Aller au contenu

Bienvenue sur les Forums Mangas France.

Lors de votre inscription, merci de vérifier vos SPAMS. Le mail de confirmation y va à quasiment à chaque fois.

 

Pour lire vos mangas préférés, une seule adresse :

SCANTRAD FRANCE

Bon surf sur nos forums !



J.J. Kidd-Gilchrist

L'actualité qui fait débattre

Messages recommandés

Je change totalement de sujet pour en venir à la nouvelle action en justice des société de cinéma.

http://www.zdnet.fr/actualites/streaming-et-direct-download-fai-et-moteurs-de-recherche-sommes-de-filtrer-39766143.htm

Et suite à la déclration d'il y a quelque jour de sarkozy suivi d'uné réponse de son ministre de l'économie numérique, sur les DPI, et la mise en place de liste noir par l'HADOPI de site bloqué (sans décision de justice). http://www.atlantico.fr/decryptage/hadopi-3-streaming-illegal-combat-perdu-nicolas-sarkozy-antoine-cheron-229541.html

 

On a donc dans un premier cas une demande de bloquage (pseudo justifié) contrôlé par un tribunal, et dans l'autre une censure incontrôlé qui se fera sur la simple bonne fois de l'HADOPI et de ceux qui se déclare lesé par tel ou tel site.

On se rappelle également tous de la déclaration de Thierry Lhermite disant regardé des films en streaming lors d'une interview alors qu'il est lui même actionnaire majoritaire de la société traquant les IP pour la première mouture d'HADOPI...

 

La mise en place de DPI (deep packet inspection) ayant déjà été invoqué il y a un moment avait mis sur les nerf les cyber police qui s'effraie que cela ne produise à la démocratisation des connexions cryptés rendant leur travail de chasse de pédophile et autre plus compliqué.

Et le principe de censure est quand à lui bien critiqué partout y compris par l'Europe.

 

J'en viens donc à demandé vos avis sur ce sujet.

Pour ma part je trouve que les société de cinéma se foute largement de notre gueule.

Elles se plaigne de leur baisse de chiffre d'affaire en accusant uniquement le piratage alors que moi ce que je constate c'est que le prix d'une place de cinéma a fortement augmenté d'année en année en parallèle de cette dites baisse d'entrée. L'arrivé de la 3D étant une superbe excuse pour dans pas mal de cinéma augmenté les prix.

par exemple

Le cinéma où je vais demande 9,80e pour un film lambda contre 11,80 pour un film 3D.

Personnellement mon CE me permait de faire une économie de presque 5€ par place et donc je vais très souvent au cinéma.

Et je dois même dire que ma consomation de salle obscure a même fortement augmenté alors que mon abonnement internet passait de 512K à 2Mo...

De plus, il nous demande de payé des taxe sur les CD DVD HDD USB et autre acronyme sous prétexte de payé les ayants droits en compensation du piratage et en même temps, il nous pondent leur loi sans pour autant rebaissé les taxes...

 

Après quand ils ont fait HADOPI tous les grand de l'informatique étaient contre eux et leur système était déjà vu comme dépassé, ils ont écouté personne et ont crée HADOPI qui comme prévu c'est avéré inneficace, que va t'il se passer maintenant....

 

A vos clavier

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aimerai avoir quelque avis sur la ou les crises économiques car je ne connais rien sur la question.

J'ai le sentiment que en général les grosses nations ont perdu le contrôle de leur économie. J'ai le sentiment que même si un politicien ou homme d'état sont de bonne foie ils ne pourront pas réglé les problème économique. Car avec les système actuel ils n'ont plus se pouvoir sur l'économie. C'est maintenant les grosses banques qui ont plus de pouvoir que nos homme d'état sur ses questions. Nos pays doivent des sommes folle a des banque qui contrôle l'économie, comment peut-on encore croire avec ce fait qu'une nation est encore maitre de son économie et a certain dégrée de sa politique?

 

J'ai du mal a savoir si c'est une impression ou une réalité? je sens que c'est une réalité mais j'ai du mal a voir où est l'espoir pour notre économie.

 

Essaye de jetter un coup d'oeil sur ce documentaire (Inside Job), ça permet d'avoir une vision bien éclairée sur ce qui s'est passé :

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon je change de sujet si vous permettez !

 

Qu'est ce que vous en pensez le circulaire de Guéant qui interdise aux étudiants étrangers de travailler en France une fois diplomée.

Ce ministre n'a pas compris que ce n'est pas ces étudiants étrangers qui cherchent mais les entreprises Francais qui font la chasse aux talents et embauche ces étudiants étrangers.

J'en parle parce que 'il y a un pote d'orignaire Incheon, Corée du Sud, que je connais depuis 10 ans : il y a un an il m'a demandé le conseil pour la fac. Je lui ai conseillé l'Université du Havre vu qu'il aime le transport internationnal. C'est un bon point pour lui parce que Le Port Du Havre est en collaboration avec les ports Asiatiques en particulier Shanghai, Osaka et Incheon. Bon bref passons, la il m'a dit qu'il a été témoin de la descende de polices à Université du Havre et font la chasse aux étudiants étrangers sois disant sans papier". E tlui meme interrogé et menotté par la police parce qu'il a oublié ses papiers identité chez lui.

Sans papier à la Fac ???? Difficile à crorie parce que ce n'est pas simple d'être inscrit à la fac quand on est étranger avec l'histoire de paperasse à la con ! J'ai meme aidé des étudiants Russes et Argentains pour histoire de paperasse lors inscription Université CB de Lyon.

Il m'a parlé aussi que le Maire du Havre a intervenu en personne avec Président de l'Université pour forcer les flics de lacher les étudiants.

 

C'est complétement absurde de voir ca. Je me suis renseigné pour CB de Lyon et apparement le président a réagi avant que la police fait la descente et il a donne l'ordre à la police de rien faire et soccuper la corruption policière. lool

 

C'est effrayant !!!!

Il y a peu de temps, j'ai regardé sur TV5 ou il y a Raffarin qui a été chahuté par les étudiants Chinois à Beijing ( Pékin). Le circulaire de Guéant à fait tour du monde surtout en Afrique et en Amérique du sud, Les Brésiliens n'ont pas l'air ravi.

 

Ce circulaire porte un coup fatal à la langue Francophone qui est déja dans la merde. Ces étudiants sont presque tous francophone. Je suis un ancien Etudiants de iUT de Lyon et je fréquente encor les Bibliothèques Universitaire donc souvent les étrangers parlent mieux le Francais que les Francais dont moi !!!!  mais quel gachis !!!!

http://www.lemonde.fr/education/article/2011/11/30/les-etudiants-etrangers-en-froid-avec-la-france_1611146_1473685.html#ens_id=1604528

 

Les Africains Francophones ont déja détesté la France à cause de DIscour de Dakar, et maintenant avec le circulaire, c'est une vraie divorce entre la France et ses pays Francophones....

La france est le troisième pays qui accueille le plus étudiants étrangers au monde derrière USA et R-U.

Avec le circulaire, la France va être dépassé par l'Australie et l'Allemagne. Je sais que les étudiants Africains vont de plus en plus vers R-U , Allemagne et la Russie.

http://orientation.blog.lemonde.fr/2011/06/16/la-france-attire-les-etudiants-etrangers/

 

On est complétement dans la dérive dans ce pays....

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un Merci The Boogie man!™

 

J'ai regarder le documentaire maintenant je connais presque tout sur les questions des crises économiques. On réalité je trouve maintenant que fondamentalement le problème n'est pas si énorme parce que tout le monde connaissaient les problèmes et les solutions depuis vraiment très longtemps.  Mais personne n'arrive aller contre le système car l'argent contrôle tout le monde en gros.

Perso sur le plan humain j'ai trouvé le documentaire digne d'un film d'horreur. Un système pourri contrôler par des gens pourri capable a tout pour que le système reste comme il se trouve, par coup de cash surtout. En plus personne ne se bat maintenant contre les réel danger. 

Bref l'homme reste le plus grand danger de l'homme c'est triste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas en regardant un documentaire qui vise vulgariser les tenants de la crise économique de 2008 que tu "connais presque tout sur les questions des crises économiques".

Je n'ai pas la prétention d'être expert en la matière mais la crise soulève des questions de fond sur la gestion économique avec des enjeux idéologiques qui dépassent bien largement ce que rapporte ce documentaire -un peu trop sensationnaliste à mon goût- qui a clairement pris parti et décidé sur qui il fallait faire retomber la faute (sans forcément que ce soit faux).

Maitriser le sujet de de la crise économique, c'est d'abord maitriser l'économie et c'est une tâche conséquente. Tu peux pas espérer avoir un avis averti et éclairé sur la question avant d'avoir fait pas mal de recherches et d'études sur le sujet.

 

Attention à ne pas se laisser happer par les outils de vulgarisation qui sont souvent orientés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce n'est pas en regardant un documentaire qui vise vulgariser les tenants de la crise économique de 2008 que tu "connais presque tout sur les questions des crises économiques".

Je n'ai pas la prétention d'être expert en la matière mais la crise soulève des questions de fond sur la gestion économique avec des enjeux idéologiques qui dépassent bien largement ce que rapporte ce documentaire -un peu trop sensationnaliste à mon goût- qui a clairement pris parti et décidé sur qui il fallait faire retomber la faute (sans forcément que ce soit faux).

Maitriser le sujet de de la crise économique, c'est d'abord maitriser l'économie et c'est une tâche conséquente. Tu peux pas espérer avoir un avis averti et éclairé sur la question avant d'avoir fait pas mal de recherches et d'études sur le sujet.

 

Attention à ne pas se laisser happer par les outils de vulgarisation qui sont souvent orientés.

 

+1

 

Les enjeux sont tels qu'il faut prendre en compte un ensemble d'éléments géo-politique complexes pour vraiment comprendre l'ensemble des tenants et aboutissants des problèmes actuels.

 

J'ai pas regardé cette vidéo, pas encore, mais c'est clair qu'il faut pas se contenter d'un seul point de vue de quelques minutes pour penser avoir une vision large du sujet (que je suis loin de tous maitriser).

 

C'est un ensemble de sujet à parcourir sur chacun des mots clés qu'on peut croiser.

 

Je vais te mettre ce que j'avais dans mes cours, en partie, si tu as le courage de lire ça, ça devrait permettre de comprendre pas mal de truc ^^ (c'est appliqué ici aux marchés financiers et aux banques principalement, mais les Etats sont englobés dedans aujourd'hui donc ça peut globalement aller)

 

Pour les économistes libéraux, la Globalisation Financière (GF) est une extension au niveau mondiale du paradigme (principe) de l’économie de marché qui s’adapte à tous types de marché.

Le GF devait permettre :

- Meilleure allocations des ressources financière entre les pays et les secteurs d’activités

- Baisse du coût du financement par la substitution du financement direct au financement intermédiée

 

La création d’un marché unique des capitaux, au niveau international c'est-à-dire l’intégration des marchés nationaux de capitaux à fait apparaitre un nouveau risque : risque systémique c'est-à-dire le risque d’effondrement du système financier international par suite d’un phénomène de contagion dû à l’imbrication croissante des marchés financiers nationaux.

 

Ces nouveaux risques imposent 2 choses :

- Mise en place de règles prudentielles : normes de gestion

- Une concertation internationale autour de la notion de prêteur en dernier ressort international (PDRI)

 

1. L’efficience des marchés

 

La théorie libérale met en avant 2 effets positifs attendus de cette globalisation:

o Amélioration du financement de l’économie grâce à l’efficience des marchés financier dans l’allocation des ressources en capital. Cette efficience résulte 2 éléments :

 La baisse du coût du financement du fait de la concurrence entre les places financières, entre les intervenants du marché et du fait de l’accès direct au financement

 Elargissement de la gamme des placements d’où une plus grande diversification d’actifs et donc de risque

o Fonction de discipline exercée par les marchés financiers sur les politiques économiques du gouvernement.

Selon les libéraux, les marchés financiers sont attentifs à l’évolution des fondamentaux des économies (croissance, inflation, déficit). Ce qui devrait inciter les Gouvernements à privilégier le retour au grand équilibre (lutte contre l’inflation et la maitrise des déficits).

 

2. Instabilité du système financier et risque systématique

A. La notion du risque systématique

a) Événement systémique

 

2 types d’évènements systémiques :

 L’effet Domino : AGLIETTA « C’est un choc néfaste ou une mauvaise nouvelle concernant un ou plusieurs intermédiaires financiers ou un marché financier et qui se répercute en chaine sur d’autres intermédiaires financiers au d’autres marchés. »

 

Exemple : Faillite de LEHMANN BROTHERS,

Annonce par BEAR STERN (le 17 juillet 2007) de perte sur le marché des subprimes qui va être le signal du déclenchement de la crise. A partir de là, d’autres banques vont faire les mêmes annonces. D’où une méfiance généralisé à l’égard des banques ( manque de transparence) ce qui va entrainer un blocage des marchés interbancaires puis une contamination à l’ensemble des marchés financiers internationaux.

 

 Catastrophe ou choc macroéconomique qui va affecter simultanément plusieurs intermédiaires financiers et qui va entrainer une réaction négative commune.

 

Exemple : Crack boursier de 1987 et éclatement de la Bulle Internet en 2000.

 

b) Le risque systémique

Risque de déséquilibre majeur touchant l’ensemble du système financier.

AGLIETTA définit le risque systémique de la manière suivante « C’est l’éventualité qu’apparaisse des Etats économiques dans lesquels les réponses rationnelles des agents individuels au risque qu’ils perçoivent amène à élever l’insécurité générale. »

Dans un contexte de crise, Sur le marché interbancaire, le comportement rationnelle des banques qui ont des liquidités supplémentaires consisterait à ne pas prêter alors qu’elles devraient prêter en étant rationnelle, va contribuer à élever l’insécurité générale.

 

« Il s’agit d’une incapacité des marchés à revenir à une nouvelle situation d’équilibre après un moment de turbulence par le simple jeu des mouvements d’achats et de ventes des opérateurs. »

 

Les marchés ne parviennent pas à se stabiliser d’eux même et l’intervention d’organismes extérieurs est nécessaire.

 

2 exemples sur ce risque systématique ;

• Dans la crise des subprimes ont a, au départ, une crise sur le système interbancaire, aux EU, en Europe, en Angleterre et en Suisse. Une crise qui va ensuite s’étendre sur le marché des titres négociables. Sur le marché des TCN : émetteur et souscripteur ; les banques. Les banques n’arrivent pas à trouver des emetteurs et les banques qui ont des surplus, elles ne veulent plus prêter. Fuite vers la qualité des agents à capacité de financement.

Cette crise va donc contaminer les titres des marchés négociables. Donc une intervention de la BCE pour prêter aux banques les liquidités dont elles ont besoin. Pour autant le marché interbancaire n’a pas redémarré parce que la confiance n’a pas été restauré. L’intervention des pouvoirs publics des différents Etats serait nécessaire pour restaurer la confiance.

 

• Contamination de la crise du marché monétaire au marché financier. Les banques vont vendre des actifs de bonne qualité. Dans ce contexte, le comportement rationnel des agents au lieu de tendre vers un nouvel équilibre, va aggraver la situation.

 

Le risque systémique est lié à risque de contagion d’un marché à un autre ou d’une place financière à une autre à cause d’une réaction en chaine permise par plusieurs éléments :

- Comportement mimétique des intervenants

- Importance des relations interbancaire au niveau national et international.

- Intégration des marchés de capitaux

- Imbrication entre les banques et les marchés de capitaux (le fait que les banques interviennent de plus en plus sur les marchés donc si les banques sont affectées, les marchés aussi et vice versa).

- La volatilité des capitaux c'est-à-dire la possibilité de déplacer rapidement les capitaux avec une sûr réaction des investisseurs (car forte aversion au risque) par rapport aux perturbations des marchés et par rapport à l’environnement.

 

 

B. La fragilisation des pays en développement

 

Les pays en développements et notamment les pays émergents sont particulièrement exposés aux crises financières en raison de la nature de leur endettement qui fait naitre de manière récurrente un risque systémique. Les besoins de financement des pays en développement non producteurs de pétrole sont couverts par des capitaux extérieurs dont la nature accroit leur fragilité et les exposent au risque de crise financière.

 

Il y a 3 types de capitaux qui répondent au besoin de financement de pays émergents :

- L’épargne extérieure stable qui prend la forme d’investissement direct à l’étranger dans le cadre d’une stratégie d’entreprise à moyen et long terme.

- L’épargne extérieure longue : il s’agit de prêts à M et LT accordés par des banques ou par des investisseurs étrangers avec ou sans garanties publiques. Cela peut prendre la forme de crédits bancaires classiques ou de valeurs mobilières.

- Les capitaux volatils : capitaux dont les flux d’entrés peuvent se retourner rapidement quand il y a un mouvement de panique par exemple, ou quand il y a un retournement de la situation économique. Investissements de portefeuille assez souvent en titres publics et à court terme (= épargne instable). C’est ce qui va fragiliser les pays en développement car ils ont besoin de beaucoup de capitaux.

De fait de la nature de cet endettement, une crise qui est initialement locale va affecter un grand nombre de pays en développement en provoquant systématiquement une augmentation du coût de la dette de l’ensemble de ses pays en développement.

La dette souveraine des Etats émergents est essentiellement libellée en devise et elle s’échange sur des marchés financiers globalisés. Pour les investisseurs, ce sont des titres fortement substituables autrement dit ce sont des capitaux volatils. Quand on a un choc dans un pays particulier, les investisseurs étrangers vont retirer leurs capitaux pour les localiser sur des marchés plus sûr. Les pays qui subissent les retraits vont proposer des rendements plus élevés ce qui va aggraver leur difficultés. Et le plus souvent, ça va avoir un impact sur l’ensemble des économies émergentes.

 

 

3. La prévention du risque systémique ou le FMI peut-il être « prêteur en dernier ressort » au niveau international ?

 

Comment prévenir les crises financières c'est-à-dire comment éviter le risque systémique ?

 

Qui, au niveau international, peut gérer les crises financières quand elles surviennent c'est-à-dire qui peut exercer la fonction de prêteur international en dernier ressort ?

 

A. Des systèmes financiers inégaux face au risque systémique

 

Toutes les structures financières ne sont pas également vulnérables au risque systémique. La fragilité d’un système financier va dépendre de plusieurs critères :

o Cloisonnement entre les différents marchés de capitaux. Plus il y a de cloisonnement, moins il est possible de propager la crise parce qu’il est difficile de passer d’un marché à un autre, il y a donc une moindre volatilité des capitaux.

Jusqu’au début des années 80, il n’y avait pas de crise systémique donc crise qui apparait avec la GF.

 

o Concentration du système bancaire. Un système bancaire concentré devrait être, toutes choses égales par ailleurs, moins sensible au risque systémique car si les banques sont de grandes tailles, il est peu probable que les autorités les laissent faire faillite.

 

o Rôle des banques dans le fonctionnement des marchés de capitaux. Plus ce rôle est important, plus le risque systémique est élevé.

 

o Stricte séparation entre les banques commerciales et les banques de marchés qui réduit l’exposition au risque systémique

 

En résumé, les marchés de capitaux cloisonnés, un système bancaire de type économie d’endettement et un système bancaire concentré implique peut de risque de crise systémique.

Dans ce cas, pourquoi libéraliser, déréglementer, les banques et les marchés de capitaux ?

Une faible concurrence des banques et une faible place des mécanismes de marché renchérie le coût du capital pour les emprunteurs donc ce qui réduit les possibilités de financement.

A l’opposé, un système d’économie de marché de capitaux, une faible concentration des banques et peut de séparation entre la banque de dépôt et la banque de marché augmente l’exposition au risque systémique. Le problème s’est qu’avec la GF les différents systèmes financier de la planète convergent vers un même modèle c'est-à-dire celui où les marchés de capitaux dominent et où les banques interviennent de plus en plus. Donc de plus en plus le risque systémique va être présent et il va donc falloir le prévenir et c’est en partie le rôle de la règlementation prudentielle.

 

 

B. Comment prévenir les crises financières et comment éviter le risque systémique ?

 

Il y a 2 moyens :

 Définir des règles qui limitent le risque de faillite bancaire.

 Instaurer un prêteur en dernier ressort au niveau international pour empêcher une crise d’illiquidité et sa contagion.

 

a) La réglementation prudentielle.

 

Il y a 3 types de règles qui viennent limiter la prise de risque par les banques :

• Règles qui limitent la pratique de la transformation. L’objectif est d’éviter qu’une banque soit illiquide.

• Règlementation oblige les banques à diversifier leurs engagements c'est-à-dire diversifier ses clients auquel elle prête. L’objectif est double :

- Eviter que la défaillance d’un client entraine la faillite de la banque

- Eviter une crise systémique du fait des relations interbancaires

• Règle en matière de fond propres : Ratio de solvabilité (ration de Mc DONOUGH) qui oblige les banques à se doter de fonds propres en fonction des risques qu’elles prennent à l’actif et hors bilan.

 

En limitant la prise de risque, on limite le risque de faillite d’une banque et donc le risque de contamination.

 

b) Les Banques Centrales : Le prêteur en dernier ressort (PDR) au niveau national

 

Définition de la Banque de France :

Le rôle de PDR consiste à « accorder à titre exceptionnel et dans des situations de crises particulières des prêts à CT aux banques commerciales confronté à d’important problème de liquidités. ».

 

Au niveau national, ce rôle de PDR est normalement assuré par les banques centrales.

 

Exemple 1 : Quand la crise des subprimes éclate en Juillet 2007, les banques vont être rapidement confrontée à une crise de liquidité c'est-à-dire à l’impossibilité d’emprunter de la monnaie banque centrale sur le marché interbancaire pour les banques appelées « Sous liquide » (banques commerciales).  Les banques mutualistes ou coopératives sont « sur liquides ».

Cela s’explique par le manque de confiance des banques entre elles. Les banques vont refuser de se prêter.

 

En l’absence de PDR, que se passe t-il en cas de crise d’illiquidité sur le marché interbancaire ?

Défaillance de banques et risque systémique (risque que le SBF s’écroulent avec des défaillances en chaine).

Pour éviter cela, la BCE va, dès le 10 Aout 2007, jouer son rôle de PDR. Elle va prêter aux banques de la zone € toute les liquidités dont elles ont besoin (contre remise d’actifs éligibles).

Les banques qui avaient des liquidités excédentaires vont chercher des actifs sûr et mieux rémunérés : Titres du Trésor.

 

Exemple 2 : Aux EU, c’est la FED qui a joué son rôle de PDR ca veut dire qu’elle a prêté massivement des liquidités aux banques américaines qui en avaient besoin (elle a créé massivement de la monnaie banque centrale). Sauf qu’en elle veut faire un exemple : Lemmann Brother.

 

Pour qu’une Banque Centrale puisse exercer cette fonction de PDR, il faut qu’elle puisse créer autant de liquidités qu’elle veut c'est-à-dire qu’elle ne doit pas être limité dans sa capacité à fournir des liquidités au marché interbancaire. Cela fonctionne dans les pays développés où les Banques Centrales son indépendantes, crédibles et ou elles ne sont pas contraintes dans leur capacités à créer de la Monnaie Banque Centrale (MBC) dans un système de taux de change.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effectivement J.J comme je connais rien sur le sujet je crois avec bonne foie un peu tout le monde. Néanmoins c'est vrai que la question est complexe. Mais des solutions sont proposer par des gens sans doute compétent sur la question mais peu de changement.

Dans certains cas il y des responsable et dans d'autre non car le système est complexe et on nage dans un nouveau système sans avoir beaucoup de recule sur celui-ci.

Mais quand tu vois une banque en faillite et que on voit le train de vie de ses responsable avec l'argent de l’épargne de ses petit client  ou quand ils demande la lever des levier ou ratio :(.

Certes il y a des problèmes dans le système c'est le plus gros, mais le problème de gérer les hommes reste un fait important. Quand on parle de règlementation j'ai l'impression que on parle plus souvent des hommes que du système.     

 

Merci Clad555, ce cours ne devait pas être simple dense en information, il complète bien le documentaire sur quelque point surtout sur la compréhension du système. J'aime bien le chapitre 3 car il donne des pistes de réponses, mais je ne pense pas que centralisé les banques est une bonne idée, si la banque coule elle entraine encore plus de monde avec elle.

 

@bull-kumo

C'est quand même bizarre d'en arriver la.

Déjà beaucoup retourne dans leur pays ou veulent retourner, mais souvent certain reste quelque temps pour faire une bonne expérience professionnel dans les pays formateur pour avoir du poids a leur retour. Après trouver un travail avec les même standard au retour au pays c'est difficile, beaucoup prennent le gout des pays riche. En premier année d'étude ils sont tous chaud pour dire qu'ils vont retourner au pays pour booster leur pays ou parce que le marcher est vierge il y de l'argent a ce faire. C'est un peu dommage après la arrive la question de la fuite des cerveaux.

Par exemple pour le génie civil en afrique on fait appelle aux chinois alors qu'il y a beaucoup d'étudiant africain qui sont comptant dans le monde. Ou encore pour les pays de l'est avec les médecins, dans certain pays de l'est ils n'ont presque plus de médecin un truc du genre un medecin pour un nombre important d"habitant. Et beaucoup deviennent des médecin de compagne dans les pays riche, moins de tresse plus d'argent.

Après aller jusqu’à interdire aux étudiant étranger de travailler je ne comprend vraiment pas pourquoi, peut être le manque de travail joue, identité national etc...

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le fait n'est pas qu'on interdit aux étrangers de travailler en France, enfin pas directement.

Je trouve cette directive (oui ce n'est même pas une loi donc pas de vote à l'assemblé ou au sénat...) totalement aberrante.

La consigne donnée au préfet est de favoriser les locaux. Ils doivent donc s'assurer avant de délivrer ou renouveler un permis de travail que la personne est plus qualifiée que les chômeur du bassin d'emploi.

Pour ce que j'en ai compris, c'est même à la compagnie de s'en assurer avant d'effectuer le recrutement.

Après, j'ai été mis au courant d'un cas (par le réseau d'anciens élèves) ou le préfet refuse le visa sans même réellement chercher.

La personne avait été recruté sur CV. 60 candidatures avait été reçu venant de toute la France et il était sortie du lot de par sa formation et ses expériences.

30 chômeurs ont été déclaré équivalent par le préfet et donc le visa a été refusé.

Mais ce qui en ressort c'est que s'il étaient réellement équivalents la compagnie les aurait choisie. (dixit la compagnie qui a saisie le tribunal pour que le visa soit accepté), c'est donc que soit ils étaient pas équivalent soit ils ont même pas postulé. Dans un cas comme ça doit on vraiment refusé un visa ?

 

De toute façon Guéant à été clair, il y a actuellement 200 000 personnes en situation régulière en France, et il veut faire descendre pour 2012 ce nombre à 180 000. Son excuse étant de réaffirmer l'identité national, diminuer le chômage des locaux (et ratisser des voies du FN pour sarko 2012).

Les lois ont déjà été durcie pour obtenir un visa en 2009.

Un exemple simple de ces durcissement le visa pour mariage, il est passée d'une validité de 1 ans à 3 mois.

En clair, ils obligent les gens voulant se marier à commencer les préparatif du mariage (avec rendez-vous à la mairie, au consulat, énormément de paperasse...) pour leur donner un visa de seulement 3 mois pour réaliser le mariage.

Puis l'étranger doit retourner dans son pays pour redemandé un visa d'un an qui ne peut nullement être demandé depuis la France.

Qu'on vienne pas me sortir que c'est lié à la recrudescence des mariage blanc, puisque les dispositions sont prises avant (entretien préliminaire) pour s'assurer que s'en ai pas un, et aucune enquête n'est faite pour la deuxième demande de visa.

De plus ceci ne s'applique pas à l'Algérie car ancienne colonie.

 

Liberté, Egalité, Fraternité, mais pas pour tous...

 

Pays de m****....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@ Rand: A mon avis, faut faire la part des choses entre les questions inutiles visant simplement à diviser (débat sur l'identité nationale) et les questions découlant d'une véritable nécessité économique.

On a 9.3% de chômage en France et il faut tout simplement que ce chiffre baisse. C'est évident que sur le principe, il doit pas y avoir de préférence pour qui que ce soit parce qu'on a toujours été dans une optique d'ouverture au monde mais là on est dans une situation telle qu'il faut réfléchir à compromettre nos principes.

L'exemple que tu rapportes de la décision de préfet me parait cohérent. Le chiffre du chômage est tellement énorme qu'à chaque fois qu'on prend une décision d'ordre professionnelle on doit avoir un gros clignotant rouge qui dit "9.3%". Est ce qu'il vaut mieux que l'entreprise en question embauche un mec un poile moins qualifié mais que ça fasse une fraction en moins sur le "9.3%" ou est ce qu'il fut laisser courir la concurrence pure et parfaite ?

 

La préférence nationale est une revendication qui sonne très mal parce que le FN la sur-exploite dans son sens large (professionnel, social, scolaire etc.) mais là c'est une simple question d'économie. C'est impossible de maintenir le flux actuel d'immigration et d'espérer faire baisser le chômage.

On est dos au mur comme beaucoup d'autres pays européens et comme les US.

 

Liberté, Egalité, Fraternité, mais pas pour tous...

Ressortir cette devise quand y a une directive qui ne plait pas, ça revient à se plaindre que l'OM a une mauvaise attaque alors que la devise du club est "Droit au but": je suis pas sur que ce soit vraiment constructif.

 

Pays de merde....

Comparé à quel autre pays ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne ressort pas la devise à chaque directive qui ne me plait pas, c'est un constat réel, l'égalité et la liberté a failli mettre refusé.

Pourquoi, tout simplement parce que ma mairie ne voulait pas faire son travail pour me marier.

Ensuite ta comparaizson à l'OM me fait doucement rigoler, je suis loin et très loin de mettre sur le même niveau une équipe de sport et des droit civique.

 

Après pour ce qui est de la décision de se prefêt, la justice lui a donné tort, l'employé a été réintégré et son visa accepté.

Après je ne pense pas que le chômage sera réglé en virant 20 000 étranger alors qu'on a plus de 3 000 000 de chômeurs....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Après je ne pense pas que le chômage sera réglé en virant 20 000 étranger alors qu'on a plus de 3 000 000 de chômeurs....

Si il faut attendre de trouver une solution miracle qui va créer 6M d'emplois en un écrit législatif, pour faire qui que ce soit, autant ne rien faire parce que ça n'arrivera pas. On est en train de gratter 20k ou 40k emplois par ci par là parce que la gravité de la situation l'exige.

Le gouvernement en place a lancé un plan de rigueur -à tort ou à raison, je sais pas vu que je suis pas économiste- donc un raisonnement cohérent voudrait qu'on poursuive dans cette voie là et ça passe par une forme de protectionnisme sur l'emploi.

 

Ensuite ta comparaizson à l'OM me fait doucement rigoler, je suis loin et très loin de mettre sur le même niveau une équipe de sport et des droit civique.

Loin de moi l'idée de mettre sur le même plan la légèreté d'une activité sportive professionnelle et le gravité des actions du gouvernement, je parlais de l'utilisation qui est faite de la devise. On s'en sert comme d'un doudou alors que ça ne reste qu'une ligne directrice symbolique, un agencement de jolis mots qui ne seront jamais effectifs dans la réalité de l'horizon de quelque pays que ce soit. C'est beaucoup plus joli d'avoir ça plutôt que de dire que tu n'es pas l'égal de tout le monde, que tu es loin d'être totalement libre et que la majorité des gens sont plus dans une optique d'indifférence que de fraternité.

C'est l'équivalent de s'attarder sur l'enluminure de la première lettre d'un bouquin de La Fontaine plutôt que de réfléchir au sens de ses textes.

 

Je réitère ma question:

Pays de merde....

Comparé à quel autre pays ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai jamais dit que c'était meilleur ailleurs ou pire.

J'aimerai que l'on respecte plus notre propre devise et les droits de l'homme dont nous somme si fier et là j'ai plus l'impression qu'on lui ch** dessus d'où mon pays de m*****.

Après je suis directement impliqué dans ces cas de visa, puisque ce sont des camarades voir des amis qui sont concerné par cette directive et même ma femme par d'autres lois et directives donc je suis surement pas objectif.

Mais après n je ne partage pas ton avis.

Oui on arrivera pas à absorber 3 000 000 de chômeur en une seule loi, mais doit on pour autant cracher sur nos valeurs pour sauver 20 000 emploi (et encore...).

Alors que dans le même temps, mon status n'est pas qu'exagéré, j'ai acheter pas mal de chose suite à un déménagement et bien qu'une bonne part soit de marque "française" tout est made in china ou plus traite encore fabriqué en RPC (histoire de noyer le poisson).

Je pense qu'il y a d'autres solutions aucune n'est parfaite, aucune ne fera l'unanimité mais celle ci moi me répugne.

 

Edit : C'est pas une raison pour ne pas surveiller ton vocabulaire sur le forum. Y'a tout âge qui lit ici.

 

edit:  pardon pardon, j'ai également censuré ans les précédents messages my bad

 

edit 2 : The Boogie man!™ c'est à Bull-Kumo que je répondais...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@ JJ et Rand,

 

Okito posait une question sur la crise de 2008, honnêtement the Inside Job (qui a remporté un oscar et qui possède un "casting" impressionnant : DSK/Largarde/Chef de lobby financier/ Economistes d'Harvard...) résume bien les causes de cette dernière, qui s'explique par des  banques qui ont surexploité la "faille" entourant les CDS des subprimes et les systemes de notations de ces emprunts.

Je peux aussi vous conseiller "The big Short" du célèbre auteur Michael Lewis.

 

 

 

En gros un CDS est un Credit Default Swap, c'est un produit qui vous permet de vous assurer sur un bien que vous ne possédez pas. Par exemple je peux m'assurer sur la Mercedes du voisin ===> donc si elle crash dans un accident ==> je gagne l'argent issu de son assureur, donc j'ai tout intérêt qu'elle passe à la casse. Tout le monde sait aussi que les conducteurs classés "sûrs" gagne plus d'argent de la part de leur assureur quand il font un accident de la route (car leur assureur estime qu'ils sont moins suseptibles de faire un accident) pour les Subprimes (emprunt immobiliers), les assureur les classe selon le système des agens de notation (telles que Moodys, Standard & Poor...) :

AAA (max que l'on peut avoir)

AA+ ....

 

Maintenant voila ce qu'ont fait certaines banques (en particulier Goldman Sachs) ===> Ils achètent des subprimes classés BBB, et par des systèmes de mézanine (à découvrir dans "The big short", qui est décrit par l'auteur comme un procédé qui consiste à mélanger des subprimes toxiques ( BBB..) avec des subprime d'une meilleure qualité ( AA...) combiner le tout dans un "package", y mêler des formules mathématiques complexes) ====> elles arrivent à déjouer les agences de notations ==> arrivent à faire passer des subprimes toxiques pour du AAA (soit plus que la dette souvraine américaine) !

 

Maintenant elles attendent que ces emprunts fassent défaut, étant  donné que c'est des emprunts de merde.....et BAM! Des milliers d'Américains n'arrivent pas à payer leurs maisons ===> ils font défaut ==> Les banques empôchent l'argent grâce aux CDS et voila le travail.

Du pur génie, ces banques ont réussi à générer des milliards de dollars de bénéfice...

 

Mais à un certain moment les Assureur (AIG en particulier) n'arrivent plus à payer l'argent des CDS ==> les banque se retrouvent avec des Subprimes pourris et des CDS qui ne peuvent leur générer du revenu ===> Les banques font des pertes ===> Assureurs + Banques en difficulté ====> les banques sautent les unes après les autres, en commençant par Lehman Brothers ====>>>> WELCOME TO THE 2008 CRISIS LADIES AND GENTELMAN, BROUGHT TO YOU BY THE FINANCIAL SECTOR.

 

 

Pour sauver la baraque les politiciens ont renfoulés ce banques à coups de CENTAINES de milliards de dollars ==> cette ccrise est donc absorbé par les états ==> mais cela ne fait que déplacer le problème ==> les états se trouvent surendettés ==>> HEY ONCE AGAIN  LADIES AND GENTELMAN WELCOME TO THE  EURO CRISIS BROUGHT TO YOU BY THE POLITICAL SECTOR

 

 

 

 

La finance a toujours fonctionné ainsi, dès qu'on trouve un faille, on l'exploite, l'exploite jusqu'à ce que ça explose, et puis quand ça arrive on joue les petites victimes.

 

Voila! si vous avez des questions sur cette dissertation n'hésitez pas à poser des question

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il existe des systèmes financiers qui n'use pas de taux d'intérêt :

 

-Tu as la finance islamique qui au lieu de demander l'intérêt à un taux, va demander aux clients des frais fixes, donc l'utilité sera de couvrir les dépenses de gestion des comptes...et pour les grosses entreprises, elle va leur proposer un système de participation et d'investissement que perso je ne maitrise pas totalement

 

-Le micro-crédit : tu empruntes 100, tu rembourses 100, efficace, mais comme son nom l'indique, son fonctionnement se cantonne à des petites sommes

 

PS : l'inventeur du micro-crédit a reçu un prix nobel en 2004-2007 (je me rapelle pas exactement de la date)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne connais pas les chiffres, mais de ce que j'ai cru comprendre, pour la France par exemple, c'est que sa dette n'a cessée d'augmenter depuis des dizaines d'années, augmentant en grande partie par ces intérêts. A corriger si je me trompe.

 

Si plus d'intérêts les riches arrêteront de devenir riche (sur le dos des autres) et les "pauvres" arrêteront de devenir moins pauvres ?

 

Euh la dette augmente, simplement pare ce que la France emprunte plus a chaque fois, c'est tout, ensuite pour le scenario des riches et tout, c'est du baratin, ca n'a aucun sens.

 

Les interets ont ete bannis dans certaines religions (meme dans le christianisme a une certaine epoque), tout simplement car si une personne se retrouve avec des difficultes de remboursement,  son taux va augmenter ==> ce qui l'enfoncera encore plus dans la misere, tu peux prendre l'exemple de certains pays d'Afrique subsaharienne qui se retrouvent a payer 8 a 10 fois la somme initiale qu'ils avaient emprunter aupres du FMI a cause des  taux d'inerets  qui augmentent et des agios.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le pire c'est quand on ecoute en ce moment certain plan contre la crise surtout par rapport aux dettes. Le plan c'est « on continue a s'endetter mais moins vite» au final la dette augement toujours. Le probleme reviendra plus trad et plus gros. A un moment soit la france vend son system economique et ses enteprises aux banque central ou les entreprise et banque francais ne payent plus les banque central.

On continue d'aller droit dans le mur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'Assemblée nationale a adopté jeudi une proposition de loi UMP réprimant la négation de tout génocide, suscitant la fureur des autorités turques et une suspension des relations diplomatiques. Le chef de file des sénateurs François Rebsamen a demandé vendredi au gouvernement d'inscrire le texte à l'ordre du jour du Sénat "dans les plus brefs délais" car "rien ne serait pire aujourd'hui que de l'enterrer".

 

Bah!!!!

Serait-ce un nouveau point de fixation dans la pré-campagne pour 2012? Je me demande pourquoi depuis cinq ans, les autorités nationales attaquent en permanence la Turquie, et font de son entrée dans l'Union européenne un obstacle, je déplore une "attitude foncièrement hostile des autorités françaises, notamment pour des raisons électorales, et je regrette la loi votée jeudi par les députés réprimant la négation des génocides dont celui des Arméniens.

 

Je crois par ailleurs que ce texte n'exprime "certainement pas une volonté de dialogue entre la Turquie et l'Arménie.

 

Je ne sais pas de ce qui c'était arrivé en Arménie mais la France aurait du balayer devant sa porte avant.

 

S'il y a bien un peuple qui a souffert de génocides (oui, au pluriel), c'est le peuple noir : il a été colonisé, massacré, acculturé, désorganisé, déplacés, mis en esclavage. On a même massacré la faune et la flore dedesquelles il tirait sa subsistance : chasses, safaris, etc... Ensuite, il a été abondonné. Abondonné à son triste sort de peuple pillé, brisé et complétement orphelin de sa culture et de ses traditions. Aujourd'hui, on fait de leurs pays la poubelle de la planéte : déchets industriels et nucléaire font partie de leur environnement immédiat. Sécheresse, famine et guerre deviennent leur lot quotidien. Et on parle d'eux comme de déshérités qu'il faut prendre en pitié. Non, ils avaient les plus belle flores et faunes du monde. Elles ont été "génocidées". Combien de peuplades, de tribus disparus ? Combien d'espéces animales et végétales évaporées ? Mais, bizarrement, quand on parle de génocide, il ne sont pas concernés. Les arméniens ? Oui, ils ont toute ma sympathie. Je compatis à leur histoire. Mais devant l'histoire du peuple noir... Ou bien alors il faudrait trouver un mot plus fort que génocide. Un mot qui voudrait dire tout à la fois : génocide, acharnement, mépris d'un peuple, racisme, méga-massacres, diffamation, haine, etc. Alors que la France prenne à bras le corps le probléme des génocides, c'est tout à son honneur et on ne peut que l'en féliciter. Mais, elle doit prendre ce probléme de maniére sincére. Toute autre démarche ne peut que faire naître des suspicions dans le coeur des amoureux de la paix et de la non-violence. Faire tout un ramdam concernant le génocide arménien et ne rien dire sur les génocides africains... Ne rien dire sur le génocide du peuple Algériens... Ne rien dire sur le génocide du peuple indien d'amérique... Ne rien dire sur le peuple thibétain... Ne rien dire sur les indiens d'Amazonie... Ne rien dire du sort du peuple kurde...

Personnellement, je trouve cela suspicieux et je rejoins l'avis de Mr. Lang. Le refroidissement des relations israélo-turque laisse présager des attaques encore plus virulentes contre la Turquie.

 

Ps; je ne défend pas la Turquie pour ce qu'elle a fait en Arménie mais utiliser cette noble cause pour des raisons électorales et politiques, c'est vraiment honteux!!

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est surtout qu'ils l'ont profond car on refuse des les intégrer à l'UE depuis une plombe alors ils se vengent comme ils peuvent.

 

Ils ont mal choisi leur timing pour tenter d'intégrer ce foutoir, l'Europe est au bord de l'implosion, après l'exploit Grec, la Turquie peut toujours rêver pour intégrer l'UE...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au dela du soucis diplomatique actuel, que je me refuserais de commenter.

 

Pourquoi on parle d'un pays a 97% en Asie dans l'UE? c'est une abbération géographie totale déjà. Le débat devrait même pas avoir lieu d’être. La Turquie c'est l'Asie et voila.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça n'a rien à voir avec leur volonté d'intégrer notre union.. Si ce n'était que ça, le gouvernement turque aurait rompu ses liens diplomatiques avec la France depuis l'investiture du petit nain (notez le pléonasme!) qui a assez clairement affiché une position tranché sur la question d'une Turquie membre de l'UE (en bref, contre). Il n'a d'ailleurs pas hésité au moment d'empêcher l'ouverture du chapitre « politique économique et monétaire. » ralentissant encore un peu plus le processus d'adhésion du pays.

 

Quant au débat sur les quelque génocides que ce soit, je le trouve pathétique et nombriliste à tout point de vue.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pourquoi on parle d'un pays a 97% en Asie dans l'UE? c'est une abbération géographie totale déjà. Le débat devrait même pas avoir lieu d’être. La Turquie c'est l'Asie et voila.

La question de la géographie avait son intérêt et sa véracité dans les débuts de l'UE parce qu'il s'agissait de pays mitoyens, vraiment très proches et avec un passé commun.

Union "européenne" ou union XY, au final on a dépassé le contexte purement géographique depuis un moment. On continue à parler d'Europe pour faire comprendre que l'UE est dans la zone géographique entre les US et la Chine et au nord de l'Afrique: c'est tout.

Notre union se dit "européenne" mais c'est un abus de langage parce que ça sous-entend qu'il y a un "peuple" européen. Quand on parle de % d'appartenance à l'Europe comme si l'Europe était un véritable ensemble géographique concret renfermant des valeurs et une culture particulière, ce n'est que de la sémantique. Ce n'est pas le cas. L'Espagne et la Bulgarie n'ont rien à voir en commun. Si demain, on dit que le continent européen s'étend de 300 km à l'Est, c'est la même chose. L'Europe n'est pas un truc qui était là à la base hein. "Continent" désigne les terres continues. Si on veut faire les puristes de la géographie, l'appellation Eurasie est plus correcte.

Le problème avec le cas de l'adhésion de la Turquie dans l'UE est qu'il y a trop de disparités culturelles entre eux et le noyau européen (les fondateurs). Tout le reste, c'est à mettre de côté.

Alors oui, la question sur l'adhésion de la Turquie dans l'UE mérite d'être posée et débattue (pas que je sois forcément pour).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais la loi qui vient de passer n'est pas à propos de l'entrée ou non de la Turquie dans l'UE ( bien qu'elle soit fortement compromise ), le débat est de savoir si on a le droit d'interdire aux gens de penser ce qu'ils veulent.

La loi te dit que si tu as un doute sur la Shoah, sur le massacre des Arméniens par les Turques ou sur n'importe quel génocide, à partir du moment où tu exprimes ce doute, tu peux être puni.

Je sais pas quelles sont les peines prévues pour un tel "crime" mais ça reste ni plus ni moins que de la censure, on t’empêche de penser et de dire ce que tu veux.

Pour un pays qui se targue de sa liberté d'expression et qui crie au scandale quand un groupe d'extrémiste, en l’occurrence d’extrémistes islamistes pour le Charlie Hebdo, vient remettre en question cette liberté d'expression.

 

Et c'est pour cela que les Turques ne sont pas contents, ça n'a à priori rien à voir avec le fait que la Turquie veuille enrtrer ou non dans l'Union Européenne.

Un peuple entier à été la cible de plans d'extermination et les Turques ont toujours nié le fait que l'extermination aient été planifiée par le gouvernement turque, contestant également les chiffres concernant le nombre de morts.

Et là la France se permet de dire que si tu ne penses pas comme eux tu es négationniste et donc puni par la loi.

 

Sommes nous libre de penser ? Visiblement pas en France.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le problème en effet n'est pas forcement la question de l'adhésion de la Turquie même si ça reste une débat intéressant. Géographique et culturel.

 

Le problème ce sont les lois mémorielles. On vient mettre de la politique dans l'Histoire. Or l'histoire ne peut pas être figée par une loi. Les connaissances sur un évènement historique sont susceptibles d'évoluer, d'être enrichies par de nouvelles découvertes, de nouvelles thèses.

Je ne dis pas que quelqu'un va découvrir qu'il n'y a pas eu de génocide arménien. Mais en faisant ce type de loi, on condamne la liberté d'expression et on condamne la recherche historique qui se base sur la remise en question des faits.

 

Loi Gayssot, Loi Taubira, loi reconnaissant le rôle positif de la colonisation...

Toutes ces lois sont des entraves à la liberté d'expression. On ne fera pas taire les négationnistes mais il est bien plus efficace de leur répondre avec des arguments et des faits que de leur mettre une amende ou une hypothétique peine de prison avec sursis.

Les lobbys communautaristes arriveraient même à faire condamner pour négationnisme un étudiant en histoire qui va faire une thèse qui dira qu'au lieu de 1,2 millions d'arméniens tués, il y en a eu 1,1 million, même si ces recherches lui permettent d’émettre cette hypothèse.

 

La politique ne doit pas exercer de contrôle sur la vérité historique, surtout pas a des fins électorales, pour répondre aux attentes de telle ou telle communauté.

 

Au niveau de la réaction de la Turquie, la question de l'adhésion est quand même la implicitement. Il y a une frustration de la classe politique turque qui a subi plusieurs fois les revirements des différents pays de l'UE et notamment la France qui n'a pas réussi pendant un bon moment a afficher une position claire.

Je partage un peu l'avis de Kheops, sur un pur aspect géographique, je ne vois pas pourquoi la Turquie adhérerait à l'UE. Historiquement, la Turquie partage une histoire avec le continent européen mais bon... c'est justement de l'histoire ancienne. Mais ce n'est pas le débat car pas vraiment dans l'actu...

 

Pour rebondir (éventuellement) sur un autre sujet, que pensez-vous de la réquisition de forces de l'ordre (police et armée) pour pallier aux grévistes dans les aéroports au moment des fêtes?

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×