Jump to content

Madame Tendo et le noël des déserteurs


PrincessBuki
 Share

Recommended Posts

les personnages de l'akatsuki appartiennent à Masashi kishimoto ( y'a pas d'erreur ?)

 

 

 

Chapitre 1: Un noël pour fous

 

 

Naruto, le fabuleux Noël des déserteurs

 

(Cela se passe dans la peau de mon personnage : Buki, femme de Deidara à part quand elle est pas là)

 

 

Dans une plaine cachée d’Iwa No Kuni, une petite maison et ses habitants subsistaient malgré les tempêtes de neige.

 

« Le temps a commencé à se rafraîchir, n’est-ce pas Deidara ? Commençai-je.

- On peut dire ça comme ça, on ne peut carrément plus sortir à cause du temps, me répondit-il en buvant le thé que je lui avais posé sur la table.

- Tu iras tout de même me couper un sapin pour ce soir ? Demandai-je.

- Je viendrai avec vous Senpai, lança Tobi.

- Dis moi déjà ce que tu fais ici toi, souffla Deidara avec un regard aussi glacial que le temps.

- C’est moi qui l’ai invité ainsi que les autres membres, Dis-je avec un grand sourire.

- QUOI !!!!!!!! cria Deidara apparemment effrayé

- Ca va être cool reprit Tobi

- Ah oui, au fait, continuai-je avec mon grand sourire qui devint forcé, à la première dispute, je vous plante un kunai dans le dos.

Deidara et Tobi ravalèrent leur salive.

Je les pris par le cou, ouvris la porte avec un bon coup de pied et les jetai dehors.

- Allez me chercher mon sapin maintenant ou je me fâche, ET PLUS VITE QUE ÇA ! »

Ils parcoururent alors le pays sous de grandes capes blanches pour ne pas être reconnus, arrivés devant un sapin, Tobi brandit une grande hache quand Deidara l’arrêta et sortit une de ses bombes en forme d’araignée, quand brusquement Zetsu sortit de l’arbre , tout surpris , il avança vers Dei et l’autre crétin, et la plante carnivore leur montra un morceau de papier bleuté, il dit :

- C’est vous qui m’avez envoyer le gros oiseau et le papier ?

Deidara fit un oui de la tête

-Tu peux nous aider pour ramener le sapin ? demanda Tobi.

Etrangement, Zetsu accepta.

 

 

J’étais assise sur le pas de la porte, à côté de moi siégeait le plateau de petits gâteaux , les bols de chocolat et une caisse remplie de guirlandes aux couleurs de sang et des boules de cristal couleur , euh , cristal.

Quand les hommes arrivèrent, je me jetai sur Zetsu avec mes guirlandes car je l’eus pris pour mon sapin, ça je le constatai quand deux yeux jaunes regardèrent, horrifiés, mes guirlandes et Deidara eut mis l’arbre qui devait faire au moins dix fois sa taille.

La plante verte (Zetsu pas le sapin) se jeta dans les bras de Tobi en criant : « Vous aviez raison elle est terrifiante même si elle n’y paraît pas.

Mais de quoi avaient-ils bien pu parler sur le chemin du retour ?

Après avoir attachés les guirlandes, et tout et tout, je sortis mon plateau de gâteaux.

Le masque en forme de frisbee et mon cher chti’ blondinet se jetèrent dessus, je pensai vite fait à quelque chose , je ressortis de la maison avec bras humain visiblement bien amoché , je le lançai loin , loin dans la neige et hurlai : « Va chercher »

La grosse fleur se mit à courir à quatre pattes dans la neige comme un chien. Le reste de l’après midi de ce beau jour qu’était le 24 décembre , tout se passa bien , j’emballai des cadeau pour les « amis » de Deidara après avoir bien cerné leurs personnalités dans la longue conversation que j’avais eue avec Dei-dei.

 

Le soir, on frappa à ma porte, ce qui étonna fortement Deidara qui jouait aux cartes avec les deux autres.

Un homme massif , que dis-je un homme c’était un requin en blouse blanche entra et me regarda de haut , je le fixai en levant la tête , ça ne me plaisait pas comme ça, quand il vit mon regard assassin il se fit tout petit , lui ce devait être Kisame, derrière un homme, là c’en était un, de ma taille des yeux rouges et un manteau , attention , un manteau Prada rouge pétant assorti à ses yeux qui je crois ne me regardaient pas spécialement moi mais ma poitrine , celui-là à coup sûr c’était le fameux , mais pourquoi je dis fameux , ah oui c’est sa tête qui est sur le poster là bas , Dei-dei joue aux fléchettes avec le poster de la tête d’Itachi Uchiwa assez souvent .

 

Quelques minutes plus tard on toqua une fois de plus, Tobi était lui aussi surpris, déjà Kisame et Itachi c’était un miracle mais les autres.

J’ouvris , je levai la tête , il était encore plus grand que l’autre , il avait des cheveux gris plaqués avec une tonne de gel , ça je l’avais senti , il avait embaumé ma maison avec son gel à l’odeur de médicaments , mais je me pris de sympathie pour lui , oui il s’était mis à genou pour me baiser la main , quel homme galant , je suis sûr qu’il aurait du succès avec les filles , s’il mettait moins de gel, me baiser la main ? Classique mais efficace , c’est pas mon mari blond qui aurait cette idée. Ce galant homme n’était autre que Hidan . Quand Hidan se fut relevé, Deidara se jeta sur lui, je crois qu’il était jaloux. Alors avec un grand sourire je me retournai et fixai mon pervers adoré de mari, et j’imitai comme un grognement, là, il le lâcha et reprit son jeu, que Tobi avait sûrement dû regarder entre-temps.

Derrière un autre, celui-là, je crois que c’était un mutant, un mutant, oui donc celui-là était Kakuzu. Derrière une femme aux cheveux bleus, avec une fleur de papier dans les cheveux, une femme ? Son prénom était alors Konan d’après mon compagnon. Et un homme à la chevelure rousse, ébouriffée, oh mince, c’était Leader. Je m’agenouillai, comme devant un roi, et lui lançai un regard apaisant en disant : « Joyeux noël, Leader Pein »

Il alla comme les autres s’asseoir à la grande table désormais pleine de cartes, je crois que même s’il ne me connaît pas, il a de l’estime pour moi et il ne licenciera pas tout de suite mon mari à son « boulot ».

 

A la table, ils parlaient de tout et de n’importe quoi, je m’exclamai :

- Excusez-moi, comme pour avoir la parole.

Personne ne broncha.

- Excusez moi recommençai-je.

Exactement pareil.

- EH OH hurlai-je alors.

Tout le monde se retourna.

- Je me présente, mon nom est Buki Tendo, femme de Dei-deirounet, qui est lui-même à l’autre bout de la table.

Tiens, étrange, il avait disparu.

- Dei-deirounet, alors c’est ça ton surnom ? Brailla Kisame.

-Hn, gémit-il en guise de réponse.

Je regardai le requin dans les yeux avec mon-regard-tu-la-fermes-avant-que-je-t’en-colle-une : « Alors, là je vais mettre les point sur les I, tais-toi la sirène ou je te sers en plat de résistance, okay ? A moins que je te mette une GBDLTAUBCDPAF (Grande Baffe Dans La Tête Accompagnée d’Un Bon Coup De Pied Aux Fesses).

Je ne lui avais pas dit la traduction mais je crois que j’en avais suffisamment fait quand on tapa à la porte, qui cela pouvait être ?

J’ouvris, un ectoplasme aux cheveux rouges me regardait.

- C’est fini Halloween, dis-je en lui claquant la porte au nez.

On re-tapa, je rouvris.

- Qui êtes vous ?

- Orochimaru, répondit-il faiblement, je suis de l’akatsuki.

- J’ai entendu dire.

Je sifflai.

- Zetsu, ATTAQUE!

Je suppose qu’il ne reviendra pas avant un bon moment celui-là , j’aurais pas dû lui lâcher mon chien de garde dessus.

Tout le monde était calme, un peu terrorisé mais rien de bien grave.

Alors je courus chercher la dinde.

(Joyeux noël qu’elle criait la dinde à travers la vitre du four)

Tout le repas se passa bien, Kisame avait lâché Deidara avec le surnom que je lui avais donné, bah quoi il préférait Dei-en-sucre, je lui demanderais ; Itachi Uchiwa et son manteau Prada rouge pétant avait lâché des yeux ma poitrine, Pein n’avait pas encore enlevé sa main des jambes de Konan, comment je le savais ? Ma fourchette était tombée …

J’allai chercher le dessert avec l’aide de Konan, on était, en l’espace d’un soir, devenues de très bonnes amies. Le dessert était un gâteau à 10 étages de 10 cm de diamètre chacun entourés d’un grande variété de fruits exotiques, Bah voui il fallait bien un dessert digne de brigands comme nous.

En le posant sur la table, je regardai Deidara et marmonnai : « Si étrangement une part de gâteau explose, je me vengerai.»

Il ravala sa salive et ne se fit pas remarquer.

Vint enfin après MON succulent gâteau à 10 étages de 10 cm de diamètre chacun avec chocolat, abricots et petits bonbons, attention pas n’importe lesquels, des smarties et des M&M’s de couleur rouge, l’heure où le petit papa noël devait passer, eh oui on avait joué à la courte paille pour savoir qui va endosser ce costume ridicule pour émerveiller les gosses, non je n’ai pas de gosses , du moins pas encore , on voit ça ce soir mon blond , euh bah les gosses c’est Tobi et le jiinchuriki de Kyûbi, mais qu’est-ce qu’il fout là lui !

Après avoir jeté les neufs queues dehors j’en revins à donner le costume à Itachi …

Notre papa noël plein de joie (joie ? A voir) arriva alors, Kisame et Kakuzu se prirent un fou-rire en le voyant, et paf Mangekiyou Sharingan, ils se mirent à danser le tango en chantant Dalida. Ca ils l’avaient mérités, même si moi aussi dans mon for intérieur je me tordais de rire.

Tobi a eu de nouveaux masques, que les autres avaient fauchés aux AMBU.

Zetsu, je lui ai offert une couverture pour cet hiver, bah les arbres doivent avoir froid dehors et il a eu de l’engrais.

Itachi a offert un bon coup de Mangekiyou Sharingan, il a eu une écharpe de ma part, j’aime bien tricoter, un nouveau manteau Prada mais pas rouge pétant de la part de Kisame

Kisame a eu une planche de surf (hiver comme été)

Hidan a eu du gel et de ma part un yukata noir.

Kakuzu, une nouvelle tirelire.

Leader-sama des livres, et des bijuus.

Konan-san, les garçons lui ont offert de la lingerie blanche et moi je lui ai donné mes recettes de gâteau.

Moi j’ai eu la même lingerie en noir, des kimonos et Mon Deidara m’a offert des bijoux de cristal.

Et Lui mon amour de toujours, il a eu : de Tobi, une statue d’argile qui ressemblait plus à un poulpe qu’à un oiseau, un pot d’argile de la part des autres.

Deidara vint me voir : «Que vais-je avoir de tes mains ma douce ?

- Quand les autres seront partis, répondis-je avant de l’embrasser.

- Pourquoi ?

- Tu le sauras en temps et en heure.

Il était tard et maintenant tout le monde était parti.

Mais ils avaient tous oubliés un truc, ils le reprendraient plus tard.

Je m’avançai vers Deidara qui avait oublié mon cadeau, il était en pyjama dans notre grand lit : « Deidara et ton cadeau ?

-Ouais il est où ?

-Là … Lui dis-je, à ce moment là je défis la ficelle qui tenait mon kimono attaché. IL tomba petit à petit, la tête qu’il faisait, ouah il venait de comprendre que je ne portait plus de sous-vêtement, j’étais nue face à lui, je lui fit un clin d’œil et Ma nuit commença.

 

Pas loin de là :

- Les gars, j’ai oublié mon 2e Manteau Prada, venez avec moi je retourne le chercher …

- Ok »

 

 

De retour chez moi :

« Euh Deidara-sempai, vous êtes là ?

- Mais vas-y entre.

- Vous venez avec moi alors ?

- D’accord on te suit Tobi.

- Eh Hidan tu trouves pas qu’il y a de drôles de bruits ou j’entends des voix ?

- Nan tu as raison Kisame on va voir ? répondit Hidan.

- Oui mais tous ensemble, dit Tobi.

 

- J’ai mon manteau Prada.

- La ferme Itachi, gémit Zetsu.

 

Ils se glissèrent dans le couloir, Konan y-compris.

 

Kisame regarda par la serrure de notre chambre, il s’évanouit avec des saignements de nez, Itachi regarda, il se retourna et dit :

- On entre en embuscade ?

 

Ils défoncèrent ma porte de chambre et restèrent bouche bée.

 

Deidara se mit à crier comme une gamine et à me prendre dans ses bras pour me cacher des autres , après on se mit sous la couverture , bah on était nus on n’allait pas se montrer.

 

Ils saignaient tous du nez , quand Tobi comme un effronté pour ne pas être vulgaire dit : « Bah sempai vous cachez pas , montrez nous votre pyjama , il n’avait pas du voir ce qu’il s’était passé. »

Il tira La couverture, et voilà, merci Tobi je me vengerai, on était nus sous leurs regard , l’un contre l’autre , et bah fin finalement cette là on s’est cachés sous le lit en leur disant de partir .

Ils ont dû comprendre ce que c’est que de voir le corps de l’autre , on a traumatisé Tobi , à chaque fois qu’il me voit, Itachi saigne du nez et Konan me fait du chantage avec n'importe quoi, la grande amitié quoi !

Link to comment
Share on other sites

Second chapitre, je n'aurai pas du mettre le noël blablabla parce que c'est pas tout les jours noël

 

 

 

Chapitre 2: Nos jours heureux

 

 

Donc voilà , ce n'est plus noël , mais le 26 décembre .

 

 

Le noël des déserteurs : les jours d’après.

 

 

Noël c’était avant-hier soir, et c’est fini on attendra l’année prochaine pour une fête comme celle-ci, m’enfin, on verra, mais sûr de sûr, l’année prochaine, je vérifie que personne n’ait rien oublié et que ma porte de chambre soit en fer …

 

 

Le chantage que me faisait cette chère Konan n’était pas vraiment méchant, même je le qualifierai d’agréable, la condition était de venir quand elle le voulait prendre le thé avec moi, au moins j’avais quelqu'un à qui parler, non pardon ce n’était pas le problème, c’était quelqu'un qui m’écoutait plus précisément. Mon Dei-en-sucre passait son temps à jouer dehors avec la neige, un véritable gosse quoi. Mais pour moi qu’il fasse l’enfant restait un bon signe, ça me prouvait que c’était vraiment lui, oui, il n’a absolument pas changé, le jour de mon mariage, NOTRE mariage, nuance, ce jour là il pleuvait, il avait mis un pied sur ma robe, il l’avait fait exprès en plus, je m’en souviendrai de celle-là, le bas de la robe s’est arraché, je me suis retrouvée en culotte devant tout le monde, il a bien fallu que je me venge, je l’ai pris dans mes bras ,mais comme il était beau dans son costard noir avec sa cravate , comme un sac, notre mariage se passait au bord d’un grand lac à Iwa no kuni, j’ai sauté à l’eau avec lui dans mes bras, ce n’était pas franchement grave on était déjà trempés par la pluie (mariage pluvieux , mariage heureux ) ce qui amenait la même pensée à tous les invités dont ma grande sœur : Suzuka ; ce sont vraiment des gosses .

 

Quand j’avais raconté cette histoire à Konan, elle avait sorti un carnet et commence à noter, noter oui mais noter quoi ? Le récit de mon fabuleux mariage « aquatique », à quoi ça aurait bien pu lui servir ?

Mais visiblement, elle a bien ri, elle va s’en servir contre moi ou dei, ce n’est pas grave du tout.

Quand Konan fut partie, je me souvins qu’il fallait encore que je lave le linge, fasse le lit et plein d’autres choses, je n’en avais pas envie, pourquoi ne pas reporter tout ça ? J’ai une meilleure idée. J’appelai mon mari blond, il vint, je le regardai en souriant, et lui collai le balai dans les mains et je lui dis : «Je vais me promener pendant ce temps tu fais le ménage, si c’est pas fait quand je suis revenue, tu devras te faire toi-même à manger, laver tes habits, et te passer de gâteaux et de thé pendant un mois car je ne ferai que mes affaires, compris ?

- Et si c’est fait ?

- Tu auras une maison propre et une femme satisfaite.

- Que ça !

- Pourquoi tu voudrais peut être que je t’en colle une avec ?

- Non, tu me laveras le dos, dans le bain.

- Comme tu veux … »

Sur ces mots personnels, je troquai mon kimono couleur de neige contre une tenue plus adaptée, je mis mon écharpe et sortis.

Dehors tout était magnifique, tout était blanc, j’allai à Iwa, enfin espionner comment s’en sortait la population. Après tout j’avais quitté mon village d’un jour à l’autre, pourquoi ? Parce que Dei-deirounet était parti du village, un an après notre alliance, je faisais partie du clan Kuonji avant de m’appeler Tendo, le clan des descendants des deux fondateurs d’Iwa : Natsume et Ryôga Kuonji, une femme avec un dôjutsu particulier, des yeux sans pupilles comme le Byakugan, mais de couleur rose qui sont capables dès un simple regard de contrôler une personne mais selon le chakra de la personne sera plus ou moins efficace , elle invoquait beaucoup d’aigles ou rapaces et un homme qui lui avait la même chose que sa femme mais avec des yeux bleus , ils pouvaient contrôler la gravité selon ce qui était privé d’attraction, si c’était un animal ou humain , il tenait une minute mais un arbre il pouvait tenir infiniment , il pouvait aussi lancer des choses avec ça et la nuit les yeux bleus pouvait voir extrêmement loin et une pupille y apparaissait , lui invoquait des loups . Ensuite, de génération en génération, il y avait rarement des yeux bleus, beaucoup de couleur rose dans cette famille, mais moi par le plus grand des hasards j’ai eu le dôjutsu de l’apesanteur : les yeux bleus brillants .Dans Iwa nous étions pris pour des divinités, on nous a alors surnommés, prince et princesse qui gardent le village. Mais notre clan a aussi une certaine propriété, nous pouvons nous métamorphoser en loup ou aigle en n'utilisant pas une goutte de chakra.

Je que ça ne change pas, ce village, des professeurs devant la statue de mes ancêtres qui expliquent notre histoire, et à côté, cette sœur que je n’ai pas vue depuis si longtemps, son kimono orangé, un regard apaisant pourtant c’est énervant quand elle est là je doute de moi, j’ai peur de me faire remarquer.

Je ferais donc mieux de rentrer et de, même s’il n’a pas fini, laver le dos de mon mari, je prendrais le grattoir en fer, à part si ma maison est nickel et j’y pense je vais ptét’ devoir préparer pour le nouvel an ?

 

Sur le chemin, je rencontra Kisame, dis la sirène : mi-thon, mi-homme, il s’efforça en me voyant de ne pas se faire trop grand de peur que je me fâche. Mais au contraire je le saluai poliment et répartis : « Bonjour Kisame, tu arrives à bien manier cette planche ?

- Oui, oui bonjour euh …

- Buki.

- Oui, Buki, merci pour le dîner de noël.

- Mais de rien, au revoir »

Que faisait Kisame ici ?

Il avait sûrement du passer voir Dei-dei, et quand il l’aurait vu faire le ménage, il serait parti en courant ? Je demanderais à mon chéri.

 

Quand j’arrivai chez moi, je trouvai une maison propre comme un sou neuf, Deidara était allongé, apparemment épuisé, sur mon kimono.

Je le réveillai, avec douceur, en l’embrassant, mais l’effet fut différent que celui de mes pensées, quand nos lèvres se touchèrent, il me pris dans ses bras, encore endormi, il rêvait sûrement, ses jambes bougèrent et se placèrent entre les miennes, il rapprocha son visage du mien, et étrangement, il pleurait ? Il gémit alors : « Buki reste avec moi, entre deux larmes.

- Je lui murmurai, je t’aime.

Et alors là ses paroles cassèrent tout mon film super romantique :

- Je t’en prie (gémissement, entre plusieurs grosses larmes) ne couche pas avec Hidan ou ne fais pas d’enfant à Itachi.

- QUOI, POURQUOI TU INSINUES ÇA ! »

Alors il se réveilla en trombe, constata que j’étais allongée contre lui, même prisonnière de son étreinte.

Il vit mon visage rouge de fureur, recula rapidement, se leva et me prit dans ses bras et me dit : « alors ce bain ma belle ? »

Là je pris vraiment le grattoir en fer, une souffrance comme celle-ci il la connaîtra pas 2 fois : « AAAAAAAAAAAAh ça fait mal !

- Chochotte.

- Et pourquoi t’es pas dans le bain ? Pourquoi je suis attaché moi ?

- Tais-toi avant que je te mette le shampoing dans les yeux. »

Après une heure d’acharnement sur mon espiègle partenaire je rentrai enfin dans le bain avec lui.

J’entendis un énorme vacarme, ma porte d’entrée vola en éclats.

Des ninjas rentrèrent, ils portaient le bandeau de Iwa, tiens que de souvenirs. Je me levai, pris mon peignoir, ils voulurent m’attaquer mais je les avais déjà tous les deux dans les mains, soit je les étranglais ou je ne les tuais pas, je pris l’initiative de les jeter dehors, et là je peux dire qu’ils ont fait un superbe vol plané, ils vont revenir avec des renforts, je m’en fiche, je les renverrai, j’aurais pu les tuer mais là je me lave, et quand je me lave on me fout la paix, OK ?

Je retournai dans mon eau chaude aux côtés du mari le plus chaud du monde, qui avec les cheveux lâchés ressemblait à une fille.

J’entamai la conversation : « Désolée pour le grattoir , mais j’étais indignée …

- Pourquoi ?

- Tu as dit dans ton rêve que tu avais peur que je te trompe pour Itachi ou Hidan…

- Mais ce n’est pas ça…

- Tu me crois infidèle ?

- Mais non, tu es la femme la plus loyale …

- Pourquoi es-tu comme ça ? Tu les veux tout de suite mes enfants ?

Je versai une larme entre l’inquiétude, l’espoir et la joie …

- Quoi ? Mais ne pleure pas voyons.

Il me prit dans ses bras comme une enfant.

- Il reprit, tu es forte, mais tu es une femme, tout ne te résiste pas, n’est-ce pas ?

- Je lui répondis entre deux reniflements, bbbberrzzi (merci). »

Dans le froid d’hiver qui persistait, nous on était là, dans l’eau tiède, le corps nu, chaud, l’un contre l’autre, une chaleur douce et belle, une chaleur qui d’après moi devrait être habituelle plus tard vu que c’est ça que l’on appelle paradis ?

Je levai la tête pour le voir sourire et dire : « Tu veux vraiment des enfants ?

Je fis oui de la tête.

- Vraiment ?"

Link to comment
Share on other sites

Chapitre 3: Accrochages et escapades

 

 

Le noël des déserteurs : Chapitre 3 (on sait c’est plus tellement noël)

 

 

27 décembre

 

On reçoit un paquet, oui, c’est la poste désertique, nous ouvrons le paquet prudemment, dedans il y avait une carte où il y était écrit : Joyeux noël et bonne année à vous Buki et Deidara, signé Yudai le dernier membre de l’ancienne équipe 2.

Ça rappelle beaucoup de souvenirs ça, mais il n’y avait pas que la carte dans le paquet : Ouah, c’est le nouveau jeu de karaoké : A La Recherche De La Nouvelle Tare, qui va sur la PC3 (Plante Constamment 3) juste la console qu’on n’a pas, nous on a la PC2!

On s’en fiche on n’y joue jamais, avec Deidara on passe notre temps à dormir, faire le ménage, regarder TFnain, faire des gâteaux et nos jeux « d’adultes », quelle vie exaltante n’est ce pas, mais de temps en temps on reçoit…Des ninjas qui prétendent vouloir nous capturer pour empocher la somme qu’on a mis sur nous. Ceux -là on les renvoie vite fait.

Yudai avait aussi mis une lettre, où il était écrit « PS : j’arrive les amis »

En parlant de lui, oh oui ça fait un bon moment que l’on ne l’a pas vu, Yudai est un med-nin, timide mais très intelligent d’après mes souvenirs, il avait des cheveux verts, et était à peu près aussi grand que nous, je me souviens qu’il voulait rencontrer la légendaire Tsunade pour lui montrer ces capacités en tant que soigneur.

Tiens on m’a encore explosé ma porte, si c’est Yudai je lui fais remonter ma porte et si c’est les ninjas d’Iwa je mets leurs cadavres en guise de porte au moins, ils viendront plus en masse. Tiens on ne nous prend plus pour des abrutis, on nous envoie des AMBU (si ce n’est pas différent pour Iwa?) mais à peine sont-ils arrivés sur le pas de la porte qu’ils s’écroulent par terre, un garçon aux cheveux verts entre alors et leurs met un pied comme sur un trophée de chasse, alors il crie : « Salut, ça va ?

-Yudai ? *pense très fort, quand est-ce que j’ai dis qu’il était tout timide ?*

-En chair et en os !

-c’était quoi ça demanda ? Mon Dei-chou qu’on prendrait pour la princesse Peach quand il n’est pas coiffé et avec son peignoir rose bonbon

- c’était un flèche-anesthésiante-no-jutsu

-Et on en fait quoi de ces gogols ? Reprit-je

- Bah, on les ramène à la porte du village, non ? Répondit-le med-nin

- on va narguer Suzuka-sama donc ? Dit Dei version Barbie

- Exactement ! »

Une heure plus tard, sur l’oiseau d’argile de barbie-dei (non il n’a pas gardé son peignoir)

 

« On y est les gars, Iwa, ça fait longtemps n’est ce pas ?

- Yudai, j’ai encore du mal à y croire, il est loin le gamin de 12 ans qui se cachait sous son énorme manteau même en été, tu n’aurais pas été du genre à narguer Suzuka-sama du haut d’un de mes oiseau d’argile tellement tu étais peureux …

- La ferme Deidara, gémit le Yudai en question

 

On avait déposé les AMBU « endormis » ou pour être plus justes, assommés, sur le toit de Tsuchikage (kage de Iwa) pendant la nuit sans se faire remarquer.

Au matin, sur notre vaillante monture sans parole, de pierre quoi, on attendait postés derrière de grandes collines le bon moment pour commencer la mission que l’on c’étés auto donnés.

On vola jusqu’au dessus du temple Kuonji (ce qui veut dire bêtement en français le temple temple) pour se mettre à crier rien que pour embêter le monde.

 

- SUZUKAAAAAA – SENSEIIIII DEBOUUUUUUUUT

 

La jeune fille en question (non ma grande sœur Suzuka n’est plus toute jeune, elle doit avoir 30 ans et moi j’en ai 24 peuh) sortit sa tête par la fenêtre et nous regarda avec un regard assassin lui faire toute sorte de grimaces, elle sortit de la maison et cria alors

 

- SALES GOSSES, MOI QUI VOUS AI ENTRAINES ET TOUT APPRIS, DES QUE JE SAURAIS POURQUOI VOUS AVEZ QUITTE LE VILLAGE, JE FONCE VOUS CAPTURER ET JE VOUS ARRACHE LES MEMBRES !

 

Eh bah elle avait de la gueule dès le matin la grande sœur.

Pour faire court on s’est vite barrés avant qu’elle nous sorte les kunais et ses techniques Doton, sinon c’était fini de notre cavale, de notre vie d’amour et d’eau fraîche, je sais j’exagère là, mais on s’aime tellement Dei-honey et moi. Bon bref, après que nous ayons déguerpis du village de la roche sans trop d’accrochages (les jounins qui nous couraient après )

Je m’en remettais à la dure réalité, Mon aînée aux yeux roses allait sûrement chercher quelqu'un qui veut avoir de l’info sur l’Akatsuki pour l’aider à nous prendre dans son filet et nous mettre pour son plus grand bonheur en prison.

 

Pendant notre vol nous aperçûmes Itachi et Kisame en manteau de travail en train de courir après un renard, un bonbon rose , un homme de bois et un gars aussi blanc que la neige.

Puis Kakuzu avec une mallette, certainement remplie de billets, il était accompagné de Hidan, du sang plein le manteau, je crois qu’ils appelaient ça : la routine.

 

Spécial

 

Pendant ce temps à Iwa no kuni :

« Maître Tsuchikage, je pars pour Konoha (oh par le plus grand des hasards) j’aimerais demander à un vieil ami de m’aider à capturer cette satanée bande de déserteurs ,ces espèces de ...

- C'est bon ne t'énerves pas, je t’accorde la mission princesse Suzuka, pars et reviens vite, je ne veux plus les voir nous narguer »

Elle se métamorphosa en aigle (voir chapitre 2) et s’envola pour Konoha.

 

A Konoha, 5 jours plus tard :

«Alors comme ça vous êtes la princesse d’Iwa ? dit Godaïme hokage

- Affirmatif, la mission est-elle acceptée ?

- Oui, mais pourquoi lui ?

- C’est une vieille connaissance

- Va le chercher lui et son équipe de chunnins on va leur demander leurs avis

- Roger

Et le rapace aux yeux roses se ré envola par la fenêtre

- Tsunade, on peut lui faire confiance à cette Suzuka ?Demanda Shizune inquiète

- Elle m’a l’air sincère »

 

Retour chez Buki

 

Je déposai, le plateau sur la table basse, il était rempli de mes délicieux cookies au chocolat blanc et de verres de thé, mon ami aux cheveux verts dit alors : « Bon parlons affaire autour de ces petits gâteaux

-Tu avais donc une autre raison de venir , je pensais que tu venais te consoler près de tes bons vieux camarades du fait que ça fera bientôt 25 ans que tu t’es pas trouvé une fille … Ria Mon-Dei-qui-n’allait-pas-tarder-à-s’en-prendre-une.

- La ferme, Barbie

Ça éclata en bagarre générale, je dû sortir l’une de mes botes secrètes, pas le sourire démoniaque d’assassin :

Technique secrète, Les photos honteuses !

Je sortis un album, rempli de photos, je le mis sous les yeux de Dei-nounours qui recula de plusieurs pas, horrifié

- NAAAAAAAAAAAAAAN PAS ÇAAAAAAAAAAAA cria t-il

- Il est calme, Dei-deirounet, présente tes excuses à Yudai, c’est moi qui lui ai demandé de venir

- Mais dis moi Buki, qu’est ce qu’il y a dans cet album ? demanda le med-nin

- Des photos un peu ‘spéciales’

- Pardon, pardon, ma fraise, ne refait plus jamais ça…

- La prochaine fois, l’album, je l’offre à Yudai !

- Non, je te vénère ô grand médecin, et ma fraise, pourquoi tu lui as demandé de venir ?

- Je ne peux pas te le dire pour le moment

- Bon quand je disais affaire, je voulais vous dire que le jeu, j’ai oublié de mettre la PC3 avec donc tenez les amis mon cadeau de noël.

- On ne va pas faire ce que voulais tout de suite Yudai, reste avec nous, je veux vraiment ces tests, alors s’il te plait, au moins quelques jours

- Bon d’accord je reste, on me le propose si gentiment.

- QUOI !

- Tu veux vraiment que j’ai ce cahier à photos ? demanda le garçon aux cheveux verts avec une ton moqueur»

 

Dans la nuit, Yudai, se réveilla du canapé et se leva, il se dirigea vers notre chambre avec visiblement une idée en tête. Il ouvrit la porte et se heurta à Deidara qui lui murmura : « Qu’est ce que tu fais là !

- Et toi ?

- Ils répondirent en chœur à voix basse – Je cherche ce fichu album !

Ils se lancèrent des regards assassins et bizarrement se mirent à chercher le livre à photos ensemble.

Au bout d’un moment ils retournèrent se coucher.

 

Le lendemain à Konoha

 

«Bon je vais aller le voir »

 

Suzuka, dit l’aigle rose, partit à pied, et oui pas en volant pour son terrain d’entraînement, arrivée dans les environs, elle se métamorphosa en rapace pour faire une belle entrée. Elle se posa en plein milieu de leur terrain d’entraînement et cria : Métamorphose ! Nice girl pose (vous aurez tous deviné qui était cette connaissance?)

- Suzuka hurla Gai tout heureux

- En cher et en os !

Si vous aviez vu Suzuka, on pouvait déjà savoir qu'elle était une amie de Gai, oui elle a des cheveux noirs , une frange coupée de la même façon que Gai , une robe rose pétant et des collant bordeaux , vous imaginez ? Pas encore ? (Il y a un dessin d’elle dans ma galerie)

- Gai-sensei, qui est cette beauté de la jeunesse ?

- Ma fleur du lotus, j’ai nommée Suzuka mon petit Lee

- Enchantée ! »

Link to comment
Share on other sites

A Konoha :

L’équipe de Gai avait accepté la requête de Suzuka, même si c’était à contrecœur pour Neji et Ten-ten qui n’appréciaient pas vraiment d’avoir encore un sosie de Gai dans l’équipe.

 

Sur le terrain d’entraînement de l’équipe Gai :

 

Suzuka regarda les 2 chunnins et le jounin dans les yeux.

Elle dit alors à Neji et Ten-ten : « Eh bien quelle motivation… L’entraînement va être rude mais ce n'est pas grave, j’adoooooooore les enfants, ah ah ah.

Elle sortit un rouleau, en fit sortir deux chaînes et des espèces de manches surmontés de drôles de ballons avec des couteaux dessus

- Toi la maîtresse en armes, sais-tu ce que c’est?

- Des appuis pour le combat ou des réserves de couteaux?

- Très bien, ce n’est pas ça, ce sont des bonboris à chakra, attaquez moi en groupe que je voit la valeur que vous avez en combat.

Le groupe des trois se jeta sur la jeune fille, qui bloqua tous les coups d’une seule main

Suzuka se retourna vers Gai

- Gai je riposte ou je laisse ces jeunes gens m'attaquer?

- Comme tu veux fleur de la jeunesse

La jeune femme se déplaça à une vitesse phénoménale vers les chaînes qu’elle avait invoquées, elle accrocha chacune des extrémités droites aux bonboris et les gauches à ses poignets

- Alors, je vais vous prendre au sérieux et me battre sans trop vous faire mal, d’accord?

Neji activa ses byakugans et signala aux deux autres

- Faites attention, il y a une énorme concentration de chakra dans les ballons

Suzuka se jeta sur le groupe, Lee l’attaqua avec la tornade de Konoha mais fut vite balayé.

- Bon les jeunes, ce n’est pas brillant ça, dit Suzuka en défaisant les chaînes de ses armes

- J’ai vu que les ballons étaient remplis de chakra, c’est comme ça que vous avez repoussé la tornade de konoha déclara Neji

- Eh bien, finalement il y a du bon… Oui c’est ça, et ne me dis pas vous, moi c'est Suzuka l'aigle aux yeux roses

Elle lâcha l’arme qui tomba par terre, le sol se fissura

- Concentration pour durcir la matière et ainsi exploser n’importe quoi, s’exclama Ten-ten qui avait compris

- Bon, je vous ai évalués et maintenant on va devoir s’entraîner à une formation spéciale, car sinon on va pas réussir à capturer le groupe, alors vous, venez là, dit-elle à Neji et Lee, la formation consiste à se déplacer très rapidement sur le champ de bataille pour attaquer en technique combinées, toi,le gamin au byakugan…

- Neji

- Ouais, bon Neji, tu sera là pour la première défense et l’autre pour la première attaque

- Moi c’est Lee, Suzuka-sensei

- D’accord, Neji met un genou sur mon dos

- Pourquoi?

- Parce que, ça te va? Toi aussi Lee, ça fait partie de l’entraînement, vous êtes trop lents alors qu’il faut foncer, Buki, Yudai et Deidara ne vous laisserons pas le temps de bouger donc je vais vous apprendre à se déplacer un peu moins lentement…

 

 

Chez les nukenins d'Iwa :

 

« Les garçons que faisiez vous hier soir? J’ai entendu du bruit

Les deux répondirent en chœur

-Rien, rien on dormait

- vous cherchiez le carnet, eh non, vous ne dormiez pas car Deidara était dans mon lit hier soir et ce matin sur le deuxième canapé.

- J’avoue, je l’ai entendu chercher le carnet mentit Yudai

- Oh le menteur, tu ne vas pas le croire Buki, hein ma douce fraise?

- Alors c’est toi qui as retourné toute la maison pour trouver ce maudit carnet, et arrête avec les compliments, lèche-bottes

- Mais non ma fraise, non ce n’est pas moi

- Je sais c’est pas toi, c'est vous, j’ai bien compris, et maintenant vous aller tout ranger et peut être que je vous le donnerais ce foutu album »

 

Ils passèrent tout l’après-midi à re-ranger ma belle maison, pendant que j’allais faire mon espionnage habituel dans mon village natal, je cherchais ma grande sœur.

Etrange, aujourd’hui je ne l’ai vue nulle part, même en me faisant passer pour un aigle pour entrer en ville.

Quand quelqu'un remarqua mes yeux

« C’est la princesse aux yeux bleus!

Tout le monde se retourna

Je repris ma forme normale et je fuis à toute vitesse la tonne d’AMBU que l’on m’avait envoyé en guise d'accueil chaleureux.

Rentrée de mon après midi de course, j’inspecta la maison et cherchant les hommes, j’entendis des voix dans le bain, ils devaient y être … Je vais être sympa je leur donner ce truc à photo, mais bien sûr, je ne vais pas enlever les deux cadenas de la boîte, un dont j’ai la clé et l’autre à 8 chiffres, et j’ai déjà testé, le coffre résiste aux explosions.

Je crois que Dei-en-chocolat (Oui j’adore lui donner de « bons » surnoms.) m’a entendu rentrer. J’entends un énorme BOUM et un cri de douleur, même qu'il est atroce, qu’est ce qu’ils ont encore fait, ils ont 24 ans quand même c’est plus des gosses, faut pas exagérer.

 

Plus tard dans l'après-midi :

 

« Bukiiiiiiiiiiiiiii, (cri de fillette de Deidara)

- Quoi chou?

- On va se promener? demanda t-il tant bien que mal en boitant

- Nan, je reviens de ma promenade et pourquoi tu boîte

- Allez ma fraise adorée, ah ça? C'est rien du tout, juste un petit accident dans la salle de bain

- Si tu veux on fais une partie de go et après tu me fiche la paix?

- Non, on va se promener!

- Et Yudai, on en fait quoi?

- On le jette dehors

Je courus chercher le coffret, pris la clé dans mon soutien-gorge (Bah oui il fallait trouver un endroit où il n’y penserai pas, mais s’il le savait il irait quand même la chercher ce pervers.) Je fis le code à 8 chiffes et sortit le carnet pour humilier Deidara une fois de plus, il prenait trop souvent cet air arrogant.

J’ouvris l’album quand Yudai me prit par les bras et m’immobilisa et mon chéri s’empara du carnet. Il s’écroula par terre après l’avoir ouvert, Yudai alla le ranimer et moi je repris le carnet. Ils étaient malins, mais s’y mettre à deux sur une frêle femme. (Tu parles si ce n’était pas mes proches je les aurais balancés loin, loin très loin d’ici.)

 

Les hommes qui s’en étaient pris une : une petite baffe, pas plus, partirent se promener tout les deux, sans moi, car je voulais à présent me reposer.

Dans la neige mon mari s’exclama :

« Qu’est ce qu’on fait médecin à la gomme?

-On passe au plan B

- Le plan B cria Dei

- Oui le plan B sourit Yudai

- Le fameux plan B renchéri mon mari

- Oui le merveilleux plan B

- Ce terrible plan B! Déclara mon su-sucre

- Oui cet abominable plan B, ah ah ah

- C’est quoi le plan B? demanda mon blondinounet

- Bah tu la ***** jusqu’à ce qu’elle te dises où est le coffre

- Mais attends ce ne serait pas sympa, et puis je risque de lui faire mal

- Pourquoi, elle te fait jamais mal elle, et quand tu t’es cassé la gueule en marchant sur le savon pour te prendre le tuyau entre les deux jambes tout à l’heure, même pas elle s’est déplacée. Tu ne la trompes pas qu’on sache en plus, je ferais semblant de ne pas l’entendre crier de douleur.

- Mais…

- Il n'y a pas de mais

-D’accord se lamenta mon amour, qui je crois, allait faire la pire chose de sa vie. »

 

Le soir approcha, après le souper tout le monde alla se coucher.

 

Une fois rentrés dans notre chambre, Dei me murmura à l’oreille « Déshabille toi ma fraise

- Mais… Ce soir! Mais Yudai, il va nous entendre!

- Laisse le où il est, et cette porte en argile insonorisée que tu m’as fait mettre?

- Bon d’accord, mais déshabille moi, toi, avec tes mains pleines de doigts »

Mon amour aux pupilles de ciel me déshabilla petit à petit, en suite il jeta sa chemise, au sol, puis son pantalon, les chaussures volèrent et il retira son caleçon et s’allongea avec douceur sur moi.J'ai dit en douceur! Il m'a plutôt pris pour un cheval, tellement il m'a chevauché fort

Mes lèvres touchaient les siennes, y'avait pas que ça qui se touchait, mesz mains étaient baladeuses.

Quand, il commença à vraiment me faire mal, il n’était pas comme ça d’habitude, et il continuait, quand à un moment les bouches dans ses paumes me léchèrent la poitrine et par dégoût je le poussa du lit sans le savoir.

Dei-en-sucre tomba du lit, il gémit en relevant la tête : « Mais tu es violente toi »

Puis il se rejeta sur moi, et sa torture redevint un jeu, car je crois qu’il était épuisé, oui, ça devait faire 2 ou 3 heures qu’on était dans le lit.

 

Le lendemain :

« Quoi vous avez fait toutes les positions et t’a quand même oublié de lui extirper où était le coffre?!?

- bah quoi? On va dire que je me suis bien amusé ah ah ah

Je leur apportai le café et je murmurai dans l’oreille de Yudai.

 

- Cet aprèm Buki me répondit-il

- Quoi cet après-midi? Grogna mon soleil

- Heu rien, rien repris-je »

 

 

L‘après-midi :

« Chirurgien de pacotille, ma belle où allez vous?

- je l’emmène

- OÙ?

- Ne t’inquiète pas je reviens à tout à l’heure »

 

Après A l’hôpital que dirigeais môssieur le docteur Yudai:

« Bon voilà, Buki, ce que tu voulais

- Alors c’est quoi?

- Positif, tu es enceinte, mais je ne peut encore te dire si c'est un garçon ou une fille »

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...