Jump to content

Roman: Blanc et Noir


Sheena468
 Share

Recommended Posts

Bon voila, je me lance....

J'ai commencé à roman en mai derniers et j'aimerai avoir votre avis dessus. J'ai publié les 4 premier chapitre sur mon blog mais comme j'ai pas beaucoup de visites, je cherchai un truc où pouvoir le mettre.

 

Enfin voila une sorte d'introduction.

.

Introduction :

Dans un futur peut-être proche, peut-être lointain, où les frontière entre les pays ont disparu et les pays remplacés par des centaines de Villages plus ou moins gros dirigés par des familles, le monde est régie par deux organisation : « Lune&Rose » et « Swen ». L’une souhaitant libertés et la justice, l’autre l’égalité et la tolérance. Ces deux groupes s’affrontaient depuis leur création, et les Villages avaient pris partis pour l’un ou pour l’autre. Ceux qui affichaient des idées contraires au Village étaient, dans le meilleur des cas, chassés, ou bien étaient enfermés, exécutés, torturés. Rares étaient les Villages qui s’étaient refuser de prendre parti.

Cela a finit par provoquer une guerre. Mais dans cette guerre, qui a raison ?

 

Voili voilou. N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez^^.

Oh et pitié me défoncez pas pour l'orthographe, j'ai de gros efforts à faire je sais.

Link to comment
Share on other sites

  • 3 weeks later...

Bon bon bon...il est tard, y'a ptet plus grand monde...qu'est-ce que je raconte? -_-". Bref, voici le premier chapitre de mon histoire. Je voulais attendre d'avoir finit celui que je suis en train d'écrire (le 5 plus précisément) mais vu à la vitesse à laquelle j'avance, c'était pas demain la veille qu'il allait être posté.

Bon sur ce, bonne lecture.

___________________________

 

Chapitre 1:

«Isa, attention!»

Mais trop tard. Le ballon se dirigea droit sur la jeune fille qui ne fut pas assez rapide pour l’éviter et le prit de plein fouet.

«Oups! Désolée grande soeur, lança la jeune fille que avait criée et qui n’avais pas l’air vraiment désolée.

- Tssss, fit la dénommée Isa à la fois amusée et furieuse.»

Isa Lu’uz, dix-sept ans, héritière de la famille Lu’uz qui dirigeait le Village de Nakoï, était une jeune fille aux long cheveux et pénétrants yeux noirs nuit. Une jeune fille au tempérament assez difficile. Isa était quelqu’un de très têtue et de très fière, qui disait ce qu’il pensait sans détour. Elle détestait avoir tort et d’ailleurs ne l’admettait jamais, de plus, on pouvait difficilement lui faire changer d’avis. Son père disait que c’était un bon caractère pour quelqu’un qui est destiné à diriger un Village, ce qui n’était pas de l’avis de tout le monde y compris d’Isa. Mais à cause de sa fierté, elle ne le disait pas. Au premier abord, elle pouvait paraître froide et distante, mais en réalité, c’était une jeune fille qui avait un grand coeur et voulait venir en aide aux autres. La seule chose qui l’en empêchait, c’était son rang.

«Oui madame, se moqua la fille, ce que vous tenez s’appelle u ballon.

-Tu peux te moquer Makina, riposta Isa, mais toi non plus, tu n’apprécierais pas de recevoir un ballon sur la tête.»

Makina, que l’on appelait plus communément Maki, ne se laissa impressionner ni par le regard furieux de sa soeur, ni par le fait que son nom soit prononcé en entiers.

«-Non. Moi c’est différent. Je n’aime pas qu’on fasse exprès de me lancer un ballon

- C’est la même chose, rétorqua Isa.»

Maki était âgée de douze ans. C’était une fille plutôt petite pour son âge avec des cheveux brun clair et aux magnifiques yeux argent. A l’instar de sa soeur aînée, Isa, Maki avait également un franc parler peu apprécier par sa famille. Mais elle s’en moquait. Maki n’était pas du genre à se préoccuper de l’avis des autres. Ce qui comptait pour elle, c’était de savoir ce qu’elle valait. Maki avait un caractère très taquin et un humour très particuliers. Elle aimait beaucoup plaisanter et taquiner ses soeurs, et ce n’était pas toujours agréable et se faisait souvent réprimander par son père. Mais en dépit de ça, elle gardait son esprit joyeux.

«- Non, ce n’est pas la même chose, objecta Maki, faire exprès c’est le vouloir et ne pas faire exprès, c’est un accident.

- Revoie ta définition de faire exprès, Maki, dit Isa, t’es pas au point, là.

-Hé! Ce n’est pas bientôt finit cette dispute, lança une voix, vous savez qu’on vous entend dans tout le domaine.»

La voix appartenait à une jeune fille au teint pâle, aux profonds yeux turquoise et aux cheveux gris pâle.

«- Oh Rey! s’exclama Maki, T’es réveillée? T’as bien dormi?

- Si je suis en train de te parler, répondit Rey, c’est que je suis réveillée. Et j’aurai bien dormi plus longtemps, si des éclats de voix ne m’avaient pas réveillée.

- Hi, hi, hi, fit Maki visiblement gênée, tandis qu’Isa la fusillait du regard.

Rey était la troisième fille des Lu’uz et avait un an de plus que Maki. Aussi calme et mature que Maki pouvait être exubérante et bruyante, Rey était son exacte contraire. Elle paraissait plus âgé qu’elle ne l’était, car elle avait une santé fragile. C’était peut-être à cause de ça qu’elle était de si bon conseil. Rey était le genre de personne qui s'inquiétait beaucoup pour ses proches, mais très peu pour eux-même. Ce qui lui valait souvent des reproches comme quoi elle ne pensait pas à elle de la part de ses proches.

«- Et toi Isa, dit soudainement Rey, Ça ne te ressemble pas d'être distraire au point de te prendre un ballon sur la tête. A quoi tu pensais exactement?

-Moi? Je pensais au monde extérieur. Je me demande à quoi ressemble notre Village en vraie.

-Bah, y’a des maisons, des chemins et des gens qui se baladent, lâcha Maki incapable d’être sérieuse plus d’une minute.

-Très drôle! dit Isa.»

Le monde extérieur, comme l’appelait Isa, n’était autre que le Village de Nakoï. Les Lu’uz, qui dirigeaient le Village, avaient six filles en comptant Isa, Maki et Rey. Leur père, Futa , les avaient toutes les six enfermés dès leurs plus jeunes âges pour les protéger. Elles ne connaissaient du monde extérieur que ce que leur famille leurs racontaient.

Cependant, les soeurs avaient leur propre maison. Située dans une sorte de fosse au pied d’une cascade qui provenait de la rivière qui traversait Nakoï. Elles ne sortaient jamais de la fosse, toujours fermés par un portail, c’était leurs proches qui venaient les voir. Mais elles étaient heureuses. Elles étaient libres, ou tout du moins elles le croyaient.

Nakoï était un petit Village de deux cent habitant environ, au l’ouest de ce que l’on appelait autrefois l’Asie. Il était dirigé par les Lu’uz depuis déjà plusieurs générations et étaient un des rares à ne pas avoir pris partis entre Lune&Rose et Swen. Généralement, la plupart des Villages neutres étaient sollicités par l’une ou l'autre des deux organisations, mais Nakoï, en raison de sa petite taille et du peu de ressource qu’il possédait, était laissé en paix. Mais beaucoup de villagiers se demandaient: pour combien de temps encore?

«-De toute façon, dit Rey, tu auras bientôt dix-huit ans, donc tu verras à quoi ressemble le Village.

- Oui, renchérit Maki, Ça ferait bizarre que la future chef du Village de Nakoï n’est jamais vu le Village.

-Oui, lui répondit Isa toute enthousiaste, j’ai vraiment hâte.

- N’en fais pas tout un plat, c’est juste un anniversaire, dit quelqu’un derrière Rey d’une voix méprisante.

-Hein? fit Isa.

Une splendide jeune fille aux yeux verts pénétrants et aux longs cheveux roux, l’air sûre d’elle venait d’apparaître.

- Ça n’a rien de si important, dit la jeune fille.

-Mais de quoi tu parles, Sem? fit Isa.

- Ne commencez pas à vous chamailler, vous deux! lança Rey.

Sem était la seconde fille des Lu’uz. Elle avait quinze ans soit trois ans de moins que sa soeur aînée. Elle était dotée d’un caractère semblable à celui d’Isa, à la différence qu’elle reconnaissait plus facilement ses erreurs et ses torts. La relation entre Sem et Isa était assez ambiguë. Il y avait quelque temps encore, elles s’entendaient à merveille, mais pour une raison inconnue, elles s’étaient mises à se disputer pour une raison ou pour une autre. Pourtant, elles ne se détestaient pas. Elles refusaient juste à se l’avouer.

Sem soupira et allait partir quand tout à coup, surgit derrière Sem un homme à l’air sévère avec les cheveux et les yeux aussi noir que l’obscurité: c'était leur père Futaz, le chef du Village e. A ses cotés, se tenait une femme aux cheveux bleutés et aux yeux clairs à l’air doux: Nela , mère des six soeurs et femme de Futa.

«Bonjour Père, fit Sem enthousiaste, bonjour Mère.

-Isa, dit Futa sans se préoccuper de Sem, dans une semaine, tu auras dix-huit ans. Tu sais ce que cela signifie, les responsabilités que ça incombe, n’est-ce pas?

- Oui Père, répondit Isa.

-Je compte sur toi pour faire honneur à notre nom. En tant que héritière de notre famille, tu devras respecter nos lois et nos traditions.

- Père, demanda Sem, quels responsabilités Isa devra t elle prendre? Sommes dans une grave situation?

- Bien sur que non, la situation n’est pas dramatique. Mais il faut prendre ses précautions.

- Vous savez ce qu’on dit, intervint Nela, Deux précautions valent mieux qu’une.

- Et la guerre entre Lune&Rose et Swen? demanda Rey

-Une guerre? fit Maki intriguée.

- Rassurez vous, dit Futa, ce n’est pas très grave. Cette guerre sera bientôt finie.

-Alors pourquoi….. commença Sem.

-Quoi qu’il en soit, l’interrompit son père, ne me déçois Isa.

- Oui Père, dit Isa, d’un air triste.»

Isa n’aimait pas l’indifférence avec laquelle son père traitait Sem.

«Dites moi, mes filles, demanda Nela pour mettre fin à la discussion, où sont vos soeurs?

- Je vais les chercher, proposa Sem que la rebuffade de son père avait blessé.»

Elle revint quelques minutes plus tard, accompagnée de deux fillettes. Lys et Naby, les deux dernières de la famille Lu’uz.

Naby était la petite dernière de la famille Lu'uz.Une petite fille d’à peine sept ans aux yeux gris et à la chevelure beige. Une fillette encore innocente et naïve, pour qui la guerre n’était encore qu’un mot inexistant. Toujours de bonne humeur, Naby était le soleil de ses soeurs et leur transmettait facilement sa joie de vivre.

Quand à Lys, c’était la plus rebelle des six. C’était une fillette aux yeux violets et aux courts cheveux noirs tirant sur le roux. Du haut de ses dix ans, Lys possédait un franc parler encore plus tranchant que celui de Maki, Isa et Sem. Elle détestait les règlements et avaient la mauvaise manie de faire le contraire de ce qu’on lui demandait. Et chose qui pouvait surprendre, elle aimait écrire des poèmes d’amour à ses heures perdus.

«Nous voilà, dit Lys quelque instant plus tard.

-Que nous vouliez vous Maman, demanda Naby.

- Faut-il avoir raison pour que je puisse voir mes filles? répondit la mère, nous voulions juste savoir comment vous alliez. Au fait, Rey, ma chérie, tu te sens mieux?

-Oui Maman, merci.

-Bien, fit Futa, puisque tout semble aller, nous allons vous laisser. Au revoir mes filles. Soyez sages.

- Ne vous inquiétez pas, répliqua Maki, nous sommes toujours sages.

La remarque fit rire Nela. Maki n’était pas toujours sage.

«Bien, fit Maki une fois ses parents partis, qui veut faire une partie de ballon

-Moi! Moi! Cria Naby.

Pendant que ses soeurs discutaient, Isa se mit à réfléchir sur cette fameuse guerre. Allait-elle durer longtemps? D’ailleurs qu’est-ce que c’était, la guerre? Son père disait que ce n’était pas très grave et qu’elle allait bientôt se terminer, alors c’était sûrement vrai. Puisque c'était son père qui le disait.

Plus loin, sur la route principale du Village, Futa et Nela étaient préoccupés.

- Elles se posent de plus en plus de question. Ce n’est pas bon, il faut faire quelque chose, dit Futa.

- Mais quoi,demanda sa femme, Isa va bientôt avoir dix-huit ans et c’est l’héritière de notre famille. Tôt ou tard, tu devras lui montrer la réalité de notre monde. Et ce jour là, elle mettra forcément au courant de ce qui se passe réellement dans le monde.

- Hors de question! C’est mauvais pour elles! Le monde est nocif. Il vaut mieux qu’elles n’en sachent rien.

- Tu ne pourras pas les protéger éternellement Futa. Il faut qu’elles…..

- Tu veux les voir souffrir?

-Non bien sur que non. Mais…..

-Alors fais moi confiance. Je sais comment les protéger.

-Futa, demanda Nela l’air inquiète, tu ne vas rien faire qui puisse mettre le Village en danger, n’est-ce-pas?»

Futa ne répondit pas.

«Pourquoi tu ne me répond pas? demanda Nela encore plus inquiète.»

Nakoï n’était pas sujet aux intempéries. C’était un climat chaud et sec. Pourtant, ce jour là, le ciel de Nakoï se couvrit de gros nuages gris.

«Mauvais présage, dit Rey qui observait le ciel.»

______________________________

 

 

Voila! Qu'en pensez vous (la classique)?. Bon au premier abord, ça peut paraitre assez inintérressant (de mon point de vue en tout cas). J'ai réécrit certains passages une bonne dizaine de fois, et même la, je trouve que c'est assez médiocre. Bon je me console en disant qu'entre la partie manuscrite et cette version y'a eu du progrès, mais j'espere encore m'améliorer.

Bon la vous avez la présentation de persos principaux, les soeurs. Je me suis cassé la tête pour leur description, de manière à ce qu'elles soient toute différentes et qu'il y en ait pour tout les goûts.

Pour ceux qui se demanderair où était exactement leur maison et bien en fait c'est dans une fosse, entouré de murs et dont la seule sorties et un escaliers au bout du quel il y a une porte toujours fermés. Compliqué? je sais ^^"

La fin du chapitre c'est un signe pour dire que pour l'instant tout va bien, mais que ça pas durer. J'aime bien faire des trucs dans ce genre.

Le chapitre sera en ligne quand j'aurai d'écrire en manuscrit le 5 (d'ailleurs je vais m'y remettre) c'est à dire, je sais pas quand lol.

A bientot! et bonne nuit.

Link to comment
Share on other sites

Et bien moi j'aime beaucoup le sujet est bien intéressant, l'histoire de ces soeurs coupés du monde extérieur est bien trouvée, par contre je me perds un peu tu les décris très rapidement ce qui porte un peu a confusion, j'imagine que ça n'a pas dû être facile, tu devrais peut être aérer un peu ton chap, ne serais ce que pour le poster sur le topic, sinon je trouve ça très bien, le père semble cacher beaucoup de choses a ces filles, et la suite est bien prometeuse, j'aime ton style d'écriture, le chapitre commence très vite et il n'y a pas de temps mort..

L'intrigue est très bonnes, et pour ce qui est de ton auto critique c'est normal on est jamais satisfait au premier abord, petit a petit tu trouveras ton rythme et au final tu seras plus satisfaite...

 

Bon courage pour la suite et ne nous fait pas trop attendre !! ;)

Link to comment
Share on other sites

Oh déja une réponse? merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ça me fait très plaisir^^.

Pour les description, c'est ce que j'ai le plus retouché. J'avais préparé des fiches sur les soeurs (et les autres persos où la je les décris en long, en large, en travers, de haut en bas, etc mais j'ai volontairement choisi de ne pas m'attarder sur les descriptions au premier chapitre de peur que ça dévoile un peu de l'intrigue (précaution inutile peut-être...-_-). Sinon sur mon blog j'ai mis des dessins des soeurs avec certaines infos qui n'ont pas grand chose à voir avec l'histoire (la plupart en tout cas).

J'espere terminer le chapitre 5 pour vite poster le 2^^.

Ah et le lol dans mon message sur ta fic c'était un lol du style gênée, j'aurais ptet du mettre ça ^^" à coté mdr.

 

Link to comment
Share on other sites

  • 5 weeks later...

Allez en ce...midi de Noël, je vous met le chapitre 2 de mon histoire. J'espere qu'elle vous plaira.

Joyeux Noël

 

 

Chapitre 2:

« C’est ce que vous voulez? demanda Mwett, un homme robuste qui appréciait les bonnes tables.

Mwett était l’adjoint du jeune chef de l’organisation Swen, Kess Okadov. Ce dernier se trouvait assis en retrait, observant les deux interlocuteurs l’air détaché.

«Vous voulez vraiment que l’on attaque ce Village, continua l’adjoint en s’adressant à l’homme qui se trouvait assis en face de lui et dont on ne pouvait distinguer clairement le visage dans la semi obscurité de la pièce.

«Oui, répondit l’homme.

-Et qu’est ce que Swen y gagnerait?

-Pardon?

-Ce Village n’est pas très riche. Qu’est ce que nous y gagnerons à l’attaquer?

-Mon soutien.

-C’est une plaisanterie?! Cria Mwett l’air furieux.

- Les Villages voisins au mien sont presque tous du cotés de Lune&Rose. Je pourrai vous dire qu’elles sont les faiblesses et point fort de chacun.

-Donc vous les trahirez.

-Pas vraiment. Je choisis juste un camp différent du leur. Alors votre réponses adjoint Mwett? Monsieur Kess?

-Sauf pour votre respect maître, j’ai du mal à comprendre pourquoi vous souhaitez que l’on attaque votre propre Village.

- J’ai mes raisons et elle ne regarde que moi, répondit l’homme d’un ton  glacial

L’adjoint Mwett semblait hésiter à prendre une décision.

-Qu’en pensez vous, Chef? demanda Mwett à Kess.

Kess ne répondit pas tout de suite. Il regardait par la fenêtre la pluie qui tombait déjà depuis plusieurs jours.

- Juste une question, monsieur, dit il, pourquoi Swen et pas Lune&Rose?

- Lune&Rose n’aurait jamais accepté ma requête.

- Et vous trouvez cela étrange? Pas moi.

- Ils suivent juste leurs idées. Et moi je suis les miennes, ou plutôt mes objectifs,

S'il nous faut collaborer, fit le chef, ne croyez vous pas que vous devriez nous dire quels sont vos objectifs?

- Nous verrons ça en temps et en heure, répondit l'homme, tout dépend de la manière dont vous accomplirez ce que je vous demande.

- Je vois... murmura Kess, Mwett!

-Chef!

-Faites ce qu’il vous demandera, dit Kess en sortant.

-Bien, Chef! Approuva Mwett, que devons nous faire? demanda t il une fois son chef sorti.

-Vous passerez à l’action demain à la première heure. Vous devrez agir silencieusement de manière à ce que personne ne remarque rien, et surtout pas elles. En ce qui les concerne, vous devrez les emmenez sans leur faire du mal? Est-ce que c’est clair?

- Oui Maître.

- Si jamais vous…..

-Nous ferons attention, promit Mwett, mais si les habitants nous remarque et nous gênent?

- Vous avez feu vert dans ce cas là.

- Très bien. Il en sera fait selon  votre volonté.

Et une poignée de main conclut l’accord des deux hommes.

 

__________

 

 

-Je m’ennuie! Lança Maki pour la énième fois de la journée.

-T’as qu’à apprendre tes leçons, répliqua Lys.

-Sûrement pas! C’est jour de fête aujourd’hui.

C’était le jour de l’anniversaire de Isa et les soeurs attendaient patiemment l’arrivée de la famille qui pour une raison inconnue était en retard. Il pleuvait depuis une semaine et les soeurs avaient été contraintes de rester à l’intérieur de la maison. En attendant la famille, Isa avait ouvert les cadeaux que ses soeurs lui avaient offerts.

Naby lui avait offert une composition florale sur papier, Lys un poème d’amour qui lui avait donné les larmes aux yeux, Maki une écharpe qu’elle avait confectionné elle-même d’une douceur inouïe, Rey une gravure en bois et Sem une petite sculpture en argile.

 

- J’ai faim, dit Naby, on ne pourrait pas commencer à manger?

- Non, répondit Rey, il faut attendre la famille.

- Bah qu’ils se dépêchent, lâcha Lys de mauvaise humeur.

Sem regardait la pluie par la fenêtre quand tout à coup…

«Vous avez entendu? demanda t elle.

-Quoi?

-Dehors. J’ai entendu un drôle de bruit. Comme quelque chose qui tombent mais en plus fort.

-Je n’ai rien entendu, dit Rey

- Moi non plus, renchérit Naby.

- Je vais voir, décida Isa.»

 

Dehors, la pluie tombait à grosse goutte. Isa fut trempé en moins d’une minute, de la tête au pied, sa robe lui collant au corps. Le fracas de la pluie couvrant tout autre son, Isa commença à penser que Sem avait mal entendu quand tout à coup…Un grand coup se fit entendre du cotés de la porte en haut de la fosse. Elle décida d’aller voir ce qu’il en était. C’est là qu’elle entendit une curieuse conversation.

 

« .….doivent être là, dit une voix grave d’homme.

- Sauf que la porte est verrouillée, dit une autre voix d’homme plus jeune.

- Et bien, forcez la! ordonna la première voix.

- Mais mon capitaine, il nous a bien ordonné d’être discret. Et forcez la porte pourrait éveiller des soupçons. Déjà que nous avons eu du mal à rentrer dans le Village.»

Le dit capitaine jura.

« Maudit soit-il! Comment veut-il que nous emmenions ces filles, si nous ne pouvons pas entrer?»

«Ces filles c’est nous? Se demanda Isa, mais que nous veulent ils? Et surtout qui sont ils?»

 

Estimant qu’elle en en avait suffisamment entendu, Isa fit marche arrière le plus discrètement possible. Il fallait à tout prix prévenir les autres et se cacher.

«Les filles!! cria t elle une fois arrivée.

-Ça va pas? demanda Maki, On dirait que tu as vu un fantôme.

-Pire, répondit Isa haletante et grelottant de froid, des….. des soldats…en haut de la cascade…..ils veulent forcer la porte…pour….. pour nous emmener…»

Quintuple cri.

«QUOI????

-Tu plaisantes?

-C’est pas vrai!

-Non…

-Tu es sûre que ce sont des soldats? demanda Rey, toujours lucide.

-Qu’importe, répondit Isa, ce qui compte c’est qu’il y a des types qui veulent forcer la porte et nous enlever. Je les entendus! Il faut se cacher et vite!!

-Mais où ça? dit Sem, Il n’y aucun endroit où se cacher ici!

-Venez, dit Rey.»

 

Les soeurs suivirent Rey qui les emmena vers la cascade. Des coups frappés à la porte leur confirmèrent ce que Isa avait dit. Arrivée devant la cascade, Rey voulut la traverser mais Maki l’en empêcha.

«Oh là! Doucement Rey, dit elle, on est trempez jusqu’au os, on a froid et tu veux nous faire poireauter sous la cascade?

-Pas dessous. Derrière, répondit elle.

-Quoi?

 

Agacée, Rey traversa la cascade et disparut derrière, sous le regard éberlué de ses soeurs. Sceptiques, elles hésitèrent un instant. Puis les coups se faisant toujours entendre et la peur reprenant le dessus, elles la traversèrent une par une, à l’exception de Maki.

«Dites…..commença t-elle

-Amènes toi! dit Lys en la tirant par le bras.

-EEEEEEH!!!!!! C’est…..WAHOU! fit elle en découvrant la cachette.»

Elles se trouvaient dans une petite grotte, confortable, chaude et aisément cachée par la cascade.

«J’ai trouvés cette grotte l’année dernière, expliqua Rey, j’y vais souvent quand je souhaite être tranquille. Ou quand une certaine jeune fille partageant la même chambre que moi n’arrêtes pas de parler.

-Je mets en peu de vitalités dans la chambre, se justifia Maki.»

Isa ria nerveusement. Maki était vraiment un cas.

 

Dehors, un grand fracas les avertit que les intrus avaient réussi à pénétrer dans le domaine.

Naby gémit.

«Chuuuut, la rassura Isa en la prenant dans ses bras.»

A l’extérieur, des bruits de fracas se faisaient entendre. De toute évidence, les soldats fouillaient la maison.

«Elles ne sont pas dans la maison, capitaine, dit une voix de femme.

-Comment? fit le capitaine, mais elles n’ont pas pu s’échapper! Elles sont forcément ici!

-Pas dans la maison en tout cas, répliqua la voix de femme.

-Et bien, cherchez mieux  que….. Non, attendez… J’ai une meilleure idée.»

Il y eut alors un son de cor, qui glaça le sang des soeurs, serrée l’une contre l’autre, au fond de la grotte.

«A votre avis, vous croyez que sa bonne idée sera de repartir en nous laissant tranquille? Essaya de plaisanter Maki, la voix tremblante.»

La réponse ne tarda pas.

«Détruisez le Village de Nakoï., hurla le capitaine, tirez sur tout ce qui bouge! N’ayez pas de pitié! Ni envers les plus vieux, ni envers les femmes, ni envers les enfants! TUEZ TOUT CE QUE SE TROUVERA SUR VOTRE PASSAGE!!!!»

Un murmure se fit entendre. Le capitaine avait l’air d’avoir rappelé toute son escouade, et l’ordre ne faisait pas l’unanimité. Les soeurs, elles, étaient pétrifiées d’effroi.

«Capitaine, osa quelqu’un, c’est contre nos principes de nous en prendre à des innocents.

-Notre mission est de ramenez les filles Lu’uz au quartier général, répondit le capitaine, elles seront obligés de sortir si elles ne souhaitent pas la destruction du Village.

-Mais le chef…..

-Notre chef n’est encore qu’un jeune blanc-bec inexpérimenté. Il faut avoir de l’initiative dans ce genre de mission.

-Mais…..

-OBEISSEZ!!!

-Isa, il faut faire quelque chose! chuchota Rey.

 

Mais Isa était bien incapable de faire quoi que ce soit. Pâle comme un cadavre, tremblant de tout ses membres, elle avait plongée dans un états second et gardait les yeux fixer sur la cascade, comme hypnotisée par ce qu’elle venait d’entendre. Ce n'était pas possible! Ils n'allaient pas détruire le Village, non!

 

C’est alors que les soldats commencèrent leur assaut. De leur cachette, Isa, Sem, Rey, Maki, Lys et Naby pouvaient entendre les tirs des mitraillettes, le fracas des maisons qu’on détruisait, les cris de peur, les gémissements de douleur, les soupirs d’agonie, les pleurs. Cachés dans leur grottes, les soeurs n’osaient imaginés ce que subissaient les habitants de Nakoï. Elles étaient déchirées entre l'envie de les aider, d'empécher un carnage. Mais la peur de ce qui allait leur arriver si elles se rendaient étaient plus forte, et elles restaient là, hébétée. L'assaut continuait. Les soldats ne semblaient montrés aucune pitié,

«Pitié! Que tout s’arrête! pensa Isa.»

 

Combien de temps cet enfer dura? Peut-être des heures. Peut-être quelque minutes. Elles n’en savaient rien. Elles avaient perdue la notion du temps. Elles essayaient de ne pas entendre les tirs, les pleurs , les cris,

 

Petit à petit, le silence revint et l’on entendit bientôt plus que la pluie qui tombait.

 

Les filles attendirent ce qui leur semblaient une éternités avant de faire quoi que ce soit. Quand elles se décidèrent à sortir de la grotte, la première chose qu’elles virent ce fut la rivière.

«Oh mon Dieu, souffla Sem.»

La rivière était devenue rouge. Rouge…..de sang! Des corps morts flottaient à sa surface.

«Mais qu’est ce qui s’est passé ici? se lamenta Lys.

Le cri de Naby les réveilla. Elle pointait du doigt leur maison.

«Oh non, fit Isa, Non! Non!

-Notre…..maison…..elle…..elle , bégaya Naby,

-…..est détruite, acheva Rey avec une voix blanche

 

Les fenêtres brisées, les murs défoncés, le toit détruit, c’était tout un monde qui venait de s’effondrer. Un monde désormais réduit à une bâtisse en ruines.

Isa restait devant la maison sans comprendre, le regard vide. Soudain elle se dirigea vers les escaliers qui menaient au Village. Ce n'était pas possible... Qu'est-ce qu'il avait bien pu se passer? Pourquoi avaient-ils attaqués le Village? Pourquoi les voulaient-ils, elles qui étaient restés ici, sans faire de mal à personne?

 

Sem, Rey, Maki, Lys et Naby attendirent quelques instant et emboîtèrent le pas à leur soeur aînée.

Arrivés en haut, elles virent ce que devait être un village traditionnel de l’ancien Japon. En ruine. Des corps jonchaient le sol. Dans la rivière aussi rouge qu’en bas, d’autres corps se vidaient de leur sang. Certains bougeaient encore, mais très faiblement. Les soeurs avancèrent dans ce qui était leur Village. Un Village dans un monde qu’elles avaient imaginés autrement. Nakoï sentait la mort.

«Oh Seigneur! Lança une vielle dame derrière Maki, la guerre est arrivés jusqu’ici!

-La guerre?? Fit Maki, comment ça elle…..

- Vous êtes les filles de Futa Lu’uz? L’interrompit la vielle femme.

-Heu…..oui…..mais…..

-Seigneur!

-Pourquoi dites vous que la guerre est arrivés jusqu’ici? demanda Sem, notre père nous a dit qu’elle finirait bientôt.»

 

«C’est vrai!» pensa Isa. Leur père le leur avait garantit. Il avait même dit qu’elle n’était pas si grave. Alors, pourquoi tant de destructions? Tant de morts?

Leur père leur avait il mentit?

«Non, pensa Isa, Jamais Père ne nous aurait menti!

-Tu en es sûre? dit une petite voix au fond d’elle.

-Bien sur! répliqua Isa, c’est mon père! Je le connais! Et je suis sa fille!

- Pourtant, continua la voix, ce qui s’est passé à Nakoï ne correspond pas à ce que t’a dit ton père.

- Oui mais…..c’est mon père! Et il ne nous aurait jamais menti!

-Tu en es sûre?

-Je…..

-Tu vois. Tu n’en es même pas certaine. Le monde n’est pas aussi beau que ton père te l’a décrit. La réalité parle d’elle-même.

- Père ne nous aurait jamais mentit! Tenta de se persuader Isa, pas sur ça!

- Alors, qui a raison?

-Isa…..Isa..., fit une petite voix.»

La voix de Naby ramena Isa à la réalité. Réalité qu’elle aurait préféré oublier.

«Où est notre père? demanda t elle à la vielle femme, Où est il?

-Venez, fut la réponses de la femme, je vais vous expliquer.

-On a en effet bien besoin d’explication, dit Rey en emboîtant le pas à la vieille femme.

 

Les autres suivirent à l’exception d’Isa. Elle fixait le ciel, le regard hagard. A quelque mètre d’elle, se trouvait un enfant mortellement blessés. La vie s’échappait de son corps en même temps que les larmes d’Isa, qui se mêlaient à la pluie.

 

Voila! Vous avez enfin (ou pas) le chapitre 2. On peut dire que le chapitre entier est l'élément déclencheur, la petite étincelle qui a tout fait explosé. A partir de là, les soeurs vont quitter le monde douillet de l'enfance pour entrer dans celui guerrier des adultes. C'est pour ça qui je tenais à ce qu'elles soient tenues à l'écart du monde extèrieur.

J'ai eu beaucoup de mal à écrire le passage de l'attaque et de la maison détruite. Je voulais que ce soit....que ça fasse de l'effet. Mais en relisant le passage, je le trouve plutôt plat....(peut être parce c'est moi qui l'ait écrit). A vous de dire.

 

Link to comment
Share on other sites

  • 10 months later...

Hello! Ca fait un bail que j'ai pas posté ici... (peut être que les gens s'en fiche...). Bref, peu importe.

 

Alors je vous mets le chapitre 3. Ah! Et pour infos, j'ai entièrement réécrit le chapitre 1 et le chapitre 2, reste à savoir quand je pourrai les mettre.

 

 

Chapitre 3 :

 

« Alors c’est ce qui s’est passé ? demanda Isa. »

 

Elle et ses sœurs se trouvaient chez Miko et Dow Wortts, un vieux couple âgés d’une soixantaine d’années. Ils vivaient à Nakoï depuis plus de vingt ans.

 

Autrefois, les Wortts vivaient à Djiro, un Village situé à une dizaine de kilomètres de Nakoï et faisant deux fois la taille de celui-ci. Malheureusement, Djiro était passé du coté de Lune&Rose et les conditions de vie avaient changé du jour au lendemain. Voulant conserver leurs anciennes traditions, les Wortts avaient été contraints de fuir, auquel cas, ils s’exposaient à une mort certaine. Comme tant d’autres.

 

Les Wortts avaient le statut d’adjoints au Village. Cela signifiait qu’en l’absence du chef ou un des membres de la famille, c’était à eux de prendre les choses en main. Ils avaient été prévenus dès que les soldats de Swen étaient entrés dans le Village. Le couple avait tenté de retrouver le chef mais celui-ci se portait disparu. Avec toute sa famille à l’exception de ses six filles. C’est en revenant de leurs recherches qu’ils avaient découvert le carnage et avaient pris immédiatement les choses en main.

 

Les Wortts les avaient accueilli, Isa et ses sœurs, dans leur maison à la sortie du Village. Dehors il pleuvait toujours. Isa, Sem, et Rey étaient dans la pièce principale, assises en face de Miko et Dow. Entre eux, un repas était servi, mais elles n’avaient pas faim. Maki était dans la pièce d’à coté et surveillait Lys et Naby, qui s’étaient endormies en espérant que tout ceci n’était qu’un mauvais rêve. Pour la première fois, Maki habituellement si bavarde n’avait pas dit un mot depuis plusieurs heures.

 

« Swen a vraiment attaqué Nakoï ? insista Isa.

- Oui, répondit Dow, il est assez facile de les reconnaître grâce à leur insigne : un sablier brodé au dos de leur uniforme.

- Pourquoi nous ont-ils attaqué ?

- Il y a plusieurs raisons possibles.

- Par exemple ? »

 

Les Wortts ne répondirent pas. Ils ne voulaient pas perturbés ces jeunes filles qui avaient déjà subi un gros choc.

 

« Les soldats en avaient après nous, dit Rey, nous aimerions bien savoir pourquoi.

- Ils en avaient après vous ? Comment le savez vous ? demanda Miko.

- Isa les a entendu.

- Notre Village a été à moitié détruit à cause de nous, s’emporta Isa, la moindre des choses serait de nous expliquer pourquoi.

- C’est vrai que vous avez le droit de savoir, admit Dow, surtout après ça…

- Dans ce cas, commença Miko, il faut que vous sachiez qui sont Lune&Rose et Swen.

- Ca on le sait déjà ! maugréa Isa.

- Ce sont deux organisations qui dirigent le monde. Certains Villages sont alliés à l’un ou à l’autre, du coup le monde est partagé, répondit Maki de la chambre.

- Ca c’est juste la forme, répliqua MIko, le fond c’est autre chose.

- Comment ça ?

- « Partager » le mot est bien faible, dit Dow, en réalité le monde est déchiré en Lune&Rose et Swen. Les alliés sont plutôt leurs serviteurs, ils n’ont pas eu le choix.

- Pas eu le choix ? demanda Sem, que voulez vous dire ? »

 

Dow soupira. Futa n’avait strictement rien dit à ses filles. Il leur avait caché la réalité alors que l’une d’elle allait devenir l’héritière. Pourquoi avait t-il fait ça ?

 

« Vous ne savez donc rien de la situation actuelle, soupira t-il.

- Si…commença Isa.

- Non vous ne savez rien, la coupa Dow, Ce que vous savez n’est qu’une illusion. Mais ce n’est pas votre faute. C’est votre père qui a décidé de vous élever de cette manière.

- Alors expliquez nous ce qui se passe puisque nous ne savons rien, lança Rey non sans une pointe de colère ce qui était rare chez elle.

- « Alliance » n’est qu’un mot que les Villages emploient pour désigner leur appartenance à Lune&Rose et Swen. Mais en réalité, ils rejoignent Lune&Rose ou Swen en fonction de leurs positions sur la carte du monde, de leurs richesses, de leurs ressources. Les deux organisations ne les emploient que par intérêt. Cela n’est en rien un choix. Oh, bien sûr, certains chefs de Village décident de rejoindre l’un des camps de plein gré, mais la plupart auraient préféré garder leur indépendance.

- Pourquoi y’a-t-il des Villages neutres dans ce cas ? demanda Isa.

- Ce que l’on appelle les Villages neutres sont des Villages qui ne représentent pas grand intérêt aux yeux de Swen ou de Lune&Rose. Nakoï, par exemple, est un petit Village, pauvre et avec peu de ressource naturelle et difficile d’accès par-dessus le marché. Swen et Lune&Rose n’ont aucun intérêt à nous avoir dans leur camp. Pour eux, que nous existions ou non ne fait aucune différence.

- Mais ils nous ont quand même attaqué, rappela Sem, si nous sommes si insignifiants à leurs yeux, pourquoi nous avoir attaqué ?

-Il y a plusieurs possibilités, répondit calmement Miko, et l’une d’elle est parce que vous êtes à Nakoï.

- Mais qu’est-ce qu’on a avoir là dedans ? s’offusqua l’aînée.

- Calme toi, dit Miko, tu vas réveiller tes sœurs. »

 

Isa se rassit, l’air furieux.

 

« Avant de vous expliquer pourquoi les soldats en avaient après vous, reprit Miko, nous allons vous expliquer comment cette guerre a commencer. C’est nécessaire pour que vous compreniez la situation actuelle, ajouta elle en voyant Isa ouvrir la bouche pour protester.

- Lune&Rose et Swen, expliqua Dow, sont deux organisations comme vous le savez. Il y a de cela très longtemps, quand le monde politique explosa et que les pays disparurent, Swen fut créée pour refaire régner l’ordre et aider le monde à se reconstruire. Cela marcha bien au début, seulement Swen devint une puissance écrasante. Ils étaient omniprésents partout. Cela devenait insupportable. C’est là que fut créer Lune&Rose avec pour but principale de faire contrepoids à Swen. Mais maintenant, Lune&Rose est devenu aussi une super puissance et le résultat est que la guerre ravage notre monde.

- Pourtant, reprit Miko, Lune&Rose et Swen n’ont pas de mauvaises idées. Lune&Rose veut la liberté, et la justice. Swen, eux, veulent l’égalité et la tolérance. On aurait pu penser que ces deux géants trouveraient un terrain d’entente, mais non.

- Mais comment la guerre a-t-elle pu arriver alors qu’ils avaient de bons idéaux ? demanda Sem.

- Que ce soit Lune&Rose ou Swen, répondit Dow, cela fait bien longtemps qu’ils ne respectent plus leurs idées. Swen se dit être tolérant, mais ils ne considèrent les alliés de Lune&Rose comme des hommes. Lune&Rose veut la justice, mais elle ne fait aucune justice pour les membres de Swen.

- Ils n’ont pas de mauvaises idées, répéta Miko, seulement ils refusent de se rencontrer et d’écouter ce que l’autre a à dire, alors qu’ils peuvent s’entendre.

- Mais c’est stupide ! fit Maki de la chambre

- De votre point de vue, oui, fit Dow, mais Lune&Rose a énormément souffert de l’époque où Swen était tout puissant. C’est une simple histoire de fierté. Le conflit vient principalement de Lune&Rose qui…

- Comment ça « a énormément souffert » ? demanda Sem.

- Swen était partout présente. C’était eux qui dirigeaient tout. Or, le pouvoir ne doit pas être en les mains d’une seule personne ou – en l’occurrence- organisation. Il faut un équilibre.

- Aujourd’hui la situation est différente, dit Dow, dans le sens où il n’y plus une mais deux organisations qui contrôlent le monde mais qui s’affrontent dans une guerre sans merci. Nakoï n’est pas le premier Village à avoir été attaqué. Swen en a détruit bien d’autres qui étaient avec Lune&Rose qui a fait de même. Mais cela fait partie de jeu de la guerre. La seule différence avec les attaques précédentes, c’est que Nakoï était un Village neutre.

- Qui est en train de gagner la guerre ? demanda Rey.

- Je dirais que Swen à l’avantage, répondit Dow, Swen est bien plus moderne et organisé que Lune&Rose. Et cela, grâce à leur chef.

- Lune&Rose n’est pas organisée ?

- Lune&Rose prône la liberté. Elle ne veut pas que les gens soient complètement dirigés…

- Drôle de manière de le montrer, ironisa Maki.

- …Elle veut qu’ils aient le choix. Ce sont de belles paroles mais qui ne sont pas forcément vraies dans la vie, et surtout dans la guerre. Mais Lune&Rose ne l’a pas compris.

- Ou refuse de le comprendre, rectifia Miko.

- De plus les gens font de moins en moins confiance en Lune&Rose parce que ce credo, ce que je viens de vous dire, contraste fortement avec ses agissements.

- Il y a un truc qui m’échappe, dit Isa, vous êtes en train de nous dire que Lune&Rose n’a pas de dirigeant et que c’est pour ça qu’elle perdait la guerre. Donc, en fait, les soldats de Lune&Rose peuvent faire ce qu’ils veulent.

- Ce n’est pas tout à fait ça, corrigea le vieil homme, Lune&Rose a un groupe de dirigeant dont quasiment n’importe qui peut le devenir. Toutes les semaines, ces dirigeants se réunissent dans ce qu’ils appellent la grande assemblée et proposent des missions, des lois, etc. Ils soumettent ces propositions à un vote et la majorité l’emporte. C’est une bonne idée de système, mais, hélas, bien trop fragile. Tout le monde ne pense pas de la même manière à Lune&Rose et les divergences entre les dirigeants ne sont pas rares.

- Ces types m’ont l’air bien compliqué, fit Sem à Rey.

- Donc pour résumer, dit Maki en sortant de la chambre, Swen fut créée après la disparition des pays pour remettre de l’ordre. Mais ils sont devenus trop puissants. Donc Lune&Rose a été créée pour faire contrepoids mais eux aussi sont devenus trop puissants. Et maintenant le monde est coupé en deux, les Villages sont utilisés comme ressources et les deux organisations se font la guerre parce qu’ils sont trop bêtes pour s’entendre ! Conclut la fillette en faisant les cent pas.

- Bref résumé un peu spécial, mais juste, confirma Dow.

- Qui est le chef de Swen ? demanda Isa.

- Il s’appelle Kess Okadov, répondit Miko, la direction passe de père en fils à Swen. Kess est le fils de Lok, qui a été le chef de Swen jusqu’à sa mort il y trois ans. Kess a été contraint de reprendre alors l’organisation alors au plus bas de sa puissance. Il n’avait que seize ans.

- Seize ans ? Il doit être drôlement jeune, remarqua Sem.

- Aujourd’hui il a dix-neuf ans, dit Dow, en effet il est jeune.

- Je croyais, dit Rey, que Swen dominait Lune&Rose…

- Aujourd’hui, il la domine, répondit Miko, il y a trois ans ce n’était pas le cas. A cette époque, Swen avait épuisé toutes ses ressources et était très affaibli. Lune&Rose, également en mauvais état, en a alors profité pour affaiblir davantage Swen. Cela n’a pas manqué. Suite à cette bataille, devenue phare à Lune&Rose, et à la mort de leur chef, Swen est sorti très diminué, aussi bien physiquement que dans leur ego. Lune&Rose a fait preuve d’une volonté extraordinaire bien qu’étant elle aussi au plus mal. Mais ses dirigeants ont su oublier leurs différents pour affronter Swen.

- Beaucoup ont cru que Swen était finit, continua Dow, mais le jeune Kess a su reconstruire l’organisation en un temps record. Comme l’a fait remarquer Sem, Kess est très jeune. Sitôt Swen reconstruit, il a tenté d’organiser une rencontre avec les dirigeants de Lune&Rose. Il a parfaitement compris que ce n’est pas en continuant la guerre que les choses s’arrangeraient. Malheureusement, sa demande n’a pas été écoutée. Les dirigeant de Lune&Rose sont vieux. Ils sont restés à l’époque où Swen dominait et n’ont pas vus le monde évolué.

- C’est ce Kess qui a ordonné l’attaque de Nakoï ? demanda Isa.

- C’est une possibilité, répondit Dow, le problème c’est que Kess ne fait pas l’unanimité auprès des seniors de Swen, et vu qu’ils ont beaucoup d’influence au sein de l’organisation, ils lancent des opérations à l’insu de Kess. Ils n’ont pas apprécié le fait qu’il ait voulu organiser une rencontre avec Lune&Rose.

- Donc, en fait, dit Rey, si Kess n’avait pas été le fils de l’ancien chef et le chef incontesté de Swen, l’organisation aurait été dans la même situation que Lune&Rose.

- C’est ça. Tu as tout compris Rey, répondit Miko

- Et ben ! Ça prouve à quel point ils sont solidaires entre eux, lâcha Maki.

- Et le rapport avec nous ? demanda une nouvelle fois Isa. »

 

Dow et Miko ne répondirent pas. Miko s’absenta quelques minutes pour préparer du thé. Pendant ce temps, son mari prit la parole.

 

« Il faut que vous sachiez, dit-il, que les deux organisations, aussi bien l’une que l’autre, et les Villages sont à bout. Ils n’en peuvent plus de la guerre. Malheureusement, Lune&Rose et Swen sont de force égale, alors les deux camps cherchent un moyen pour exterminer l’autre le plus rapidement possible. Kess, malgré son jeune âge a compris que si la guerre ne se terminait pas rapidement, la situation dégénérait et provoquerait un véritable massacre. C’est sans doute pour ça qu’il a voulu organiser une rencontre avec les dirigeants de Lune&Rose. Mais comme je vous l’aie dit, les Dirigeants de Lune&Rose ont refusé, alors lui aussi cherche le moyen, l’arme qui pourrait anéantir Lune&Rose.

- Il existerait un truc capable d’anéantir en un rien de temps des géants comme ces organisations là ? demanda Maki, incrédule.

- Il en existerait une, oui.

- Laquelle ?

 

 

 

Dow prit une grande inspiration. Miko était revenue entre temps, l’air gêné. Visiblement, le vieux couple aurait préféré ne pas aborder le sujet. Pourtant, quand Dow prit la parole, ce fut d’une voix sûre.

 

« Il y a une légende peu connue à Nakoï. Il y aurait ici, un vieux sabre. Selon la légende, le sabre appartenait à un samouraï très fort. Vous savez ce que sont les samouraï ? demanda t-il.

- Dites, fit Isa vexée, on ne sait peut-être pas grand-chose sur la guerre et tout le barda qui va avec, mais on n’est pas des incultes pour autant. L’Histoire, on la connaît.

- Vous dites que le sabre appartenait à un samouraï, dit Rey, comment s’appelait il ?

- Je l’ignore, répondit Dow, ce que je sais en revanche c’est que c’était un illustre samouraï, un des meilleurs.

- Le sabre doit bien être rouillé, fit Maki.

- Un jour, continua Dow, le samouraï fut déchu de tous ses biens et droits pour des raisons inconnues. Humilié et désespéré, le samouraï se suicida. Son corps fut retrouvé deux mois après sa mort et incinéré. Ses restes furent éparpillés aux quatre vents.

- C’est triste, murmura Sem.

- Voyez vous, expliqua Miko, l’honneur d’un samouraï est sa raison d’être. Pour eux, la honte équivaut à la mort.

- Quel rapport avec le sabre ? demanda Isa.

- Il y a toujours un rapport entre un sabre et un samouraï, répondit Miko, l’âme d’un samouraï réside dans son sabre.

- Dites, fit Maki, j’espère qu’il n’est pas question de fantôme ou d’âme torturée venue hanter les vivants ?

- Non, lui répondit Dow.

- Ouf !

- Il est plutôt question de malédiction, dit Miko.

- Quoi ??

- Une malédiction ? dit Sem, intriguée.

- On raconte que le samouraï se serait trancher la gorge avec son sabre, expliqua Dow, et que celui-ci aurait hérité de l’esprit de vengeance du samouraï. D’autre préfère dire que le samouraï a jeté une malédiction. Mais quelque soit la version cela revient au même : le sabre est maudit.

- Mais ce n’est qu’une légende, dit Rey.

- Qui sait, répondit Miko, dans toute légende, il y a une part de vérité.

- Et donc…commença Isa, si…

- Si Swen a attaqué NakoÎ, c’est parce que le sabre serait enterré ici, acheva la vieille femme, si la légende s’avère vraie, Swen aurait alors une arme redoutable pour anéantir Lune&Rose.

- Soyons réaliste, objecta Rey, toujours rationnelle, le sabre existe peut être, mais de là à ce qu’il soit maudit…De toute façon, dans l’opportunité qu’une des deux organisations retrouve le sabre avant l’autre, comment ils pourraient déclencher la malédiction ? Et comment être sûr que la malédiction ne se retournera pas contre eux ?

- Un sabre obéira toujours à son maître, dit Dow avec sagesse.

- Ce n’est pas vivant !

- Celui là pourrait l’être.

- Ce n’est qu’une légende !

- Oui, mais Lune&Rose et Swen n’abandonneront pas tant qu’ils n’en auront pas la preuve. »

 

Un long silence suivit la déclaration.

 

« Alors…, dit Sem en ayant l’air d’avoir compris quelque chose qui semblait évident, ils nous ont attaqué…juste pour CA ? Pour un sabre rouillé soi disant maudit ? Ils nous ont attaqué, ils ont réduit notre Village à néant, ils ont massacré des gens, des familles entières, des enfants n’ayant pas encore l’âge de penser par eux-mêmes…ils ont brisé la vie des habitants et la nôtre…à cause d’une stupide légende ?

- Je sais que c’est dur...., répondit Miko.

- C’est tellement injuste !

- Bien sur que c’est injuste, dit la vielle femme, mais nous sommes en guerre, Sem. Et la guerre n’est jamais juste. Bien d’autres personnes ont vu leur Village détruit et leur vie brisée, mais que peut-on y faire. Nous, nous ne sommes rien comparés à ces géants. »

 

Sem se tût. Il y avait trop de vérité dans ce qu’avait dit Miko pour répliquer.

 

« Mais cela ne nous dit toujours pas pourquoi ils en avaient après nous, fit Isa.

- Sans doutes pour vous utiliser comme otages, répondit Dow, Votre père étant le chef du Village, Swen aurait pu lui demander le sabre contre votre libération.

- Et notre père ? continua la jeune fille, où est-il ? Et notre mère ?

- Nous l’ignorons, répondit Miko, peut-être qu’ils se sont cachés. »

 

Cependant, le ton de la vieille femme était hésitant. Isa fixa d’un œil curieux le vieux couple qui - lui semblait-il évitait son regard. Allons bon ? Les Worrts leur auraient-ils caché quelque chose ?

 

« Vous devriez aller vous coucher, dit finalement Dow, vous avez eu une dure journée. Isa, Sem, ma femme va vous montrer votre chambre

- J’espère que demain je me réveillerai et que tout ceci n’aura été qu’un horrible cauchemar, lança Maki.

-Si seulement ç’en était un, dit Rey. »

 

Les deux filles se dirigèrent vers la chambre où dormaient déjà Lys et Naby. Quant à Sem et Isa, elles suivirent Miko à l’étage.

 

« Si vous avez besoin de quoique ce soit, nous sommes dans la pièce d’à coté, dit la vieille femme en leur tendant des vêtements de nuit et en leur montrant une chambre petite mais à l’aspect confortable.

- Merci.

- Bonne nuit, mes petites.

- Bonne nuit.

- Bonne nuit. »

 

Silencieusement, les deux sœurs revêtirent leurs chemises de nuit. C’était la première fois depuis longtemps qu’elles se retrouvaient seules dans la même chambre. Un silence gêné les séparait.

 

« Tu sais, dit Isa pour le briser, ce n’est pas dans cet état que j’aurais voulu voir le Village.

- C’est sur.

- Tu n’as pas trouvé Miko et Dow un peu bizarres sur la fin ?

- Ils sont sous le choc comme nous.

- Oui mais il y avait autre chose, j’ai l’impression.

- Comme ? demanda Sem en se glissant dans son lit.

- Heu…

- Si tu ne sais pas pourquoi tu m’en parles ?

- Mais…

- Isa, je suis fatiguée. »

 

Isa ne su que répondre face au ton froid de sa sœur ? Pourquoi était elle si désagréable avec elle ? Pourtant avant, elles s’entendaient bien .Que lui avait elle fait alors ?

 

« Sem…dit Isa en s’asseyant près d’elle.

- Qu’est-ce que tu veux ? lui répondit celle-ci.

- Ecoute Sem, dit Isa en cherchant ses mots, tu sais…je ve…

- Stop ! l’interrompit elle, n’essaye pas de me consoler pour une chose que tu ignores.

- Sem ! Enfin, pourquoi tu te comportes comme ça avec moi ? Qu’est-ce que je t’ai fait ?

- Laisse tomber.

- Non ! Je veux comprendre.

- Mais tu peux pas comprendre.

- Je peux essayer.

- Pitié, fit Sem d’une voix hargneuse, tu es la dernière personne à pouvoir « essayer » de me comprendre.

- Pourquoi ? Quel est le problème ?

- Toi ! C’est toi mon problème ! Toujours il y en a que pour toi. C’est toujours vers toi que l’attention se porte. C’est toujours toi que Père félicite. Tout le temps !

- Mais tu crois que j’y suis pour quelque chose ? Ce n’est pas de ma faute si père a décidé de me choisir comme héritière ! Je n’ai jamais demandé ça !

- Je sais. Et c’est bien ça le pire.

- Je ne comprends pas.

- Avant on était tout le temps ensemble, dit Sem en plantant son regard si vert dans celui si noir de sa sœur, tu t’occupais bien de moi, j’étais contente… Et puis tu es devenue l’Héritière et tout a changé…Alors que ferais-tu si la personne que tu admires le plus t’avais abandonnée…bien malgré elle ? »

 

Isa ne répondit pas. Déboussolée, elle regagna son lit et se coucha. Elle ne s’endormit que lorsque la pluie cessa.

_______________________

 

Un cri. Des éclats de voix. Une femme sortit. Pâle comme la mort, les cheveux désordonnés, vêtue d’une robe blanche, des larmes coulant sur ses joues, la femme tenait à la main un poignard, sans s’en rendre compte. Un homme la suivit. Il la prit par les épaules et tenta de la raisonner. Mais elle se débattit et s’enfuie dans la nuit. Dans son regard, on pouvait y lire le désespoir et la douleur de la trahison. La femme courait sans savoir où aller. Elle courait pour ignorer la douleur. La pluie avait rendu glissant les chemins. La femme trébucha et de la boue salit sa robe. Elle regarda aux alentours. Elle se trouvait au bord d’une rivière étrangement familière. Il y avait quelques habitations à moitié détruites. En se relevant, elle se rendit compte qu’elle tenait toujours le poignard. Comme folle, elle se mit à rire. Ce poignard tombait bien, elle savait quel usage elle allait en faire. Elle leva le poignard. C’était une nuit claire, et la pointe du poignard luisait à travers la lune. Après ça tout irait mieux. La femme abaissa alors le poignard…Elle se sentait bien maintenant.

 

___________________________

 

Voilà, une partie du chapitre en ligne. Il y a beaucoup de parlotte mais c'était neécessaire pour expliquer certaines choses. Je posterai la suite...un jour, peut être xD.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...