouttes de Dieux : Un professeur me l'a recommandé… Toujours pas lu alors qu'il assure le succès des ventes de vin français au Japon 👀 Space Brother : je ne l'ai qu'entraperçu, le temps d'une lecture hasardeuse à la Fnac, ça ne m'avait pas passionné mais je ne connais pas spécialement le bousin après. Vagabond : Lecture des 2 premiers tomes. Juste la beauté des cases… Jojolion : Quand Araki décide que sa saga Jojo's Bizarre Adventure n'est pas assez bizarre, il crée Jojolion . Le pitch de base : une jeune fille est secourue par un homme nu avec 2 paires de couilles amnésique. What Else ? Araki propose une réinterprétation de sa partie 4 Diamond is Umbreakable alliant évidemment une relecture et un réemploi de sa propre mythologie tout en apportant des éléments nouveaux. On retrouve avec plaisir tout ce rapport à la destinée et à son contrôle avec l'idée de l'échanger, le tronquer. Cette partie offre aussi un des épilogues les plus amères. Le souci de cette partie par rapport aux autres demeure que le casting est un peu faible et l'histoire n'est pas portée par un Gyro, un Bruno ou un Josuke et que Jojolion a tendance à demeurer transparent. Les combats, magie d'Araki, j'apprécie que l'on maintienne la "faiblesse des Stands" actuellement comparativement à la partie 5 ou 6 où ils étaient vraiment devenus incroyables puissants. Ici, les Stands ont des applications simples mais qui peuvent avoir des applications dangereuses; l'inventivité demeure encore présente. Je regrette la faiblesse de certains arcs que je ne nommerai pas; Clairement, il est difficile de commencer Jojolion directement et je ne le recommanderai. J'aime la saga Jojo pour sa réinvention perpétuelle et Jojolion est la preuve qu'Araki incarne cela dans son ton.
  11. Cabotin

    Chainsaw Man [Tatsuki FUJIMOTO]

    Chapitre lu Le massacre continue. J'ai eu un peu de mal à comprendre la tête du Devilman avec sa lame en tête, le temps de le comprendre sur la première page (j'ai cru qu'il lui manquait la tête au début…). Une nouvelle fois, l'auteur parvient avec quelques idées à rendre le combat intéressant : le coup de l'ongle qui dépasse la case au début pour donner le coup ou rien que l'idée d'un démon qui donne des coups d'ongle (ça me fait d'ailleurs penser au jeu Bayonetta où la protagoniste se sert de ses cheveux comme portail pour faire sortir des coups de poings ou pieds d'une démone géante). Bien que le petit se débrouille pour abattre le démon (la page où il est pris dans le squelette du démon est vraiment folle), le voici ressuscité et il extermine notre partenaire: ça annonce le niveau . Toutefois, je ne mise pas sur sa mort; je vais attendre encore un peu mais ayant lu Fire Punch, je ne serais pas surpris si certaines morts se confirment. La mort de la Boss pourrait bien s'avérer. Fire Punch avait été assez inconventionnel et un OVNI au niveau de la narration et de l'histoire. Chainsaw Man partait dans une forme de caricature du nekketsu avec les objectifs de Denji qui étaient grivois sans tomber dans le graveleux ( contrairement aux ecchis) ou lors de la mission contre le démon dans l'hôtel, où les coéquipiers étaient des plus inefficaces. Je m'attendais à la mort des plus secondaires mais l'auteur doit les garder pour plus tard ou pour les faire mourir maintenant. Le prochain chapitre devrait tourner autour de la récupération de Denji que l'on n'a pas aperçu dans ce chapitre et voir s'il peut s'opposer à ce démon. Je reconnais avoir du mal à prévoir ce manga, ce qui est une excellente qualité. Encore une fois, hâte de lire la suite. Je rejoins @Jersey-louis : qu'importe le nombre de volume et de chapitre, il faut juste que l'histoire demeure intéressante. Si l'auteur boucle au bout de 5 tomes ou de 50 tomes et estime qu'il a raconté ce qu'il veut raconter, tant mieux. (Je reste dubitatif de l'exemple d'Obata par-contre comme auteur, mais je ne vais pas développer plus craignant que l'on dérive du sujet initial). Si je devais miser, je ne pense que l'histoire soit très longue et je la verrais bien se boucler entre 10 et 15 tomes si le succès lui permet de se maintenir, ce qui semble plutôt être le cas. A voir.
  12. Cabotin

    Jeu du Zoom

    @Othy Je relance avec une que je juge facile Honte sur vous si vous ne reconnaissez pas.
  13. Noodle : ce mauvais goût prononcé… Groupe 7: Goblin Slayer : Très clairement, un manga médiocre. Je considère Ubel Blatt comme du sous-Berserk mais Goblin Slayer c'est Berserk sans son génie : dramatiquement creux, personnage monolithique. Le fan-service placé est probablement dans les plus abjects que j'ai pu voir. Je reconnais qu'au niveau graphique dispose de certaines qualités qui peuvent sauver les meubles mais le manga reste vraiment plat. Elfen Lied : Outch… Un des mangas les plus surcôtés que j'ai lu . Je l'avais lu au lycée ( bien que j'ai abandonné par la suite) et tout le monde en parlait mais là aussi, je ne suis pas du tout sensible à l'intrigue. Un manga assez faible graphiquement et je crois comprendre les thématiques de l'œuvre ( la génétique, le racisme, discrimination, folie) mais le traitement accordé est vraiment maladroit et glisse des aussi des scènes ecchis d'un vide abyssal. D'autres mangas abordent largement mieux ces thématiques. Un autre manga que je ne porte pas dans mon cœur. Scum's Wish : ce nom . Le manga dispose d'une adaptation à la réalisation assez riche visuellement et ose impliquer des scènes de cul entre des adolescents, jeunes adultes tout en évitant de tomber dans le graveleux : cela reste principalement tendre envers ses personnages. Une œuvre sympathique mais loin de mes préférences. Battle Royal : Le pilier du Survival-Game. On doit dire merci à ce classique (quoique le Survival-Game a un peu dégénéré après en mode isekai…) Bien que je préfère l'adaptation cinématographique ( pour une fois qu'il y a une bonne adaptation d'un manga en film live), l'œuvre a le mérite d'avoir un rythme haletant jusqu'au bout en se focalisant et en changeant constamment le point de vue entre ses différents protagonistes. L'antagoniste final est particulièrement retord et déborde de charisme en ayant autant de réplique qu'un Dark Maul . Un bon manga qui peut tomber dans le manichéisme mais dont j'apprécie que chaque personnage soit un minimum développé et représente un travers ou une qualité de la société dans une situation extrême. Groupe 8 : Planète et Le Nouvel Angyo Onshi , je ne connais pas mais les commentaires de mes VDD m'incitent à m'y intéresser. Gunnm Mars Chronnicle : Après la difficulté et les montagnes russes qu'ont été Last Order, on retourne vers le ton très mélancolique, nihiliste en remontant les origines de Gally. Je reste dubitatif de certaines résolutions d'intrigues mais j'apprécie retrouver cette noirceur : le premier tome a tout cet aspect d'un conte noir, crasseux. L'amie de Gally (dont j'ai oublié le nom) a un développement très ambigu et intéressant, frôlant la folie bien que la passivité de Gally en étant une gosse, me fatigue. Puis la découverte sur "ses origines" me laisse perplexe. Très clairement, le manga a beaucoup de choses à raconter malheureusement, nous n'en sommes qu'au tout début de ce que l'histoire a à nous raconter ( l'entrainement de Gally, la rencontre avec sa mentor et l'enseignement de l'art martial martien, puis le conflit spatial à côté 👀) mais le rythme de parution n'aide vraiment pas à maintenir l'intérêt . Je ne suis vraiment pas fan du trait plus arrondi… Kiseju : Un Old School fortement intéressant avec une multiplicité des niveaux de lecture dont on sent l'héritage de Devilman : rien que ça, ça suffit à me séduire. Un trait certes qui date mais qui reste efficace. L'adaptation animée "modernise" le contexte sans dénaturer son propos que je recommande rien que pour la voix de Migi qui est le MVP du manga sans contestation.
  14. Cabotin

    Jeu du Zoom

    @Othy Je n'ai pas vu la notification. Il s'agit de Snake de Black Butler qui est un personnage qui ne s'exprime qu'à travers ses serpents… Désolé de ne pas avoir répondu plus tôt. Édit : je ne pourrai que demain. Donc si entretemps, quelqu'un veut proposer
  15. Vote pour Cersei. C'est le personnage le plus intéressant du lot. J'aimais beaucoup ce que représentait Robert, un excellent militaire mais un médiocre dirigeant. Joffrey, lui était le despote et il restait jubilatoire de le voir aussi puéril. Tommen, lui était beaucoup trop candide et immature pour la tâche et ne disposait d'aucun charisme . Il n'avait finalement aucun pouvoir concret et il sera manipulé. Ces trois dirigeants montraient chacune une incapacité à diriger le pouvoir à travers leur lacune. Bran, roi, je trouve son accession particulièrement absurde toujours surtout pour ce que cela implique. Quant à Cersei, elle emporte le trône par un coup magistral et bien qu'elle accède au pouvoir et le manie cette fois, il reste le chagrin que cette accession au pouvoir lui ai coûté la vie de son dernier enfant et elle reste marquée par cette tragédie, qu'elle a engendrée et devient scélérate. Je dois avouer que juste de la voir délicieusement mauvaise en train de punir les Martell et de se venger de Sœur " Shame" m'amusait grandement. Le seul regret est que finalement on n'aura pas trop vu l'opposition s'organiser autour d'elle et les sournoiseries auxquelles elle aurait dû lutter pour garder le pouvoir car elle les a déjà tous cramés . Concernant les évolutions, je vote blanc. Dans cette sélection, les seules que je trouverais sans reproche seraient Theon et Sam mais les personnages ne m'intéressent pas. Le reste, je trouve toujours une énorme lacune qui m'empêche de me dire satisfait de l'entièreté : - John : un parcours accompli et il devient appréciable mais devient rudement fade avec la saison 7 et trop mou, dans la saison 8, presque spectateur. Son amour pour Dany et sa véritable identité lui portent préjudice. - Sansa: on nous la présente comme une meilleure politique, malheureusement ses exploits sont biaisés comme pour le coup avec Littlefinger où elle se repose sur le pouvoir de son frère. Une médiocre mastermind. - Tyrion : une évolution était suggérée avec son rapport avec Tywin mais il enchaîne les erreurs avec Dany et j'ai l'impression qu'il a surtout perdu en éclat si on le compare au début. - Jaimie : excellent parcours, j'aurais pu voter pour lui, mais je trouve sa relation avec Brienne un peu rushé et son retour auprès de Cersei, trop peu aboutissant. -Arya : j'ai déjà soulevé les incohérences du personnage qui font que je trouve le personnage raté. - Daenerys : je ne l'aimais pas et elle m'insupportait dans sa toute autorité et sa légitimité qu'elle revendique. La dernière saison proposait une évolution intéressante en tant que Mad Queen malheureusement comme beaucoup d'autres choses, ça a été trop rushé et il aurait fallu beaucoup plus de temps pour rendre crédible. Je préfère les évolutions de Brienne ou Sandor en tant que personnages secondaires: peut-être car ils accomplissent leur objectif. Concernant les combats, double vote : - Oberynn vs la Montagne : la conclusion était choquante au possible et une tension demeurait entre deux adversaires avec des styles de combats bien différents. Une issue frustrante mais marquante pour sûr. - Sandor vs Brienne : Mon combat préféré, je pense. Certainement car son issue m'était impossible à prévoir et que surtout, les deux veulent protéger Arya et on ressent la détresse de Clegane de la voir partir. Le combat est violent, sale. Peut-être pas aussi gore qu'Oberynn contre la Montagne, mais il est éprouvant. Le combat commence avec des épées pour finir sur de la lutte à mains ou avec des pierres et il y a une sacrée tension. La résolution me plait : Sandor laissé pour mort et Brienne qui échoue à récupérer Arya malgré sa victoire.
  16. Groupe 5: 4- Hinamatsuri: Connais pas et c'est la première fois que j'en entends parler. 3-Tokyo Ghoul: Re : Un manga ayant eu un gros succès mais qui ne m'a pas convaincu. J'ai vraiment du mal avec les graphismes et une succession de combats qui ne m'a pas fasciné. J'y reconnais des vrais moments de grâce dans l'œuvre, néanmoins je n'apprécie pas vraiment l'œuvre dans sa globalité, sans que je considère l'œuvre mauvaise en soit. 2- Dorohedoro : Univers glauque, personnages assez fous. Je n'ai effleuré que l'œuvre mais je suis beaucoup plus séduit par ce mélange sorcellerie-urbanisme crade. 1- Dead Dead Demon's Dededededestruction: Un OVNI… D'ailleurs l'histoire parle d'OVNI. Je n'en ai qu'un vague souvenir, vu que le manga est en pause mais je me souviens de la bizarrerie de l'œuvre (pas surprenant quand on connait son auteur…). Une œuvre assez touchante sur le décalage des enfants face au reste de la société et qui renvoie pas mal à la première partie de Bonne Nuit Punpun (du même auteur). Il faudrait que je le relise. Groupe 6 : Un bon groupe 4- Appleseed: toujours pas vu @The Punisher. C'est un classique réputé. 3- Quartier Lointain : Un assez bon drame avec un retour dans le passé sur la quête d'une figure paternelle pour le protagoniste. Une approche presque mélancolique de l'enfance et sur ce qu'on ignore de la vie d'adulte quand on commence à quitter l'enfance. Une très bonne lecture que je recommande. 2- Gantz : Alors il est très certainement mois bon en terme d'écriture que les deux autres mais j'apprécie le délire Gantz. Gantz est un univers qui reprend les codes du jeu vidéo pour en donner cette touche violente au possible avec un scénario assez imprévisible allant jusqu'à intégrer des pouvoirs psychiques avec des aliens exterminateurs. L'œuvre reste très cynique sur la société et sur certains de ses travers qu'elle dresse parfois en manquant de subtilité, mais qui avait des élans et des moments vraiment forts émotionnellement et en intensité: c'était cru, voir parfois cruel et sublime. Son dernier arc reste fortement critiqué et j'y reconnais un certain nombre de défaut (comme un plot armor de fou pour un personnage et des longueurs, et une conclusion assez brusque) mais l'auteur tente de créer un parallèle avec notre propre société quitte à amplifier ses effets et à tenter de quitter le manichéisme (il y a des ordures des deux côtés). J'en garde un très bon souvenir malgré tout. 1- Berserk : l'incontournable et probablement favori de ce tournoi. Un univers incroyablement violent qui m'a conquis et dont j'attends le prochain scan avec beaucoup d'impatience. Une des meilleures œuvres que j'ai pu lire. Je commenterai plus longuement sur l'œuvre pour les prochains tours, n'ayant de doute sur son passage. EDIT: @Noodle, on n'est qu'au début .
  17. Cabotin

    Dororo [Mappa]

    Episode 18- 19 : Les deux épisodes ne m'ont pas passionné ; le 18 étant bancal, le 19 pas convaincant. Episode 20 : Un très bon épisode qui me donne envie de commenter alors le forum est vide . L'épisode tourne autour des "mains". Déjà visuellement, les paysages d'automne sont vraiment envoûtants avec cet orangé qui contrastera avec les effusions de sang plus sombre à la fin. Dororo soulignait le changement d'Hyakkimaru plus apaisée et la fin de l'épisode démontre et développe quelque chose autour du personnage. C'est l'épisode qui témoigne de la frustration de notre héros de n'avoir que des bras articulés. Cela est démontré par la scène où il ne parvient à séparer Dororo coincée sous la pile de rochers et qu'il se pète les bras en gueulant. Il se cogne la tête et j'ai ressenti la détresse avec le doublage réussi où le héros supplie presque. C'est ce moment où il ressent la rage de ne pas avoir son corps pour sauver Dororo. Le démon est une chimère dont j'ai apprécié, le soin accordé au détail de la bestiole. Au début, je ne comprenais pas le samouraï mais il me rappelle d'une certaine manière un personnage d'Hunter X Hunter dont le seul intérêt est de saboter le parcours des autres. Ici, le personnage est hanté d'avoir abandonné sa mère et l'image de sa main accrochée alors qu'il fuyait est suffisamment traumatisant pour rendre sa déchéance compréhensible. Il fusionne avec le démon et donne une forme glauque et j'ai l'impression qu'on retrouve ce côté violent qui avait manqué depuis quelques épisodes dans la quête d'Hyakkimaru. Un autre bon point: les musiques. L'épisode se conclut en introduisant le dernier arc : la confrontation avec sa famille. Tuer les démons ne suffit plus à récupérer son corps et je suis content que cet élément que je ne comprenais semble avoir une explication. Aura-t-on un démon qui aura récupéré les parties du corps et sera plus fort ? Le fait qu'Hyakkimaru perde ses mains et ne dispose plus que de ses lames souligne l'esprit revanchard qui l'anime à la fin: état provenant de son incapacité à sauver celle qui tient. Une bonne évolution et curieux de la conclusion de la série.
  18. Cabotin

    Gintama [Hideaki SORACHI]

    J'ai craqué, vraiment. Je viens de lire le chapitre en RAW et traduction à côté; ce qui n'est pas la condition la plus optimale pour lire. Pour autant, je me retrouve en larme. Ma réaction est à chaud et je pense que j'ai juste envie un peu d'évacuer ce flot qui m'envahit sinon je ne vais pas réussir à dormir. Il est rare que je me trouve dans un tel état.
  19. Cabotin

    Chainsaw Man [Tatsuki FUJIMOTO]

    Chapitre 23 Tout pète Je n'avais pas réalisé par rapport au chapitre dernier que les assaillants avaient des flingues aussi… Ce qui m'était la puce à l'oreille que le Gun Devil ripostait. La riposte s'étale à toutes les sections et j'aime cette forme parano qui se dégage que n'importe qui peut te tirer dessus et essayer de t'abattre. J'aime vraiment les pages d'action, l'auteur a un découpage que je trouve efficace entre les coupures brusques, ou la page de point de vue subjectif du tireur. Puis le design du démon, quelle classe Son trait n'est pas forcément le plus détaillé mais il a des petites touches vraiment cools. Donc nous avons le fils de l'escroc qui revient se venger : est-il au courant au moyen que son père avait été zombifié ? En tout cas, la menace est bien réelle. Très curieux de la suite et de savoir les survivants de ce massacre, sachant que l'auteur dans Fire Punch avait déjà massacré son casting à plusieurs reprises. Franchement, parmi les nouveautés, le manga a un certain charme et bien qu'il ait été un peu bancal au début, j'ai hâte de la suite.
  20. Chapitres 132- 134 lus Emma et Ray sont tombés dans un trip-cauchemardesque : on se croirait dans une scène d'Akira avec la scène du cauchemar. La notion du temps semble totalement se diluer dans cet espace et je me demande comment ils vont sortir de cette illusion. Graphiquement, bien que je trouve parfois le trait hésitant, il arrive vraiment à susciter une inquiétude : les visuels se sont améliorés. Pour revenir au "gros" du chapitre 134, j'adore. Norman en mastermind . J'ai eu presque peur que Norman se soit assagi et redevienne un "gentil" or on constate qu'il conserve un côté manipulateur avec ses deux anciens amis. Il reste pragmatique en voulant contrôler les "aléas" et Musica est désormais en danger face aux deux camps: aussi bien des nobles démons et des humains, camp de Norman. Maintenant, un nouveau jeu de tension s'inaugure avec les autres personnages secondaires. J'apprécie vraiment qu'on garde toujours les mind-games entre les personnages comme dans le premier arc ( ce qui avait été perdu dans l'arc de la chasse) et qu'on retrouve cette tension. Cette intrigue permet aussi qu'on ne se focalise pas uniquement sur Ray et Emma avec deux autres personnages sans qu'il y ait des "boulets" à l'intrigue. Introduction d'un nouveau personnage : son design est vraiment cool, sauvage. Ce personnage introduit les rapports avec les animaux et je me demande si on développera le rapport à la domestication… (Je pars peut-être loin). Je reprends vraiment un certain plaisir à lire l'œuvre.
  21. C'était chaud ce Jaimie / John … J'y ai cru mais mon favori a échoué après une belle bataille. On voit qu'au niveau des commentaires, il bat largement . Nouveau duel, nouveau combat : J'ai des reproches à formuler sur les deux personnages mais l'un des personnages a su regagner un peu de son charme et m'est redevenu sympathique alors que l'autre, non… Arya et Tyrion ont été deux personnages que j'avais beaucoup aimés lors des premières saisons, bien qu'ils jouent des rôles bien différents dans l'intrigue générale. Pourtant, les deux ont connu une baisse d'estime et d'intérêt à partir de la saison 5 suite à la baisse de qualité d'écriture. Tyrion, je l'ai déjà souligné, à partir du moment où il rejoint Daenerys dans les saisons 5 à 7, il perd en brio et en superbe, si bien qu'il finit par faire du surplace. Je crois que c'est la saison 6 où Danenerys fuit un moment où j'ai vraiment eu le sentiment que l'on tombait dans un "filler". Tyrion reste tout de même un minimum clairvoyant et rusé dans ses joutes verbales comme lorsqu'il arrive à rester en vie face aux pirates en usant d'humour ou lors des négociations entre John et Daenerys en jouant les intermédiaires, avant qu'ils s'envoient en l'air 🙄. Je veux d'abord revenir sur le cas d'Arya, une dernière fois, étant son seul détracteur ici 😛. Arya était aisément identifiable auprès du spectateur : jeune, nouvelle, candide à l'esprit rebelle avec lequel on va s'opposer à certaines règles de sa société comme sa condition de femme/fille. Elle est un petit garçon manqué qui a un certain charme et qui reste adroite lors de ses interactions comme avec Tywin. Dans la saison 2, il se dégageaient entre eux une certaine sympathie étonnante où Tywin qui a été quelqu'un de profondément calculateur et pragmatique cédait à une forme de rapport affectueux, aussi bien dans ce qu'il racontait de ses enfants (bien qu'il soit sévère), que dans l'estime qu'il porte envers cet enfant dont il ignore sa véritable nature. Ces scènes sont parmi mes préférées avec la tension, le duel, le charisme des deux acteurs et Tywin était un peu son protecteur. Ensuite, Arya enchaîne avec Clegane avec qui elle développe aussi cette relation d'amitié haineuse et la scène que cite @Arya Stark est énorme car ce rire est celui d'un craquage psychologique et d'une ironie de leur collaboration. Leurs adieux en saison 4 étaient amers et sales. Un des meilleurs duos… La quête d'Arya s'orientait vers la revanche et puis elle arrive à Bravos… Et elle perd cruellement de son charme. Il y a eu la résolution à Bravos qui servait à montrer qu'Arya avait toujours son identité et qu'elle avait un nom et ne pouvait renoncer à sa vengeance et sa filiation et donc annoncer son retour. Je trouverais la résolution avec ses mentors bâclée, trop facile mais j'y voyais son intérêt narrativement. Ben, je suis Illumati . Si je viens à ses accomplissements, en tant que personnage, je les trouves bancals. Ses exécutions ne sont pas savoureuses à mes yeux : - Frey : réapparition que pour crever et que j'ai trouvé sans subtilité : "trop gros". Mais elle se venge et c'était sa conclusion lors de la saison 6. La saison 7 marque son retour auprès de sa famille et elle participe à défaire Littlefinger. Sauf que cette intrigue, elle est bâclée car elle ne met en avant aucune des compétences concrètes des sœurs Starks à savoir l'intelligence de Sansa et les compétences d'assassinat d'Arya. Bien au contraire, c'est Bran qui déjoue tout hors-champs et Arya n'a servi à rien dans cette intrigue. Elle a démontré au contraire, un manque d'habilité pour que Littlefinger la manipule et joue sur son ambiguïté. Elle le tue, mais clairement, n'importe quel garde aurait pu tenir l'exécution: une des pires intrigues de cette saga. Dans la saison 8, elle reste froide voulant toujours à jouer les assassines et j'ai détesté son emploi dans la résolution de l'épisode 3 où elle court-circuite toute l'intrigue des Marcheurs Blancs et sabote cette intrigue. Sa relation avec Clegane reste amusante mais je dois dire qu'une nouvelle fois, je n'ai pas compris son dernier revirement lors de l'épisode 5, où elle renonce à sa vengeance à la dernière minute, vraiment ? Alors que rien avait initié un changement depuis alors que le personnage semblait devenir assez monolithique autour de sa quête de vengeance pour qu'elle renonce aussi facilement ? Donc, non, j'ai du mal à supporter Arya en raison de son exécution dans les dernières saisons où ses accomplissements restent beaucoup trop bancals à mes yeux. Dans sa finalité, le personnage loupe le coche. Après qu'elle parte à l'aventure… Why not ? Très clairement, un personnage qui m'aura lassé dans les dernières saisons. Je dédie mon vote à Tyrion. Il a commis de nombreux impairs, c'est certain mais j'apprécie toujours cette volonté en lui de sauver le plus possible, sa relation avec son frère mise en lumière cette saison m'a ému. La scène où il découvre les cadavres de son frère tant aimé et de sa sœur tant haïe m'a beaucoup plus touché. J'ai aimé le voir furieux contre Dany qui avait craqué et était devenue folle, en rejetant son rôle de Main. Le personnage aurait pu avoir un meilleur développement dans les derniers saisons et le fait qu'il détienne la résolution de qui aura le pouvoir est assez maladroite. Néanmoins, bien qu'il ait eu une baisse de régime que je l'ai traité d'OSEF moi-même, j'ai apprécié cet attachement envers son frère, son désespoir au fur et à mesure, son amitié envers John cette saison. Il aura été prestigieux lors des premières saisons et probablement l'un des personnages les plus palpitants à suivre car il alliait une certaine bonté et une ruse à toute épreuve au début. Il aura traversé du chemin depuis.
  22. Cette espérance, cette jeunesse … Je mise 2023-2024. Sinon en parlant de Steel Ball Run, un petit fanmade des transitions Stand avec les thèmes musicaux associés : Scary Monster, Chocolate Disco ❤️
  23. Cabotin

    Nanatsu no Taizai chapitre 311

    Vraiment ? Encore ? Je suis profondément sceptique et dubitatif sur la suite des événements. J'ai lu le RAW. Je trouve cela incohérent : si Méliodas a sa forme déité n'est-ce pas parce qu'il a récupéré les commandements ? Surtout qu'il l'a encore en sa possession ? Aucun personnage ne s'est inquiété de la disparition du DO ? Personne n'a senti l'aura de puissance de la transformation en déité suprême ? Surtout que bon, ils glandaient les héros. Merlin permet d'esquiver la malédiction si facilement ? La mort d'Elizabeth aurait rajouté de la tension ou au moins si elle avait été blessée gravement mais là non. Su Tout cela pour nous faire ressortir, le Roi Démon… Ce méchant final qui n'a été qu'une coquille vide et qui a été d'une déception. (Il se rapproche à mes yeux d'une Kaguya de Naruto ou Juha dans Bleach, si on devait comparer les boss de fin qui ont été des échecs). J'ai du mal à trouver cette "menace" crédible quand on sait que Ban l'a eu en solo quasiment avec le corps de Méliodas, considéré comme meilleur que celui de son frère par le Roi Démon lui-même. Il faudra justifier sa puissance car elle est pour le moment ridicule si on s'en tient à ce que l'on a vu auparavant. Le seul point positif à mes yeux est que Nakaba va pouvoir développer ces derniers éléments ( La Reine Déesse, Excalibur ? , Caith ? Merlin et ses origines etc...). On aura un déferlement de puissance, encore un, et même si la fin offre un meilleur développement, il me reste l'amer du bâclage, de la Guerre en tête.
  24. Cabotin

    Batman

    Passer de vampire à un héros chauve-souris … Cette ascension. Plus sérieusement, Robert Pattinson a depuis tourné dans pas mal de films différents : High Life (un film SF perché et mélancolique) et Good Time (film de braquage entre deux frères), Cosmopolis (un film sur un milliardaire coincé dans une voiture dirigé par Cronenberg ). Je ne dis pas que c'est le meilleur acteur au monde, mais qu'il se débrouille bien quand on le dirige et on lui donne de la matière ( alors que je ne peux pas supporter la saga Twilight). Il a prouvé qu'il a les compétences pour être un bon acteur. Il fait certes maigrelet derrière Ben Affleck néanmoins, il reste à voir et je reste assez optimiste (bien que j'aurais été curieux de voir le projet de Ben Affleck aboutir).
×