Jump to content

Bienvenue sur les Forums Mangas France.

Lors de votre inscription, merci de vérifier vos SPAMS. Le mail de confirmation y va à quasiment à chaque fois.

 

Pour lire vos mangas préférés, une seule adresse :

SCANTRAD FRANCE

Bon surf sur nos forums !

Sashadu73

Naruto est un messie ? Interprétation du manga

Recommended Posts

Cela fait quelques temps que j'élabore une interprétation du manga Naruto en me basant entre autres sur ce que je sais de la Bible. J'aimerais donc préciser tout d'abord que cette interprétation n'est pas une tentative de convaincre quiconque de rejoindre une religion quelle qu'elle soit. Il s'agit seulement de faire découvrir une vision du manga que j'ai pour l'instant peu vue, voire pas du tout, sur le net. J'espère juste que cette interprétation fera réfléchir, et créera une discussion intéressante. Merci de votre lecture.

 

Je tiens à préciser que les liens youtube que j'utilise à titre d'exemple mènent à des extraits de Naruto en japonais sous-titré anglais. (Je n'ai pas trouvé de version sous-titré français).

 

Lmanga Naruto est un grand manga, et ce pour plusieurs raisons. La qualité de l’histoire, le développement des personnages, les thèmes abordés comme la solitude, l’acceptation des autres, la guerre, la paix…

Nous ne reviendrons pas sur ce qui a contribué au succès de ce manga. Ici, nous nous efforcerons au contraire de développer une certaine interprétation que l’on peut qualifier de mystique.

Cette interprétation essayera entre autre de répondre aux critiques de certains fans concernant le traitement de certains personnages (Sasuke et Naruto), ainsi que le traitement de certains arcs narratifs et leur résolution.

 

Pour commencer, et afin de mieux clarifier ce que nous appelons une interprétation mystique, nous allons faire la différence entre pensée mystique, et pensée rationnelle.

Qu’est-ce que la pensée rationnelle ? Il s’agit de la façon de penser la plus mise en valeur par la société, et que nous appliquons dans notre vie de tous les jours. Il s’agit de percevoir la vie, de réfléchir, et d’agir selon la logique imposée par les faits matériels. Typiquement, pour qu’une chose soit valable, il faut la prouver, et avoir des arguments recevables s’appuyant sur des faits concrets. La pierre peut construire un mur, car elle est solide et imperméable. C’est du concret. Nous pouvons tous voir la pierre constituant le mur.

À l’opposé, nous avons la pensée mystique. Il s’agit de la façon de penser se basant sur des théories abstraites, religieuses, soumises à la foi et à la sensibilité des personnes. La pensée mystique a une logique qui lui est propre, qui se passe de preuves concrètes pour se justifier. Jésus Christ est le Messie rédempteur de l’humanité. Il a sauvé le monde entier de par sa crucifixion. Comment il a fait pour nous sauver tous par l’acte physique de sa mort, aucune preuve tangible ne peut nous l’expliquer. Cependant, si l’on se base sur la lecture de la Bible comme étant un ensemble de prophéties annonçant la venue du Messie, alors tout commence à prendre un aspect plus concret. Le contexte religieux commence à donner de l’épaisseur à cet acte rédempteur. Tout s’explique si l’on se base sur l’existence réelle de Dieu, ou d’une divinité, ou d’une Présence intangible, invisible.

Il est intéressant de voir que la pensée rationnelle demande des preuves, tandis que la pensée mystique se base sur un contexte religieux et intangible qui permet d’appuyer son existence. Car ces deux pensées, nous le verrons, s’opposent constamment tout au long de l’histoire de notre manga.

 

Ainsi, nous avons la prétention de penser que Naruto est un manga qu’il faut lire en ayant recours à la pensée mystique, plutôt qu’à la pensée rationnelle.

Pourquoi ? Et bien l’exemple le plus flagrant que Naruto est une histoire mystique se trouve probablement dans la façon dont Nagato Pain a été neutralisé par Naruto.

Pain, convaincu de détenir la bonne solution pour parvenir à la paix, demandealors à Naruto comment il comptes’y prendre pour pacifier le monde des ninjas sans avoir recours à la force. Tous les lecteurs percevant le manga sous un angle rationnel s’attendaient donc à ce que Naruto doive convaincre Pain par des arguments logiques s’il veutl’arrêter. Problème : tout le monde voyait bien que Naruto n’a pas le moindre début de réponse solide à apporter à son adversaire. Et pourtant, notre jeune ninja le persuade« comme par magie » de s’arrêter en utilisant un simple livre dont le personnage s’appelle Naruto. Les critiques ont fusé, en assimilant ce moyen de persuasion à un simple « c’est pas gentil d’être méchant ».

D’un point de vue rationnel, certes, cela est ainsi. Naruto n’avance aucun argument concret pour apporter la paix. Par conséquent, il s’agit d’une facilité de scénario utilisée par Kishimoto qui n’avait aucune idée pour aboutir à un dénouement censé.

Tout prend sens cela dit si l’on a recours au point de vue mystique. Nous avançons donc l’idée comme quoi Kishimoto, au contraire, savait parfaitement ce qu’il faisait et où il allait avec l’ensemble de son histoire. 

Nous en viendrons à expliquer plus loin comment Naruto a réellement stoppé Pain sans avoir recours au « c’est pas gentil d’être méchant ».

 

Commençons notre début d’explication par une simple question. Qui est le personnage de Naruto ?

Naruto est le personnage principal de l’histoire. C’est au départ un très jeune adolescent orphelin, en mal de reconnaissance, seul et rejeté par le village où il a grandi. Réceptacle de Kyûbi, le démon renard à neuf queues, il est en effet craint et mal vu par l’ensemble de la communauté. C’est par des efforts continus qu’il va progressivement s’imposer aux yeux de ses concitoyens, au point de se faire accepter comme Hokage, le chef du village ninja à la toute fin du manga.

D’un point de vue rationnel, nous pouvons résumer le personnage de Naruto par ces quelques lignes.

D’un point de vue mystique en revanche, cette description ne fournit que le cadre extérieur du personnage. Du point de vue mystique, Naruto est bien plus que cela. Naruto dans la pensée mystique est unMessie, dans le sens où il vient sauver les gens au niveauindividuel, comme le monde au niveau global, en leur apportant la paix. L’ensemble du manga est basé sur le caractère messianique du personnage de Naruto. Notre jeune ninja était destiné depuis le début à sauver le monde.

Voici quelques éléments de comparaison avec ce que la Bible nous apprend sur le Christqui démontrent que Naruto est bien une figure du Messie.

Tout d’abord, il commence sa vie en étant mal aimé et rejeté de tous. On se moque de lui et on le méprise. Or, Jésus est né dans un trou paumé nommé Bethléem. Il n’avait aucun lien familial directavec les grands rabbins du temple de Jérusalem. Il est littéralement sorti de nul part, sans aucune recommandation particulière de la part d’une autorité respectée. Si bien qu’il était très facile de mépriser un tel homme pour ceux qui détenaient le pouvoir. Jésus était méprisé et moqué, rejeté, par les gens de son temps.

Deuxièmement, la venue de Naruto était prophétisée depuis très longtemps. Il nous est dit que son parrain et maître, Jiraya, avait reçu laprophétie(au moins 40 ans à l’avance, comme par hasard) comme quoi il serait l’enseignant de « l’enfant de la prophétie ». Or, tout l’Ancien Testament n’est qu’une longue prophétie annonçant la venue du Christ.

Troisièmement, Naruto sauve le monde en lui apportant la paix, tout comme Jésus sauve le monde en lui apportant le pardon.

Et c’est bien l’action de sauver le monde qui sous-tend l’ensemble du manga Naruto. Au-delà du but du personnage qui est de devenir Hokage, de par sa vie et ses actes, Naruto a plus d’une fois sauvé les gens qu’il rencontre, amis comme ennemis, ainsi que son entourage propre.

Le premier des personnages qu’il sauve est le personnage de Momochi Zabuza. Ce personnage au départ froid, impitoyable et complètement insensible, se transforme subitement sous l’influence de Naruto. Son cœur de pierre se brise, et il redevient un être humain sensible ; il se met à pleurer la mort de son compagnon et « frère », Haku. Par ce simple retournement, Zabuza est sauvé. Il échappe à l’enfer de l’insensibilité et de la guerre en retrouvant ses émotions. Il revient à l’amour en admettant qu’il aime Haku.

Certes, Naruto n’a eu qu’à lui crier son incompréhension devant son attitude insensible. Il n’a pas eu à le persuader longtemps. Mais il faut dire que le personnage de Zabuza était suffisamment bien développé pour que le lecteur voie qu’il n’était pas si loin de ses propres émotions. Quoi qu’il en soit, c’est bien par l’intervention directe de Naruto, même minime, que Zabuza est revenu de son enfer personnel.

Le deuxième personnage qu’il sauve est Hyûga Neji. Ce dernier, enfermé dans sa propre conception du destin auquel il croit dur comme fer au point de percevoir l’enfer absolument partout, est sauvé par Naruto lors de leur combat en face à face. Naruto lui prouve alors en le battant que même si les circonstances de base sont mauvaises, par la volonté de se battre, rien n’est joué d’avance. Sauvé de sa mauvaise conception du destin, le cœur de Neji s’allège, et il retrouve la paix de l’esprit.

Le troisième personnage à être sauvé, est celui de Gaara. Enfermé dans sa prison de solitude et de haine, croyant que cela est sa force, Naruto lui démontre la force de l’amour partagé avec autrui, en le battant. Sous la force de la révélation, Gaara change du tout au tout : il cesse d’être un danger pour ses proches, et commence à chercher à nouer des liens avec sa famille et son village.

Le quatrième personnage est celui de Hyûga Hinata. Timide, timorée et ayant peu de confiance en elle, Hinata est sauvé par Naruto sur le long terme, par l’exemple même de sa vie que Hinata a sous les yeux tous les jours. C’est en s’inspirant de Naruto qu’elle parvient à se sauver. Ici, le rôle de Naruto est certes indirect, mais il reste décisif.

Il est à noter que pour ces quatre personnages, la façon dont Naruto les sauve est encore logique d’un point de vue rationnel. Neji et Gaara sont battus, et cette défaite est la preuve concrète qu’ils avaient tort. Zabuza était déjà proche de libérer ses émotions, si bien que Naruto n’a eu qu’à l’interpeller, ce qui est encore concevable. Quant à Hinata, son admiration, puis son amour pour Naruto expliquent le changement qu’elle traverse progressivement.

En réalité, il existe un nombre incalculable de personnages que Naruto sauve tout au long de cette série. Ce que nous aimerions montrer du doigt cependant, c’est que la façon de sauver les gens par Naruto avant le tome 28 du manga reste très rationnelle.

Tout change cependant dans la seconde partie du manga, à partir du tome 28. Lorsque Narutoentre dans la partie « shippûden » de son histoire, où la dimension purement messianique de Naruto se fait clairement jour.

 

Tout commence en réalité un peu avant le début de shippûden. La défection de Sasuke est ce qui amorce véritablement la pure dimension mystique de l’aspect messianique chez Naruto. En effet, il est impossible pour Naruto de convaincre Sasuke de renoncer à sa haine et à son désir de puissance par une quelconque preuve physique, en le battant par exemple. En supposant que Naruto arrive à battre Sasuke avant qu’il ne rejoigne Orochimaru, cela ne créerait probablement que d’avantage d’amertume et de désir de puissance chez Sasuke. Car Sasuke est un personnage qui croit en la haine et en la solitude comme facteurs de force. Conjugué à sa rivalité avec Naruto, si ce dernier en venait à le vaincre, il n’aboutirait qu’à la conclusion que Naruto est plus fort que lui, car la haine que Sasuke porte en lui n’est pas assez grande.

Il est impossible pour Naruto au stade d’avant shippûden de faire revenir Sasuke à Konoha. Il faut alors que le personnage évolue du Messie rationnel au Messie mystique.

Et c’est ce qui se passe en passant dans la partie shippûden. Au-delà d’une évolution physique du personnage (prise d’âge, entraînement), c’est surtout son évolution spirituelle (maturité, reprise du flambeau de Jiraya et confrontation au problème posé par Pain) qui lui permet désormais de sauver les individus ainsi que le monde en leur apportant la paix.

 

Nous en venons donc à la façon dont Naruto a neutralisé Pain.

La raison pour laquelle l’auteur n’a pas eu recours à un simple « c’est pas gentil d’être méchant » est qu’il a pris soin en préparation de ce moment décisif de développer l’arrière-plan historique du monde dans lequel Naruto évolue. On apprend donc, peu avant sa confrontation avec Pain, que Naruto n’est pas un personnage isolé de l’histoire du monde dans lequel il évolue. Il est le produit d’une quête millénaire de la paix mondiale menée par ses prédécesseurs. Cette volonté de paix pour le monde a été transmise jusqu’à lui par le biais de ses enseignants : Jiraya, mais aussi son père le quatrième Hokage, qui la tenaient de leurs maîtres avant eux. Il s’agit d’une véritable lignée de transmission entre enseignants et disciples, agrémentée d’une prophétie qui annonce la venue d’un sauveur.

Tout ceci ne serait pas complet pour comprendre la défaite de Pain sans le fait que Nagato Pain lui-même fait partie de cette lignée de transmission. Disciple de Jiraya, il a lui aussi reçu de son maître la volonté de trouver un moyen d’instaurer la paix sur Terre. Mais quelque chose lui est arrivé. Au départ empli de foi et d’espoir en la destinée humaine de trouver la paix, la mort tragique de Yahiko son ami le plus cher à son coeur le fait basculer dans la pensée rationnelle. Sous l’emprise du désespoir, Nagato Pain n’abandonne pas son idéal de paix mondiale. Il change simplement sa façon d’y parvenir. Il abandonne la foi et l’espoir, pour se tourner vers les moyens logiques, concrets et matériels : la force brute. Au lieu de croire en la paix comme s’imposant naturellement aux hommes, il bascule dans le rejet de cet espoir, et se décide à imposer par la force la paix à tous et à toutes.

L’événement de la mort de Yahiko est ce qui fait basculer Nagato Pain de la pensée mystique à la pensée rationnelle.

Or Naruto, pétri de la volonté de paix de ses maîtres, et qui plus est ayant la foi, s’oppose radicalement à ce Pain rationnel. La question que ce dernier lui pose est d’ailleurs celle d’un être rationnel : il lui demande par quel moyen il va instaurer la paix. Mais Naruto n’a aucune réponse. Il sait juste qu’il a la foi et que la façon de faire de Nagato Pain est mauvaise, car imposer la paix par la force n’est pas la paix.

Ainsi, Naruto n’a pas le choix. S’il veut stopper Nagato Pain, il doit le refaire basculer de la pensée rationnelle vers la pensée mystique. Plus précisément, Naruto doit faire se souvenir Pain de sa foi avant que Yahiko ne meure. 

Comment Naruto a stoppé Pain est simple : il l’a remis en contact avec la foi née de la pensée mystique. Car la foi venue de la pensée mystique n’a aucun lien avec le monde matériel. Ou plutôt, elle s’en rit. Peu importe la situation sur la Terre, la foi mystique transcende les limitations de la réalité. Car elle repose sur l’existence d’un ordre invisible, intangible et immuable, poussant naturellement les hommes à faire la paix. Elle repose sur quelque chose de l’ordre du divin.

En lui montrant le personnage de Naruto dans le premier roman de Jiraya, notre Naruto met en lumière la qualité de persévérance entêtée qu’il possède. Peu importe le monde entier, Naruto ne s’arrêtera jamais de trouver le moyen de répandre la véritable paix sur Terre. Ce rappel de Naruto a pour effet de sauver Nagato Pain qui se rappelle la foi qu’il avait plus jeune. Sentant alors la paix intérieure que cela lui procure, Pain revient à la pensée mystique, il réalise son erreur, et décide de s’effacer en ressuscitant les morts causés par son attaque sur Konoha.

 

https://www.youtube.com/watch?v=kT_0UwChAfM

 

Pain est ainsi le premier personnage à être sauvé mystiquement par Naruto. C’est à ce moment de l’histoire que notre jeune ninja se révèle véritablement comme un personnage messianique. Il sauve déjà à ce stade de l’histoire les personnes de leur propre enfer, aussi bien par une démonstration concrète (Zabuza, Neji, Gaara) que par le moyen de sa propre foi mystique née du contexte historique dans lequel Naruto s’inscrit (Pain).

Pain n’est donc pas convaincu par un « c’est pas gentil d’être méchant » de la part de Naruto. Il est en revanche persuadé par la foi du jeune ninja.

 

Le ton est donné pour le reste de l’histoire. La foi prime sur les arguments logiques. À partir de ce moment d’ailleurs, tous les ennemis majeurs auxquels Naruto fait face croient en la pensée rationnelle engendrée par le désespoir. Obito est bien entendu la figure majeure de ce que nous avançons ici. Il est à ce sujet exactement comme Nagato Pain. Tout d’abord empli de foi et d’espoir, la mort tragique de Rin le plonge dans le désespoir, et il rejoint Madara qui prône une solution concrète rationnelle : imposer la paix par la force en utilisant une illusion globale. Obito est neutralisé de la même manière que Pain. Naruto lui rappelle qui il était avant de sombrer. Ce rappel exerce un électrochoc qui le fait rebasculer dans la pensée mystique. Il retrouve la foi, et change de camp.

Tout dans Narutoest basé sur la nécessité de la foi totalement déconnectée des dures réalités de la vie des ninja. Même si son camarade meurt, le ninja doit continuer à avoir la foi, car le ninja est « celui qui sait endurer et résister ». À ce compte, tous les croyants sont des ninjas !

Naruto est donc le Messie qui incarne la foi transcendantale non seulement dans ses paroles, mais aussi et surtout dans ses actes. Ce sont par ailleurs ces derniers qui permettent aux gens autour de lui de se sauver. Plus d’une fois, Kakashi est pris par le doute et le mépris de lui-même. Et plus d’une fois, c’est la présence de Naruto qui lui permet de tenir bon et de continuer à se battre.


 

Venons-en à présent au second personnage principal de ce manga, véritable pendant de Naruto, Sasuke.

Ce personnage a laissé dubitatif sur le long terme à cause de l’apparente incohérence de ses choix vers la fin de l’histoire. 

Mais qui est Sasuke ? Présenté au départ comme le rival de Naruto, Sasuke est un jeune adolescent au comportement diamétralement opposé à celui de Naruto. Là où Naruto est expansif, Sasuke est renfermé. Là où Naruto parle, Sasuke se tait. Là où Naruto est blanc, Sasuke est noir. Obsédé par le meurtre de toute sa famille par son frère aîné Itachi, Sasuke ne rêve que de vengeance. Il cherche le pouvoir afin de tuer son frère, véritable génie ninja à la puissance démesurée.

Cette quête de pouvoir est ce qui guide véritablement Sasuke jusqu’à ce qu’il parvienne à tuer son frère, ce qui se produit finalement environ aux deux tiers de l’histoire. À partir de cet événement, Sasuke est en recherche. Il n’a plus de but véritable. Ayant toujours suivi la haine, il est particulièrement vulnérable aux injonctions de celle-ci dans sa psyché. Il n’est donc pas étonnant qu’il suive sans trop réfléchir ce qu’elle lui dicte après avoir entendu la vérité sur son frère, et c’est bien d’ailleurs ce qu’escompte Obito lorsqu’il lui raconte toute l’histoire d’Itachi.

Voilà donc l’origine du choix de Sasuke. Il décide de suivre un temps les ordres de l’Akatsuki dans le but de se venger du village. Cependant, ceci n’est pas une décision mûrement réfléchie. C’est plutôt une décision prise par habitude, comme on l’a dit. Il suffit donc de peu pour que Sasuke revienne sur sa décision. Sa rencontre avec son frère rappelé d’entre les morts est en tout cas suffisant pour le faire réfléchir. Ce que lui dit alors Itachi est suffisant pour qu’il veuille véritablement connaître les raisons de son frère aîné qui l’ont poussé à préférer le village à sa famille. Il décide alors de poser des questions aux hokage des générations passées, et eux aussi rappelés d’entre les morts, sur la signification à donner au concept de « clan » et de « village ».

Cette décision de poser des questions est capitale dans le parcours de Sasuke. Pour la première fois, il refuse de se laisser influencer par le simple discours d’un autre. Il souhaite poser des questions. Il souhaite comprendre, et donc réfléchir par lui-même. Il temporise avant de prendre sa décision. Au lieu d’être poussé automatiquement par la haine, il souhaite faire usage de raison.

Au final, il décide de protéger le village après avoir écouté ce que lui a raconté Hashirama le premier hokage. C’est ici que Sasuke abandonne véritablement la haine. Il passe sur le massacre de tout son clan pour donner la priorité au village, car il comprend que la volonté des hokage n’a jamais été de brimer qui que ce soit, mais au contraire de favoriser la paix mondiale. Il se joint alors véritablement au but d’instaurer la paix que recherchent activement tant l’Akatsuki de Madara que Naruto et ses maîtres. Il est de plus conscient que le plan de l’Akatsuki est mauvais.`De fait, il rejoint donc Naruto et tout le village pour combattre Madara, et plus tard Kaguya.

Tout pourrait se terminer là. Sasuke pourrait sagement rentrer au village après la défaite de Kaguya. Seulement, les choses ne sont pas aussi simples, car il a bien annoncé à tous qu’il souhaitait devenir le prochain hokage.

Cette annonce, survenu il est vrai comme un cheveu sur la soupe, a poussé de nombreux fans à émettre de violentes critiques à l’égard de Kishimoto. Concrètement, on lui reprochait alors de s’être souvenu que Sasuke est sensé être le rival de Naruto, et d’avoir utilisé ce fait comme d’unraccourci de scénario pour se débarrasser d’un personnage qui devenait tellement complexe qu’il en devenait mal écrit. Mais il n’en est rien. Et l’annonce de Sasuke revendiquant la place du hokage est parfaitement censée et raccord avec tout le développement antérieur du personnage.

En effet, il est révélé plus tard que Sasuke n’accorde pas la même signification au rôle du hokage que Naruto. Là où Naruto y voit quelqu’un de reconnu et aimé de tout le village en plus d’être capable de le protéger au péril de sa vie, Sasuke y voit un homme qui, par esprit de sacrifice, est haï et rejeté de tout le village afin qu’il puisse mieux le protéger. Pour Sasuke, Itachi était le véritable hokage. Et la définition de Sasuke est parfaitement censée par rapport à son vécu et à ses expériences personnelles. Très attaché à son frère aîné, et donc grandement influencé par son exemple, il ne peut pas avoir à ce moment là la même vision de ce qu’est le hokage que Naruto.

Concrètement, après avoir battu Kaguya, Sasuke est convaincu que pour être hokage et servir les intérêts de tous, il doit trancher tous les liens d’amitié et d’amour qui l’unissent encore aux autres, afin de devenir véritablement seul, et pouvoir protéger le village. C’est pour cette seule et unique raison qu’il s’oppose une dernière fois à Naruto. Il veut alors le tuer afin de faire disparaître le dernier lien d’amitié qu’il lui reste, car Naruto est le seul à l’avoir toujours considéré comme un ami, et même un frère.

Sasuke est à ce moment là atteint de ce que nous appellerons la maladie du pécheur. Conscient de ses fautes passées, il souhaite déjà se racheter en s’imposant une vie dure et solitaire, privé de la reconnaissance des autres. Il a peut-être abandonné la haine des autres, mais il se hait lui-même pour ce qu’il est.

Sasuke est encore et toujours dans son enfer personnel où la haine le dévore, quand bien même ses motivations sont plus nobles qu’une simple quête de puissance.

Or, il a en face de lui Naruto, le Messie qui sauve les individus de leur enfer personnel. Et le dernier à être sauvé par le Messie dansNaruto, c’est bien Sasuke.

Au plus fort de sa haine envers lui-même, Sasuke cherche à tuer son frère Naruto. Cependant, il en est incapable, car en vérité, Naruto et Sasuke sont, comme l’a révélé le manga, deux frères d’âme qui s’aiment depuis des millénaires malgré une opposition farouche et continue entre les idéaux de l’amour et de la force. Naruto aime Sasuke. Il l’aime, et il est incapable de considérer Sasuke autrement que comme un ami. C’est d’ailleurs ce qu’il n’a jamais cessé de lui dire tout au long de leurs multiples rencontres. De son côté, Sasuke sait qu’il aime Naruto. Il reconnaît lui-même que Naruto est son seul véritable ami. Cependant, il ne parvient pas à se pardonner la haine qu’il porte en lui. Il croit que la haine qu’il a suivi le condamne à une vie de solitude.

Naruto réussit pourtant à le faire sortir de son enfer. Au plus fort de leur dernière bataille, Sasuke réalise que peu importe ce qu’il fera, Naruto le considérera toujours comme un frère, un ami très cher qui aura sa place au sein du village. Il réalise enfin qu’il n’a pas à se mettre à l’écart du monde. Il réalise que même après ce qu’il a pu faire, il a encore la possibilité de vivre parmi les habitants du village, et de vivre une vie heureuse, loin de la solitude.


 

https://www.youtube.com/watch?v=cIw6n_aTRN8&t=102s


 

C’est ainsi que l’âme de Sasuke a trouvé le repos. C’est ainsi que Naruto a sauvé son frère Sasuke, en lui faisant percevoir la porte de sortie de sa propre prison. La haine disparaît. Le cycle de guerre entre les deux frères Indra et Asura est brisé.


 

C’est ainsi que nous percevons pour notre part le manga Naruto. Il s’agit d’une histoire complexe ayant des significations mystiques profondes. C’est bien pour cette raison d’ailleurs que ce manga est si incroyable. La profondeur du sens que recèle Naruto est telle, qu’il n’est pas étonnant que cette histoire ait fasciné pendant plus d’une génération le public. Nous croyons en effet que, sans en avoir pleinement conscience, tous, nous ressentons au fond de nous ce que nous venons d’expliquer dans ce texte. Nous savons intuitivement que ce manga nous fait rêver de paix et de salut.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×