Jump to content
Juzi

[Fairy Tail] Blue Breeze


Recommended Posts

Moi qui m'attendais à des vannes profondes, recherchées ... bah je t'ai sur-estimé. :P Elles étaient de toi ? Je suis sur d'avoir déjà vu celles sur Allen et Pain.

Vu la première épreuve, on risque de bien se marrer avec la suite.

 

Mais avant, on aura droit à un petit duel entre les deux Némésis de notre ce pince-sans-rire de héro. 8)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah bah voilà ! Pas trop tôt ! Maintenant que Foene a commenté, je peux enfin poster mon chapitre ! Rohlàlà... >:( #jesuisunenfoiré

 

Blague à part, merci pour vos commentaires ! Et désolé pour le retard, pour changer !

 

Je sais pas trop quand paraîtra le prochain chapitre, par contre. Je participe à un concours d'écriture régional qui mobilise presque toutes mes capacités, du coup, j'espère que ce sera dans pas trop long... D'ici avril, j'espère au moins poster deux chapitres.

 

Elles étaient de toi ? Je suis sur d'avoir déjà vu celles sur Allen et Pain.

 

Alors, celle d'Allen est sortie de ma tête (enfin, vu le niveau, bieeeeeeeen des gens ont du y penser avant moi...), et celle sur Pain, je l'ai vue un peu partout.

 

Voilà ! Nouveau chapitre !

 

Underground : Chapitre sept : Le plus impitoyable des dragons

 

Les sourcils de Ryûkû se froncèrent encore un peu plus face au sourire pratiquement éternel d'Asura. Il fallait bien dire que ça le dérangeait de voir sa cible aussi confiante alors que toutes les conditions pour l'éliminer était optimales. Puisque les trois équipiers les plus dangereux du vairon étaient à l'extérieur en train d'enquêter sur l'apparition du canidé tricéphale et d'assurer la surveillance à la place de Zesk le temps qu'il recrée ses clones, c'était clairement le moment idéal pour lancer un assaut contre le nouveau roi. Grâce à un petit appareil logé dans son oreille et conçu par Silvercilli, il parvenait à rester en communication avec Erina Tenchi, sa coéquipière récemment promue générale, et était averti immédiatement si cette dernière voyait approcher du château l'un des membres de la garde rapprochée d'Asura. Contrairement à l'homme en face de lui, Sword of Wind calculait toujours la meilleure façon de mener à bien sa mission, nette et sans bavure.

-C'est une belle surprise, annonça le vairon en se levant. Qu'est-ce que tu viens faire par ici ?

Il réussit à terminer sa phrase sans s'interrompre malgré la tentative de Ryûkû de lui porter un coup de sabre mortel à la gorge pendant qu'il palabrait. Asura esquiva tranquillement l'assaut en abaissant le haut de son corps façon limbo, avant de s'écarter d'un pas vif, toujours aussi souriant mais dont le regard trahissait désormais une certaine concentration. Le trône perdit quelques ornements supérieurs suite à l'attaque rapide, mais le sombre et impitoyable général des Dragons de Titane n'y prêtait aucune attention. Il enchaîna de nouveau avec un rapide coup d'estoc puis, après que sa cible ait à nouveau esquivé le coup, il fit apparaître un autre sabre sa main gauche et tenta de l'abattre à l'horizontal. Asura parvint de justesse à esquiver cette nouvelle attaque grâce à un saut arrière, suite auquel quelques mèches noires tombèrent à terre et une légère éraflure apparut sur le nez du vairon, mais rien de bien inquiétant en somme. Ryûkû n'arrêta toutefois pas là son assaut furieux. Cette fois-ci armé de deux sabres, il fonça sur son adversaire et assena de nombreux coups extrêmement rapides, à tel point qu'un novice en combat n'arriverait même pas à voir le gris des lames tant celles-ci semblaient déchirer l'air. Asura ne pouvait plus se contenter d'esquiver désormais, c'était bien trop risqué. Entre deux coups de lames évités, la pupille rouge de son œil droit se mit à luire faiblement, puis apparut autour du vairon une étrange fumée noire et complètement opaque, qu'il dirigea rapidement vers son assaillant. Enfin, rapidement était relatif. Si un combattant d'un niveau acceptable se ferait avoir facilement, comme ce fut le cas pour ce mage foudroyant de Fairy Tail que le vairon rencontra en même temps que son frère à Edoras, pour un homme aux reflexes aiguisés et la vitesse prodigieuse tel que Sword of Wind, la masse de fumée semblait presque statique.

 

Donc, de ce fait, plus ou moins aisément évitable.

 

S'il y avait bien une chose que le brun cerné avait retenu de ses nombreux combats, c'était de ne jamais toucher de ses propres mains une quelconque matière d'origine magique ou inconnue. Il s'essaya toutefois à un rapide lancer de dague dans l'étrange masse noire pour vérifier sa consistance. Sa lame traversa littéralement le brouillard, sans pour autant le disperser, et en ressortit légèrement rouillée. La capacité de ce nuage ne semblait pas excéder les deux mètres cube, et donc dans une salle qui pouvait bien en contenir une quinzaine, Ryûkû n'était absolument pas désavantagé. La masse noire fusa en direction du dragon, craquelant en partie le sol sur lequel elle passa. Sword of Wind recula d'un pas rapide, s'assurant de laisser au moins deux mètres de distance entre lui et ce ténébreux marécage mouvant. Il prenait également soin de ne pas se réfugier trop près des bords ou des coins de la pièce, meilleur moyen de se faire acculer. Il passa peut-être une minute à jongler entre le maintien de son périmètre de sécurité et attaques à distance envers Asura. Puis, lorsque le dragon s'était parfaitement habitué au rythme et à la vitesse  de la masse noire, Asura prouva non sans sourire qu'il ne donnait pas toute la mesure depuis le début à sa sorcellerie, l'accélérant d'un coup et surprenant de ce fait son adversaire. Celui-ci se retrouva pris au dépourvu quelques secondes, et afin d'esquiver les ténèbres qui arrivèrent promptement sur lui, il dut faire un large saut arrière, quitte à coller son dos contre un mur, chose qu'il tâchait d'éviter depuis le début de l'affrontement. La masse noire encercla rapidement le général des Dragons de Titane sur les côtés, l'empêchant de faire le moindre pas dans une direction et s'apprêtant à se refermer sur lui.

 

Cela ne suffisait toutefois pas à arrêter le génie du combat qu'était Ryûkû.

 

Il planta brutalement un sabre qu'il venait de faire apparaître dans le mur qui se situait juste derrière lui, puis s'en servit comme tremplin pour effectuer un saut qui le fit frôler la paroi murale supérieure, sortant ainsi du pétrin dans lequel il était. Asura ne restait pas en reste, se dépêchant de précipiter son nuage sombre à l'endroit où le chevelu était censé atterrir, profitant de l'impossibilité de Ryûkû à se déplacer dans les airs. La masse noire l'attendait, prête à se refermer lorsque le Dragon de Titane viendrait à poser sur elle telle une plante carnivore dans l'attente d'une mouche. C'était toutefois mésestimer le légendaire Sword of Wind, qui à une nouvelle reprise fit apparaître un sabre, et le planta cette fois-ci dans le plafond, empêchant de ce fait sa chute, et enchaîna directement avec un nouveau lancer qui frôla la joue d'Asura, étonné et stimulé à la vue de cet homme qui parvenait à s'échapper de tous les traquenards.

-J'espère au moins que tu es conscient que tu n'arriveras à rien avec cette merde, lâcha sombrement Ryûkû en prenant Asura de haut - au sens propre du terme. Mais bon, si tu tiens tant que ça à me faciliter la tâche...

-Quel garçon incroyable tu es, marmonna le noiraud en recouvrant son œil de la main droite, faisant disparaître petit à petit l'étrange brume. C'est effectivement pas avec ça que je vais réussir à te calmer...  Autant sortir les grands moyens.

 

Un peu plus de bla-bla et d'avancement la prochaine fois !

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est un bon chapitre !

 

On a une première mise en bouche de la force assez équivalente entre Asura et Sword dans ces premiers échanges.

 

Asura devra se montrer un peu plus sérieux face à un adversaire de taille comme l'epeiste du vent.

 

J'attends de voir la seconde carte du ténébreux et bonne chance pour le concours.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Me voilàààààààà !

 

Nouveau chapitre ! Avec à la fin, un petit bonus que vous aurez désormais à chaque sortie de chapitre !  :D

 

Sinon, je me demandais récemment si je n'allais pas changer le nom de la fic... Parce que "De la mort à la vie" ne fait allusion qu'au premier arc, du coup... J'y réfléchis. Vous en pensez quoi ?

 

Underground : Chapitre huit : La réalité d'Asura

 

Ryûkû lâcha prise et atterrit promptement, mais délicatement, à terre, ne quittant pas une seule seconde des yeux son adversaire qui venait d'interrompre son étrange maléfice noir. Asura avait l'air de vouloir passer aux choses sérieuses, cela se sentait à la fois dans son regard plus que concentré, son sourire de plus en plus large ainsi que dans l'aura sombre qui l'entourait. En temps normal, Sword of Wind aurait profité de l'instant d'immobilité de son ennemi pour lui sauter dessus et l'abattre, mais étrangement, un puissant pressentiment l'empêchait de le faire. Il avait l'impression qu'il risquait de perdre quelque chose s'il s'avançait trop rapidement. Juste à côté de la tête du vairon, une petite sphère noire flottante apparut, à peine plus grande qu'un grain de raisin. Puis, autour d'elle, un tourbillon de couleur métallique se déchaîna, causant un vent puissant dans l'ensemble de la pièce. La boule noire se mit à grossir progressivement, changeant sa couleur sombre pour une teinte qui faisait légèrement penser à de l'acier, brillante et argentée. Désormais, la boule était légèrement plus grande et grosse que le crâne de l'homme qui la fit apparaître. Ryûkû restait sur ses gardes, fixant avec insistance l'étrange apparition.

 

D'un coup, l'orbe se retrouva juste en face de sa tête.

 

S'il ne pouvait pas compter sur ses excellents reflexes, Ryûkû aurait probablement eu le lobe frontale percé par la pointe de métal acérée qui sortit promptement de l'étrange chose, qui pour cela réduisit légèrement son volume sphérique. Avec un rapide pas de côté et un tour de tête qui donnerait un torticolis à n'importe quel individu normalement constitué, Ryûkû évita l'attaque de justesse, et contre-attaqua directement en abattant son sabre sur la boule. Sa lame ne fit que ricocher sur l'armature métallique de l'objet, qui rétracta sa pointe et retrouva de ce fait son volume initial. Ryûkû fit un long et rapide saut arrière, par prudence. Comme le marécage noir qu'Asura avait invoqué précédemment, cette sphère semblait être téléguidée par le vairon, à la différence qu'elle était bien plus rapide. Extrêmement rapide, même. La sphère fonça une nouvelle fois sur le dragon, qui cette fois, conscient de la vitesse de la chose, réussit à la voir venir. Cette dernière envoya une rapide pique de métal, que Sword of Wind dévia avec son sabre. Puis, en rétractant sa pointe, elle en envoya une suivante, et ainsi de suite, le tout à une vitesse affolante. Devant cette rafale de plus en plus frénétique, Ryûkû ne mit pas longtemps à décider qu'il devait s'éloigner. Il fit apparaître un bouclier, qui ne manqua certes pas de se faire complètement perforé en quelques secondes, mais qui servit parfaitement de diversion pour que le brun puisse s'écarter rapidement avec un nouveau saut arrière.

 

Avec derrière lui, un Asura prêt à le cueillir.

 

Le vairon avait visiblement profité de la concentration de Ryûkû sur sa sphère à son avantage. Dague à la main et sourire dément, pour changer, il s'apprêtait à poignarder Sword of Wind dans le bas du dos. Il s'apprêtait, oui. Il poussa un léger sifflement d'admiration lorsqu'il vit Ryûkû saisir son bras tout en lui tournant le dos, puis de  l'écarter de manière brutale en lui envoyant un violent coup de coude au visage. C'était sous-estimer le sombre et impitoyable général des Dragons de Titane que d'imaginer qu'il ne se focalisait que sur un détail pendant un combat, ce qui ne manquait pas de plaire à Asura, aussi étrange que cela puisse sembler. Il avait beau paraître en position de faiblesse depuis le début de l'affrontement, son étincelle d'excitation et de folie ne disparut pas une seule seconde de ses yeux asymétriques.

-T'es vraiment un gosse incroyable. Mon frère a beaucoup de chance de t'avoir comme pote...

-... Ça fait longtemps que j'ai plus rien à foutre de ton frère !

Visiblement vexé, Ryûkû lança un couteau de jet en direction de son adversaire titubant. Ce dernier ne semblait toutefois pas amorcer le moindre mouvement pour esquiver, et au dernier moment, alors que la lame s'approchait de lui, sa sphère métallique s'interposa. Celle-ci s'aplatit d'un coup, lui donnant ensuite l'air d'un large rideau de fer et dévia aisément le couteau qui tomba misérablement à terre. Puis, elle retrouva rapidement sa forme originale, le tout en moins d'une seconde. Le cerveau de Ryûkû tournait à plein régime pour tenter d'analyser l'étrange invocation, si on pouvait qualifier cette chose comme telle, d'Asura. Elle pouvait visiblement à la fois être utilisée pour l'attaque comme pour la défense, et malgré sa solidité capable de parer aisément un sabre, elle semblait parfaitement malléable. Un peu comme une sorte de pâte-à-modelé mortelle. Niveau rapidité, ça n'était clairement pas en reste, et même si le brun parvenait plus ou moins à suivre cette chose des yeux, il lui fallait être concentré au possible pour parer ses attaques. Pour l'instant, Ryûkû ne voyait qu'un seul détail qui pourrait éventuellement servir de point faible à la sphère, mais il n'eut pas vraiment le temps d'y réfléchir en détail, Asura s'étant relevé bien rapidement et attaqua son assaillant avec sa dague, en même temps que son orbe de métal. S'en suivit un combat au corps-à-corps de très haut niveau, qui échapperait totalement à la compréhension d'un néophyte, voire même d'un guerrier avec un peu d'expérience. Alors qu'il y allait très légèrement jusque-là, Asura semblait s'être réveillé, attaquant Ryûkû de façon bien plus redoutable, avec un style étrangement chaotique et imprévisible. Aucun de ses gestes ne semblait avoir de trajectoire définie. Sa courte lame fendait l'air dans n'importe quel sens et parfois, environ un coup sur trois, il allongeait et affinait son tranchant en entourant son arme avec sa magie noire. Magie noire qui, semblerait-il, fasse briller l'œil inhumain d'Asura à chaque utilisation, ce qui rendait prévisible le moment où il allait augmenter sa portée... Mais pas la manière ! Tantôt la lame gagnait quelques décimètres de longueur, tantôt elle atteignait une longueur qui lui permettait de perforer le mur qui se trouvait à quelques mètres derrière Ryûkû, obligeant ce dernier à bien réfléchir à ses esquives et à désormais se battre avec deux sabres, sans quoi il serait bien trop débordé. Si encore il ne s'agissait que de ça, Asura essayait en plus de distraire oralement  l'attention du dragon.

-C'est quand même cool que tu sois venu me voir... Je voulais vous remercier depuis un moment pour m'avoir laissé un de vos subordonnés les plus prometteurs.

-Tu parles de Tenka Iro ? Lâcha sombrement Ryûkû. Tu fais bien de me le rappeler. Après toi, c'est le prochain sur la liste...

-Ça ne t'intéresse même pas de savoir pourquoi il a déserté ?

-Je m'en fous du pourquoi. Tous les traîtres auront droit au même sort, peu importe les motivations.

-Eh bien, eh bien... Reflexe !

D'un coup, Asura jeta sa dague en direction de son opposant, qui parvint très aisément à la parer. Celle-ci tomba simplement à terre, ce qui intrigua légèrement Ryûkû, sans pour autant l'empêcher de continuer à éviter les assauts sans fin de la sphère de métal. D'un coup, même celle-ci commença à ralentir ses attaques, renforçant encore un peu plus la méfiance du Dragon de Titane.

 

Puis, soudainement, une pointe de métal blanc sortit du bas de son ventre.

 

Les yeux de Sword of Wind s'agrandirent d'un coup, reflétant sa soudaine surprise. Il se dépêcha de s'écarter puis fit un rapide tour sur lui-même pour comprendre ce qu'il venait de se passer. Juste derrière lui, à l'entrée de la pièce, se tenait l'un des hommes d'Asura. Il s'agissait du dénommé Alceste, l'homme au kimono-peignoir mauve et aux lunettes à verres teintés, tenant dans ses bras un roman plutôt épais et fixant le général des Dragons de Titane avec amusement. Ryûkû s'empressa de poser un doigt contre son oreille en retirant le bout de métal planté dans son dos. Heureusement, la blessure était superficielle.

-Tenchi ! Se mit-il à grogner. C'est quoi ce bordel ? Tu devais m'avertir si un de ses hommes s'approchait !

-C-Comment ? Fit la voix grésillante de sa collègue, étonnée. Mais... Les quatre sont toujours dans mon champ de vision, aucun n'est retourné au château !

-Et l'homme au kimono ?

-Il est à la place centrale.

-Vous ne pensiez tout de même pas qu'après la diversion d'hier, commença Alceste, nous allions laisser seul notre chef avec comme seuls gardes les clones de Zesk ? Au contraire, c'était le moment idéal pour piéger les rats qui sortiraient de leur trou...

Avait-il une magie qui lui permettait de se cloner, ce qui pourrait expliquer le fait qu'il se trouve vraisemblablement à deux endroits à la fois. Ryûkû écarta vite cette possibilité, Asura n'avait aucun intérêt à avoir deux gardes possédant exactement la même aptitude. Dans tous les cas, la situation était mauvaise. Que fallait-il faire, maintenant ? Fuir, et laisser passer peut-être la seule opportunité de tuer Asura ? En temps normal, Ryûkû n'a aucun mal à gérer deux ennemis en même temps, mais le manque d'informations sur ses opposants l'ennuyait. Il devait trouver quelque chose. Alceste arracha une page de son livre puis, celle-ci semblait se solidifier après coup, lui donnant l'air d'être un rectangle de métal blanc.

-Quoi que tu décides de faire, cher Sword of Wind, tu ne sortiras pas d'ici, lâcha Asura, hilare. Tu as eu la gentillesse de venir à moi, ce serait dommage de te laisser repartir sans te prouver mon hospitalité... Tu vas m'être bien utile.

-Compte pas sur moi pour t'aider pour quoi que ce soit... Plutôt crever.

-Oh, mais ne t'inquiète pas, ça fait partie du processus. D'abord, nous allons te vider de ta magie, de façon assez violente, ce qui sur le long terme te conduira automatiquement à la mort... Et de ton sacrifice, ainsi que de celui de bien d'autres, Adam revivra... Vos morts ramèneront l'homme le plus puissant qui n'ait jamais existé.

-C'était donc bien ton objectif, tu le confirmes. Et de même, tu confirmes que tu es un abruti total. Que cherches-tu en le ramenant ? Dans tous les cas, tu finiras au mieux comme son serviteur, au pire comme le premier homme qu'il tuera en sortant de sa captivité... Tu n'as rien à y gagner.

-Tu te soucies de moi, ça me touche... Mais ne t'en fais pas pour ça, il ne me fera rien du tout... Après tout, quel père ferait du mal à son propre fils ?

 

Je vous laisse méditer sur le sens de cette dernière phrase.  8)

 

Sinon, à partir de maintenant, à chaque nouveau chapitre, Haru vous propose une petite interview d'un des personnages de la fic ! (Haru, interview... Les fans de Reborn auront compris, mais bon, j'suis plus à un plagiat près.)

 

[spoiler=Les  interviews fofolles de Haru ! Première victime : Mon p’tit Juzi rien qu’à moi ♫]

 

Haru : Salut tout le monde ! Nouvelle rubrique ! A chaque nouvelle parution de chapitre, une petite interview de mes soins (ou de ceux d’un autre individu, qui sait…) sur des personnes intéressantes ! Première star, mon p’tit bout d’chou de petit copain ! Juzi Missawa !

 

Juzi : Euh… S-Salut.

 

Haru : On se détend, bonhomme ! On est juste entre nous !

 

Juzi : C’est peut-être pour ça que je suis un peu nerveux…

 

Haru : Alors, alors. Avant de passer aux questions, parle-nous d’abord un peu de toi ! Qui se cache derrière ces belles mèches bleues ?

 

Juzi : Euh… Ben, je m’appelle Juzi Missawa, j’ai 17 ans et je suis membre de Fairy Tail depuis environ une demi-année. Ensuite… Je sais pas trop. J’ai pas grand-chose à raconter sur moi.

 

Haru : … Mouais. On va remédier à ça. Premières questions sur tes loisirs ! Qu’aimes-tu faire de ton temps libre ? Qu’aimes-tu manger ?

 

Juzi : P-pendant mon temps libre, j’aime bien me balader un peu et prendre l’air tranquillement, sans me stresser. Ça me fait beaucoup de bien entre deux missions… Enfin, ces temps-ci, je passe énormément de temps à lire depuis que j’ai rencontré Ody et que ce dernier m’oblige presque à bouquiner tous ses mangas et autres livres bizarres… Et pour mon plat préféré, je dirais que j’aime bien les lasagnes.

 

Haru : Et à l’inverse, que détestes-tu dans ta vie de tous les jours ? Et niveau gastronomie ?

 

Juzi : Les situations imprévues. Je peux parfois réussir à m’adapter rapidement, mais je déteste à avoir le faire… J’aime bien avoir des repères durables. Et niveau nourriture, je supporte mal le fromage ainsi que tout ce qui vient de la mer en général.

 

Haru : D’acc ! Ensuite, quelles sont les personnes avec lesquelles tu t’entends le mieux ?

 

Juzi : Euhm… Comme ça, en premier lieu, je dirais Max. C’est un peu gênant de dire ça, mais depuis que j’ai rejoint Fairy Tail, il a toujours été plutôt sympa avec moi, un peu façon grand frère. Enfin, il est super bizarre par moment et c’est difficile de savoir ce qu’il a en tête, mais je lui en dois vraiment beaucoup. Autrement, je m’entends bien avec Bushido, Fify, Myst’, Erza, Lin et… t-t-t-toi, bien sûr.

 

Haru : Ooooooh ! C’est trop mignon ! Les personnes avec lesquelles tu t’entends le moins bien ?

 

Juzi : J’irais pas jusqu’à dire que je ne l’apprécie pas, mais j’ai parfois un peu de peine avec Kyrnos. Avec lui, j’ai parfois l’impression d’être un peu le nouvel élève qui se fait bizuter en permanence… Sinon, Razel me fout la trouille, Sédrik aussi mais bien moins qu’avant, Ody je sais pas trop, et Morombi non plus.

 

Haru : Mmmh… Oki doki. Maintenant, des questions un peu plus… Rock’n roll, si je puis dire. Tu es en quelque sorte un habitué des situations compliquées. En tout cas, depuis que je t’ai rencontré, ça n’arrête pas ! Pourtant, tu arrives toujours à t’en sortir ! Comment tu l’expliques ?

 

Juzi : Il y a une grande part de chance, je dirais. Ça en plus du fait d’avoir presque toujours des alliés pour m’aider dans les situations délicates. Après, si moi je m’en sors, d’autres n’ont pas cette chance, et c’est en pensant à ça en permanence que je m’efforce de rester prudent et d’analyser tout danger en permanence. Ça doit un peu jouer, je suppose.

 

Haru : Je vois. Ensuite, parmi tous les adversaires que tu as dû affronter, lequel fut le plus terrible ? Quel combat fut le plus difficile ?

 

Juzi : Je vais peut-être te surprendre, mais pour moi, mon combat le plus dur fut clairement celui contre Derek Forrester. J’ai eu en face de moi plein de types bien plus effrayants et bien plus puissants, c’est clair, mais avec lui, c’était un peu particulier. Derek était intelligent, fourbe et il savait parfaitement jauger son adversaire en l’observant un peu. Pour ce qui était du combat pur, on devait être plus ou moins du même niveau, mais son côté imprévisible lui donnait l’avantage… En plus, c’était un des rares combats où j’étais seul face à un adversaire, avec en plus des conséquences assez graves si je perdais… Toute cette pression n’aidait pas. J’ai failli y passer à de très nombreuses reprises…

 

Haru : … D’accord, désolée, question un peu délicate. Bon, encore deux, et je te laisse tranquille ! Tu as un passé commun avec une véritable légende, bien que tristement célèbre : Sword of Wind, des Dragons de Titane ! Tu peux m’en dire plus ?

 

Juzi : Euh… Mmmh… Tout ce dont je me rappelle plus ou moins, c’est qu’on était potes… On se battait un peu pendant les récrés, mais après les heures d’école, avec quelques autres amis on se baladait dans les forêts aux alentours de notre village à la recherche de mystères ou de créatures fantastiques. Dans cette bande, Ryûkû était à la fois le leader naturel et aussi celui qui nous défendait s’il y avait des problèmes. On devait avoir entre six et sept ans à ce moment-là, mais il était déjà incroyable… Il pouvait mettre des adultes au tapis s’il y allait à fond, et tous les ados nous fichaient la paix parce qu’il les effrayait. Il avait perdu ses deux parents très jeune, je crois, mais il était pourtant resté assez sympa et plus ou moins sociable, même si c’était très rare de le voir sourire. Je ne sais vraiment pas ce qui a pu se passer après pour qu’il s’assombrisse à ce point…

 

Haru : Qu’est-ce que tu pensais de lui, à l’époque ?

 

Juzi : Je pense que je l’admirais. Il était vraiment cool, fort, intelligent et il nous a sorti du pétrin plus d’une fois. Des fois, j’étais en colère parce qu’il me mettait à terre très facilement pendant nos petites bastons, mais autrement, c’était un vrai modèle pour moi. Et pour beaucoup d’autres aussi.

 

Haru : Oki doki ! Maintenant, toute dernière question, et interdiction de te défiler ! Qu’est-ce que tu aimes chez moi ? Héhéhé…

 

Juzi (rouge comme une pivoine) : Gh… Euh, ben… T-tu es une fille vraiment chouette, toujours positive, bien attentionnée, dynamique et très b…b…be… *SKLONG*

 

Haru : Aïe, il a pas tenu le coup. Bon, tant pis… Sur ce, fin de la première session d’interview ! A une prochaine fois pour la suite, en espérant que le prochain invité ne finira pas évanoui !

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est un très bon chapitre !

 

Le duel entre Sword et Asura continue de plus belle et gagne en intensité, surtout pour l'épéiste qui se retrouve un peu plus en difficulté, mais s'en sort assez bien. La capacité que démontre le vairon est pas mal du tout, une magie polyvalente comme le sable de fer dans Naruto, mais j'avouerai que je le voyais avec un autre style de magie, bien que je doute qu'il doit encore avoir.

 

Pour ce qui est de la fin, elle est assez surprenante, cependant la vraie surprise vient du fait que Juzi est peut être le fils d'Adam aussi :P. Ca soulève beaucoup de question et réponds que Juzi vient du passé ou d'une autre dimension, enfin pour le moment je peux pas donner de vraies hypothèses.

 

Pour le titre je suis d'avis que tu changes, on connaîtra enfin le vrai titre de ton oeuvre 8).

 

L'ITW de Juzi fut bien sympa, j'attends de voir celle des autres :P.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Par la barbe de la Chèvre ! J'ai loupé la sortie d'un chapitre ! :o Bon bah comme ça, j'en ai deux à lire, soyons positif !

 

Chapitre 7

Étonnement, j'ai pas grand chose à dire dessus. Bien écrit et très visuel mais pas grand chose à analyser derrière, si ce n'est qu'on a affaire à des combattants plus que professionnels.

 

Chapitre 8

Là, déjà, il y a plus de consistance ;D

C'est toujours le gros dawa niveau baston avec coup et contre-coup dans tous les sens. Avec la magie d'Asura qu'on ne comprend toujours pas en plus, ça rend imprévisible l'issue du duel. Mais si un intrus arrive pour changer la donne, ça se complique encore plus. Bref, impossible de parier sur la finalité de l'attaque surprise de Ryuku.

Et pour la phrase de fin, gros mindfuck ! J'attends la suite impatiemment pour savoir ce qu'il en est réellement.

 

L'interview

J'ai eu le sourire pendant tout. C'est tellement décalé par rapport aux chapitres sérieux que tu as livré que j'en redemande. Hâte de connaître la prochaine victime !

 

Comme ça, en premier lieu, je dirais Max. C’est un peu gênant de dire ça, mais depuis que j’ai rejoint Fairy Tail, il a toujours été plutôt sympa avec moi, un peu façon grand frère.

 

happy-oh-stop-it-you.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'aime mindfucker les gens.  :) Pandora Hearts m'inspire.

 

Bon, je suis en période de surproduction. J'ai encore cinq pages à taper pour mon concours d'écriture, mais j'arrive encore à pondre un petit chapitre pour la route.

 

Bref, on reprend là où on était !

 

...

 

Ou pas.

 

Underground : Chapitre neuf : Rira bien curry-ra le dernier

 

Je déglutis légèrement. Toujours honteux suite à ma misérable défaite à je-te-tiens-tu-me-tiens face au comptable et à son faciès inexpressif, je ne pouvais m’empêcher de me sentir inquiet quant à la suite des évènements. Sur les quatre matchs que nous devions disputer, nous avions perdus le premier… Et les conditions pour gagner le droit de rester crécher chez les potes à tendance rats-d’égouts d’Ody étaient que nous devions avoir plus de victoires que de défaites pendant ces jeux… Le calcul était vite fait, nous n’avions plus droit à l’erreur, puisque même l’égalité était disqualifiable. Quelques minutes après la fin de la première manche, le Rôliste s’éclaira la gorge.

-Bien ! Ça nous fait un point ! On va passer à la partie suivante : l’épreuve d’endurance ! Les mecs, je sais pas qui vous allez désigner, mais il va prendre affreusement cher !

D’après ce que j’avais compris, cette prochaine épreuve était apparemment une « dégustation de chicken wings avec une sauce méga-piquante de la mort ». Pendant que l’équipe adverse partit en cuisine pour préparer l’épreuve, accompagnée de Lili pour s’assurer qu’aucune tricherie n’allait se faire, nous devions décider du prochain participant de notre équipe.

-Bon. Qui aime bien bouffer épicé ? Demanda le borgne en s’improvisant meneur du groupe.

-Moi, mais pas en même temps, lâcha Kyrnos avant de partir dans un long rire, sans que personne ne capte sa blague de mauvais goût.

-En temps normal, j’aime bien, marmonna Haru. Mais si c’est un concours, je pense pas me révéler spécialement efficace…

-Ah bon ? M’étonnais-je. Pourtant, tu as un bon appétit en général.

-… Tu viens pas de me traiter poliment de goinfre, j’espère ?

-N-N-non… Désolé.

-A part du curry de temps en temps, je mange plutôt doux, intervint Bushido. Il ne faudra pas compter sur moi.

-Ni sur moi, rajouta Ody. J’ai trop mangé tout à l’heure, chez la chanteuse. Pourquoi ne pas proposer mon assistante ? Elle est du genre à bien aimer casser la croûte.

-Je pense pas que ça soit une bonne idée de faire participer une fille, rétorqua Max. C'est pas super diététique, un concours de bouffe...

-Elle est plus à trois kilos près.

D'un coup, surgissant de la porte que passèrent la bande des fêlés du bocal ainsi que la succube quelques minutes auparavant, un couteau de cuisine qui semblait particulièrement aiguisé fusa dans l'air et vola en direction du drogué de service. La lame passa à moins de deux centimètres de la joue du Diogène toujours aussi inexpressif, coupant quelques mèches grises au passage puis vint se planter dans le mur juste derrière lui. Ody baissa légèrement le regard pour constater l'étendue des dégâts, avant de faire comme s'il n'avait rien dit.

-Bon. Qui est-ce qu'on envoie au casse-pipe, alors ?

-Je crois qu’un certain gorille est du genre à bien aimer les choses fortes… Pourquoi ne pas lui demander ?

Suite à la dernière remarque cinglante, pour changer, du sadique aux cheveux roses, les regards se tournèrent tous vers Morombi, qui malgré son air calme semblait un tantinet agacé que le terme gorille nous fasse directement penser à lui. Effectivement, d'après ses dires, il était habitué à manger fort depuis tout petit, et sa carrure de mastodonte lui permettait d'ingurgiter aliments sur aliments avant de sentir calé. Au final, c'était presque évident que le meilleur choix ne pouvait être que lui, l'intitulé officiel de l'épreuve précisant qu'il s'agissait d'un test de résistance physique... Et niveau physique, il était clairement le plus imposant de nous tous. Après un vote à l'unanimité, Morombi Kingin devint officiellement notre participant pour la seconde épreuve.  Nous attendîmes ensuite une petite demi-heure avant de voir revenir la Mangouste avec un grand saladier mauve rempli d'une mixture quelque peu... déroutante. Liquide mais à la fois épaisse, un peu comme du goudron, cette étrange matière noire à l'odeur forte mais pas particulièrement dérangeante semblait presque vivante, remuant et bouillant alors que personne n'y touchait. Le Rôliste et le Comptable arrivèrent quelques secondes après, tenant chacun une assiette contenant une demi-douzaine d'ailes de poulets sorties du four. Ils posèrent tout ce matériel sur la grande table centrale de la pièce pendant que Lili et l'Archiviste vinrent à leur tour, l'homme en bure apportant deux verres d'eau et  la jeune fille aux cheveux d'argent nous affirmant que tout était bon.

-Tout roule ? S'étonna Haru en scrutant la sauce. Ce truc a l'air de venir d'un autre monde...

-Ça a l'air tellement fun, marmonna le borgne, intéressé. Il y a quoi dedans ?

-Si tu veux goûter, tu peux y tremper un doigt.

Max ne se fit pas prier suite à l'invitation du Rôliste. Il s'approcha rapidement du saladier, tout joie, avant d'y tremper son index. Son doigt en ressortit comme s'il l'avait plongé dans une boue particulièrement dense, puis, il l'amena rapidement à sa bouche. Il y goûta. Au moment où la mixture entra en contact avec sa langue, Max perdit rapidement son sourire curieux. Quelque chose s'éteignit dans son regard, et ce probablement à jamais. Il resta silencieux pendant quelques secondes, avant de lâcher quelques mots d'une voix rauque.

-Sainte Mère de Dieu... Pourquoi ai-je fait ça... ?

Puis, il demanda simplement où étaient les toilettes. Lorsque Mangoustini les lui indiqua, il y courut et on ne le revit plus pendant un moment.

 

Tout ceci était bien peu rassurant...

 

-L'objectif est simple ! Clama le Rôliste, attirant l'attention. Il faut simplement finir les six chicken wings recouvertes de notre Suicid Sauce plus rapidement que votre adversaire. Qui, pour l'occurrence, sera votre humble serviteur.

L'Archiviste, relevant quelque peu les manches de sa bure, déversa sur les deux assiettes une bonne portion de la fameuse sauce, recouvrant chaque millimètre carré de viande disponible. Morombi et le Rôliste prirent chacun place sur les deux sièges prévus pour leur duel, dévisageant mutuellement leur adversaire. J'étais un petit peu surpris, vu sa dégaine et son apparent amour pour les jeux, je m'attendais à ce que le Rôliste soit l'ennemi à vaincre dans la future partie de carte... Ou au moins pour la partie de ping-pong, mais en tout cas pas pour le concours de bouffe. Bref, arrêtons les pensées superflues et concentrons-nous sur l'essentiel. Tout notre groupe, sauf Razel s'il est encore utile de le préciser, retenait son souffle à quelques secondes du début de l'affrontement. Notre participant observait la sauce avec scepticisme.

-J'espère que t'as l'estomac solide, mec ! Lâcha le binoclard aux longs cheveux châtains. Le dernier type qui s'est essayé à ce jeu avec nous en est mort.

-Sérieusement ? S'étonna notre colosse.

-Euh... Non. C'était juste pour donner un effet dramatiquement épique. Mais il a fini à l'hôpital !

-Je vois. Bien, de mon côté, je suis prêt. Qu'attends-tu pour donner le signal ?

Le fan de jeux semblait légèrement agacé du manque de réaction de Kingin, mais s'éclaircit toutefois la gorge et annonça le début du jeu. Quelques encouragements furent lancés de notre côté, notamment par Haru et Lili, puis les concurrents mordirent à pleines dents la première aile de poulet qui passait sous leur main. Presque instantanément, les yeux de Morombi s'écarquillèrent grandement, comprenant plus que jamais le potentiel caustique de la sauce qui avait terrassé Max quelques minutes auparavant. Il ne s'arrêta toutefois pas de mordre son morceau de volaille, en ralentissant seulement le rythme. Le Rôliste, quant à lui, y allait  tranquillement dès le début et s'abreuvait régulièrement. On voyait à ses yeux que bien qu'il ait l'habitude de ce concours de destruction intestinale, c'était malgré tout extrêmement rude pour lui d'ingérer ce concentré de magma en fusion. Mais ce n'était rien en comparaison de Morombi, qui ne se remettait toujours pas de la puissance de la fameuse Suicid Sauce. Conséquence, il baissait graduellement le rythme. Lorsque son opposant finit sa première aile, Kingin n'en était même pas à la moitié. L'écart commençait à se creuser...

 

Et voilà.

 

Comme je suis content du retour positif de l'interview, on enchaîne directement avec un gros morceau  :D

 

[spoiler=Les interviews fofolles de Haru ! Deuxième victime : L’ennemi des féministes, Ody Diogène !]

 

Haru : Coucou tout le monde ? Fine and fit ? Aujourd’hui, notre invité est un homme particulier,  aux pensées insondables et aux actes intrigants…  Mais c’est ce qui fait son charme, en quelque sorte ! Ody Diogène !

 

Ody : Salutations, brunette. Paix et prospérité sur ton peuple.

 

Haru : … Merci, je crois. Alors, Ody, parle-nous un peu de toi ! Quel homme se cache derrière ces yeux si peu expressifs ?

 

Ody : Odysseus Diogène, vingt-cinq piges au compteur. Inventeur de génie à mes heures perdues. Voilà.

 

Haru : C’est tout ce que tu as à dire ?

 

Ody : C’est ton boulot de me faire cracher des infos.

 

Haru : Euhm… Oui, c’est pas faux. Première question ! Qu’est-ce que tu aimes faire de tes journées ?

 

Ody : En temps normal, soit je perfectionne mes mondes crées avec Archives, soit j’invente ou réfléchis à des inventions funs. Et depuis peu, je m’amuse à trouver des tâches ingrates pour ma chère assistante. Genre aller compter le nombre de briques que contient le mur de notre salle d’entraînement.

 

Haru : Sérieux ? Et elle le fait ?

 

Ody : Si j’arrive à faire passer ça pour un truc nécessaire, oui.

 

Haru : Quel enf… Bref, continuons. Qu’est-ce que tu détestes particulièrement ?

 

Ody : Plein de choses. Les concombres, les romans à l’eau de rose, les féministes, les communistes, les pauvres, les chiens, les vieux, les opéras, les filles sans poitrine, les bureaux de poste, les huissiers de justice, les marchands de légumes, les…

 

Haru : Merci, je crois que c’est bon ! Je pense que ça suffit déjà à se forger une opinion te concernant…

 

Ody : Tu m’en vois ravi. J’peux rentrer ?

 

Haru : Non, pas encore ! J’ai prévu d’autres questions ! On a récemment appris que tu étais allé à l’université. Tu peux nous en dire plus ?

 

Ody : Non.

 

Haru : …

 

Ody : Je déconne, me regarde pas comme ça. C’est pas spécialement passionnant comme histoire. J’y suis entré plus ou moins à mes dix-neuf ans, et j’y suis resté jusqu’à vingt-trois. J’étais dans la faculté des sciences au départ, mais je me suis redirigé ensuite en sociologie, où j’ai brillé.

 

Haru : Pourquoi ce soudain revirement ?

 

Ody : Parce que je me suis vite rendu compte qu’ils n’avaient pas grand-chose à m’apprendre au niveau des sciences, et comme je voulais avant tout élargir mes champs de connaissance, j’ai préféré taper dans un autre domaine que je connaissais moins. C’est notamment là-bas que j’ai rencontré mes potes déglingués du bulbe.

 

Haru : D’accord. Quand tu dis « où j’ai brillé », c’était à quel point ?

 

Ody : Au point que je me disputais la place de meilleur universitaire avec un autre mec bizarre en biologie. Bon, on en avait tous les deux rien à foutre de ça, on voulait simplement apprendre des trucs. Mais le gars en question était complètement taré. Alors qu’on devait faire plus ou moins cent-cinquante pages de thèse pour la fin des études, ce type en a fait au moins cinq-cents sur les possibilités de mélange génétique inter-espèce. C’était un truc de fou…

 

Haru : Wow, et tu te disputais le sommet avec un type comme ça ?

 

Ody : J’avais comme avantage qu’il sautait beaucoup de cours… Apparemment, il avait un boulot à côté assez important et sacrément chronophage. Il m’avait dit une fois qu’il allait à l’uni principalement pour décompresser et se détendre… et le mec te pond cinq-cents pages en six mois, comme ça. Bref, je m’égare, je m’égare... Sinon, pour revenir à la première question, l’université, c’était chouette. C’est aussi là où j’ai rencontré ma copine.

 

Haru : … Hein ? T’as une copine, toi ?

 

Ody : Ben ouais.

 

Haru : Aïe, la pauvre… Bon. Le temps file ! Dernière question à laquelle tout le monde a droit ! Que penses-tu de mon p’tit Juzi ?

 

Ody : Mmmh… Au départ, je trouvais qu’il avait la parfaite personnalité du mec qui se fait persécuter. Et ça me donnait pas mal envie de le faire, d’ailleurs. Mais depuis son séjour d’entraînement chez nous, je le trouve un peu changé… Pas énormément, mais suffisamment pour que je le considère comme un être humain.

 

Haru : …

 

Ody : Enfin, pour résumer le fond de ma pensée, je pense que c’est un bon p’tit gars. Un peu tarte par moment et bien trop timide, mais ça changera avec le temps. Je compte d’ailleurs sur toi pour en faire un homme. Allez, salut !

 

Haru : Hein ? Attends ! C’était quoi cette dernière phrase pleine de sous-entendus ? … Bon, il est déjà loin. Sur ce, nous clôturons cette deuxième session d’interview ! On se voit la prochaine fois ! Bisous !

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une bonne suite !

 

Notre team se prépare pour le prochain concours qui se révèle être bien piquante, pauvre Max j'ai bien ri. Pour un prince du désert il est fragile lol.

 

Bref je me demande bien comment Morombi va s'en sortir, parce que c'est mal parti.

 

L'ITW fut de nouveau bien sympa à lire, Ody est toujours aussi taré et surprenant. J'ai bien ri.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Revirement total de genre avec le retour au comique ! Entre la blague de Kyrnos et la sauce à m'envoyer vider mes intestins, y'a du niveau.  Morombi, venge mon estomac meurtri ! (en plus, j'aime pas l'épicé...ou alors, à faible dose...)

 

Pour l'ITW, j'aime bien la référence à Silvercilli ! ;D Par contre, c'est quoi son problème avec les concombres ? C'est trop bon comme crudité !

 

Et bon courage pour finir ton concours !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut, salut, salut !

 

Me revoilà de retour après une looooooooongue absence.

 

Mon concours d'écriture est terminé, je suis dans l'attente des résultats... Par contre, j'ai eu une grosse démotivation niveau écriture juste après, pour ça que ce chapitre a mis autant de temps à sortir... Toutes mes excuuuuuses.

 

Je vais essayer de sortir les prochains rapidement, histoire qu'on passe quand même à autre chose.

 

Peace !

 

 

 

 

Underground : Chapitre dix : Détermination suicidaire

 

La situation commençait à se révéler un tantinet tendue. Alors que le Rôliste entamait sa cinquième aile, Morombi peinait à arriver au bout de la troisième, sa peau sombre perlée de part en part par d'énormes gouttes de sueurs. La puissance de la Suicid Sauce était telle que même le colosse sataniste de notre groupe en avait presque les larmes aux yeux, ce qui ne manquait pas de surprendre la quasi-totalité de notre groupe. Si Morombi Kingin était dans un état proche de l'agonie avec ça, probablement aucun d'entre nous n'y aurait survécu. Il n'y avait qu'à voir ce qu'une seule goutte avait fait à notre borgne de service...

-On est mal, non ? Me marmonna Haru, inquiète. C'est limite s'il arrive encore à rester conscient...

-Faisons-lui confiance, lui répondis-je, moyennement convaincu de mes propres paroles.

A part croire en lui et espérer qu'il s'en sorte, je ne voyais pas trop ce qu'on pouvait faire d'autre... Les deux filles du groupe l'encourageaient comme elles pouvaient, mais rien n'empêchait l'écart de se creuser dangereusement, malgré toute la volonté que l'on pouvait lire dans le regard de l'ancien membre de Words Wrath. Le Rôliste transpirait aussi, mais cela restait léger comparé à la diaphorèse abondante de son adversaire. On voyait clairement que le binoclard aux longs cheveux bruns était un habitué. Aucun estomac non-préparé ne pouvait prétendre arriver au bout de ce plat mortel sans difficulté, fait confirmé par le brun.

-Eh ben, t'es costaud, lança le rat-d'égout après avoir avalé un nouveau morceau. Un mec normal tombe dans le coma après la première wing bouffée.

Aucune réponse du colosse. Peut-être était-ce dû à son extrême concentration, ou à l'infime probabilité que sa langue ait finalement fondu sous la matière noire corrosive, mais Morombi resta silencieux face aux remarques de son opposant. Celles-ci n'étaient pourtant pas spécialement provocatrices ou railleuses, mais plutôt amicales et qui débordaient de confiance en soi.

 

En même temps, quand on voit son adversaire galérer à ce point, dur de douter de sa victoire.

 

Lorsque le Rôliste finit sa cinquième aile et s'apprêtait à commencer la sixième, Kingin n'était même pas à la moitié de la quatrième. Son rythme s'était considérablement ralenti depuis le début de la partie. Il était désormais à son opposant ce qu'était une tortue à un lièvre. A la traîne. Complètement à la traîne. Et au vu de son regard de plus en sombre, il en était parfaitement conscient mais ne parvenait pas à combler la différence.

-Bon sang...

Ce furent les premiers mots qu'il prononça depuis que la soirée à thème "Je brûle de l'intérieur" avait commencé. Une légère hésitation passa dans son regard, puis il retira son morceau de poulet de la bouche et soupira, sous les yeux intrigués de toute l'assistance et de l'autre participant. La même idée trottait dans la tête de chacun d'entre nous : avait-il abandonné ? Pouvait-on faire une croix définitive sur notre possibilité de planque chez les amis d'Ody sans avoir gagné une seule rencontre ? Tout le monde restait silencieux, à l'exception de Razel qui ricanait en voyant son compère cesser toute hostilité.

-Tu poses déjà les armes ? Tu es devenu bien sensible, mon petit Morombi.

-Poser les armes ? Quelle plaisanterie de mauvais goût. Je me préparais juste à ma mort imminente.

Laissant son collègue aux cheveux roses avec une expression pantoise, et à la grande surprise de toute personne présente dans la salle, Kingin but une grande gorgée d'eau puis saisit avec fermeté les deux ailes et demie qu'il lui restait. Celle à moitié entamée et une complète dans la main droite, l'autre entière dans la main gauche. Un brasier de détermination enflamma son regard avant qu'il ne commence à les dévorer sauvagement et à toute vitesse, comme un pitbull après un mois de jeûne. Ses dents arrachèrent la chair avec violence, se cognèrent durement contre les os et se teintèrent des flots de magma noirs qui inondaient la bouche du colosse, le tout dans un bruit de mastication précipité et exagéré. C'était un spectacle à la fois impressionnant et peu ragoûtant pour nous. Le Rôliste resta inactif quelques secondes, surpris de la nouvelle méthode agressive de son adversaire, avant de continuer à mordre sa dernière aile en accélérant le rythme. Après quelques secondes, Morombi se débarrassa déjà d'une aile et se concentra donc sur les deux restantes. Je frissonnai de douleur en imaginant ce que devaient traverser les papilles de notre ami baraqué... Si papilles il lui restait. Sa stratégie, bien que suicidaire, était en soi parfaitement logique, car dévorer à la vitesse d'un ours boulimique lui permettait de passer temporairement outre la souffrance et la reporter à plus tard. Par contre, je craignais justement le contrecoup...

-Ce type est complètement fou, hallucina Kyrnos. Sérieux quoi, une seule goutte a suffi à envoyer Max aux chiottes et il est toujours pas revenu !

-C'est peut-être pas uniquement à cause de la sauce, nous informa la Mangouste, les yeux toujours rivés sur le duel gustatif. On a foiré une expérience la semaine dernière, et une sorte de bestiole tentaculaire et radioactive s'y terre depuis.

-Une quoi ? S'étonna Lili avec une mimique de dégoût. C'est quoi cette histoire ? C'était quel genre d'expérience.

-On voulait créer notre propre yaourt à la fraise... On a dû se planter quelque part dans la recette. Enfin, quand je dis qu'il s'y terre, c'est une supposition, rien n'est moins sûr. Aucun de nous n'est allé vérifier, il peut y être, comme il peut ne pas y être. On l'a d'ailleurs appelé Schrödi.

-Euhm, du coup, il ne faudrait pas aller voir si...

-On s'en tape, non ? Lâcha Ody en interrompant Haru. Le borgne est assez grand pour se débrouiller contre une abomination artificielle. L'issue du match est quand même plus importante. Surtout que j'ai misé trois billets sur le Rôliste...

-Hein ? Tu paries contre ta propre équipe ?

-Y a pas de règlement qui me l'interdise.

Partagés entre le sens moral toujours plus douteux d'Ody et la probabilité quantique que Max soit actuellement en train de se battre pour sa vie, notre attention fut soudainement captivée par le bruit d'un os de poulet tombant sur le sol pavé. Morombi n'avait plus qu'une aile en main, et déjà bien entamée de surcroît. Le Rôliste perdit sa longueur d'avance ainsi que sa confiance des débuts. Son regard trahissait une soudaine panique, qui fut suivi par une accélération du rythme de ses bouchées. Toutefois, rien ne pouvait arrêter la folle course de Morombi, qui rattrapa aisément le Rôliste en quelques secondes. Désormais les deux plus ou moins à égalité, ils dévoraient leur dernière aile respective comme s'ils venaient de sortir d'une longue traversée du désert. Nous autres, impuissants spectateurs, retînmes notre souffle face à l'apogée du duel gustatif. Il ne manquait un rien aux deux combattants pour clore la bataille, et ce fut le bruit d'un autre os tombant à terre qui fit office de gong final.

 

Morombi avait gagné.

 

Ce fut l'euphorie générale dans notre équipe lorsque nous vîmes notre coéquipier lever un bras triomphant... Avant que tout son corps ne tombe à la renverse, inconscient. Evidemment, nous nous étions presque tous précipités pour le relever, puis avec l'aide de Mangoustini, nous l'avions déposé sur un sofa dans une des salles adjacentes à la pièce dans laquelle nous nous trouvions. Le Rôliste arborait une expression à la fois frustrée et déçue, tout en acceptant la défaite. "Un bon joueur se réjouit de la victoire et s'habitue à l'échec", avait-il annoncé sans que personne ne l'écoute vraiment. Pendant que l'équipe des rats d'égouts rangèrent le matériel de la deuxième épreuve, je ne pus retenir un soupir de soulagement. Morombi avait rattrapé ma raclée de la première manche, il restait de l'espoir. Il fallait vaincre encore à deux reprises.

-Bon, un partout, lâcha la Mangouste pour captiver l'auditoire. Prochaine épreuve, la partie de ping-pong ! Votre adversaire sera l'Archiviste.

Encore un choix qui ne manqua pas de surprendre l'ensemble de notre groupe. Après tout, quand on pense à une dispute sportive, même dans le cadre d'un jeu "statique" comme le tennis de table, on peine à imaginer l'un des participants affublé d'une bure blanche qui descend jusqu'aux chevilles et de ce fait limite considérablement les mouvements. Sans compter la capuche qui réduit le champ de vision.

-Le temps que mes labadens aménagent la lice, nous annonça notre futur adversaire en perdant Kyrnos dès ses premiers mots, je me permets de désigner mon concurrent pour l'affrontement subséquent.

-Euh... En quel honneur ? Questionna Lili, sa voix légère trahissant un doute quant à sa compréhension de la phrase. Jusqu'à maintenant, chaque champ faisait son choix...

-Certes, mais il est un homme qui m'intrigue dans votre coterie, et une certaine prescience m'indique qu'il ne daignera pas combattre sauf si on l'y oblige. Je parle de lui.

Share this post


Link to post
Share on other sites

YEAH ! Un chapitre juste avant mes partiels ! C'est cool, ça me remonte le moral ! ;D

Et pendant qu'un borgne à moitié mort combat un cthulhu dans des chiottes, Morombi rend l'âme après avoir mangé le repas le plus épicé du monde...Cette histoire n'a plus aucune logique...

Du coup, on passe à du ping-pong et je m'attend à ce que l'adversaire de l'Archiviste soit Bushido. Il est bien en retrait et ne semble tant que ça s'intéresser à la compétition... Mais bon, je sens déjà la partie totalement loufoque et hors-norme...

 

J'espère que ton concours s'est pas trop mal passer, et bonne chance pour les résultats !

Sur ce, je retourne à mes bouquins d'anatomie...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon retour et bon chapitre !

 

Le duel entre Morombi et le Roliste se finit d'une bien belle façon, enfin peut être pas pour l'invocateur qui doit brûler intérieurement malgré sa victoire. Max lui doit gérer entre se vider l'estomac et affronter une sorte d'expérience raté ;D.

 

Bref j'attends la suite, le match de ping-pong sera encore une fois bien loufoque, ça sera avec des oeufs ?

 

Sinon je te dis bonne chance pour les résultats 8)

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai fait un calcul y a pas longtemps. Si je continue de sortir des chapitres à mon rythme, j'en aurai encore pour au moins vingt ans avant de finir cette histoire.

 

...

 

:P

 

Cette histoire n'a plus aucune logique...

 

Non, en effet !  :D

 

Bref j'attends la suite, le match de ping-pong sera encore une fois bien loufoque, ça sera avec des oeufs ?

 

Haha, ce serait trop facile !

 

Sur ce, on va essayer d'accélérer tout ça. (je dis ça à chaque fois, je sais)

 

Underground : Chapitre onze : On dit tennis de table, pas ping-pong !

 

Lorsque l'Archiviste pointa son long et fin doigt sur l'homme qu'il désirait comme futur adversaire, nous eûmes un haut-le-cœur collectif. L'individu en question, notre compère asocial aux longs cheveux roses, leva un sourcil interrogatif tout en fronçant fortement l'autre, lui donnant presque un regard de racaille qu'on provoquait. Il ne fallait pas être médium pour deviner que l'idée lui déplaisait fortement, et en ce point, l'Archiviste avait raison : il aurait sans doute été le dernier à se proposer pour participer à cette succession d'épreuves plus ridicule qu'autre chose.

-Euh, mon pote, marmonna Kyrnos à l'attention de notre adversaire pour la prochaine manche, c'est vraiment pas une bonne idée...

L'Archiviste insista, il voulait Razel comme opposant. Et pour ne rien arranger, Mangoustini nous annonça que c'était l'élimination d'office si nous refusions la condition. Ils profitaient vraiment du fait d'être les organisateurs... Bref, nous acceptâmes. Plus ou moins. Pour notre équipe, la véritable épreuve était de faire accepter la partie à notre binoclard. Notre prétextions à l'équipe adverse une réunion stratégique de notre côté histoire de nous éloigner un peu, le temps qu'ils préparent la suite et que nous convainquions notre sadique de service.

-C'est hors de question, annonça-t-il sèchement avant que l'un d'entre nous ouvre la bouche.

-Fais pas l'idiot ! Lui envoya notre succube. On a besoin de pouvoir rester ici !

-Quand bien même. J'ai daigné vous apporter mon aide pour sauver cette misérable cité uniquement parce que j'y suis aussi emprisonné. J'ai pas signé pour participer à des jeux de fête d'anniversaire d'une bande de puceaux d'égouts.

-J'arrive pas vraiment à lui donner tort, soupira Bushido. C'est vrai que tout ça commence à devenir lourd...

-N'empêche qu'on y est un peu forcés, rétorqua Haru. Et puis, ce serait quand même indigne de ne pas aller jusqu'au bout, rien que pour la mémoire de Morombi !

-Euh, lui soufflai-je. Il est pas mort, tu sais ?

-Vous aurez beau dire, c'est non-négociable.

C'était presque perdu d'avance. Le seul qui avait un tant soit peu d'influence sur le binoclard était évanoui, en pleine récupération de son duel presque mortel d'il y a une dizaine de minutes.

-Bon, on va régler ça rapidement, marmonna Ody dans sa barbe. Viens par-là, mon coco...

Le Diogène aux cheveux gris saisit Razel par l'épaule et l'emmena à quelques mètres, suffisamment loin pour qu'aucun d'entre nous puisse entendre ce qu'il allait lui dire. Alors que les lèvres d'Ody remuaient, le regard courroucé de Triff s'adoucit de plus en plus, pour au final devenir pensif. C'était bien la première fois que je voyais quelqu'un réussir à visiblement convaincre l'asocial de notre bande aussi rapidement. J'étais bien sûr soulagé de voir Ody revenir vers nous avec le pouce en l'air, beaucoup moins lorsque je vis le sourire sombre et le regard de mauvais augure que m'adressait Razel. Oui, qu'il adressait à personne d'autre qu'à moi.

-Euh... Qu'est-ce que tu lui as dit, au juste ? Demandai-je, non sans une pointe de crainte dans la voix, au frère Diogène.

-Boaf, pas grand-chose. Prépare-toi juste un peu pour les semaines à venir.

-Hein ? Me préparer pour quoi ? Qu'est-ce qu'il va se passer. ?

-T'occupe, et apprécie le spectacle.

 

Il en avait de bonnes, lui.

 

Outre la légère crainte des futurs évènements, une soudaine curiosité m'envahit. Après tout, voir Razel O.Triff livrer une partie de ping-pong contre un archiviste en bure, c'était plutôt inhabituel. Toutefois, les précédentes épreuves s'étant révélées plus tordues que sur le papier, je m'attendais bien à avoir une quelconque spécificité digne des esprits malades maîtres de ces lieux. Le Rôliste et Mangoustini, après avoir apporté une table de ping-pong bleutée qui semblait avoir déjà bien vécu, ajustèrent le filet pendant que le Comptable apportait balles et raquettes. L'Archiviste, quant à lui, faisait des étirements. Toujours dans sa tunique. C'était bizarre.

-Bon, messieurs ! Fit le fana de jeux en élevant la voix. Troisième épreuve, la partie de ping-pong ! Une seule manche à onze points, avec deux points d'écarts !

-Euh, c'est-à-dire ? Demandai-je timidement, néophyte complet en matière de sport.

-Ça veut dire que le gagnant doit avoir obligatoirement deux points de plus que le perdant au final, me répondit Haru. Par exemple, la partie ne peut pas se terminer avec un "onze" à "dix", il faudra que ça soit au minimum "onze" à "neuf", ou alors, il faut réussir à faire un point de plus sans que l'autre comble le retard. Mais si les joueurs sont bons, ça peut durer un long moment.

-Je vois...

-Avec en plus une petite spécialité ! Pour rajouter un peu de piment, les balles explosent si l'échange dure plus de trente secondes ! Et si elles font boum de votre côté de la table, vous perdez un point !

Je me disais bien qu'il y allait avoir un truc du genre. Après l'énonciation de cette règle un tantinet dangereuse, Razel ne montra aucun signe d'inquiétude, -le contraire aurait été étonnant-, de même pour son adversaire. Les deux se munirent simplement de leur belle raquette bicolore noire et rouge, se jaugeant mutuellement du regard. Alors que le Rôliste s'apprêtait à enchaîner, Razel tendit sa main gauche, celle non-gantée, à son adversaire.

-Je te souhaite une belle partie, lâcha-t-il avec un léger sourire.

La cause de l'étonnement de l'Archiviste était qu'en temps normal, c'était avec la droite qu'on serrait la main. La cause du notre, c'était de voir Razel initier un mouvement qui était en général perçu par l'ensemble des humains comme amical et honnête. C'était pas normal. A côté de moi, je sentis Haru frissonner un coup, ce qui me fis la suspecter d'être au courant de quelque chose. Je n'eus cependant pas le temps de lui demander quoi que ce soit, car après que l'homme en toge eut saisit la mimine de son adversaire, le Rôliste s'éclaira la gorge et annonça le début de la partie. Les deux participants ne jugèrent pas nécessaire de faire des passes d'échauffement et de directement commencer la partie. J'étais un peu étonné, même avant que la partie ne commence, Razel ne semblait pas particulièrement décontenancé, pourtant c'était bien la seule personne au monde que je n'imaginais pas jouer au ping-pong pour s'amuser. Quoique, il avait Avidus comme maître de guilde autrefois, peut-être que ça expliquer...

-Engagement du côté de chez l'Archiviste ! Deux engagements à tour de rôle, ça vous convient ?

-On peut commencer ? Envoya sèchement notre binoclard aux cheveux couleurs de cerisier. Qu'on en finisse vite...

-Oui, oui. Messieurs, c'est parti !

 

Et la partie commença. L'Archiviste commença d'entrée de jeu avec force, en attaquant directement avec un coup rapide qui frôla les deux extrémités de la table en un éclair. Surpris mais néanmoins toujours sur ses gardes, Razel fit tourner sa raquette pour afficher le côté rouge et réussit à rattraper la balle-fusée de justesse, l'envoyant avec précision sur le coin droite de la table, du côté de son adversaire naturellement. Malgré sa bure qui devrait normalement le gêner dans ses mouvements, l'homme à la légère barbiche avait visiblement prévu la trajectoire de la balle et s'était bien placé en conséquence. Il n'avait qu'à allonger un peu le bras, mais il lui était aisé de renvoyer la balle, cette fois-ci cassant le rythme avec un effet ralentissant la sphère de plastique et la faisant atterrir quelques misérables centimètres après le filet. Razel eut beau se jeter pratiquement sur la table pour essayer de la rattraper, elle lui échappa cependant de peu, atterrissant sur le sol pavé et allant se cogner quelque part contre un mur. Toute notre équipe observait le spectacle, bouche bée, avec une même question en tête :

 

"C'est quoi ce niveau de dingue ? "

 

Que ça soit  Razel ou l'Archiviste, les deux se battaient au tennis de table comme des champions nationaux. Razel avait pour lui ses excellents reflexes de combattants et des coups fourbes qui obligeaient son opposant à se placer dans diverses positions très inconfortables. Le littéraire, quant à lui, avait une excellente analyse de l'ensemble de la zone de jeu, et arrivait à changer le rythme à son bon vouloir grâce à de nombreux coups à effets. J'y connaissais rien à tout ça, c'était Haru qui m'expliquait tout au fur et à mesure, mais plus je regardais, plus je les trouvais impressionnants dans leur genre. Les deux attaquaient avec rapidité et concentration, avec en plus une légère pointe d'agacement du côté de notre challenger qui donnait du piquant à ses attaques. Quand l'un marquait un point, l'autre se rattrapait sur le prochain, et ainsi de suite. Et à chaque fois suffisamment rapidement pour que la balle n'explose pas pendant une manche - de plus, de ce que j'avais compris, les sphères n'explosaient pas si les raquettes arrêtaient de les percuter, bonne nouvelle. Les échanges entre les deux hommes se firent de plus en plus nerveux, au point qu'ils arrivèrent rapidement à huit points sans que l'un ne prenne vraiment l'avantage sur l'autre.

-Un adversaire de cette valeur est chose peu courante, clama l'Archiviste entre deux souffles. Je...

Il s'interrompit, son peu de visage visible affichant une expression de souffrance. Alors que c'était à lui de lancer l'engagement, il posa sa raquette quelques secondes et posa sa main sur sa hanche. Un sombre sourire s'afficha sur le faciès de notre participant.

-Maintenant, la partie peut vraiment devenir amusante...

 

Bye-bi !

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon chapitre !

 

La partie commence ! Comme à dit l'archiviste, mais il a fallu beaucoup d'effort de la part de la team, mais surtout d'Ody pour convaincre Razel, je ne sais pas ce quel marché il a passé avec lui, mais Juzi en est le sujet :P.

 

Bref j'attends la suite qui s'annonce plus extrême !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bref j'attends la suite qui s'annonce plus extrême !

 

8)

 

Je ne fais que passer !

 

Underground : Chapitre douze : Conclusion dérangeante

 

Un petit cri de douleur étouffé, un soudain recroquevillement et un air des plus surpris, le tout sous un regard vicieux à demi-caché par des verres correcteurs et quelques mèches roses. J'avais beau n'avoir été spectateur de ces symptômes que deux ou trois fois tout au plus, il ne me fallut guère plus de quelques secondes pour saisir le spectacle qui se présentait à nos yeux. En trois mots ; vocabulaire, magie, sadisme. Un léger détail tira cependant mes sourcils vers le bas. J'avais souvenir que le maléfice de Razel ne s'activait uniquement lorsqu'un mot entrant dans le champ lexical des insultes et injures était prononcé, hors là, j'avais beau me refaire le peu de syllabes échangées entre les deux hommes, aucune grossièreté ne me revint en tête. L'Archiviste était même d'une politesse exemplaire.

-Je m'en doutais, marmonna la jolie brune à mes côtés. Quelle espèce de...

-Tu sais quelque chose ?

-Moui, plus ou moins... Il avait utilisé cette tactique lorsqu'il affrontait Ryûjin Isako -je crois que c'était ça, son nom. Sous certaines conditions, il a possibilité de changer les règles de sa magie, notamment le champ lexical par défaut, et peut aussi avec ça ne cibler qu'une seule personne... Pour ça, il doit toucher physiquement l'individu en question au moins une fois.

-Ça explique la poignée de main.

-Par contre, il me semble que ça dure pas plus d'une dizaine de minutes.

Et cela faisait déjà environ cinq minutes qu'ils jouaient. Enfin, ce n'était au final plus si important, le sort avait déjà fonctionné une fois et la douleur occasionnée ne s'évaporait pas après quelques secondes, ce qui conférait à notre challenger un grand avantage. Quoi de pire que de faire des efforts lorsque l'on est blessé ? D'autant plus que l'homme en bure semblait être atteint au niveau du genou, l'handicapant donc grandement pour les déplacements. Le Rôliste sourcilla en apercevant son compère pris d'une indicible souffrance.

-Qu'est-ce que... Tu lui as fait quelque chose ?

-En effet. On peut reprendre ?

-Fumier, c'est contre le...

-Permets-moi de t'interrompre avant que tu ne sortes une grosse bêtise, lâcha froidement notre participant. Tu n'as aucunement précisé que l'usage de la magie était interdit durant ces jeux, donc, je ne vais à l'encontre de rien du tout. Me disqualifier à cause de ton manque de précision et de ton amateurisme en tant qu'organisateur serait le comble du déshonneur pour un soi-disant passionné de jeux, tu ne penses pas ?

Le Rôliste, ne sachant quoi répondre devant cette acide remarque, se mordit légèrement la lèvre inférieur, pendant que je ne pouvais être qu'impressionné par la répartie de Razel. En effet, il était difficile de le prendre en tort sur ce point, et le fana de jeux ne pouvait pas invoquer le fair-play puisque dès le départ des jeux, l'équipe adverse partait avec un certain avantage. Les regards se tournèrent rapidement vers l'Archiviste, qui, malgré sa jambe dans un état critique, resta droit et fit comprendre d'un mouvement de la tête qu'il pouvait continuer la partie.

 

Quel sentiment étrange que de ressentir plus de respect envers son adversaire qu'envers son compagnon.

 

Le rat-d'égout à la bure continua là où il s'était arrêté, cette fois-ci sans ouvrir la bouche. Il semblait avoir plus ou moins compris d'où venait le problème, prouvant encore une fois qu'il jouissait d'une très bonne capacité d'analyse. Sans perdre de temps, il envoya une véritable roquette du côté de son adversaire, qui ne se laissa cependant pas faire et la renvoya avec tout autant de violence et de précision. Petite différence par rapport à avant, Razel prenait soin d'envoyer le plus de balles possibles à la droite de son adversaire, côté où ce dernier était toujours blessé par sa sorcellerie. C'était principalement cette touche de fourberie qui faisait que notre asocial prenait rapidement l'avantage, même si son adversaire se débrouillait admirablement et parvenait toujours à se hisser à l'égalité. Les onze point furent promptement dépassés, et c'est lorsque Triff arriva à son quinzième, et que son opposant était au quatorzième, qu'il lâcha d'un air suffisant :

-La partie est terminée.

Sans plus de précision, il engagea la manche. Contrairement à toutes les autres premières balles de la partie, il fit partir cette dernière avec une lenteur perturbante, qui surprit le sportif intellectuel d'en face mais pas au point de le priver de ses moyens. Si son adversaire avait décidé d'y aller mollo, sûr de sa victoire, ce n'était pas une raison pour lui de suivre son rythme et de se laisser faire ! C'est du moins ce que semblait dire sa raquette lorsqu'il frappa avec une rapidité olympique la sphère blanche et la renvoya de l'autre côté. C'était cependant un coup "classique" que le binoclard n'eut aucun mal à renvoyer, cette fois-ci encore d'une lenteur affligeante. Pire encore, l'effet grotesque qu'il donna à la balle donnait l'impression qu'elle avait été frappée par un débutant. Il lui donna une puissante frappe par le dessous, la faisant dessiner une belle cloche dans les airs, pour la faire atterrir à quelques millimètres du filet et bien au bord de la table. Du bord droit, naturellement, ce qui fit que pour empêcher la balle de tomber à terre et de faire gagner la partie au sadique de service, l'Archiviste sauta littéralement sur la table pour atteindre la bouboule, heurtant violemment son genou au pied métallique.

-Argh...

Il réussit tant bien que mal à rattraper la balle et la renvoya du côté de son adversaire. Toutefois, dans sa position, il serait incapable de riposter si Razel décidait d'en finir et d'envoyer un coup rapide du côté gauche. Mais aussi étonnant que ça puisse paraître, l'homme aux tifs roses prit encore une fois son temps pour frapper la balle. Il attendit même presque le dernier moment, remuant ses lèvres en silence avec un air concentré.

 

Je compris d'un coup ce qu'il comptait faire. J'eus un haut-le-cœur.

 

Avant que je ne pus faire quoi que ce soit, les lèvres de Razel s'arrêtèrent de remuer et commencèrent à s'élargir en un grand sourire. Alors que la balle s'apprêtait à passer en-dessous de la table, notre pongiste la réceptionna précipitamment et envoya un smash d'une vitesse hallucinante en direction de la tête de l'Archiviste, toujours vissée sur la table de jeu. Comme je le craignis, lorsqu'elle fit à quelques centimètres de la tête du binoclard en toge, la sphère émit une légère lumière puis explosa. Oui. Certes à petite échelle, mais ça restait une explosion tout à fait authentique. Le visage de l'Archiviste disparut dans les flammes, puis son corps dans la fumée dégagée par celles-ci. Razel sourit d'un air parfaitement calme, les yeux clos, avant de remonter ses lunettes avec désinvolture et de poser sa raquette sur la table. Car oui, la partie était désormais terminée. Non seulement son opposant n'était probablement plus en état de continuer la partie, mais le règlement précisait que le côté duquel la balle explosait perdait un point, ce qui dans le cas présent scella la défaite du binoclard. Les autres rats-d'égouts ne perdirent pas de temps pour courir vers leur membre défait pour constater son état de santé, de même pour Haru. Ma petite amie adressa d'ailleurs un regard des plus noirs à Razel lorsqu'elle passa à côté de lui, ce dernier se contentant de lui répondre avec un air narquois et hautain au possible. De là où j'étais, je ne pus voir l'état du visage de l'Archiviste, mais il était vraisemblablement dans un stade critique, n'en témoigne le fait qu'Haru s'empressa d'utiliser ses charmes de soin. Je me sentais mal, surtout en pensant que l'homme actuellement à terre aurait fini dans un autre état s'il avait choisi n'importe quel autre adversaire que la glaciale définition du mot "impitoyable". Il s'était tiré une véritable balle dans le pied... En parlant de pieds, de lourds pas résonnèrent dans la salle, et ce n'était autre que ceux de Mangoustini, le regard fulminant et l'expression enragée, qui s'approcha de Triff et le saisit violemment au col. Notre binoclard ne perdit en rien son rictus arrogant.

-Pourquoi t'es allé jusque-là ? C'est qu'un jeu !

-Justement. Et j'ai respecté les règles jusqu'au bout, je ne suis donc pas en tort.

-Espèce de...

-Alors, tu comptes faire quoi ? Me frapper ? Ça ferait de toi un très mauvais perdant, tu sais...

-Fils de pute !

La Mangouste n'était pas en état de résister aux provocations de Razel, et s'apprêtait à abattre son large poing sur le visage irritant qui lui faisait face. Ce qu'il n'avait cependant pas prévu, c'était la douleur soudaine et inexplicable qui lui prit au ventre, le bloquant dans son élan. Il se recroquevilla rapidement, permettant au sadique de se dégager de son étreinte d'un simple coup d'épaule. Les mains dans les poches, faisant royalement fi de l'accrochage qui venait de se dérouler, Razel revint de notre côté et se plaça dos à un mur, à l'écart du groupe, comme avant qu'il ne fut désigné.

 

Les blessures de l'intellectuel se révélèrent au final assez légère, même s'il en gardera vraisemblablement des traces un long moment, et il fut déplacé dans sa chambre avec Haru ainsi que le Comptable à son chevet. Impossible pour le Rôliste de ne pas accorder la victoire à notre équipe malgré la violence gratuite du final, ce qui nous donnait donc un score de deux à un. C'était pas mal, mais pas encore gagné, car il ne restait plus qu'une manche et l'égalité était synonyme de défaite pour notre équipe. Il fallait absolument remporter la grande finale, on était aller trop loin pour perdre maintenant...

-Bon, avait lâché l'organisateur d'une voix bien plus rauque et moins motivée qu'à l'accoutumée. Il reste donc la dernière épreuve ; la partie de cartes.

-Ce sera quoi ? Un poker ? Demanda promptement Kyrnos. Un black jack ? J'm'y connais un peu, là-dedans.

-Rien de tout ça. Evil & Blade, ça te parle ?

-Gneuh ?

-C'est pas un jeu de cartes qui fait fureur chez les gosses ces derniers temps ? S'estomaqua Lili. Attendez, me dites pas que...

-Alors, déjà, c'est un jeu d'une complexité stratégique intense qu'on ne peut apprécier qu'en étant adulte, l'interrompit le joueur, presque vexé. Ensuite, ben ouais. C'est la dernière épreuve. J'espère que vous avez vos decks avec vous.

-Euh, j'y joue pas, annonça clairement Kyrnos.

-De même, renchérit Bushido.

-J'ai passé l'âge, soupira la succube.

-Je connaissais pas, annonçai-je timidement.

-Mon deck est actuellement en cours de mise à jour, donc il sort pas de chez moi, fit Ody d'un ton légèrement pensif.

Et inutile de demander à Razel car ce dernier, comme Morombi et moi-même, n'avait plus droit à la participation. Une grande panique s'empara de la quasi-totalité des membres du groupe lorsque le Rôliste, apparemment mortifié à la vision de gens n'y connaissant rien, annonça que sans jeu de cartes de notre côté, il était impossible de débuter une partie. Ce qui impliquait une disqualification de notre côté. Ce qui signifiait la fin de la partie pour nous. Ce qui signifiait que c'était vraiment la galère. Après toutes les difficultés traversées et les enjeux en cours, échouer de cette manière était peut-être la pire conclusion possible.

-Euhm, moi j'ai un jeu avec moi.

Tous les visages se tournaient vers cette voix salvatrice que nous n'avions pas entendu depuis un petit moment déjà. Moins pâle que lorsqu'il nous avait quitté, mais étrangement amoché physiquement, Max venait de revenir dans la pièce, l'air curieux et un paquet de couleur brune dans la main. Une fois le soulagement de le revoir entier et de constater que nous allions pouvoir continuer, une autre pensée un peu inquiétante frappa nos esprits simultanément.

 

Notre sort était entre les mains de Max D Seichal.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Du Razel classique tout ça ! C'est gratuit mais venant du personnage, ça n'étonne nullement. Surtout qu'au final, les dégâts sont légers. Il aurait amputé son adversaire, là ça aurait été bien plus brutal ! xD

Mais sa stratégie a bien marché quand même. Affaiblir et bourriner toujours du même côté jusqu'à épuisement.

 

Par contre, je crains la suite tout autant que les personnages car je suis naturellement très nul avec des cartes... Et puis ce jeu, il va forcément avoir des règles encore plus tordu que Magic ou Yu-Gi-Oh...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon chapitre ! Bien sympathique !

 

Razel n'a pas fait dans le détail, il avait déjà gagner cette partie dès que son adversaire subit l'effet de son pouvoir. Il tient son rôle de sadique en ayant joué avec sa victime jusqu'au bout jusqu'à le faire une FATALITY  8). La suite en sera que plus mémorable avec le retour du Roi du Throne :P et son deck de carte. A toi de jouer Yugi !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Juzi!

 

Bon après avoir rattrapé une bonne partie de mon retard sur ta fic j'ai fermé l'onglet de réponse comme une patate, donc je vais tout réécrire...

C'est dommage, mon message d'avant était plus drôle et plus enjoué mais là il est minuit et demi et je ne me sens pas de faire une tirade d'introduction sur ce magnifique déterrage de fanfic!

 

Eluminas : chapitre 10

Asura est vraiment malsain mais je l'apprécie de plus en plus dans sa psychopathie. Par contre je ne sais pas pourquoi mais pour Zesk j'imagine une armée de Pingouin (pas l'animal hein...) en train de rire machiavéliquement avec leur couteau à la main. C'est flippant.

N'empêche 2 semaines de règne ça n'a pas l'air très ambitieux même si on sait tous que diriger la cité n'est pas le rêve de la vie d'Asura. A voir pourquoi il lui faut ce délai de préparation... Au moins ça laisse à nos héros un peu de temps pour leur mettre une branlée.

 

Eluminas : chapitre 11

Du jaune d’œuf sera la clé, normal.

C'est normal que les risques pris par Ody soient choquants, mais c'est un moindre mal par rapport à ce qu'il se passerait si Juzi and co ne pouvaient pas agir et étaient restés coincés sur la place. Par contre Asura devait s'attendre à ce qu'il y ait une réaction de la population vu qu'il a laissé la bande partir en quelque sorte, donc soit c'est vraiment un psycho et il fait une tuerie dans la foule, soit il s'en fout de ce que font vraiment les gens mais il utilise juste la menace peut lui servir de "pression" sur les gentils?

Je suis fatiguée, c'est pas clair dans ma tête xD

 

Tout ce que je peux dire, c'est que c'est bel et bien Elise qui a prévenu Asura afin qu'il ramène ses fesses à Eluminas. J'avais même glissés quelques très-très-très-mini-détails à cet effet il y a quelques chapitres.
 

Ouais, nanoscopiques tes indices :P

 

Eluminas : chapitre final (mais qu'en vrai c'est pas la fin de l'arc)

Toujours d'aussi bonnes descriptions!

Oh le vilain menteur! Pour une fois qu'un méchant utilise le fameux discours de divulgation de son plan à son avantage :P Du coup ça va être tendu, mais bon si ça se trouve les vieux travers de OFDT des mages de FT vont leur sauver la mise...

 

Je commencerai la deuxième partie de l'arc demain en éditant mon post, promis juré craché! 

 

@Max : un jour viendra le temps où enfin, j'aurais lu tes fanfictions...

 

EDIT :

 

Je pensais en faire une surprise, mais comme tu as si bien déterré le topic : rendez-vous le premier avril pour la suite :P

Faut vraiment que je finisse de me mettre à jour alors :P

 

Underground : Chapitre 1

Direction les égouts, youpi! Reste à voir ce que Morombi compte proposer pour pouvoir s'y rendre en toute discrétion...

J'ai pas trop grand chose à dire là, je garde mes questions et mes intuitions dans un recoin de ma tête.

 

Underground : Chapitre 2

Bon ben va pour la diversion avec les bestioles! Et Max qui essaie discrètement (ou pas) de choper des infos sur les faiblesses de Morombi, il avait peu d'espoir :P Mais j'imagine qu'on en saura plus un jour ou l'autre...

Sympa le mot de passe ^^

Je me fais aussi les mêmes réflexions que Max (le vrai) sur les clones : si Zesk voit tout ce que ses clones voient il doit bien se douter que quelque chose se trame sous terre, même s'il ne connait pas le lieu exact, et même s'il en a plein à gérer en même temps... Par contre j'ai été surprise de voir un clonne fatigué, ce n'est pas habituels pour un clone tel qu'on se l'imagine.

 

Underground : Chapitre 3

N'empêche qu'au début, quand tu parlais de quatre types vivants dans les égouts, j'ai pensé aux tortues ninjas

La même, surtout quand tu évoques les rats et la bouffe ça paraissait plausible un tout petit peu :P

Enfin bref, ils sont quand même un peu pareil : l'intello, le mec qui veut tout le temps jouer, le baraqué... Mais si ce sont des persos inspirés de tes potes j'espère que tu exagères tout de même leurs caractères xD

Heureusement que je lis tout d'un coup parce que les cliffhangers ça me fait trop ruminer!

Ton dessin est sympa, tu as bien représenté l'instabilité d'Asura ^^

 

Underground : Chapitre 4

Chapitre plein d'humour malgré l'introduction de Nébarius. Ah Nébarius... Heureusement que tu mets des petits rappels dans tes chapitres car je me rend compte qu'après plus d'un an je ne me souviens pas de tout les événements ni de tous les personnages sans ça :/

L'epicness des épreuves, ça me donne envie de voir ça :P Mais ça donne faim avec les wings, et le distributeur de mon école ne marche pas, donc c'est cruel (oui je suis un peu censée travailler là...).

 

Underground : Chapitre 5

Les blagues de fifou! Haha ^^ Pauvre petit Juz', et Haru est tellement gnangnan... Enfin c'était pas mal comme première épreuve.

 

Underground : Chapitre 6 

Sword of Wind le retour! Il a bien choisi son moment dit donc, pile à temps pour servir de nouvelle source de magie dans l'imaginaire d'Asura apparemment... Enfin bon on verra bien, entre les épreuves loufoques dans les égouts et l'affrontement imminent dans la salle du trône, il va y avoir de quoi se divertir!

 

Underground : Chapitre 7

Oh, un bébé chapitre! Vu le niveau des deux la suite du combat va surement être assez épique... Pas grand chose de plus à dire, si ce n'est une description du combat bien maîtrisée.

 

Underground : Chapitre 8   

C'est dommage pour SoW qu'Alceste ait pris part au combat de cette manière, déséquilibrant les forces, mais j'avoue qu'ils auraient pu continuer leur affrontement encore longtemps les deux autres. Adam serait papounet? à suivre...

 

J'aime bien l'interview, c'est frais :) 

Et pour le fait de changer le nom de ta fic, c'est vrai que ce n'est plus trop le thème général. A voir si tu trouves un titre qui claque!

 

Underground : Chapitre 9 

Déjà le titre du chapitre : quelle recherche, quel humour, c'est beau! :P

Moi, mais pas en même temps

Je me suis fait la blague dans la tête avant même de la lire xD

N'empêche je souffre pour Morombi, ça me rappelle des souvenirs de paris débiles. Et pauvre Max, je n'irai pas jusqu'à dire que c'est une petite nature vu le mal qu'à le colosse mais il est quand même bien bête (pour changer) d'en avoir mangé.

 

Underground : Chapitre 10

Max coincé dans les toilettes avec une pieuvre... 9_9 Enfin bien joué de la part de Morombi, très beau sacrifice, j'espère qu'il s'en remettra.

Et pour l'adversaire de l'Archiviste je vois plus Razel, puisqu'il n'en a rien à carrer depuis le début. 

 

Underground : Chapitre 11

J'avais vu juste! Et sans tricher en plus! Je me demande bien ce qu'Ody lui en à promis en contre-partie de sa participation à l'épreuve. 

Trente secondes d'échange maximum, c'est vrai que c'est assez chaud, mais c'est faisable, la preuve avec nos deux ninjas de la raquette.

Et ce filou de Razel, ça va être plus dur pour l'Archiviste mais je ne l'imagine pas perdre pied aussi facilement.

 

Underground : Chapitre 12

Il fallait y penser, mais faire en sorte que la balle explose juste à côté de sa tête c'est quand même extrêmement sadique.

Pour le jeu de carte, c'était obligé que Max soit notre héros! Mais je ne vois pas duuuu touuut pourquoi les autres paniquent 9_9

 

Oh ça y est, je suis à jour! Rdv le 1er avril alors! Je sens une belle farce arriver, je ne sais pas pourquoi :P

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Eh ! Chuww !! Ça fait super plaisir de te revoir par ici  :D

 

Merci pour tes commentaires ! (Le coup de la fenêtre fermée par gaffe, on l'a tous connu ! ^^). Content que ça t'ait plu !!

 

Ouais, nanoscopiques tes indices :P

 

Bah oui, sinon c'est nul si tout est trop évident. *sifflote* #LeGarsBeaucoupTropTordu

 

J'avais mis la fanfic en hiatus depuis juin dernier, j'entrais dans une période où j'avais absolument pas le temps de faire quoi que ce soit pour la fic...

 

Je pensais en faire une surprise, mais comme tu as si bien déterré le topic : rendez-vous le premier avril pour la suite :P

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

591091comebacku.png

 

 

De retouuuuuuuur ! Avec un post extrêmement long mais de retouuuuuuuuuur !! Avec un jour de retard parce qu'on me refait pas, mais de retouuuuuur.

 

Après une petite année un peu pleine de tous les côtés pour moi, je peux finalement reprendre ma fic ! :D Juzi content. J'en fais des caisses alors que c'est juste une fanfic, mais Juzi content quand même !

 

Nous reprenons donc au coeur de l'arc Underground, le deuxième arc de la saga Eluminas. J'ai malheureusement pas eu le temps de faire un résumé... Peut-être que je le ferai ce week-end. Je ne peux du coup que vous conseiller, si vous voulez vous rafraîchir la mémoire, de lire le petit compte-rendu de Chuww' un peu plus haut.  :)

 

Allez, deux chapitres !

 

 

Underground : Chapitre treize : C'est l'heure du du-du-du-duel !

 

EVIL & BLADE©

 

"Règles de bases

 

-Chaque joueur possède un deck de cinquante cartes. Ils commencent la partie avec six cartes en mains. A chaque début de tour, ils en piochent une.

-Chaque joueur possède 50 points de vie. (PV)

-Chaque joueur possède également deux dés à dix faces, un comportant des unités, un autre des dizaines.

-On trouve quatre types de cartes différentes dans le jeu : MONSTRE™, LEADER™, MALEFICE™ et TERRAIN™.

-On ne peut poser qu'une carte de chaque type par tour.

 

-Les cartes MONSTRE™ constituent le cœur du jeu. Elles possèdent des points d'attaque (PA), qui permettent d'infliger des dégâts, des points de protection (PP) qui peuvent être considérés comme leurs point de vies. Sauf effet spécial, les PP ne se régénèrent pas s'ils sont perdus. Ils possèdent également des points de bestialité (PB) pouvant aller de 10 à 90. Plus ces derniers sont élevés, plus le MONSTRE™ n'en fait qu'à sa tête et rechigne à exécuter les ordres de son maître. A chaque attaque, le joueur doit lancer ses dés et obtenir un résultat plus grand que le nombre de PB du MONSTRE™. S'il réussit, le monstre obéit, s'il échoue, le monstre attaque son propre maître en lui faisant perdre un nombre de PV correspondant à la moitié des PA du MONSTRE™. Il peut y avoir cinq MONSTRE™ invoqué par camp.

 

-Les cartes LEADER™ sont plus rares mais n'en demeurent pas moins essentielles à la réussite d'une partie. Elles permettent en premier lieu de réduire de moitié la bestialité des MONSTRE™ du joueur. L'autre grande particularité des cartes LEADER™ est l'activation de deux effets pour son propriétaire lorsqu'elles sont posées ; un positif et un négatif. Il faut donc jouer ces cartes avec réflexion. Les cartes LEADER™ ne peuvent pas attaquer et il ne peut y en avoir que deux activées par camp.

 

-Les cartes MALEFICE™ sont un petit plaisir que les joueurs affectionnent... Lorsque ça ne leur tombe pas dessus, naturellement. Les effets de ces cartes peuvent aller de la perte de cinq PP à l'annihilation totale de l'armée invoquée par l'ennemie. Cependant, les MALEFICE™ ont un coût, et il se calcule en MONSTRE™ à sacrifier. Naturellement, le nombre de cartes à défausser dépend de la puissance du MALEFICE™. Les MALEFICE™ sont soit permanents, soit à utilisation unique, cela est précisé sur la carte. Il n'existe aucun moyen de les éviter ou de s'en défaire.

 

-Les cartes TERRAIN™ ne se trouvent pas dans les decks des joueurs, mais en pile à côté de la surface de jeu. Il en existe quinze. Au début de la partie, après que le paquet ait été mélangé, la première carte est tirée et posée face retournée au centre de la table de jeu. Elle détermine dans quel genre d'environnement se déroule la bataille, et peut apporter diverses nouvelles conditions de jeu. Seuls les MALEFICE™ permettent de changer de terrain.

 

[...]

 

Règle importante : la triche, tant qu'elle passe inaperçue, n'est pas interdite. La guerre, c'est aussi ça."

 

Ce fut d'une même voix que les deux futurs adversaires récitèrent la dernière phrase des règles de base d'EVIL& BLADE, rituel propre au début de chaque partie. Puis, deck de l'autre en mains, ils commencèrent à brasser les cartes à la manière d'un croupier de casino. L'œil valide du borgne ne quittait pas Mangoustini  Cela faisait déjà quelques minutes que le Rôliste avait emmené Max, la Mangouste, Ody et Lili à l'écart du reste du groupe, dans une antre gigantesque qui n'avait pas à rougir face à la salle du trône du château d'Eluminas niveau superficie. Une pièce aux murs simples, humblement ornés de quelques torches qui crépitaient paisiblement. Pas beaucoup de mobilier, autrement. Une table rectangulaire pas particulièrement longue, deux chaises en bois qui craquaient horriblement lorsque l'on s'y asseyait, et c'est tout. Niveau déco et optimisation de l'espace, c'est pas vraiment ça, avait pensé la succube.

-Prends des notes, assistante, lui confia Ody dans un murmure discret comme s'ils étaient dans une église. Ce qui va suivre va dépasser tout ce que tu imagines.

-J'en doute pas, lâcha-t-elle lassement, sans prendre le soin de baisser sa voix. Et je peux savoir ce qui me vaut le... privilège d'assister à ça ?

-Il y a bien longtemps que j'envisageais de t'initier à cet art noble. C'est une occasion à ne pas manquer. N'hésite pas à interroger le Rôliste ou moi-même si tu as des questions, nous serons les arbitres.

-A quoi sert un arbitre dans un jeu où on a le droit de tricher ?

-... La partie va commencer, sois attentive !

 

Lili soupira. Ce ne sera pas la dernière fois.

 

Elle fut néanmoins impressionnée par l'aura que dégageaient les futurs adversaires. Même si elle ne l'avait rencontré que très récemment, jamais elle n'avait Max avec un tel sérieux. Lui qui prenaient habituellement les choses avec une désinvolture à la frontière de l'arrogance, c'était une première. La succube pensait, à raison, faire face à un monde qu'elle ne comprendra probablement jamais. Une fois que chacun ait rendu son jeu de carte à l'autre, ils tirèrent chacun six cartes et les observèrent attentivement.

-Bien, nous allons décider qui commence, clama le Rôliste. Messieurs, dans le cinquième tome des Chroniques Comiques du Necronomik, quel est le mot de passe employé par Excessiel pour accéder à la salle de garde ?

-Les chats chapardeurs chassent et chatouillent les échasses sales et sèches sans chausson ni chanson, s'empressa de répondre Max, sous le regard désarçonné - euphémisme -  de la jeune demoiselle démoniaque.

-De qu...

-Excellent !

Mangoustini avait gardé la bouche légèrement entrouverte, apparemment impressionné par la réponse rapide donnée par le borgne sans qu'il ne fourche sa langue. Ce dernier exhibait un sourire satisfait. Ody expliqua à son assistante que la personne qui débutait le jeu devait donner une bonne réponse à une question relative à l'univers d'Evil & Blade. Voilà à quoi on sert, ajouta-t-il sans qu'elle n'y prête attention.

-Impressionnant, lâcha finalement la Mangouste. J'ai visiblement affaire à un connaisseur.

-Tu crois pas si bien dire, mon pote.

 

Deuxième chapitre ! Here we go !!

 

Underground : Chapitre quatorze : Clong

 

"Vous inquiétez pas les gars, tout va aller comme sur des roulettes."

 

Il m'était arrivé, au cours de mes quelques missions passées avec Max, d'entendre ces mots sortir de la bouche de mon aîné borgne. Généralement, dans l'heure qui suivait, soit on était suspendu la tête-en-bas au-dessus d'un monstre marin anthropophage, soit on se retrouvait nus comme des vers au milieu d'une rue commerçante. Autant le dire clairement, je n'étais pas très rassuré de savoir notre cher prince des sables dernier atout pour nos joutes ludiques.

 

Paraîtrait-il qu'il était néanmoins particulièrement doué à ce jeu de cartes. Il aurait même passé ces quelques derniers jours à Eluminas à jouer contre "d'honorables et valeureux jeunes adversaires" (autrement dit des gosses de douze ans) qu'il "vainquit héroïquement et amassa fier butin" (autrement dit qu'il explosait sans retenue et qu'il leur prenait leur argent de poche en guise de récompense).

 

Enfin, j'étais peut-être médisant, mais s'il y avait bien une chose dont j'étais sûr, c'était que Max D Seichal parvenait toujours à se sortir d'affaire.

 

Une autre grande cause de mon sentiment d'angoisse actuel était de me retrouver face à Razel, Kyrnos et Bushido à la même table, avec comme seul allié de mon côté un jus d'orange particulièrement bon apporté par le Comptable quelques minutes auparavant. Ce dernier et Haru étaient désormais au chevet de l'Archiviste, qui après sa défaite explosive face à Razel dans un match de tennis de table endiablé, devait rester alité. Ma copine me manquait quand même un peu. Un peu beaucoup. Surtout quand étaient réunis dans une même pièce un sadique, un taciturne, un vantard et un timide. On dirait presque un début de blague, tu parles d'une ambiance.

-...S-Sinon, vous pensez que ça ira comment pour Max ?

-Oh, monsieur le comique de service veut faire la conversation ? Répondit froidement vous-savez-qui avec un sourire en coin.

Une allusion à ma précédente et honteuse défaite - faut-il préciser que c'était également la seule de notre côté pour l'instant ? - me fit l'effet d'un bâillonnement. Je baissai légèrement la tête, rien à redire. Ma réaction était assez pathétique, mais face à Razel, je ne savais jamais comment réagir. Il y en avait cependant un qui osait lever le ton.

-Hep', le binoclard, tu sais que tu peux répondre à une question sans forcément faire chier celui qui la pose ?

Première fois que Kyrnos prenait ma défense, me semblait-il.

-Moui, j'imagine. Mais où serait le plaisir, sans cela ?

Dur de ne pas sursauter lorsque la moitié de la table vole en éclat dans un bruit d'explosion et que son jus d'orange tombe à la renverse sur son pantalon. Alors que j'avais l'air encore plus débile que d'habitude avec mon jeans taché, il y en avait un dans le groupe qui avait une envie de cogner assez sévère. Le poing rageur de Kyrnos annonçait clairement que sa fragile patience était partie en fumée, le mobilier avec. S'en suivit une chaise qui tombait à la renverse, quelques pas lourds et une saisie de col. J'étais un peu trop surpris pour me lever, de même pour Bushido.

-Ça fait depuis que je connais ta sale gueule que je meurs d'envie de te faire bouffer tes lunettes ! Serre les dents, enculé !

-Kyrnos ! Arr...

-Te gêne pas, allez !

Devant le rictus assuré de Razel, s'il y en avait bien un qui serrait les dents, c'était malheureusement Kyrnos suite à l'injure envoyée. Il serra son flanc avec sa main droite, incapable de frapper comme il le souhaitait. En profitant de cela, Bushido eut le reflexe de se lever et de séparer les deux hommes, bien que l'on sentait qu'il n'était lui-même pas contre l'idée d'envoyer le binoclard au tapis. Si l'on commençait à se tirer dans les pattes dans une situation aussi précaire, c'était le début de la fin. Il fallait réussir à faire avec le caractère froid et sadique de Razel quand Morombi n'était pas là pour le remettre à l'ordre. Bien plus facile à dire qu'à faire.

 

Il était le plus puissant d'entre nous, mais aussi le moins facile à gérer...

 

On savait qu'il était indispensable, c'était bien pour ça qu'on essayait de faire fi de ses incessantes provocations... Même si j'avais l'impression que ce n'était pas la meilleure des méthodes. Qu'est-ce qu'on pouvait faire d'autre ? Est-ce qu'on pouvait le changer ? Aucune idée, je ne le connaissais pas assez pour le savoir. Personne ne le connaissait assez, même pas son compère. Néanmoins, depuis qu'il eut appris le... terrible sort qui lui était réservé suite à notre mission au nord, je pensais le voir au moins un peu différent, que ce soit en bien ou en mal. Eh bien non. Il ne laissait rien paraître. C'était un euphémisme en disant qu'il est le moins facile à gé...

 

Clong, clong clong...

 

Plus personne ne bougeait une oreille dans la pièce. "Clong" ? Comment ça, "Clong" ? Pourquoi ça faisait "Clong" ? Pourquoi aussi est-ce que j'avais l'impression qu'on venait de toquer à la porte en métal qui permettait d'accéder au repaire des potes d'Ody ? Repaire normalement tenu secret et dont on ne pouvait accéder qu'en connaissant l'ouverture d'un passage caché ainsi qu'un mot de passe pour la porte qui suivait ? Encore une fois, le seul d'entre nous à avoir été suffisamment réactif et intelligent fut Bushido, qui se précipita à la recherche du Comptable. Il ne fallut que quelques secondes pour que les deux hommes reviennent, le binoclard fronçant quelque peu les sourcils. Il ne prêta qu'un rapide regard à la table complètement fracassée au milieu de la pièce avant de se précipiter la porte. Mais avant qu'il n’eut l'occasion de faire quoi que ce soit, les coups à la porte reprirent. Et pas que. Une voix forte, mûre, résonna en même temps. Une voix que j'avais déjà entendue.

-Ici la garde royale d'Eluminas. Ouvrez tout de suite, ou nous serons contraints d'utiliser la force.

 

Voilà voilà !

 

Petite nouveauté. Je l'ai laissé aujourd'hui parce que c'est plus simple pour s'y retrouver après une reprise, mais à partir de la prochaine fois, je vais changer le nom du topic, et donc de la fic ! De la mort à la vie devient...

 

291837fhfd.png

 

A bientôt !

Share this post


Link to post
Share on other sites

A 1h et quelques c'est plus vraiment le premier avril en effet ^^ mais contente d'avoir deux nouveaux chapitres à lire pour faire une pause dans mes révisions ! Supers  tes dessins, tu t'es amélioré. Et rien que pour Max c'est magique xD Et ne t'en fais pas tu n'en fais pas des caisses!

 

Y a même la marque déposé, quel réalisme! En tout cas j'ai compris les règles, c'est déjà ça.

"Voilà à quoi on sert", y aurait-il de la triche dans l'air? 9_9

En tout cas y a de l'ambiance avec Razel, c'est toujours sympa une bonne entente! Et la garde royale qui arrive, en pleine dernière épreuve, ça sent la baston...

Enfin bref, deux bons chapitres pour la reprise, j'ai hâte de voir la suite des événements!

 

En ce qui concerne le nouveau nom, je suis toujours pour les chaussons aux pommes! (Mais en vrai j'aime bien :)))

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le retour de Juz !

 

Ca reprend avec sérénité enfin pas vraiment avec la tension qui règne entre Razel et les autres. J'ai bien aimé les règles de ce jeu de cartes, voyons voir comment Max s'en sortira surtout avec la venue de la garde royale. Les choses se corsent !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hello ! Merci pour vos commentaires !

Y a même la marque déposé, quel réalisme! En tout cas j'ai compris les règles, c'est déjà ça.

Ah bah tant mieux, parce que moi pas trop. :o(blague à part, merci aux Yu-gi-oh de mon enfance et aux Magic de mon adolescence :-p)

 

Voilà un nouveau chapitre ! :P

 

Have fun !

 

Underground : Chapitre quinze : La garde royale d’Eluminas

 

Panique. Grosse panique. Razel fronçait les sourcils, Bushido écarquillait les paupières, Kyrnos restait bouche bée… Je ne savais pas trop quelle tête je faisais, mais certainement que ça devait pas être triste non plus. La garde royale ? La garde royale, sérieux ? C’était effectivement la voix de Tanaka, le plus haut gradé de l’armée d’Eluminas, mais comment ? D’où ? Pourquoi ? En croisant le regard de mon ami aux cheveux blancs, une même idée traversa nos esprits comme un carreau d’arbalète. On avait été suivis. Ça ne pouvait être que ça. Nous nous étions pourtant assurés de prendre toutes nos précautions avant de nous rendre dans les égouts, mais visiblement, ça n’avait pas suffi.

 

Le Comptable n’arrivait visiblement plus à bouger, incrédule devant les mots étouffés par le métal de la porte. Ses lèvres se remuèrent dans quelques « que faire, que faire, que faire… » silencieux. Puis, sans d’autres avertissements, un immense clong –encore un- retentit dans la pièce… En même temps que la porte qui passait au-dessus de nos têtes. Oui, cette même porte en acier, désormais complètement pliée en son centre. Seigneur, la suite n’allait pas me plaire.

-Au nom d’Eluminas et de son souverain, vous êtes en état d’arrestation pour actes de rébellion et potentiels futurs attentats. Veuillez nous suivre sans faire d’histoire.

Cette voix rauque et tranchante venait du premier homme qui mit les pieds dans la pièce, Escovar Tanaka. Toujours aussi impressionnant tant par sa carrure que par son aura, l’élite de l’élite, la crème de la crème des soldats d’Eluminas nous fixait de ses petits yeux gris. A ses côtés, je reconnaissais Sirius Morard, le troisième officier d’Eluminas au regard apathique, ainsi que Machin Trukshouète, la jeune recrue timide au nom… triste. Un dernier larron que je n’avais jamais vu complétait l’escadron, mais d’après son physique musclé et son sourire un peu idiot, il devait s’agir de Jerem Predigen, le quatrième meilleur soldat de la ville. Kyrnos, Bushido et Max l’avaient déjà rencontré.

 

En bref, trois des plus puissants combattants de l’état venaient de toquer à notre porte.

 

Et ils étaient pas contents.

 

-On a le droit de vous demander comment vous êtes arrivés ici ? Interrogea calmement Bushido, quelques faibles éclairs crépitant autour de sa main droite.

-Non, mais tu as le droit de garder le silence, si tu veux, lui répondit froidement Sirius en se massant la nuque. Ça nous évitera les protestations.

-Les ennemis du royaume et les Rats d’Eluminas, en voilà une belle pioche ! Tu dois être content, Escovar !

Tanaka ne réagit pas aux paroles débordantes d’optimisme de Predigen. Il nous dévisageait l’un après l’autre. Il y a avait quelque chose de véritablement stressant à passer dans son regard inquisiteur, et pour une fois, je sentais que je n’étais pas le seul à être mal à l’aise.

-Cela faisait longtemps qu’on ne s’était vu, Célien, avait finalement lâché le garde d’élite de son éternel ton bourru.

Célien ? C’était qui, Célien ? Ce n’est qu’en voyant le Comptable devenir encore plus livide qu’il ne l’était que je compris à qui il s’adressait. Ils se connaissaient donc ? En voilà une nouvelle surprenante. Qu’est-ce qu’un type comme lui avait à voir avec un haut-placé militaire ?

-M… M-Monsieur Tanaka. Longtemps, en eff-

-Je ne suis pas venu échanger des civilités. Ta clique est aussi en état d’arrestation, pour trafic d’armes et de stupéfiants. Depuis le temps que je cherche à vous mettre la main dessus…

-Et je ne peux d’ailleurs que vous conseiller de la baisser un peu, votre main, Monsieur le super-soldat, avait lâché Razel en souriant. A moins que vous ne souhaitiez la perdre dans la seconde qui suit.

Il n’y avait bien que lui dans notre bande à être suffisamment calme pour toiser nos invités surprises. Alors que Tanaka défiait sans peine les yeux fourbes de notre sadique, le Comptable sortit de sa paralysie et prit l’initiative de se précipiter vers la porte qui menait à la pièce où se déroulait le dernier duel. Il avait bien raison, l’heure n’était absolument plus aux jeux. Surtout que Max et Lili étaient clairement des forces de frappe qui pouvaient nous aider dans cette situation imprévue.

Ben oui, il n’y avait pas à réfléchir longtemps. On allait devoir se battre.

Néanmoins, à peine eut-il fait quelques mètres qu’il fut rattrapé au vol par Sirius, bien meilleur coureur de par son statut. Il lui envoya un puissant coup de coude à l’arrière du crâne, et le Comptable s’effondra dans un petit cri de surprise. En voilà une louable tentative tristement tuée dans l’œuf… Il n’avait cependant pas le temps de se réjouir de l’avoir assommé, car une gerbe d’étincelles blanches et bleues jaillit devant ses yeux. Il claqua sa langue et esquiva l’attaque foudroyante de Bushido de justesse.

-Je savais que ça allait être chiant, soupira le ténébreux en se précipitant sur le petit homme aux cheveux blancs.

 

Les hostilités étaient donc lancées. Alors que Sirius se battait désormais à mains nues contre le sabre et les éclairs de Bushido, Kyrnos et Predigen agitaient de façon extrêmement bourrine leurs bras musclés l’un contre l’autre. Razel et Tanaka n’étaient pas dans non champ de vision, contrairement à la jeune recrue Machin. A voir son regard, il devait être plus ou moins dans le même état d’esprit que moi…

-P-pas de mouvement brusque, avait-il bégayé à mon encontre. Si tu coopères, tout se passera bien, je crois.

J’étais un peu mal à l’aise face à lui. Il n’avait vraiment pas l’air méchant et c’était peut-être la première fois où je sentais mon adversaire plus faible que moi. Comment j’étais censé le combattre ? Peut-être était-ce à cause de mon amateurisme, mais je me voyais mal m’acharner contre un adversaire qui tremblotait comme lui. Réfléchissant à ce que j’allais faire, je saisis la poignée de mon sabre par habitude. Et d’un coup, Machin disparut. Comme ça, en une fraction de seconde.  Mes yeux me jouaient-ils des tours ? Rien à gauche, rien à droite, mais plutôt en bas…  Je le retrouvais juste devant moi, le dos courbé. Le temps que je réalise quoi que ce soit, il sortit rapidement sa lame de son fourreau, frappant violemment mon ventre avec le pommeau. Ça faisait super mal.

 

Reculant un peu malgré moi, je dégainai mon katana à toute allure. L’expression de Machin paraissait toujours timide et hésitante… Mais la vache, quelle vitesse ! Et quelle force ! Non pas que je me pensais moins rapide que lui, mais je n’attendais absolument pas ça ! En partant du principe qu’il n’était qu’une recrue un peu faiblarde, je l’avais très mal jugé. N’était-ce pas moi qui, il y a deux ou trois jours, avait dit à Haru qu’il ne fallait jamais se fier à l’apparence ?

 

Ce n’était de loin pas fini. Épée désormais à l’air libre, il la fit brièvement tournoyer avant de m’attaquer par la gauche. J’eus tout juste le temps d’activer ma magie avant de bloquer le coup. J’écartai sa lame d’un coup sec et contre-attaquais presque immédiatement. Il la dévia si rapidement que j’avais l’impression que mon bras allait se détacher tant il était tendu. Il profita du fait que mon arme était aux fraises pour tracer un coup horizontal, que je me pris malgré mon petit saut de recul. Au dessus de mon nombril, une belle entaille s’était faite, mais qui heureusement saignait peu. J’eus néanmoins remarqué quelque chose d’étrange. Il avait un peu ralenti son coup avant de m’atteindre, ce qui m’avait permis de m’éviter une blessure fatale… était-ce parce que, comme moi, il n’arrivait pas à attaquer de toutes ses forces contre quelqu’un qui manquait de répondant ? On avait beau se ressembler sur plusieurs point, je n’avais pas l’impression que c’était ça…

-Tu… tu es rapide ! Avait-il lâché d’une petite voix. Et tu as de bons réflexes !

-Ah, euh… merci.

-On… augmente la cadence ? Si tu es d’accord ?

 

 

[spoiler=Et pendant ce temps...]943803MaxVSMangoustini.png

 

 

Voilà, le chapitre est fini, mais encore quelques petites choses !

 

Comme je l'ai dit la dernière fois, le nom de la fic a changé ! :D Et ça tombe assez bien, parce qu'aujourd'hui, c'est son cinquième anniversaire !! Yeah ! Fiesta today !

 

YOn3L.gif

 

Avec le nouveau titre, j'ai mis ce petit dessin ci-dessous en première page... Peut-être que ça changera de temps en temps !

 

 

227725juzetryu.png

 

 

Et comme je l'avais fait il y a un an et demi avec Naruto (la vache, le temps passe !), petit hommage à un manga que j'ai beaucoup aimé et qui s'est terminé il y a peu ! :)

 

 

466628Yarikitenaikara.png

 

 

(Oui, beaucoup de dessins... Et pas deux qui se ressemblent. J'essaie de faire plein de trucs, je suis motivé à m'améliorer !)

 

A la pwoooochaine ! :D

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon chapitre !

 

Les hostilités sont enfin lancés ! Max ne pourra pas finir sa partie de carte préféré ;D. En tout cas les dés sont jetés et les adversaires sont chacun désignés. Juzi fait face à un combattant à sa hauteur qui semble doté d'un grand talent.

 

J'attends la suite de ce duel 8) !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yo!

 

Je traîne régulièrement sur le forum et je n'ai pas vu ton chapitre passer :o Honte sur moi...

N'empêche j'ai pensé à toi parce que dans mes leçons de japonais l'interlocuteur dans les mises en pratique s'appelle toujours Tanaka :P

 

Un bon début de combat, ils n'ont pas l'air commodes... Même Machin, c'est toi version militaire, bien qu'il ait l'air de vouloir commencer à se battre sérieusement là!

Par contre j'espère qu'on pourra quand même avoir un aperçu de la partie de carte avant que le combat n'arrive à la pièce de jeu ^^

 

Et bon anniversaire en retard à ta fic, 5 ans déjà! C'est fou ce que le temps passe vite!

Et en effet continue tes dessins! C'est comme ça qu'on progresse, et surtout ça à vraiment l'air de te réjouir de les faire :D

 

A très vite j'espère!

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...