Jump to content


Sign in to follow this  
Jiraya./Coraya

Hunger Games : La Onzième éditions des Jeux de la Faim (NC -16 ans )


Recommended Posts

Le chapitre attendu sur le bain de sang !

 

Comme pressenti, c'est un carnage. Les carrières ne font pas dans la dentelle. Et Elias s'en sort bien. Celle qui m'a fait le plus flipper est la petite folle sanguinaire. Elle, je pressens qu'elle ira loin.

 

Après, j'ai trouvé que c'était violent mais que ça manquait de vitesse. J'aurai préféré que tu restes sur un plan, ce que voit Elias plutôt qu'un topo général de ce qui se passe. On l'aurait lu de manière plus poignante.

 

Maintenant tu vas pouvoir mieux t'exprimer avec ce lieu insalubre et détruit qu'est cette ville.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le seul et unique bain de sang '-'

 

Je suis content de voir que la petite est autant estimée, j'aime bien ce genre de personnages complètement dingue. Dans ce genre d'univers il en faut toujours un, mais généralement, ce genre de personnage est plus vieux, alors que là, on parle d'une gamine de douze ans seulement. J'espère qu'elle sera appréciée des autres également.

 

Oui je comprends ce que tu veux dire par là Bloody et j'y ai pensais, je pouvais soit faire comme je l'ai fais, soit effectivement décrire la scène des yeux d'Elias, mais en pesant le pour et le contre, je me suis décidé qu'avec cette façon, il me serait plus simple de vous décrire les différentes morts.

 

Oui à partir des prochains chapitre, ça sera bien plus simple puisque dans les dits chapitre, on suivra le point de vue d'un tribut ou d'une alliance, mais pas forcément de l'ensemble à la fois.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Chapitre attendu et à la hauteur de mes attentes. tout y est, un bain de sang phénoménal. Après mon côté critique et sordide a tendance a dire que davantage de descriptions seraient la bienvenue dans ce genre de scène mais sinon il reste très bon.

 

7 morts déjà, j'ai hate de voir qui seront les prochains, et surtout voir si Cassandre ira loin.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oh je rassure ton coté sadique, des morts bien violentes,  il y en aura très prochainement, d'ailleurs au prochain chapitre, fin le chapitre sept....

 

Cassandre est un personnage souvent citée, aussi bien par toi et Bloody que par des amies à qui je montre ce projet de fic ^^.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Chapitre 6 : Arrivée dans l'hôtel du sombre destin

Ils sont tous les deux loin du massacre du Bain de Sang. Aucun deux n'a était toucher lors des premiers combats. Ils ont tous les deux pu prendre un sac, pas un petit au passage, mais également une arme. En somme, on ne peut pas dire que le début des Onzième Hunger Games soit mauvais, que ce soit pour Elias ou pour Sarah. Cependant, plutôt que de se reposer sur ces bons détails, le duo du District Trois est toujours en train de courir, faisant en sorte de mettre le plus de distance entre eux et la Corne d'Abondance, passant par de nombreuses rues, pour tenter de minimiser les risques de tomber sur un ou plusieurs autres tributs. Ni lui, ni elle ne sait dans quel endroit ils pourront être en sécurité, probablement dans aucune cachette, car à un moment donné, si ce ne sont pas les autres tributs, ce sera alors l'équipe des Juges qui se charger de les faire sortir de leur nid. Quoi qu'il en soit, pour ça, il faudrait déjà que les deux se décide à prendre camp dans une des nombreuses possibilités qui s'offre à eux. Une trentaine de minutes après avoir quittés la Corne d'Abondance, les deux tributs du Trois ralentissent enfin, prenant un peu plus le temps de regarder autour d'eux et surtout, de retrouver un rythme de respiration normal. Autour du duo, pas un bruit, pas  d'autres humains, juste Elias et Sarah.

 

Sarah s'avance au-devant d'Elias, serrant dans l'une de ses mains un sabre d'abordage, digne des plus grands seigneurs des mers de l’ancien temps. Elle regarde si la zone est vivable. Plusieurs choix s'offrent aux futurs adultes du Trois. Il y a une grille en fer rouillée qui donne sur un grand parc, avec banc, arbre et touti quanti. De là où ils sont, ils ne peuvent en voir davantage, mais qui sait ce que cache cet endroit ? Autant de chance d'y  trouver de quoi se faire un abri sauvage, que de tomber nez à nez avec une gueule pleine de crocs appartenant à une créature du Capitole. Il y a également un hôtel, avec rien de moins que cinq étages qui tend les bras. Oh, Elias est certain qu'à l’intérieur de ses murs, il y aura de quoi manger et mieux dormir que sur de l'herbe ou un banc, mais le risque avec ce genre de bâtiment, c'est que la seule sortie utilisable, en dehors des fenêtres, c'est l'entrée et que donc, si l'on rentre et que par la suite un ennemi approche de la position, il sera difficile de sortir de l’hôtel en toute discrétion. Il y a aussi un autre supermarché qui tend les bras et là encore, les probabilités d'y trouver quelque chose d'utilisable sont tentantes, d'autant que les boutiques ont souvent deux entrées, une pour les clients et une pour les livraisons. Il y a également plusieurs maisons avec jardins. Oh faut-il préciser que certains des bâtiments, que ce soit les édifices dans le Parc ou les maisons ne sont pas en très bon état ? Seul l’hôtel semble fiable, mais sans doute cela est trop facile... Elias, après réflexion, se tourne vers son amie.

 

- Tu as une préférence ?

 

- Je ne sais pas. Je pense qu'il faut que l'on aille dans un coin pour pouvoir inspecter nos sacs en sécurité. Tu en dis quoi Elias ? Le mien est léger, mais qui sait ?

 

- Le mien n'est ni trop lourd, ni trop poids plume, alors je dirais que oui, autant découvrir rapidement si nous avons eu de la chance ou non. Bon je sais que la situation n'y est pas vraiment, mais ça tente un tour à l’hôtel ?

 

- Oui pourquoi pas... En tout bien tout honneur cher ami.

 

Dix secondes de rires, c'est ce que s'offre Elias et Sarah... Dix secondes de trop, car alors qu'il se décide à bouger pour pénétrer à l'intérieur de l’hôtel, un coup de canon retentit et stop tous mouvement. Non un boulet ne vient pas percuter les murs, ni créer un large trou dans le sol. Non c'est le Canon du Capitole, celui qui annonce la fin tragique d'un tribut. Par Sept fois, son rugissement résonne et glace le sang des survivants, puis finalement, il se tait pour ne pas reprendre, pas de suite en tout cas. Presque un tiers des vingt-quatre tributs initial est déjà dans l'autre monde. Il n'est pas encore midi, à peine dix heure et demi. Qui sait combien tomberont avant la fin de la journée ? Quoi qu'il en soit, avant qu'une autre surprise ne vienne frapper, ils reprennent la marche, à un rythme plus lent, juste au cas où... Mais aucun obstacle ne se dresse sur les quelques mètres les séparant de la porte d'entrée de l'immeuble qui autrefois, permettait contre payement de passer une nuit à l'abri. Le hall d’accueil est vide, si ce n'est le bureau sur lequel est posée une caisse enregistreuse grise, à l'origine sans doute blanche, mais bien trop couverte de poussières pour pouvoir retrouver son éclat de base. Des chaises, des vieilles affiches, quelques tables, des étagères, voilà ce qui compose en gros la pièce.

 

Pendant que Sarah ferme les volets des fenêtres, Logan lui ferme la porte et bloque la poignée avec un morceau de chaise brisée, histoire d’empêcher toute nouvelle entrée. Une fois cela fait, les deux s'approche de la table la moins éloignée d'eux et pose les sacs dessus. Celui de Sarah est du style sac en bandoulière, bien que grand pour ce type de sac. La jeune femme l'ouvre et en sort le contenu. Le premier objet qu'elle attrape est une arme, ce qui en soit est une bonne nouvelle dans les Hunger Games. Une Sarbacane n'est pas l'outil de mort de luxe, mais au moins, elle a également quelques munitions pour aller avec. Juste cinq, mais c'est sans doute toujours mieux que rien. Ensuite elle sort du sac une boite rectangulaire, qu'elle se presse d'ouvrir. Le contenu fait grand plaisir à voir pour les deux du Trois, rien de moins que six hamburgers. Et chaud en plus, sans doute que le contenant a quelque chose qui permet de maintenir l'intérieur à une certaine température, comme les thermos. De fait, elle se presse pour refermer aussitôt la boite, puis range le tout dans le sac rapidement. C'est au tour d'Elias de découvrir ce que Dame chance lui offre. Il ouvre son cartable et en extirpe en premier une arme également, mais différente de celle de Sarah puisqu'il s'agit d'une arme de contact et non à distance.

 

Il s'agit d'une faucille, comme celle que les druides utilisent pour la récolte des plantes dans les bois. Elias n'est pas spécialement heureux de ce genre d'outil, mais c'est sans aucun doute toujours mieux qu'une vieille fourchette. Le reste est meilleur aux yeux d'Elias, car il s'agit encore de nourritures. Certes, un paquet de cookies ne vaut pas le paquet de burgers, mais ça reste quelque chose qui évitera au duo de rester l'estomac vide et bien que n'étant pas de l'eau, la limonade saveur menthe évitera de mourir de soif. Comme Sarah, Elias range le tout dans son bagage d'école, puis regarde la tribute de son District et parle.

 

- On devrait rester ici un peu. Mieux vaut etre en forme, avant de partir vers l'inconnu. Explorons le reste de l’hôtel, si cela te va.

 

- Oui, je pense que de toute façon, rester sur place ne changera rien, autant chercher ce qui est récupérable Elias.

 

Aussitôt dit et aussitôt fait.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Lu !

 

Les deux du district 3, se posent à l'hôtel. Ce n'est pas forcément le plus rassurant. Ce lieu poussiéreux pourrait faire l'affaire pour y filmer de l'horreur. Ils investissent les lieux, mais je ne suis pas plus rassuré car qu'est-ce qui peut les attendre dans les étages supérieurs.

 

Le contenu de leurs sacs les aidera à survivre un peu plus longtemps, mais avant la fin, ils auront peut-être besoin de l'aide des sponsors.

 

Je prévois que la suite sera inquiétante !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hé bien. Belle place que tu nous offre. Je suis à moitié d'accord avec Bloody cependant. Certes l'horreur peut survenir dans cet hôtel mais je pense qu'un vrai massacre aura dans un des autres lieux que tu propose :o.

 

En tout cas leur sac est correct. Va falloir maintenant qu'ils restent sur leur garde, le problème des grandes surfaces c'est que tu peux vite te faire piéger.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui j'ai pensais comme toi, ce genre d'endroit est parfait pour les films d'horreur, car on ne sais jamais ce que l'on peut y trouver à l'intérieur, derrière les portes. Ils n'allaient quand meme pas se retrouver dans un endroit tout rose, çacela aurait été moins drole. Je compte d'ailleurs m'inspirer en partie d'un épisode d'une série que j'adore, mais je n'en dirais pas davantage  8)

 

Oh bah c'est certain ça et c'est lorsque viendront les heures des sponsors que je te demanderais conseils Bloody.

 

Et tu prévois bien mon ami.

 

Oh ça je te le promet Issho, les massacres, ça ne sera pas uniquement dans l'hôtel, mais un peu partout, d'ailleurs dans le prochain chapitre qui sera probablement posté dès ce soir, car après je vais avoir moins de temps libre, et qui sera dans le collège, à moins d'un changement dans les votes d'ici à ce soir ou d'ici à ce que je termine le chapitre en question, il y aura au moins un mort, mais qui ?

 

Yep, l'arène est certes grandes, mais c'est quand on se pense seuls, que l'on est jamais autant cerner par les dangers.

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Chapitre 7 : Le sombre talent des Juges

Dans le grand hall du collège, l'horloge indique qu'il est déjà onze heures. Le jeune homme du District Sept, Théo Masson, soupire pendant environ cinq secondes, avant d'inspecter l'entrée de l'école en tournant sur lui-même. Depuis qu'il a quitté la Corne d'Abondance, il n'a croisé la route de personne, pas un seul tribut. Y comprit celle qui est censée être sa camarade, à savoir Angel Gray. De toute façon, vu sa mentalité d'Amazone, il n'est pas franchement sur que ce soit une bonne idée de l'avoir comme alliée, mais le pire étant sans doute que Théo ignore qu'elle a déjà tué deux personnes et ce, en un laps de temps court durant le Bain de Sang. Pour lui, la seule priorité était de s'enfuir après  avoir eu la chance de prendre un sac sans se faire agresser. D'ailleurs, profitant d’être le seule élève, façon de parler, présent dans les lieux, il repousse les livres sur la table sur sa droite et y dépose son sac qu'il s'empresse d'ouvrir. Un grand sourire se dessine sur ses lèvres quand sa main se pose sur la poignée d'un glaive. Bon ça ne vaut pas un sabre de qualité ou encore une épée, mais ça n'en reste pas moins une bonne arme cette lame ancienne. Il y à également des protections pour ses avant-bras, qu'il met rapidement en place et ce qu'il tire en dernier du sac lui fait plaisir, une banane. Il n'a rien avaler depuis le début des jeux, alors il épluche le fruit et mange doucement, histoire d'éviter de s'étrangler stupidement.

 

Il jette la peau sur le sol, puis repasse le sac sur son dos, pas besoin de s'encombrer en le portant à la main. Il décide de visiter les lieux, pour voir ce qu'il peut y trouver et si cet endroit constitue une base solide ou non pour la survie. Il passe devant l'entrée d'une salle de classe et décide d'y pénétrer, bien que ne pensant pas y trouver grand chose. Les tables pour les cours sont parfaitement alignées, tout comme les chaises et le bureau destiné au professeur. Le tableau noir est vierge de la moindre inscription. Les fenêtres qui donne sur la cour de récréation du collège sont ouvertes, provoquant dans la pièce des courants d'airs frais qui ne déplaisent pas au tribut du Sept. Il avance avec lenteur, prenant la direction des seuls meubles de la classe. Il sert avec force la poignée de son arme, histoire d’être prêt à répondre au moindre danger surgissant des placards, mais quand avec sa main droite il ouvre la porte, rien ne lui saute à la figure, car tout simplement, le mobilier est vide. Il fouille le reste de la zone, mais si ce n'est quelques livres de géographies et d'histoire, Théo ne trouve rien d'utile, c'est dire.Un peu déçu de ne rien avoir, il quitte la classe et prend un escalier, dont un panneau indique qu'il conduit au réfectoire.

 

Cependant, alors qu'il pose de nouveau les pieds sur une surface plate, un détail dans l'air l'intrigue et le surprend. Ce n'est pas un courant d'air qui vient flatter ses narines. Il devrait fuir, prendre ses jambes à son cou et quitter les lieux avant qu'il ne soit trop tard. Malheureusement pour lui, alors qu'il se retourne en direction des escaliers, après avoir quand meme marcher pendant environ cinquante mètres, arrivant tout près de la porte menant à la grande salle des repas et la cuisine, il est figé d'horreur. Non, ce n'est pas une créature sans visage qui le fixe, ce n'est pas davantage un autre tribut, prêt à fondre sur lui pour le tuer sans la moindre once de pitié. Ce qu'il voit est bien pire selon lui, une perle de sueur  dégouline de son front, alors qu'il tente de comprendre pourquoi. Pourquoi les escaliers qu'il a utilisé il y a moins de trois minutes ne sont plus là. Pourquoi un  mur bouche le couloir à environ trente mètres, alors qu'il n'était pas là il y à une poignée de secondes ? Un nouveau craquement sourd retentit et la porte de la cantine vole en éclat, comme percutée par un boulet invisible. Il tremble, jamais dans les Jeux, ce genre de choses n'est arrivée. Pas une fois les bâtiments ont donnés l'impression d’être vivant, pas une seule !

 

Son sang froid revient et il décide de foncer dans la pièce qui lui tend les bras, ne voulant pas rester ici, au risque de se retrouver bloquer par on ne sais quel mécanisme horrible. Contrairement aux petites tables dans la salle de cours, les tables ici sont grandes et les chaises sont toutes posées dessus. Il n'y a en fait qu'une seule table qui n'a rien sur elle, si ce n'est plusieurs plats fumants. Théo n'est pas un sombre sot, malgré la peur qui domine son corps, il sait qu'il ne doit pas se laisser avoir par cette tentation bien trop évidente. Il préfère se concentrer sur l'essentiel, à savoir vérifier la présence d'une sortie et tant qu'à faire, la prendre avant que de nouveau, les murs changent. Malheureusement – oui encore ce terme – pour lui, il n'y a aucune porte, aucun accès pour sortir d'ici et bien entendu, cela va aussi pour la porte par laquelle il est entrée dans la cantine. Une nouvelle montée de stress et d'un coup, des bruits de lampes qui se brisent. Le verre tombent en morceaux sur le sol du réfectoire. Il n'y a plus qu'une seule source de lumière et elle est située au-dessus de la table sur lequel le repas est servit. Malgré lui, ses pas le guide à environ dix mètres de cette table... Et la grande marmite sur la fameuse table explose, les lumières se rallumant dans toute  la pièce sans véritablement pouvoir s'expliquer. Une forme humanoïde, noir des pieds au visage apparaît, quand la fumée due à la petite explosion se dissipe. Théo lève son glaive et frappe. Sa lame passe au travers de la créature, sans l'atteindre. Cette dernière affiche alors un large sourire à vous glacer le sang instantanément.

 

Un bras spectral se saisit de la lame d'acier et la brise comme si elle était faite de cartons. Une nouvelle fois, la pièce est plongée dans le noir, mais quand elle se rallume, tout semble etre redevenu normal. Les chaises sont bien alignées devant les tables, aucun plat n'est disposer et encore moins fumant. Plusieurs portes mènent à tout autant de couloirs et de sorties. Au centre de la pièce, le corps sans vie et froid du tribut masculin du District Sept repose, les yeux figés d'horreur dans un dernier regard et l'épée du jeune homme est entière, non brisée. Une feuille chute avec lenteur et lorsqu'elle se pose sur le corps de Théo, on peut lire dessus : Les livres, s'ils ne sont pas utiles à la survie, le sont pour la mort, merci de nous avoir lu. Après quoi, un huitième coup de canon retentit dans l'arène, signalant à tous la mort d'un nouveau tribut, mais aucun ne saura jamais qu'il n'est pas mort au combat, qu'il n'a même jamais était blesser, personne ne saura que Théo Masson est simplement mort de peur, car les Juges savent y faire dans ce domaine.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une chose à dire. Carrément énorme. J'adore ce que tu as mit en place dans le collège et le coup du Juge. Tu ouvre la porte à davantage de fantastique et d'effroi. Je me demande comment s' en sortiront les autres qui iront se perdre ici.

 

En tout cas chapitre génial.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis pleinement heureux de voir que l'effet que j'ai voulu faire passer dans ce chapitre t'a convaincu Issho, ça fait vraiment plaisir de lire ça comme commentaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai lu les 7 premiers chapitres, et je suis soulagé que même sans connaître la saga, j'ai à peu près tout compris.

 

Première chose à dire, j'aime le début de la boucherie. 8) Le mec du UN est pas mal dans le genre brosse brute, et que dire de Cassandre ? :o Elle, je sens que je vais beaucoup l'aimer, cette petite folle. ^^ Juste, dommage pour Lucas, je pensais qu'il tiendrais plus longtemps que ça.

Par contre, la mort de Théo ... Le juge est juste un pu*** de génie sadique ! :D Vraiment harde, et terriblement réussit, bravo !

 

Les personnages principaux, je ne sais pas vraiment quoi en penser. Elias est tout ce qu'il y a de plus normal, même s'il semble assez effacé. Sarah, elle, j'ai l'impression qu'on ne sait rien sur elle ou sur sa personnalité.

Rapidement sur les autres candidats, j'aime beaucoup Cassandre ainsi que le duo féminin. 8) Etahn me parait pas mal non plus. Par contre, j'ai bien envie de voir les UN mourir. :P

 

Voila, tu t'es trouvé un lecteur de plus mon chez ami. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Théo vient de faire les frais de l'ignominie des Juges. Une école des plus stressantes, vide de profs et d'élèves. Pour finir sur le réfectoire.

Partie vraiment bien réalisée jusqu'à la mort de Théo. Je me demande ce que c'était au juste cette apparition spectrale, un hologramme de Juge ? En tout cas, si l'on prend en compte la feuille de papier, l'erreur est de ne pas lire. Ce que contient les livres de l'école est synonyme de salut pour pouvoir en sortir.

 

Est-ce que l'hôtel aura aussi ce type de piège à tourmenter nos Tributs ? 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quels sont les petites choses que tu n'as pas compris colonel Moutarde ?

 

A ce rythme là, Cassandre va devenir la Ayame de cet fic, bien que ce ne soit pas pour des raisons similaires :D. Justement pour Lucas, j'avais de toute façon prévu qu'il allait mourir dès le Bain de Sang, parce que beaucoup trop confiant en lui et j'ai hésité entre le tuer ainsi, ou bien par Théo et/ou Angel, mais comme tu as pu le lire, j'ai finalement opté pour la première option, vu que Angel s'est chargée de deux autres tributs et que Théo était destiné à mourir.

 

Content que la mort de ce dernier soit bien réussi, car avec ce genre de chapitre, qui d'ailleurs est le premier que j'écris dans ce genre d'horreur, j'avais quelques doutes sur la réussite, mais puisque vous aimez, je suis rassuré.

 

Si je peux vous rassurez, toi et les autres, lorsqu'il ne restera plus que huit tributs en vie, et que ce sera donc le passage des interviews dans la famille des survivants, vous en apprendrez un peu plus sur les huit finalistes.

 

Et encore, tu n'as pas vue en action Astrée et Selena, enfin si rapidement, mais une fois que leur plan sera révéler au grand jour, ça n'en sera que meilleur ^^. Ethan aussi sera plus mis en avant, comme les carrières vivants d'ailleurs.

 

Et un super lecteur en plus, que vouloir  de plus.

 

D'une certaine façon oui on peut dire que c'est un hologramme, bien que ne répondant pas parfaitement à la description de ce mot Bloody. La créature est à la fois réelle et irréelle, enfin je ne sais pas trop comment vous formuler ça, sans spoil la suite de certains évènements à venir dans les Jeux. Par contre non, justement la feuille indique que l'erreur est de lire, car c'est en ouvrant les livres que le piège se déclenche après un court délais. Si Théo était sortie de l'école, les choses auraient pu être différente pour lui.

 

Pour ce qui est de l'hôtel, oui il aura aussi son lot de pièges pour tourmenter nos amis, pas exactement le même bien sur, mais ils ne seront pas plus gentils pour autant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour les petites choses que je n'ai pas comprit, c'est ce qui tourne vraiment autour du livre comme :

 

-C'est quoi les carrières ? J'ai trouvé sur internet un descriptif des 12 quartiers, mais rien au sujet de ces "carrières".

-Quel est le déroulement classique des Hunger Games (j'ai rapidement compris ce qu'était le bain de sang, mais je ne pense pas pouvoir deviner le reste) ? Tu viens de m'apprendre qu'à partir de 8 survivants, il y avait de nouveaux interview alors que je n'en avais aucune idée, et j'imagine qu'il y a d'autres sous-partie des jeux qui me sont inconnus. Tout ce que je sais, c'est que ça se finit par un duel (en arène à ce que j'ai compris ?).

-Ou tout simplement : qu'est-ce que les participants des jeux ont à gagner, à part une expérience traumatisante ? ;D

 

Des petits détails pas gênant pour la compréhension de ta fic, mais qui ralentissent l'immersion dans l'histoire. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

1 - C'est quoi les carrières ? J'ai trouvé sur internet un descriptif des 12 quartiers, mais rien au sujet de ces "carrières".

 

Alors, les tributs de Carrières est un terme que l'on utilise pour parler des tributs des trois Districts les plus riches et les plus apprécier par les gens du Capitole, à savoir le District Un, le District Deux et le District Quatre. Depuis qu'ils sont apte à cela, les jeunes de ces trois Districts sont entraîner à l'art du combat et du meurtre, ce qui en fait de parfaite recrues pour les Hunger Games.

 

2 - Quel est le déroulement classique des Hunger Games (j'ai rapidement compris ce qu'était le bain de sang, mais je ne pense pas pouvoir deviner le reste) ? Tu viens de m'apprendre qu'à partir de 8 survivants, il y avait de nouveaux interview alors que je n'en avais aucune idée, et j'imagine qu'il y a d'autres sous-partie des jeux qui me sont inconnus. Tout ce que je sais, c'est que ça se finit par un duel (en arène à ce que j'ai compris ?).

 

Chaque année à une période précise, a lieu dans chaque District la venue d'une personne du Capitole, dont le rôle est de servir d’Hôte, façon de parler. Le nom de cet événement est la Moisson, lorsque ce jour arrive, tous les jeunes qui ont entre douze et dix-huit ans compris, sont rassemblés sur la plus grande place de leur District et attendent que le tirage au sort, effectué par l’Hôte se fasse et désigne les deux tributs pour l'édition de cette année. Une fois que cela est fait, les tributs sont envoyés dans une salle séparer de l'autre sélectionné et pendant une heure, ils peuvent recevoir leurs familles, amis ou n'importe qui pour un dernier adieu. Après quoi, ils sont emmenés en train jusqu'au Capitole, en compagnie de l’Hôte et si le District en a, du ou des Mentors.

 

Une fois sur place, ils passent en premier lieu l'épreuve de la Cérémonie d'Ouverture qui consiste à défiler déguiser par les soins d'un styliste sur des chars devant la foule du Capitole et surtout, les Sponsors et Le Président. Après quoi, pendant cinq jours, ils ont accès au meilleur des centres d’entraînements, avec tous les moyens possibles et imaginable pour se perfectionner, et peuvent choisir des ateliers pour avoir des capacités bien spéciales durant les jeux, comme savoir se construire un abri avec tout et n'importe quoi, ou identifier ce qui est comestible et ce qui ne l'est pas. Durant cette période, chaque tribut passe devant les Juges, pour montrer ce dont il est capable et ainsi obtenir une note allant du zéro au douze et plus la note est bonne, plus grandes sont les chances d'attirer l'attention des Sponsors.

 

À l'aube du Sixième jour, les tributs sont envoyés dans des salles, chacun isolé des autres, soit en compagnie d'un Mentor, du ou de la styliste ou dans certains cas, d'un Muet. Quand l'heure sonne, ils sont élever par un système d'ascenseur sur une plaque ronde et une fois qu'ils ont terminés cette montée, c'est qu'ils sont dans l'arène. Commence alors un décompte de soixante secondes, permettant à tous de découvrir les lieux et de se faire une idée sur ce qu'ils vont faire pour débuter les Jeux. La majorité des tributs décident généralement de se jeter en direction de la Corne d'Abondance pour tenter de prendre un sac, une arme ou que sais-je encore ? C'est de là que vient alors le Bain de Sang, qui est simplement un massacre de généralement un bon tiers des tributs qui meurent après quelques minutes seulement dans l'Arène. C'est à partir de la fin des soixante secondes que chaque tribut est libre d'aller ou il le souhaite et de faire ce qui lui passe par la tête.

 

Quand il ne reste plus que huit survivants, l'équipe télévision du Capitole envoie dans chaque District une équipe pour poser des questions aux proches des survivants et ainsi en apprendre un peu plus sur eux. Après, les Jeux ne prennent pas forcément fin sur un duel, s'ils reste plusieurs tributs en vie, ils peuvent très bien se retrouver dans un endroit x et faire un nouveau Bain de Sang, ou bien par exemple, il peut rester trois tributs, A, B et C, mais A et C s'entre-tue et du coup, sans participer au combat final, B est déclarer gagnant des Hunger Games.

 

Une fois que les Jeux sont terminés, le gagnant retourne au Capitole et remit sur pieds. Il repasse alors une plus longue interview, puis pendant six mois, il est tranquille et peut profiter pleinement de son statut de Mentor. Au bout des six mois, il doit honorer la Tournée de la Victoire, qui consiste à se rendre dans chaque District sur la place principale et de parler au peuple, en glissant généralement des mots particuliers aux familles ayant perdu un proche dans l'édition remporte par le nouveau Mentor.

 

 

3 - Ou tout simplement : qu'est-ce que les participants des jeux ont a gagnés, à part une expérience traumatisante ?

 

Que le gagnant soit un gosse de douze ans, ou un adulte de dix-huit, une fois que l'on gagne les Jeux, on est certain de ne plus jamais etre envoyer à l'Arène. Ensuite, le Capitole permet au Mentor de déménager dans un petit palace qui lui servira de maison et en plus, le Tribut devient plus riche que la grande majorité des gens, y compris parmi les habitants du Capitole, car il pourra à vie se payer tout ce qu'il veut et ce, qu'importe le prix ou la quantité.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à toi sergent vinaigre pour toutes ces informations bien utiles. :)

 

Pour les Carrières, j'imagine qu'ils sont largement considérés comme les favoris (suffit de voir comment ceux de ta fic se sont illustrés). Et pour le coup, je comprend mieux pourquoi certains jeunes veulent participer aux Hunger Games, devenir riche, ça marche toujours. ;D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais de rien Colonel c'est un plaisir  8)

 

Oui les tributs de carrières sont souvent les favoris, pour autant, ça n'en fait pas forcément des gagnants, car comme l'a dit Max, en Dix éditions des Hunger Games, seul quatre carrières ont gagnés, certes c'est presque la moitié, mais ça fait toujours moins de Mentor carrière que de tributs de District périphérique, mais sinon oui, c'est aussi ça la façon de pensée des Carrière : Je gagne, je suis auréolé de gloire et plein d'argent à foison.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Chapitre 8 : La mort de l'innocence

 

Les deux Tributs étant armés et apte à se défendre si besoin, après avoir bloquer la porte d'entrée pour s'assurer que personne d'autre ne pénètre dans les lieux, en tout cas de façon silencieuse, on décidé d'explorer les lieux chacun de son coté, tout en restant à portée de voix, au cas ou une mauvaise surprise se présente devant l'un ou l'autre. De fait, à chaque fois qu'il atteigne un étage, l'un prend le couloir à gauche, pendant que le second s'occupe de la droite. Et ainsi commence la découverte des nombreuses pièces de l’Hôtel. Une fois qu'ils en ont terminés avec les marches du premier escalier, Elias fait un signe de tête à Sarah pour lui indiquer qu'il prend la gauche et s'avance dans cette direction, serrant bien dans sa main gauche le katana, prêt à frapper si besoin est. Il avance pas après pas, avec une lenteur calculée, pour ne pas foncer comme un idiot dans un des nombreux pièges de nos camarades les Juges. Il inspire, puis expire et ouvre la porte sur sa droite, qui porte le numéro 15, sans doute une indication pour pouvoir différencier les chambres du temps où cet endroit fonctionner. La chambre en question, une fois que la porte est grande ouverte, apparaît aux yeux du Tribut et surprend ce dernier par sa propreté. Il n'y a pas un grain de poussière et les équipements présents, à savoir la télévision, les lampes et la salle de bain fonctionne à merveille quand il tente de s'en servir. Il préfère éteindre le tout rapidement, pour éviter de se faire piéger par la tentation et ressort de la pièce rapidement.

 

Il appel Sarah, qui lui répond que de son coté, c'est pareil, elle ne trouve rien d'utile. Le Duo poursuit néanmoins sur sa lancée, mais les chambres se suivent et se ressemble. Après une vingtaine de minutes à fouiller l'étage de fond en comble, sans la moindre trouvaille, ils décident de passer à au second étage. Là encore, les premières salles de repos ne donnent rien, si ce n'est une vue plus haute sur l'arène aux travers des fenêtres. Cependant, alors qu'il ouvre une porte, non sans méfiance, qui n'a pas le moindre numéro inscrit sur son bois, Elias tombe nez à nez avec la laverie. Certes, cela ne change pas grand chose en comparaison des dernières pièces visités, mais néanmoins, cela indique bien que les chambres ne sont pas les seules zones à voir ici. Elias n'a que faire de la poudre pour rendre les vêtements plus doux, ou encore le détachant de luxe, aussi, il retourne dans le couloir. Au final, le second étage n'aura rien offert de plus que le premier, si ce n'est l'idée de pouvoir laver les habits si besoin, sauf que ce n'est pas vraiment dans les priorités des deux jeunes du Trois.  Alors qu'ils débarquent dans le couloir du troisième étage, un coup de canon retentit dans l'Arène, signe de la mort d'un tribut, en l’occurrence Théo, mais ça, personne ne peut le savoir, si ce n'est les Juges et les nombreux téléspectateurs.

 

Ils se figent, guettant le moindre signe hostile, mais rien à l'horizon. De nouveau, il s'éloigne l'un de l'autre et de nouveau, les premières pièces de donne rien, si ce n'est un sentiment de lassitude naissant chez Sarah et Elias. Pour autant, ils ne vont pas baisser les bras et continue de grimper des marches, espérant que les deux derniers étages soient plus intéressant, mais ce n'est pas vraiment le cas, en tout cas pour l'avant-dernier. Alors qu'il inspecte l'une des suites royales du cinquième étage, Elias tombe sur une grande  bibliothèque. Il faut croire que lorsque tu es prêt à mettre le prix fort, tu as droit à tout un tas de loisirs ici, pauvres sont ceux des premiers étages et riches ceux du dernier. Les livres n'ont rien de spécial de prime abords, quelques bouquins d'histoires, de cuisines et certains romans policier. Néanmoins, il y en a un qui attire le regard. C'est le seul à avoir la couverture, le dos et finalement tout ce qui n'est pas les pages, noir de jais. Sur la couverture justement, un détail en relief ressort. Il s'agit du visage de la Grande Faucheuse, autrement dit La Mort. N'aimant guère ce genre d'humour, car Elias ne doute pas qu'il s'agit là d'une blague du Capitole, il remet le livre en place et se prépare à sortir de la chambre, quand un bruit sourd se fait entendre, suivit de plusieurs sons plus secs et d'un craquement et le pire pour la fin, un coup de canon, celui des Juges, signifiant le décès d'un neuvième Tributs. Elias inquiet, se précipite en direction du chemin prit par Sarah dans le couloir. Une porte s'ouvre à la volée et il se prépare à frapper, quand il aperçoit la jeune femme en sortir, tremblante, mais bien entière.

 

- Hey ça va ? Il s'est passé quoi là dedans ? Tu as vu un autre tribut ? Sarah ?

 

- Oui. Oui ça va mieux maintenant. J'ai cru voir un fantôme. Dans la salle de bain de cette chambre, y a un grand miroir. Quand je suis entrée dans la salle d'eau, les lumières se sont éteintes et quand elles se sont rallumées, j'ai cru voir plusieurs visages défilaient en lieu et place de mon reflet, mais j'ai du halluciner. On ferait mieux de sortir d'ici. Tu peux prendre mes affaires quelques minutes ? J'ai besoin de souffler un peu.

 

- Oui bien entendu, pas de soucis Sarah, je te rendrais ça quand nous serons dehors.

 

Elias se baisse pour prendre le sac de Sarah et le passe autour de l'une de ses épaules, pour éviter qu'il ne tombe au moindre geste, puis prendre dans sa main libre le sabre d'abordage qu'il glisse dans le fin creux entre sa ceinture et son pantalon. Ce n'est pas le meilleur rangement possible, mais pour l'heure, il ne peut guère faire mieux. Après quoi, le duo se met en marche, Elias prenant la tête du groupe pendant qu'ils descendent à la suite les cinq étages. Sans visiter à chaque fois et à leur allure, il faut environ quinze minutes pour se retrouver de nouveau dans le grand hall. Elias se retourne vers Sarah et lui sourit, puis s'avance vers la barricade qu'il avait mit en place pour bloquer la porte, pendant ce temps, la tribute reste figée sur place et ouvre grand la bouche, avant hurler un lourd cri aigu au possible au moment où Elias ouvre la porte de sortie. Ce dernier, pensant d'abords  à l'approche d'un ennemi devant lui qu'il n'aurait pas vu, scrute les horizons, mais ne voit rien et donc se retourne et là, c'est lui qui ouvre la bouche, mais aucun son ne peut sortir de sa gorge à la vision d'horreur qu'il voit devant lui. Sarah tremble de nouveau, mais bien plus fortement qu'après le coup de canon et elle tente de parler, mais seul quelques mots résonnent aux oreilles du jeune homme.

 

- … J'ai oubliée... J'ai oubliée que dans la salle de bain... J'ai oubliée que je suis morte là haut...

 

Revenons quelques minutes auparavant. Après un clin d’œil en direction de son ami, Sarah s'est engouffrée dans une nouvelle chambre du cinquième étage. A première vue, l'espace est plutot sympathique pour elle. Une bibliothèque dans l'un des coins de la pièce, avec à coté un large fauteuil et une table sur laquelle repose un seau de glaçons et une bouteille de vin d'un très grand cru. Elle qui n'aime pas vraiment les boissons alcoolisées n'y prête pas plus d'attention et se contente d'inspecter le reste de la chambre. Le lit est parfaitement fait et la couverture qui porte le sceau du Capitole semble promettre d’être bien au chaud pour se reposer, mais une fois encore, ce n'est pas ce qui tente la demoiselle, qui ignore le mobilier pour rejoindre Morphée et poursuit ses recherches. Elle ouvre une armoire, dans laquelle se trouve simplement des vêtements d'hommes, elle reforme et se dirige vers la porte de la salle de bain. Un imposant miroir, devant lequel se trouve deux bougies éclairant un peu plus la salle avec leurs flammes, prend place sur l'un des murs et l'on peut voir dans son reflet en plus de Sarah, le reste de la pièce d'eau, à savoir une baignoire qui pourrait recevoir tout un groupe de personnes à la fois, ainsi qu'une douche un peu plus petite, mais qui reste néanmoins d'une taille respectable. Il y a aussi une petite pharmacie, vide de médicaments, mais pleine de shampoings, savons et autres produits pour se laver parfaitement.

 

N'aimant guère les reflets que provoquant les flammes sur la blancheur du reste de la pièce, Sarah décide de les éteindre en soufflant dessus, mais lorsqu'elle le fait, la porte de la pièce se ferme en claquant et toute les lumière de cette chambre s'éteignent d'un seul coup. Elle se retrouve plongée dans le noir et entend un craquement, mais n'arrive pas à en déterminer l'origine. Stressée, elle tente d'appeler Elias au secours, mais les murs semble bloquer sa voix, car personne ne vient. Une série de bruit sourd retentit et à nouveau, un craquement, comme du verre qui s'effrite et là, elle comprend, c'est le miroir qui tombe, ou tout du moins, s’abîme, mais pourquoi ? Une lueur apparaît, éclairant faiblement la salle d'eau et l’effroi se lit sur le visage de Sarah, quand elle voit sortir du miroir un à un des corps sans vies et pas n'importe quel corps, mais ceux des huit tributs morts depuis le début des Hunger Games. La porte s'ouvre et elle se rue dans la pièce de la chambre avec le lit, suivit par les créatures, elle tente encore de faire réagir Elias, mais c'est toujours un échec total et la porte donnant sur le couloir ne s'ouvre pas. Paniquée, mais résolue à défendre chèrement sa vie, Sarah avec toute sa rage frappe et décapite le premier monstre, un second s'approche d'elle et se laisse tomber sur la jeune femme, qui profite d’être proche du lit pour se laisser chuter aussi et ainsi, faire s'empaler l’être d'outre-tombe. Elle repousse le cadavre et donne des coups dans l'air pour éloigner les autres. En esquivant les coups et en frappant rapidement, elle arrive à tuer encore cinq créatures, ce qui n'en laisse plus que deux. Elle donne un coup à l'une des deux derniers, la faisant trébucher vers la table avec la bouteille de vin qui se brise et vide son contenu sur le sol, sans que Sarah ne le remarque. Elle tue le dernier monstre et souffle pour retrouver un bon rythme de respiration. Soulagée de ne plus etre en danger, elle s'approche de la fenêtre qui donne sur le reste de l'arène, pour voir si elle peut s'en sortir de ce coté, mais non, pas d'échelle miracle. Un autre bruit résonne dans la chambre et quand elle se retourne, elle voit devant elle la meme forme humanoïde contre laquelle a lutté en vain Théo. Tout comme le Tribut du Sept, le réflexe premier de la jeune femme est de frapper avec sa lame, mais cette fois, l'abomination sombre se laisse toucher avec un petit rire à vous glacer le sang. Puis, elle lève l'un de ses bras et avec une force surhumaine, soulève du sol une Sarah qui tente de se débattre, fouettant l'air avec ses pieds, mais rien n'y fait, le fantôme a bien trop d'emprise sur elle. Elle sent son corps se raidir et elle ferme les yeux, abandonnant toute résistance quand le monstre frappe avec une main aussi tranchante que la meilleure des lames.

 

Revenons maintenant au présent, dans le hall. Elias impuissant, assiste à la fin tragique de Sarah, qui ayant plus de résistance que pensait par le monstre, parvient à articuler une dernière phrase, tout en souffrant.

 

- Je suis désolé... Je voulais... Gagne et protège ma sœur....

 

Elle tente encore de parler, mais son corps se tord, une large plaie s'ouvre au niveau de sa gorge et le sang coule à flot, ses bras sont brisés par une force invisible et son corps tombe avec force sur le sol, cette fois Sarah est bel et bien morte. Elias sort de ses pensées et ne pouvant plus rien faire pour elle, se mord les lèvres pour ne pas hurler sa rage et se met à fuir à toute vitesse loin de l’hôtel qui lui a prit son amie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi qui voyait Sarah tenir un certain temps, je me suis bien planté. ;D

 

Quand j'ai vus Elias toucher le livre, j'ai vraiment crains que ce soit ça l'élément déclencheur qui aurait raison de Sarah. Mais non, ce fut un autre piège sadique des juges ; le fait de souffler les bougies. Bientôt, il suffira de respirer pour déclencher un piège ... 9_9

 

Par contre, je n'ai pas bien compris pourquoi Sarah n'est pas morte tout de suite ? Comme elle dit avoir cru halluciner, j'en conclut qu'elle a pensé que l'attaque des fantôme était une illusion, mais que la blessure du fantôme ne s'est "déclenchée" que plus tard. Bizarre qu'elle ne se soit pas rendu compte de sa coupure à la gorge en 15 minutes ...

 

Pour le prochain chapitre, j'ai voté la piscine. Je suis certain que les juges auront pleins d'idées de morts auxquelles ont n'aurait jamais pensé. 8)

 

Sinon, j'ai pensé à une autre question : qui sont vraiment les juges, et comment arrivent-ils à ce poste ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Moi qui voyait Sarah tenir un certain temps, je me suis bien planté. ;D

Je te pardonne mon enfant, je te pardonne.

 

Quand j'ai vus Elias toucher le livre, j'ai vraiment crains que ce soit ça l'élément déclencheur qui aurait raison de Sarah. Mais non, ce fut un autre piège sadique des juges ; le fait de souffler les bougies. Bientôt, il suffira de respirer pour déclencher un piège ... 9_9

C'était un signe, mais ce n'était effectivement pas le livre, pas deux fois de suite, ça serait redondant. Disons que le fait de souffler les bougies fait référence à certaines légendes urbaines, dont celle de Bloody Pulp Mary. Je pensais à l'épisode de Supernatural ou les deux frères ont affaire à ça.

 

Par contre, je n'ai pas bien compris pourquoi Sarah n'est pas morte tout de suite ? Comme elle dit avoir cru halluciner, j'en conclut qu'elle a pensé que l'attaque des fantôme était une illusion, mais que la blessure du fantôme ne s'est "déclenchée" que plus tard. Bizarre qu'elle ne se soit pas rendu compte de sa coupure à la gorge en 15 minutes ...

 

C'est vrai que j'aurais mieux fait sans doute de mieux expliquer la chose, mais comme je viens de le dire à une amie qui lit également la fic, c'est simplement que l'esprit avait prit le contrôle du corps de Sarah pour piéger Elias, mais malheureusement pour la créature, Sarah, bien qu'aux portes de la mort, était bien plus résistante que ne le pensais le monstre, du coup, dans le hall elle a réussi à reprendre le contrôle quelques instants pour avertir son ami de fuir. La créature du Capitole comprenant qu'elle ne pourrait avoir l'autre, a achever Sarah en rouvrant la plaie du coup et en lui brisant les bras.

 

Pour le prochain chapitre, j'ai voté la piscine. Je suis certain que les juges auront pleins d'idées de morts auxquelles ont n'aurait jamais pensé. 8)

 

Il y a tant à faire avec l'eau (a)

 

Sinon, j'ai pensé à une autre question : qui sont vraiment les juges, et comment arrivent-ils à ce poste ?

 

Je ne saurais te dire comment on devient Juges, mais par contre, je peux te dire ce qu'ils sont. Ce sont des membres du Capitole qui créer les arènes et tout ce qui va avec, les divers pièges, ce que l'on trouve dans l'arène, le type de l'arène donc, une ville en ruine, un désert, une ile tropical etc... Ils peuvent à tout moment ajouter une petite touche personnelle dans l'arène pour compliquer ou améliorer la situation des tributs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Encore un chapitre vachement bien écrit et superbe. Pour Sarah, je suis d'accord avec Arturia, c'est beaucoup 15min, cependant c'était pour l'effet "j'ai oublié que je suis morte" qui du coup ressort vachement mieux.

 

Ces hunger games vont pas mal faire de mort par la map apparemment. J'attends de voir les meurtres stratégiques par des tributs. En tout cas je vais de surprises en surprises avec toi, merci :).

 

J'ai voté le restaurant perso, j'adorerais voir du cannibalisme xD

Share this post


Link to post
Share on other sites

Encore un chapitre vachement bien écrit et superbe. Pour Sarah, je suis d'accord avec Arturia, c'est beaucoup 15min, cependant c'était pour l'effet "j'ai oublié que je suis morte" qui du coup ressort vachement mieux.

 

Comme je l'ai expliqué à Colonel Moutarde, c'est l'esprit qui avait prit possession du corps de Sarah en cachant ses blessures, pour tenter de piéger Elias, mais en maintenant d'une certaine façon Sarah en vie, cette dernière a eu la force de prendre le controle quelques secondes et avertir Elias et donc, lui sauver la vie. Sans quoi, oui  Sarah serait morte dans la chambre et Elias l'aurait découverte sur le sol devant le lit. En tout cas content que malgré ça, le chapitre te plaise tant.

 

Ces hunger games vont pas mal faire de mort par la map apparemment. J'attends de voir les meurtres stratégiques par des tributs. En tout cas je vais de surprises en surprises avec toi, merci :).

 

Oh des morts par d'autres tributs et non la map il va y en avoir c'est clair, c'est juste que là, je tenais vraiment à cette scène.

J'ai voté le restaurant perso, j'adorerais voir du cannibalisme xD

 

Malheureusement, le cannibalisme est interdit dans les Jeux :D, mais ce que je prévois avec le restaurant....

Share this post


Link to post
Share on other sites

OK, c'est bien plus clair avec les explications. :)

Ne t'en fais pas, même avec ce détail, le chapitre reste bon. Par contre, on risque de revoir ces horribles fantômes plus tard ...

 

Pour les futures morts, j'ai peur d’imaginer ce que tu vas nous servir. :-X

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oh je te rassure, pour la piscine, ça va etre soft en comparaison du restaurant, mais ça, vous le saurez dès demain, vu que demain je vous faire le chapitre neuf et dix dans la journée, après j'aurais bien moins de temps libre alors je vous livre au moins ça :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...