Jump to content


Les symboles du mal


rocklee8001
 Share

Recommended Posts

Chapitre 1:

La légende de Menara

 

 

 

Une légende dit qu’il y a plusieurs milliers d’années dans un monde appelé Menara, un homme aux pouvoirs si terribles et si puissants avait en une seule nuit macabre, décimé toute la race des Oronas. Cette homme fut ensuite poursuivi par les dieux. Ceux-ci lui prirent ses pouvoirs et les divisèrent en dix symboles. Ils l’emprisonnèrent alors vivant en enfer, cela était le châtiment le plus terrible connu, il ressentirait alors toute les souffrances de l’enfer. Les Oronas, les créatures décimées par cette homme, était des créatures immenses qui avait à la place des pattes avant deux ailes gigantesques se terminant en deux mains puissantes. Mais contrairement à ce que les légendes racontent, ce n’était pas des dragons, ils avaient l ‘apparence de loups a la taille démesurée, pourvus d’ailes et de trois cornes au sommet de leur crânes.

  Les Oronas vivaient en harmonie avec toutes les autres races de Menara, bien qu’étant nettement plus puissants qu’eux. Les Oronas étaient vénérés par tous les habitants de Menara, les hommes, les elfes, les nains, les hommes-rats et les Ukor, des créatures à l’apparence hideuse qui vivaient en nomades. Les Oronas eux se contentait de leur territoire et ne montraient jamais aucun signe de querelle entre eux. La seule chose connue qui pouvait mettre un Oronas en colère était la venue d’étrangers dans leur territoire. Pour pouvoir communiquer avec les Oronas, les autres peuples utilisaient des animaux comme coursiers, car seuls les animaux étaient acceptés sur la terre des Oronas. Les Oronas dont l’intelligence était aussi grande que leur puissance connaissaient tout les types de langage parlés à Menara. La race avec laquelle ils discutaient le plus était celle des elfes, car étant le peuple le plus proche de la nature. Les hommes étaient connus comme étant le peuple le plus puissant derrière les Oronas, les nains vivaient sous terre tandis que les Ukors étant nomades se déplaçaient sans cesse en quête de territoires où survivre. Le seul peuple dont personne ne connaissait rien, pas même les Oronas était celui des hommes-rats, des rats se tenant sur deux pattes et ayant la taille d’un homme. Telle était Menara il y a 4500 ans, avant le massacre des Oronas.

  4500 ans après, le monde était maintenant divisé en cinq parties, ce partage eu lieu lors de la grand guerre qui opposa les hommes et les elfes. Les hommes ayant remporter cette guerre prirent le contrôle de plus de soixante pour cent de Menara, ils avaient décidé de partager le reste du territoire de façon équitable entre les quatre autres races demeurant à Menara. La paix était donc revenue même si les hommes demeuraient les seuls maîtres de Menara. La légende des Oronas tombait dans l’oubli, seul quelques conteurs faisaient survivre la légende.

  Dans un coin reculé de Menara, se tenait un tout petit village. Le village était quasiment désert, le paysage y était sombre et nu, seuls quelques arbres dépourvus de feuilles comblaient la profondeur désertique du paysage. Dans ce village, une dizaine de tentes à l’aspect miteux étaient installées et dans l’une d’elles retentit un bruit terrible. Quelqu’un sortit alors de la tente, c’était un homme grand à la musculature athlétique, son corps était recouvert de tatouages représentant des symboles qui paraissaient très anciens, cette homme pris une cape brandie par un des ses supposés subordonnés et s’encapuchonna de sorte que l’on ne distinguait plus que ses yeux, des yeux d’un rouge sinistre.

  L’homme encapuchonné dit à un des ses supposés subordonnés.

- Prépare tes hommes! Il est temps que je fasse mon retour!

- A vos ordres Seigneur Orosa. Dit le subordonné.

Le subordonné partit sans attendre préparer les hommes nécessaires au plan d’Orosa.

Orosa maintenant seul parla à haute voix.

- Il est temps de récupérer mes pouvoirs, et vous autres dieux, je vous ferai payer pour ce que vous m’avez fait. J’asservirai tout Menara et ensuite je récupérerai les huit symboles de ma puissance, cette puissance qui a réduit à néant le peuple des Oronas !

  A quelques milliers de kilomètres au sud de Menara, se trouvait le clan des elfes. Il y faisait bon vivre, mais malgré tout, l’entraînement des jeunes guerriers elfes battait son plein. Sur le terrain d’entraînement, se battaient deux jeunes elfes, Saymaru et Bervas. Saymaru était grand pour son âge, avait les cheveux courts et châtains, il était assez svelte et affûté, il portait une armure à épaulettes cadeau de ses parents et avait deux épées derrière le dos. Bervas, lui, avait la même taille que Saymaru mais était plus large, il avait des cheveux longs et blonds. Il ne portait pas d’armure, seulement une longue veste lui arrivant au bas des cuisses et avait comme seule arme un long marteau.

- T’as toujours rien appris Saymaru! La cérémonie d’entrée à la garde royale a lieu dans deux jours. Si tu veux y entrer, entraîne toi plus sérieusement. Dit le jeune Bervas.

- Je contrôle quasiment toutes mes techniques parfaitement, et j’ai déjà rempli plus de missions que le trois quart des autres elfes de ma génération, tu veux quoi de plus? Dit Saymaru.

- Je sais que tu es très fort et que tu as les techniques les plus puissantes que j’ai jamais vu pour quelqu’un de ton âge mais la façon avec laquelle tu te bat et trop fonceuse. Face a un adversaire expérimenté avec des techniques deux fois moins puissantes que toi tu te ferais battre, simplement parce que lui aura employer une stratégie contrecarrant tes attaques les plus puissantes pendant que toi tu videra ton énergie en attaque inutile. Dit Bervas.

- Si tu le dit… N’empêche que je deviendrai garde royale et je pourrai offrir une maison gigantesque à ma mère. Dit Saymaru.

- Ton but est noble, mais ne doit pas te dévier de notre apprentissage. Nous nous entraînons pour entrer dans l’élite royale des elfes et devront défendre notre roi avant même notre famille, c’est la règle. Dit Bervas.

- Et pourquoi tu veux y entrer toi? Demanda Saymaru.

- Je ne veux pas te laisser seul, tu risque de t’attirer des ennuis. Alors oui j’y serai. Répondit Bervas.

Saymaru était heureux de la réponse de Bervas et tout deux continuèrent à s’entraîner pendant plusieurs heures. Une jeune elfe arriva alors sur le terrain d’entraînement. Elle était petite et mince, les cheveux longs et bruns lui arrivant au bas du dos, un visage doux et à la fois nerveux. Elle portait une petite veste par dessus une robe fendue faite pour le combat lui arrivant au genoux.

- Salut!!! Alors encore en train de s’entraîner pour devenir des boules de muscles sans cervelles ! Dit la jeune elfe.

- Veyala, content de te voir! Et sache que si on s’entraîne comme des fous c’est pour te protéger quand tu criera à l’aide! Au secours les garçons ! Dit Saymaru en se moquant.

Veyala se contenta d’imiter le rire débile de Saymaru. Saymaru aimait beaucoup Veyala mais uniquement comme une sœur avec qui il aime s’amuser. Bervas lui avait beaucoup de sympathie pour elle, mais la trouver un peu trop impulsive et pas assez sérieuse.

- Fait pas la tête, viens plutôt tâter de l’épée! Dit Saymaru à Veyala.

- Nan merci, un autre jour peut être. Je dois préparer mes armes pour la cérémonie. T’inquiète pas, à ce moment-là tu pourras rouler à mes pied ! Dit Veyala en souriant.

- Pas de problème ! On se voit à la cérémonie ! Dit Saymaru.

- Au revoir et bonne chance pour la cérémonie. Dit Bervas à Veyala.

- Merci Bervas. Lui répondit Veyala.

Saymaru et Bervas restèrent alors quelques minutes encore à discuter avant de regagner leurs maisons respectives. Le village où ils vivaient était magnifique, les elfes aimaient la nature. A chaque maison se trouvaient des arbres qui entouraient les maisons car un elfe ne pouvait concevoir de vivre sans que l’oxygène des arbres ne les réveillent chaque matin.

Le lendemain matin Bervas alla réveiller Saymaru et lui dit en souriant.

- Alors, toujours au lit à cette heure-là! Ah la la, demain tu devras être debout au aurore pour la cérémonie et vu que je ne t’ai  jamais vu debout avant le levé du soleil, je me demande dans quel état tu vas être.

- Je pouvais encore dormir au moins une heure! T’as intérêt d’avoir une bonne raison! Grogna Saymaru.

- Non, c’est juste pour te préparer à être debout tôt. Dit simplement Bervas.

- Je vais te tuer! Dit Saymaru en se levant en furie.

Saymaru sauta sur Bervas et en se renversant à terre il déchira son maillot contre le rebord du lit.

- Rahhh! Mon maillot préférer, si je peux plus dormir avec je suis foutu.. Dit Saymaru bougon.

- T’en fait pas, je vais t’arranger ça. Ma mère m’a appris à coudre quand j’étais petit. Dit Bervas.

Saymaru se figea et le regarda avec les larmes aux yeux.

- Ah ah ah ah!!!!! Bervas le guerrier couturier! J’en frissonne

- Abruti, et puis débrouille toi tout seul. Dit Bervas en quittant la pièce.

Saymaru alla dans le salon et dit bonne nuit à ses parents, des elfes d’apparences modeste mais profondément gentils. Il retourna alors dans sa chambre et en la regardant dit.

- Bientôt, c’est au palais que je dormirai!

 

Pour voir la suite, allez sur saymaru8001.skyblog.com

 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...