Jump to content
Juju no Soma

Biathlon

Recommended Posts

Posted (edited)

Mes amis, quelle saison...

 

Moi qui pensais avoir vécu ma saison préférée l'année dernière, je n'ai plus les mots pour celle-ci...

 

Une saison ponctuée par beaucoup d'événements marquants : Johannes Thingnes Bø et Dorothea Wierer qui défendent leur titre, la retraite de deux grands du biathlon (Martin Fourcade et Kaisa Mäkäräinen), un record aux Championnats du Monde pour Marte Olsbu Røiseland, le déclic de Tiril Eckhoff, l'émergence au plus haut niveau d'Émilien Jacquelin, une lutte sans merci et un suspense au sommet, jusqu'aux dernières courses, pour la course au gros globe masculin et féminin, etc. Le tout légèrement écourté (et modifié) par la pandémie du COVID-19. Et ce ne sont que les choses principales. Bref, nous avons encore vécu une très grande année de biathlon, de course au gros globe et de mondiaux, inoubliable pour tout bon français fan de ce sport.

 

Saison 2019 / 2020

 

Récapitulatif des étapes :

  1. Östersund (Suède) : du 30/11/2019 au 08/12/2019.
  2. Hochfilzen (Autriche) : du 13/12/2019 au 15/12/2019.
  3. Annecy - Le Grand Bornand (France) : du 19/12/2019 au 22/12/2019.
  4. Oberhof (Allemagne) : du 09/01/2020 au 12/01/2020.
  5. Ruhpolding (Allemagne) : du 15/01/2020 au 19/01/2020.
  6. Pokljuka (Slovénie) : du 23/01/2020 au 26/01/2020.
  7. Antholz - Anterselva (Italie) [Championnats du Monde] : du 13/02/2020 au 23/02/2020.
  8. Nové Město (République Tchèque) : du 05/03/2020 au 08/03/2020.
  9. Kontiolathi (Finlande) : du 12/03/2020 au 14/03/2020.
  10. Oslo Holmenkollen (Norvège) : annulé.

 

Nombre total de compétitions individuelles : 21 sur 24 prévues initialement (x2).

Nombre total de compétitions en relais : 6 sur 6 prévues initialement (x2).

Nombre total de compétitions en relais mixte : 6 sur 8 prévues initialement.

 

 

  Classement masculin       Classement féminin    
1 Johannes Thingnes BØ nor.png.0caf7ec7e3eaf40844f659ff94a23612.png 913 pts       Dorothea WIERER ita.png.69b1dd4bad36874ea4351822fcff7310.png 793 pts
2 Martin FOURCADE fra.png.6033c915164f6e8c105cae32b026840c.png 911 pts   Tiril ECKHOFF nor.png.0caf7ec7e3eaf40844f659ff94a23612.png 786 pts
3 Quentin FILLON MAILLET fra.png.6033c915164f6e8c105cae32b026840c.png 843 pts   Denise HERRMANN ger.png.22f48d5e14251897c4027c1651727c32.png 745 pts
4 Tarjei BØ nor.png.0caf7ec7e3eaf40844f659ff94a23612.png 740 pts   Hanna ÖBERG swe.png.9fa172a68f6ba33bfc009e976a8833f5.png 741 pts
5 Émilien JACQUELIN fra.png.6033c915164f6e8c105cae32b026840c.png 726 pts   Marte Olsbu RØISELAND nor.png.0caf7ec7e3eaf40844f659ff94a23612.png 597 pts
6 Simon DESTHIEUX fra.png.6033c915164f6e8c105cae32b026840c.png 672 pts   Franziska PREUSS ger.png.22f48d5e14251897c4027c1651727c32.png 573 pts
7 Aleksandr LOGINOV rus.png.6b9bfde2217c2bd997244fcabdb4b7db.png 629 pts   Ingrid Landmark TANDREVOLD nor.png.0caf7ec7e3eaf40844f659ff94a23612.png 554 pts
8 Benedikt DOLL ger.png.22f48d5e14251897c4027c1651727c32.png

613 pts

  Julia SIMON fra.png.6033c915164f6e8c105cae32b026840c.png 551 pts
9 Johannes DALE nor.png.0caf7ec7e3eaf40844f659ff94a23612.png 576 pts   Justine BRAISAZ fra.png.6033c915164f6e8c105cae32b026840c.png 547 pts
10 Vetle Sjåstad CHRISTIANSEN nor.png.0caf7ec7e3eaf40844f659ff94a23612.png 566 pts   Lisa VITTOZZI ita.png.69b1dd4bad36874ea4351822fcff7310.png 528 pts
11 Arnd PEIFFER ger.png.22f48d5e14251897c4027c1651727c32.png 540 pts   Kaisa MÄKÄRÄINEN fin.png.55ed6553a7750d17e20ab813ae52ae6a.png 506 pts
12 Erlend BJØNTEGAARD nor.png.0caf7ec7e3eaf40844f659ff94a23612.png 495 pts   Monica HOJNISZ-STAREGA pol.png.dcce8d8fad2ece5d8e37c608d0f82d64.png 500 pts
13 Johannes KÜHN ger.png.22f48d5e14251897c4027c1651727c32.png 474 pts   Paulína FIALKOVÁ svk.png.d8f47c6415bbe4698918dd93aaddf00a.png 489 pts
14 Jakov FAK slo.png.3579db6f0c4c2ab58d2853293310f8ad.png 467 pts   Markéta DAVIDOVÁ cze.png.33f0e5bd5f515a50c4c3cc9c53327521.png 478 pts
15 Matvey ELISEEV rus.png.6b9bfde2217c2bd997244fcabdb4b7db.png 422 pts   Anaïs BESCOND fra.png.6033c915164f6e8c105cae32b026840c.png 450 pts

 

 

Petits globes de l'individuel : Martin Fourcade | Hanna Öberg.

Petits globes du sprint : Martin Fourcade | Denise Herrmann.

Petits globes de la poursuite : Émilien Jacquelin | Tiril Eckhoff.

Petits globes de la mass-start : Johannes Thingnes Bø | Dorothea Wierer.

Petits globes du relais : Norvège | Norvège.

Petit globe du relais mixte : Norvège.

Coupes des Nations : Norvège | Norvège.

 

Champions du Monde de l'individuel Martin Fourcade | Dorothea Wierer.

Champions du Monde du sprint : Aleksandr Loginov | Marte Olsbu Røiseland.

Champions du Monde de la poursuite : Émilien Jacquelin | Dorothea Wierer.

Champions du Monde de la mass-start : Johannes Thingnes Bø | Marte Olsbu Røiseland.

Champions du Monde du relais : France | Norvège.

Champions du Monde du relais mixte : Norvège.

Champions du Monde du relais mixte simple : Norvège.

 

 

minjpg.png.c401bbef6c127669a0a08698a44ad745.png min75.png.f84ce0cfc6b83639fe38d972c18f09f8.png
Résumé de la saison hommes Résumé de la saison femmes
 
 
Évidemment, je m'en excuse d'avance, mais je vais encore et toujours commencer et consacrer une large partie de mon pavé à Dorothea Wierer.
 
Parce que je pensais avoir vu sa meilleure saison, parce que je pensais qu'elle avait atteint le summum de sa forme l'année dernière... Mais en fait, je me demande si ce n'est pas plutôt cette saison. Elle a réussi à conserver sa grande forme d'une année sur l'autre et cette année, elle a encore brillé et s'est encore surpassée dans les plus grands moments, avec une concurrence plus féroce (dans le sens où Lisa Vittozzi avait le même profil qu'elle - régularité, excellent tir et bonne forme à skis - alors que Tiril Eckhoff, c'est l'inverse, une irrégularité qui fait qu'elle peut faire dix erreurs au tir puis un quasi-sans-faute la course d'après, tout en étant systématiquement dans les tous meilleurs temps de ski... un profil difficile à appréhender qui fait que Doro n'a pas toujours eu les cartes en main), moins de courses pour défendre son titre (avec la dernière étape annulée, mais après, on ne saura jamais si elle aurait accentué son avance ou perdu le dossard jaune), plus de pression du fait des Championnats du Monde chez elle, toujours plus de points perdus à cause de cette règle mitigée des deux moins bons résultats retirés (35 points perdus - comme l'année dernière, ce qui prouve une énième fois sa constance monstre, constance que l'on sanctionne... 7 pour Tandrevold, 6 pour Simon, 4 pour Braisaz, et ce sont les quatre seules à avoir perdu des points), un mal de dos durant deux ou trois étapes (il me semble qu'elle n'avait pas eu de problème similaire l'année dernière), etc.
 
Malgré ces difficultés supplémentaires, cette tension dingue, le suspense à son paroxysme, elle a réalisé des exploits, des miracles, des records :
  • Meilleure saison de sa carrière en termes de victoires : 4, dont la première course de la saison histoire de récupérer le dossard jaune direct et de montrer qui est la patronne, qui commence toujours les saisons de manière tonitruante. 8) Cela fait deux ans qu'elle gagne en partie parce qu'elle accumule énormément de points durant le premier tiers de la saison. Ses adversaires devraient en prendre de la graine au lieu, parfois, de commencer la saison au bout de deux ou trois courses (et à ce niveau, c'est fatal, le moindre point compte).
  • Des Championnats du Monde à domicile de FOLIE ! J'étais en transe du début à la fin. Alors qu'elle a enfin gagné sa première médaille d'or mondiale ainsi que sa première course à domicile l'année passée, alors qu'elle a la pression du fait d'être la star la plus attendue dans son stade, alors qu'elle a perdu le dossard jaune il y a quatre courses, récupéré par une Tiril Eckhoff en mission, alors qu'elle a eu du mal à boucler le second tiers de la saison, elle aurait pu passer complètement au travers. Elle aurait pu craquer. Mais non. Au lieu de ça, elle sort les Championnats du Monde de sa vie, en gagnant la poursuite en mode démonstration (ce duel avec Røiseland 8)), l'individuel dans la foulée en mode tripes (ce dernier tour 8)), et elle est à deux doigts de conserver son titre sur la mass-start, si seulement une Røiseland en furie n'avait pas fait une remontée fantastique. Une deuxième médaille d'argent également sur le relais mixte en ouverture de l'étape, comme pour finalement montrer à son public qu'elle était bien là. Elle fait donc des Championnats du Monde encore plus grands que l'année dernière, chez elle, la portant à trois médailles d'or mondiales individuelles. Même des Domracheva, Mäkäräinen, Kuzmina ou encore Koukalová, pour citer les meilleures biathlètes (à la retraite) de ces dernières années, n'en ont pas autant. Inutile de dire que, vu qu'elle était la première italienne à la fois à gagner sur ses terres la saison dernière et à devenir Championne du Monde, elle est la première italienne à devenir Championne du Monde à domicile. Elle est même la première biathlète à gagner la poursuite des Championnats du Monde chez elle. Je ne suis que joie. Ce furent vraiment dix jours sur un nuage dont j'ai du mal à me remettre. Le bonus, avec ses Championnats du Monde couplés à ceux complètement foirés d'Eckhoff, elle récupère le dossard jaune (dès la première course) et termine avec plus de 100 points d'avance. Autant dire que c'est grâce à ce sursaut, cette réaction de grande championne qu'elle conserve à la fin de la saison, de peu, le gros globe de cristal.
  • Une dernière course irréelle. Je récapitule : Wierer fait un sprint moyen, terminant 19ème, alors que Eckhoff en fait un beau, se plaçant 3ème. À l'issue de cette course, Wierer n'a plus que huit points d'avance sur Eckhoff. Problème : la dernière course est une poursuite, qui se base donc sur les résultats du sprint. Plus que 16 places de retard, Doro a surtout 47 secondes de retour sur Tiril. Le déroulement de la course est fou. D'abord, sur les deux premiers tirs, Wierer arrive à se rapprocher d'Eckhoff. Puis, le troisième tir est une catastrophe pour l'italienne : deux fautes et un sans-faute pour la norvégienne, lui donnant une bonne avance. Enfin, vient le quatrième tir... et c'est la déchéance pour Eckhoff qui fait trois fautes, contre une seule pour Wierer. Les deux biathlètes finissent la course ensembles, et Wierer parvient à s'accrocher aux skies d'Eckhoff pour passer la ligne d'arrivée quasiment en même temps. C'était la course dans la course (puisqu'elles n'ont fini que 10ème et 11ème) et c'était d'un stressant... Mais Wierer a encore sorti une course surnaturelle. Même si c'était Eckhoff qui avait les cartes en main à la base, l'italienne a fait l'une des courses de sa vie. Elle a même réussi à faire un meilleur temps de ski que la norvégienne. Seules Mäkäräinen et Hermann ont fait mieux qu'elle. Elle termine dans la même seconde qu'Eckhoff malgré les 47 secondes de retard au départ et seulement une erreur de moins au tir (qui correspond environ à 25 secondes de perdues sur le tour de pénalité). Incroyable ! Le mental de cette femme me fait peur et me fascine. Surtout avec ce qu'elle devait avoir en tête à ce moment, son pays étant en quarantaine complète. La joie et l'espoir qu'elle donne à son pays en ces temps sombres... C'est beau.
  • Au final, c'est un deuxième gros globe de cristal consécutif, performance qui n'était plus arrivée depuis... 18 ans avec Forsberg. Seules trois biathlètes font mieux dans l'Histoire, et deux autres aussi bien, en termes de gros globes. Je suis aux anges. :x Que j'aime ce sport. 8)

Bref. Une saison dingue. Deux ans sur le toit du monde pour celle qui avait trusté le top 5 les trois saisons d'avant. Des Championnats du Monde exceptionnels, rendez-vous qu'elle devait attendre depuis des années, au moins cinq ou six ans, depuis qu'elle a éclos au plus haut niveau après les Jeux Olympiques de Sotchi en 2014.
 
Doro. :x
 
Depuis son premier gros globe l'année passée, elle répète souvent que les Championnats du Monde d'Antholz seraient peut-être le meilleur moyen de terminer sa carrière, et maintenant qu'elle y a été couronnée de succès, j'ai encore plus peur d'apprendre d'ici quelques semaines l'annonce de sa retraite, mais une chose me donne espoir : elle a aussi re-gagné le gros globe (encore plus compliqué à aller chercher), et elle a dit en interview que c'était difficile d'arrêter quand la motivation et la gloire sont là. C'est vrai qu'elle doit se dire qu'elle est dans la meilleure forme de sa vie, pourquoi arrêter ? D'un autre côté, partir aussi haut, ce sera rageant sur le moment pour ses fans, mais que ce serait beau et fort avec du recul. 8) Elle partirait au sommet et pourrait dire que personne n'a été capable de la détrôner, et il en serait ainsi de manière éternelle. 8) Mais bon, je l'ai découverte trop "récemment", et même si elle m'a plus que comblé, j'ai envie de la voir encore quelques années... Elle n'a que 29 ans au moment où j'écris ces lignes, 30 ans dans deux semaines. L'idéal serait qu'elle tienne jusqu'aux J.O. de Pékin de 2022 car c'est le seul titre qui manque à son palmarès (même si elle a deux bronzes olympiques). Mais elle doit être à bout, cela fait six ans qu'elle est complètement à fond, avec sa régularité hallucinante, sans compter le fait qu'elle est de loin la biathlète actuelle la plus populaire (et donc des sollicitations dans tous les sens, etc.) et qu'elle ne se prive pas de vivre. Son rythme de vie doit être tellement épuisant (plus que la majorité des biathlètes (voire toutes) je pense), je ne sais pas comment elle fait, je l'admire. Enfin bon, c'est une décision qui n'appartient qu'à elle. Elle seule peut comprendre ses sensations et sa condition. Vivement une réponse claire car le plus dur est d'être dans l'ignorance, en fait.
 
Bon allez, assez de réflexion et de torture psychologique sur la championne de mon cœur, je vais quand même essayer de dire quelques mots sur les autres, en vrac, si j'ai encore des formulations qui me viennent.

Martin Fourcade bien sûr. L'annonce de sa retraire est un choc pour tout le monde, même si c'est une chose que l'on avait forcément en tête depuis la saison dernière. Et que dire de plus que tout ce que tout le monde a dit... Il part sur une victoire de haut vol, une course dans laquelle il a encore démontré le grand biathlète et le grand homme qu'il était. Une course où il a obligé Johannes à aller chercher sa victoire. Il termine à deux points du gros globe, mais il part au sommet. Une victoire de grande classe, avec en plus Fillon Maillet et Jacquelin pour compléter le podium. Comment mieux partir ? L'émotion à la fin était forte, même moi avait les larmes aux yeux. Le moment où tous les biathlètes le saluent à l'arrivée... Merci Champion, tu es et resteras le meilleur pendant encore longtemps.
 
Cette course était d'ailleurs à l'image de la saison des bleus : une saison solaire. Fourcade qui rafle tout quand Bø n'était pas là (tellement que l'on se demande s'il n'aurait pas gagné même avec le norvégien), Jacquelin qui se révèle complètement avec notamment cette superbe première victoire de sa carrière au mental face à Bø sur la poursuite des Championnats du Monde, rien que ça (l'aidant à s'octroyer le petit globe de la même discipline), Fillon Maillet qui ne cesse de s'affirmer comme nouveau leader (même place, même nombre de points mais avec quatre courses de moins que la saison précédente). Dommage pour Desthieux qui n'a pas tenu le cap comme l'année dernière et qui n'a toujours pas de victoire, mais il est tout de même 6ème au général, ce qui reste une belle saison. Le top 4 sur la deuxième course de la saison et le top 3 sur la dernière reflètent parfaitement la domination des bleus : quatre français dans le top 6 du classement général, 32 podiums en 21 courses, une seule course sans podium (la première), le relais des Championnats du Monde, trois petits globes... C'était vraiment magistral. Il ne manque que le gros globe, pour deux points... Mais cela n'enlève rien à la performance. Et Johannes mérite tout de même son gros globe, chapeau à lui en ayant été absent durant quatre courses.

Chez les françaises, c'est quand même beaucoup mieux que l'année dernière, même si l'on attend encore plus. Trois françaises dans le top 15, dont deux dans le top 10. Une victoire de Justine Braisaz ainsi que la première victoire en carrière pour Julia Simon. De beaux podiums pour ces deux-là ainsi que pour Anaïs Bescond. Malgré des Championnats du Monde complètement ratés, c'est de bonne augure pour la saison prochaine, notamment avec le retour d'Anaïs Chevalier. On espère que Justine Braisaz et Julia Simon, qui a véritablement éclos cette année, maintiendront le cap. On sait que la première a toujours des temps de ski remarquables et que la seconde peut compter sur sa régularité. Si elles s'améliorent au tir (surtout Braisaz), elles pourront encore grappiller quelques places et devenir dangereuses. J'ai hâte de voir si elles vont confirmer.

Pour finir sur les autres filles, vu que c'est la saison que je suis le plus. Tiril Eckhoff a enfin eu le déclic au tir ! Son enchaînement de quatre victoires était impressionnant, suivi de trois victoires sur le reste de la saison. Chapeau. Elle a toujours été ultra énervée sur les skis (tout le temps dans les trois meilleurs temps de ski, grosso modo), donc c'était sûr que si elle arrivait enfin à stabiliser son tir, elle deviendrait dangereuse pour le gros globe... Et elle l'a fait. Je suis content pour elle (je l'aime bien aussi 8)). Malheureusement pour elle et heureusement pour Wierer (et moi), ses démons l'ont rattrapée durant les Championnats du Monde (à tel point que j'ai eu peur que sa transcendance ne fût que passagère) et la dernière course. L'inconstance aura tout le temps raison des biathlètes. Mais maintenant qu'elle connaît son niveau, il faut qu'elle persévère. Elle était à deux doigts du gros globe et clairement, si elle continue, elle peut le gagner à tout moment. C'est fou cet espèce de franchissement de palier soudain, quasi divin, alors qu'elle fait du biathlon depuis plus de dix ans. Ça arrive des fois, et c'était le cas pour elle cette année.

Hanna Öberg continue son ascension vers le sommet, en récoltant un deuxième petit globe, en gagnant encore une place par rapport à la saison dernière et en se rapprochant de la première place en termes de points. Son futur gros globe n'est plus très loin. Elle est la digne héritière de Doro au niveau de la régularité, en plus précoce peut-être. Là aussi, je suis très heureux car je l'aime beaucoup. 8) Denise Herrmann assure sa reconversion un peu mieux chaque année, à tel point que l'on se demande si elle ne peut pas jouer le classement général, elle aussi. Comme Eckhoff, si elle fait des performances régulières au tir, elle sera très menaçante... Le petit globe du sprint et le podium au général en attestent. Concernant Røiseland, est-ce que c'est l'endurance qui paie ? Elle tire bien depuis l'année dernière et a toujours des temps de ski incroyables, mais elle a raté l'étape d'Annecy et les deux dernières. Elle a bien fait pour la première vu qu'elle a fait une razzia aux Championnats du Monde (sept courses, sept médailles) et qu'elle avait dit que c'était la raison de son impasse, mais je me pose des questions... Affaire à suivre. Une autre concurrente au gros globe si elle fait une saison pleine.
 
Du côté des déceptions, Vittozzi et Fialková, deux garantes de la nouvelle génération, n'ont pas été à leur niveau de l'année dernière, en particulier l'italienne, mais elles sont quand même là (un podium chacune et une place dans le top 15). Nul doute qu'elles vont apprendre de leurs erreurs et revenir plus fortes l'année prochaine. Tandrevold et Davidová peinent à éclore mais elles sont encore très jeunes. J'exagère, la première termine à une belle 7ème place (et porte même le dossard jaune durant une course) et la seconde a gagné sept places et refait trois podiums, tout en étant de toutes façons la plus jeune des plus prometteuses. Malgré la retraite de grandes qui tombe chaque année et l'âge avancé de certaines stars, le biathlon féminin a d'excellentes années devant lui, et le mieux, c'est que j'aime bien toutes les "nouvelles" têtes. 8) Je vais avoir du mal à choisir ma chouchoute une fois que Wierer sera partie. 8) :'(

Je finis avec Mäkäräinen qui prend sa retraite après une superbe longévité. Elle parvient une dernière fois à gagner une course et manque d'accrocher le podium sur sa dernière course, à domicile. Trois gros globes, on le rappelle. Respect et bon vent Championne !

Une chose est sûre : c'est toujours aussi serré chez les filles à mon plus grand plaisir, surtout quand Wierer en ressort vainqueur. 8)

Avec tous ces exploits sportifs, toutes ces émotions, on ne peut qu'en redemander ! Cela fait toujours bizarre de se dire qu'il faut attendre huit mois avant le retour du biathlon, mais bon... Cette année, une pause ne faisait peut-être pas de mal avec ce qu'il se passe. Les courses à huit-clos, c'est quand même particulier. Heureusement que l'enjeu et l'intensité étaient bien présents pour donner de la folie aux courses.

À dans huit mois !

Et vive Doro.
Edited by Doro
  • Thanks 1
  • Thumb 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Joyeux anniversaire Dorothea Wierer ! :x

 

30 ans !

 

minWierer140320cm107.png.a61446cd73fe37cfb863af8b4a7d69e4.png

 

Pour ceux que cela intéresse, j'ai rajouté dans mon post ci-dessus les highlights de la saison 2019-2020 (lien sous les images des vainqueurs), comme l'année dernière.

 

En bonus :

Merci l'IBU. :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...