Jump to content


Âmes des Archanges


Guest Kuro
 Share

Recommended Posts

Voilà un autre de mes mondes mais rattaché à la première histoire que j'ai commencé à vous poster. Je voulais vous la faire partager, car elle possède un ton plus léger que l'autre et se déroule dans un univers bien plus High-tech... j'espère que ça vous plaira, alors n'hésitez pas à me poster vos avis, vos impressions...

Merci d'avance !  :-*

 

____________________________________________________________________________________

 

Doucement, comme au ralenti, les flocons descendaient d’un ciel grisâtre en virevoltant au gré du vent glacé. L’épaisse poudreuse se déposait en un doux manteau sur les centaines de kilomètres alentours, happant la moindre parcelle de couleur au profit de son blanc immaculé. Le jeune elfe fixait le givre qui s’étendait petit à petit sur l’immense fenêtre de la salle de classe. La plupart de ses camarades racontaient que l’hiver était une saison triste apportant avec elle une fatigue mélancolique.

Mais pas pour lui.

L’hiver était synonyme de grandes réjouissances. Son monde allait bientôt fêter le deux centième anniversaire de l’arrivée des Anges sur Qùoroaï. De plus, les tests de passage aux grades supérieurs pour tous les élèves débutaient dans quelques semaines. Rien ne pouvait le rendre plus heureux.

    « - Lieutenant Shaolàn ! Combien de fois devrais-je vous répéter de suivre le cours avec le reste de la classe ? hurla le professeur depuis le bas de l’amphithéâtre.

Tous les élèves se tournèrent vers lui et la plupart le regardèrent avec lassitude. Il entendit quelques rires à peine voilés sur sa droite et, en y jetant un coup d’œil, vit trois individus baraqués, pourtant à peine plus grands que lui, le singer et lui lancer des sourires étranges.

    « - Excusez-moi… marmonna Shaolàn.

    « - A qui crois-tu t’adresser ?

    « - Pardonnez-moi Capitaine ! rectifia-t-il en se levant d’un bond pour se mettre au garde-à-vous. 

    « - C’est mieux. Très bien reprenons et cette fois suivez lieutenant !

Shaolàn se rassit et ignora les chuchotements de ses camarades à son égard, posant son regard sur l’écran holographique de son ordinateur qui venait d’apparaître quelques centimètres au-dessus de son pupitre. Il fit défiler les quelques photos que décrivait le professeur et tapa  une dizaine de mots. Ils n’avaient ni queue ni tête et le jeune lieutenant replongea bientôt dans ses pensées. Le cours ne l’intéressait pas.

Comme tous les ans à la même époque, les professeurs racontaient l’histoire des Anges et de leur armée venus d’une planète proche. Mais Shaolàn la connaissait par cœur depuis sa plus tendre enfance. D’ailleurs, plus personne sur Qùoroaï ne l’ignorait.

Deux cent ans plus tôt, une effroyable guerre faisait rage dans ce monde, divisant ses peuples en deux camps distincts. L’un voulait asservir la race des Hommes Rouges, alors que le second voulait protéger leur mode de vie archaïque mais harmonieux.

Le premier camp était constitué des Wendigos qui mettaient déjà en esclavage les femmes de leur propre race et des Atlantes, une des races les plus sauvages, ne trouvant d’autre joie que la guerre. Ces derniers déclarèrent ouvertement la guerre en voyant que rien ne se passait. Les Elfes et le reste des Hommes s’opposèrent à eux, déjà habitués à combattre les Wendigos. Malheureusement ils perdirent face à la virulence des Atlantes et les Hommes Rouges se virent retirer royaume et liberté.

Une dizaine d’années plus tard, les Anges arrivèrent sur Qùoroaï depuis une planète proche visible depuis l’hémisphère nord : Orca. Les Elfes leur racontèrent ce qui s’était passé et leur demandèrent de l’aide. Les Anges décidèrent d’envoyer des émissaires auprès des Wendigos et des Atlantes mais ils ne revinrent jamais. Malgré leurs nombreuses tentatives, la discussion restait vaine et la guerre reprit de plus belle. Elle fut rapidement gagnée par les Elfes, largement aidés par les Anges. Ceux-ci n’avaient fait que très peu de victimes, refusant de tuer si cela n’était pas absolument nécessaire. Leurs armes paralysaient ou endormant leurs adversaires sans leur causer de dommages.

Les Wendigos et les Atlantes furent alors ramenés sur leurs territoires et étroitement surveillés. Les Anges construisirent alors plusieurs écoles militaires à travers les différents royaumes qui rencontrèrent rapidement un fort succès. Elles formèrent ce qui était considéré comme une élite guerrière à travers des dizaines de mondes. Les élèves pouvaient y suivre quelques années d’études avant de retourner se mettre au service de leur royaume natal ou bien signer un contrat avec l’armée et devenir eux-mêmes des Anges.

Il existe quatre sorte d’Anges : les Anges de l’Air, de l’Eau et de la Terre. La quatrième classe étant la plus élevée elle était très peu représentée dans les rangs de l’armée, il s’agissait des Archanges. Et le plus célèbre d’entre eux était sans nul doute le Général Kiétane, un Elfe Blanc venus d’Orca et qui commandait déjà l’armée lors de leur venue sur Qùoroaï. L’idole de Shaolàn. 

Guerrier simple et généreux on le voyait très peu en colère, sa présence imposant immédiatement le silence et le respect. Shaolàn rêvait de pouvoir le rencontrer un jour et pourquoi pas, de se battre un jour à ses côtés, une fois qu’il serait devenu un Archange.

La sonnerie retentit. Les élèves prirent leurs affaires et sortirent dans un vacarme épouvantable. Les cours étaient terminés pour la journée mais l’après-midi débutait à peine. Shaolàn attrapa son ordinateur portable et sortit rejoindre ses amis à la cafétéria pour mettre au point un programme pour la journée.

 

Link to comment
Share on other sites

 

oh encore une histoire avec des elfes tout gentils , pourquoi il y a jamais d'histoire entièrement consacrées aux nains

 

Ceux-ci n’avaient fait que très peu de victimes, refusant de tuer si cela n’était pas absolument nécessaire. Leurs armes paralysaient ou endormant leurs adversaires sans leur causer de dommages.

les nains par exemple auraient exterminés tout le monde^^

 

ba en fait c'est la seule critique que j'ai trouvé^^ , tout le reste est très bien

ça en fait maintenant des histoires à lire^^ , il faut vous arranger pour qu'il y en ait une par jour ;D

Link to comment
Share on other sites

C'est la première fois que je vois une histoire où anges et elfes sont mélés.

C'est marrant de voir un nom à consonnance asiatique "Shaolan" parmis tous ces noms qui font en fin de compte, plutôt mythiques.

Sinon, on retrouve bien ton style d'écriture plutôt agréable à lire, notamment dans la description du paysage enneigé (comme dans l'autre fiction ^^).

 

Autrement, pour les nains...et bien je trouve qu'ils dégagent moins de charisme que les elfes donc ca me va xD! Enfin, qui sait si certains n'apparaitront pas dans l'histoire plus tard? ^^

Link to comment
Share on other sites

Marchiii Madhatter !  :D

Euh pour les nains, pas possible je les ai tous zigouillés avant le début de l'histoire, mais qui sait j'arriverai peut-être à en déterrer un, un jour...  ;D

Voilà la fin du prologue en espérant que ça plaira à quelques uns d'entre vous !  :-[

 

_______________________________________________________________________________________

 

« - Et pourquoi pas une ballade en quad dans la plaine Nord ? proposa Shìn.

« - T’es soûlante avec tes maudits quads… On en a déjà fait il y a trois jours, se plaignit Tanaki. T’as pas autre chose ?

« - Contrairement à certains paresseux je cherche des idées au moins. Et puis il parait qu’ils vont démonter la scène du concert pour la mettre dans la salle de bal. Cette année la neige est trop tombée pour que l’on puisse faire la fête dans le parc… On pourrait aller leur donner un coup de main.

« - T’es pas folle ? Hors de question que je me bouge pour ces lèches bottes. J’suis pressé d’assister au concert mais pas à ce point là ! répliqua-t-il dans un éclat de rire.

« - Tanaki ! T’es pas croyable. Dès qu’il s’agit de relever les manches, monsieur se défile… Je t’en prie, c’est juste l’affaire de quelques heures, ça ne va pas te tuer quand même !

« - Qui sait ? Laisse tomber tu ne me feras pas changer d’avis, dit-il catégoriquement en la pointant avec sa fourchette.

« - Oh Shao’ aide moi… Shao’ ? Qu’est-ce qu’il y a ?

Shaolàn ne faisait pas attention à la dispute amicale entre ses amis. Son plateau repas de côté, il avait croisé ses pieds sur la table. Les mains croisées sur sa nuque, il tenait en équilibre sur sa chaise avec son habituelle attitude nonchalante. Il regardait sans le voir, le plafond vitré de la cafétéria recouvert d’une épaisse couche de neige.

« - Dis moi Tanaki, tu crois qu’elle accepterait d’être ma cavalière pour le bal ? demanda alors celui-ci.

Shaolàn détourna son regard du plafond en entendant un bruit de couverts tomber brusquement dans une assiette. Il vit Shìn furibonde s’éloigner sans un mot, son plateau repas dans les mains. Etonné de cette réaction, il se tourna vers son ami qui le regardait d’un air désapprobateur, le coude sur la table, le poing sur sa tempe.

« - T’es franchement pas malin ! Tu pourrais faire gaffe à ce que tu dis. Tu viens de nous la remettre en colère, et maintenant c’est à moi de discuter pour vous réconcilier. Je te remercie pas.

Son mai se leva à son tour, attrapa son plateau et courut après Shìn, hurlant son nom à travers toute la cafétéria. Shaolàn était déconcerté.

« - Mais qu’est-ce que j’ai fait encore ?

Quelqu’un s’arrêta à côté de lui. On passa un bras sous ses chevilles pour les soulever et Shaolàn tomba à la renverse en s’écrasant lourdement au sol. La tête douloureuse, il sortit de ses gonds en se relevant d’un bond et cria :

« - Tu te crois drôle ? Attend on va s’expliquer !

Deux paires de mains se refermèrent sur ses épaules et le maintinrent en place. Il essaya de s’en dégager mais elles l’empoignèrent avec plus de force, lui broyant les épaules. Il grimaça de douleur mais garda la tête haute en voyant qui s’approchait de lui. Un jeune homme ramassa la chaise de Shaolàn, la retourna et s’assit dessus en croisant ses bras sur le dossier.

« - Sora, marmonna le jeune lieutenant Elfe. Quel mauvais vent t’amène ? Tu crains tellement de me faire face que tu as besoin de ces deux abrutis pour me retenir ? ironisa-t-il.

Le jeune homme hocha la tête et ses camarades relâchèrent Shaolàn. Celui-ci massa ses épaules avant de se ruer sur Sora. Les deux hommes l’attrapèrent de nouveau et l’arrêtèrent à quelques centimètres de leur chef.

« - La seule qui pourrait e faire peur serait de m’abaisser à ton niveau. Tu es vraiment trop prévisible.

« - Tu veux te battre ?

« - Tu m’insultes. Je ne retirerai aucune gloire à te flanquer une raclée ici. Non, je voulais te dire quelque chose.

« - Bah, je suis dans un bon jour et confortablement installé, vas-y je t’écoute !

« - Arrêtes de jouer au plus malin. Je voulais te prévenir de faire plus attention à tes amis. Tu ne les mérites pas…

Le lieutenant Sora s’était subitement arrêté en sentant une main se poser sur son épaule. Il fit volte-face et vit un capitaine à l’air renfrogné poser son regard sur chacun d’eux avec lassitude. Tous les quatre se mirent au garde à vous. Le capitaine s’adressa alors à Shaolàn :

« - Lieutenant, vous êtes convoqué immédiatement dans le bureau du proviseur Ming ! Vous devriez vous dépêcher.

Sur ce, il les salua et repartit. Une fois le capitaine partit, Shaolàn passa entre les deux molosses et poussa violemment Sora pour passer entre les deux molosses et sauter par-dessus la rambarde. Il atterrit sur une table libre de l’étage inférieur, puis sur le sol dans une impeccable roulade.

« - Merci de débarrasser mon plateau à ma place, c’est très sympa de votre part les filles… À plus mes chéries ! s’exclama-t-il en les saluant d’un geste obscène.

Il arrangea la veste de son uniforme et sortit de l’immense cafétéria, un large sourire sur les lèvres, et se dirigea vers les bâtiments administratifs en sifflant.

 

(à suivre)

Link to comment
Share on other sites

Une partie ce matin, et une partie ce soir xD

J'ai été très productive aujourd'hui, je ne sais pas si je tiendrais longtemps la cadence !  :P

 

_______________________________________________________________________________________

Chapitre 1

 

« - Je crains réellement pour la sécurité de cette école, sans parler de  celle de vos élèves… Nous devrions peut-être…

« - Nous devrions quoi ? Renvoyer nos élèves chez eux ? Vous savez combien je vous respecte, mais prendre une telle décision ne ferait qu’aggraver les choses. Les tests sont dans quelques semaines à peine, juste avant notre anniversaire… Tous les renvoyer à cette époque provoquerait un véritable scandale. Pire encore, ce serait la panique générale !

« - Nos élèves seraient plus en sécurité chez eux, dans la vie civile. Nous ne pourrions pas tous les protéger en cas d’attaque…

« - Vous les sous-estimez. Ce sont de bons soldats et d’excellents guerriers. Ils pourraient parfaitement défendre nos relais…

« - Ils n’ont aucune expérience sur le terrain ! Ils n’ont fait qu’étudier et échafauder des tactiques sur ordinateur ou en simulation… Combien d’entre eux ont déjà tiré sur un être humain ? Combien ont tué pour survivre ou défendre quelque chose de précieux ? Combien ? s’était-il mit à hurler.

« - Je refuse de les lâcher dans la nature au risque de les voir se faire tuer pour quelque chose dont ils ignorent tout. Nous leur devons la vérité, s’ils doivent mourir, qu’ils sachent au moins pourquoi…

« - Tu resteras un éternel idéaliste, soupira l’étrange visiteur. Crois-tu que nous ayons bien fait d’implanter des écoles militaires dans ce monde ? Nous avons peut-être fait une erreur… Il reste beaucoup trop de tensions entre ses peuples…

« - Les Anges sont la meilleure chose qui soit arrivée à Qùoroaï. Regarde dehors ! Tous ses élèves de différentes races, de différents milieux. Ils cohabitent tous dans une merveilleuse entente. Cela aurait été impensable il y a deux cents ans. Personne ne regrette votre arrivée…

« - Malheureusement si. Eux ! Ils sont de plus en plus nombreux et ne reculent plus devant rien. Chacune de leurs attaques est plus audacieuse et plus violente que la précédente…

« - Hé bien qu’ils approchent de nos relais, nous les attendrons de pied ferme !

« - Ming ! s’emporta le visiteur en abattant ses poings sur le bureau du proviseur. Ne lis-tu plus les messages que le Conseil t’envoie ? Ils ne se soucient plus des relais, désormais ils s’en prennent à… Deux de nos académies ont déjà été attaquées et la moitié de leurs élèves sont décédés en tentant de les défendre, l’autre moitié a disparue ou est gravement blessée. Il y a de très gros risques pour qu’ils s’attaquent bientôt à celle-ci.

« - Mais ce serait pure folie !

« - Peut-être mais le prix en vaux largement la chandelle s’ils parviennent à maîtriser l’école et ses élèves…

« - Vous voulez dire qu’ils

Le visiteur hocha tristement la tête et s’assit lourdement dans le fauteuil derrière lui.  Le capuchon de son large manteau retomba sur ses épaules et le proviseur vit à quel point cette situation le tourmentait. La perte de milliers d’élèves l’avait profondément ébranlé.

« - Il faut que je trouve une solution… Je ne laisserai plus aucun autre élève mourir pour les Anges, murmura-t-il pour lui-même.

L’interphone sonna et l’une des secrétaires particulières du proviseur annonça à celui-ci qu’un élève montait dans son bureau. Le visiteur se leva et se cacha derrière un paravent de tissu beige d’où il pouvait voir toute la pièce sans être repéré.

 

L’ascenseur emmena Shaolàn à l’intérieur même du bureau du proviseur. Il appréhendait quelque peu cette convocation. D’habitude il allait chez les responsables de son grade, jamais personne n’allant chez le proviseur Ming. Qu’avait-il donc fait de si grave ?

La pièce dans laquelle il se trouvait mêlait agréablement outils et appareils high-tech aux meubles de bois sombre et lustré. Sur sa droite, une imposante bibliothèque le toisait. Ses étagères recelaient d’innombrables souvenirs et photos d’autres mondes, mais surtout elles arboraient diverses médailles et décorations décernées à son proviseur durant ses longues années de service chez les Archanges.

Un peu plus loin, appuyée sur un piquet de verre siégeait une ancienne armure d’Archange, véritable pièce d’orfèvrerie.

Les larges plaques d’argent poli se chevauchaient comme les écailles d’un dragon. Les épaulières et les plaques protégeant les avant-bras étaient hérissées de longues pointes translucides acérées. Chacune des plaques était ornée de dessins tribaux qui prolongeaient ceux des autres plaques. L’énergie qui partait du joyau central placé à quelques centimètres sous la base du cou, se propageait sous forme d’une lumière d’une vert vif et remplissait chaque dessin par lentes vagues successives , illuminant ainsi toute l’armure de l’Archange comme les pulsations d’un cœur. L’énergie ressemblant alors à la sève lumineuse dans les veines apparentes d’un être de métal. Malheureusement, pour le moment elle était éteinte.

Le casque, lui épousait parfaitement la forme du crâne. La visière en verre recouvrait la totalité du visage et lorsque le joyau se mettait en fonction, il apportait une grande partie de son énergie au casque et la visière s’illuminait de vert, cachant le visage de l’Archange. La visière permettait de recevoir un grand nombre d’informations sur le lieu et la tournure d’une bataille. Il servait e jumelles et même de système de visée une fois branchée sur un vaisseau ou un fusil électronique, basé sur le mouvement des pupilles. Un prodige de la technologie pourtant dépassé depuis deux générations.

Sur la droite du lieutenant se trouvait une longue banquette de cuir entre plusieurs drapeaux. À côté d’un paravent de tissu beige était accroché un écran plasma servant aux communications avec les autres écoles, le Conseil et, quoi que plus rarement, avec les vaisseaux en orbite basse autour de Qùoroaï.

Shaolàn s’arrêta à un mètre du bureau du proviseur et se mit au garde à vous.

 

(à suivreuuuh ! xD )

 

Link to comment
Share on other sites

En effet, parution sur le web de cette fanfic plus rapide que la Saga Guardians. Bref, les descriptions sont bien tournées quoiqu'un peu longues, et l'échange des deux protagonistes est pertinent, vu que les mots sont bien choisis.

Sinon, j'avoue être plus curieuse pour la suite de la Saga Guardian (tu serais moins productive pour cette fanfic?), mais celle des "Ames des Archanges" ne serait pas de refus ;).

Link to comment
Share on other sites

Et revoilà un tout piti bout de la suite. ^^

Bonne lecture !  ;)

 

_______________________________________________________________________________________

 

« - Repos Lieutenant… Dites-moi… Qu’allons-nous bien pouvoir faire de vous ? J’ai appris que vous aviez encore piraté plusieurs drones de surveillance extérieure pour faire une partie de bataille navale… De plus nous avons fermé le circuit n°2 car l’une des barrières de sécurité a explosé à cause d’une bombe de votre crû pour faire peur aux jeunes aspirants qui s’y entraînaient ce jour-là.

« Et je ne parle pas de la baie vitrée de la serre que vous avez faite voler en éclats en vous écrasant dessus avec un quad de l’école, dont vous aviez boosté les capacités. Ajoutons aussi les multiples avertissements et retenues pour troubles de l’ordre dans les couloirs de la cafétéria qui, me semble-t-il, est votre terrain de jeu favori…

« Voulez-vous vraiment devenir un Ange ou êtes-vous là contre votre volonté ?

« - Je ne souhaite pas devenir un Ange, Monsieur ! répondit le jeune lieutenant sur un ton tout à fait neutre.

Le proviseur qui ne s’attendait pas à une telle réponse retomba dans le fond de son fauteuil, totalement décontenancé par le jeune homme. Il tourna les yeux vers son visiteur mais celui-ci regardait attentivement Shaolàn, un sourire bienveillant sur les lèvres. Le proviseur Ming se racla la gorge et croisa ses mains sur son ventre.

« - Tu es donc ici contre ta volonté !

« - Ce n’est pas ce que j’ai dit, Monsieur !

« - Mais tu ne souhaites pas devenir un Ange…

« - C’est exact, Monsieur !

« - Alors que fais-tu dans cette école ? Nous formons des élèves dans le but d’en faire des Anges. Si tu voulais acquérir une expérience militaire avant de retourner te mettre au service de ton royaume natal l’on t’aurait envoyé autre part…

« - Ce n’est pas non plus ce que je veux, Monsieur !

« - Alors qu’est-ce que tu cherches ici ?

« - Je souhaite devenir l’un des vôtres, Monsieur ! Je veux devenir un Archange !

« - J’ai vu vos résultats aux différents tests Lieutenant. Vous montez en grade mais vos notes sont à peine au-dessus de la moyenne… Je suis dans le regret de vous apprendre que l’on ne devient pas un Archange avec de tels résultats. Les Archanges sont l’élite, nous ne prenons pas n’importe qui dans nos rangs !

« - Permission de parler librement, Monsieur !

« - Accordée.

« - Je ne pense pas qu’être un Archange, ou simplement un Ange, se limite à étudier des stratégies dans une salle de classe. Nous ne sommes pas des bureaucrates mais des guerriers, des soldats. Nous acquérons notre expérience sur les champs de bataille pas dans de vulgaires bouquins pour obtenir une bonne note. Je suis fait pour devenir Archange, je le sais depuis que je suis gamin.

« - Les résultats notés dans votre dossier vous l’interdisent.

« - Je ne suis pas un fichier parmi d’autres dans votre banque de données. Je suis un être humain, mais je suis avant tout un Archange dans l’âme ! s’emporta-t-il.

« - Vous n’êtes rien pour moi Lieutenant ! Je vous rappelle que je suis votre supérieur et en tant que tel vous me devez le respect. Tenez votre langue ou je vous la fais couper ! hurla le proviseur plus fort que lui.

Shaolàn se remit au garde à vous. Il savait qu’il avait été trop loin mais il bouillonnait d’une rage inexplicable. Le proviseur, qui s’était levé d’un bond pour frapper du poing sur son bureau, se rassit calmement. Son visiteur le regardait mais aucune expression ne se lisait sur son visage. Visiblement il attendait impatiemment de connaître la suite.

« - Les Archanges ne sont pas des têtes brûlées. Apprenez déjà à vous contrôler et à ne plus détruire tout ce qui vous tombe sous la main. Si vous n’y arrivez pas, je vous ferai renvoyer de cette école, vous serez rétrogradé et ne pourrez plus entrer dans aucune de nos écoles. Me suis-je bien fait comprendre ?

« - Oui, Monsieur !

« - Bien. Rompez !

Shaolàn recula d’un pas, le salua, et tourna les talons pour emprunter de nouveau l’ascenseur. Une fois partit, le visiteur retourna devant le proviseur mais resta debout, les bras croisés.

« - Ne sois pas trop dur avec lui, Ming.

« - Il leur faut de la rigueur et de la discipline… Tu me trouves injuste ?

« - Il me semble que tu t’es toujours trop acharné sur ce genre d’élèves. Que leur reproches-tu donc ?

« - De trop me ressembler à leur âge, avoua-t-il dans un souffle. Je ne sais que trop bien jusqu’où peut nous mener ce genre de comportement. L’inconscience est notre pire ennemie et j’aimerais le leur faire comprendre…

« - Je ne pense pas que ce soit de l’inconscience. Il cherche seulement à se faire remarquer, à montrer qu’il est le plus fort à ce genre de jeu. Ne le condamne pas. Il finira par apprendre que l’irresponsabilité peut lui coûter ses amis… Alors il s’assagira.

« - Comment peux-tu en être aussi sûr ?

« - Il te ressemble beaucoup. Jamais je n’oublierai cette tête brûlée qui m’avait servi de premier officier… Comme pour toi, l’expérience le mènera sur le droit chemin.

L’étrange visiteur replaça son capuchon sur sa tête. Il salua le proviseur d’un hochement de la tête et partit en direction de l’ascenseur. Le proviseur se redressa et l’interpella tandis que l’ascenseur ouvrait ses portes translucides.

« - Kiétane ! L’expérience s’acquiert avec l’âge et il est encore très jeune…

« - Qui ne l’a jamais été ? ironisa le Grand Général en passant les portes sans un regard en arrière.

L’ascenseur redescendit sans un bruit, laissant le proviseur Ming à ses sombres pensées. Celui-ci attrapa la canne verre posée contre son bureau et regarda au-delà de la baie vitrée de son bureau, contemplant les collines enneigées appartenant à son académie.

 

(à suivre)

Link to comment
Share on other sites

ça dépend vraiment. Mais souvent j'y ai déjà réfléchi et les phrases viennent ensuite toutes seules quand j'écris. Et puis je ne me force pas à écrire donc je peux y passer 10 minutes comme quatre heures !  :D

 

Pour la "syntaxe" je lis énormément depuis toute petite alors j'ai l'habitude de voir des phrases bien faites, et c'est donc facile pour moi d'écrire de cette manière.

Link to comment
Share on other sites

j'ai une autre question : est ce que l'histoire est finie ou tu n'est pas encore à la fin ?

Et combien de temps ça t'as pris pour être là ou tu en est ?

 

ceci est un sondage pour savoir si je suis dans la norme sachant que tout est relatif mais que ça fait 10 mois que je suis sur mon roman et j'ai ecris 80 pages sur une centaine environ je pense...

;D ;D

Link to comment
Share on other sites

Non l'histoire n'est pas finie ^^" et elle est loin de l'être.

Pour être là où j'en suis (en sachant que j'ai deux chapitres de prêts à vous poster) j'ai mis un an. À savoir également qu'entre temps j'ai trois autres histoires de commencées dont une depuis plus de quatre (pour un tome et quelque), que j'étais au lycée avec le Bac à préparer et que maintenant je fais partie de la team !  :D

 

Mais comme tu l'as dit tout est relatif.

Chacun écrit à son rythme et je doute que l'on puisse donner une norme mdr

Link to comment
Share on other sites

Aller la suite, que du texte. Mais la prochaine partie et donc début du chapitre 2 il y aura du dialogue et un début d'ennuis pour notre héros !  :D

 

_______________________________________________________________________________________

 

Shaolàn était retourné à sa chambre. Les livres auparavant sur son bureau et maintenant éparpillés sur le sol les objets brisés contre les murs et sa bibliothèque renversée, n’avaient pas calmé sa colère. Le proviseur avait fait placer deux gardes devant sa porte car il avait été consigné dans ses quartiers pour insubordination et trouble de l’ordre dans la cafétéria. Les punitions étaient toujours justifiées mais le mettaient dans des états impossibles. Il se sentait comme un animal sauvage à qui l’on venait de retirer sa liberté.

Il ne pouvait pas rester dans cette minuscule chambre où il allait devenir fou. Il retira son uniforme pour mettre des vêtements plus confortables. Il enfila un baggy, un large pull à capuche et vissa une casquette noire sur sa tête. Il ouvrit sa porte-fenêtre, sortit sur le balcon et la referma sans un bruit. Il passa la tête par-dessus la rambarde et regarda en dessous. Il se trouvait au huitième étage et un saut lui serait fatal. Sauter de balcon en balcon aurait été un jeu d’enfants mais lui prendrait trop de temps.

Il vit alors les guirlandes de tissu accrochées pour la fête, au niveau du sixième étage, entre son bâtiment et celui d’en face. Un drone de surveillance approchait. Il fallait qu’il se dépêche.

Il enjamba la rambarde sur sa gauche, sauta et se rattrapa à celle du dessous. Un nouveau saut lui permit d’atteindre le sixième étage. Il s’assura que personne ne se promenait dans les parages et passa sur le balcon. Le drone se trouvait plus très loin et il n’y avait toujours personne en vue. Tous les élèves devaient être à la bibliothèque pour faire leurs devoirs ou dans les salles de simulation de combats aériens et terrestres. Celle de simulation navale étant hors service depuis deux semaines après qu’il ait mit le feu aux engins par accident.

Il posa les pieds sur le câble et testa sa résistance. Il semblait pouvoir supporter son poids. Il avança dessus avec précaution et son étonnant sens de l’équilibre. Il parcourut l’équivalent de trois mètres et s’arrêta pour s’accroupir. Le drone se rapprochait. Arrivé à son niveau, Shaolàn sauta et atterrit dessus sans trop de mal. Sous le choc et le poids de son passager clandestin, le drone se mit lentement à descendre vers le sol. Le lieutenant lui fit prendre un virage et se mit à couvert des arbres. Une fois à terre, il arracha les fils rattachés à la caméra de surveillance. Il y eu une surchauffe et le drone implosa. Il attrapa alors la lourde machine et la mit derrière un buisson où il la recouvrit de neige.

Quelque part, il était heureux que le proviseur Ming ait fait augmenter la hauteur réglementaire de vol des drones de surveillance, après que celui-ci ait joué à les bombarder de fioles de peinture, sans quoi il n’aurait probablement pas pu s’enfuir. Il rabattit sa capuche sur sa casquette et se mit à courir dans le dédale de rues de l’académie. Il évitait soigneusement de croiser d’autres élèves et se dirigea vers le garage. Son choix se porta sans hésitation sur l’une de ces nouvelles motos anti-gravité. Il l’enfourcha, ôta sa casquette pour la ranger dans l’une des poches de son baggy et prit un casque et des gants.

D’habitude ces motos étaient exclusivement réservées aux Anges haut gradés. Le plaisir de la piloter n’en serait que décupler. Il enfonça sa bague dans l’orifice prévu à cet effet et la moto démarra. Les bagues en argent offertes aux élèves contenaient un film électronique sur lequel était gravé la carte d’identité de son détenteur et diverses autres informations. Evidemment, celle qu’il venait d’insérer avait été trafiquée.

La moto ronronnait de plaisir, tout comme son nouveau pilote. L’engin partit en trombe et la porte s’était à peine ouverte que Shaolàn la passa. À une demi seconde près il aurait pu rentrer dedans.

La vitesse que l’engin pouvait atteindre était plus que grisante. Comme le garage s’ouvrait sur les terres, personne le vit sortir. Ce côté des plaines n’appartenait pas à l’académie, il pouvait s’y défouler, il n’y rencontrerait personne. Les pointes de vitesse qu’il faisait lui paraissaient hallucinantes. La plaine était vallonnée et à chaque sommet de colline, il effectuait un saut toujours plus haut et toujours plus long. Même si elle ne touchait pas le sol, la moto créait des vagues de poudreuse dans son sillage.

Au bout de deux heures, ayant épuisées ses idées, comme la plupart de ses forces, il décida d’aller sur le plateau qui surplombait l’académie militaire. A son sommet, il arrêta le moteur de la moto et posa son casque sur le siège. Le fond de l’air était frais, il garda ses gants et remis sa casquette sous sa capuche. Il s’assit au bord de la falaise, les bras autour de ses genoux repliés contre sa poitrine.

Maintenant que la possibilité d’un renvoi définitif planait au-dessus de sa tête, il voyait l’académie sous un autre angle. Ce qu’il avait toujours prit pour une vaste prison aux allures d’aire de jeu, lui paraissait être aujourd’hui un prodige d’architecture Essnär, aussi beau que majestueux.  Le centre névralgique de cette fourmilière à taille humaine était le bâtiment de la haute administration, qui dépassait les autres constructions d’une soixantaine d’étages. Il était visible à plusieurs kilomètres à la ronde. Mais seules les quinze derniers étaient réservés à la haute administration. Les précédents servant de quartiers aux invités et au proviseur, mais renfermait aussi une immense bibliothèque.

Quatre bâtiments en forme d’arcs l’entouraient. C’était les bureaux de la basse administration. Le premier réglait les problèmes liés aux élèves aspirants, le second aux Anges terrestres, le troisième aux Anges aquatiques et le dernier aux Anges d’air. Le peu d’archanges présents dans l’académie devaient s’adresser aux bureaux de la haute administration. Être convoqué dans l’un de ces bâtiments ne pouvait signifier que l’approche de très gros ennuis et Shaolàn connaissait le premier comme sa poche.

Entre les deux premiers bâtiments administratifs passait un canal coupant toute l’académie en deux, comme une lance pointant de la bibliothèque jusqu’aux terres. L’académie était construite sur une pente douce, donc l’eau du canal s’écoulait jusqu’aux terres en traversant des bassins aménagés en terrasses. Au-dessus de chaque bassin se dressaient des arches de métal et de pierre soutenant des passerelles de verre que les élèves utilisaient rarement, préférant le monorail et les tapis roulant à la marche à pied.

Venaient ensuite les salles de cours et de simulation. Les salles de cours avaient de grandes baies vitrées donnant sur les terres ou des jardins. Les seules vitres présentes dans les salles de simulation n’étaient visibles que depuis le ciel car elles servaient de plafond. La première fois que Shaolàn en avait entendu parler, il s’était attendu à voir des pièces remplies de bornes de jeux vidéo et d’ordinateurs reliés à des écrans géants. Il n’en était rien.

Chaque salle était aussi vaste qu’un stade d’athlétisme.

Chacune des trois spécialités – terrestre, aérienne et aquatique – en possédait dix. Les salles les plus convoitées étant celles de la simulation aérienne. Seulement, pour pouvoir en profiter, il fallait réserver longtemps à l’avance. L’attente durait au minimum trois mois. Les salles de simulation en combat terrestre et aquatique étaient au sol près des salles de classe. Celles de simulations aériennes se trouvaient dans les airs, légèrement au-dessous des derniers étages de la bibliothèque. Totalement transparentes, elles ressemblaient à de gros ovnis volant à basse altitude au-dessus de l’académie.

On y accédait à l’aide de longs ascenseurs tubulaires. Les salles étaient anti-gravité et devaient être arrimées à la bibliothèque par de longs câbles d’acier pour les empêcher de dériver au gré du vent. Etant accessibles de jour comme de nuit, les nuits étaient souvent bruyantes et éclairées par les armes laser des Alpha, les vaisseaux les plus petits et les plus maniables de l’armée.

Les Alpha avaient une forme ovoïdale allongée et leurs ailes ressemblaient à des croissants de lune, partant de l’arrière du vaisseau et dépassant le cockpit d’environ deux mètres. Ils mesuraient en tout huit mètres cinquante, une aille plutôt risible quand on savait que les plus gros vaisseaux non orbitaux – les Omicron de cinquième génération – mesuraient près de deux cent mètres.

Le cockpit était spacieux et même confortable pour un appareil de combat. Le baquet du pilote mémorisait la forme du dos donnant au pilote la sensation de ne faire qu’un avec la machine. Les appareils de mesures, de navigation et commande s’affichaient sur un écran tactile incurvé qui apparaissait à hauteur de ceinture une fois l’appareil en fonction. À part çà, l’intérieur de l’appareil était totalement nu. Les commandes se trouvaient en bout d’accoudoirs, sous la forme de deux sphères de verre percées chacune de cinq trous peu profonds pour y placer les doigts. L’une servait à la maîtrise de la direction et de la vitesse, l’autre contrôlant les armes et radars.

Shaolàn adorait ces vaisseaux même s’il aurait préféré tenter de piloter l’un des Delta X-54, les plus infaillibles vaisseaux furtifs de combat néo orbital. Mais ils étaient exclusivement pilotés par des Archanges.

Un bip provenant de son bracelet l’informa qu’il venait de recevoir un message depuis le bracelet d’un autre élève. C’était Tanaki. Shìn s’était calmée et il devait les rejoindre dans le parc pour qu’il se fasse pardonner. Il devrait sûrement les aider à démonter la scène du concert et transporter le matériel. Il soupçonnait son amie d’avoir provoqué la dispute pour les obliger à l’aider.

Il enfourcha de nouveau la moto et repartit en direction de l’académie dans une gerbe de neige.

 

(à suivre chapitre 2)

Link to comment
Share on other sites

 

Il enfila un baggy, un large pull à capuche et vissa une casquette noire sur sa tête.

c'est un ange du 93 :D

 

petite partie sans dialogue que du texte mais ça me gêne pas du tout car les descriptions sont bien faites

 

par contre pour une fois j'ai réussi à trouver des fautes :o(bon d'accord au bout de la 3ème relecture)

Link to comment
Share on other sites

 

Il enfila un baggy, un large pull à capuche et vissa une casquette noire sur sa tête.

c'est un ange du 93 :D

 

looool

 

par contre pour une fois j'ai réussi à trouver des fautes :o(bon d'accord au bout de la 3ème relecture)

 

Ah ? Où çà ? Où çà ?? Histoire que je puisse me corriger.

Link to comment
Share on other sites

Et voilà enfin le début du chapitre 2 :

Enjoy !  :D

 

(à savoir que ses emmerdes lui arriveront dans le passage suivant ! mouahahahahaha xD)

 

_______________________________________________________________________________________

 

Chapitre 2

 

La scène du concert avait été montée dans la partie sud du parc, juste derrière la bibliothèque et non loin de la cafétéria et d’une bâtisse qui servait de salle de spectacle.

Shaolàn avait réussi à se rendre dans le parc sud sans être repéré par les drones et les caméras de surveillance qui semblaient s’être multipliés durant son absence. C’était la première fois qu’il en voyait autant de sortis, même durant les anniversaires alors que les représentants d’autres écoles de plusieurs mondes étaient présents. Il posa à Shìn cette question qui lui brûlait les lèvres.

« - Pourquoi il y a plus de drones tout d’un coup ?

« - Il y a beaucoup de rumeurs mais je me suis renseignée en profondeur et…

« - En profondeur ? T’as encore piraté l’IA de l’académie ? T’es malade ? La dernière fois déjà tu as failli te faire avoir ! s’écria-t-il.

« - Alors toi ne me fais pas ta leçon de morale. On peut pas dire que tu sois blanc comme neige…

« - Oh, ça va… Bon alors ? Qu’est-ce que t’as trouvé ?

« - Mais je n’en suis pas certaine…

« - Si tu l’as trouvé en piratant l’IA ça ne peut être que vrai.

« - Pas si sûr ! coupa Tanaki. Ils ont su que quelqu’un les piratait souvent. Ils ont peut-être créés des sortes d’appâts pour attraper notre chère hacker.

« - Ouais mais je les ai vite repérés. On peut pas dire qu’ils soient très doués.

« - Ca répond toujours pas à ma question, dit Shaolàn en s’asseyant sur une grosse caisse métallique.

« - Ce que tu peux être impatient ! s’énerva Shìn. Au fait ça me tracasse depuis que tu es arrivé mais… Pourquoi tu ne portes pas ton uniforme ?

« - J’ai juste été faire un petit tour…

« - Un petit tour ? Je viens de voir dans ton dossier que tu as été consigné dans tes quartiers ! Tu aimes vraiment t’attirer des…

« - Je t’ai déjà dit d’arrêter de fouiller là-dedans ! Ca ne te regarde pas ! Et puis si tu savais que j’étais consigné, pourquoi vous m’avez demandé de venir ?

« - Vous êtes aussi cons l’un que l’autre ! s’interposa Tanaki. Alors arrêtez de vous bouffer ou je vous jure que ça va mal aller…

Shìn et Shaolàn avaient tout de suite arrêté, posant des yeux grands ouverts sur leur ami furibond. Celui-ci ne put se retenir plus longtemps et il explosa de rire. Shìn soupira en levant les yeux au ciel et releva sa manche gauche pour allumer son bracelet. Un écran tactile d’un vert translucide apparu sur son avant-bras. Elle sortit ses lunettes qu’elle relia à son bracelet grâce à un câble transparent et se mit alors à pianoter rapidement sur l’écran pour se connecter.

Shaolàn était à chaque fois impressionné. Des images défilaient sur les verres de ses lunettes à une vitesse hallucinante, mais elle réussissait à toutes les examiner. Elle arriva bientôt au niveau de l’IA. Les différents niveaux de sécurité aussi sophistiqués étaient-ils n’avaient absolument aucun secret pour son amie. Elle fouilla quelques fichiers, en contourna d’autres et trouva ce qui l’intéressait.

« - J’y suis ! C’est le rapport d’un major qui surveillait un relais avec son unité…

« - Quel relais ? demanda Tanaki.

« - Euh… Le relais principal de Graba au nord d’Illama… Ils étaient très proches de nous…

« - Qui çà ? demandèrent les deux garçons en cœur.

« - Un… Un groupe terroriste. Je ne trouve leur nom dans aucun fichier. Il semblerait qu’ils s’attaquent à des relais depuis près de cinquante ans.

« - Cinquante ans ? Mais pourquoi s’attaquent-ils aux relais ? Qu’est-ce que ça a à voir avec nous ?

« - Attend ! Tu es énervant à force… Tout d’abord les relais sont plutôt intéressants. Ils sont très peu protégés du fait de leur éloignement des académies auxquelles ils sont rattachés. De plus ils ravitaillent les vaisseaux et unités en mission.

« - Et alors ?

« - Réfléchis Shaolàn, commença Tanaki. Les relais ravitaillent des Anges en mission dans un périmètre de plusieurs centaines de kilomètres. Ils doivent donc posséder une phénoménale quantité d’énergie, d’armes, de vivres et de pièces de rechange… De véritables cavernes aux merveilles.

« - Ouais si vous voulez. Mais alors pourquoi la sécurité est-elle renforcée ici ? insista-t-il.

« - C’est là que ça se complique… Il semblerait… Que ce ne soit pas un relais qui ait été attaqué il y a quelques jours…

« - Comment çà ? Non pas… Une académie ?

« - Ca va pas ! Et puis quoi encore ? protesta Shaolàn.

« - Non, dit Shìn en hochant la tête.

« - Tu vois ! T’as de ces idées parfois…

« - En fait… Il y en aurait eu deux d’attaquées en moins d’un mois…

La bouche bée, les deux garçons regardaient leur amie d’un air totalement effaré. D’après eux, il fallait être totalement stupide pour attaquer des écoles qui formaient les meilleurs guerriers qui puissent exister.

« - Ils ont du se faire charcuter ! Un vrai carnage ! J’aurais vraiment voulu y être ! s’exclama-t-il en se remettant sur ses pieds, frappant et évitant les coups d’un ennemi invisible.

« - Shao ! Il y a eu énormément de morts… Ca a réellement été un carnage, souffla Shìn en retirant ses lunettes.

« - Qu’est-ce que je disais ? Quelle bande de veinards…

« - Non, tu ne m’as pas comprise… Ce sont les élèves et les Anges qui ont été tués…

« - Quoi ? Mais comment ?

« - Ils ont utilisé nos propres armes contre eux… Les relais leur en ont beaucoup fourni.

« - Mais ils cherchaient quoi en attaquant les académies ? Nous n’avons presque pas d’armes… Nos… Nos vaisseaux ne sont pas armés, ils nous servent à nous entraîner…

« - À vrai dire… Toutes les académies possèdent… Une chose extrêmement précieuse. Je ne sais pas si je dois vous le dire…

Shìn ne pu terminer sa phrase. Le bracelet de Shaolàn émit une sonnerie stridente et un écran rouge vif translucide apparu sur son avant-bras. Il était convoqué dans le bureau du directeur du bâtiment administratif des élèves aspirants. Ils avaient enfin du remarquer sa disparition. Qu’allaient-ils lui réserver cette fois ?

Il quitta ses amis en courant, sans connaître le pourquoi des attaques.

 

« - Repos, Lieutenant ! Tout d’abord je vous demanderai de ne plus vous présenter devant moi sans votre uniforme. Je devrai vous coller un rapport pour çà, mais je crois bien que votre dossier en est déjà plein à craquer… Je vous ai convoqué car je viens de recevoir un message de la haute administration… Il semblerait que vous ayez dépassé les bornes.

Shaolàn déglutit difficilement mais ne bougea pas d’un pouce. Pour la première fois depuis qu’il était entré à l’académie, il se sentait mal à l’aise.

« - Vous devez savoir que pour ce que vous avez encore fait, je pourrais vous renvoyer définitivement… Pourtant, le proviseur Ming lui-même m’a demandé de vous donner une ultime chance.

Shaolàn était abasourdi. Avait-il réussi à convaincre ce proviseur réputé inflexible ? Il en doutait fortement. Il avait quand même prit personnellement son cas en main en lui accordant une autre chance. Le jeune lieutenant en était fier et il voulait désormais tout faire pour mériter un tel honneur.

« - Je suis donc dans l’obligation de vous mettre sous la tutelle d’un de vos camarades de classe afin qu’il vous donne des cours de rattrapage. S’il parvient à tirer quelque chose de vous, vous monterez en grade et surtout vous pourrez rester dans notre académie. Seulement… Il vous surveillera à chaque seconde du jour et de la nuit. Ne faîtes pas cette tête là voyons, au contraire soyez heureux car cet excellent élève s’est très gentiment porté volontaire. Une grande preuve de courage quand on sait qu’il devra vous supporter… Faîtes-le entrer.

Shaolàn ignora les piques du directeur et se remit au garde à vous. En entendant le nom du mystérieux élève, Shaolàn crut qu’il allait hurler.

 

(à suivre)

Link to comment
Share on other sites

L’attente durait au minimum trois moi.

c'est mois pas moi à moins que tu sois très égocentrique :D

................et c'est tout ce que j'ai trouvé^^"

 

lol ok

c'est corrigé ^^

 

vivement la suite pour que ses problèmes commencent

 

si tu en a déja parler je crois deviner qui va être son "tuteur"^^

 

Et oui.... niar niark

 

par contre la suite ne sera pas avant demain, là j'ai pas la frite... gomen ! ^^"

Link to comment
Share on other sites

Là je peux dire que ton expression est excellente (meilleure que dans la Saga Gardians? j'ai comme l'impression).Tu maitrises parfaitement les éléments qui constituent cet univers si futuriste, tel que les engins et surtout les décors!

Les dialogues sont encore une fois bien rédigés (les phrases ne sont pas banales et il y a une certaine vivacité que j'apprécie) et puis tu sais couper là où il faut, si bien qu'on est constamment sur notre faim.

Par contre, j'ai du mal à saisir si Shin est une fille ou non. (Il me semblait que c'était un garçon).

Shìn soupira en levant les yeux au ciel et releva sa manche gauche pour allumer son bracelet. Un écran tactile d’un vert translucide apparu sur son avant-bras. Elle sortit ses lunettes qu’elle relia à son bracelet grâce à un câble transparent et se mit alors à pianoter rapidement sur l’écran pour se connecter.

Ce ne serait pas plutôt Tanaki qui allume son bracelet? Bref, ca prête à confusion.

Fais aussi attention à ne pas oublier les négations.

Link to comment
Share on other sites

Et voilà la suite tout juste chaude ! Régalez-vous !  :D

 

_______________________________________________________________________________________

 

« - Lieutenant Sora ! Je laisse cet élève à vos bons soins. Vous pouvez utiliser tous les lieux et équipements dont vous aurez besoin. Vous avez carte blanche… Bien, rompez !

Les deux lieutenants saluèrent respectueusement le directeur et sortirent du bureau. Shaolàn ne put s’empêcher de frapper dans un poteau une fois au-dehors. Il se trouvait dans une colère noire. Il se tourna vers son camarade et l’agrippa par le col de son uniforme.

« - Pourquoi a-t-il fallu que ce soit toi ? T’es mort de rire, hein ?

Le fier lieutenant ne répondit pas. Il attrapa le poignet de Shaolàn et lui fit lâcher son uniforme. Il remit son col en place et épousseta ses épaules. Une fois fait, il croisa ses bras sur son torse et regarda Shaolàn d’un air dédaigneux. Celui-ci fulminait et serrait les poings, prenant sur lui pour ne pas les écraser sur ce visage brillant de malice.

« - Mon très cher Shaolàn, commença-t-il sur un ton doucereux qui fit dresser les poils de la nuque de son condisciple. Saches que je fais çà pour ton bien…

« - Ne me fais pas rire je ne suis vraiment pas d’humeur…

« - Allons, allons. Ne me fais pas passer pour une espèce de manipulateur ou je ne sais quoi d’autre…

« - T’as pas besoin de moi pour çà !

« - qu’est-ce qui t’arrives ? Ça te fait mal que je t’aide ? Désolé mon pote mais tu vas devoir me supporter durant les deux mois à venir. Fais un seul pas de travers, la moindre petite connerie et je serai ravi de te foutre dans le premier vaisseau en partance pour le trou paumé d’où tu viens…

Cette fois Shaolàn ne se retint pas. Il lança son poing droit mais Sora l’évita sans peine. D’une simple balayette, il le fit s’écraser sur le sol et posa un pied sur sa poitrine. Maintenant il le toisait, ses mains négligemment mises dans ses poches.

« - Laisses tomber, tu n’as pas le niveau… Rendez-vous demain en cours. Je te promets de te faire un emploi du temps d’enfer… Mon chou…

Shaolàn, toujours par terre, le regarda s’éloigner, frappant rageusement le sol du poing.

 

Les semaines qui suivirent furent éprouvantes. Sora le faisait se lever à l’aube pour courir à travers toute l’académie. Shaolàn ne l’aurait cru en aussi grande forme en fin de compte. Il ne pouvait plus avoir de contact avec ses amis et devait prendre ses repas dans ses quartiers. Pourtant, certaines journées pouvaient être aussi drôles qu’épouvantables, comme le jour où il s’était retrouvé dans la salle de simulation aérienne, à couvrir l’aile droite de Sora. Ils devaient protéger un relais d’une attaque terrestre. Avec un autre élève, ils avaient opté pour une formation delta mais Shaolàn, qui commençait à s’ennuyer s’était lancé dans une chasse en solo. Au final, Sora et l’autre élève avaient très rapidement été hors d’état de nuire et Shaolàn, après avoir détruit quelques vaisseaux isolés, fut coincé malgré ses vrilles et ses feintes puis abattu sans ménagement.

« - La vache ! Ils étaient trop rapides aujourd’hui… Comment ça se fait ? s’écria-t-il en sortant de son alpha.

Il dévissa légèrement les valvules de sa combinaison de pilotage, ce qui lui permit de se déplacer de manière plus équilibrée et surtout plus gracieuse, ses muscles ayant pus de place pour se décontracter. Il s’étira en faisant craquer quelques articulations et rejoint ses deux compagnons.

« - Hé ! C’était une mission de quel niveau ? Putain j’ai bien crut que j’en abattrai aucun…

« - Espèce de sale con ! hurla Sora en lui décochant un crochet du droit. Tu te rends compte qu’en situation réelle on aurait perdu une centaine d’hommes et ce relais par ta faute ? T’es vraiment cinglé. Qu’est-ce qui t’a prit de te casser faire ton cirque comme çà ?

Shaolàn se remit sur ses pieds mais ne fit rien. Il devait absolument se tenir à carreau ou s’en serait fini pour lui. Il se contenta de récupérer ses lunettes au sol et de jeter un regard noir à Sora.

« - Ce n’était qu’une minable mission de niveau E…

« - De niveau E ? Et ce serait moi le taré dans le l’histoire ? Ces missions sont bien trop difficiles pour des élèves de notre niveau…

« - De ton niveau tu veux dire ! Si par le plus improbable des miracles tu passais avec succès les tests à la fin du mois et que tu devenais Capitaine, ce genre de mission tu devras les réussir les doigts dans le cul, tu m’entends ? La guerre n’est pas un jeu, il y aura des vies à protéger et aucun droit à l’erreur. Alors tu vas me recommencer cette mission jusqu’à ce que tu atteignes un niveau suffisant pour avoir le droit d’aller pioncer.

Shaolàn cracha avec hargne aux pieds de Sora avant de resserrer  les valvules de sa combinaison. Celle-ci sembla se contracter et moula le corps musculeux du jeune lieutenant comme une seconde peau. Il remit ses lunettes et la vitre bombée du cockpit de l’Alpha se referma sur lui.

Les combats se succédèrent avec des résultats plutôt mitigés pendant plusieurs heures. Il était très tard quand Sora décida que son souffre-douleur en avait assez fait. Shaolàn n’avait réussi à mener à bien aucune de ses missions. Pourtant il se rendait compte qu’il s’était amélioré car le nombre de victimes chez ses alliés avait diminué et celui de ses ennemis considérablement augmenté, mais ce n’était toujours pas suffisant. Il réussissait enfin à mettre en pratique ses longues heures d’études stratégiques et surtout apprenait de ses précédentes erreurs. Sa progression était fulgurante, même si Sora refusait de le reconnaître.

Sora le laissa devant l’entrée de l’immeuble où Shaolàn résidait. Celui-ci attendit qu’il se soit suffisamment éloigné avant de partir faire une ballade dans les rues endormies de l’académie. Le soleil n’allait pas tarder à se lever. Le jeune lieutenant déambulait en regardant ses pieds. Il rejoint les jardins devant la bibliothèque, tout près du canal. La bâtisse était illuminée de blanc argenté et de vert, la couleur des Anges, se découpant avec élégance et fierté sur le ciel trop peu étoilé aux yeux de Shaolàn. La bibliothèque, les lampadaires et tout ce qui brillait dans l’académie, polluait le ciel d’un trop plein de lumière, voilant le faible éclat des lointains astres.

Affalé sur son banc, il étira ses membres engourdis par le froid de la nuit, accompagnant le mouvement d’un long bâillement. Il essuya une larme et ferma les yeux pour les reposer juste un instant. Il entendait l’eau du canal couler avec lenteur, et le bruissement des feuilles dans le vent. Le seul son qui le dérangeait était celui des armes laser des Alpha qui mettaient une nouvelle fois des simulations en scène, lui rappelant la désagréable expérience de ces dernières heures. Finalement, plus fatigué qu’il ne l’aurait crut, il s’endormit, seul sur son banc.

 

Après ce qui ne lui avait semblé n’être que quelques secondes, on le réveilla d’un léger coup de pied dans le tibia. C’était Shìn. Le soleil était levé et les rues grouillaient déjà de monde. Il bâilla et lança un regard embrumé vers son amie tout en grattant son épaisse tignasse blonde.

« - T’as pas l’air frais, se contenta-t-elle de dire.

Shaolàn grogna avant de bâiller de nouveau.

« - C’est tout ce que tu trouves à me dire ? On se s’est pas vus depuis un mois et la première chose que tu me sors quand on se revoit c’est t’as pas l’air frais ? Je te remercie…

« - Tu aurais peut-être préféré que ce soit moi qui te remercie ?

« - De quoi tu parles ?

« - Fais pas l’innocent. C’est bien toi qui m’a dénoncée au directeur ! C’est toi qui leur a dit que j’étais le hacker.

« - J’vois pas de quoi tu parles… Et puis arrête de m’agresser dès le matin…

« - Tu m’as dénoncée au directeur espèce d’enflure ! Ils m’ont confisqué tout mon matériel. J’ai plus rien !

« - Mais puisque je te dit que c’est pas moi ! Jamais je t’aurais dénoncée !

« - Alors comment ils auraient su ? Il n’y avait que toi et Tanaki qui étiez au courant… Tanaki ne m’aurait jamais fait une chose pareille…

« - Alors c’est moi que tu accuses ? la coupa Shaolàn.

« - On peut pas dire qu’on t’ais vu souvent ces temps-ci ! Tu nous évites par culpabilité ?

« - Je serais venu vous voir si j’avais pu mais on me l’a interdit !

« - Comme si des ordres avaient jamais eu la moindre influence sur toi…

« - Sauf qu’avec un chien de garde comme Sora j’avais pas trop le choix. C’était ne plus vous voir ou transgresser les ordres et me faire renvoyer de l’académie, alors excuses moi d’avoir préféré faire profil bas pour une fois…

« - J’imagine que pour qu’on te fasse cette immense faveur, tu as balancé mon nom... Moi qui pensais qu’on était amis… Tu me donnes envie de gerber…

Shìn partit sans un regard en arrière. Shaolàn n’y comprenait rien, mais il ne pouvait pas approfondir le sujet, car son premier cours allait débuter. Il plongea la tête dans le canal pour se réveiller, ignorant les remarques des élèves près de lui et courut rejoindre la salle de classe.

 

(à suivre)

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...