Jump to content
Sign in to follow this  
Lucifer

avis sur un roman ( ames sensibles s'abstenir )

Recommended Posts

merci, merci ^^ pour Ravens, je t'avoue que non, je ne connaît pas.

voici la suite, je suis en forme niveau écriture en ce moment ^^ pas de titre pour l'instant, je le choisirais quand j'aurais fini ce chapitre qui ne l'est pas encore.

 

                                                      Tourment 4 :

                                                          " A sa poursuite"

 

 

Damantine.

Voici donc l’une des quatre grandes capitales, les villes les plus grandes et les plus riches de tout le continent. Rien à voir avec la « vie de village » ou des petites villes, ici c’est la technologie qui prime, on se croirait dans une autre monde à voir tous ces buildings et ces grandes avenues bourrées de gens. Abelle, Sian et Dawn ont du mal à rester côte à côte, bousculés comme ils sont au milieu de cet attroupement, sur la Grand Rue de la ville, par laquelle on est obligé de passer une fois dans les murs de la cité.

— Quel monde ! S’exclame Dawn, interloquée. C’est à peine croyable !

— Ça va être dur de trouver une auberge, dit Sian dont l’épuisement se fait déjà sentir.

— Surtout qu’en ville, on appelle ça un hôtel, corrige Abelle, l’aire de rien.

Sian fait mine de ne rien avoir entendu, histoire de ne pas paraître trop inculte, mais n’en prend pas moins note. Dawn lève la tête de tous les côtés, semblant chercher quelque chose des yeux.

— D’ou vient cette musique qu’on entend en permanence ?

Abelle pointe du doigt une machine carrée et noire sur le haut des immeubles pour la montrer à Dawn.

— C’est de la que ça vient. Pendant la journée, ces appareils transmettent de la musique sans arrêt.

— Ça rend l’endroit vivant, constate Sian. En plus, c’est une musique gaie et joviale, ça donne envie de danser !

Il entame quelques pas de danse ridicules, oubliant subitement sa fatigue. Les gens autour de lui le dévisagent bizarrement alors que ses deux amies préfèrent l’ignorer.

— Tu en connais des choses sur la ville, interroge Dawn en se tournant vers Abelle.

— J’ai beaucoup voyagé depuis ma plus tendre enfance.

— Et tes parents ?

— Morts depuis longtemps.

— Oh… Désolé.

        Sian stoppe ses mouvements en pleine danse, prenant une pause plus que grotesque.

— Au fait, comment on va trouver Caïn dans tout ce monde ?

La question n’est pas bête mais Abelle se demande si elle doit y répondre ou se contenter de dire quelque chose du genre « excusez-moi, on se connaît ? » tant elle est accablée par la honte de voyager avec un individu qui prend plaisir à se faire remarquer à ce point.

— Trouvons d’abord un hôtel. Ensuite, on aura plus qu’à suivre les informations télévisées ou à lire les journaux. Je doute que quelqu’un comme lui reste dans une ville pareille sans rien y faire.

Dawn se fait brutalement bousculée par un homme qui agrippe son sac plein d’argent et s’enfuit en courant, le sac sous le bras.

— Ah ! Mon argent ! Tu vas pas t’en tirer comme ça ! Vibrato !

Elle tend les mains face à elle et utilise la technique dont elle avait déjà usé à la mine de River Park. Le sac s’envole des mains de l’homme, stupéfait, et lévite lentement jusqu’à retomber dans les bras de sa propriétaire. Le voleur s’enfuit à toutes jambes alors que les gens commencent à observer Dawn des pieds à la tête, les yeux exorbités.

— Bravo Dawn ! Bien joué ! Félicite Sian.

Abelle secoue lentement la tête, désespérée.

— Faut que je vous explique deux, trois choses à tous les deux…

        Le soleil commence à se coucher et nos trois voyageurs ont enfin trouvé un hôtel, après en avoir fait une vingtaine déjà complet. Celui-ci n’est pas ce qu’on pourrait appeler un hôtel de luxe : chambres minuscules, vu sur une décharge d’ordure, pas de déjeuner compris dans le prix qui, d’ailleurs, n’est pas donné. Dawn a utilisé son argent pour payer les frais, Abelle lui ayant dit, quelques jours plus tôt, qu’elle n’accepterait pas sa rémunération après les retrouvailles avec son frère, la jeune femme blonde avait décidé de débourser son argent pour les besoins du voyage.

Le lendemain, Sian court acheter de quoi manger ainsi que le journal. Après leur repas, tous trois scrutent chaque lignes du journal avec attention mais ne trouvent pas un mot sur un éventuel fait divers qui pourrait être attribué à Caïn. En passant, Sian vérifie les résultats d’un jeu auquel il a participé quelques semaines avant et dont le lot gagnant est un buggy qui pourrait bien leur rendre service pour leur voyage. Se voyant loin à la traîne dans le classement des résultats, il arrache les pages de colère et se tient la tête à deux mains en exécutant une danse de désespoir de son cru. Pas étonnant qu’il finisse avec la tasse de thé d’Abelle incrustée sur le visage.

Le soir même, ils sont plantés devant l’unique poste de télévision de l’hôtel, situé dans le hall, à observer les informations, le nez collé à l’écran, buvant les paroles du présentateur et Sian dévorant bruyamment un paquet de chips comme s‘il était au cinéma. Ils ne font aucun cas des autres clients qui râlent pour voir leurs émissions préférées ou autres programmes. Après tout, ils ont du faire cadeau d’un pourboire conséquent au propriétaire des lieux et recommenceront chaque fois que nécessaire.

Au bout d’une semaine de pourboire, le propriétaire est ravi mais nos amis le sont bien moins. Le temps commence à leur paraître bien long, pour des jeunes gens habitués à l’action comme eux, la filature de ce genre n’est vraiment pas leur fort.

— Ça fait une semaine, déprime Dawn. Si ça se trouve, Caïn a déjà quitté la ville…

Le matin du dixième jour, Sian n'a même plus besoin de demander à la libraire ce qu'il vient chercher. Il lui suffit de tendre la main avec de l'argent pour que la grosse femme aux cheveux gris qui tient la boutique lui donne son dû sans même s'interrompre dans ses activités. Comme depuis quelques jours, il revient les bras ballants à l'hôtel, prêt à la corvée de lecture infructueuse. Ses deux compagnes ne sont pas mieux à voir, on dirait un enterrement. Dépités, ils commencent à lire, Sian luttant contre l’envie de s’endormir sur les pages qui lui ont été réservées.

        Un cri strident vient miraculeusement interrompre leur quotidien. Et c’est sans réfléchir, surtout pour échapper à la monotonie, qu’ils se précipitent dans une petite ruelle adossée à l’hôtel d’ou est venu le cri. Une femme, en robe bourgeoise et chapeau, est assise sur le sol, terrifiée. À ses côtés, gît un homme du même âge qu’elle, couché sur le ventre, une marre de sang entourant son corps. Dawn courent vers la femme tandis que Sian et Abelle vont au chevet du blessé.

— Oh mon dieu ! Mon mari ! S’époumone la femme, déboussolée et en pleurs.

— Que s’est-il passé, madame ? Demande Dawn, tentant de calmer la malheureuse en lui caressant les épaules.

— Un homme ! Un homme est venu agresser mon mari avec un sabre !

Alors que Sian arrache un pan de manche de son sweat pour stopper le sang qui s’échappe du flan de l’homme, Abelle se lève et demande aux personnes qui sont arrivées par curiosité d’appeler des secours avant de s’approcher de la femme en larmes.

— Ne vous en faîtes pas, il va survivre si les secours le prennent en charge. À quoi ressemblait l’agresseur ?

— Il… Je ne pas eu le temps de le voir en détail… Tout s’est passé si vite… Mais j’ai vu qu’il avait des yeux verts très lumineux… J’ai cru que c’était un démon…

— Avait-il une marque sur la main droite ? Questionne Dawn.

— Oh… Oui ! Maintenant que vous le dîtes, je l’ai vu car c’est avec cette main qu’il tenait son sabre… Je ne sais même pas pourquoi il s’en ai pris à nous ! 

        —… Caïn…

— Tu es sure que c’est lui, Dawn ?

— Pas de doute. Des yeux verts lumineux… Une marque de brûlure à la main droite… Ça serait trop gros comme coïncidence.

— Quand je pense qu’il était juste à côté… Madame, par où est-il parti ?

— Vers le fond de la ruelle, il s’est mis à courir avec son sabre ensanglanté.

Un vieil homme s’approche de Sian.

— Je suis médecin, je vais m’occuper de lui en attendant les secours.

— D’accord… Abelle !

Sian prend juste le temps de se relever avant d’entamer une course vers le fond de la ruelle, suivis par Abelle et Dawn.

 

... à suivre  ;D

Share this post


Link to post
Share on other sites

super sympa, ce chap !

franchement, nikel !

ah, Sian et ses danses idiotes...ça me rappelle une certaine histoire, avec une certaine demoiselle qui faisait pareil à l'idée de rencontrer un certain type avec des cernes xD

 

edit luci : LOOOOL je suis une Sian en force !! ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Encore un grand moment, décidemment, on est gâté en ce moment, les chapitres pleuvent.

 

Que dire ? Toujours aussi bien trouvé, j'adore la danse de Syan, je l'aimagine de là en train de se dandiner dans les rues ^^ L'homme gisant dans la rue est très bien décrit, l'effet de foule aussi, c'est de l'Art !

 

Nos héros vont t'ils retrouver Cain dans le fin de ce chapitre ? Un combat aura t'il lieu ?

 

Que de questions en suspens. Je veux définitivement la suite...

 

Merci pour ce moment de bonheur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

après un ( long ) temps de repos, j'ai enfin écris la suite ^^ j'ai également rajouté le titre de ce chapitre dans mon post précédent. sans plus attendre, la suite ^^

 

 

 

        Sur les pavés des ruelles, quelques traces de sang tombées du sabre de Caïn jonchent le sol, aidant nos amis à suivre ses pas. Alors que Dawn commence à perdre son souffle et ralentit le rythme, Abelle et Sian continuent sur leur lancée. Ce n'est que quelques minutes plus tard que les traces de sang disparaissent devant une minuscule ruelle sombre. Les deux compères se regardent et hochent la tête, prêts à passer à l'action tout en sachant que Caïn est tout proche.

Tout au fond de la ruelle, après un croisement qui mène à une impasse, l’homme au yeux verts est occupé à essuyer son sabre sur sa veste. Il grommelle quelques insultes inaudibles, venant de se rendre compte des traces que laissait le sang. Ce manque d’attention ne lui est pas favorable, une poigne ferme le projette contre le mur. Sian le maintient pour ne pas qu’il bouge tandis qu’Abelle le prive de son sabre d’un coup de pied sur la main.

— Bordel ! Vous êtes qui, bande de bâtard ? S’écrie l’homme.

— Ta gueule ! Interrompt violemment Sian. Caïn Inalys, hein ? C’est nous qui posons les questions.

        — Y a quelque chose de bizarre… S’interroge Abelle.

Sian se retourne vers elle tout en gardant un œil sur sa victime.

— Qu’est ce que tu veux dire ?

— Caïn Inalys ? Se faire prendre aussi facilement ?

Dawn arrive à son tour, complètement essoufflée. Elle voit l’homme contre le mur et n’arrive plus avancer, comme si ses jambes étaient paralysés. Après tout, c’est son frère qu’elle n’a pas vu depuis des années qui se trouve là. Abelle l’interpelle.

— Dawn ! On a un doute quand à savoir si c’est bien notre homme.

À ses mots, Dawn est étonnée et retrouve la force de marcher. Elle avance lentement, pas à pas, tout en gardant les yeux rivés sur l’homme. Plus elle s’approche et plus la surprise se lit sur son visage.

— Ce… Ce n’est pas Caïn…

— Quoi ? Hurle l’homme. Bien sûr que c’est moi ! Je suis Inalys le fou !

— C’est faux, mon frère et toi, vous ne vous ressemblez pas du tout.

L’homme ne sait pas quoi dire. Abelle attrape sa main droite et scrute sa blessure, elle se rend vite compte qu’il ne s’agit que d’un maquillage.

— Et les yeux ? Demande-t-elle.

— Des lentilles, répond l’homme, furieux d’avoir été découvert.

        — Qui es-tu ? Et à quoi tu joues ? Questionne Sian.

— Pfff ! J’ai vraiment pas de bol, il a fallu que je tombe sur sa sœur, je savais même pas qu’il en avais une…  Caïn Inalys est mon idole. Quand j’ai su qu’il était dans cette ville, j’ai fais des pieds et des mains pour le trouver et je lui ai demandé de me prendre pour disciple.

— Disciple d’un tueur… T’as rien à foutre dans ta vie, toi.

— Inalys est un maître, personne n’a réussi à lui mettre la main dessus, certains disent même que c’est un personnage inventé tellement il est inapprochable. Pour un criminel comme moi, c’était une chance à ne pas rater. Mais cet enfoiré m’a envoyé bouler ! Alors, je me suis déguisé pour faire passer mes crimes sous sa responsabilité, comme ça, il n’aurait pas pu être tranquille dans cette ville. Mais il a fallu que vous arriviez, bande de cons !

— Ou est le vrai Inalys ? Reprend Abelle, ne prêtant aucune attention aux dires de l’homme.

— Qu’est ce que ça peut vous foutre ?

Il se prend le poing de Sian en plein ventre et tombe à genoux, emporté par la douleur.

— C’est dans ton intérêt de nous le dire.

— … Il loge actuellement dans un hôtel miteux de la vieille ville, le « Bazar ». Il en change tous les trois jours mais il y sera encore pour cette nuit.

 

Une fois sortie du commissariat ou ils déposèrent l’homme sur lequel ils avaient mis la main, Abelle, Sian et Dawn restent silencieux un moment. Abelle se décide à parler pour poser une question à la jeune femme blonde.

— Dawn, quelles sont les capacités de Caïn ?

— Je ne saurais le dire. Nous étions enfant la dernière fois que je l’ai vu et je ne sais que ce que tout le monde raconte.

— À ce qu’il paraît, continue Sian, c’est un maître de la maîtrise des armes blanches. Mais il se bat toujours avec le même sabre. On dit que ce sabre est inquiétant car il dégage une aura démoniaque.

— Une aura démoniaque… Fait Abelle, songeuse. On sait à quoi ressemble cette arme ?

— Personnellement, je n’en sais rien. Pourquoi ? Ça te dit quelque chose ?

— Winch possédait un sabre comme celui-là, je me souviens bien de l’aura qu’il dégageait, peut-être est-ce le même… Dawn, je vais sûrement devoir me battre contre Caïn.

— Je comprend mais tout ce que je te demande c’est de ne pas le tuer, pas tant que je ne lui airais pas parlé. Après, tu feras comme tu voudras.

— Qu’est ce que tu comptes lui dire ? Demande Sian.

Dawn ne répond pas et baisse la tête pour observer le sol.

 

        La nuit commence à tomber. Le petit groupe est retourné à l’hôtel ou ils ont pris leur quartier, attendant le soir. Dawn et Sian sont maintenant seul dans la chambre, Abelle est partit à la rencontre de Caïn.

— Pourquoi n’a-t-elle pas voulu qu’on vienne ? S’interroge Dawn, inquiète.

— Tu as entendu ce qu’Abelle a dit : ils seront certainement obligés de se battre, on ne ferait que les gêner et on risque d’être pris dans le combat.

— Mais quand même…

— Ne t’en fais pas, Abelle t’as promis qu’elle l’amènerait jusqu’à toi et elle tient toujours ses promesse, tu peux me croire. Attendons tranquillement.

— Abelle ne risque pas d’avoir besoin d’aide ?

Sian répond en souriant.

— Je ne sais pas ce que vaux Caïn mais je sais de quoi est capable Abelle.

 

Le ciel noir est rempli d’étoiles, c’est étonnant d’en voir autant en pleine ville, c’est une belle nuit qui s’annonce. Dans une des chambres du dernier étage de l’hôtel du « Bazar », une femme se rhabille, sortant à peine d’un lit défait. Elle se tourne vers un homme debout devant la fenêtre.

— Euh… Je vais y aller maintenant. C’était un moment très agréable.

L’homme jette une liasse de billet sur le lit, à son attention.

— Oh non, ce n’est pas la peine, je…

— Tu ne roules pas sur l’or, n’est ce pas ? Interrompt l’homme. Alors prends cet argent et dégage d’ici.

Le femme ne dit plus rien. Elle prend la liasse, le met dans son sac et sort en vitesse, jetant  de temps en temps un regard peu rassuré sur l’homme. La porte claque derrière elle et l’homme ne bouge pas. Il est torse nu, ne portant qu’un pantalon de costume noir. Des mèches de cheveux noir comme l’ébène tombent sur ses yeux verts incandescants. Caïn Inalys sait que quelqu’un l’attend sur le toit, il a senti la présence de cette personne.

Abelle est allongée sur les tuiles du toit de l’hôtel, les mains derrière la tête et les jambes croisées, regardant les étoiles. Elle se relève lentement et se tourne vers Caïn qui l’a rejoint, maintenant vêtu d’une chemise blanche, dépassant du pantalon et déboutonnée sur le haut du torse, sous une veste de costume noire. Il a son sabre à la main, un sabre à la lame noire et la poignée rouge, incrustée de motifs en or. Abelle observe cette arme attentivement, à sa simple vue, ses yeux deviennent pourpres.

— C’est bien ce que je pensais, je comprend mieux la brûlure que tu portes à la main droite.

— Ces yeux… Tu es une Égérienne, Abelle n’est ce pas ? Je me doutais que je te rencontrerais tôt ou tard.

Il se met en garde alors qu’Abelle se tient prête au combat.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Miracle ! Je rève ! c'est une halucination ! mais...mais...c'est la suiiite !?!

 

meeerrrrrciiiiiii pour cette superbe résurection no jutsu, Lulu ! Et Cain...raaaah, comment qu'il a trop la claaasse !!

 

(miss uchiwa en son fort intérieur: mais pourquoi faut que je flashe toujours sur le bad guy brun, hein ?)

 

edit luci : parce que je les aime aussi alors j'essaye de les rendre le mieux possible ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

A partir de maintenant le 19 septembre sera un jour saint . . . bah oui on a enfin la suite , on assiste pas à un miracle pareil tous les jours :P

 

Plus sérieusement , c'est toujours aussi bien , toujours aussi prenant , on ne s'en lasse pas .

Alors on a Abelle qui a les yeux rouges , Cain les yeux verts incandescants , on se demande de quel couleur sera les yeux du prochain adversaire .

Sinon c'est confirmé , Sian est vraiment mon perso préféré ;D

 

Vivement la suite et la confrontation entre Abelle et Cain.

Share this post


Link to post
Share on other sites

youhou !! j'ai la patate ! voila la suite ^^

 

Tourment 5

:

« Caïn Inalys »

 

 

Les deux adversaires se fixent avec une concentration telle qu’aucun d’eux ne cligne des yeux. Abelle ne sait quoi penser de l’homme qui lui fait face : il est calme et habitué du combat mais plus encore, elle sent qu’elle aura bien plus de mal avec lui qu’avec n’importe quel ennemi connu jusqu’à présent. De plus, il a l’air d’être au courrant de bien des choses et la jeune femme voudrait savoir jusqu’où s’étendent ses connaissances.

— Je vois que tu as quelques notions sur les Égériens, je suis curieuse de savoir ce que tu sais d’autre, interroge-t-elle.

— Va savoir !

— Je ne savais pas Winch aussi bavard.

— Disons qu’il savait que je te rencontrerais un jour… Juste une question : tu comptes vraiment provoquer le Ragnarök ?

— Va savoir ! À mon tour de poser une question : où se trouve Winch ?

— Oui… C’est clair que tu veux le Ragnarök, mais je ne peux pas te répondre, désolé.

— Dans ce cas, j’obtiendrais l’information par la force.

— Essaie donc !

Sans attendre une seconde de plus, Abelle se précipite sur lui. Sans vouloir se l’admettre, elle sait que ce combat l’excite, un opposant à sa hauteur, ce n’est pas tous les jours que ça arrive et au léger sourire qu’esquisse Caïn, tout porte à croire qu’il se dit la même chose.

 

— Mais attends-moi ! S’époumone Sian, à bout de souffle.

Il court comme un damné après Dawn qui est plus rapide qu’elle n’en a l’air.

— Pas le temps ! Il faut se dépêcher ! Explique-t-elle sans se retourner.

Sian s’arrête un instant aux côtés de la femme qui cherche des yeux le chemin à suivre.

— Pourquoi veux-tu absolument aller à cet hôtel ? Je t’ai dit qu’Abelle s’occupait de tout !

— J’ai un mauvais présentiment, je ne peux pas en dire plus.

— C’est un autre de tes pouvoirs ou juste une intuition féminine ?

— Apelle ça comme tu veux !

Elle se remet à courir, suivie de Sian qui pousse un soupir d’exaspération.

 

Le coup est très violent, même si Abelle n’y a pas mis toutes ses forces, l’arrêter n’est pas à la portée de tout le monde. Pourtant Caïn n’a pas eu de mal à bloquer la jambe d’Abelle avec son bras. Celle-ci s’écarte rapidement pour mieux reprendre son assaut mais une fois de plus, aucun de ses coups ne passent. C’est au tour de Caïn d’attaquer : il balance des coups avec son poing gauche aussi bien qu’avec son sabre, un retourné du pied paré par Abelle, un coup de lame esquivé et le combat tourne en rond. Au bout d’un instant, ils se séparent pour se jauger encore.

— Tu te débrouilles bien, complimente Abelle.

— Et si tu te battais sérieusement ?

— Je m’amuse un peu, rien de plus.

— Alors je t’annonce la fin du jeu !

Caïn place son épée devant son visage de sorte que le fil de la lame semble se trouvait entre ses deux yeux. Sa posture est d’une limpidité sans égal, on dirait que le sabre est le prolongement parfait de ses bras.

 

— Cette arme s’appelle Odin mais je ne t’apprends rien. Tu sais aussi que seul Winch pouvait l’utiliser.

— C’est exact et je ne te cache pas que je suis impressionné par ton talent.

— Et tu n’as encore rien vu…

Caïn ne dit plus un mot et se concentre encore davantage. Il semble laisser des ouvertures pour attaquer à ce moment mais Abelle sait qu’il n’en est rien, elle connaît ce que l’homme s’apprête à faire et à conscience des risques, mieux vaut se préparer à combattre.

La brûlure que Caïn porte à la main droite semble se mouvoir sur sa peau, de façon imperceptible pour commencer, puis avec plus d’intensité jusqu’à devenir frénétique. Maintenant, elle s’élargit à vue d’œil, enserrant toute sa main, elle descend jusqu’au sabre et continue d’avancer sur la garde, les motifs d’or et la lame. L’arme devient comme vivante, prise de spasmes et finit par se fissurer en deux, les « jumelles » se reforment rapidement dans les mains de Caïn qui est désormais doté de deux sabres identiques. Les spasmes s’arrêtent et la brûlure revient à son état initiale.

— J’espère que tu es prête, demande Caïn avec un large sourire.

 

Dawn et Sian se sont cachés derrière la façade d’une maison et observent ce qui se passe sur le toit de l’hôtel, effarés.

— Bordel ! S’exclame Sian. Qu’est ce qu’il vient de faire ?

— Je… Je ne sais pas… Mais je suis vraiment inquiète pour Abelle…

— Elle ne panique pas, elle doit savoir à quoi s’attendre, elle semblait connaître cette arme.

— J’espère qu’elle pourra faire face.

Tous deux cessent leur conversation, scrutant le toit en attente de ce qui va arriver. Dawn essaie de ne rien faire paraître mais elle est prise d’un curieux sentiment : un mélange entre la joie et la peur, la joie de revoir son frère, et nul doute possible, c’est bien lui. Tout dans son attitude, ses mouvements, lui rappelle l’enfant qu’elle connaissait, même physiquement, il est resté pareil. Et la peur de voir de ses yeux ce qu’il est devenu mentalement…

 

Caïn fonce sur Abelle, les deux sabres brandis au-dessus de sa tête. Il n’est plus qu’à quelques centimètres d’elle quand les « jumelles » fendent l’air en direction du visage de la femme. Celle-ci fait un bond dans les airs, un bond si haut qu’il est évident qu’Abelle utilise le pouvoir de l’air. Elle évite les lames meurtrières et profite de son élan pour donner un violent coup de pied dans la mâchoire de Caïn qui s’affale sur le sol mais se relève d’un saut.

— Tu utilises déjà tes pouvoirs ? ***** est sans doute mon préféré, ça fait plaisir de le voir.

— Tu ne crois tout de même pas que cette petite esquive est du fait de *****, je vais te le montrer, ***** !

Une sirène de police les interrompt, le bruit se fait pressant mais aucun d’eux ne semble vouloir s’enfuir du toit, il se contente de se regarder droit dans les yeux.

— J’ai beaucoup apprécié cette petite distraction, je t’en remercie, déclare-t-il tout en joignant ses deux lames qui se reconstituent en une seule.

— Tu ne vas pas t’en tirer comme ça !

— Soit, mais pour l’heure, je dois être embarqué par ses messieurs qui font loi.

— Quoi ?

Il fait mine de réfléchir un instant.

— Après tout, ça pourrait être intéressant que tu viennes avec moi, je suis sûr que ça t’intéressera.

La voiture de police est arrivé au pied de l’hôtel et un gardien de la paix sort un mégaphone pour leur ordonner de descendre tandis que d’autre ont brandis leurs armes. Le bruit de la sirène est assourdissant et la lumière du gyrophare danse sur les murs.

— Qu’est ce que tu as en tête ? Questionne Abelle, plus que perplexe face à la décision de Caïn de se rendre aux autorités.

— Viens et tu le sauras. Au fait, pour te remercier de ce beau combat, je veux bien répondre à ta question sur Winch…

Abelle sent des frissons lui parcourir le dos. Il veut lui révéler l’endroit ou se trouve sa proie ? Non, ça paraît bien trop facile, il doit y avoir un piège quelque part.

— … Bien que j’y ai déjà répondu, en fait. Je ne peux pas te répondre parce que je ne sait pas où il est.

— Évidement… Comme si tu avais vraiment l’intention de me le dire… Mais sâche que je ne te crois pas une seconde, le deuxième héritier qui ne saurait pas où se trouve son maître ? J’ai l’air si bête que ça ?

— Tu n’as pas tout compris, on dirait… J’ai suivis le même chemin que toi, je ne suis plus son disciple depuis longtemps et autant que je sâche, il ne m’a pas remplacé.

Sur ses paroles, il saute du toit pour atterrir devant les policiers.

Abelle est abasourdie. Alors comme ça, le deuxième aurait lui aussi trahi Winch ? Au moins, cela laisse entendre que les années passées auprès de ce monstre n’ont pas du être faciles pour Caïn, comme ce fut son cas à elle aussi. Mais un problème se pose : maintenant, elle n’a plus de piste pour se diriger, elle est revenu au point de départ. Toutefois, c’est rassurant de savoir que quelqu’un d’aussi fort que Caïn ne fait plus partie de l’armée de ce bâtard. Reste à savoir comment s’y prendre désormais et avoir des réponses aux questions qui lui trottent dans l’esprit : Comment Caïn s’est-il procuré Odin et pourquoi s’être battu contre elle s’il n’est plus avec Winch ?

Elle décide à son tour de sauter aux côtés de Caïn. Les policiers les braquent et deux d’entre eux s’approchent avec des menottes.

— N’opposez pas de résistances ou nous tirons ! S’écrie le plus proche.

— Du calme, mon gars, on se rend, répond calmement Caïn.

Alors que les policiers leur menottent les mains dans le dos, Caïn se troune vers Abelle avec un air amusé.

— Alors tu as décidé de venir finalement ?

— Oui… Il y a certaines choses qui me turlupinent… Et j’ai promis à quelqu’un de te ramener.

— Me ramener ? À qui as-tu promis une telle chose ?

— Va savoir !

 

Toujours cachés, Sian et Dawn regardent les deux adversaires monter dans la voiture de police avant que celle-ci ne démarre.

— Ils ont été arrêté ! S’inquiète Dawn. Qu’est ce qu’on peut faire ?

— Ça ne te semble pas bizarre ? Ils auraient pu s’enfuir mais ils n’en ont rien fait. De quoi ont-ils bien pu parler ?

— C’est vrai, Abelle n’a aucun intérêt à se faire arrêter.

— Sans oublier que Caïn ne s’est jamais laissé avoir et là, il se rend de lui même, ça cache quelque chose. On ne va rien faire pour l’instant mais on se tient près au cas ou.

— D’accord.

 

 

PS : je précise que le passage avec les étoiles est incomplet pour manque de recherche... que je ferais plus tard ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas mal,mais vraiment l'entre jambe !!! ca m'as un peut fait mal pour lui meme si ,il l'a meriter,et le style de la meuf trop hard!!

Les yeux ,si sa existe sa doit etre kiffant d'avoir ce genre de reguar et c'est bien fait pour Neoti ce salo!!!oula!! mais que vois-je il y a deja eu des suites mdr ,j'ais beaucoup a ratraper en effet.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca sent l'amouuur...

je sais pas pourquoi encore...mais ça se sent^^

dis, t'as prévu une scène romantique dans la prison  ? dis, dis ?

 

*se relis: romantisme...prison...mouais, c'est un peu antinomique, ça^^*

 

enfin, pas grave, c'est toujours aussi bien...n'empèche, je m'interroge...Cael a-t-il vraiment quitté Winch ? n'a-t-il pas seulement menti pour affaiblir la resolution d'Abelle ?

D'un autre côté, je vois mal le gros méchant donner de plein gré son épée...mmh, que de questions...

 

Vivement la suite, Lulu^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

^^ pas de scène romantique en prison ^^

je peux vous dire que ces deux là vont rester un bon moment sans pouvoir se saquer !!

 

la prochaine partie que je mettrais sera la dernière qui figurera sur ce forum, ben oui faut garder du suspens ^^

 

et merci beaucoup pour vos commentaires ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Trop bien!!!! J'adore!

Abelle est vraiment trop classe. Son apparence, ses manière, sa façon de parler et de combattre...elle est en train de devenir mon persos préféré. Et Caïn!!!! *_* fascinant....et super classe (quoi je dis la même chose? mais c'est la vérité!). Ca va être très tendu pendant un moment, youpi (hem). Sian aussi est bien! Trop tordant, faut bien détendre la situation.

 

Bref qu'une chose à dire: la suiteuh!!!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

mes chers amis... j'ai le regret de vous annoncer qu'il n'y aura pas de suite à cette histoire... mais haut les coeurs !!! ^^ j'ai aussi une bonne nouvelle ! en fait, mon idée pour mon troisième roman se rapprochant énormement de celui-ci, j'ai décidé de fusionner les deux, histoire de pas faire des trucs trop répétitifs. l'intrigue général du troisième étant plus élaboré et complète à mon sens, je prend donc celle-ci et je vous invite à découvrir "Cachemire" dans un prochain topic que je vais crééer ^^

en espérant vous voir nombreux ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...