Jump to content


Javez Bienbbezouindunverr

Members
  • Content Count

    788
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Javez Bienbbezouindunverr

  1. J'ai eu l'occasion de bosser dans une association humanitaire reconnue. Même si la sincérité de certains humanitaires que j'ai pu connaître est à remettre en cause, il n'empêche que les gens qui bénéficiaient de l'aide que ces humanitaires apportaient plus ou moins directement (depuis le siège ou le terrain) étaient réellement contents de pouvoir recevoir cette aide. Et c'est bien la foi qui m'a aidé à prendre le recul pour ne pas sombrer dans ce travers qui consiste à coire que tout ce qui se passe de mal est de la faute des autres et que l'on ferait forcément mieux les choses soi-même. C'est à dire que c'est la foi qui m'a aidé à faire abstraction de ce que j'interprète comme étant la croyance personnelle (interprétation qui résulte de ce que j'ai moi-même appliqué à une époque). Ce recul a été possible par l'intermédiaire de la parabole du bon grain et de l'ivraie qui m'est revenue en tête. Au passage j'en profite pour répondre à onizuka18 Oui, j'ai bien dit "trop permissifs". Et comme illustré ci-dessus, je suis effectivement convaincu que tout n'est pas aussi simple. Après je préfère me mouiller en faisant mienne une croyance religieuse qui pousse à prendre du recul par rapport à soi-même. Cela se traduit en paroles, mais aussi en actes. Bin tu laisses entendre que le pessimisme en question se traduit par une dureté envers moi-même. En toute objectivité, nous sommes par nature des êtres égoïstes avec un instinct de survie poussé. Je ne déroge pas à la règle, étant en plus moi-même un peu sauvage par "nature". Bref, je suis réellement satisfait d'avoir été suffisamment dur avec moi-même, plus particulièrement (exemple parmi d'autres)dans des situations où l'égoïsme et l'instinct de survie mentionnés plus haut auraient écrasés impotoyablement les quelques tafioles à qui j'ai été "confronté" dans mon travail ou ailleurs. Le genre de tafiole qui apprécient pourrir les gens à distance respectable pour après jouer les victimes dans un face à face ("jouer les victimes" pour celles qui ont le courage de reconnaître qu'elles ont merdé quelque part).
  2. Réponse sur les points qui m'interpellent le plus, par manque de temps (aïkido suivi de travail de nuit...) Pareil. Ce qui t'a été enseigné l'a été à un enfant. Il pourrait être bon de le revoir avec un regard d'adulte. Par exemple, je ne sais pas toi, mais en ce qui me concerne, les pharisiens et autres scribes étaient décrits comme les gros "méchants" de service alors que c'étaient eux les plus à même de comprendre qui était Jésus. Ce dernier va jusqu'à dire au peuple de faire ce qu'ils disent, mais non ce qu'ils font (voir dans les Evangiles). Bof, désolé si j'ai pu te sembler aussi prise de tête Des "païens" peuvent se révéler plus tolérants que des "croyants" et ce, depuis le début. s'pèce de magouilleur! Je comprends mieux ce questionnement sur le droit d'imposer ou non telles règles *ton humoristique. hahaha * Pareil, je ne parlais pas non plus d'une passion charnelle. Et plus encore en tant que sportif, je sais qu'il faut se faire un minimum mal pour éprouver le plaisir de mettre une passion en pratique. Et plus encore pour le plaisir de se dépasser. Et si tu le vis ainsi à ton travail, tant mieux pour toi. Je n'en dirai donc pas plus. Oui, ce rejet aussi marqué de Dieu traduit une époque révolue. Oui, je peut être dur avec moi-même mais à contrario, les conséquences d'une permissivité trop poussée sont souvent visibles dans l'actualité quotidienne. Après, oui, je sais tout de même faire la part des choses (ou du moins j'essaye) : et s'il y a bien une chose que j'essaye de faire avant de juger c'est d'agir moi-même avant de me permettre de juger les autres. Je veux bien, mais si je n'en avais placé aucune, qu'aurais-tu dis alors? A l'époque du Christ aussi, puisqu'il a ressenti le besoin de partager une telle leçon. Et que cela reste à contresens de l'état d'esprit de la société actuelle me permet d'avancer que le message divin n'est pas aussi révolu que cela. Bon, je file.
  3. J'ai peut-être mal compris la deuxième phrase, mais je peux me permettre de rappeler que le Christ était à son époque un révolutionnaire, pour restrer poli. Et que les premiers chrétiens ont subi toutes sortes de persécutions (avant d'en faire subir eux-mêmes, je l'admets) : l'éthique évoquée est donc indépendante des restrictions de la société. La troisième phrase est à "moitié" vraie, à mon sens. On peut se rappeler ce moment de la Passion où les religieux qui veulent faire crucifier Jésus font en sorte qu'un meurtrier, Barabbas, soit libéré (selon une tradition juive, si je me souviens bien). Et c'est cela le problème d'aujourd'hui à mon sens. Si l'on avait en tête que nos actions à notre échelle presonnelle pouvaient influencer l'état de l'ensemble de la société (un peu comme dans une démocratie, quoi ), je ne peux m'empêcher de croire que le monde serait bien différent. Avec ou sans religion. Dans son contexte (grossièrement, car je ne suis pas aussi qualifié qu'un pasteur), cette citation a été tirée de l'épitre aux Romains écrite (ou du moins dictée) par Paul de Tarse. Ses épitres sont des lettres d'exhortations aux différentes églises naissantes pour les guider dans le bien. Le but est d'interpeller personnellement les personnes concernées, dans le but de les toucher d'autant plus efficacement. Et souvent, lesdites personnes pouvaient se chamailler pour des broutilles ; il leur est donc demandé à chacun de faire de leur mieux pour ne pas se provoquer inutilement par l'intermédiaire des aliments en question. Je l'interprète ainsi, mais il est tout aussi possible de faire une thèse dessus... J'étais resté cantonné à la définition suivante de "cartésien" : méthodique et rationnel. Oui, pour avoir étudié la géologie 5 années durant, je veux bien croire à une évolution certaine des sciences et de leurs théories. La Bible révolue dans les sciences sociales? Je ne pense pas mais bon, chacun son point de vue . Passionné ou non, il y a des obligations auxquelles se soumettre de toutes façons. Sinon, pour ce que j'ai pu vivre, la passion est souvent une source de jalousie, d'incompréhension et/ou de frustration vécue par l'entourage du moment. Oui, l'esclavagisme était monnaie courante à l'époque. Paul lui-même ayant eu un esclave à son service. Un péché selon la Bible est la transgression de la loi qu'elle contient. Et bien tu laissais entendre (au conditionnel) que je rejetterais de manière détournée Dieu. Comme ce sont ces convictions qui m'ont sauvé maintes fois et qui continuent de m'encourager, c'est un point que je ne peux consciemment accepter. Certes, la sauvagerie en moi peut être tentée de rejeter ce qui la briderait (à savoir la foi et ce qui va avec). Mais n'étant pas particulièrement névrosé et étant relativement spontané ou sincère, je ne pense pas prendre de détours si cela devait arriver. Je reste évidemment conscient de mes propres limites, mais sans qu'un rejet envers Dieu en résulte. Et comme tu suggérais que je rejeterais Dieu, qui plus est de façon détournée alors que je fais de mon mieux pour que non, je m'étais permis de penser que d'une certaine façon, c'était plutôt toi qui le rejetais. Non, c'est l'association catholiscisme=chrétienté qui m'a fait réagir. Même si étymologiquement parlant, il est vrai que "catholique" signifie "universel". Mais j'ai bien insisté que j'ai commencé en étant catholique. Et cela, je ne le néglige pas car c'est ce qui m'a permis de découvrir la foi. Non, vivre la justification dans la foi est possible. Mais c'est quelque chose de personnel, que l'on doit chercher à découvrir pour soi-même. Là où j'ai tartiné (ce que j'ai moi-même admis en utilisant le terme de "bloc"), c'était pour donner une définition de l'amour telle que décrite par Paul. Pour ne pas être trop hors-contexte en quelque sorte... Définition que j'ai complétée par d'autres citations pour tenter de faire comprendre ma façon d'agir. Cela peut être pris comme une façon de se justifier, ok. Mais au moins je peux éprouver la satisfaction de cerner l'origine de ma façon d'agir, en grande majorité. Ce, sans avoir à paraphraser de façon étoffée une citation/un ensemble de citations/un état d'esprit de société qui existent/ont déjà existés. Pour avoir été pensées par les quelques générations qui nous ont précédées. Si tu veux. Oui, on est d'accord. En gros, il faut comprendre qu'il faut aimer ses ennemis sans les condamner (vision idéale) et pas juste ses amis. Dans le but, miraculeux mais possible, de construire un monde plus beau. Un tel message qui peut sembler ne s'adresser qu'à deux individus minimum (2 ennemis) pourrait changer l'ensemble des sociétés si tous faisaient de leur mieux pour l'appliquer à son échelle. Pour le reste, il est un peu tard...
  4. Mais la mise en pratique de la religion au quotidien rentre dans le domaine des sciences sociales. Ce qui est particulièrement vrai, je pense, pour ce qui est des expériences issues de ce que j'appellerai la partie "éthique" de la foi. C'est à dire, pour caricaturer, la définition de ce qui est "bien" et de ce qui est "mal". Petite citation (lol) pour montrer le côté universel de cette éthique (Romains 14 : 15) : "Mais si, pour un aliment, ton frère est attristé, tu ne marches plus selon l'amour." Sans sombrer non plus dans la flatterie, on y voit bien que le plus important est de plaire à son prochain. Sinon, effectivement, la science (cartésianisme) et la foi peuvent parfois ne pas être comparables. En effet, par exemple, rejeter les leçons de vie et l'éthique parce que la Terre ne s'est pas faite en 6 jours, c'est absurde. Esclave de ce en quoi l'on se soumet... ("vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice ?", Romains 6:16). D'une certaine façon, cela m'a rendu plus libre pour vivre. Prenons donc un petit exemple non biblique pour comprendre. Imagine toi dans la vie active, bien immergé dedans. Quand tu as des jours de vacances, tu es bien content. Si les congés durent trop longtemps, tu finis par te faire ch*** (en théorie), surtout si t'as pas les sous pour faire tout ce dont tu peux "rêver". Et bien tu éprouverais un certain plaisir et un certain soulagement à te remettre à bosser. Bien que cela t'impose de te lever le matin, de t'impliquer dans ce que tu fais, ... Tu vois? En quelque sorte, tu possèdes plus de liberté en te soumettant à quelque chose qui peux t'emmerder au premier abord mais c'est pour ton propre bien. Après, certes, on peut avoir envie d'évoluer dans son boulot ou de se reconvertir dans un autre domaine. Pour ce qui est de la foi, je peux rencontrer des moments de doute (assez rarement, n'étant pas du genre à chipolater) ou de découragement, mais la prière, la communauté, la retraite... sont autant d'éléments qui m'aident à garder courage dans ce qui me permet au fond de bien apprécier la vie. C'est ton point de vue mais primo, la catholicisme n'est pas la chrétienté et secondo, je suis protestant. Evolution qui résulte justement d'une réelle réflexion et recherche personnelle, qui souhaite faire peu de place à la simple justification. En complément, je suis moi-même des cours de théologie à l'institut évangélique de Nogent sur Marne. Il y a toujours quelque chose à apprendre. Et toi, quand je lis ce type de confusion, je suis en droit de me demander si tu es réellement sûr d'en savoir assez pour te permettre de rejeter ceci? Mais bref, lis n'importe quelle argumentation/composition de philosophie ou de français. Ceux qui ne rapportent pas quelques citations littéraires pour appuyer "leur" point de vue ont manqué quelque chose. Et comment nous apprend-t-on à aimer notre prochain? Comme nous-mêmes. Se connaître soi-même implique de ne pas tomber dans le piège qui consiste à croire que nous ne sommes pas imparfaits. Quel meilleur moyen de rester modéré (mais ferme) face aux bêtises d'une personne si ce n'est d'admettre que la personne en question est aussi humaine que moi?
  5. Bin pas de soucis. Bof, tu sais, on est en quelque sorte esclave de ce en quoi l'on se soumet. Et ce que je cite, je l'ai fait mien. Après, regarde donc l'image du champion que j'ai utilisée dans mon précédent message. Dans la Bible, cette métaphore du champion pourrait se traduire par : "devenez donc les imitateurs de Dieu" (Ephésiens 5:1). S'inspirer de Christ et l'imiter (au moins faire de notre mieux!) : assumer nos imperfections pour savoir, en quelque sorte, ce qu'il nous faut entraîner/exercer pour devenir meilleur. Par respect pour Dieu. Mais c'est quand même plus classe de citer pile ce qui est approprié, non? Si tu n'es pas convaincue, pense aux sciences. Réinventes/redécouvres-tu personnellement tout personnellement ou t'inspires-tu de l'expérience et des résultats de tous les savants (vivants et morts) pour réaliser telle expérience, résoudre tel calcul, ...? Hum, comment dire? A l'époque où j'ai rejeté Dieu pour l'avoir rendu responsable de tout le mal qui se produisait ici-bas, je me suis donc orienté vers une sorte de mix de différentes croyances païennes "spirituelles" (new age, hippie, ...). Croyances qui voulaient mettre l'homme au centre, mais avec une dimension un peu spirituelle-space, pour s'échapper un peu de la tristesse de ce monde. Je parle bien d'un état d'esprit révolu, nous sommes d'accord. Bref, la croyance en l'homme qui se veut "sincère" commence par croire un peu en soi et savoir ce que l'on est. Et attacher une sorte de signification mystique à ce qui est (respect des ancêtres? les mots ont un pouvoir?). En gros, voici ce qui m'a poussé à attacher autant de signification à mon prénom. Aujourd'hui, de façon plus pragmatique, je me dis que ce sont justement mes parents qui m'ont nommé et rien que cela a son importance. Et toi, quelle importance attaches-tu à ton propre prénom? Bin, exemple personnel qui m'a convaincu que sans la foi, la dignité et l'amour ne sont pas aussi savoureux, on va dire. Un but qui ne concerne pas mes seuls intérêts propres, ce qui fait grandement la différence. Et qui m'aide à aborder la notion de sacrifice avec joie et non avec peine. Nous sommes poussières d'étoile qui nous nous agitons pour un peu de temps. Pourquoi ne pas le faire avec panache? Je me contente de faire prendre conscience mais je ne me permets pas d'imposer : ce serait contraire à ce que je peux prêcher. Mais dis toi juste que ceux qui ont accepté ce que j'avais à partager ont été vraiment reconnaissants parce qu'ils en avaient besoin juste à ce moment. Rien de personnel dans ce que j'ai dit J'ai juste répété ce que la Croix Rouge enseigne sur le terrain dans les zones sensibles question SIDA.
  6. Alors, par où commencer? Qu'est-ce que tu veux que je te dise... C'est le charme... de ne pas savoir à quoi je ressemble qui les distrait Bon plus sérieusement, voici la définition de l'amour (ou "charité", selon les traductions) d'après l'apôtre Paul (1 Corinthiens 13, verset 1 à 8 et ) : "En effet, supposons que je parle les langues des hommes et même celles des anges : si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien de plus qu'une trompette claironnante ou une cymbale bruyante. Supposons que j’aie le don de transmettre des messages inspirés, que je comprenne tous les mystères et que je possède toute la connaissance ; supposons même que j'aie, dans toute sa plénitude, la foi qui peut transporter les montagnes : si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien. Si même je sacrifiais tous mes biens, et jusqu'à ma vie, pour aider les autres, au point de pouvoir m'en vanter, si je n'ai pas l'amour, cela ne me sert de rien. L'amour est patient, il est plein de bonté, l'amour. Il n'est pas envieux, il ne cherche pas à se faire valoir, il ne s'enfle pas d'orgueil. Il ne fait rien d'inconvenant. Il ne cherche pas son propre intérêt, il ne s'aigrit pas contre les autres, il ne trame pas le mal. L'injustice l'attriste, la vérité le réjouit. En toute occasion, il pardonne, il fait confiance, il espère, il persévère. L'amour n'aura pas de fin. Les messages inspirés cesseront, le don des langues prendra fin, et celui de la connaissance cessera." En complétant avec l'Evangile de Jean chapitre 3 verset 15 : "Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis." et l'Evangile de Luc chapitre 14 verset 26 : "Si quelqu'un vient à moi et n'est pas prêt à renoncer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses sœurs, et jusqu'à lui-même, il ne peut être mon disciple." Avec pour finir un morceau de Proverbes (chapitre 17 verset 17) : "L'ami aime en tout temps, Et dans le malheur il se montre un frère." De vous aider à comprendre (je l'espère) mon état d'esprit général sur l'amour, l'amitié ou autre. A noter que pour moi, aimer et flatter (à mauvais escient) sont 2 choses différentes : encourager quelqu'un à persévérer dans ses erreurs par des paroles de réconfort, je considère que cela n'est pas une preuve d'amitié. Et pour vous répondre plus spécifiquement : Lire le pavé en haut de ce message Ce que je pensais auparavant, surtout pour ce qui est de la liberté. J'en veux pour preuve l'importance que j'attache aux prénoms, et le mien signifie "l'homme libre" (François). Pour ce qui est des deux autres (dignité et amour), presque 10 années de discrimination m'ont convaincu que non. Oui, c'est l'un des principaux messages de la Bible, que l'homme est imparfait. Mais comment dire... Je vais pas rebalancer encore des versets bibliques mais en gros, c'est toujours bon de se fixer un objectif de haut niveau pour devenir d'autant plus "élevé" soi-même. "Elevé" entre guillemets car l'humilité fait partie intégrante du sommet. Par exemple, un sportif qui souhaite devenir champion du monde va sûrement s'entraîner plus durement qu'un sportif qui souhaite devenir champion de son département. Un certain plaisir, malgré les moqueries, ignorances ou autres, majoritaires. Pas sur eux spécifiquement, même si j'ai apprécié inviter l'une d'elles (en faisant semblant de ne pas la reconnaître) à ce repas communautaire (avec chants et louanges) que nous organisons tous les premiers mercredis du mois avec des exclus. Mais j'avoue que je serais assez content de pouvoir contribuer à ouvrir les yeux et l'esprit de ceux qui sont prêts à s'investir toute une vie pour étudier je ne sais quel phénomène de l'infiniment petit ou grand en s'oubliant un peu eux-mêmes. Ou ceux qui n'ont pas leur prétentions. D'après l'expérience que j'en ai, il y aurait 3 facteurs qui limiteraient le risque d'attraper le SIDA (je ne parle pas des autres maladies sexuelles). Le préservatif, l'abstinence et... la fidélité. Ces 2 derniers points sont plus qu'encouragés par la foi chrétienne (et pas par la seule religion catholique). D'où, je pense, le rejet de l'utilisation du préservatif vis à vis du SIDA par le pape.
  7. Les détournements "Rire et chansons". Très bonne source de fous rires. En gros, le ou les animateurs en questions créent des discours farfelus d'une personnalité donnée sur un fait d'actualité (politique, sport, ...) en piochant de ci de là des mots réellement prononcés par les personnalités en question mais en les mixant à leur manière. Du pur bonheur. Parmi les plus récents, j'ai une certaine préférence pour du 24/08 : Sarkozy détourné ne veut plus de français en France Enjoy http://www.rireetchansons.fr/ecouter-293/les-detournements-3538/news/ Edit : petite perle avec Bachelot détournée qui parle des bleus ^^ http://www.rireetchansons.fr/ecouter-293/exclus-299/article/245992-roselyne-bachelot-detournee-et-les-bleus.html
  8. *ton calme, posé et légèrement joyeux avec les yeux qui pétillent* *et le coeur qui bat un peu plus vite que normalement* Que faut-il expliquer? Est-ce par rapport à celle qui souhaite devenir missionnaire en Afrique? Et pour qui, par respect pour elle je ne souhaite pas l'en empêcher? Elle qui souhaite guérir les gens dans leurs corps, leurs coeurs et leurs âmes, je devrais la détourner de cet objectif à cause de mes sentiments à moi qui m'appartiennent? A moins que cela ne concerne autre chose qui t'interpelles? *se gratte la tête* *pulsations cardiaques qui reviennent à la normale* La foi chrétienne m'a sauvé la vie plusieurs fois et continuera sûrement de le faire. Comme elle fait partie intégrante de ma vie et bien oui, j'en fais quelques références plus ou moins poussées, selon le degré d'intérêt des personnes concernées. Au travail ou ailleurs. C'est grâce à la foi que j'ai pu retrouver liberté, dignité, amour, ... Pour faire court, j'ai réussi à être convaincu qu'il n'est pas bon de se confier ou de croire exclusivement en l'homme, à cause justement de sa nature imparfaite. C'est ainsi que je ne trouve pas désagréable de partager ma foi. Y compris de vouloir le partager avec d'anciens faux amis, via le témoignage et la distribution de bibles Gédéon devant mon ancienne fac. Mais attention à ne pas se persuader que tout est beau et tout est rose dans la foi. Absolument pas. Pour réussir à cerner la grâce divine, pleine d'amour et de miséricorde il faut avoir su se regarder en face tels que l'on est. Avec nos doutes, nos faiblesses et nos transgressions. Savoir admettre à quel point nous pouvons (avons pu) mal agir, pour conséquemment s'en repentir. Et faire de son mieux pour ne pas recommencer. Réaliser la Grâce après avoir accepté la Loi. De l'anti-américanisme à l'état pur. Mon Dieu, quel rebelle ne suis-je pas! Pour faire court, c'est la définition que j'ai du verbe "assumer". Je reconnais ne pas avoir tout lu après ton message que je cite mais parfois 10 minutes pour charger une seule page, cela a la capacité à me saouler à la longue. Et puis... *ton polisson légèrement provocateur mais aucunement agressif* ... si j'ai râté un de tes messages qui aurait permis d'alimenter notre petit débat, tu pourras me faire un petit copier-coller s'il te plait? *s'en va avant de se faire maltraiter*
  9. @[GNW] & Kaz0ku Rooh, mais à quoi vous pensiez, hein?? C'était un exercice à main nues. Pas de bâton ou de sabre en vue, donc... Vous allez me donnez une réputation que je n'ai pas. Je suis gêné et d'ailleurs, je vais l'illustrer de cette façon : :P Et vivent les artistes ^^.
  10. Bah ça... Me suis tout juste englouti la saga "Terremer" d'Ursula le Guin. Du "Sorcier de Terremer" à "Tehanu" en passant par les "Contes de Terremer". A noter que cette saga a largement inspiré Hayao Miyazaki dans ses différents films. Pour ce qui est de la quête de soi-même par exemple. Si j'ai le temps, je ferai une rubrique à part (s'il n'y en a pas déjà). 1420 pages environ. Puis là, j'ai bien entamé "Atlantis" de Dave Gibbins. Archéologue de son métier, spécialiste des civilisations perdues ce docteur de l'université de Cambridge a pondu ce qui semble être un petit chef-d'oeuvre ^^.
  11. Tralala. Demain c'est la rentrée de l'aïkido (si je ne me gourre pas)^^. ça me fait penser que j'ai fait un truc assez marrant sur mon prof. Il fallait lui faire un petit kubi shime. Histoire qu'il montre à mon partenaire et moi comment se dégager de cette prise infecte. Je lui saisis le bras d'une main et avec l'autre, je suis sur le point de lui saisir le col, à l'avant. Sauf qu'il s'est mis à gigoter avant que je ne finisse la prise (ce qui est l'intérêt en fait!). Résultat, la main qui doit saisir le col glisse mais je me rattrape aussitôt en saisissant ce qui me tombe sous la main. Je sens un petit temps d'arrêt (très bref) puis tout à coup, je me fais projeter avec bien plus de violence que d'habitude sur le sol. Après réception, je me mets en seiza, histoire de le remercier puis là il me sort un truc qui m'éclate encore maintenant : "ça, c'est pour avoir saisi mes poils (de torse)!" Evidemment, pour éviter de finir en pulpe, j'ai fait ce que j'ai pu pour retenir mon fou rire d'alors ^^.
  12. Si tu l'as mal pris, je te demande pardon. @neji18 Bof, en tout cas je me sens bien plus libre que je ne l'étais auparavant. Mais effectivement, pour aller plus loin, ce serait à débattre dans la partie religion du forum.
  13. ? J'ai déjà présenté dans quel état d'esprit j'étais à ce moment. Sans hésiter à utiliser le mot "faiblesse" pour qualifier ma propre attitude. Faiblesse que pour rien au monde je ne souhaite recommencer. Juste ne pas pratiquer l'adultère. Par respect pour son âme soeur mais aussi pour soi-même. Mais je n'ai pas de position extrême au point de penser lapider les coupables. Une histoire de presque 2000 ans nous en apprend déjà beaucoup à ce sujet. Parce que bibliquement parlant, il est bon de mettre Dieu avant les autres, voire avant sa propre vie. Je ne souhaite pas la détourner de sa vocation, d'autant que tout comme moi, elle n'a pas encore achevé ce qui lui permettrait de partir sur le terrain (dans le cas présent, la validation de cours de théologie). Pour ce qui est d'une possible retrouvaille en Afrique... Et bien ce serait grâce à mes expériences combinées d'hydrogéologue, humanitaire et de plombier (dont j'espère suivre une formation de reconversion professionnelle cette année qui vient). Je suppose que l'espèce de sale petite curieuse que tu es et qui n'écoute qu'à moitié ce qu'on lui dit se demande pourquoi suivre une formation de plombier avec un bagage d'hydrogéologue. Parce que je n'ai pu enchaîner que des stages après avoir validé mon master 2 avec mention. Des stages payés le 1/3 du smic et pour lequels il a fallu en plus que je débourse pas mal de thunes pour avoir une convention (frais d'inscriptions auprès de divers organismes). Et aussi parce que j'ai envoyé chié les sales pervers narcissiques que j'ai rencontré durant mes expériences et/ou mes études (supérieurs hiérarchiques ou pas), qui te donnent l'impression de te faire des fleurs en face mais qui te cassent dans le dos. Et qui vont jouer les victimes quand on leur montre que ce n'est pas le désespoir mais la fureur qu'ils ont provoqué avec leurs harcèlements à 2 balles. Bref, j'ai du faire de l'interim pour vivre. Mais aussi pour prendre pas mal de recul. Et comme j'en ai ma claque de l'interim mais aussi de ne travailler que pour ma propre peau, même si je donne pas mal de sous pour l'humanitaire, j'ai choisi de me lancer dans des métiers dont je pourrais mettre en application l'expérience dans le domaine de l'humanitaire. Plombier est donc d'autant plus approprié que cela complèterait mon profil d'hydrogéologue, pour ce qui est du cycle gestion-acheminement de la ressource en eau. Et par l'expérience que j'en ai de la Croix-Rouge, cela serait d'autant plus apprécié dans des endroits aussi sensibles que les hôpitaux, dispensaires, écoles, ... Alors, satisfaite?
  14. Je parle bien d'une histoire révolue. Et, hum, comme je le disais (ou ai essayé de le faire) : lors de notre seule rencontre du côté d'Opéra (sur Paris), tout me laissait croire dans sa façon d'être qu'elle n'était pas insensible. Sinon, je reprécise que j'avais bien demandé à rencontrer le "copain" en question. Ce, dès notre première rencontre en plus. J'avais même refusé au début de la voir s'il ne venait pas. Justement pour aider à mettre les choses bien au clair. Regarde donc ce que je pense de l'adultère... @tonton kaka Je m'excuse de n'avoir présenté que cet aspect négatif de mon expérience mais au final, j'ai depuis fait la connaissance d'une fille pour laquelle mon coeur bat volontiers plus vite quand j'y pense Une fille qui a été confrontée à pas mal de discriminations, qui s'est cherchée dans différentes expériences professionnelles. Et qui à terme souhaite partir en tant que missionnaire en Afrique. Peut-être nous y nous retrouverons là-bas dans quelques années? Mais le respect immense (et la certaine tendresse) que j'éprouve pour elle font que je ne lui prends pas la tête avec mes sentiments.
  15. Hum, dans ce cas, pourquoi ne pas réunir un noir, un blanc, un jaune (moi, par exemple, même si je suis un peu pâle), un rouge qui foutent la pression à la fille et à ses parents (surtout aux parents ^^) pour que toi, tu arrives en sauveur (sur un cheval blanc, pour être plus crédible) et que tu nous mettes la pâté? Par contre, fais attention à la mélancolie et à la nostalgie : elles peuvent te retenir dans un passé qui te ferait manquer l'avenir. Je me permets ce genre de remarque parce que j'ai été moi même confronté à une situation ambigue (limite malsaine) avec une ancienne connaissance de lycée pour qui je me suis aperçu que c'était un tort d'avoir éprouvé des sentiments amoureux. Le vrai amour ne cherche pas l'avilissement de l'être chéri. Pourtant tout avait l'air d'avoir si bien commencé... Je la vois passer devant moi un jour de décembre où je suis en train de recolter des fonds pour l'Armée du Salut à Paris, devant les galleries lafayette (les fameuses marmites de Noël). Elle avait les yeux en larmes et c'est ce qui m'a ébranlé. D'elle je n'avais que son ancienne adresse postale (elle avait déménage entre-temps). Mais en quelque sorte "guidé", j'ai pu retrouver sa nouvelle adresse et obtenir son numéro de portable en quelques semaines. A savoir que Paris et sa banlieue compte pas moins de 12 millions d'habitants et que Facebook ou chais pas quoi et moi, ça fait 2. On a pu se rencontrer en janvier vers Opéra. Tout dans son attitude, ses gestes me disait que nous aurions pu avoir une relation des plus tendres. J'avais même senti sa légère hésitation timide, alors qu'elle était derrière moi, quand elle m'a vu assis en train de l'attendre... Mais après, je ne sais pas, une note sombre est venue altérer ce qui semblait être un accord parfait. Elle me dit qu'elle a un copain alors que si j'avais plus que foncé lors de notre rencontre, elle l'aurait bien vite oublié (en supposant qu'il existe). Beau joueur, j'ai plusieurs fois tenu à le rencontrer pour bien mettre les choses au point. Car l'adultère est une transgression qui incite ni plus ni moins au meurtre celui qui s'est fait lésé. Je ne le rencontre pas, mais je suis torturé entre ma foi, qui m'a sauvé nombre de fois la vie et mes prières au Dieu d'amour à qui je demande... de ne plus aimer cette fille... J'ai sombré dans une faiblesse dans laquelle je me suis juré de ne plus jamais me retrouver. Nous communiquions par texto, selon sa volonté (après que je l'eusse appelé pour rétablir un premier contact). Puis au final, elle me file son mail, pour que nous puissions discuter plus à loisir. Va comprendre... A la fin, fatigué, écoeuré d'avoir été ainsi manipulé alors que je lui ai ouvert mon coeur (pour les fans de Terremer ; un peu comme si je lui avais révélé mon vrai nom ), je lui envoie un dernier message d'au revoir. Je lui souhaite un bon vent, sans le moindre reproche, et avec un certain optimisme. Pour ne pas la culpabiliser inutilement. La vie continue. D'autres gens ont besoin qu'on fasse attention à eux. Et qu'on y consacre peut-être toute une vie ! En complément mon cher tonton, suis les conseils judicieux qui t'ont été donné : pense à long terme! De plus, à ton âge, il est tout de même un peu tôt de penser des projets d'avenir sans t'être toi-même trouvé et épanoui dans un domaine précis. Simple avis personnel, mais fais en ce que tu veux
  16. Ola! *se met au garde à vous* (façon militaire) C'était pour répondre ta remarque sur plus de justice et sur le fait de s'en remettre à un seule personne. Bon après, j'ai peut-être pas très bien collé au reste du fil? Bref, pour qu'il y ait un peu plus de justice en ce bas-monde et, de façon générale, pour le rendre plus beau, je suis convaincu d'au moins un truc (en faisant abstraction de toute référence religieuse). Il est nécesssaire que nous fassions tous un retour sur nous-mêmes pour nous accepter tels que nous sommes (bons et mauvais côtés), nous aimer suffisamment pour nous prendre en main malgré les difficultés ou les regrets pour ainsi réussir d'autant mieux à accepter notre prochain. Notre prochain, semblable à nous-mêmes, qui lui aussi est soumis aux mêmes interrogations (peut-être pas de la même manière). Et que nous pouvons alors d'autant mieux accepter pour avoir fait face à nos propres interrogations (qui sont aussi un peu les siennes). Ce qui permettrait plus de justice et plus de paix, à mon sens. Chose qu'il est donc impossible à mettre en oeuvre si nous préférons croire aveuglément une même personne (exemple d'un certain président, par exemple). Bon, comme je l'ai dit plus haut, on parlait peut-être pas exactement du même sujet? Bof, présentation d'une petite expérience que je considère comme optimiste. C'est quand même pas si désagréable, non? *repos* *zzzzzz*
  17. Chez certains, ce serait la connaissance de l'actualité people qui risque de poser problème. Pour cela, (expérience personnelle donc ça vaut ce que ça vaut) je suis plus que persuadé qu'il est nécessaire que les gens fassent de leur mieux pour se prendre en main. Ce qui nécessite à mon sens de savoir faire face... à soi-même, de façon entière. Sinon changement de sujet, c'est marrant, j'ai commencé la distribution de bibles Gédéon devant mon ancienne fac. Cela m'a permis d'exhorter entre autres un jeune en détresse (qui a accepté une bible) en le convaincant que maintenant, quoi qu'il puisse arriver, il était maître de son destin. Il était réellement content, et j'espère qu'il saura s'épanouir pleinement. En tout cas, j'attends avec impatience une "confrontation" avec un de mes anciens profs
  18. Je ne parle pas des antidépresseurs et autres remèdes de rebouteux Pour en revenir aux praticiens eux-mêmes, je pense que les pires sont les psychologues qui se servent allègrement et généralement sur le long terme. Et parmi eux, le fin du fin : le sexologue. Si ma connection internet ne foirait pas autant j'aurais donné volontiers des échelles de prix. Pour illustrer (j'admets caricaturer un peu) j'ai été confronté à des psys pour qui, par exemple, un Woerth serait l'homme sensé, avec un instinct de survie rationnel, qui fait de son mieux pour s'en sortir dans la société tout en ayant la gentillesse d'en faire profiter ses proches. Et pour qui un mec honnête et sans réels complexes serait un sale fouteur de merde des plus suspects... Je dis pas que tous les psys sont ainsi, mais bref...
  19. "Plus jamais ça". A propos de la Grande Guerre de 14-18, à portée mondiale. Ces propos n'ont pas été tenus par des lâches, des couards ou des pacifistes illuminés. Mais bel et bien par les "guerriers" qui ont vécu toute l'horreur des tranchées. Un ami coincé dans les barbelés, tiré comme un lapin, en train de se décomposer... Un autre qui essaie de retenir ses tripes de son ventre éclaté... Tout cela a eu lieu il n'y a même pas 100 ans. Quelle pitié à une époque où on en sait presque plus que le grand Isaac Newton (par exemple) à la fin du lycée.
  20. Ah, comme on est bien loin de l'époque où l'arrachage de temps était un spectacle public avec parfois une troupe de joyeux musiciens qui jouaient pour couvrir les cris de souffrance du patient. Ou, plus récemment, de l'époque de Louis XIV, où ce dernier s'est fait arraché la moitié du palais à cause d'une molaire cariée un peu trop hâtivement "traitée" (résultat, sa nourriture ressortait de temps en temps par le nez). Sinon, j'ai 2 questions très intelligentes à vous soumettre M. Arctic_GrM - Comment réagiriez-vous face à un client comme celui-ci (qui se plaindrait de mauvaise haleine)? - Est-ce que vous avez des masques aussi classes que celui-ci?
  21. Hum, en ce qui me concerne cela risque d'attendre encore un peu, si jamais cela doit vraiment être. Mais quitte à ce que cela soit, je préfèrerais malgré tout une femelle humaine. Elles ont l'air moins sauvages que les autres Sinon pour cette danseuse, je pense que le sens où elle tourne change en cours de route. La direction d'inclinaison de sa tête a l'air de changer entretemps aussi. Sauf erreur de ma part.
  22. Info véridique : Les duels interdits... sous peine de mort. Agné? Pour lutter contre le fléau qui décime les rangs de la noblesse française et la prive de ses meilleurs soldats, pour des motifs souvent futiles qui plus est, le cardinal de Richelieu, premier ministre du roi Louis XIII fait interdire les duels en 1626. Selon le journal de l’Étoile, trois mille neuf cent quatre-vingt jeunes gentilshommes ont trouvé la mort au cours de ces duels en un peu moins de trente ans, de 1589 à 1607. Les nobles n'acceptent pas aussi facilement l'abrogation de ce qui leur apparait comme l'application d'un code d'honneur maître de leur vie. C'est ainsi que le comte François de Montmorency Bouteville (22 duels à 28 ans!) va provoquer le cardinal lui-même en se battant en duel... sous la fenêtre de ce dernier, contre le marquis de Beuvron. La réponse est immédiate et sans appel : Montmorency est exécuté en place de Grève (22 juin 1627). Ce, malgré l'intervention auprès du roi et du cardinal de toute la cour. En effet, Montmorency était le dernier descendant d'une des plus grandes familles de France. Une façon pour Richelieu de manifester son autorité absolue, par respect pour l'autorité dont le roi doit être porteur. Peut-être que le douleureux souvenir de son frère mort en 1619 lors d'un duel contre le marquis de Thémines a contribué Richelieu a agir aussi fermement? Par la suite, après la mort de Richelieu, les duels vont reprendre ; être de nouveau interdits par Louis XIV pour réapparaître dans les us et coutumes au XVIIIème et surtout au XIXème siècle. Pour l'anecdote, Léon Gambetta et Georges Clemenceau furent de redoutables duellistes... La coutume ne s'arrêtera réellement que dans les années trente, peu de temps avant la Seconde Guerre mondiale.
  23. Faut voir avec l'administrateur du forum : Kheops (qui se fait appeler Ra en ce moment je crois). Tyrali demander mais sans vouloir être méchant, ce fil risque de finir à Poubelle Land.
  24. Merci du compliment. C'est assez marrant de faire des alexandrins. Juste éviter de dire des trucs comme "prout" ou "sa mère" et savoir compter jusque 12 ^^ edit J'me la pète mais ça a pas l'air d'être mon cas certaines fois. En plus j'ai oublié un passage "Le temps est enfin venu de nous séparer; Voici l'ultime mot qu'il me faut partager. Pour rester positif et aller en avant, Ecoutez : le One Piece... Il existe vraiment..." @Toufasse Ok merci. fin edit Bof, tu sais, le principal c'est d'essayer. Et c'est pas mal ce que t'as fait. Mais ça me dit toujours pas qui est cette Eva sinon qu'elle a l'air d'arracher les coeurs de ses malheureuses victimes. Google est en vacances sur mon ordi.
  25. N'ayant point participé, et je m'en repents, A tous ces échanges joyeux et passionnés Qui définissent votre si belle amitié, Pardonnez-moi, je ne saurais Conséquemment Glorifier cette Eva que je connais point. Je réembarque donc pour l'horizon lointain, Bien heureux de savoir qu'en ce monde si étrange, Existent des humains aussi doux que des anges. Pour rester positif et aller en avant, Ecoutez : le One Piece... Il existe vraiment...
×
×
  • Create New...