Jump to content

Peverell

Members
  • Content Count

    5
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

3 Neutral

About Peverell

  • Rank
    Rookie

Recent Profile Visitors

143 profile views
  1. Même sans les images, l'horreur était annoncée depuis longtemps (Et soi dit en passant, c'est cette horreur qui renforce les liens de l'Alliance et devrait lui permettre de tenir). Nous y sommes donc... pour les choix politiques de quelques milliers (allez soyons fous, quelques millions) de Mahr, des milliards d'innocents vont finir en purée de compote... La page du jeune Eren qui "embrasse" la liberté au dessus des nuages est l'une des double-pages les plus glaçantes que j'ai vu cette année. Isayama doit effectivement prendre son pied ! J'avais peur que la baisse des ventes du manga influence l'écriture d'Eren, il n'en est rien! Tout au plus quelques regrets mièvres tout de suite réduits à néant face à l'atrocité du génocide en cours. Eren sauvera les Eldiens, Eren sauvera l'île du Paradis, Eren sauvera Historia, Eren sauvera le futur, Eren, Eren, Eren... Il le répète tellement qu'on finirait presque par croire que cet égocentrisme était la seule alternative. La traque puis l'élimination ciblée des Teyber et des dirigeants Mahrs "extrémistes" était possible, la neutralisation ciblée des titans Mahrs était possible, la libération des camps Eldiens pour un poids politique plus important était possible, la diplomatie avec le ralliement d'autres clans Azumabito-like était possible, le "soft power" utilisant la force des titans (construction rapide de route, de ponts, de barrages, de bâtiments pour les autres nations) était possible, la signature de traités de protection pour étendre l'influence politique était possible ; sans parler des "mini" terrassements de riposte ! ... juste que tout ceci aurait pris du temps. Du temps que notre anti-héro n'avait pas. 2 ou 3 PNJ sont entrain d'en payer le prix. Nb: La théorie d'une manipulation de Ymir est intéressante. Mais pour caricaturer, j'espère qu'on aboutira pas à un "Élimination d'Ymir entraîne prise de conscience d'Eren". Ce serait ridicule.
  2. Wow quel chapitre ! Incroyable. Les dernières pages sont juste hallucinantes. Isayama s'est surpassé, en dessin comme narration. L'impression de lire Evangelion avec le reste du monde dans le rôle de la NERV et Eren dans celui d'un Ange. On peut le dire, Eren est devenu un Dieu. En lisant les flash-back je n'ai cessé de penser à la "malédiction de la connaissance". L'omniscience d'Eren le retire malgré lui des limites de l'humanité ; il est conscient de Tout et donc relativise tout ce qui ne marche pas selon son dessein. La vie de milliards d'innocents est devenue une variable quelconque. Il ressent Tout et par là même est désormais incapable de comprendre la douleur humaine la plus élémentaire. Celle qui permet la miséricorde. Isayama démontre une nouvelle fois son génie en nous rappelant en fin de chapitre le traumatisme premier : la première attaque des titans et la perte de la mère. On est presque tenté de dire "Tout ça pour ça" mais Isayama veut (à mon avis) nous dire ici que Eren est et restera un hypersensible dont la peur est le moteur. Les amoureux du typage de personnalité reconnaîtront en lui un archétype de 6 contre-phobique en désintégration totale. Au final devenir un Dieu pour ne plus souffrir était le moindre mal pour lui. J'avais du mal avec cette évolution extrême (manichéenne) du personnage mais Isayama a fini de me convaincre avec ce chapitre. Je finis sur un extrait du site "L'Antre de la Chouette" qui étudie les personnalités du MBTI et de l'ennéagramme. Ici comment une personne en base 6 comme Eren se désintègre (réagit négativement au stress) : #" A mesure qu’il se désintègre, le 6 devient de plus en plus suspicieux, angoissé et dépendant du groupe. Il se replie sur lui-même en accusant le monde de vouloir le duper, le tuer (mode phobique) ou enchaîne des actions militantes de plus en plus rigides et agressives afin d’imposer ses obsessions aux autres (mode contrephobique). Voulant éradiquer tout ce qui menace sa sécurité, il dirige son énergie vers le renforcement du groupe et l’exclusion des éléments qui n’y adhèrent pas. Il s’invente des ennemis partout et pour tout, qu’il se réclame d’anéantir en rétablissant l’ordre bafoué, par la fuite ou l’attaque. Comme nous l’avons vu précédemment, un 6 dans cet état est très facilement manipulable (« T’as vu, moi je suis pas un mouton, je réfléchis et je me révolte ! » dixit le 6 au milieu d’une foule d’autres 6). On trouve d’ailleurs un grand nombre de 6 désintégrés au sein des groupes conspirateurs et extrémistes en tout genre. Lorsqu’il va mal, le 6 dans sa variante alpha prend les mauvais aspects du 3, le battant. Fier de ses accomplissements, il cherche toujours la petite bête, l’oppression cachée, qui lui tendra la perche pour déchaîner à nouveau sa compulsion. "# (On y croit ou pas mais je recommande à ceux qui ne connaissent pas d'aller lire sur l'ennéagramme de type 6 ou le type INFP du MBTI).
  3. Merci. J'aurais difficilement dit mieux Dans l'esprit d'Armin et Co, le GT a, je pense, toujours été considéré comme une arme dissuasive voire de dernier recours en terme de CONTRE-ATTAQUE. On est dans dans l'ordre de la défense. Pas d'une annihilation à utiliser en première intention comme le fait Eren. Pour moi, cette solution reste celui de la facilité. La diplomatie patiente et progressive (avec ou sans Mini-Terrassement) avec les autres nations aurait été plus difficile mais rien ne nous dit qu'elle était impossible. Nous avons eu l'avis du reste du monde à un instant t. Et encore ! Par reste du monde, on parle de leurs représentants politiques ; ce qui ne préjuge en rien de l'avis réel de tous les peuples en question. Donc dire " Le reste du monde veut exterminer l'île du paradis " est à la base un poil simpliste. [Nb : Bien sûr, ce sont les dirigeants politiques qui décident, mais vu que les peuples qui n'ont rien demandé vont se faire écraser aussi ^^] D'un autre côté, je peux comprendre que pour en faciliter la lecture, Isayama ait mis l'accent sur l'aspect "Eldiens seuls contre tous". Cela lui a permis de donner une motivation Eren et inévitablement de créer deux camps idéologiques presque symétriques. C'est ce que j'appelle "nuance de manichéisme". Mais rien ne nous oblige à dichotomiser le monde comme Eren.
  4. Excellent chapitre remplis de moments forts de bout en bout. Évidemment qu'on soit pro- ou anti-Yeager ces moments forts auront un goût sucré ou acide^^ Plus sérieusement, face aux amis de Floch, le groupe de Mikasa n'avait pas le choix. Entre leur compatriote et l'Humanité, ils ont choisi l'Humanité. Isayama a bien pris la peine de montrer à la fin du chapitre précédent, combien ce choix leur en coûte. Ils ne tuent pas par gaieté de cœur. Et c'est aussi une leçon de l’œuvre. Pour le bien de la majorité, il faut parfois se dresser contre les siens. Quant à l'amure scénaristique conférée à l'Alliance, elle a été bien expliquée par d'autres. Non seulement c'est logique ici (3 Titans + expérience+++) mais tous les personnages principaux en ont bénéficié à moult reprises dans le passé sans que ça soulève autant de polémiques. Mais il faudra du temps pour que certains comprennent que les membres de l'Alliance sont désormais les gentils de l'histoire. Je n'ai pas peur du mot "Gentil" aussi manichéen soit-il. Car l'histoire a pris une nuance de manichéisme dès lors qu'Eren a opté pour un génocide planétaire. Cette histoire a, je trouve, quelque similarité avec l'actualité américaine. Loin de moi l'idée de créer la polémique. Mais pour moi, les eldiens se sont un peu les afro-américains dans notre réalité (d'autres diront les Ouighours, kurdes, tibétains etc). S'ils devaient réfléchir comme Eren, bah ils extermineraient tous les caucasiens (y compris les enfants) pour qu'il ne reste qu'eux sur le continent (voire dans le monde^^). Tous les caucasiens/Non-eldiens sont-ils racistes ? Non. Tous les gouvernements de la Terre/Monde de SNK sont-ils racistes ? Non. Les afro-américains/Eldiens vivraient-ils forcément en paix pour toujours après ça ? Non, au contraire. Même en effaçant la mémoire des Eldiens, Eren ne mettrait pas fin à la violence inhérente à l'espèce humaine. Isayama l'a rappelé encore récemment. Bref, je suis toujours sidéré de lire les arguments des pro-Yeager. Peut-on ignorer ce que ça signifie d'exterminer le reste de l'humanité qui n'est pas comme nous ?? Au nom de quel pragmatisme ??
  5. Bonjour à tous, je suis nouveau même si je lis anonymement depuis un moment déjà. La qualité de l’œuvre d'Isayama repose beaucoup sur la complexité des personnages et des situations qu'il décrit. Mais cet anti-manichéisme ne doit pas nous faire transiger sur la morale élémentaire. J'ai personnellement été choqué de constater que certains fans continuaient de soutenir/défendre Eren après la révélation de ses objectifs. J'en ai voulu à l'auteur d'avoir créé cette situation et il m'est arrivé de croire qu'il épousait les agissements d'Eren comme seule solution pour un peuple opprimé. Mais avec les derniers chapitres (notamment tout ce qui concerne Armin, Jean, Frock et Gaby) je comprend que son intention est précisément de diviser sa communauté et de nous placer face à notre propre reflet. En gros, devant notre miroir qui voulons nous voir ? Eren ou Gaby ? Comment l'Homme est capable, pour des motifs de survie, de renoncer à son humanité et de tirer un trait sur les fondations du vivre ensemble. La notion de cycle a été maintes fois exprimée et c'est drôle comment ceux qui étaient enclin à le briser ne comprennent pas aujourd'hui que les actions d'Eren, aussi motivées soit-elles, ne feront qu'alimenter ce cycle de haine et de souffrance. Isayama montre à juste titre que le grand terrassement fera des milliers de victimes du côté des Eldiens. Le plus dur ce n'est pas la vengeance ou l'extermination, le plus dur c'est la parole, la communication, la négociation, la défense. . . Pearl Harbor était injustifié. Mais Hiroshima et Nagazaki c'était de la facilité. Pour le moment, de ce qu'on peut voir du plan d'Eren, il a choisi cette solution de facilité et ce n'est pas surprenant qu'il prenne un lâche écervelé comme Frock pour lui servir de bras droit. Armin est perdu et c'est normal. Il ne peut se résoudre à la vision binaire de l'humanité que Eren veut leur imposer. Il sait que vivre avec les non-Eldiens imposera une part de sacrifice mutuelle et qu'il n'y aura pas de paradis pour tous au terme de cette histoire. La théorie selon laquelle Eren réussit son extermination puis efface la mémoire des Eldiens est non seulement une douce utopie mais excuserait à la fois génocide et négationnisme YOUPI! La solution finale, s'il y en a, ne viendra peut-être pas d'Armin mais au moins, il sait que ce sera beaucoup plus difficile que l'entreprise autocentré d'Eren. Pour le moment il doute, mais le mini-arc avec Gaby dans lequel l'auteur l'insert (plus pour sauver la conscience de Connie que la vie de Falco), aura pour but (je l'espère) de complémentariser les deux personnages : Idée et Action. Gaby serait-elle la clé ?
×
×
  • Create New...