Jump to content


Testament de Mikoto Uchiha


Kujo_Jotaro
 Share

Recommended Posts

Testament de Mikoto Uchiha

Préface : Symbolique des ravages du fanatisme nationaliste, le cas de Mikoto Uchiha est sans aucun doute celui qui marqua le plus la communauté internationale du fait de son caractère inhumain, atroce.  C’est un soir de printemps, rampant dans le sang,  aux pieds de son bourreau, que la courte vie de Mikoto Uchiha s’acheva, d’un coup net et prémédité, méticuleux.

Mère de famille de 35 ans, Mikoto incarnait l’existence même d’une vie paisible et aimante. Elle est le modèle rêvé que le monde se fait d’une mère, une image d’Epinal sans écorchures. Et c’est pourtant malgré cela, malgré l’innocence incarnée de cette haute figure martyre que l’inavouable aura lieu. L’aspect le plus infâme ne résulte pas seulement dans le crime en lui-même, il y a dans ce cas beaucoup d’autres dimensions, qui conjuguées entres-elles, donnent un tableau de ce qu’il y a de pire au sein de l’âme humaine. Comment occulter le complot d’Etat ? Comment passer outre le caractère prémédité et sanguinaire d’une telle barbarie ? Mais l’aspect le plus immonde le voici, tel qu’il s’est produit :

 

La tombée du jour, une odeur parfumée s’échappe du foyer. Cette douce émanation est celle d’un repas, préparé avec amour, comme un rituel qui dure depuis l’éternité. Mikoto Uchiha cuisine pour ses enfants. Dans sa tête vont et viennent des réminiscences, des bribes de pensées. A qui songe-elle pour ainsi donner vie à ce délicat repas ? L’amour du geste, sa délicatesse, ses traits maternels suffisent à donner une réponse. Mais comme le contexte d’alors, le ciel gronde, le temps se gatte, une tension inaudible prend lieu et place, ce grondement sourd, c’est celui du parricide.

« déjà la nuit »

 

A peine le temps de voguer du regard vers le ciel devenu sombre, à peine de le temps de faire un pas vers l’extérieur pour s’enquérir de la chair de sa chair que déjà, les cris.

La mort fauche en silence, les victimes succombent  en cris, et bientôt, le vacarme.

L’épuration se déroule rapidement, avec une méthodologie qu’on n’eut soupçonnée possible. Le sang jailli, les âmes trépassent, un savoir-faire odieux prend la vie. Quasiment aucune opposition. L’effet de surprise conjuguée à la soif morbide des deux complices s’assouvie en un éclair.

Une Blitzkreig.

Mikoto Uchiha, à peine le temps d’alarmer son mari que déjà, son cadavre. Il gît, éventré, dans la pénombre du salon. Son bourreau, grand, robuste, figé, contemple son œuvre. De dos, on n’aperçoit pas son visage. Mais une mère reconnaîtrait son fils même sans la vue, rien qu’au touché, ou au son.

 

Or sa vue est bien là, et un instant suffit à lui faire comprendre que le long sabre ensanglanté n’était tenu en main par nul autre que son propre enfant. Il se trouvait maintenant de trois-quarts, le visage éclairé par un reflet lunaire. Certaines photos de haute catégorie valent mieux qu’un long discours. Soyez assurés que cette scène s’inscrit dans ce registre. Néanmoins, un reflexe classique se produisit dans le cortex cérébral de la jeune mère aimante, cherchant à tout prix une explication, dans un jaillissement d’images redéfinies ayant pour but de masquer la réalité.

 

Mais ses yeux demeuraient ouverts durant ces quelques secondes de stupeur. Son regard croisait à présent la pupille rouge du criminel, et déjà l’esprit de Mikoto Uchiha se trouvait être dans l’illusion produite par le dôjutsu maudit.  Enjôlée dans cette prison de la conscience, Mikoto Uchiha allait être confrontée à la trahison de sa chaire, aux explications  qui justifient l’inavouable, aux reproches. Ainsi par ce moyen, quelques minutes dans l’imaginaire ne sont en fait qu’une seconde dans le réel. Le parricide n’avait sans doute pas la force de prononcer un mot, ainsi il choisit le procédé des lâches pour dire adieu à celle qui lui avait tout donné. Mikoto Uchiha trouva néanmoins la force, sans doute aidée par ce temps irréel prolongé, de léguer son testament sous forme de pensées lourdes, comme un recueillement qui resta gravé à jamais dans l’esprit de son meurtrier.

 

Ce sont ces pensées si nobles et si majestueuses, assénés à l’esprit corrompu de son fils avec tant de détermination, qui achevèrent la furie sanguinaire du poltron renégat à son propre sang. Tiraillé par sa volonté fanatique et par le dégout de son action, il se libéra de cette confrontation via un dernier acte bestial, tranchant avec furie la partie supérieure du tronc maternel. Un coup fatal qui emporta Mikoto Uchiha dans l’au-delà, dans un tourbillon de douleur et de peines couplées aux effluves de sang, la poitrine sectionnée. Comme un rejet ultime de ce symbole maternel, qui avait donné la vie de son propre bourreau.

 

Les réminiscences gardaient une trace si lourde dans l’esprit de l’infâme qu’il dut plusieurs fois le mettre sur papier afin d’exorciser sa propre conscience. Malgré l’aide des prières et des techniques diverses, aucun remède ne fut trouvé pour sceller à jamais les dernières volontés de Mikoto Uchiha dans l’esprit de son fils. C’est ainsi qu’à travers les dimensions et à travers les âges, nous parvient son testament, retrouvé intact dans le sous-sol du temple des Uchiha, un ultime témoignage dépourvu de haine en cet instant tragique.

 

Comment ne pas rendre hommage à Mikoto Uchiha ?

 

2920619743_1_31_RYs8iExt.jpg

 

Testament de Mikoto Uchiha

 

"Ma petite maman chérie,

mes tout petits trésors adorés,

mon beau mari aimé,

Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier mon petit Sasuke, c'est d'être courageux et heureux.

Je le suis et je veux l'être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j'aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon cœur, c'est que ma mort serve à quelque chose. Je n'ai pas eu le temps d'embrasser Fugaku.

J’aurais aimé pouvoir, mon cœur est avec lui. Mais vraiment, je ne peux le faire hélas !

J'espère que tu grandira bien, avec les insignes des uchiha, et que tu sera fier de les porter un jour.

A toi mon petit Itachi, si je t'ai fait bien des peines, sache qu’en ce dernier instant je t’aime plus que jamais.

je te salue une dernière fois. Sache que j'ai fait de mon mieux pour tracer la voie d’un jeune homme fier et droit comme tu l’a été.

Un dernier adieu à tous mes amis, à mon père que j'aime beaucoup.

 

35 ans, ma vie a été courte, je n'ai aucun regret, si ce n'est de vous quitter tous.

Je vais mourir pour des causes qui me dépassent. Sasuke, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c'est d'être courageux et de surmonter ta peine.

Je ne peux tenir davantage. Je vous quitte tous, toutes, toi, en vous embrassant de tout mon cœur de mère. Courage !

Mikoto qui vous aime.

Dernières pensées : vous tous qui restez, soyez dignes de nous, les sacrifiés qui allons mourir !"

 

 

Suite au génocide, Konoha a établi le procès par contumace d’Uchiha Itachi en le condamnant à l’indignité nationale et à la mort par pendaison. Le procès de Konoha classifia Uchiha Itachi au rang de criminel de rang S. Une plaque commémorative rendant hommage à Mikoto Uchiha ainsi qu’aux autres membres exécutés a été hypocritement posée dans un temple de la capitale du pays du feu.

 

Link to comment
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

×
×
  • Create New...