Jump to content

Bienvenue sur les Forums Mangas France.

Lors de votre inscription, merci de vérifier vos SPAMS. Le mail de confirmation y va à quasiment à chaque fois.

 

Pour lire vos mangas préférés, une seule adresse :

SCANTRAD FRANCE

Bon surf sur nos forums !



JodaiMe

Et le dernier film que vous avez vu, c'est lequel ?

Recommended Posts

@Fiona Gallagher,

 

Bon bah j'suis deg', & ouais j'ai l'oreille pour ce genre de truc ( ça sert de poncer les films/séries/mangas depuis l'enfance  8)  ).

Moi aussi généralement, c'est pour ça que ça m'étonne que je n'ai rien remarqué. :o

 

M'enfin, regarde en VO effectivement, c'est encore mieux avec le jeu d'acteur exceptionnel de Hugh Jackman. 8)

 

Édit :

 

Je pensais que en tant que vrai tu l'avais acheté toi aussi le jour de sa sortie  :-\

Je voulais mais je n'ai malheureusement pas pu. :'(

 

J’espère au passage si il y a bien le film X-23 que elle sera conservé et non une nouvelle actrice plus âgé.

Ils sont obligés. :o S'ils changent d'actrice, je pense qu'il va y avoir des émeutes. 8)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Croco' qui me hype la version noir et blanc de Logan. 8) Je l'achète dans la semaine et la voit dans la foulée. 8)

Je pensais que en tant que vrai tu l'avais acheté toi aussi le jour de sa sortie  :-\

 

N&B + VOST = le combo parfait pour regarder Logan  8)


 

Dafne Keen : La révélation. 8) Ils l'ont terriblement bien choisie, j'espère qu'elle reprendra le flambeau Wolverinesque car elle le mérite amplement.
J’espère au passage si il y a bien le film X-23 que elle sera conservé et non une nouvelle actrice plus âgé.

 

 

111108.PNG

 

Le Roi Arthur : La Légende d'Excalibur

 

Vue que c'est un Guy Ritchie un réalisateur que j’affectionne particulièrement, vue qu'il y a Charlie Hunnam  8) et l'excellent Jude Law ainsi que en secondaire Tom Wu (énorme dans Marco Polo) entre autres je ne voulais pas croire que le film était une telle purge que les critiques le décrivait ainsi que le flop monstre au box office...

Et ..  Ben c'est pas brillant  :o Comment avec un tel cast le film a fait pour être aussi inintéressant ?  :o J'ai lutté pour aller au bout de l'ennuie d'un film bordélique qui a laissé son âme au placard. 2/10 pour le cast/staff. Choqué.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les deux points noirs du film sont pour moi la déchéance du Pr Xavier. Le rendre malade okay, mais là, c'est limite gênant tout comme le pied bot que se tape Wolvy ...

 

Ca participe au côté crépuscuaire du film : deux des Mutants les plus connus qui se retrouve dnas un état décrépie pour marquer la fin d'une génération. Les enfants qui se rassemble à la fin auprès de Logan mourrant, c'est quasiment un passage de témoin.

 

Le cheminement du film est d'ailleurs intéressant. On commence dans un lieu désertique, asséché, Logan et Xavier se cachent, son drogué dans le cas de l'ex-professeur X, et prépare leur fuite, ou plutôt leur exile, désintéressé du reste du monde.

 

Par la suite, plus on avance dans le film, plus on se rapproche du Canada, le pays d'origine de James Howlett, son vrai nom de baptême, plus Logan et Xavier vont sur la voie de la paix intérieur, et entre eux, dans une relation père-fils qui s'est développé au fil des années.

 

Et finalement, Logan meurt dans une forêt, après être brièvement redevenu le combattant qu'il était pour sauver des mutants, comme Xavier l'avait fait des décénnies avant lui, et mourrir apaisé.

 

On peut pratiquement parler de catharsis pour Wolverine.

 

La fuite à la fin des enfants mutants clones n'est pas très crédible. Un coup ils peuvent te tuer une armée et un autre coup ils fuient et n'utilisent plus leurs pouvoirs à bon escient. Passage un peu trop facile et simpliste.

 

On peut souligner que les enfants n'étaient plus l'emprise du sérum qu'on leur donné et qui décuplaient leurs forces. Et comme de nombreux stimulants, celui-ci devait avoir des effets psychologiques qui les amenaient à un état de rage.

 

Une fois sevré, la maitrise de leur pouvoirs à dû s'en retrouver diminué. N'oublions pas que pour certains Mutants, la maitrise de leurs pouvoirs peut demander du temps, surtout s'ils ne suivent pas ou plus un entrainement tourné vers le combat.

 

Dans ces conditions fuir vers la frontières plutôt que de choisir d'affronter des soldats n'avait rien d'illogique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le Roi Arthur : La Légende d'Excalibur

 

Vue que c'est un Guy Ritchie un réalisateur que j’affectionne particulièrement, vue qu'il y a Charlie Hunnam  8) et l'excellent Jude Law ainsi que en secondaire Tom Wu (énorme dans Marco Polo) entre autres je ne voulais pas croire que le film était une telle purge que les critiques le décrivait ainsi que le flop monstre au box office...

Et ..  Ben c'est pas brillant  :o Comment avec un tel cast le film a fait pour être aussi inintéressant ?  :o J'ai lutté pour aller au bout de l'ennuie d'un film bordélique qui a laissé son âme au placard. 2/10 pour le cast/staff. Choqué.

 

Je respecte ton avis mais dire qu'il est inintéressant dénote une méconnaissance du cinéma, ou de la mauvaise volonté, ou peut-être que tu n'aimes pas le style de Guy Ritchie pour ce qu'il est réellement.

 

C'est un réalisateur qui réinvente des figures cultes de la littérature anglaise pour les adapter à notre société moderne. Il affectionne le milieu crasseux de la misère anglaise, en particulier le milieu du banditisme. Ses héros sont souvent des types qui se sont retrouvés dans le crime par la force des choses et qui se retrouvent dans des situations qui les dépasses, car elles impliquent les gros poissons de la pègre. Ces gros poissons sont liés à des personnalités politiques, qu'il associe à des criminels implicitement ou explicitement. Dans ce film Ritchie a tenté d'appliquer ce schéma à une légende, avec un soupçon de patriotisme.

 

L'OST est une perle, et le montage de ce film est une prouesse dans le paysage actuel du cinéma. Certaines scènes relèvent même du casse-tête tant la barre est haute, car il arrive à intégrer de la CGI avec des prises de vues réelles sans le moindre cut dans une seule scène d'action. C'est lorsqu'Arthur utilise le pouvoir de son épée. Non seulement ce type de mise en scène n'a jamais été vue, mais le pire c'est qu'on ne risque pas de le retrouver dans un autre blockbuster. Car oui, King Arthur est pour l'instant le meilleur blockbuster de cette année dans sa prise de risque et son originalité. Il ne manque pas de défauts, mais en terme de divertissement et de réalisation ce film dépasse de loin tout ce qui a été produit jusqu'ici.

 

La photographie est très belle, et certains plans relèvent de la poésie. Le cut final n'est pas le director cut je pense, car il y a un sentiment de rush au milieu du film. Il doit manquer 20/30min, comme dans bon nombre de production (voir BatmanVSSuperman). Je n'ai jamais eût l'impression que ce soit "bordélique", et pourtant je suis quelqu'un d'extrêmement pointilleux sur cet aspect. Si par ce terme tu fais référence au montage superposé, c'est la définition même du travail de Guy Ritchie. Certes les personnages ne sont pas assez creusés, ce qui atténue l'impact émotionnel de certains enjeux, mais ce film possède une âme, bien plus que tous les films du MCU (sauf Logan) ou autres grosses prod des dernières années.

 

Et c'est là qu'on arrive encore et toujours au même constat : Les films qui prennent les gens pour des veaux en présentant une production fast-food au budget faramineux obtiennent des critiques satisfaisantes et remboursent haut la main leur budget. Les films qui prennent des risques tout en respectant le spectateur se font démontés et font un four au box office. C'est comme les adaptations animés de gros manga qui regorgent de facilités et qui sont juste des énormes machines à fric, et les adaptations plus modeste qui servent avant tout l'oeuvre tout en respectant le lecteur passionné. On se retrouve avec des adaptations obligées de se stopper faute de budget et de soutient.

 

Encore une fois, chacun son opinion et je respecte en façade. Mais on en est au point où la médiocrité et l'immobilisme sont récompensés, tandis que l'originalité et l'intelligence sont blâmés. J'espère que ce n'est qu'une phase, mais d'un autre côté l'art reflète toujours la pensée et les moeurs de son temps. Vu l'état du monde, il n'y a pas de quoi être surpris.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Isla Minima

549812Affiche.jpg

 

Si vous avez apprécié True Detective saison 1 (même l'image de l'affiche ci dessus la rappelle), précipitez vous sur ce thriller espagnol d'Alberto Rodriguez, sortie en 2014. L'une des inspirations du réalisateur fut Memories of Murder, un excellent film policier sud-coréen de Bong Joon-ho, sortie en 2003 et que je vous conseillerais tout autant. Avec de tels points de comparaison, vous pouvez deviner la qualité du film. Les personnages, l'ambiance, la tension, les paysages, la mise en scène, le rythme, La Isla Minima est une réussite en tout point.

La suite de cette critique va aborder des éléments d'intrigues, y comprit la fin, autant dire qu'il ne faut pas la lire si vous n'avez pas encore vue ce film. Je vous conseil d'ailleurs de ne même pas lire le synopsis et de tout simplement tenter le visionnage sans plus d'indication, l'expérience est d'autant plus forte. Le film dure 1h40, il est suffisamment dense pour qu'on n'en décolle pas l’œil jusqu'à la fin, et l'imagerie soignée accroche dès le départ.

[spoiler=Synopsis]Deux flics que tout oppose, dans l'Espagne post-franquiste des années 1980, sont envoyés dans une petite ville d'Andalousie  pour enquêter sur l'assassinat sauvage de deux adolescentes pendant les fêtes locales. Au coeur des marécages de cette région encore ancrée dans le passé, parfois jusqu'à l'absurde et où règne la loi du silence,  ils vont devoir surmonter leurs différences pour démasquer le tueur.

 

Donc attention, SPOILER. J'aimerais revenir sur deux points en particulier :

 

Les personnages

C'est le premier point que j'aborde parce que c'est vraiment ce qui m'a marqué le plus. Les deux acteurs principaux sont vraiment excellents. Comme je ne connais pas particulièrement les acteurs espagnoles, Javier Gutiérrez et Raúl Arévalo sont des révélations. Ils parviennent à interpréter avec brio Juan Robles et Pedro Suárez, des personnages qui au premier abord apparaissent telle l'opposition classique dans un duo de flics -que l'on voyait par exemple dans Memories of Murder-, avec l'un qui est plus amical, plus sympathique, plus direct, et l'autre qui est plus distant, dans la retenu, moins bavard. Même leurs apparences rappellent celles de Rust Cohle (Matthew McConaughey) et Martin Hart (Woody Harrelson) dans True Detective.

Cependant, je trouve que le film va paradoxalement plus loin que True Detective dans la complexité de ses personnages, car il s'inscrit dans un contexte historique en Espagne : celui de l'après franquisme, dans les années 1980, alors que le pays n'est plus une dictature mais n'est toujours pas une démocratie, et se cherche encore. Dommage qu'au visionnage je sois un peu passé à côté de toutes les références historiques, ne connaissant pas particulièrement cette période de l'Espagne, car le message et en particulier la fin prend beaucoup plus de sens en les connaissant. Le fait que les photographies soient déchirées par l'un des policiers, puis l'échange de regard avant de partir ensemble en voiture, témoigne de cette transition historique ou le pays doit vivre avec son passé pour aller de l'avant. Je reste suffisamment vague au cas ou quelqu'un lirait malgré tout ça alors qu'il a pas vu le film (9_9), mais c'est typiquement le style de film qui donne envie de se renseigner sur l'histoire d'un pays, quand bien même ce n'est pas le scénario de base. Ceci dit, comme beaucoup de scénario, il sert à faire passer un message, ça ne m'étonne pas que le film ai fait un succès en Espagne (l'équivalent de 10 césars !), j'ai par exemple lu une explication très intéressante sur le rôle des femmes dans le film, chose qui ne ressort pas forcément pour un néophyte. De même, il y a apparemment des éléments d'explications sur les réactions étranges de Juan Robles face aux oiseaux, mais je ne l'ai pas vu.

 

L'image

Le film est beau. Très beau. On a la même ambiance que dans True Detective saison 1, chose qui ressort déjà sur l'affiche. Je me permet de citer une description trouvée sur un site qui colle parfaitement : "une des très bonnes idées du film se situe précisément dans le choix de son décor, à la fois insolite tant il rappelle le bayou cher à l’imaginaire américain tout en restant profondément méditerranéen avec ses étendues planes asséchées par le soleil". Les couleurs et le jeu de lumière sont également soignés. L'imagerie souligne et sublime aussi bien les paysage que les personnages. Quelques exemples sont plus parlant que quelques lignes :

872182imagesfilm.png

Alors certes l'imagerie n'est peut être pas ce qui reste à la fin de la séance parce qu'on ne va pas forcément la remarquer, mais elle participe à ce sentiment de film abouti et rempli de références et symboles. Ils échapperont peut être à ceux non familiers à l'histoire récente de l'Espagne, mais ils permettent de toute manière une immersion tout en douceur dans le film.

 

Autant dire que ce film encourage à regarder de plus près les précédentes œuvres de Alberto Rodriguez. La Isla Minima est apparemment celle qui a eu la plus de publicité dans l'hexagone, mais L'Homme aux mille visages est sortie en 2017 donc peut être qu'il mérite le coup d’œil.

Voilà, que dire d'autre à par que je vous conseil vraiment de le voir. Je lui donne 5/5 entièrement mérité, c'est l'un des meilleurs films que j'ai vu cette année.

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Alextan : La fin de ton post ma donné envie de :


 

1115f2.PNG

 

Le dernier jour de ma vie

 

Un film sortie sur Netflix donc qui fut fort sympathique pour cette adaptation d'un roman. Le concept d'être coincé dans une boucle temporelle accouche toujours d'un rendu top. Bonne petite surprise pour un film a petit budget. L'actrice principal du nom de Zoey Deutch est juste. 7/10

Niveau du catalogue de films la plate forme Netflix n'est pas souvent contrairement au séries dans les bons coups, mais ici bonne pioche.

Share this post


Link to post
Share on other sites

dunkerque-banniere-1-810x300.jpg?x56719

 

 

Dunkerque

 

 

Un bon Christopher Nolan

 

 

J'étais impatient d'aller le voir, étant donné que j'apprécie énormément les films de guerre/historique. Et que Nolan est aux manettes du film.

 

Le film est pas mal. Mais ça reste un film, et pas un documentaire. Il n'est pas là pour retracer la vérité et retranscrire l'exactitude des événements que la région de Dunkerque ait connue.

Même si par moment, on sent que Nolan ait placé un coté docu-fiction. Parce que où sont passés les français ? Sans déconner, le film montre très peu de soldats français, alors que leur nombre était conséquent. Le film passe aussi sous silence le sacrifice des frenchies pour garantir au mieux le sauvetage des soldats prisonniers sur la plage. Bon, après, il faut relativiser. Si on voulait la retranscription fidèle et non erronée de la bataille, c'est un documentaire, avec les témoignages des protagonistes, et reconstitution qu'il aurait fallu faire. Mais là n'est pas le sujet.

 

 

Revenons au film.

 

On sent, tout le long du film l'attente angoissée et impuissante des alliés franco-anglais pour la fuite. Le rembarquement salvateur afin de survivre aux carnages.

 

Les soldats, comme les officiers ont été clairement dépassés et déboussolés par l'avancée Allemande et se retrouvent piégés sur la plage. Et en attendant l'évacuation, l'impuissance demeure. Le bombardement des hommes sur la plage par les Stukas illustre bien. Les soldats n'ont rien pour se protéger, (la plage n'offre aucun abris) et pratiquement rien pour répliquer. Aucune artillerie lourde, rien que des armes de poings. L'évacuation s'avère compliquée, surtout avec un si grand nombre de personnes, le danger omniprésent et un délai très court.

 

Rester sur la plage est synonyme de mort ou de capture. Mais l'embarquement au sein des bateaux n'offre ni répit, ni protection. Les U-boots et Stukas font régner une atmosphère de peur, de mort et de carnage. Résultat, l'évacuation se fait au compte-goutte, dans l'angoisse de la mort, et la peur de rester bloqué sur la plage.

 

Bref, l'impuissance n'empêche pas le courage et la sagacité. Alors, l'état major britannique décide de mobiliser les bateaux civils pour ramener les boys au sein de la patrie. Et préfère garder destroyers, avions et autres bâtiments de combat à l'abri pour la future bataille de l'Angleterre qui se profile. Sauf certains courageux pilotes qui parviennent à réaliser des cartons et compléter leurs tableaux de chasse. (coucou Tom Hardy)

 

 

Donc au final, le moral britannique reste fort à la fin, malgré la débâcle. La scène de fin est d'ailleurs touchante quand les soldats arrivent en gare par le train et l'accueil des civils. La détermination à résister à l'envahisseur reste farouche.

 

 

Keep Calm and Carry On.

Share this post


Link to post
Share on other sites

111111.PNG

 

Dunkerque.

 

Assez bon film qui fut assez court par contre car je m'attendais a qu'il gobe les 2 heures. J'en attendais plus par contre vue le buzz qu'il y a autour je suis resté sur ma fin. Notamment sur la partie aérienne ou cela ne ma pas impressionné plus que ça comme j'ai lu a droite ou a gauche que c'était le point fort du film.

Quelques scènes bien tendu pour relever le film. Christopher Nolan a choisi l'authenticité c'est louable. Un film que se concentre quasi que sur les Anglais malheureusement. 6/10

Share this post


Link to post
Share on other sites

482375.jpg

 

Dunkerque.

 

Le premier Nolan que j'ai pas aimé.

 

Après les chefs d'oeuvres que sont les Batman, Interstellar, Inception, le prestige et Memento...

 

Franchement, je me suis ennuyé la plupart du temps. Qu'est-ce que c'est plat et répétitif... J'avais l'impression de voir et revoir des scènes similaires tout le long du film.

 

Et à aucune moment je ne me suis senti attaché aux personnages. Aucun des 3 groupes. Ils pouvaient tous mourir que ça m'aurait pas touché plus que ça. Et ça c'est assez rare. La faute à des dialogues vides, presque absents. Absence de background des personnages, on à l'impression de débarquer dans une histoire déjà commencée (c'est voulu mais vis-à-vis de mon ressenti c'est raté).

 

Pour moi c'est un échec, ça faisait un moment que j'avais pas été aussi déçu. Probablement également la faute de l'encensement général pour ce film et les multiples critiques dithyrambiques... 

 

Je lui donne entre 4/10 personnellement.

 


 

maxresdefault.jpg

 

 

Second film vu, la semaine passée : La planète des singes 3.

 

Et que dire à part que ce fut une excellente surprise.

 

Je m'attendais à un film rempli à 95% de combats. Je me suis bien trompé. La réalisation est subtile. On passe par plusieurs émotions tant le film prend le temps (sans être lent) de nous faire voyager. C'est une aventure qui nous est proposée.

 

Réelle plus-value de la 3D ce coup-ci. Les singes ont un rendu absolument ouffissime. Les paysages sont beaux. Les personnages principaux attachants. Le film clôture magistralement la saga avec, chose rare, le meilleur film des 3.

 

Un bon 8/10 pour le coup!

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

4.PNG5.PNG

 

Valérian et la Cité des mille planètes

 

Vue les mauvaise critiques US et le flop au box office nord Américain pour le premier weekend d'exploitation je m'attendais au pire.. 

 

J'ai lu que le 5eme éléments avait prit cher dans les dents a l'époque et depuis c'est devenu un film culte. c'est deja rassurant.   

 

L'Acteur qui joue Valerian et trop frêle, il manque de charisme. C'est pas Bruce Willis quoi. Néanmoins il passe bien eu fil du film. j'ai pas aimé la romance bien trop niaise et qui ne fait pas bien joué..

 

Une Cara Delevingne  :love: merveilleuse qui illumine le film deja bien coloré  :-*  :-*  :-*

 

L'intro sympa, le film est une claque visuelle, un univers bien fun genre un mix entre Star Wars/5eme élément/Avatar pour les bons points. Le scénario passe bien et le film a une durée intéressante.

 

En faite j'ai bien aimé. Dans les 4 films que j'ai préféré au cinéma en 2017 et c'est plaisant car je restais sur une mauvaise série avec des films a gerber. 7.5/10

 

Le film cartonne en France au Box Office c'est deja ça. J’espère qu'il marchera bien en Chine et a l'étranger. Dommage le snobage des US pas étonnant il est vrai hum hum.

 

Lego Batman

Un gros 10/10 pour cette comédie exceptionnellement drôle. Du génie. Dommage de ne pas l'avoir vue au cinéma pensant que ça serait un truc naze n'ayant pas vue les autres films de la franchise.

 

Blame

Je n'avais pas accroché au manga a sa sortie Vf ayant acheté les deux premiers tomes il y a genre 17 ans je crois vue que ça devait être début 2000 de mémoire. J'ai quand même tenté le film a force de la voir en page d'accueil sur Netflix.

Le film est bon dans l’ensemble il ma plus mais je reste sur ma fin. 6/10.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je reviens de Ça, en ayant jamais vu le téléfilm mais en connaissant un peu l'univers et ses scènes cultes. J'ajoute que je n'ai jamais regardé de film catégorisé "film d'épouvante", sauf Shining qui demeure je pense à part; donc c'était une expérience assez nouvelle, et étant ce qu'on appelle communément une "poule mouillée" facilement terrorisée, j'appréhendais, mais j'avais assez hâte aussi, pour ma première expérience.

 

Conclusion : je n'ai franchement pas eu vraiment peur. J'ai même été assez déçue, car même si on m'a assuré que c'était mieux que la normale des films d'horreur médiocres qu'on se tape en boucle au ciné; en tant que tel, j'ai pas ressenti de vrai frisson. Il y a une ambiance assez sympa, mais rien qui ne soit resté avec moi à la sortie du film, en fait. Pennywise est, je pense, trop artificiel pour que j'aie pu ressentir une vraie crainte, entre CGI et trop d'exposition qui le rend trop palpable. De plus, j'ai trouvé que le film se reposait vraiment trop sur les jump scare, notamment par la musique qui faisait que je les ai tous sentis venir à des kilomètres.

 

Le film demeure assez fun, bien que rapidement répétitif car les scènes d'horreur s'enchaînent sur un schéma assez ressemblant à chaque fois, bien que les différentes formes de Pennywise soient intéressantes. Les gosses sont clairement le meilleur point du film, je pense, ils sont tous assez intéressants, sauf le black qui a peut-être pas assez de temps pour vraiment s'intégrer au groupe. Dommage de voir la Beverly réduite au love interest à sauver, mais je l'ai bien aimée quand même. Billy est sympa bien que j'aie voulu lui filer quelques baffes pour ses choix parfois assez idiots; même si dans l'ensemble j'ai pas trop de choses à redire sur ce point avec le reste des gosses, ils ne font pas les cons, quoi.

Palme pour Ritchie et Eddie, les plus convaincants, vraiment marrants et bien plus réalistes que les autres.

 

Bref, un bon moment quand même, malgré les quelques relous dans la salle qui m'ont notamment ruiné la première scène en passant devant nous parce qu'ils étaient en retard et que le ciné était blindé 9_9 Et les deux-trois ados qui gloussaient, mais dans l'ensemble ça allait. Ah oui, je précise que je l'ai vu en VO, donc pas de souci "doublage".

 

Ah, et j'oubliais : ça demeure très très bien filmé. Le cadre est vraiment intelligemment utilisé, surtout en étant toujours un peu de travers à chaque apparition de Pennywise, ça donnait un côté encore plus irréel au film, et si c'est sûrement ce côté artificiel qui m'a empêché de vraiment ressentir le "frisson", c'était agréable à regarder.

Edited by Papy

Share this post


Link to post
Share on other sites

En ce qui concerne Dunkerque, je partage les opinions précédents des membres. C'est un film pas mal, mais quand tu commence à comprendre que c'est un film de Chrostopher Nolan, tu commence en même temps à douter. Et je crois qu'on pourrait le faire mieux.

 

Oui, les images et la musique de Hans Zimmer restent comme toujours parfaits, mais quand on parle de l'ambience de guerre, des émotions, des rôles des acteurs... non, personnellemnt moi, je n'étais pas imprssionné. L'histoire du film est très prévisible (Nolan et la prévisibilité! c'est pas bon), j'ai réussi à prévoir chaque événement du film avant qu'il s'était passé. Alors, en conclusion je peux dire: Dunkerque est bon film, mais c'est pas un bon film de Nolan. C'est mon avis personnel.

Share this post


Link to post
Share on other sites

25588.PNG 

 

Blade Runner 2049

 

Qui a réussi la grosse performance de faire aussi bien que le premier si ce n'est mieux :o Je me suis au passage avant d'aller au cinéma re maté le culte 1982 :-* n'ayant pas vu de séances avec les deux a la suite malheureusement. 

 

163 minutes en plus :-* Dans un film qui frôle la perfection a mon gout. 

 

Dans mon top 3 des films 2017. 

Edited by Crocodile

Share this post


Link to post
Share on other sites

Allez, petit pavé pour la plupart des derniers films que j'ai (re)vus depuis le mois de juillet, que je voulais commenter mais ma flemme m'en avait empêché. Je ne pourrai malheureusement pas aller au fond de ma pensée comme j'aurais pu le faire si j'avais posté les commentaires au fur et à mesure, mais au moins, j'espère que cela va me relancer dans l'écriture de mes pavés et j'espère que vous comprendrez les raisons principales de mon avis sur ces films. L'avantage (ou pas), c'est que je poste à froid pour la plupart des films. N'ayez pas peur si c'est long, il suffit de scroller un peu plus que d'habitude pour ignorer le post et passer à la suite. :D

Je poste en deux fois car déjà que cela va surchargé, c'est mieux qu'il y ait une coupure.

 

Note : j'ai choisi de mettre les logos des titres en anglais (plus faciles à trouver et cela reste le titre original, parfois dénaturé quand il est traduit en français), donc si le titre ne vous dit rien, regardez dans mon commentaire ou cherchez sur google le titre français qui vous en dira peut-être un peu plus.

 



dunkirk-585e2e693e1cc.png.38566353a091f3b00e56ee51f6c3d13a.png


J'ai encore été bluffé. Nolan est l'un de ces rares "nouveaux" réalisateurs, avec un Villeneuve, à me mettre une claque à chaque fois.

Bon, comme d'habitude, rien à dire sur la réalisation on ne peut plus soignée et réaliste du maître. De même sur son casting, toujours juste : Tom Hardy, Mark Rylance, le héros, et même Harry Styles, le fameux One Direction, qui se découvre de vrais talents d'acteur. Mention spéciale à Kenneth Branagh, cela fait hyper plaisir de revoir sa tronche et en plus avec une belle composition et un gros charisme.

N'empêche, ce travail pour reconstituer au mieux la scène historique, entre les milliers de figurants, les vrais bateaux et avions ressortis du grenier, les costumes, les plans aériens, etc., il n'y a que Nolan pour faire cela. 8)

Le plus fort pour moi a été la tension. Je suis rentré dans le film dès la première et je suis resté scotché dans le siège jusqu'à la dernière seconde. La musique d'ambiance de Hans Zimmer conservait un niveau de stress permanent, impossible de sortir du film (encore une BO exceptionnelle). La musique, les effets sonores et la puissance d'évocation des plans de Nolan ont fait que l'on avait l'impression d'y être et de stresser comme les personnages (pour ma part en tout cas). Certaines scènes élèvent la tension comme jamais, notamment la scène du pilote coincé dans son avion sur l'eau, ou encore le moment où les héros se réfugient dans une épave mais se font canarder. Certains disent ne pas s'être attachés aux personnages, et je peux comprendre le sentiment, mais moi au contraire, j'avais un peu peur pour eux. On s'en fout de leur background dans un tel film, ce n'est pas le sujet. On s'en fout des dialogues (Nolan a même fait le bon choix en en mettant peu). Le seul objectif, la seule chose importante, c'est la survie, au moment M. Et dans ce domaine, Nolan a une nouvelle fois excellé et m'a fait avoir peur pour ses personnages. Je ne m'y suis pas spécialement attaché (ce qui n'est pas le but), mais j'avais quand même un peu peur (ce qui est le but).

Le point qui m'a berné : la narration. J'ai vu dès le début que la narration allait être particulière, mais je me suis quand même fait avoir parce ce système de trois timelines qui se rejoignent à la fin du film. Pourtant, j'aurais dû m'y attendre connaissant Nolan et son obsession pour le temps et la mise en scène du temps. Mais je ne sais pas, comme c'est un film qui n'est pas de science-fiction et qui a pour but de relater de la manière la plus réaliste qui soit un événement historique, j'ai baissé ma garde... et bim, au moment où je m'y attendais le moins, je me suis pris le twist en pleine tronche.

Rapidement, concernant la polémique en France autour de l'absence de français dans le film, je trouve cela con. Nolan ne les a pas effacés de l'histoire, bien au contraire, puisqu'il y fait mention plusieurs fois dans le film (le français qui s'est incrusté dans le groupe de héros, les différentes mentions des français qui retiennent Dunkerque, le tout début du film, etc.). Si Nolan avait voulu les oublier, il n'en aurait pas autant parlé. Non, c'est juste un choix scénaristique : se concentrer sur le sauvetage des anglais, sur la plage, sur la mer et dans les airs. L'opération Dynamo quoi. Je pense, en plus de cela, que c'était obligatoire de faire ce choix pour conserver une tension constante et se concentrer sur un point précis, sur une seule histoire. Si l'on avait alterné entre le sauvetage et la guerre dans Dunkerque, on aurait perdu quelque chose, à mon avis.

Voilà. Du Nolan qui ne ressemble pas à du Nolan mais qui finalement ressemble à du Nolan. C'est un peu le cheminement de ma pensée avant et pendant le visionnage du film.

On (je) dit que tout grand réalisateur doit avoir son film de guerre. C'est maintenant chose faite pour Christopher Nolan, avec en plus un angle choisi original (pas de héros, pas de grosse scène de guerre, juste la tentative de fuite d'hommes comme tout le monde, effrayés par la situation, impuissants face à l'artillerie des allemands, acculés sur une plage) comparé à la majorité des films de guerre que l'on voit.

Je n'aurais aucun problème à considérer ce film comme un chef d'oeuvre. Et j'espère que Nolan ne sera pas boudé pour la énième fois par les Oscars.

A tous les amateurs de Nolan : foncez. Aux autres : sachez ce que vous allez voir, ce n'est pas le genre de film que l'on voit tous les jours.

 



logo-big.png.67728efc506ebd444737c96f3ab22058.png


Une bonne grosse claque pour l'un de mes films préférés de l'année et sans doute l'un de mes préférés tout court. :o

Je l'ai senti venir au vu du casting et de l'ambiance de la bande-annonce, mais je ne pouvais le réaliser qu'en voyant le film et en y réfléchissant à chaud / à froid après le visionnage.

C'est compliqué de décrire ce film pour moi. Un film sombre, noir, une atmosphère extrêmement lourde et malsaine, une violence exacerbée, soutenus par une image propre, une musique d'ambiance. La construction est sans doute ce qui m'a le plus marqué. Un récit en quatre chapitres, dont les trois premiers se déroulent dans l'ordre inverse de la chronologie, je ne m'y attendais pas. J'ai commencé à le comprendre au début du deuxième chapitre, mais avec le doute. La fin du deuxième chapitre et le début du troisième confirme cette narration inhabituelle et diablement efficace. L'écriture de ce film est sublime, que ce soit au niveau des dialogues, de l'enchaînement des événements, de la construction, du scénario, des retournements de situation, des révélations. Tout cela pour arriver au quatrième chapitre de conclusion de cette traque, bien fort. La fin tragique du film ponctue parfaitement cette fresque, cette ode. C'est un film dans lequel tout se passe mal. Le début, le milieu, la fin, tout est triste et injuste, il n'y a pas de moment joyeux. Il faut le savoir avant de commencer le film, car ce n'est pas à la portée de tout le monde, je pense. C'est une descente aux enfers, une tragédie au sens propre du terme. Mais ce fut tellement beau, tellement bien fait. Je suis fan.

Dakota Fanning est bluffante dans le rôle. Elle était déjà l'une de mes actrices préférées depuis un long moment, mais elle touche les nuages avec ce rôle. Comme je le disais sur je ne sais plus quel topic, sa sœur Elle Fanning a eu son rôle de chevet avec The Neon Demon, j'attendais que celui-là soit celui de Dakota Fanning, et c'est le cas pour moi. Une nomination aux Oscars ne serait pas de trop, même s'il y a peu de chances je pense vu que le film est passé relativement inaperçu. Guy Pearce est décidément bon en méchant. Kit Harrington a réussi à me faire oublier qu'il était Jon Snow dans un bon rôle, je n'en demandais pas plus. Quant à Carice Van Houten, excellente et dramatique, c'était beau. Peu d'acteurs dans ce film (plusieurs en support tout de même), mais la qualité a été préférée à la quantité.

C'était une expérience. Dure à décrire, il faut la vivre pour comprendre. Je ne la conseillerai pas à tout le monde, loin de là.

 



valerian-and-the-city-of-a-thousand-planets-583170283ba4d.png.d85ff13038cd3a10a6928a14be753777.png


Sympa', un bon divertissement.

J'aurais du mal à en dire plus. Au moment où j'écris ces lignes, je l'ai vu depuis au moins deux mois. Preuve qu'il ne m'a pas tant marqué, mais c'est un film sympa' à regarder. Visuellement, c'est assez ouf, il y a des effets spéciaux magnifiques. De plus, la 3D est très bonne, c'est suffisamment rare pour être signalé. Les acteurs sont cool, entre un Dane DeHaan classe comme à son habitude et une Cara Delevingne toujours aussi charmante (et dont la voix française m'a encore plus ensorcelé). :-* L'alchimie fonctionne plutôt bien entre les deux. Mention spéciale à Alain Chabat. Alain Chabat quoi. 8) Besson et Chabat se sont fait plais' sur ce coup. 8)

Niveau scénar', cela ne casse pas trois pattes à un canard, mais j'ai bien aimé au final au plus de la moitié du film constitue un HS ou du moins un moyen de contournement pour revenir à l'intrigue principale. Cela a donné des situations intéressantes et a permis de développer la relation entre Valérian et Laureline. L'histoire principale ne nécessitait pas deux heures complètes de film, donc ils ont dû combler et mine de rien, ce furent peut-être les meilleurs moments : aventure et adrénaline à plein nez, sur fond de fun.

A part ça, certaines scènes étaient mémorables, comme par exemple la danse de Rihanna, et d'autres que j'ai oubliées.

En résumé, il manque ce petit truc en plus qu'avait Le Cinquième Élément, mais quoi ? Bonne question. Le film reste pas mal et une bonne introduction dans le cas où il se transformerait en saga (ce qui paraît compromis au vu du box-office, mais si Besson s'entête à vouloir faire la suite, elle aura lieu 8)). Je le reverrai avec plaisir, surtout que je ne l'ai vu qu'une fois et que je souhaite voir les films au moins deux fois pour la plupart d'entre eux. 

Au passage, c'était le premier film réalisé en ICE, et c'était assez sympa'. Pas si révolutionnaire qu'attendu, mais cela fonctionne. A voir s'ils perfectionnent le bordel pour de futurs films.

 



babe-550add8403ce8.png.ffe9f883d4c6cee35262ab56a861be16.png


Un film de mon enfance comme toute bonne personne des années 1990, et quand j'ai appris il y a quelques temps que ce film avait eu sept nominations aux Oscars dont un remporté, j'ai voulu le revoir avec un œil d'adulte. :o

Eh bien outre l'aspect nostalgique qui fait que j'adore ce film quoiqu'il arrive, c'est clair que c'est un bon message ce film. Pour les enfants évidemment, mais également pour les adultes toujours à l'esprit fermé. C'est une belle histoire de la vie, avec des personnages attachants (Babe bien sûr, Ficelle pour qui j'ai toujours eu un faible (les Border Collie 8)) et notre bon vieux fermier Arthur) et une belle morale. Certains y verront forcément du cucul ou du niais, mais c'est suffisamment bien fait et bien dosé pour ma part pour que cela soit juste. Le moment où Arthur s'apprête à abattre Babe est toujours aussi fort, et la fin du film avec Babe qui remporte le concours dans un silence glaçant suivi d'une ovation est également bien puissante. Le film qui se finit sur la réplique "Ça c'est un bon cochon. Un bon cochon.", sublime. 

L'Oscar remporté est tout à fait logique puisqu'il s'agit de l'Oscar des effets visuels. Impressionnant pour l'époque, je me demande comment ils ont fait pour faire parler et interagir les animaux comme cela.

Voilà. C'était cool de revoir le film tant d'années après et qu'il n'ait pas baissé dans mon estime. Je me demande ceux que penseraient ceux qui ne l'ont pas vu étant gamin et qui le découvrent maintenant. ^^

 



bmhq.PnG.b1673acc5651c72dc806fc02d8cd3e0c.PnG


Pas grand chose à dire à part que c'est cool comme souvent avec les films d'animation DC Comics. 8)

Je l'ai regardé pour Harley Quinn et elle a été parfaitement énorme comme d'hab'. 8)

Après, l'histoire était bonne et les autres personnages ont tenu la baraque. L'animation toujours aussi dingue par contre.

Un bon film d'animation qui ravira les fans du genre en somme.

Je ne sais pas lequel j'ai préféré entre celui-là et Batman : Assaut sur Arkham, mais peut-être le second cité tiens.

Dans tous les cas, que c'est bon de voir du Harley Quinn. 8)

 



colossal-58be25cf9e89c.png.b55e660d28c21bb5bc66c2c62cb5a4f5.png


Un de ces films qui passent totalement inaperçus mais qui valent pourtant le coup. Merci le Fossoyeur de l'avoir mis en lumière. 8)

J'ai bien aimé. Un bon petit film qui va au bout de son propos et qui le fait plutôt bien. La recette d'une réussite quoi.

Ce qui m'a fait regarder ce film, c'est son pitch de base. Un synopsis si original et intéressant n'arrive que rarement. Le même genre de concept original que celui de Seven Sisters plus bas et qui donne immédiatement envie de voir le film pour savoir comment ils vont gérer cela, où cela va mener, etc. En tout cas, ce fut mon cas. Je ne peux m'empêcher de vouloir voir la suite en lisant un tel pitch.

Malgré le fait que le film soit passé inaperçu, il possède quand même un casting plus ou moins connu, avec bien sûr en tête Anne Hathaway. Une Anne Hathaway que j'ai trouvée à sa place et excellente dans le rôle. Peut-être son rôle que je préfère dans sa filmographie, dans les films que j'ai vus bien sûr. Jason Sudeikis, qui joue le second rôle principal, a fait un bon boulot aussi pour que j'arrive à le détester alors qu'il commençait bien le film.

C'est fou de voir à quel point l'être humain peut être con, égoïste, dépravé quand certaines conditions sont rassemblées. Le film montre tous les aspects de ce concept et jusqu'où cela peut aller, et c'est cool de voir cela. Il ne s'est pas défilé à la fin.

Bref, c'est du bon. Je ne peux que vous renvoyer à la vidéo du Fossoyeur qui en parle bien sûr beaucoup mieux que moi. Un film que je pourrai éventuellement revoir à l'occasion.

 


 

annabelle-2-5963527a15adc.png.d0a35de5b4bd2025cccf6a7faff18b88.png


Contre toute attente, je suis allé voir ce film, et contre toute attente, j'ai bien aimé. :o

Je me disais, de manière totalement erronée et lâche, que ce film allait être un navet. Je n'ai pas vu Annebelle premier du nom, et vu les retours catastrophiques, encore une fois lâchement, je me suis dit qu'il devait être nul. Je me suis ensuite dit que ce serait la même chose pour le 2, bien que les critiques étaient bien meilleures cette fois. Cependant, étant fan des deux premiers The Conjuring et de cet univers de manière générale (le plus glaçant étant que c'est tiré d'histoires vraies), et un ami voulant m'y traîner, j'ai accepté. Et j'ai bien fait. Cela m'apprendra à relativiser un peu plus. D'ailleurs, il faudra que je voie le 1, c'est le seul qu'il me manque dans ce "James Wan Universe", et comble du hasard, le deuxième opus est un préquel au premier (je ne le savais pas avant d'y aller), donc je n'ai rien raté (si ce n'est la référence au premier à la toute fin du deuxième) et ce sera même la continuité.

Bref, donc j'ai bien aimé ce film. Moins que les The Conjuring, et il est sans doute moins bon, mais il y avait encore une fois de très bonnes idées de film d'horreur. La mise en scène était véritablement efficace. J'ai flippé plusieurs fois. Pas forcément au moment du jumpscare, mais souvent juste avant, dans le déroulement de la scène, au moment où l'on ne sait absolument pas quand et même si le jumpscare va avoir lieu. C'était la même chose dans les The Conjuring, et on retrouve cet aspect ici. C'est ce que devrait être tout film d'horreur digne de ce nom. Le coup du pistolet en plastique, le coup des pas, le coup du monteur d'escalier, le coup de la none en plein jour, etc. Les scènes les plus flippantes étant bien sûr celles qui se déroulent à l'étage de la maison, très souvent dans un noir presque complet. Au niveau de la mise en scène pure, de l'ambiance et de la tension d'un film d'horreur, c'était bon. On n'en demande pas plus.

Le scénario pêche un peu plus si l'on le compare à celui des The Conjuring, mais il a le mérite de bien expliquer les origines d'Annabelle et de raccorder les différents pans de la mythologie de cet univers, et de ce point de vue là, c'était plutôt bien fait.

Rien à dire de particulier au niveau des acteurs et des personnages qui jouent tous leur rôle. Le père et la mère étaient sympa, et j'ai trouvé la soeur bien relou. Au niveau des enfants, ma préférée restera Janice, très touchante de par ce qu'il lui est arrivé et ce qu'il se passe dans le film. Les scénaristes ont été cruels avec elle d'ailleurs. Moi qui pensais au début du film que c'était peut-être le personnage avec le plus de chances de survie... Que nenni, c'est l'inverse. :'(

Ce que je trouve le plus incroyable avec Annabelle, c'est qu'elle ne bouge pas. Jamais. Elle ne cligne jamais des yeux, elle ne sourcille jamais. Elle est juste là. Et rien que la voir fait peur, alors que l'on sait très bien qu'elle ne bougera jamais et que c'est ce qu'il se passe autour qui est dangereux. Je ne sais pas si c'est le cas dans le premier film, mais en tout cas dans celui-là, je trouve que c'est bien fait.

Bref, un bon film d'horreur, tout à fait respectable. A voir sans risque pour les amateurs du genre. Et je suis content que ce film ne salisse pas l'univers des The Conjuring comme c'était le cas pour Annabelle de l'aveu de beaucoup de spectateurs.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Screen-Shot-2017-07-31-at-11_33_33-AM.png.7853561c33e3ef0d57814366f50caacc.png


Génial. :-*

Les films de science-fiction originaux, indépendants, justes et messagers sont suffisamment rares pour être signalés, même si ce sont parfois de "petits" films comparés aux mastodontes d'aujourd'hui. Il y avait Premier Contact l'année dernière, et il y a Seven Sisters cette année. Il y en a sûrement d'autres auxquels je ne pense pas, que je n'ai pas vus ou dont je ne connais même pas l'existence, mais de ces deux dernières années, ce sont ceux-là que je retiens.

J'ai adoré ce film qui doit être dans mon top 5 de l'année pour le moment.

Un pitch de base tellement jouissif et intéressant que c'est l'argument principal qui m'a poussé à aller voir le film au cinéma (malgré la présence de l'une de mes actrices préférées dans "un" rôle fascinant), un scénario qui tient plus que bien la route avec de gros twists, des retournements de situation et un enchaînement frénétique, et qui amène le film au bout de ce qu'il nous promettait et sans doute de ce qu'il voulait, un visuel soigné qui nous transporte vraiment dans un futur dystopique, une réalisation propre et lisible (cf. les scènes d'action bien puissantes), et bien sûr un casting énorme mené brillamment par une Noomi Rapace inspirée (Glenn Close ne pouvait pas plus avoir la gueule de l'emploi en plus de son talent, Willem Dafoe était bon le rôle du mentor, et Marwan Kenzari est une belle découverte (je l'avais déjà vu dans La Momie de 2017, mais on ne peut pas dire qu'il avait un rôle et un jeu mémorables 9_9). Seule la musique ne m'a pas marqué plus que cela en fin de compte (aucun thème ne me reste en tête), même si elle a très bien servi les scènes et que plus largement, le montage / mixage sonore était très bon et adapté. 

Je craignais avant de voir le film que sept sœurs fasse un peu beaucoup pour un film de deux heures, mais au final, le développement des personnages a été très bien géré. Elles sont toutes attachantes à leur manière, elles ont toutes leur psychologie propre et elles évoluent toutes dans le film. Chacune a son rôle et est suffisamment mise en avant à un moment du film pour que l'on s'en souvienne. Je peux encore dire quelle sœur correspondait à quel jour de la semaine. Une prouesse au niveau de l'écriture, Noomi Rapace sublimant le tout par ses multiples interprétations. Sept sœurs qui ont chacune leur personnalité qui doivent jouer une seule et même identité, c'est tordu et ce devait être très compliqué à raconter. Mais ce fut réussi de la part des scénaristes et de l'actrice. Ainsi que de la part du réalisateur et des différents responsables des effets spéciaux qui ont fait un boulot monstre pour intégrer les sœurs aux différentes scènes. :o Incroyable de réalisme, il n'y a pas eu un moment où je me suis dit que ce n'était pas réel. A la manière de la trilogie préquelle La Planète des Singes, d'Orphan Black ou de Gravity. Ce genre d’œuvres où l'on sait pertinemment que ce que l'on voit n'est pas réel mais où pourtant, on oublie cela au bout de deux minutes tellement c'est bien fait et crédible. Respect sur ce point-là, le tournage et le montage ont dû être un véritable calvaire. Encore plus de respect vu le "petit" budget du film. Voilà, donc les sept sœurs, une grande réussite à tous les niveaux pour le plus gros point fort du film avec le synopsis de base. Clairement les deux points qui m'ont complètement motivé à aller voir le film (de même que, j'imagine, la plupart des spectateurs) et qui ne m'ont pas déçu durant le film.

L'autre point qui m'a agréablement surpris, c'est à quel point les scénaristes et le réalisateur furent impitoyables. Je dois bien avouer qu'en voyant la bande-annonce, je m'attendais à ce que le film soit moins sombre, violent voire même froid. Mais au final, ce film mérite bien l'interdiction au moins de douze ans en France, que ce soit d'un point de vue visuel ou psychologique. Il y a des moments durs dans le film, des morts froides et inattendues, des horreurs commises et de l'intensité dramatique à bien des moments. C'est presque un carnage. C'est triste et d'autant plus fort émotionnellement, et cela rend le film encore plus réaliste et pertinent dans son propos. C'est un beau message pour l'avenir. La balle est dans notre camp.

Bizarre que l'on ne sache pas ce qu'il arrive au personnage de Willem Dafoe. Ce n'est pas forcément une mauvaise chose, mais dans ce genre de film, je m'attendais à le savoir. Surtout à la toute fin quand l'on a un dernier flashback et que cela faisait un moment que l'on n'en avait pas eu. Je me demande s'il n'y a pas eu une scène coupée à ce moment-là qui aurait pu expliquer son absence dans le présent. Peut-être une version longue du film ou les bonus ? Le film m'a beaucoup intéressé donc même si son absence n'a pas été expliquée dans le film, je ne serais pas contre le découvrir.

Fun fact qui n'a rien à voir avec le film, mais je n'ai pas pu m'empêcher de voir plusieurs points communs avec Orphan Black, inévitablement. Et ce n'était pas pour me déplaire. :-* Je conseille le film à tout le monde et en particulier aux fans de la série susnommée.

Bref, je suis fan. Un excellent film de science-fiction à peu près à tous les niveaux, qui va au bout de son propos, et que je reverrai aussitôt qu'il sortira en DVD / Blu-Ray, et que je classe à grande échelle parmi mes films préférés, au moins du genre science-fiction --> anticipation / dystopie / cyberpunk. Et qui confirme que Noomi Rapace est une actrice atypique que j'adore, et qui a souvent des rôles puissants. 8)

 


 

Blade_Runner_2049_logo.png.2473871f42d2c0fccd891ab0bf72bf81.png


Cela fait deux semaines et demi que j'essaie de le commenter, mais c'est compliqué.

Blade Runner et moi, c'est une histoire particulière. Quand je le regarde, je manque de m'endormir à chaque fois, mais pourtant, je le trouve énorme, et après l'avoir vu, j'ai des souvenirs magnifiques. C'est un film extrêmement lent et contemplatif, beau et noir, philosophique et intelligent. Il faut être à la fois bien réveillé (pas fatigué) et bien préparé pour le voir. C'est sans doute pour cela que les deux fois où je l'ai vu, j'ai eu du mal, mais que malgré cela, je le considère comme un chef d'oeuvre. La première fois, c'était il y a une dizaine d'années, donc je pense que j'étais juste trop jeune pour apprécier toutes les qualités du film. La deuxième fois, c'était il y a deux semaines et demi, le mercredi de la sortie du deuxième opus, juste avant d'aller au cinéma pour enchaîner avec ce dernier. Et là, j'étais un peu fatigué. Mais j'en ressors avec une estime encore plus haute.

C'est donc avec une bonne hype que j'étais allé voir Blade Runner 2049. Suite d'un film pionnier du genre réalisée par Denis Villeneuve, le film ne peut qu'être excellent.

Et c'est effectivement le cas.

Y a-t-il besoin de parler de la réalisation, de la photographie, des effets sonores, des effets visuels avec Denis Villeneuve ? Non, pas vraiment. C'est encore une fois parfait, d'une propreté incroyable. Villeneuve perfectionne son style à chaque film. Il y a des plans d'une beauté... Vertigineux. Les jeux de lumière... Les effets spéciaux aussi, totalement dingues avec le personnage de Joi. Ils ont dû s'arracher les cheveux comme jamais pour que le rendu soit réaliste, et ils ont réussi. C'est complètement fou ce qu'ils ont fait avec cette idée, je n'avais jamais vu cela. Le mixage et le montage sonore sont irréprochables. Avec la musique ultra lourde de Hans Zimmer (et Benjamin Wallfisch), le son du film est ouf et même en le voyant dans une salle classique (sans IMAX ni DOLBY ATMOS), j'avais l'impression d'être dans le film tellement c'était immersif.

Voilà, la forme est parfaite, et le meilleur dans tout cela, c'est que Villeneuve réussit à capter l'essence de Blade Runner pour recréer son univers. On est dans Blade Runner, on le reconnaît direct. Musiques écrasantes, gratte-ciels interminables, pluie, hologrammes géants, déchets dans tous les sens, et esthétisation de tous ces éléments. On voit instantanément que l'on est dans la suite de Blade Runner. Une prouesse tant l'ambiance du film de Ridley Scott était unique ; enivrante et malsaine à la fois.

C'est là pour moi la plus grande réussite de Villeneuve : avoir réussi à recréer l'ambiance et l'univers de Blade Runner, avec pas mal de clins d’œil efficaces à celui-ci, tout en partant dans une direction totalement différente au niveau des personnages et du scénario. Tout en faisant une vraie suite, avec ses propres caractéristiques !

En effet, le scénario commence de la même manière (un Blade Runner chargé de retirer d'anciens Répliquants), mais part rapidement ailleurs avec l'histoire de Rick et Rachel qui laisse toujours ses empreintes 30 ans plus tard. J'ai trouvé toutes les ficelles rondement amenées, y compris le twist que je n'avais, encore une fois, pas vu venir. Du Villeneuve dans le texte, et pourtant, cette fois, je pensais ne pas me faire avoir vu comment les scènes étaient tournées. Je pense notamment à la scène où K retrouve le cheval en bois, qui était sublime dans le montage avec une montée progressive de l'intensité et de la musique. Une effet dramatique très bien fait avec la prise de conscience, je ne pensais pas que Villeneuve allait revenir sur cela. Et si, cet enfoiré l'a fait. Jusqu'au bout, j'y aurai cru. Un poil de frustration à ce propos d'ailleurs, mais c'est l'effet recherché, je pense. Le fait que l'on aimerait tous être l'élu, que l'on a tous de l'espoir, mais que non, parfois, on est juste seul éternellement. Une nouvelle réflexion bien forte autour du personnage principal.

Les acteurs, la base. Des acteurs confirmés et des découvertes bien cool pour ma part.

  • Ryan Gosling était l'acteur promis pour ce rôle. Il confirme une énième fois qu'il est fait deux genres de rôle : celui du badass froid (Blade Runner 2049, Drive, Only God Forgives, etc.) et celui du beau gosse décontracté (La La Land, Gangster Squad, Crazy, Stupid, Love, etc.). Mais dans les deux cas, un mec attachant, qui a de réelles émotions et interrogations. Ryan Gosling compose encore ici un grand rôle et gagne encore des places dans mon classement de mes acteurs préférés. A quand l'Oscar pour lui ? Il aura probablement une nouvelle nomination cette année.
  • Harrison Ford nous prouve, pour ceux qui en doutaient, que l'on peut toujours être un grand acteur à 74 piges. 8) Un vieux Deckard aigri, mais toujours aussi perspicace et lucide. Touchant.
  • Ama de Armas, première et principale révélation du film. Elle est magnifique. ♥ Et son rôle est aussi original que beau, amenant sans doute les plus belles scènes du film. On sait que c'est une entité informatique programmée pour être totalement dévouée à son propriétaire et lui donner l'impression d'être réelle et amoureuse, mais elle le joue si bien que l'on se demande si ce n'est pas de la vraie sincérité et si elle n'a pas réussi à dépasser le carcan de la simple IA. Finalement, elle est au centre des meilleurs thèmes du film. Après une relation humain / Répliquant dans le 1, voici une relation Répliquant / IA dans le 2. Je ne m'y attendais pas et ce fut brillamment fait. Magnifique.
  • Sylvia Hoeks, deuxième surprise du film. Tout ce qui tourne autour d'elle est symbolique également, et je ne pensais pas l'apprécier autant. L'actrice joue parfaitement le rôle, et je suis content qu'elle ait eu un bon développement, même si l'on pouvait s'attendre à encore plus de scènes. Très bon personnage jusque dans son prénom, Love / Luv.
  • Jared Leto est cool et classe, comme d'habitude. Il a toujours été un bon acteur. Dommage par contre que l'on n'en voit pas plus, car quand il apparaît dans deux scènes, et il capte l'attention à chaque fois. Deux grosses scènes d'ailleurs.

Ces cinq acteurs / personnages sont pour moi les principaux et les plus intéressants, de loin. Concernant le reste, Robin Wright fait le job pour un personnage classique et peu intéressant. Carla Juri est pas mal. L'actrice de la prostituée également. Par contre, Dave Bautista en tant que guest pour la première scène du film, c'était bien vu. Il en impose le bougre. Sympa' de voir Lennie James a.k.a. Morgan de The Walking Dead aussi.

Tout ceci rassemblé, je trouve que l'on obtient pas mal de scènes puissantes / iconiques / poétiques, et que les interrogations métaphysiques sont toujours là, en étant parfois un peu modifiées, agrémentées, voire même ajoutées. La différence humains / clones est toujours au centre de tout cela, et on ne ressort pas de ce film sans un minimum de questionnements en tête. K meurt seul et en ayant tout perdu (si toutefois l'on considère qu'il a un jour posséder certaines choses et que ce n'était pas juste une illusion), cela ne m'a pas laissé indifférent. Les Répliquants plus humains que les humains, encore différentes interprétations dans ce film. La scène du début du film, fort. La scène de pré-sexe, absolument sublime avec une pointe de malaise, tant visuellement que symboliquement. Sans doute ma scène préférée du film (avec la rencontre Deckard / Wallace dont je parle plus bas) et celle qui deviendra la plus culte. Du jamais vu. Le combat de fin qui transpire de puissance et de tension. Etc.

Je n'en ai même pas parlé, mais mention spéciale à la question "Rick est-il un Répliquant ?" qui n'a toujours pas de réponse claire. 8) Villeneuve en remet une couche durant l'excellent échange entre Deckard et Wallace, où ce dernier lance des signes de plus en plus explicites que Deckard était un Répliquant, mais rien d'indiscutable, d'autant que la réponse de Deckard remet le doute. Puis, dans cette scène, il y a un jeu de lumière régulier qui fait que les visages des deux acteurs sont tantôt dans la lumière, tantôt dans le noir. Je m'attendais tellement à ce moment-là à ce que l'on voit les yeux de Rick briller quand il est dans le noir, comme pour les Répliquants du 1, mais même pas. Villeneuve l'a fait exprès, il embrouille encore plus les pistes. Et ce n'est pas plus mal. Le mystère sur la qualité de Répliquant ou non de Rick est l'un des points forts du premier film, et maintenant de la saga.

Je finirai sur la continuité de ce dialogue qui aboutit à la deuxième prouesse des effets spéciaux après la superposition de Joi et de la prostituée (absolument démentiel encore une fois...) : le retour de Sean Young en mode jeune. :-* Peut-être encore mieux faite que Tarkin et Leia dans Rogue One. Quel bonheur de revoir sa beauté électrisante, mystique, son aura du 1. Je savais que l'actrice était dans le film, mais au fur et à mesure que le film avançait, j'avais peur que ce ne soit que pour des photos ou des plans d'une seconde, Noomi Rapace mode dans Alien : Covenant. Mais non, heureusement. Certes, j'aurais bien aimé la voir vieille, vivante, comme Rick Deckard, mais c'est un choix scénaristique sur lequel est basé tout le film et qui se tient, donc il n'y a rien à y redire. Cette scène entre un Rick rabougri et une Rachel 2.0 solaire est bien forte. Le "Elle avait les yeux verts" de Rick est parfait dans le contexte.

N'empêche, cela fait deux fois que l'on ressuscite une amoureuse de Harrison Ford en images de synthèse en version jeune. 9_9

Bref, dans les meilleurs films de l'année pour moi. Cela commence à s'embouteiller avec cette cuvée été / automne. :o

Villeneuve commence à y être habitué. Combien de nominations aux Oscars et combien d'Oscars va-t-il remporter cette fois ? Les paris sont ouverts.

Deux derniers points que je ne peux pas ne pas évoquer en faisant ce commentaire.

D'abord, est-ce la fin de la saga ? La fin reste assez ouverte, avec un Wallace toujours vivant et seulement exploré en surface (volontairement je pense), et bien sûr la rébellion des Répliquants qui commence à se mettre en place. Villeneuve n'est pas du genre à faire des suites et son style n'a pas l'air de s'y prêter, mais Ridley Scott est le producteur et c'est lui qui a fait revivre la saga, donc je ne serais pas étonné s'il prévoit de continuer. Au final, le premier film laissait légèrement entrevoir qu'une suite était possible, mais ce deuxième film le laisse beaucoup plus entrevoir. L'univers et l'histoire sont énormes, donc s'ils nous sortent un réalisateur prodige comme Villeneuve (car je doute qu'il reviendra), cela peut fonctionner, mais attention tout de même, l'héritage de Blade Runner est très fragile, il ne faut pas en faire n'importe quoi.

Ensuite, ce film est-il meilleur que le premier du nom ? Alors là, très bonne question. Je pense qu'ils se valent en termes de qualité pure, même si le fait que Blade Runner soit arrivé en premier et trente ans avant, au moment où la SF (surtout le cyberpunk et l'anticipation) avait encore du mal à exister au cinéma, lui donne indéniablement un plus. Lequel j'ai préféré ? Impossible à dire maintenant, il me faudra juger à froid et en revoyant les deux films à la suite, mais actuellement, je pense que je préfère quand même (de peu) le premier du nom.

Allez tous voir ce film. Mais (re)voyez quand même Blade Runner avant car contre toute attente, cela se suit réellement, même avec trente ans d'écart dans l'histoire, et il y a certains points qui peuvent nous échapper si l'on n'a pas le premier en tête.

J'ai vu le film deux fois, et ce n'était pas de trop. D'autres visionnages ne seront pas du luxe non plus, et je me ferai un plaisir de me faire un marathon des deux quand le Blu-Ray sortira. :-*

 



heZB7.png.48fa6b1933860c626adb3c185edb55ba.png


C'était correct.

Ce n'est pas un mauvais film comme la plupart des critiques le disent et comme le sous-entendent ses différentes notes toutes plus abusées les unes que les autres (comme d'hab'). J'aurai du mal à dire que c'est un bon film, mais ce n'est pas un mauvais film. La mise en scène est propre, la bande originale colle bien à l'histoire et aux scènes, les acteurs font le job. Après, c'est sûr, on aime ou on n'aime pas. C'est un film romantique et érotique, on sait ce que l'on va voir en le regardant, donc à quoi bon s'étonner ? D'ailleurs, sur ce point, j'ai trouvé les scènes érotiques vraiment jolies (visuellement mais aussi au niveau de l'atmosphère qui en ressortait), je comprends l'hystérie que peut créer cette franchise. Je suis loin d'être un expert dans le genre, mais c'est l'impression que j'ai eue.

Le scénario m'a surpris car au vu des bandes-annonces, je m'attendais à plus d'action et de tension dans certaines scènes, mais en fait, non. Le film reste lent et quasiment totalement centré sur le couple Anastasia - Christian, comme le premier. Publicité mensongère dans les trailers (à moins que ce ne soit moi qui me sois fait des idées, j'avoue que je ne me souviens plus des bandes-annonces du film que je n'ai dû voir qu'une ou deux fois). Ce n'est pas plus mal. Cette histoire, c'est l'histoire de Christian et d'Anastasia. Bien sûr, il fallait que le passé de Christian resurgisse pour qu'Anastasia y soit confrontée et qu'elle en fasse le "deuil", mais pas trop non plus. C'était bien dosé dans le film, entre les quelques apparitions de Mrs Robinson et l'ex-soumise de Christian. Deux bonnes scènes où Anastasia se retrouve face à elle, il ne fallait pas plus.

Les dialogues sont quant à eux... particuliers, mais encore une fois, je pense que c'est inhérent au genre, et de plus, je trouve que cela correspond plus ou moins à un couple qui tâtonne comme cela, qui cherche à retrouver des repères, et tout le bordel.

Bref, c'était sympa', je n'ai pas passé un mauvais moment. C'est clairement un genre de film totalement différent de ce que l'on voit habituellement, et c'est normal que beaucoup de monde ne s'y intéresse pas, mais ce n'est pas pour cela que c'est une bouse intersidérale. En tant que produit cinématographique, je trouve le résultat tout à fait louable, comme le premier en somme.

Et, comme à la fin du premier, j'ai envie de savoir la suite. Je veux avoir le fin mot de cette histoire qui peut s'avérer plus dramatique que prévu au vu du cliff' de fin avec l'ancien patron d'Anastasia. Et je veux voir la scène du mariage aussi.

J'avais vu le premier au cinéma (oui, oui...), pas le deuxième que j'ai vu chez moi, mais j'irai peut-être voir le troisième du coup, selon mon humeur du moment.

 



Finding_Dory_logo.png.914ea578a90b6c360604fad33e851fed.png


Je viens de me rendre compte que je ne l'avais pas commenté quand il est sorti, donc vu que je viens de le revoir, c'est parti pour un rapide commentaire (j'ai déjà pu en parler dans les divers tournois il me semble).

Un énième chef d'oeuvre du studio pour moi.

C'est fou à quel point après 21 ans de longs-métrages, ils arrivent toujours à créer de telles perles.

On retrouve pour moi toute la magie qui était présente dans Le Monde de Nemo. L'humour est toujours aussi efficace grâce à une Dory inventive (parfois bien malgré elle), de nouveaux personnages géniaux (mention spéciale à Hank, bien entendu) et le côté terre-à-terre de Marin notamment ; cela donne des situations cocasses à la chaîne (Gérard (8)), le comique de répétition de la maladie de Dory, les deux baleines, l'oiseau, la paranoïa et le stress de Hank, etc.). Et surtout, surtout, l'émotion est toujours plus intense : les séquences de flashback avec Dory bébé sont sublimes, les différents échanges sérieux entre Dory et Marin, Dory et Hank ou Dory et ses parents sont poignants, les retrouvailles, la toute dernière scène du film... la morale et les valeurs me vont toujours droit au cœur. Le genre de scènes capables de me faire chialer.

Voilà, exceptionnel. Je ne mâche pas mes mots avec Pixar mais qu'est-ce que j'y peux, ils me font vibrer à chaque fois pour tout un tas de raisons. En plus, même si j'étais content de retrouver l'univers de mon deuxième film Pixar préféré, j'avais un peu peur de ce que cela pouvait donner car je ne savais pas du tout où ils pouvaient aller. Garder le même principe que le premier film, n'est-ce pas un peu casse-gueule ? Eh bien avec Pixar, pas du tout. Ils ont habilement adapter l'intrigue du premier à la situation du deuxième. Rien que le fait d'inverser la recherche parent / fils était bien vu. Pour le reste, cela part suffisamment dans des folies différentes pour que l'on ne puisse pas reprocher au film de trop reprendre le premier. C'est même le contraire : c'est une force de faire dans la continuité tout en renouvelant complètement l'expérience. On garde nos repères, nos personnages favoris, notre océan, mais on va encore plus loin dans la folie.

A la sortie du cinéma en juin 2016, je ne savais pas quel film préférer entre les deux, et après ce revisionnage, à froid donc, je ne sais toujours pas. Je suppose donc que j'aime autant les deux films et que je les trouve aussi bons l'un que l'autre, ce qui n'était pas une mince affaire compte tenu de l'estime que j'avais pour Le Monde de Nemo. Je confirme sans aucun doute que c'est bien ma deuxième franchise préférée de Pixar, toujours après les Toy Story. Je suis fan. :-*

Allez, soyons fou : on peut espérer un troisième opus du nom de Le Monde de Hank, ce serait parfaitement dans la logique vu que c'est le nouveau personnage le plus intéressant du film, le plus apprécié et le plus mystérieux vu ce qu'il laisse entendre durant son escapade avec Dory. Je suis sûr qu'il y aurait de quoi pondre un nouveau chef d'oeuvre, et je suis sûr qu'ils y pensent, chez Pixar. En tout cas, si cela doit se faire, je suis totalement pour, je trouve que l'idée de ces déclinaisons d'une grande justesse et sincérité est géniale, et mon impatience ne sera que trop grande.

Vive Dory, vive cet univers et vive Pixar ! :-*

Je conseille à tout le monde de le voir, surtout à ceux qui aiment Pixar et/ou Le Monde de Nemo.

P.S. Scène post-générique bien sadique de la part des scénaristes avec le retour des amis de Nemo de l'aquarium du premier qui se font chopper par l'institut. :o Bon, ce n'est pas plus mal, ils vont être bien traités, mais je suppose que la plupart d'entre eux vont retourner en aquarium au vu de leur espèce. Puis Gérard, encore une fois. 8) Au premier visionnage, j'avais trouvé l'humour autour de lui vraiment noir et violent (inhabituel chez Pixar, mais ce n'est pas pour ça que je n'avais pas apprécié 8)), mais en fait, c'est surtout du troll. L'humour de Pixar.  8)

 



kingsman-2-58faa35f0b8f3.png.f952919dcb8c38115717480bc76a7e4a.png


C'était tout à fait exceptionnel. 8)

Je crois que je l'ai même préféré au 1. 8)

Il va encore plus loin dans le n'importe quoi, l'action complètement énorme, les punchlines dans tous les sens, un casting encore plus fou que dans le premier (même Elton John quoi). Tellement jouissif et drôle. Je ne me lasserai jamais de ces films. Je pense que c'est le sommet du genre. Et on voit que Matthew Vaughn perfectionne sa réa' et son style de film en film. Kick-Ass était déjà énorme, Kingsman continuait parfaitement le délire, et là le deuxième Kingsman est l'apogée du genre. C'était énorme. Tous les acteurs ont la grande classe.

En plus, je l'ai vu en IMAX, donc autant dire que j'étais bouche bée devant toutes les scènes d'action de malade. Le son et l'écran géant de l'IMAX se prêtent parfaitement au jeu du film. Géant.

Niveau scénar', je l'ai trouvé dans la même veine que le 1 (même style de sauvetage du monde avec une menace à ampleur planétaire menée par une personnage totalement perchée), et tout aussi osé, avec la mort de pas mal de personnages sans aucun complexe. Certaines morts sont même émouvantes. Réussir à rendre crédible un tel délire, que l'on s'attache aux personnages et aux intrigues, cela relève du génie. Matthew Vaughn. 8)

Bref, je le recommande à tous ceux qui ont aimé le 1 et/ou qui aiment ce type d'humour et d'action. C'est clair que c'est particulier mais quand on rentre dedans, c'est le must du must.

Je vais aller le revoir incessamment sous peu. 8)

Kingsman. 8)

 


 

Allez, un petit top 15 de l'année so far, en espérant ne pas en oublier :

 

1. La La LandLogan
3. La Planète des Singes : Suprématie

4. Seven Sisters (What happened to Monday) / Blade Runner 2049

6. Brimstone

7. Kingsman : Le Cercle d'Or / Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar / Dunkerque

10. La Belle et la Bête
11. Alien : Covenant / Wonder Woman / Lego Batman, le film

14. La Momie

15. Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2

 

Un peu fait à la va-vite, les classements peuvent changer, mais ce sont globalement les films que je retiens pour le moment. Parmi ceux qui sont déjà sortis en France, qui m'intéressent vraiment mais que je n'ai pas encore pu voir, il y a Grave (futur top 5 de l'année, à tous les coups), Mother!, Les ProiesSong to Song et Cars 3 (voire ÇaLife et A Cure for Life). Toujours aussi dur de choisir et de classer n'empêche. Faire un top de l'année à la fin avec les Star Wars, episode VIII : The Last Jedi, Thor : Ragnarok and co' va être impossible. Et pourtant il le faudra pour les Awards de Croco'. :'(

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Screen-Shot-2017-07-31-at-11_33_33-AM.png.7853561c33e3ef0d57814366f50caacc.png

 

Ah, j'ai oublié de venir commenter ici. Le post de Erza m'avait donné envie de voir ce film de science-fiction récent dont je n'avais pas entendu parlé. En fait, après avoir lu les premières lignes, j'ai préféré voir directement le film afin de ne pas en savoir trop sur ce dernier. Un film de science-fiction s'apprécie d'autant mieux qu'on découvre son univers au moment ou le film veut qu'on le découvre, en tout cas c'est ainsi que j'aborde ce type d'oeuvre. 

 

Donc, que dire ? Sur le moment, pas mal de choses m'étaient venus à l'esprit, mais maintenant c'est un peu parti. Donc, premier point, j'ai aimé. Certes les fan de Orphan Black feront facilement le parallèle quant à la performance de l'actrice, mais moi ça m'a fait pensé à Split. Je ne sais pas si c'est seulement que je vois plus de films / séries récents, mais il me semble qu'on a pas mal d'oeuvre ou un seul acteur incarne plusieurs personnages différents dernièrement. Quoi qu'il en soit, il faut une bonne dose de talent pour y arriver, et l'actrice de What Happened to Monday y arrive bien. Comme l'a dit Erza, on arrive assez rapidement à repérer au moins quelques-une des soeurs, ce qui n'est mine de rien pas gagner quant on est face à des personnages à ce point ressemblant, qu'il faut discerner pendant la phase de présentation du film. Le souvenir principal que j'avais de l'actrice, c'était son rôle dans Prometheus, et faut dire que le personnage n'était pas génial donc j'avais pas tellement goûté à sa performance. Mais ici, elle fait très bien le job, qui était loin d'être évident.

 

Révélation

 

Partie spoil

Le point qui m'a le plus gêné, je pense que c'est sur le twist et le dénouement. Le film a un titre, le film tourne autour de cette question, mais en tant que spectateur on se doute ce qui s'est passé assez vite... C'est un peu ballot quand même, que quelque chose d'aussi important soit loupé. Franchement, que Monday soit toujours en vie, on le capte assez vite. Effectivement, le film n'hésite pas à montrer froidement les morts, et ce qui est une force en soit devient une faiblesse dans le cas de Monday, puisque elle on ne l'a pas vu mourir. En plus, quant on apprend que l’œil appartient non pas à Lundi mais à Mardi, ça ne fait que renforcer les doutes. Alors certes, des fois il ne faut pas trop réfléchir et on se ruine des révélations à le faire, mais là c'est clairement la faute du film, l'intrigue de base demeure de savoir ce qui est arrivé à Lundi, puis c'est dans le titre, donc évidemment que le spectateur va y réfléchir. Je sais pas si d'autres l'on vu venir aussi, ça me parait trop évident pour que ça soit pas le cas. Lundi a survécu, et elle a trahit sa famille ou quelque chose de ce type, ça semble être quelque chose que tout le monde peut comprendre bien avant la révélation qui du coup est un flop.

Par contre, le fait que le film soit brutal avec les sœurs, ça on s'y attend pas forcément. Je pensais pas qu'elles tomberaient comme ça, si bien que j'ai finis par me demander si elles allaient toutes y passer. Au final, il y en a deux qui survivent, pour le coup c'est une surprise. 0 ou 1 (qui endosserait l'identité tous les jours) me paraissait couru d'avance, et en fait non.

 

 

Et bien sur, je ne peux pas ne pas parler du thème du film. Après tout, c'est une histoire sur fond de sur-population. J'ai trouvé le traitement assez paradoxal, car d'un côté on le thème qui est traité de manière assez neutre, et de l'autre on a une méchante bien caricaturale, c'est curieux. Le film se finit sans véritable réponse sur la question, en soit il n'a pas de message à donner si ce n'est un avertissement, mais du coup je ne comprend pas cette méchante. Pour moi, c'est ce qui fait passer ce film à côté d'un très bon de science fiction. Il manque une méchante qui tient la route. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 22/10/2017 à 20:38, Rеy a dit :

il y a Grave (futur top 5 de l'année, à tous les coups)

Je l'ai vu au Ciné à sa sortie et c'était pas mal du tout, vraiment spécial par contre.

 

De mon côté après Logan , j'ai enchaîné plus tard dans la soirée avant hier avec La Route un film post-apo qui me faisait de l’œil depuis un moment.

Je n'en ressors pas déçu, les deux sont d'ailleurs comparable dans leur côté road trip bien que le second se passe globalement à pied et est bien plus violent et Terre à Terre.

Il faut dire que les deux ne montrent pas les mêmes choses, là ou nous voyons la dernière parade de Logan dans le premier le second montre un monde dévasté ou la survie passe avant tout pour un père de famille qui protège son gosse. Forcément plus cru, les scènes chocs sont pour le moins réussit comme l'ensemble du film qui raconte une histoire triste, mais belle. 

 

Hier je me suis fait Usual Suspect que je voulais me faire depuis les awards 2015. Seul point négatif j'avais compris qu'on aurait droit à un plotwist avec les commentaires de l'époque.

Du coup j'ai vu un peu le tout venir de loin quand bien même le réalisateur à travers ses manigances à réussit à me faire douter. Malgré tout c'est la manière qui surprends, dans ce fameux passage de fin qui est pour le moins réussit, surtout pour l'époque. 

Révélation

Quand on comprend comment Verbal a dupé l'inspecteur, en inventant des histoire avec tout ce qui lui passait sous la yeux, c'était juste magique. Surtout que depuis le début l'inspecteur se foutait de cet infirme. J'avais vu venir le coup du faussement infirme aussi, mais la façon dont c'est montré était vachement réussit. 

En dehors des plotwist de fin le film est pas forcément si énorme mais j'ai bien aimé l'atmosphère placée autour de Keyser Söze qui a donné une aura au personnage durant le film. 

 

 

Et surtout j'ai adoré le jeu d'acteur de certains. Un excellent Kevin Spacey comme à son habitude, toujours aussi spécial. Mais celui qui m'a le plus bluffé c'est l'acteur de McManus, Stephen Baldwin qui avait "une gueule" vraiment à part et dont les mimiques et les répliques étaient vachement réussit.

 

Enfin après Usual Suspect j'ai enchaîné avec un film qui m'a plus plus que les trois autres à savoir L'armée des 12 singes et qui est au passage directement devenu un de mes films préférés. 

J'ai adoré. Mais le film est renversant alors j'aurais vraiment du mal à en parler avec si peu de recul. Les performances de Bruce Willis et Madeleine Stowe étaient en tout cas convaincante et si celle de Brad Pitt m'a semblé légèrement voir complètement abusée elle m'a plus amusée que dérangé. 

Comme je l'ai dit j'aurais du mal à parler du reste, forcément j'ai bien aimé l'ambiance et le scénario mais surtout le voyage proposé. Une définitivement bonne trouvaille !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça 

QKAg0.png

 

Je n'avais pas eu le temps d'aller le voir au cinéma. En tout cas très bon moment a visionner cela. L'un des meilleurs films de l'année.  Les gosses au top a la Super 8 ou Stranger Things soit le bon filon. Les performances du clown sont assez exceptionnelle. Pas pour rien que le film est fait un carton au box office donc. 

Edited by Crocodile

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai vu 4 films plus ou moins cultes ces 3 derniers jours, voilà mes avis. :)

 

Par ordre chronologique :

 

FIGHT CLUB

" Le narrateur, sans identité précise, vit seul, travaille seul, dort seul, mange seul ses plateaux-repas pour une personne comme beaucoup d'autres personnes seules qui connaissent la misère humaine, morale et sexuelle. C'est pourquoi il va devenir membre du Fight club, un lieu clandestin ou il va pouvoir retrouver sa virilité, l'échange et la communication. Ce club est dirigé par Tyler Durden, une sorte d'anarchiste entre gourou et philosophe qui prêche l'amour de son prochain. "

 

Ça fait plusieurs années que je devais le voir, c'est enfin chose faite.

 

Un film passionnant de A à Z, et que j'ai beaucoup aimé. L'ambiance sombre et noire te met directement dans le truc tandis que le personnage du narrateur se révèle dès le début comme un personnage prometteur et intéressant. Et en effet, il l'a été.

L'histoire est passionnante et tient en haleine, les 3 personnages sensés porter le film le font parfaitement (le narrateur, Tyler et dans une moindre mesure Maria) et la panoplie de personnages très secondaires est sympathique. On ajoute à ça des acteurs parfaits dans leur rôle, un comique bien géré, des moments de tension réussis, un twist final de toute beauté (malheureusement je m'étais fait spoil, c'était inévitable) et un propos très actuel et on peut aisément comprendre pourquoi le film a tant fait parler de lui, pourquoi il est si culte. Pour revenir au propos, j'ai trouvé les différents raisonnements et conceptions intéressants : l'anarchisme prôné par Tyler Durden, la dualité du Narrateur et la "passivité suicidaire" de Maria. Cependant, petit reproche, je trouve que la toute fin du film est trop peu osée , le scénariste n'a pas poussé le concept jusqu'au bout, notamment concernant le personnage du narrateur. C'est difficile de parler sans spoiler donc j'en resterai là.

 

Une belle expérience.

 

 

LA LA LAND (SPOIL)

"Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia sert des cafés entre deux auditions. De son côté, Sebastian, passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance. Tous deux sont bien loin de la vie rêvée à laquelle ils aspirent…
Le destin va réunir ces doux rêveurs, mais leur coup de foudre résistera-t-il aux tentations, aux déceptions, et à la vie trépidante d’Hollywood ?"

 

Encore un film que je devais voir depuis pas mal de temps, depuis sa sortie en fait.

 

J'ai bien aimé, là encore, même s'il me laissera une image plus facilement périssable que Fight Club.

Je ne vais pas revenir sur les qualités graphiques et esthétiques qui ont déjà été encensées des millions de fois sur internet et des dizaines de fois sur ce forum. C'était magnifique.

Du coup, concernant l'histoire. Rien de bien révolutionnaire mais j'ai apprécie suivre les deux personnages attachants que sont Mia et Sebastian. Leur couple était attendrissant et, gros point positif, je souffrais quand ils souffraient et riais quand ils riaient. Grosse performance de Ryan Gosling et Emma Stone du coup. Je regarde peu de films donc je me fiais surtout aux avis positifs qu'ont les gens sur ces deux acteurs, et je peux maintenant affirmer qu'ils sont totalement justifiés. Ah, oui, énorme point positif : la bande son. Du grand art.

 

Par contre il y a quand même quelques défauts qui m'ont plus ou moins gênés. J'ai trouvé ça dommage que le film ne pousse pas au bout du truc le désespoir lié à la recherche de célébrité dans le dur univers américain. Au final les deux personnages principaux ont réussi leurs objectifs professionnels et j'aurais surement préféré que l'un des deux ne parvienne pas à sortir de la "misère".  La scène finale aurait eu encore plus d'impact je pense si Sebastian n'avait pas concrétisé son rêve. Je ne sais pas, il aurait pu finir dans un petit bistrot par exemple, ça n'aurait en rien enlever la puissance de la scène finale (nous n'aurions pas eu le nom du restaurant, c'est tout). Bref, c'est très subjectif tout ça et vu que je préfère toujours les fins suicidaires... ^^ Enfin, je dis ça mais la fin que nous a offerte Chazelle est déjà extrêmement triste. Le "5 ans plus tard" fait tellement mal au coeur... Et cette scène finale... :x

Malheureusement, autre petit défaut selon moi, il manque vraiment un petit quelque chose, un petit élément de réponse pour expliquer, ou du moins nous amener à théoriser sur la séparation des deux amants (j'imagine que l'on pense tous que c'est du à l'éloignement, mais je trouve ça beaucoup trop léger, j'ai une mauvaise impression de manque...). Ça arrive trop facilement et c'est difficilement crédible au vu de 110 premières minutes du film. Heureusement que ça n'enlève pas le côté "tire larme" (non péjoratif) de la fin.

 

Bref, 8 lignes sur les "défauts" et seulement 5 sur les qualités, mais ça reste à n'en point douter un bon film que j'ai apprécié. 

 

 

USUAL SUSPECTS

"Le film suit l'interrogatoire mené par l'agent Kujan d'un petit malfaiteur infirme nommé Verbal Kint. Celui-ci est l'un des deux seuls survivants d'un massacre commis la veille sur un cargo à quai dans le port de San Pedro. Par le biais de nombreux flashbacks, Kint narre l'enchaînement d'événements complexes qui l'ont mêlé, lui et quatre autres malfrats, à cette mystérieuse affaire derrière laquelle se trouverait le légendaire criminel Keyser Söze."

 

Jamais 2 sans 3, encore un film que je devais visionner depuis un bail.

 

J'ai beaucoup aimé, au moins autant que Fight Club!

Je vais faire bref mais j'ai été conquis par la narration, par les personnages de Verbal, Soze et Keaton et le dénouement m'a mis une claque phénoménale, comme j'en ai rarement prise. Le scénario tient en haleine du début à la fin, c'était vraiment excellent de suivre la bande de gangsters et je comprends pourquoi le personnage de Keyser Soze est devenu si mythique. C'était mon premier véritable film de gangster et il me restera longtemps en mémoire, indubitablement.

 

L'attaque du cargo. 8)

"Le coup le plus rusé que le diable ait jamais réussi, ça a été de faire croire à tout le monde qu'il n'existait pas." 8)

 

 

BRIMSTONE

"Dans l’Ouest américain, à la fin du XIX siècle. Liz, une jeune femme d’une vingtaine d’années, mène une vie paisible auprès de sa famille. Mais sa vie va basculer le jour où un sinistre prêcheur leur rend visite. Liz devra prendre la fuite face à cet homme qui la traque sans répit depuis l’enfance…"

 

Ce n'était pas prévu que je le vois mais face à l'insistance d'Erza (justifiée vu que c'était le type de film que je souhaitais visionner)... 9_9

 

La noirceur à l'état pure, l'horreur dans sa forme la plus malsaine. La violence, qu'elle soit physique ou psychologique, est telle qu'il ne faut vraiment pas mettre ce film entre toutes les mains.

Découpé en 4 chapitres non-linéaires, on découvre durant ces 2h et quelques qui est Liz et ce qu'elle a vécu. J'ai du mal à parler du film parce que je pense qu'il faut vraiment le regarder en étant vierge de toutes infos. Soyez juste prêt à souffrir, à voir les gens souffrir et attendez vous à des retournements de situations imprévisibles et à des scènes insoutenables.

 

P.S. : la longueur du film et le rythme assez lent ne m'ont pas gêné, au contraire je trouve souvent que le format "film de 2h" ne permet pas une "ample expression" donc j'ai trouvé que la durée était un véritable point positif.

 

 

 

Bref, 4 films que je recommande: Brimstone aux amateurs d'univers noirs et sans une once d'espoir, Fight Club et Usual Suspects parce qu'ils méritent leur statut de films cultes et La La Land parce que l'histoire d'amour est attendrissante et les différents  à-côtés réussis.

Edited by Men
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

1514224548-1.png1514224548-2.png1514224548-3.png1514225055-368.png

 

Jumanji : Une grosse surprise que voici pour un film génial de bout en bout et marrant :o Le genre de film qui peut avoir tout faux quand c'est une suite 20 ans après s'en est plus que bien sortie et j'étais septique avant d'aller le voir samedi soir. Comme quoi. Les 4 avatars au top. Mention spéciale a l'avatar de Bethany 🤣. 9/10

 

Seven Sisters : Le format film n'a pas peut être pas permis de bien développer les 7 sœurs malheureusement mais j'ai bien aimé le film notamment l'act final.  7/10

 

Bright : Le fameux film Netflix a gros budget. Pas mal notamment le duo Will Smith et l'extraterrestre. Il a été descendu par les critiques donc j'en attendais rien pour un final avoir passé un bon moment devant. 5/10

 

Les Indestructibles : A force d'en entendre parler j'ai enfin pris la peine de visionner le premier comme ça je pourrais aller voir le numéro 2 l'année prochaine au cinéma. Bien sympathoche comme film d’animation . 6/10

Edited by Crocodile
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon j'ai vu 5 films dernière mais je parlerai que d'un seul d'entre eux ce soir, le cinquième. 

 

 

BRIMSTONE (SPOILERS)

 

Second western crépusculaire que je vois en, en tout et pour tout deux semaines, Brimstone se rapproche de manière photographique de Les huit salopards mais s'enlise de manière beaucoup plus poussée dans le trash sans vergogne. Aucune.

Le tout nécessitera une balise de spoiler, si vous comptez voir ce long métrage ne cliquez pas dessus bien entendu.

 

Le film commence doucement, mais déjà il prépare son spectateur avec des scènes dérangeantes avec la fameuse scène d'accouchement. Le malaise en est alors déjà palpable et scotché à l'écran nous savons déjà que ce n'est pas 2h30 de joie qui nous accompagnerons tout au long du récit. 

L'arrivé du Révérend est une réussite, l'individu tout de noir vêtu va vite apporté le désespoir dans la vie de Liz et ce qu'on ne savait pas encore à ce moment là (hormis peut être par l'intuition que provoque les explicites regards de la protagoniste à l'égard du personnage)... que ce n'étais en fait pas le début.

 

Heureusement le film passera vite l'étape parfois bien trop longue des films d'horreurs ou personne ne croit le personnage vraiment au courant de la situation. Même si c'est de manière forcée par l'histoire avec la mort rapide du bienfaiteur de Liz. 

 

C'est ainsi qu'à travers les deux parties d'après nous allons découvrir le passé de celle-ci répondant auparavant au nom de Joanna. Interprété de manière magistrale par Emilia Jones (que j'ai hâte de voir grandir pour l'avenir du cinéma hollywoodien), on la voit traversée moult épreuves parfois réellement insoutenable tantôt montrées à l'écran, tantôt largement explicitées en point d'en être maladroit. Mais l'enfant en détresse n'en est pas moins juste dans son interprétation. L'actrice que l'on connaît bien son rôle de Melissandre joue aussi bien son rôle de femme soumise là ou son compatriote Kit Harigton ne convainc pas.

 

Et c'est à la suite de certaines de ces scènes et de celles de la dernière partie que je tiens à féliciter Guy Pearce d'avoir accepté un tel rôle, quand bien même j'irai plus lui mettre mon poing dans la figure que lui serrer la main si je le croisais dans la rue. 

 

Le film accuse quand même d'un côté un peu trop pompeux à mon goût dans son choix d'utilisation des références bibliques et je ne parle pas forcément des titres de quatre parties mais dans la façon de s'en servir en créant un personnage un peu trop mystique à mon goût capable de rejoindre sa fille sans trop effort et déblatérant des discours un peu trop ridicule parfois quand bien même ils réussissent à faire mouche la plupart du temps.

(Ici faire mouche signifie surtout nous faire dire : Mais c'est un malade ce type !) 

 

Et ce jusqu'au bout puisque même dans sa fin il continu. Et ce passage est autant une réussite qu'un échec à mes yeux. La réussite se trouve dans ce que réussit le film à savoir nous emprisonner dans un univers morbide et ne nous jamais en faire ressortir. On attend donc pendant tout le film qu'une chose :

Etre débarrassé du révérant, mais une fois fait on reste frustré. Certes le calvaire est passé.

Mais ce fut trop bref et dans une énième complainte biblique il disparaît alors qu'on aurait aimé le voir perdre son aura, dans un moment d'ultime défaillance.

Dans un autre sens je considère ça comme un échec car sur l'instant la scène n'est pas aussi forte que ce que le film nous propose à l'accoutumée et sa dernière phrase semble tout droit sortie d'une série Z. 

 

Je trouve plus globalement le sujet du religieux auquel tout est permit assez mal traité, on pourra néanmoins dire qu'il aura été évoqué et dénoncé, notamment dans les passages à l'église qui semblent invraisemblables. La situation de la femme elle est plus explicite et a quand même le droit à de nombreux passages sympathiques dans le bordel. 

 

La fin elle m'a déçue, si le film réussit avec brio d'éteindre les espoirs de ses personnages à tout moments j'ai trouvé cette fin moins mémorable que le contenu général du film en plus d'être un peu sorti de nulle part. La solution me semble donc un peu facile après une attente de pour rappel 150 minutes.

Le rythme ne m'a d'ailleurs à première vu pas dérangé mais pourtant je suis sorti plusieurs fois du film surtout durant les deux premières parties, ma haine du révérend ayant eu raison de moi par la suite.

 

Car oui quand bien même je n'ai pas lu les critiques de la presse, je les vois déjà venir et j'en rejoindrai probablement une.

La violence à outrance quasi-gratuite pour pas dire gratuite du moins dans ses excès. Certains encourageront le réalisateur qui a réussit à ne pas masquer les passages que les autres films n'osent que difficilement nous faire imaginer et je le comprend. Trop de films s'arrêtent trop vite dans leurs idées.

Mais si celui-ci va jusqu'au bout je le trouve pas forcément juste quand il s'agit de ça. L'histoire aurait pu donner un résultat quasi-similaire avec des passages en moins et je trouve l'acharnement parfois trop tape à l'oeil comme s'il voulait volontairement faire réagir non pas pour développer une réaction spontanée mais plutôt comme s'il désirait qu'on le complimente d'être allé au bout des choses.

Bout des choses qui ont été dépassé selon moi à plusieurs reprises inutilement et je me serais bien passé d’agression physique sur une gamine de 6 ans à tout casser dépassant le stade du dérangeant et de l'ultra-violence pour aller dans un domaine pédo-sadique assez ignoble que le révérend tapera à plusieurs reprises dans ses sacro-saints délires. (Même s'il faut savoir que tout ça, ça existe vraiment malheureusement)

Par conséquent il dépasse à mes yeux des limites qui auraient pu s'arrêter au passage ou la jeune Joanna est forcée de regarder sa collègue se faire battre ce qui n'est déjà pas rien. L'excès est rarement bon et je considère que Brimstone en est une preuve quand bien même cette utilisation est déjà mieux justifiée et a plus d'intérêt que dans certains autres films. Elle aura réussit à rendre un individu ultra-détestable en individu encore plus ultra-détestable. Sensation que je n'avais pas connu depuis la lecture il y a fort longtemps du manga Rainbow d'Abe&Kakizaki que j'avais cependant trouvé largement plus juste dans sa violence exacerbée. 

 

Je n'oublierai pas de mentionner le travail visuel et photographique de l'oeuvre pour le moins réussit mais avant tout la prestation du Dakota Fanning qui prouve que sa sœur n'est pas la seule à briller. "Twinkle twinkle little star"  chantait Kaori Miyazono, des étoiles jumelles qui éclairent Hollywood depuis déjà une dizaine d'année. (En réalité c'est sa soeur que j'aime, mais chut) 

Grande prestation, belle actrice. 

 

Puisque la boucle est bouclée (en vrai même pas j'ai oublié des idées en route) il est tant d'achever ma petite critique avec un avis.

Mais c'est pas simple et je suis pas sûr de pouvoir dire que j'ai passé un agréable moment devant Brimstone n'étant pas adapte de tortures, pendues et gamines menacées. Maintenant le film aura réussit à être un des quelques films m'ayant marqué parmi ceux sortis en 2017 (bien moins qu'un Grave cependant), à me faire réfléchir et surtout soutenir une jeune femme qui n'aura connu que le désespoir dans sa vie.

Je me contenterais donc de dire que je suis tout de même content d'avoir vu ce film qui m'a quand même globalement plus. 

 

Et là je me rend compte que pas mal de choses tombent à l'eau car sans ses excès de violence j'aurais probablement vite oublié ce film. Ils auront donc servit à marquer le spectateur, mais le fait que j'en retiendrai probablement presque que ça.. ne serait-ce pas aussi une preuve d'un manque de consistance des autres plans du film qui s’avéreront assez pauvre quand on le joint à sa longueur ? 

Ou considérera t'on ses imperfections comme une force ? 

Ce sera tout pour moi. :D 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est la tournée des commentaires multi-films ! J'aime.

A mon tour maintenant avec des films que j'ai vus sur les deux-trois derniers mois mais que je n'ai pas commentés à chaud. Je n'y arrive plus décidément... Des commentaires plus courts et moins marquants cette fois, je pense. J'ai du mal en ce moment.

 



306px-Grave_film_logo_svg.png.c6c47626e0c60d686c52369190f2c824.png


J'avais besoin de temps pour me remettre du choc que je venais d'avoir, et cela tombe bien, vu que je le commente plus de deux mois après.

Je me suis pris la claque que j'avais prévue, voire plus, et je crois que c'est bel et bien un film de mon top 15-20 au moins.

Un film français aussi bon et puissant, c'est beau. :'(

Je crois que j'ai une fascination pour ce genre d'ambiance à la fois malsaine et pesante, et triste et poétique. C'est tout de même l'un des films les plus malaisants que j'ai pu voir dans ma vie, et c'est au service de la beauté de l'art qu'est le cinéma. Ce n'est pas la première fois que je suis subjugué par de tels éléments. Typiquement, ce film m'a énormément rappelé The Neon Demon sur certains points. The Neon Demon qui est, je le rappelle, un film de mon top 10 (que je n'ai toujours pas commenté ici ; je le ferai quand je le verrai pour la seconde fois, ce sera plus efficace).

 

Bon, en vrai, j'ai la flemme de continuer à essayer de trouver les bons mots, il est trop tard (oui, car je commente les films dans le désordre, sinon ce n'est pas drôle). Superbe photographie, bonne réalisation avec des plans mémorables, bande originale jouissive qui soutient parfaitement l'ambiance, casting au poil avec notamment une Garance Marillier solaire qui porte le film, des twists et du gore bien dosés. En gros, une tuerie, dans tous les sens du terme. Merci Dieu ou je ne sais qui pour qu'un tel film français ait pu voir le jour. C'est du génie. Il faut vraiment que je le revoie, déjà. Je pourrai éventuellement mieux le commenter à cette occasion.

 

J'avais failli sortir le kit quand je l'ai vu.

 

Bref. Un film de mon top 15 du cinéma, au moins, pour le moment. Et, de fait, mon film français préféré.

 


 

La Montagne entre Nous


Sympa'.

Un bon petit film pour passer le temps et aller au cinéma avec son père. :P Sur le moment, il m'a plu. Je l'ai trouvé bien fait, avec un pitch de départ prenant, de magnifiques paysages et un duo d'acteurs au top. Un grand plaisir de revoir Kate Winslet que je ne vois pas si souvent (ma faute). L'enchaînement des événements était bien dosé, c'était ni trop, ni pas assez, alors que pour un tel scénar', cela aurait vite pu être casse gueule. Le dernier (et le seul ?) twist m'a bien surpris tant je pensais que c'était fini. Un sursaut également sur cette séquence car ce fourbe de réal' en a fait un jumpscare. La toute fin du film est très satisfaisante. Bref, un film bien foutu, assez émouvant, qui va au bout de son idée et qui la mène à bien sans ambition faramineuse. Avec du recul (cela doit bien fait deux mois que je l'ai vu), ce n'est pas un film qui restera dans ma mémoire, mais j'ai passé un bon moment devant. Je ne pense pas que je le reverrai.

 



Flatliners-2017-movie-logo.png.6e0d50339f6919f90b7a3015dbdef854.png


Ne vous méprenez pas, c'est bien un film d'horreur. :o

Je ne m'y attendais pas. Je pensais que ce serait plus un thriller qui utilise des composantes de l'épouvante, mais non, c'est bien un film d'horreur sur toute la deuxième moitié du film, et comme la première moitié sert finalement à installer les bases de la deuxième, je dirais que c'est un film d'horreur tout court.

Bref, j'ai adoré. Je précise que je n'ai pas vu l'original, inutile de me sauter la gorge. Le concept du film m'a tellement fasciné quand j'en ai eu connaissance avec les bandes-annonces, et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce sont probablement les scènes les plus classes du film. La première notamment est sublime, avec des plans de caméra intéressants et une belle musique, presque épique. Je m'attendais à avoir une bande-son "random" pour ce film, mais non, elle est cool. Plus généralement, le film est bon visuellement. Une réalisation soignée et des couleurs et des cadres travaillés.

Le film part ensuite sur de l'horreur, comme je l'ai dit. Des scènes plutôt efficaces dans le genre. Rien qui ne soit vraiment révolutionnaire comme dans un The Conjuring, mais elles font le job. Plusieurs fois, je me suis fait surprendre.

Au niveau des acteurs, ils sont tous bons dans leur rôle, et j'ai appréciés tous les personnages, exceptée Sophia qui m'est plus ou moins indifférente, bien qu'elle soit pas mal aussi. Ellen Page est excellente comme à son habitude (le twist la concernant m'a mis sur le cul), Nina Dobrev est rayonnante et joue surtout un personnage attachant qui se retrouve central à la fin pour mon plus grand plaisir étonné, Diego Luna est aussi classe en pilote rebelle gris qu'en médecin "hippie" (9_9), et James Norton joue le personnage le plus drôle. 8) Une bonne bande de personnages principaux donc, avec chacun leurs caractéristiques, et bien sûr chacun leur culpabilité. La morale du film en ce sens est cool et la scène de chacun des cinq personnages est assez forte. L'expérience a été dangereuse, surnaturelle, les jeunes médecins sont passés par tous les états, mais ils parviennent à comprendre et à stopper le cauchemar. Il y a un début, un milieu et une fin.

Voilà, un petit film sans grande prétention (contrairement à ce que l'on pourrait croire) et qui met très bien en scène son propos pour ma part, avec une ambiance unique (cf. le générique qui la retranscrit assez bien). Rien à redire, et je le reverrai au moins une fois pour voir la VO.

L'un de mes films préférés de l'année, dans mon top 10.

 



Le Bonhomme de Neige


Mouais...

Pas convaincu. Lui aussi, je le commente des semaines après, et le moins que je puisse dire, c'est que si je pensais lui trouver des points forts au début, cela s'est vite atténué. Ce film n'est pas vraiment exceptionnel. Je vais dire comme tout le monde, mais il aurait pu faire tellement plus. Il manque des séquences (le film a dû être charcuté au montage), et il n'y a aucune tension, à part légèrement dans le climax final qui sauve le film avec le début (très bonne scène d'intro' + arrivée du personnage de Fassbender). Heureusement que Fassbender était là d'ailleurs pour me faire tenir, ainsi que Rebecca Ferguson qui joue bien son rôle (comme toujours quand je la vois ; une bonne découverte de ces deux dernières années). Après, je ne peux pas dire que je me suis ennuyé devant le film (un peu par moment, mais le film est lent, c'est normal), mais le résultat est moyen. Pas bien glorieux. L'enquête était vaguement intéressante, mais encore une fois, une impression de manque de profondeur et de stress. Le fait que le film soit lent ne m'a pas gêné, au contraire, car j'aurais pu penser qu'il allait y avoir plus d'action (mais de l'action pourrie), sauf que si c'est pour ne rien raconter derrière... En résumé, la bande-annonce était plus prenante, même si cela pouvait sentir le nanard par moment. En fin de compte, ce n'est même pas un nanard, juste un film avec un pitch de départ et un casting alléchants, mais trop mal géré. Dans mes (gros) flops de l'année.

 



GC_cars_3_logo.png.fc58e7203d5bdd952fb18076e70dd209.png


Cool !

J'ai aimé, comme tout Pixar globalement. C'est peut-être le meilleur opus de la trilogie, en compétition avec le premier. J'ai adoré tous les messages et les valeurs de ce film : respecter le passé et s'en servir pour progresser. Tous les hommages au vieux Doc et tous les parallèles au premier film (rien que le fait que les deux films commencent de la même manière) étaient très beaux. Ce film est une belle passation de témoin entre la légende Flash McQueen et la rookie Cruz Ramirez. Ainsi qu'une superbe reconversion. L'évolution de Flash est géniale tout au long des trois films. Puis les courses sont toujours aussi impressionnantes. Un excellent baroud d'honneur donc, à la hauteur de ce que j'attendais, sans en faire trop. Je n'en dirai pas plus. Si l'on a aimé le premier opus, on aimera forcément ce troisième. Le premier restera numéro un dans mon cœur, mais les deux se valent et se marient parfaitement je trouve. Belle conclusion de l'épopée McQueen coureur, avec peut-être une toute nouvelle saga de lancée ? A voir ce que compte faire Pixar, mais ils pourraient très bien faire une nouvelle trilogie.

 



another-earth-508b11c6ded1a.png.4981c5970552bb807f897f0bff481f42.png


Un film qui est juste du début à la fin.

Très beau. J'étais assez sceptique durant les quinze premières minutes, mais je me suis rapidement pris au jeu pour finir par rentrer complètement dans l'histoire. La relation entre Rhoda et John est juste magnifique. Je rejoins mes camarades : Brit Marling est ensorcelante, elle a un charme et un charisme à part, et donc immédiatement, elle te touche. Dès la première seconde. Mais William Mapother n'est pas en reste, loin de là. Excellent lui aussi ! Ethan de Lost quoi, quelle surprise de le revoir, surtout dans un rôle de gentil quand on sait la belle enflure qu'était Ethan. Le duo formé par ces deux-là est émouvant. Parfois glauque, mais finalement, cet aspect s'efface très rapidement pour laisser place à la beauté et la complexité de leur relation. Leurs dialogues et interactions sont tantôt poétiques, tantôt inéluctables, mais toujours lourds de sens. La scène de la représentation instrumentale, la scène de la Wii, l'histoire de l'astronaute ou encore la fameuse explication finale (en deux actes) me resteront en mémoire. De grands moments. Le dénouement est parfait pour cette histoire.

Bon, en ma qualité de fan de science-fiction, je suis un peu triste de ne pas en avoir vu plus de cette "Terre 2", mais ce n'est pas le sujet, on est d'accord. Par contre, ils me font chier à toujours faire ce genre de fin en queue de poisson. Soit ils ne la font pas, soit ils nous montrent au moins une scène de dialogue, qui avait l'air hyper intéressant. Oui, je suis emmerdé. ^^ Enfin, le plan final reste superbe, et ce que je viens de dire n'enlève rien à la qualité du film, bien évidemment.

 

Pour finir mon commentaire du film en lui-même, je dirais que la réalisation m'a paru bonne. Cela se voit que c'est un film indépendant à petit budget, l'image a un ton particulier, mais pour autant, c'est bien foutu, les couleurs sont intéressantes et les plans de caméra sont bons tout simplement. La musique ne me marquera pas durablement par contre, mais elle a été efficace dans le film. En fait, j'ai trouvé qu'il y avait peu de musiques. Il n'y en a que dans des scènes choisies minutieusement, donc elle a un sens, et c'est cool. La musique jouée par John était belle cela dit. Pas fan de la musique techno des deux génériques, qui ne colle pas forcément à l'idée que je me faisais du film. Mais pour le reste, c'est efficace. La musique ou son absence contribue / appuie la bonne ambiance créée par le film.

J'ai vu un jour Hordure dire que ce n'est pas un film de science-fiction. Je ne suis pas d'accord. C'est un film de science-fiction ; c'est juste que c'est un drame avant tout. L'ordre des genres est souvent important, et il l'est dans ce cas. Pour autant, dire que ce n'est pas de la science-fiction me paraît faux. Le concept du film à la base est science-fiction, le titre du film est science-fiction, et bon nombre de thèmes abordés par le film n'auraient jamais été traités sans cette toile de fond de science-fiction. En gros, la science-fiction n'est pas le genre principal, mais la science-fiction est bien là, et elle sert le récit dramatique qui est mis en scène. Elle a à la fois très peu de visibilité comme elle est censée avoir lorsque l'on prend quelques kilomètres de hauteur pour regarder le film dans son ensemble, et à la fois un rôle assez important dans l'histoire de nos deux protagonistes. Un savant mélange que je n'aurais pas aimé voir autrement, même si mon âme de fan de science-fiction aurait bien accepté une tournure différente à propos de la Terre 2. En cela, le film m'a bien rappelé Premier Contact, ou plutôt l'inverse, du point de vue chronologique. Sauf que Premier Contact mettait la science-fiction au premier plan et montrait les choses.

Par contre, c'est moi ou Brit Marling a voulu faire une suite spirituelle à Another Earth en faisan The OA ? Je n'ai vu que le premier épisode de cette série, mais c'est le même traitement du "retour d'un paria", avec quelques questionnements identiques, dans un contexte différent. Tout cela ne peut que me donner davantage envie de reprendre cette série que j'ai stoppée sans raison, si ce n'est involontairement le manque de temps.

Bref... Un film que je reverrai au moins une seconde fois, car même si je pense avoir tout compris, les thématiques restent compliquées, et c'est toujours intéressant de revoir un film lorsque l'on sait où il va (contrairement au premier visionnage où, ne m'étant que très peu renseigné, je ne savais pas du tout où il m'emmenait). Puis tout simplement parce que j'ai beaucoup aimé, et je pense qu'il restera. Ce sera l'occasion de le voir en VO, vu que je l'ai vu en VF. Que des points positifs à le revoir donc. 8)

Respect Brit Marling. :-*8) Qui est, je le rappelle, en plus de l'actrice qui donne magnifiquement vie au personnage de Rhoda Williams, la co-scénariste du film.

 


 

Le 25/12/2017 à 15:45, Men a dit :

Par contre il y a quand même quelques défauts qui m'ont plus ou moins gênés. J'ai trouvé ça dommage que le film ne pousse pas au bout du truc le désespoir lié à la recherche de célébrité dans le dur univers américain. Au final les deux personnages principaux ont réussi leurs objectifs professionnels et j'aurais surement préféré que l'un des deux ne parvienne pas à sortir de la "misère".  La scène finale aurait eu encore plus d'impact je pense si Sebastian n'avait pas concrétisé son rêve. Je ne sais pas, il aurait pu finir dans un petit bistrot par exemple, ça n'aurait en rien enlever la puissance de la scène finale (nous n'aurions pas eu le nom du restaurant, c'est tout). Bref, c'est très subjectif tout ça et vu que je préfère toujours les fins suicidaires... ^^ Enfin, je dis ça mais la fin que nous a offerte Chazelle est déjà extrêmement triste. Le "5 ans plus tard" fait tellement mal au coeur... Et cette scène finale... :x

Malheureusement, autre petit défaut selon moi, il manque vraiment un petit quelque chose, un petit élément de réponse pour expliquer, ou du moins nous amener à théoriser sur la séparation des deux amants (j'imagine que l'on pense tous que c'est du à l'éloignement, mais je trouve ça beaucoup trop léger, j'ai une mauvaise impression de manque...). Ça arrive trop facilement et c'est difficilement crédible au vu de 110 premières minutes du film. Heureusement que ça n'enlève pas le côté "tire larme" (non péjoratif) de la fin.

Men qui maintenant théorise sur tout et demande des réponses à tout. :o Ce n'est pas Star Wars, là. 9_9

 

Révélation

Plus sérieusement, ce paragraphe me fait penser que tu es passé à côté d'une partie du film, d'après moi. Essaie de le revoir un jour, pour voir si tu saisis mieux les enjeux et les messages la deuxième fois. Le film porte deux messages : 1- si on s'en donne les moyens, on concrétise nos rêves, et 2- il faut faire des sacrifices pour atteindre ses objectifs. La fin du film est parfaite en ce sens : Mia et Sebastian se sont défoncés pour réaliser leur rêve, et ils ont réussi. Cela n'aurait pas eu de sens que Sebastian ne l'atteigne pas vu la détermination qu'il y mettait, surtout au vu de ce qui lui arrive dans le film (Mia a déjà dû plus galérer). Cela aurait même décrédibilisé une partie du propos du film, pour moi. Mais. Ils réussissent en sacrifiant leur histoire d'amour. Et c'est le plus difficile et le plus triste. C'est ce qu'ils avaient de plus cher à perdre. Et ils l'ont perdu. Tu dis que tu préfères les fins suicidaires... Pour moi, cette fin est une tragédie. L'une des fins de film les plus tristes et les plus puissantes que j'ai vues dans ma vie. Un véritable déchirement que cette séquence illusoire de plus de sept minutes suivie du regard. J'y ai laissé la moitié de mon âme. Je sais que c'est ce que tu dis un peu après, mais du coup, j'ai du mal à comprendre pourquoi tu aurais préféré que Sebastian échoue professionnellement compte tenu de tous ces points. Ce n'était ni le but, ni la meilleure chose à faire. Le tout est parfaitement expliqué, il n'y a pas besoin de plus, et c'est totalement crédible. ??? On nous fait croire dans les films que la distance n'atténue pas l'amour, que c'est faisable d'attendre cinq ans, mais c'est faux. Certains peuvent éventuellement y arriver, mais ne pas y parvenir est le plus normal. Mia, compte tenu de son métier, ne pouvait pas attendre cinq ans. C'est surtout qu'elle ne savait pas si elle allait le revoir, et réciproquement. Cela aurait pu être dans dix ans, dans quinze ans, ou jamais. Comment vivre dans l'incertitude jusqu'à un moment indéterminé ? Ce n'est pas vivable ; c'est gâcher sa vie. Il y a des éloignements dramatiques dans la vie, c'est comme cela, malheureusement. C'est une histoire de la vie.

 

Je deviens violent quand il s'agit de défendre mes films préférés. 9_9 Psychiatre, où es-tu ? :o

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

SPOIL LA LA LAND

 

Révélation
Il y a 6 heures, Rеy a dit :

Le film porte deux messages : 1- si on s'en donne les moyens, on concrétise nos rêves, et 2- il faut faire des sacrifices pour atteindre ses objectifs.

Oui mais justement, je trouve ce premier message un peu trop cucul la praline. Ça ne marche pas comme ça, la réalité de ce point de vue là est bien plus cruelle. Je pense juste que ça aurait été plus fort de présenter une double tragédie : l'un des deux qui ne parvient pas à réaliser son rêve (Sebastian galérait avec son jazz, c'était amplement possible qu'après un gros "FUCK" à John Legend  il continue à galérer) et le couple qui se sépare. Ça n'aurait en rien entaché les deux messages que tu évoques et ça en aurait introduit un troisième, très pertinent : tout le monde ne peut pas réussir, la réalité hollywoodienne est très cruelle. Le film nous l'a fait comprendre mais à une moindre dose, la preuve, tu ne considères pas cela comme un des grands message du film alors qu'il devrait selon moi en être un tant il est crucial et véridique.

 

Il y a 6 heures, Rеy a dit :

Cela n'aurait pas eu de sens que Sebastian ne l'atteigne pas vu la détermination qu'il y mettait

Voilà qui illustre parfaitement ce que je dis, le message est bien trop beau (je parle juste sur le plan professionnel) et t'as même donné une impression de "ça n'a pas de sens vu la détermination qu'il y mettait". Je trouve ça trop beau.

 

Il y a 7 heures, Rеy a dit :

Pour moi, cette fin est une tragédie. L'une des fins de film les plus tristes et les plus puissantes que j'ai vues dans ma vie. Un véritable déchirement que cette séquence illusoire de plus de sept minutes suivie du regard. J'y ai laissé la moitié de mon âme. Je sais que c'est ce que tu dis un peu après, mais du coup, j'ai du mal à comprendre pourquoi tu aurais préféré que Sebastian échoue professionnellement compte tenu de tous ces points.

Oui, je l'ai dit, cette fin est déjà très poignante. Des 4 films que j'ai commenté c'est surement le passage le plus triste (ça se joue avec les scènes de Brimstone mais le registre est tellement différent...). Mais en quoi y-a-t'il un rapport avec ce que je dis précédemment ? Le fait que la réussite professionnelle du couple ne soit pas totale n'aurait en rien changer la puissance d'une telle scène. Ça aurait juste rajouté un propos que je juge plus poignant, c'est tout. C'est ce que je viens d'expliquer plus haut. ^^

 

Il y a 7 heures, Rеy a dit :

On nous fait croire dans les films que la distance n'atténue pas l'amour, que c'est faisable d'attendre cinq ans, mais c'est faux. Certains peuvent éventuellement y arriver, mais ne pas y parvenir est le plus normal. Mia, compte tenu de son métier, ne pouvait pas attendre cinq ans. C'est surtout qu'elle ne savait pas si elle allait le revoir, et réciproquement. Cela aurait pu être dans dix ans, dans quinze ans, ou jamais. Comment vivre dans l'incertitude jusqu'à un moment indéterminé ? Ce n'est pas vivable ; c'est gâcher sa vie. Il y a des éloignements dramatiques dans la vie, c'est comme cela, malheureusement. C'est une histoire de la vie.

Là j'avoue que le problème vient plus de moi, je me suis senti trahi en découvrant qu'une telle relation pouvait se briser "aussi facilement". Après, je suis peut-être un doux rêveur ? Je dis "aussi facilement" mais c'est pas vraiment le cas, il s'est quand même écoulé 5 ans... Mais je reste sur une mauvaise impression, ils ont vécu tellement de chose, ils sont tellement liés... Ça me parait trop facile de briser le couple comme ça. En lisant cette partie de ton post on croirait presque que la communication à distance est impossible, que les avions n'existent pas et qu'une grande carrière d'actrice (Mia semble vraiment être devenue une "icône") se déroule pendant 5 ans dans le même pays. Avec la scène finale on a l'impression que les deux amants ne se sont plus vu/parlé depuis une éternité, et ça me semble difficilement concevable dans le monde d'aujourd'hui. Si on réfléchit quelques secondes on peut trouver des explications plus ou moins plausibles et c'est pour ça que je dis que "le problème vient plus de moi" mais je trouve quand même ça dommage que le film ne nous livre pas d'explications (même si en un sens ça participe à cet infinie tristesse qu'on ressent à la fin). Bref, paradoxal tout ça.

 

Malgré tout, ce sont plutôt des détails. J'ai apprécie le film et je pense avoir compris ses messages. ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Get Out: Superbe film sur le racisme. J'ai vraiment adoré, les acteurs sont excellents. Film angoissant qui monte en puissance. Coup de coeur 2017

 

La Planète des singes : Suprématie: Le début est très lent, mais on entre dans l'aventure petit à petit. Les singes sont magnifiquement bien réalisé. Les émotions sont vraiment reconnaissable sur leur visage. Belle trilogie.

 

Bright: L'univers semble intéressant, mais le film le sous-exploite ce qui donne un nanar bien pourri et extrêmement lent. Une série collerait mieux à cette univers qui mérite plus.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nn5WG.png

 

Je profite de la disette en séries Tv et de mes vacances pour voir des films.

 

Flatliners

Le fameux film avec Nina Dobrev et Ellen Page avec les deux actrices au top. Plaisant d'avoir un bon rôle pour Nina car en début d’année elle avait eu un rôle minime dans XXX: Reactivated et j'avais hâte de la voir dans un film ou elle ne faisait pas que figuration. Un peu peur en début de film car elle n'était pas beaucoup présente. 

Le film est une bonne surprise qui sans Nina Dobrev je n'y aurais pas jeté un œil et serait passé a coté comme quoi.  

 

Coco

Bien orignal pour le coup. Passé un très bon moment bien en dessus de Vaiana que j'ai vu cette semaine aussi lui bien trop classique du genre. Coco est une petite perle qui marque son passage et s'inscrit dans les très bon du groupe. 

 

Grave

Celui la ne me tentait pas du tout et je me suis lancé pour le topic des awards du forum et je dois dire qu'il est une tres bonne surprises. Un film choc. La jeune actrice principal a fait du bon taf. 

 

The Circle

Un casting avec Emma Watson, Karen Gillan, Tom Hanks ça donne tout de suite envie de le visionner. Le film met bien trois quart d'heure a démarrer par contre et devenir intéressant. Les deux autres tiers sont donc très bon notamment la dernière partie ou ça s’accélère. Emma Watson particulièrement juste. Un rôle timide pour Tom Hanks et un rôle trop effacé bien que pas mal a un moment donné pour la belle Karen Gillan.  

Edited by Crocodile
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×