Jump to content

Bienvenue sur les Forums Mangas France.

Lors de votre inscription, merci de vérifier vos SPAMS. Le mail de confirmation y va à quasiment à chaque fois.

 

Pour lire vos mangas préférés, une seule adresse :

SCANTRAD FRANCE

Bon surf sur nos forums !

Sign in to follow this  
Le Maya Fou

Divided Areas (les Terres partagées)

Recommended Posts

C'est ma premiere fan fic, soyez indulgent  ;)

 

Chapitre 1 : une journée pas comme les autres

 

Certaines personnes se réveillent un matin avec l'étrange sensation que leur vie va basculer à tout jamais. Qu'ils ne verront plus jamais les choses de la même manière : leur vie semble sur le point de se substituer au profit d'une nouvelle aventure, d'un nouveau départ. C'est cette sensation qu'éprouva Clive en ouvrant ses yeux tandis que le soleil gagnait progressivement la pénombre de sa chambre. Maugréant quelques jurons abominables dans sa barbe tout en se couvrant le visage d'un coussin, cette sensation désagréable parcourait son corps jusqu'au plus profond de son être. Certains jours il est préférable de rester couché...Clive le savait bien, mais mieux valait affronter le changement que subir un quotidien aussi douloureux que le sien :

 

cela faisait maintenant un an que sa femme avait disparu, emmenant avec elle sa petite fille de 6 ans. Pas un message depuis ce jour, aucune nouvelle, rien. Il ignorait totalement les circonstances de ce départ précipité, lui qui semblait le père de famille idéal aux yeux de son entourage. Les recherches n'avaient rien donné ce qui ne faisait que renforcer la piètre image qu'il avait déjà de la police. Depuis leur disparition sa vie a considérablement changé : le scientifique méticuleux à l’hygiène de vie parfaite avait disparu en même temps que sa petite fille. Mal rasé, les cheveux en pagaille, des épis parsemés ça et là sur son crane volumineux, seul son corps athlétique avait conservé son aspect d’antan. Le sport et son métier étaient devenus ses uniques passions, les seules occupations encore capable de justifier sa présence en ce monde.

 

Posant un pied sur le sol, Clive n’eut pas le temps de poser le second : son portable vibrait déjà, posé en évidence sur sa table de nuit. Il ne s'en séparait jamais, toujours dans l’attente d’un hypothétique coup de fil de sa femme, appel qu’il n’obtiendra probablement jamais.

 

«  Qui peut bien me faire chier à cette heure ci ? »

 

Consultant l’horloge de son réveil, il en déduisit la réponse à sa question :

 

«  10 h 00 … Et merde, surement Dickson qui va encore piquer sa crise… »

 

Dans un soupir de découragement Clive pris l’appel.

 

«  Professeur Zandek, bon sang, ca vous arrive de décrocher le téléphone ? Ca fait 5 fois que je vous appel ! On vous attends ici !»

 

«  Ca va, ca va…j’arrive. »

 

« Je ne veux rien savoir Zandek, ca fait deux fois cette semaine que vous êtes en retard, pour un scientifique de votre rang ce comportement est tout à fait intolérable ! Je vous veux dans mon bureau dans 15 minutes, nous sommes en situation d’urgence pendant que vous vous prélassez paisiblement dans les bras de Morphée. Vous avez 15 minutes, autrement vous êtes viré ! ».

 

Dickson avait raccroché dans un accès de rage, il le savait. Les menaces futiles de son patron, Clive avait appris à les reconnaître. Néanmoins l’intonation qu’avait prise son supérieur marquait cette fois ci un sentiment de peur, d’appréhension. Qu’est ce qu’ils avaient encore foutu ? A coup sûr on lui demanderai de payer les pots cassés, lui parfait étranger à cet incident. Démoralisé, Clive allait devoir subir à nouveau les attaques méprisantes de son supérieur dès son entré à l’observatoire.

Il le savait si bien qu’il ne se précipita pas le moins du monde pour se rendre sur place. N’importe lequel de ses confrères aurait déjà été licencié depuis longtemps dans ce genre de situation, mais Clive possédait quelque chose que ses confrères lui enviaient tous : le génie. Nul n’est irremplaçable…ce proverbe aurait pu convenir pour n’importe qui mais pas pour lui. Bien que peu rigoureux sur ses horaires Clive représentait l’élément indispensable pour son employeur : le Cosmos Institut, filiale interne et secrète situé au cœur même de la NASA.  Son talent, sa logique ainsi que des connaissances solides devaient lui octroyer le post de directeur de l’institut. Sur la touche depuis sa dépression nerveuse, conséquence de son drame familiale, le post fut finalement proposé à ce jeune arriviste de Dickson dont il contestait l’autorité tout autant que les jugements.

 

Enfilant son polo de la veille accompagné d’un jeans on ne peut plus classique, il emporta sa blouse blanche à dessous de bras, avant de la jeter sur la banquette arrière de sa Chrysler dans un geste désinvolte. D’un tour de clé, Clive démarra le moteur 450 chevaux de son bolide avant de se précipiter sur son lieu de travail. Non pas qu’il souhaitait limiter les dégâts en arrivant dans le délai imparti, mais par amour de la vitesse, des sensations fortes. Pour Chaque kilomètre /heure de gagné Il jubilait totalement, se délectant de ces brèves montées d’adrénaline chaque fois que la Viper entamait un virage trop serré, chaque fois qu’il manquait de perdre la vie…arrivé à bon port en seulement quelques minutes, Clive revêtit sa blouse tout en prenant le soin de verrouiller son précieux instrument de mort.

 

Un instant songeur, il observa le paysage toujours aussi impressionnant qui s’offrait à lui : 5 bâtiments à la modernité stupéfiante, tous hauts de plusieurs dizaines de mètres, au centre desquels résidait un gigantesque télescope : le NTT New Technology Telescope, objet de fantasme pour tout passionné d’Astrophysique ou d’astronomie.

 

D’un pas rapide, Clive se rendit vers cet imposant édifice abritant ce sublime instrument de technologie, espoir de développement futur pour les générations à venir. Pénétrant dans le Hall il n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche que Lynn, la standardiste, bondit sur lui :

 

« Te voila enfin ! Je ne sais pas ce qui se passe ici mais c’est la panique ! Dickson est en entretien depuis 2 heures avec le ministre de la défense. Il t’attend dans son bureau, à ta place je me magnerai le cul. »

 

Prenant soudainement conscience de la gravité de la situation, il ne fallut que quelques secondes à Clive pour traverser les différents systèmes de sécurité qui entravaient sa progression dans les couloirs de l’observatoire : badge magnétique, vérificateur digitale, scanner rétinien…l’état ne lésinait manifestement pas sur les moyens mis en œuvre pour préserver leurs recherches. Pénétrant précipitamment dans le bureau de Dickson, Clive s’excusa pour son retard avant de saluer le ministre de la défense d’une poignée de main franche. La réaction du directeur ne se fit pas attendre :

 

« Asseyez vous Mr Zandek, nous avons à parler. » Le ton qu’employait Dickson marquait un profond sentiment de stress, comme une envie de hurler refoulée derrière ses obligations de chef.

 

« Je ne vais pas y aller par quatres chemins Clive, la Terre est condamnée ».

 

Le ton était donné. Cette journée ne serait décidément pas comme les autres…

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Franchement Sasori pour une première fic, c'est un très bon début. Le chapitre se lit très facilement et le scénario (pour l'instant ^^) est intéressant, j'ai bien envie d'en savoir plus sur cette histoire, je me demande bien pourquoi la Terre est condamnée et aussi pourquoi sa femme a disparu mystérieusement comme ça ?

 

J'aime assez le personnage de Clive, qui attend désespérément un appel de sa femme, qui conduit dangereusement et qui arrive en retard au boulot (un vrai rebelle 8)). J'ai beaucoup aimé ce premier chapitre et je demande dans quel sens va partir le scénario, c'est du très bon travail, continue comme ça et vivement la suiteuuuuuuuu ^^

 

PS : Bon il y a quand même un peu de fautes mais rien de bien méchant ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

   Hum... Du bon, du tout bon ! Un personnage principal sympathique, un scénario qui mise apparemment sur la fin du monde, une écriture fluide et sans accrocs (mises à part quelques erreurs, mais si peu), une mise en page bien aérée (un peu trop pour moi, mais c'est complètement subjectif :P)... En plus ya même du suspens, avec cette fin tu me donnes encore plus envie de connaître la suite ! Ma foi, il y a la tous les ingrédient pour une fic géniale.

   Par contre, ce qui ne m'étonne pas, c'est que Clive soit un vrai rebelle  :D De ta part je ne me serais attendu à rien d'autre ; c'est à se demander même pourquoi tu ne l'as pas appelé Lorenzo... xD

 

Edit Sasori : à la base il s'appelait Reno  :D c'était un clin d'oeil, mais comme tout le monde allait assimiler les deux personnages alors qu'ils sont tout de meme assez different je ne l'ai pas fait. J'ai volontairement appelé son boss Dickson par contre, comme le mechant dans le rebelle lol Mais la aussi, ce n'est qu'un clin d'oeil.

 

  Hé bien, je ne peux que te souhaiter une bonne continuation et une bonne inspiration... Parce qu'à mon avis y va y avoir pas mal de gens derrière toi pour avoir la suite ^^

 

PS : Si ça peut t'aider, voilà les quelques fautes que j'ai relevé :

      - ligne 6 : "les recherches n'avaient rien données " = n'avaient rien donné.

      - ligne 8 : "des épis parsemés ca et la "= parsemés ça et là (à mon avis c'est juste de l'innatention ici^^)

      - ligne 10 : "il ne s'en séparé jamais" = ne s'en séparait jamais.

      - ligne 21 : " à coup sur" = à coup sûr.

     Comme tu le constates, il s'agit d'erreurs bénignes... Comment ça je suis tatillon ? OUais, bon, c'est vrai, j'adore les textes parfaitement orthographiés, c'est vrai ^^

 

Edit Sasori : merci pour les fautes, je corrige ça de suite  :)

 

  Woilà, bonne journée Sasori  ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour une première, c'est une sacrée première, Musashi m'avait conseillé de lire ta fic et il avait bien fait, dès les premières lignes j'ai été tout de suite emballée, d'emblé on s'attache au personnage, tu retranscrit très bien son état d'esprit et son ressenti, on comprend très rapidement qu'il va y avoir du rififi avec le fameux Dickson ce qui risque d'amener de bonne joutes verbales.

Avec le départ de sa femme et de sa fille, on sent déjà une vive émotion, j'ai trouvé ça très touchant, pourquoi il n'a aucune nouvelles ? et surtout avec la Terre en danger il y a de forte chance qu'il cherche à les retrouver.

 

Je te dis bravo et attend avec impatience la suite, bonne continuation  ;)

 

Si tu veux une critique plus constructive, je préfère attendre le prochain chapitre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci beaucoup pour vos commentaires, Dame, Musashi et Daemon. Pour tout vous dire j'ai plannifié ce scénario (qui à la base devait etre un comics voir un manga) à l'age de 13/14 ans. J'ai tout conservé en mémoire (au moins les 10 prochains chapitres), le seul soucis c'est que je n'ai jamais trouvé le dessinateur pour faire aboutir mon projet. Alors je me suis dis, pourquoi ne pas essayer d'en faire un roman? Je suis ravis que ca vous plaise. Je posterai le chapitre 2 bientot c'est promis  :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et bien, voilà une histoire qui commence sur les chapeaux de roues...(c'est le cas de le dire^^)

vraiment sympa, ça se lit bien, c'est fluide, et y'a l'irrésistible besoin de connaitre la suite qui se fait sentir...bref, un bon suspense...et...bah vivement la suite, bravo pour cette histoire qui commence bien !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu me rappelle un peu le style par moment d'un écrivain que j'adore : Michael Crichton ^^

Je sais pas si tu connais il a notamment écris Jurassic park, next, la sphère...

 

Enfin juste pour te dire que l'histoire prend vraiment une bonne direction, tu as l'air de t'être impliqué  ;)

Par contre tu nous laisse sur notre fin...  :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vois que vous attendez tous la suite avec impatience, rassurez vous, vous aurez le chapitre 2 cette semaine...cependant l'intrigue prendra pas mal de temps à se mettre en place. Vous en saurez un tout petit plus au prochain chapitre mais l'histoire devrait etre assez longue parceque j'ai pas mal d'idées  :).

 

Tu me rappelle un peu le style par moment d'un écrivain que j'adore : Michael Crichton

 

Merci beaucoup pour ce compliment, c'est tres gentil de ta part mais je suis encore loin de son niveau, je commence tout juste  ;).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sasori c'est pas bien de faire attendre tes fans !!!  :D

 

Je suis impatient de savoir ce qui va arriver à clive ^^

 

En tout cas toutes ces Fanfics me donne des idées, je pense bientôt lancée la mienne, bien sur je ne suis qu'un débutant alors il ne faudra pas se moquer  :D

 

Edit Sasori : le chapitre 2 avance mais j'ai rencontré quelques soucis au niveau de mes recherches (ben oui faut que je me renseigne afin que mes informations soient crédibles  :D). Je posterai la suite ce week end tres certainement.

 

Edit : Ok j'attends ça avec impatience  :D

 

Edit Sasori : je m'excuse, j'ai pris beaucoup de retard ces temps-ci (je n'ai pas beaucoup de temps à moi en ce moment) mais je vous promet de poster la suite dès que possible.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Excusez moi pour ce retard tres important mais j'avoue que mon emploi du temps chargé a joué en ma défaveure. Je vous conseille de relire la premiere partie pour vous remettre dans le contexte. Sans plus attendre voici la suite :

 

 

chapitre 2 : Compte à rebours

 

 

Les yeux écarquillés, le corps immobile, Clive paraissait en état de choc. Ces mots résonnèrent plusieurs fois dans sa tête avant qu'il ne réalise pleinement l'ampleur de leur gravité : "la Terre est condamnée"...

Ahuri, décontenancé, Clive observa tout d’abord le ministre de la défense, cherchant dans son regard un quelconque réconfort qu'il ne trouva point. L'imposante stature du politicien, son air grave ainsi que l'uniforme réglementaire qu'il portait, démontraient parfaitement qu'il n'était pas venu pour plaisanter. Reprenant peu à peu ses esprits, le regard de Clive se posa sur Dickson, tout aussi perturbé par les évènements :

 

- Je suppose qu'il ne s'agit pas du jeu de la caméra cachée...alors qu'attendez vous pour me fournir des explications?

 

Le chef de l'observatoire souhaita dans un premier temps réagir à l'insolence de son subordonné, néanmoins la présence externe d'un haut membre du gouvernement l'en dissuada. Il accompagna toutefois sa réponse d'un regard chargé de mépris à l'encontre du jeune impertinent.

 

- Ce matin même à minuit trente deux précisément, nos ordinateurs ont découvert la présence d'un astre de nature inconnue à proximité de la constellation du Centaure. Dans un premier temps nous avions pensé à la naissance d'une nouvelle étoile mais il n'en est rien. La lumière générée par ce corps céleste, quasi-inexistante, ainsi que sa masse, bien trop imposante, démentent l'hypothèse de l'étoile jeune, de plus....

 

Dickson ferma ses paupières un bref instant avant de poursuivre, l'air grave :

 

- Elle se déplace...et à une vitesse déconcertante...droit dans notre direction...

 

Clive eut le souffle coupé par l'ampleur de cette révélation. La naissance d'une étoile est un processus long et extrêmement complexe :

Les étoiles se forment en groupe à partir de la contraction gravitationnelle d'une nébuleuse, un nuage de gaz et de poussière, qui se fragmente en plusieurs cœurs protostellaires. Ceux-ci se contractent en leur centre en formant une étoile, tandis que la matière en périphérie se retrouve sous forme d'une enveloppe et d'un disque d'accrétion.

Ce phénomène s'échelonne sur des siècles et en aucun cas en une seule nuit, les ordinateurs auraient du déceler sa présence depuis bien longtemps. De plus la masse d'une étoile naissante devrait paraître anodine comparée à celle de notre planète, ce qui ne semblait pas être le cas cette fois-ci. L'astre qu'évoquait Dickson se révèle assez volumineux pour causer l'extinction de notre espèce...non pire que cela, le directeur avait affirmé que la Terre elle-même, et non seulement la race humaine, était condamnée. La taille du corps céleste et sa vitesse de propagation devaient donc suffire à pulvériser la planète!

D'un air dubitatif, Clive interrogea son supérieur :

- Le Centaure et la Voix Lactée sont des constellations voisines, comment cet astre a-t-il pu passer outre nos instruments de détection?"

L'homme d'état appuya cette remarque d'un regard évocateur en direction du directeur, signe d'une remise en cause des compétences de ce dernier. Mal à l'aise, celui-ci ne parvint à se justifier comme il l'aurait souhaité :

- C'est à n'y rien comprendre, il s'agit la d'un phénomène sans précédant. Je suis navré de le reconnaître mais  cet évènement dépasse nos compétences...Certains de nos concurrents en sont venus à prendre contact avec nous aujourd'hui même, cherchant une explication plausible à cette extraordinaire apparition, en vain. Cet astre n'existait sur aucune carte, aucun plan, nul ne connaissait son existence jusqu’à aujourd’hui...il provient tout droit du néant!

Visiblement peu satisfait par cette explication, l’homme d’état se leva soudainement :

- Il ne me reste plus qu'à avertir nos citoyens, je vais programmer ma conférence de presse pour 13 heures. D'ici la je veux que vous ayez rédiger un rapport complet sur cette "apparition du néant" qui dépasse même les compétences des plus brillants scientifiques de la NASA...

Blessé par cette attaque, Dickson entreprit de détourner la conversation :

- Ne me dites pas que vous souhaitez rendre cette information publique? Vous allez déclancher un vent de panique et provoquer l'anarchie!

- Occupez vous de vos affaires, je n'ai pas d'autres alternatives...il ne s'agit que d'une question d'heures avant que le reste du continent, que dis je, de la planète, ne découvre l'information sur Internet. Vous avez vous même déclaré ne pas être les seuls à avoir pris connaissance de l'existence de cet astre. Ces organismes auront tôt fait de définir sa trajectoire, autant anticiper la catastrophe.

 

Se dirigeant vers le seuil de la porte, le ministre se retourna vers les deux scientifiques, sa colère laissant place à l'amertume dans sa voix :

 

- Combien...combien de temps nous reste-t-il à vivre?

 

Solidaire dans ce moment difficile, Clive baissa tristement les yeux, s'effaçant devant son supérieur :

 

- un an, il ne nous reste qu'un an...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Franchement je suis sur le popotin, il n'y a pas d'autre mot, ça faisait super longtemps que je n'avais pas lu une aussi bonne fic (et oui ça se fait rare de nos jours cette espèce là ^^). L'explication de la naissance d'une étoile est superbement bien expliqué, pendant tout le texte on est bien dedans et en plus t'as la dernière phrase qui finit de nous achever, non Franchement t'as fais très fort là.

 

L'astre qui vient du néant...franchement comme excuse bidon il a fait fort. Il ne reste donc plus qu'un an avant que la Terre part en cacahuètes, que dire de plus à part "ils sont pas dans la m**de !", surtout qu'ils vont l'annoncer à tout le monde, ça va partir en guerre mondiale le truc.

 

Très bon chapitre en tout cas, bravo  ;)

 

Edit Sasori : je suis tres flatté, merci mon ami  ;) Dire que le chapitre était quasiment fini une semaine apres le chapitre 1 et que je n'ai meme pas trouvé le temps de le paufiner avant...pour le troisieme chapitre ca sera entre le 19 juillet et le 12 aout (pendant mes congés=plein de temps libre ^^)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce chapitre est excellent, j'avait eut des spoil en exclu mais la trame en détail est encore mieux!!!

Clive aka Dr House! mdr, je le sens bien le clive quand le personnage sera de plus en plus développé, il va faire des fans.

 

Bien joué Sasso!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir Sasori.

 

Je dois dire que ton Fic et très bien pour le moment car facile à lire et à comprendre avec un personnage énigmatique et avec un fort charisme. Une trame quand même pas banal : la fin de la Terre.

 

 

J'ai juste 2 questions :

 

Que vas pouvoir faire notre scientifique vu que la Terre est condamné ?

 

Edit Sasori : ce que tout homme ferait à sa place...mais il ne se doute pas de ce qui l'attend...

 

Pourquoi ce titre ?

 

Edit Sasori : pour ne pas spoiler je ne peux pas te répondre ^^

 

 

En attendant avec impatience la suite.

Share this post


Link to post
Share on other sites

bien bien, voici donc mon opinion sur ceci ^^

tout d'abord, le texte se lit facilement, c'est fluide et agréable, on compend sans problème, la structure du texte est bonne. pour te dire la vérité, si ça avait été juste une histoire de "terre condamnée" ça ne m'aurait pas beaucoup intéressé mais le fait est que tu as su relever tout ça avec cette histoire de femme et enfant disparues, ça donne tout de suite plus de piquant et d'intérêt, un très bon point.

 

pour les critiques, voila ce que j'ai pu noter :

 

"Depuis leur disparition sa vie a considérablement changé" : cette phrase n'est pas au même temps que le reste du texte.

 

"appel qu’il n’obtiendra probablement jamais" : même chose, bien que ce soit justifié, on tique un peu sur cette phrase, tu devrais trouver un autre moyen de tourner ça.

 

pas assez de description de lieux : la chambre, la rue ou il vit, sa voiture etc... tout ça peut nous donner des informations supplémentaires notament sur clive, donner une ambiance plus distincte.

 

descriptions physiques des persos : le fait est qu'on a du mal à s'imaginer chaques persos, on ne sait pas s'ils sont blond, brun, gros etc... plus de description aide le lecteurs à s'identifier.

 

tu peux aussi utiliser des distinctions dans la façon de parler de persos, donner des expressions souvent répétées par exemple pour leur rajouter encore un peu de caractère. toi seul sait quels sont les persos qu'on reverra souvent et ceux qui sont seulement de passage alors toi seul peut leur donner ces distinctions.

 

la coupure dans le dialogue de Dickson, par le mouvement des yeux est très bien, ça donne du souffle au dialogue, du mouvement.

 

 

pour finir, je dirais que c'est un très bon début, c'est vraiment plaisant à lire et c'est intrigeant, exactement ce qu'il faut pour débuter une histoire. bonne continuation à toi ! ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

  Ah, je dois dire que j'attendais depuis un moment de voir la suite^^ Mais bon c'est sûr qu'entre le taff et la modération (entre autres) ça doit pas être évident de trouver du temps pour ça.

  Bref, que dire de plus par rapport à ce qui a été dit avant ? Pas grand chose ; ce deuxième chapitre est dans la lignée du premier, on a l'explication du pourquoi la Terre est comdamnée, etc.. C'est toujours aussi bien écrit, le style est très bien... Du tout bon !

  Bon Lucifer a déjà donné pas mal de critiques, mais j'aimerais rajouter un petit quelque chose : je trouve qu'on ne ressent pas assez le malaise, la lourdeur de l'atmosphère que devrait dégager une telle scène. Après tout, ils sont en train de discuter de la fin du monde, ni plus ni moins. Enfin, ça concerne surtout les dialogues avec le ministre d'état, autrement c'est assez bien rendu, comme dans les quatres dernières lignes, par exemple. Mais bon, c'est un avis strictement personnel, hein ^^ Pour une première fic c'est tout de même drôlement bien fichu.

 

  He bien voilà, 'me reste plus qu'à te souhaiter une bonne continuation. Rendez-vous fin juillet pour la suite alors  :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous pour vos commentaires et conseils. J'en prends acte immédiatement! C'est grace à vos remarques que je m'améliore alors continuez ainsi! Toute réflexion est bonne à prendre! Le rendu final n'en sera qu'amélioré!

 

Edit à Itachi : merci mon ami  ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Que dire a part félicitation Saso j'adore tan fic est pourtant je suis quelqu'un de difficile mais là j'ai tout de suite acroché. C'est trés bien ecrit et bien détaillé d'ailleur on voit que tu as fait des récherches pour bien expliquer les choses comme la formation des étoiles.

J'aime beaucoup le ton utilisé ainsi que le style d'écriture.

 

Bref bonne continuation et vivement la suite.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Chose promis....

 

Donc c'est un très bon chapitre que tu nous a pondu là, les choses ce précise, c'est bien écrit, et il n'y a pas de temps mort.

 

Cependant, je pense que certains détails ne seraient pas de trop, comme par exemple, une main dans les cheveux, un bureau, un regard plus appuyé suite à la remarque d'un des protagonistes, une description vestimentaire, tout ça sans trop l'appuyé bien sûr, guider le lecteurs de manière à ce qu'il puisse se faire ça propre idée et laisser court à son imagination, car il ne faut pas non plus dénaturer ton écrit, bien que je me doute que tu sais parfaitement ou tu va, et d'ailleur ça se sent bien, l'intrigue est bien construite et on sent déjà certains rebondissement avec un bon suspens à la clé.

 

Très bon travail de recherche, bien expliqué et surtout à la lecture se n'est pas lourd.

 

C'est étrange mais j'ai bien l'impression que ce danger qui menace la terre n'est peut être pas ce que l'on pense, car trop prévisible.

Une forme intelligente  d'origine extra terrestre ? ou alors la science croisera a nouveau l'ésotérisme ? une nouvelle explication de l'origine de l'homme ?

 

Je te souhaite une bonne continuation, et j'ai hâte de lire la suite  ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon j'ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne c'est que je post le chapitre trois donc vous pouvez retrouver Clive qui fait preuve dans ce chapitre d'un sens de l'humour qui me reflete totalement ^^

 

La mauvaise c'est qu'il s'agit de mon dernier chapitre posté sur le forum. En effet je compte bien poursuivre ce roman et l'envoyer pourquoi pas à des maisons d'éditions. Je vous laisse donc avec ce dernier chapitre qui, je l'espere, vous donnera envi de lire la suite lorsque l'oeuvre sortira dans les kiosques (en esperant que ce jour arrive même dans plusieurs années lol).

 

 

Chapitre 3 : un invité de marque

 

 

Cela faisait maintenant une semaine que la nouvelle était tombée. La retransmission du discours fut diffusée à l’échelle planétaire. Intriguée, c’est en premier lieu avec beaucoup de scepticisme que la population accueillît l’information. Suspectant au premier abord un formidable canular publicitaire, l’annonce eut  l’effet d’une pierre jetée à l’eau. Source de plaisanterie le jour même, il fallut au monde quarante huit heures pour engendrer la prise de conscience collective nécessaire à son amplitude. Malheureusement, comme les craintes du directeur le confirmait, cette vidéo allait marquer  le début d’une nouvelle ère : le chaos.

 

L’anarchie devint rapidement le maître mot d’un monde en crise, dont la condamnation remit intégralement en question les droits fondamentaux. Pillages, agressions, terrorisme devinrent la tendance du moment. L’impuissance des autorités face à tant de méfaits rendait impossible toute prise de contrôle sur les foules en colère : en d’autres termes, la police était surmenée. Pire que cela, certains gardiens de la paix atteints eux mêmes du vent de panique collectif, participèrent au déferlement de cette nouvelle vague de colère. Le mot justice avait perdu toute son intégrité. C’est dans des moments comme celui-ci que l’on réalise que l’homme n’est rien de plus qu’un animal. Menacé, il retrouve ses instincts les plus triviaux, ceux d’une bête cruelle et sadique dont la seule préoccupation s’avère l’assouvissement de son égoïsme.

 

Affalé dans son canapé depuis des heures, Clive regardait encore et toujours les informations qu’affichait son  poste de télévision. Avec pour seule compagnie la présence d’un pâle faisceau lumineux qui traversait péniblement les planches obstruant ses fenêtres, cela faisait maintenant cinq jours que notre homme  était cloîtré chez lui, quittant uniquement son domicile pour s’approvisionner en vivres ou en alcool. Dickson avait beau laisser des messages sur son répondeur, Clive n’y prêtait aucune attention. Le monde était condamné et il ne disposait que d’un an pour exaucer son dernier souhait : celui de retrouver sa fille afin de passer ces derniers instants à ses côtés. Se réfugier dans la boisson ne lui serait d’aucun secours, Clive le savait bien. Néanmoins le carnage qui régnait dans les rues ne lui laissait que très peu de chance de quitter la ville en un seul morceau, ce qui ne fit qu’accroître le désespoir qu’il ressentait. Puis cette sensation laissa finalement  place à la colère, un sentiment d’impuissance face à ce contexte inconnu. Comment pourrait il retrouver sa fille au milieu de tout ce chaos alors qu’il n’y était pas parvenu auparavant ? Furieux contre le sort, Clive allait toutefois obtenir le défouloir qu’il attendait.

 

La poignée de sa porte d’entrée pivota brusquement plusieurs fois sur elle-même sans résultat, le temps qu’un dégénéré constate son inviolabilité et ne finisse par la défoncer, pénétrant dans le hall, armé d’une hache. L’inconscient n’eut pas le temps de réaliser son erreur lorsque son nez vola littéralement en éclats face à la puissance du choc. Une batte en aluminium tachée de sang à la main, Clive sourit ironiquement à l’aliéné qui jonchait le sol de son entrée.

 

- On frappe avant d’entrer lorsque l’on est poli…comme visiblement vous ne l’avez pas fait, j’ai jugé bon de le faire à votre place, vous ne m’en voudrez pas j’espère ?

 

Se tenant difficilement les derniers restes de son nez dont les morceaux de chair parsemaient le sol de l’entrée, l’intrus ouvra timidement un œil en direction de son agresseur, des éclairs émanant de son regard. Battu, il rampa en direction de l’extérieur avant de se relever précipitamment pour finalement s’enfuir à grandes enjambées.

 

- En voila un qui ne reviendra pas de sitôt…dommage, on apprenait à peine à se connaître.

 

Le sourire de Clive disparut lorsqu’une ombre apparut sur le seuil de sa porte. L’agresseur n’était pas venu seul…son complice était dos contre la façade et attendait patiemment qu’il baisse sa garde. S’éloignant discrètement de la zone dangereuse, Clive entreprit de contourner son assaillant en passant par la porte de derrière. Ouvrant délicatement la porte coulissante de sa véranda, il se glissa avec furtivité à l’extérieur, profitant de la végétation dense qui habillait son jardin. Saisissant fermement sa batte à deux mains, le scientifique approcha à pas de loup vers la mystérieuse menace, avant de surgir d’un bon vers son agresseur, celui ci tombant littéralement à la renverse dans un cri de surprise et d’effroi.

 

- Dickson ? Mais bon sang vous êtes fou ! J’allais vous fracasser le crâne ! Hum…malheureusement je vous ai reconnu avant…

 

- Très drôle Zandeck…je vois qu’à défaut de votre emploi, vous n’avez pas perdu votre sens de l’humour douteux…

 

- Vous m’en voyez réellement navré…dites moi, si je suis viré… qu’est ce qui m’empêche de vous foutre  mon pied au cul afin que vous quittiez cette propriété privée dans la seconde?

 

- Allons du calme professeur, je suis sûr que la nouvelle que je vous apporte vous intéressera au plus au point.

 

- Vous avez enfin avoué à votre femme que vous préfériez les hommes ?

 

Dickson exulta un  rire sarcastique avant de se relever péniblement, visiblement essoufflé par cette récente frayeur. Il  dépoussiéra sa veste d’un geste de la main puis s’approcha lentement  de son subordonné le regard plongé dans le sien, un sourire malsain au coin des lèvres. Décontenancé par ce regard qu’il ne connaissait que trop bien, Clive le soutint pourtant jusqu’au bout, dissimulant tant bien que mal le mal être qui le gagnait :

 

- je crois que vous devriez vous asseoir avant d’écouter ce que j’ai à vous dire. Je pense que vous aurez du mal à vous en remettre…cela concerne…votre femme.

 

Cette fois le visage de Clive le trahit, la sueur perla sur son front, et comme à son habitude il se pinça les lèvres, signe révélateur de contrariété. Le directeur s’esclaffa devant la réussite de sa petite mise en scène avant de pénétrer effrontément dans la demeure de son second laissant Clive ahuri sur la pelouse de son gazon.

 

- Allons professeur, dépêchez vous, il est très impoli de faire attendre ses invités…

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Enfin le troisième chapitre et tu nous annonce quoi ? que ce sera le dernier ! dans ce cas tu n'a pas le choix, tu te débrouilles pour finir, l'envoyer à un éditeur rapidement, et non content de ça te faire publier, et là je pourrais lire la suite, donc forcément faut pas non plus que ça mette 10 ans ^^

 

Cependant voila mon petit avis sur ce denier chapitre (snif): c'est très bien écrit, j'aime la façon dont est décrit l'anarchie et la panique qui s'est emparé du pays et du monde tout entier, le désespoir de Clive (et la façon dont il fracasse le nez de l'intrus).

 

Les joutes verbal avec Dickson sont excellentes, dommage que tu n'en est pas rajouté une ou deux de plus car j'aime beaucoup ce genre d'humour.

 

Impossible pour moi de ne pas réagir sur la dernière phrase de Dickson...mais quel enf**** et oui je ne l'aime pas ^^ .

 

Clive est un personnage attachant, bien qu'il est un humour acide, et qu'il donne cette impression je m'en foutiste, on veut savoir ce qu'il va lui arriver, si il va retrouver sa fille, et quel rôle il va jouer pour sauver la terre.

 

Bref tu es très méchant, car je ne le saurais pas avant la st glin glin ^^

 

Je te souhaite toutefois une très bonne continuation, j'espère aussi de tout coeur que tu pourras faire publier ton roman. Surtout accroche toi , ton récit est vraiment bon, et l'intrigue est bien construite.

 

Une petite critique, il manque des petits détails, on arrive à visualiser, mais il y a des pièces manquantes, le mobilier, une plante, les vêtements, juste ce qu'il faut mais pas trop, enfin c'est juste mon avis, car comme je te l'ai dis, ton histoire me plait beaucoup et je regrette vraiment ne pas pouvoir lire la suite.

 

Bon courage et bravo  ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voila enfin le chap 3, ce chapitre est dans le continuité des deux autres donc excelent, j'aime beaucoup l'humour de Clive ça me fait penser a Bruce Willis dans les Die hard.

L'histoire est toujours bien écrite et bien maitrisé on voit que tu sais ou tu vas (en tout cas je pense).

 

Je souhaite bonne chance avec les maisons d'éditions en espérent qu'elles ne passent pas a coté d'une histoire trés prométteuse.

 

Voila bonne continuation.

 

PS:tu reconnaitras que c'est un peu salop de ta part de nous laché avec une fin de chapitre comme celle-là, je veu savoir la suite.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Désolé mon ami mais c'était volontaire donc j'accepte bien l'insulte  :D

Je sais ou je vais, en tout cas j'ai le fil conducteur, mais j' hésite encore pour la fin du bouquin. L'intrigue en elle même est en place, reste à savoir de quelle manière je vais conclure l'ensemble.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Sasori

 

Après avoir souvent lu tes théories et tes posts dans les sections c'est sans réel surprise (ça se ressentait dans le soin apporté à tes posts) que je découvre que tu écris toi aussi (bienvenue au club :).

 

Bon démarrage pour cette histoire. Continue comme ça, cela semble s'orienter entre le policier à la Granger et le roman noir...

quelques petites fautes d'orthographe ou de frappe (on en fait tous :):

- je vous appel: appelle

-ca:ça (plusieurs fois)

-l'intonation qu'avait prise: pris

-

 

Une autre petite remarque. Etant moi même auteur, à mes heures je ne peux éviter d'attirer ton attention sur mon principal problème, qui est celui de beaucoup de jeunes auteurs (et un peu aussi le tien semble-t-il) : la ponctuation.

Même si c'est assez fastidieux, n'hésite pas à te replonger rapidement dans quelques livres de grammaire. En effet, tout comme moi il y a quelques erreurs notamment au niveau des virgules. Il y a pas mal de passages où tu pourrais ou devrais (sans vouloir te commander) rajouter des virgules. Le découpage est en effet très important.

Et n'hésite pas à remplacer d'autres virgules par des points. De plus en plus la littérature moderne tend à raccourcir les phrases en utilisant de plus en plus les points. Même si tu recherches à créer ton propre style au niveau de la ponctuation, il ne faut pas oublier le règles assez strictes malheureusement.

 

Tout ça est bien sûr dans le but de t'aider :). Tu en feras ce que tu voudras.

 

Sur ce, bonne continuation et bravo à toi pour cette création :) Vivement la suite!!

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour tes conseils, je rajoute que la version que je poste sur le forum est bien entendu soumise à des corrections éventuelles. En effet je corrige, modifie, rajoute des éléments pour paufiner le texte même après l'avoir posté sur ce topic.

 

Par contre j'aurai bien aimé recueillir ton avis sur l'oeuvre en elle même, c'est un peu dommage que tu te contentes de souligner la grammaire et l'orthographe sans juger le fond du texte.

 

Merci de t'être exprimé en tout cas, je vais faire de mon mieux pour respecter tes conseils ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

×