Jump to content
Sign in to follow this  
Monkey D. Kain

Le Kung fu Wushu

Recommended Posts

J'écris cet article pour faire partager ma passion pour cet art martial qu'est le Wushu !

 

Le Kung Fu:

 

Le kung fu (en cantonnais) ou gong fu en mandarin (pinyin : gōngfu) est le nom donné en occident aux boxes chinoises. Le terme a été introduit en Europe dans les années 1970 pour désigner les films chinois d'arts martiaux. Le terme « Kung Fu » sonnait mieux d'un point de vue phonétique et mémotechnique à l'oreille des Occidentaux.

 

Les termes "gong" et "fu" traduits littéralement et séparément ont une toute autre signification que "arts martiaux" chinois.

 

"Gong" désigne la « maîtrise », le "perfectionnement" ou la "possession d'un métier". Le terme est à rapprocher d'un point de vue sémantique de la notion d'artisan tel qu'il était utilisé en Europe au 19éme siécle : Ce terme désignait l'homme de métier qui par un apprentissage auprès d'un maitre acquérait cultures, techniques et savoir-faire.

 

"Fu" désigne les techniques en tant que contenu

 

On peut ainsi parler d'un personnage qu'il posséde le "gong fu" en gastronomie, ou le "gong fu" en peinture, ou le "gong fu" en musique, etc. Le terme plus juste pour qualifier les arts martaiux chinois est wushu.

L'expression "wushu gong fu" désigne "la maîtrise de l'art martial chinois".

 

En chinois, plusieurs termes désignent les arts martiaux : zhong guo gong fu (zhōngguó gōngfu) pour désigner les arts martiaux nationaux.

 

Il existe d'innombrables styles d'arts martiaux chinois (beaucoup ne sont pas encore répertoriés). Par commodité, depuis la fin du 19ème Siècle, on les classe en « voie Externe » (waijia), et « voie Interne » (neijia).

 

La conception la plus simpliste en Europe consiste à considérer que les styles externes utilisent la force physique et la vitesse comme principes d'entrainement et les styles Internes la maitrise de la respiration, la décontraction et la lenteur pour guider l'énergie (Qi). Cette conception repose sur une connaissance des styles Internes qui s'arrête au Taiji style yang popularisé en Chine après 1956 (Taiji à fonction thérapeutique), à l'ignorance des autres styles Internes Shunshi quan, xingyi quan, Bagua zhang, liuhebafa quan et aux dimensions martiales de ces styles. Cette conception erronée repose aussi sur la méconnaissance des Qi gong propres à chaque style Externe. La popularité de cette distinction est sans doute à rapprocher du désir d'intellectualiser une pratique corporelle par des notions n'appartenant pas aux domaines scientifiques mais aux domaines médico-religieux.

 

Il est à noter que la distinction entre interne et externe n'est pas reconnue en Chine par certains maitres et écoles des styles traditionnels.

 

Origine du Kung Fu :

 

L'origine des arts martiaux chinois est criblée de légendes. Chaque style ayant souvent développé sa propre légende. Ces légendes ne sont pas à prendre pour des « réalités historiques » mais les transpositions métaphoriques, dans des symbolismes spécifiques à la Chine, du mythe des origines et du mythe du surhomme.

 

Le wushu a été exporté au gré des invasions ou des diaspora Chinoises vers la Corée, le Viêt Nam (occupé pendant 6 siècles par les Chinois), les Philippines, la Malaisie, le Japon, via l'île d'Okinawa, qui fut longtemps chinoise. Au Japon différents styles de karate-dō (kong shou dao en chinois, voie de la main nue), ou le kobudo, dérivent des styles chinois.

 

En Occident l'art martial chinois n’est pas seulement perçue comme une boxe, mais aussi une philosophie, une manière d’être et de penser, une médecine (notamment via le qi gong), une profession et même une religion. Il est vrai que les différents styles se sont construits en empruntant aux religions leurs concepts, leurs pratiques et leurs cosmologies.

 

Et le Wushu plus précisément :

 

Le terme wushu peut être traduit de manière unanime au XXe siècle par « art martial ».

 

L'examen des idéogrammes qui le composent montre que ce terme avait un sens plus général :

 

    * Wu : l'idéogramme ancien (pictogramme) représente une « hallebarde ». L'idée est celle de l'arme du gardien, le pictogramme a le sens d'un talisman protecteur à l'entrée de la « maison ». Il empêche voleur et démon de pénétrer et de porter atteinte aux biens ou à l'intégrité physique des habitants (agression, maladie). L'idéogramme a pris un sens plus général, il désigne l'acte de mobiliser les moyens nécessaires à la préservation de sa vie, de ses biens ou d'un état.

 

    * Shu : les moyens nécessaires relèvent de l'idéogramme Shu, les savoir-faire, les connaissances multiples (médecine, art du combat, art de la guerre, techniques des armes, diplomatie, etc.). Ici, le terme « art » est à comprendre dans son sens ancien : celui (l'artisan) qui par un apprentissage long et rigoureux possède un métier.

 

 

Les origines du terme :

 

D’après Kang Gewu dans son ouvrage « Recueil pratique des arts martiaux chinois », le terme de « wushu » apparaît pour la première fois pendant la période Liang de la dynastie Nan (502-557), dans le recueil des textes de Xiao Tong (501-531), qui n’est autre que le fils aîné de l’empereur Liang Wudi, Xiao Yan. Le terme y désigne les techniques militaires en général qui étaient auparavant nommées « techniques de combat » (jiji) et « arts guerriers » (wuyi). La notion de techniques militaires est comprise comme moyen de préserver un royaume, de préserver la dynastie et de préserver l'intégrité physique du dirigeant.

 

Le terme « wushu » fut peu usité pendant l’antiquité chinoise, il ne s’est vraiment répandu qu’à la fin de la dynastie Qing et après l’avènement de la République Chinoise en 1911. En 1915, Ma Liang édite son fameux manuel d’entraînement qu’il nomme « Les nouveaux arts martiaux chinois ». À partir de cette époque, le terme « wushu » perd de son sens de techniques de préservations à caractère militaire pour désigner plutôt un type d’activité sportive traditionnelle. Ce changement prend en considération l'apport de la conception occidentale du sport (hygiène physique et rationalité anatomo-physiologique) et les conceptions médicales traditionnelles chinoises. La définition usitée de wushu dans les manuels devient alors : manière de pratiquer et d’utiliser les arts de combat, les pratiques et techniques afférentes (gymnastiques, hygiène sportive, etc.) et les enchaînements codifiés esthétiques ou gymniques.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Postures de Bases :

 

Note : Les postures décrites ci-dessous sont pratiquées dans plusieurs styles enseignés en Europe. Il est cependant possible qu'il existe des variantes d'une école à l'autre, tant dans le nom de la posture, que dans la posture elle-même. Aussi les noms et descriptions des positions suivantes ne sont-ils présentés qu'à titre indicatif.

 

    * Le Cavalier (Ma Bu - position associée à l'élément de la Terre) : jambes écartées de part et d'autre du corps, pieds parallèles, genoux pliés, buste vers l'avant. 50 % du poids repose sur chaque pied. Le bassin ne doit pas basculer vers l'arrière. C'est la position la plus stable.

    * Le Pas en arc, ou Arc et Flèche (Gong Bu - position associée à l'élément du Bois) : jambe avant pliée, jambe arrière tendue, buste vers l'avant. Suivant les styles, l'angle des pieds par rapport aux jambes peut changer. 70 % du poids repose sur la jambe avant. Position offensive, qui permet de frapper du pied et du poing rapidement.

    * Tim Bu (position associée à l'élément du Feu) : posture sur une jambe, pointe du pied avant tendue, légèrement au dessus du sol buste central. 100 % du poids repose sur la jambe arrière. Cette position permet de frapper du pied avant très rapidement.

    * Le Héron (Ti Xi) : posture sur une jambe, genou relevé haut, pointe du pied tendue, buste vers l'avant ou de trois quarts. 100 % du poids repose sur la jambe arrière. Cette position permet de frapper du pied très rapidement.

    * La Chèvre (Jorma Bu ou le Yi jee ki yum ma - position associée à l'élément Métal) : position typique du Wing Chun et des autres styles métal. Les pieds sont écartés de la largeur des épaules), les genoux et les pieds légèrement rentrés vers l'intérieur. Position stable, permettant de mobiliser rapidement bras et jambes en corps à corps et offrant une protection du corps grâce à une attitude en « fermeture ». Cette posture est appelée ainsi parce que le pratiquant est supposé pouvoir retenir une chèvre entre ses cuisses.

    * Le Tao Bu (associé à l'élément de l'Eau) pas d'esquive sur le côté, la jambe du côté de l'esquive passe au dessus de l'autre jambe et « l'œil du pied » (l'intérieur du pied) se dirige à 45° vers l'extérieur. Le poids repose entièrement sur la jambe qui se pose. C'est une position fréquente dans le style traditionnel du Cobra par exemple.

    * Le Pas rasant (Pu Bu) : la jambe avant est tendue, la jambe arrière pliée. Le buste est tourné de 90° par rapport à la position Gong Bu. 70 % du poids repose sur la jambe arrière. Position défensive et d'esquive.

    * Le Pas vide (Xu Bu) : la jambe arrière est pliée (le pied, le nombril et la tête forment une ligne), la jambe avant est légèrement posée sur la pointe. Le buste est tourné vers l'avant. 80 % du poids sur la jambe arrière. Position permettant de frapper rapidement du pied, d'esquiver ou de se replier.

    * Le Dragon (Sie Bu) ou Pas Assis : jambe avant légèrement pliée, pied tourné à 90°, jambe arrière légèrement pliée, pied sur la pointe. Le buste est effacé de trois-quart. Le genou arrière doit être exactement au-dessus du talon avant. 80 % du poids repose sur la jambe avant. Position d'attaque, permettant d'armer un coup de pied, ou de changer d'axe.

    * Le Tigre (Kwai Bu) : position de renforcement des jambes et des abdominaux, jambe avant pliée comme gong bu, genou de la jambe arrière rasant le sol au droit du pied de la jambe avant, sans toucher le sol, appui avec la pointe du pied ou tranchant du pied sur le sol.

 

Un entraînement couramment pratiqué consiste à marcher en passant d'une posture à l'autre, les jambes d'appui fléchies au maximum.

 

Il existe d'autres postures, mais elles sont soit utilisées comme exercice de musculation, soit spécifiques à certains styles.

 

    * L’intérêt de la posture est multiple :

          o Renforcer les muscles, os et articulations des jambes (et même le reste du corps) afin de frapper et d’être frappé sans blessure.

          o Permettre des déplacements rapides dans toutes les directions, en exposant le moins possible ses points vitaux.

          o Mettre le corps dans des positions optimales pour enchaîner les techniques offensives et défensives.

          o Forger la volonté en tenant longtemps la même posture.

 

 

Les armes du Wushu :

 

La Chine est un pays où les guerres ne se sont arrêtées que pour laisser la place aux rébellions. Il est donc logique que les armes les plus diverses soient apparues dans ce pays, et ce bien avant l'invention du wushu. On peut distinguer deux grandes catégories d'armes : les armes qui ont été conçues comme moyen de tuer (épée, pieu ou lance, etc.) et les armes qui sont un détournement d'un usage de travail (outils agricoles, outils de chasse, outils d'artisans, etc.). On distingue aussi les armes courtes adaptées au combat rapproché ou combat de mêlée (épée, sabre, poignard, etc.), les armes longues adaptées au combat à distance (fantassin contre cavalier par exemple : lance, hallebarde, etc.) et les armes de jet.

 

Certaines écoles de wushu utilisent une nomenclature dans laquelle serait recensée dix-huit armes classiques, d'autres affirment qu'il y auraient 108 armes traditionnelles. Des chiffres qui ne se référent qu'à leur dimension symbolique mais pris au sérieux par des pratiquants peu au fait des constructions imagées de la « pensée chinoise ».

 

    * Mao : lance, avec ou sans crocs ;

    * Chui : masse d'armes qu'il était possible de lancer ;

    * Gong : arc ;

    * Nu : arbalète (très ancienne en Chine) ;

    * Chong : vouge ou fauchard (lance équipée d'une longue lame) ;

    * Bian : épée à lame très souple et ondulée, utilisable comme un fouet d'acier. Éventuellement équipée de sections ;

    * Jian : deux types d'épées à double tranchant et à deux mains. Soit la section en était carrée, soit elle était plus large au niveau de la pointe que vers la garde ;

    * Lian : chaîne lestée ;

    * Yue : guisarme. Hache garnie d'une pointe ;

    * Ge : lance courte ;

    * Ji : hallebarde ;

    * Pai : bouclier ;

    * Bang : bâton d'arme, ferré ;

    * Qiang : fourche de guerre ;

    * Pa : râteau équipé de lames acérées ;

 

Remarque linguistique : il existe beaucoup de noms différents pour une même arme, en raison de la richesse linguistique de la Chine.

 

Il existe bien sûr toute une foule d'armes plus ou moins exotiques, plus ou moins improvisées par un peuple cherchant à se défendre avec les outils ou objets du quotidien. En voici une liste non exhaustive :

 

    * la lance ;

    * la hallebarde (lance permettant de piquer et de trancher) ;

    * la masse ;

    * le sabre chaîné (sabre manié par une chaîne fixée à sa poignée) ;

    * les sabres jumeaux (deux dans le même fourreau) ;

    * les couteaux papillons (deux courts sabres, utilisés pour le Wing Chun, à ne pas confondre avec les couteaux papillons philippins) ;

    * le bourdon (gros bâton lesté, très apprécié par les moines d'autrefois) ;

    * le tabouret ou le banc ;

    * l'épée des taoïstes dont la pointe seule était aiguisée afin de fatiguer l'adversaire par perte de sang, sans avoir à le tuer ;

    * la chaîne (à maillons, à section, lestée ou non) ;

    * l'éventail (généralement en fer ou en bambou) ;

    * le bâton à trois manches ou tribaton ;

    * les aiguilles de lancé ;

    * les armes de jet très variés.

 

L'apprentissage et le choix des armes dépendaient du style enseigné et de l'école (crochet du Tang lang quan, bâton du Shaolin quan, demi-lunes du Bagua quan, etc.) mais aussi du statut social du pratiquant : épée pour l'aristocratie, sabre pour le juge et le militaire, lance pour le fantassin, bâton pour le moine. Certaines armes étaient spécifiques à une corporation : marteau long du forgeron, rame du batelier.

 

Certains styles ont des armes spécifiques qui sont leurs spécialités : crochets courts du tang lang quan, éventail du taiji quan, demi-lunes du Bagua quan, couteaux papillons du Wing chun, bâton du Shaolin quan, épée du Chang quan, etc.

 

Quels que soient les styles enseignés, certaines armes sont communes à tous et considérées comme bases permettant de maîtriser l'ensemble des armes :

 

    * le bâton long ;

    * l'épée ;

    * le sabre.

 

Les techniques d'armes (bâton, épée, sabre, hallebarde, etc.) sont communes avec leurs spécificités aux boxes externes comme internes.

 

 

Respiration :

 

Comme dans tous les arts martiaux, la respiration est primordiale dans le wushu. Suivant les écoles ou philosophies (bouddhiste ou taoïste par exemple), les façons de respirer peuvent être différentes, mais toutes s'accordent cependant sur l'importance de la respiration ventrale et sur l'importance de souffler en frappant et en bloquant (pouvant différer des théories de certains arts internes). Certaines écoles insistent sur l'importance, en combat, d'écouter la respiration de l'adversaire, afin de le frapper lorsqu'il inspire. Ces mêmes styles recommandent aux combattants de masquer leur propre respiration. D'autres styles au contraire insistent sur l'importance de libérer son Qi avec le plus de violence et donc de bruit possible, à l'instar du karate.

 

Certains exercices de respiration permettent en outre aux pratiquants de renforcer leurs organes internes (poumons, cœur, etc.).

 

Théorie du coup :

 

Comme nous l'avons vu plus haut, le wushu est un art martial externe qui considère le corps comme un solide. Le but principal du coup est donc de briser ce solide. Pour se faire, le pratiquant devra durcir les zones de frappe de son corps, mais aussi durcir ses points faibles en prévision des coups qu'il recevra. Pour cela, la plupart des styles dispose de techniques de renforcement prenant des noms divers dans leur application, comme la « chemise de fer ». Ces méthodes de renforcement et de revitalisation interne sont appelées Qi Gong, c'est-à-dire travail sur le souffle, l'énergie vitale.

 

Les frappes de la main :

 

Le coup est majoritairement porté de la main (ouverte ou fermée) ou du pied. Un coup de poing pour être efficace doit être lancé par un mouvement de rotation de jambes. Le pied, puis la hanche tournent, donnant de la vitesse et donc de la puissance au bras qui terminera le mouvement. Le coup de poing « de base » des boxes chinoises est appelé le Ming chuen, c'est-à-dire le « poing clarté ». Le caractère Ming est constitué des idéogrammes « lune » et « soleil » ; en effet le Ming chuen est un direct lancé poing fermé, paume vers le haut et finit poing fermé paume vers le bas. On l'appelle aussi «coup de poing vrillé ». Ainsi le poing passe à travers toute les positions de mains depuis la frappe basse au bas-ventre jusqu'à la frappe haute au visage en passant par la frappe courte (Jik chuen : coup de poing talon, beaucoup utilisé en Wing Chun) modifiable en uppercut avec l'avancée du poing. Ce simple basique contient presque toute la complexité des arts du poing de Chine. On distingue plusieurs type de frappes de mains :

 

    * le poing simple (associé au Feu)

    * le poing « phoenix », poing fermé, frappe avec la deuxième phalange de l'index en avant soutenue par le pouce. Pour les frappes précises, demande une certaine maîtrise.

    * la « patte de couguar », paume ouverte, pouce fermé et les deux premières phalanges de la main fermées. Utile pour les piques, les paumes et les saisies (associées au Bois).

    * la patte de Tigre, paumes en avant, doigts crispés pour saisir et griffer (élément Bois).

    * la paume (associé a la Terre).

    * le tranchant (associé au Métal).

    * la pique (associé a l'Eau).

    * le poignet, avec la main repliée (boxe de l'homme ivre, singe, mante, etc.)

    * et d'autres plus spécialisés encore…

 

 

Les frappes du pied :

 

Le wushu est réputé pour ses coups de pieds complexes et spectaculaires, bien que tous les styles n'exploitent pas toutes ces techniques. Contrairement au karaté, qui se pratique exclusivement pieds nus, le pratiquant de kung fu peut porter des chaussures. Les coups se portent donc plus avec la plante du pied, la tranche ou le talon qu'avec le bol du pied.

 

Les frappes des autres parties du corps:

 

En wushu on peut aussi frapper avec les coudes, genoux, doigts, tête, postérieur, toutes articulations et même mordre. Ces techniques s’apprennent mais ne doivent servir qu’en cas de stricte nécessité dans la rue. C’est le principe originel de l’art martial.

 

Boxes Internes (Neijia) et Boxes Externes (Weijia): (on les comptes par millier en Chine ! ce qui est énorme pour un art martial, ces styles différent même suivant les contrées, ou d'un village à l'autre !)

 

Cette distinction a été construite en Chine à la fin du XIXe siècle et s'inscrit d'une manière générale dans la confrontation entre les conceptions occidentales du corps (médical, anthropologique, biomécanique, etc.) et les conceptions énergétiques (taoïste et bouddhiste) de la médecine chinoise traditionnelle.

 

En Europe, cette distinction interne/externe consiste à considérer que les styles externes utilisent la force physique et la vitesse comme principes d'entraînement et les styles internes la maîtrise de la respiration, la décontraction et la lenteur pour guider l'énergie (Qi). Cette conception repose sur une connaissance des styles internes qui s'arrête au Taiji style yang popularisé en Chine après 1956 (Taiji à fonction thérapeutique), à l'ignorance des autres styles internes tels que Shunshi quan, xingyi quan, Bagua zhang, liuhebafa quan, et aux dimensions martiales de ces styles. Cette conception erronée repose aussi sur la méconnaissance des Qi gong propres à chaque style Externe. La popularité de cette distinction est sans doute à rapprocher du désir d'intellectualiser une pratique corporelle par des notions n'appartenant pas aux domaines scientifiques mais aux domaines médico-religieux.

 

L'examen des applications martiales des styles internes et des styles externes montrent que les principes de base sont identiques et que seules les pratiques diffèrent. Nous avons par commodité conservé cette distinction même si, pour les enseignants chinois des styles traditionnels, elle n'a aucun sens.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yo,

 

Dit moi Kain, tu es un vrai passioné ! Je ne connais pas trop ces sports là, mais ils sont très beau a voir.

 

Tu en fait ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui j'en pratique en club, a hauteur d'une dizaine d'heures par semaine. c'est vraiment une très grande passion pour moi !  :)

 

ma spécialité à moi dans les armes, c'est le gunshu, le batôn si tu préfères.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ouah !!! Une dizaine d'heures par semaine, c'est bien plus qu'un loisir !

 

  L'art du baton, ça doit être impressionnant.

 

Peut tu me raconter un peu ton parcour dans ce sport ?(perso j'ai fait du judo étant jeune, et j'ai jamais percé dans le milieu  ;D)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Y'avait une démonstration au festival des arts martiaux , c'érait vraiment splendide , élégant , vraiment beau a voir.

 

A 10h par semaine du doit pas être un débutant , j'dirai même que tu doit avoir une sacré forme physique (j'en connaît qui au bout de 4h/semaine abandonnent).

 

Si t'a des vidéos je suis preneur , même des vidéos de toi ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ce sport je suis tombé par hasard dessus, enfin le club où je suis.

 

en fait grâce aux mangas, j'aime le japon depuis petit et le monde asiatique. Et après plusieurs recherche sur les arts martiaux, j'ai appris que le wushu était la base des arts martiaux, le plus anciens de tous, et que c'était Chinois, je me suis donc également intéressé à la Chine !

ça ma intéressé énormement.

 

et lorsque que je suis partie sur nice pour faire des études, je suis tombé sur une affiche du club, j'ai appelé... et voila  :D

 

Le site de mon club ! (si les modos ne veulent pas que je mette le lien, qu'il m'envoie un mp, ou qu'ils l'enlevent proprement, merci)

 

Voici quelques vidéos, j'en rajouterai :

 

Démo de ma prof Yang Er yue qui je précise, est renommé dans le monde du Kung Fu, 3ème Dan en Chine !

 

Une vidéo de Peng Ying, une championne à l'épée.

 

Une vidéo des potes de mon club et d'autres compétiteurs.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Spectaculaire !

 

Ces videos sont pas mal, ton professeur est connue !

 

  Kain tu doit être très fort toi aussi, ça serai bien que tu te fasse filmer par des potes (n'ai pas trop de modestie).

 

Ton club est pas mal. Tu as commencé à quel age ? et maintenant tu as ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Excellent , vraiment trés beau , pour un amateurs c'est carément impressionnent a voir , ca a un sens de l'éstéthique remarquable.

Les mouvement sont vraiment trés bien fait , rien à dire.

 

Mais je me demande : y'aurait-il des combats réels pour le Wushu ? Je pense vraiment pas vu le sens artistique de ce sport mais bon ce serait bien quant même ^^

 

Sinon franchement j'te félicite si tu sait faire ça , ca doit vraiment être beaucoup de travail pour arriver a ce niveau.

Share this post


Link to post
Share on other sites

houla, moi j'en fais depuis pas longtemps, je suis pas à ce niveau, mais j'ai pas le niveau d'un débutant ! je m'entraine avec un de mes potes qui a déja été champion de France. J'adore ça et ça me fait vite évoluer !

 

ça ne fait qu'un peu plus d'un an que j'en fait ! mais cette année je suis content je passe avec les confirmés, et dès que je peux je me met à la compétition, car en fait je me suis fais opérer d'un problème à l'épaule, qui réduit tes capacités. J'ai hâte de reprendre !

 

@Hamji : j'ai eu 21 ans le 6 septembre ^^

 

@ Leonheart : et bah justement le Kung Fu c'est vaste, là il est clair qu'avec les Tao (les enchainements), c'est moins tourné vers le combat, mais on travaille tellement la souplesse ( je suis pas loin du grand écart ^^), la rapidité, et le rythme des mouvements que tu sais un minimum te battre, surtout qu'il ne faut cesser s'entrainer pour évoluer ! et puis je sais me battre avec un bâton ^^.

Je pratique le sabre et l'épée aussi.

 

Et puis dans cet art martial il y a vraiment le côté combat : le sanda et sanshou (j'en fait un peu aussi, ça envoie grave...):

 

 

Et des vidéos des rois du Kung Fu : les moines Shaolins :

 

la puissances des mecs, halucinant (ce n'est pas truqué !):

Divers Shaolin

Share this post


Link to post
Share on other sites

Waw le deuxième combat est vraiment trop fort , il sont vraiment balèze les gars ^^

 

Par contre le 1er combat est pas tip-top , je comprend pas pourquoi le plus grand des deux ne se fait pas allumer , il a pas de garde , quand il frappe ses coup ne sont pas appuyé (aucune puissance il fait que lancer le bras) , et ses coup partent de beaucoup trop loin pour ne pas être prévu.Je dis pas que j'ai le niveau pour le battre , mais moi qui suis trés grand on m'a enseigné ce qu'il ne faut pas faire pour se faire défoncer et lui il fait tous le contraire.

 

 

Les Shaolin aussi sont vraiment balèze , quand je pense que je les ai vu en vrai  9_9

Mais bon impossible de m'en vanter auprés de potes , eux ils ne connaissent pas les arts martiaux  :D

 

Sinon j'avais vu un reportage ou un moine se concentrait et il demandait au journaliste de lui mettre des coups de pieds dans les valseuses , aprés 10 coups de pieds le moine tenait encore debout sans montrer signe de souffrance (quand je pense que moi un seul je me roule a terre).

Share this post


Link to post
Share on other sites

  Moi aussi j'ai adoré la premiere video ^^

 

Les autres j'aime aussi, mais sont moins impressionnantes.

 

Tu n'en fait que depuis peu ! Et tu va commencer la compétition ! Après on entendra "Kain est devenu champion du monde de Wushu blabla..." Un bel avenir s'offre à toi  :D

 

D'après ce que tu dit, tu te débrouille, moi en 1 ans je serai capable de rien ^^

 

Félicitation  ;D

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'avantage du Kung fu c'est que c'est un sport trés "démocratique" on peut etre costaud, maigrichon, grand petit, la pratique nous adapte au sport.

J'en ai fait pas mal ainsi que du Karaté et de la boxe Thai, c'est vraiment le sport que j'ai préféré, et je cherche un club d'ailleur sur paris. Mais le truc c'est que je veux un truc sérieu, pas au sens compétition, mais au sens de l'enseignement. Avec des séance de tai chi, ainsi qu'une vrai etude de la maitrise du qi.

 

C'est vrai que le Wu shu est particulièrement beau.

 

Ya un kung fu du sud qui s'appel le Weng tsun (celui que bruce lee a appri à la base, avant de dévellopé ses techniques de JKD) que je trouve trés moche... lool C'est super efficace mais c'est vraiment pas beau à voir.C'est un self défense à base de coup de poing e de petits coup de pieds. Et il y en a pleins d'autres des boxes chinoises.

 

Bravo à toi Kain pour ta description de cette discipline  ;D

 

Sinon pour l'origine des art martiaux en général, il me semble que ça vien des croyance boudhiste d'inde. Bodhidarma, pratiquait l'art ancestrale du Varma Kalai (l'art des points vitaux, aujourd'hui décliné en plusieur technique en inde dont le Kalari payat, et à l'origine de  la plupart des art martiaux, on retrouve ces techniques dans la forme la plus originelle dans les sports comme le pencak silat). Et en fait Bodhidarma a voyagé vers l'est, et à trouvé les moines boushiste chinois en proie aux pillages des voleurs, ou des attaques d'animaux féroces. Il leur a enseigné 28 mouvements je crois, de défenses qu'ils ont eux même  transformé en immitant les animaux , tigres serpents et compagnies. La chine à l'epoque s'étendait sur toute l'asie, la transmission s'est faite rapidement par le biais de la religion et des echanges culturels. Et dans toute l'asie de cette manière.

 

D'ailleur une fois arrivé en chine, c'était banco puisque, c'est de là que viennnent la plus part des arts martiaux. Le tae kwon do est une technique coréenne, le viet vo dao, ou le qwan qi dao( appelé aussi kung fu vietnamien) sont vietnamiens... le Karaté, le judo, des techniques japonaise... Toutes inspiré des dérivés de l'enseignement de bodhidarma en chine... Et d'aprés ce qu'il se dit c'étiat 3000 ans avant JC ... ça fai une paye quand même lol.

 

Le ninjutsu et le ninpo (les techniques ninja) sont elle même inspiré du kung fu, et des techniques de combat et d'illusion chinoise, implanté au Japon par des immigrants artistes chinois. Le clan Hatori comme chacun sait  ;)

 

Voila pour les petites précision que je voulai apporté, de ce que je sais, je peux me trompé sur bien des points, j'ai oublié tout ces cours sur les arts martiaux avec le temps... Et je ne travail plus mon One inch punch depuis bien longtemps loool

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je te remercie pour ce que tu as ajouté Djibraya.

 

Il est clair que moi j'ai choisi le Wushu, pas seulement pour être un bourrin qui se bat, mais pour tout le travail et la discipline que cela requiert, on est pas à l'armée bien sur, mais on se forge quand même l'esprit.

 

Dans mon club j'ai de la chance de faire aussi bien du wushu technique que du combat sans oublier le Tai Chi, je suis très content en plus mon maitre est très compétent, j'espère que tu trouveras un bon club sur Paris, normalement il ne devrait pas y avoir de problème.

 

Je tiens à rajouter certaines choses de part un livre que j'ai lu :

 

Histoires et légendes :

Les origines du wushu remontent à la préhistoire, quand les ancêtres utilisaient la pierre et le bois pour chasser, à la fois pour survivre et pour se défendre contre les animaux féroces et les serpents venimeux. Dans les conflits tribaux, ils se servaient de leurs outils de production comme des armes de guerre. L’expérience de la guerre leur a appris que pour dominer son adversaire il ne suffit d’avoir de bonnes armes, il faut être en bonne condition physique et améliorer ses techniques de combat par un entrainement intensif en temps de paix.

 

Pendant la dynastie Zhou (11e siècle – 256 BC) une sorte de lutte appelée jiaoli était considérée comme un sport militaire au même titre que le tire à l’arc et les courses de chariots.

 

La période des guerres d’états (403 – 221 BC) ont été la source de nombreuses stratégies révélant l’importance du wushu pour construire une armée forte. En référence au Sunzi, le premier ouvrage chinois sur l’art de la guerre : « la lutte et les exercices de combat renforcent les capacités physiques des soldats ». Parmi les maîtres en épée à l’époque, les femmes n’étaient pas rares. L’une d’elles, Yuenü, fut invitée par l’empereur Goujian pour démontrer ses techniques d’épée, reconnues de très au niveau pendant de nombreuses générations.

 

Les dynasties Qin (221 - 206 BC et Han (206 BC – 220 AD) ont vu croître des arts martiaux tels que le shoubo (lutte) et le jiaodi lors desquels les participants s’affrontaient avec des cornes sur la tête. Par ailleurs, il existait une danse théâtrale qui mettaient en scène des mouvements préarrangés avec des armes de toutes sortes, comme les sabres et les lances, à l’image des figures de wushu actuelles.

 

Durant la dynastie Jin (265-439) et les dynasties Sud et Nord (420-581), le wushu se chargea d’une influence Bouddhiste et Taoïste. Ge Hong (284-364), un célèbre médecin et philosophe taoïste, ajouta au wushu le qigong (exercices respiratoires), une branche essentielle de la médecine traditionnelle chinoise. Ses théories de « travail externe et interne » du wushu sont encore universellement reconnues de nos jours.

 

Le système d’examen de la dynastie Tang (618 - 907) a largement contribué au développement du wushu. En effet, les officiers et soldats devaient passer des tests d’arts martiaux pour être promus. Des titres d’honneur tels que « guerrier du courage » ou encore « guerrier de l'agilité » étaient attribués aux maîtres en wushu.

 

La dynastie Song (960 – 1279) a vu apparaître une multitude d’écoles de wushu. Pendant cette période, des athlètes effectuaient des acrobaties dans les rues, avec un répertoire allant de « l’épée contre le bouclier » à la « lance contre le bouclier », et des démonstrations avec d’autres armes. A en croire une chronique de la ville de Kaifeng, ces spectacles de rue « attiraient des foules immenses tous les jours, en été ou en hiver, qu’il pleuve ou qu’il vente ».

 

Pendant la dynastie Ming (1368 – 1644), le wushu prospéra comme jamais auparavant. Qi Jiguang, un général très connu, retranscrit dans un livre 16 styles différents d’exercices à mains nues et 40 autres styles de lance et de bâton, chacun accompagné d’explications et d’illustrations détaillées. Il développa également une série de théories et de méthodes d’entraînement, apportant ainsi une large contribution au wushu.

 

Pendant la dynastie Qing (1644 – 1911), malgré les ordres impériaux interdisant la pratique populaire du wushu, des écoles et des groupes secrets apparaissaient les uns après les autres pour répandre ce sport. C’est pendant cette période que les écoles de TaiJi, Pigua et « des huits-diagrammes » naquirent.

 

Depuis la création de la république populaire de chine en 1949, le wushu a été largement soutenu. D’anciennes formes ont été réhabilitées et de nouvelles ont été créées. Les compétitions et démonstrations sont aujourd’hui bien orchestrée, tant au niveau national que régional. Le wushu est intégré à des programmes d’activité physique des enseignements primaire et secondaire.

 

En 1987, le Kung-Fu fut présenté comme sport de démonstration lors des Jeux Asiatiques de Tokyo, afin d’être reconnu par le Comité Olympique Asiatique, avec l’espoir de tout un peuple (1/4 de la population mondiale) de voir son sport national reconnu un jour par le Comité International Olympique comme discipline olympique. Le Kung-Fu était présent aux Jeux Asiatiques organisés en octobre 1990 à Pékin. C’est à l’occasion de ces Jeux Asiatiques que la Chine organisa le premier Championnat du Monde de Kung-Fu Wushu, auquel participèrent 1200 pratiquants venant de 40 pays différents.

 

Le premier temple Shaolin :

Le premier temple Shaolin a été construit en l’an 497 après Jésus-Christ dans la province du Henan. Lors de la construction du temple, les jardiniers de l’empereur avaient aussi planter des nouveaux arbres. C’est pour cette raison que le temple fut appelé ‘la jeune forêt’ ou Shaolin en Mandarin.

 

Des exercices physiques…

 

Le Kung-Fu a été instauré en l’an 525 avant JC par l’arrivé d’un moine hindou nommé Bodhidarma (l’Illuminé) ou Tamo en chinois. Tamo était venu en Chine pour rencontrer l’Empereur qui, en ce temps, avait fait traduire les textes bouddhistes par des moines de la région. Son intention était de permettre la pratique de cette religion à toute la population.

 

Bien que ce projet était noble, Tamo ne fut pas d’accord avec le fait que l’Empereur voulais, par cet acte, parvenir au Nirvana : on ne peut pas parvenir à ce but juste par de bonnes actions effectuées, en son nom, par d’autres. De ce désaccord, Tamo parti à la rencontre des moines chargés de la traduction.

 

Arrivé au temple Shaolin, Tamo se vit refuser l’accès. Rejeté par les moines, Tamo entama 9 années de méditation jusqu’à ce que les moines reconnaissent ses prouesses religieuses et l’acceptent au temple. La légende dit qu’il aurait creuser un trou à travers un des murs de la caverne par son regard constant.

 

Ayant rejoint les moines, Tamo constata que ceux-ci était dans une condition physique déplorable. Tamo leur enseigna donc des exercices physiques et de respiration. Les exercices physiques furent inventés en regardant et imitant les mouvements de différents animaux (dont le tigre, le dragon, le serpent, le léopard et la grue). Tamo avait sélectionné le meilleur de ce que la nature put offrir et les combina dans un système mouvement que l’homme peut comprendre et pratiquer. Les exercices de respiration furent développés afin de fortifier les organes internes. Car bien que les exercices physiques permettaient de fortifier le corps et les membres, Tamo savait qu’il avait besoin de garder ses organes sains, ceux-ci fournissant l’énergie nécessaire au fonctionnement du corps. Plus la respiration d’une personne progressait, plus ses organes deviennent fort, cette personne commence alors a développer son "QI" (chi). Le "qi" est l’habilité à puiser et utiliser l’énergie vitale qui circule à l’intérieur du corps. Cette énergie est concentrée en un point du corps situé dans la partie inférieure de l’abdomen appelé ‘dan tian’. Tamo a développé ces exercices de respiration qui sont encore utilisé de nos jours dans le Tai ji quan (tai chi chuan) à, le Yoga et autres formes d’exercices de méditation.

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

  Kain regarde ça va te plaire :

 

  Dimanche 23 Septembre, sur Arte :

 

Kung-fu, du corp à l'esprit ===> Film

 

suivit de Chine et Le Maître de Wudangshan ====> Documentaires.

 

  Je sais pas si c'est exactement notre sujet, mais ça ma l'air interessant !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ouai c'est le sujet, wudang est le nouveau coin à la mode lool pour les pratiquants de wushu. Mais je croi que c'est assez récent, Wudangshan c'est un coin montagneux en chine. Et en fait on y enseigne le tai chi, et un style de wushu qu'on dit venir de là bas... Mais en fait c'est du Shaolin quan loool c'est une carrote du gouvernement chinois. A la base les adepte de wushu vont à shaolin.

C'est un peu comme à Chienjiagou, de ce qu'ils disent un haut lieu du taichi. Sauf que c'est beaucoup plus moderne et beaucoup plus touristique que chienjiagou qui est un vrai bled paumé.

 

Et en fait, pendant trés longtemps on liait le wushu à shaolin, et maintenant on lie ça aux montagne du wudang. mais c'est quand même gros lol parce que c'est des moine shaolin qui enseignent à Wudang je crois.

 

En fait il ya pleins de wushu, et pleins de pratiques ce doc à l'air cool. moi j'essayerai de regarder. Mais je suis pas trop fan de l'ngouement pour wudangshan récent, parce que c'est une carrotte pour les pauvres occidentaux que nous sommes passionnés de cette culture. Et le gouvernemen chinois trés irréspectueux de ses traditions, ne voi qu'un gros paquet de fric à se faire dans la propagation de ces techniques. Et attirent tout les prof de kung fu du monde entier dans des villes possédant soit disant une technique légendaire du kung fu traditionnel.

 

Comme j'ai deja lu sur un forum de prof de kung fu :"la chine nous envois à shaolin, chienjiagou, wudangshan ou même dans le sud vers le yunan, apprendre des techniques millenaire datant de 50 ans" looool

ya une polemique mais je suis quand même content que le kung fu se soit modernisé.  ce qui est dommage c'est pour les technique traditionnelles de qi et de taichi.

Selon moi pour faire un doc sur le wushu, il faut pas forcément aller à shaloin ou à wudang... mais plutot se renseigner et aller dans les provinces moins touristiques où on trouve encore d'ancestrales techniques de wushu, que même la plupart des moines ne pratiquent pas (pas rentable lol trop rustique)

 

En totu cas merci Kain d'avoir ouvert un topic sur un sujet à la fois sportif et culturel trés interessant. Et on en apprend beaucoup dans tes précédents posts.

je repete ce que j'ai di au début, parce que c'est important, enfants, filles, maigres, gros, costo, grand, petits, jeunes vieux essayez le Kung fu wushu ou les kung fu en général. Parce que c'est vraiment une discipline sympa, qui fait du bien au corps, et qui apprend à se défendre.

 

It's my life: d'ailleur la plus grande branlée que je me suis prise en art martiaux lool c'était quand j'avais 13 ans contre une fille de mon club une ceinture violette, je me suis pris une série de coups de pieds dans la tête, j'ai fini avec les deux narines en sang, et un gros bisous quand même de sa part pour s'excuser  ;D moi qui me prenai pour un dur à l'epoque ça m'a bien calmé looool comme elle m'a dit "ça t'apprendra a mettre la garde autre part qu'au niveau des testicules quand tu combat face à une fille"

Share this post


Link to post
Share on other sites

  Kain regarde ça va te plaire :

 

  Dimanche 23 Septembre, sur Arte :

 

Kung-fu, du corp à l'esprit ===> Film

 

suivit de Chine et Le Maître de Wudangshan ====> Documentaires.

 

  Je sais pas si c'est exactement notre sujet, mais ça ma l'air interessant !

 

Ah merci vraiment du fond du coeur la je serait passer à côter de quelque choses,si tu n'aurait pas donner l'infos,

en plus sa tombe bien c'est diffuser dimanche prochain,j'espere que vous serait present pour donner vos impressions!!

pour ceux qui vont le voir histoire d'en discuter et de donner nos impression si je ne le rate pas. ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

9_9 Mouais...

 

Bah c'est bizarre qu'il n'y ait pas de topic sur le Ninjutsu...

 

Parce que Perso, je m'en **** un peu du Kung Fu "Atchoum" Wushu...

 

Chaque art martial possède ses qualités & ses défauts, son histoire & ses caractéristiques.

 

Mais bien qu'appréciant cet art chinois... Il est assez connu & on en parle déjà assez... Rien de Brand New, quoi...

Share this post


Link to post
Share on other sites

je crois que tu as pas du tout lire LynXeye$...!

 

le Kung Fu beaucoup de personnes en ont entendu parler, mais le Wushu en détails non.

 

Et comme je pratique le wushu et que c'est la base de tous les arts martiaux j'ai choisi de faire ce topic.

 

Il y a pas de topic sur le Ninjutsu, et bah tu n'as qu'a en créer un !

 

edit : @ Djibraya : bah de rien et merci pour ton apport au topic  ;)

        @ Hamji : merci pour l'info !

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça gonfle de créer des topics, c'est juste un ultime recours quand les conneries des autres dénatures, mon art...

 

 

Mais justement, le Wushu est archi connu à force.

 

 

Le Kung Fu Wushu faut être sourd & aveugle pour pas le connaitre...

 

De plus, j'avoue qu'une de ses formes le Wing Chun fut davantage médiatisé mais bon...

 

Les styles de boxes chinoises sont vastes mais le Wushu n'est pas égaré dans tout ça...

 

 

En revanche, aller crier que c'est la base de tous les arts martiaux, certains maîtres doivent se retourner dans leurs tombes...

 

Les arts chinois ont été à l'origine de nombreux art martial mais pas tous... Ils ont du en influencé pas mal, ça c'est sûr...

 

(les premiers mercenaires "ninja" étaient chinois... ) ça ne veut pas dire qu'ils ont développé le ninjutsu pour autant..

 

Tu peux inventer l'encre, ça ne veux pas dire que tu vas écrire des romans...

 

Celui qui créa la roue, n'a pas inventé la voiture...

 

Ni les chinois, Ni les japonais ne sont des Dieux...

 

Cependant leurs ingéniosités en étonnent plus d'un... (moi compris)...

 

bref  :-*

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les mercenaires ninja n'ont pas inventé le ninjutsu, mais les arts martiaux japonais comme les bases de la culture sont tirées de la Chine, qui la base du Kung Fu elle-même à un rapport avec l'inde par Bodhidarma.

 

Excuse moi, mais le Kung Fu à plus de 3000 ans d'existence.

 

Alors à part s'il y a des arts martiaux en perse ou en egypte, c'est bien le plus ancien et la base des arts martiaux actuels, et du moins pour tous les arts martiaux asiatiques.

 

 

Aux origines des arts martiaux chinois

Rendus célèbres en Occident par Bruce Lee et connus sous le nom de Kung Fu, les arts martiaux chinois trouveraient leurs racines en 5000 avant Jésus Christ, avec des techniques de combats importées d'Inde.

Les plus anciennes traces archéologiques remontent à l'époque de Huang Di, l'Empereur jaune, en 3000 avant notre ère, mais la première codification d'une discipline attendra -2000 avec le Shuai-jiao (aussi connu sous le nom de lutte Chinoise) l'un des ancêtres du Judo et du Ju Jitsu japonais.

 

Bodhidharma et le Temple Shaolin:

 

Pour beaucoup, le réel épisode fondateur du Kung Fu (ou Wushu en Chinois mandarin) reste la venue d'un moine indien, Ta Mo (futur Bodhidharma), au temple Shaolin (temple de la jeune forêt). Venu pour développer le Bouddhisme Chan en Chine, il va enseigner des techniques de méditation, mais aussi des exercices physiques et des techniques de combats pour améliorer la santé des moines et les rendre moins vulnérables hors du monastère.

 

8220.jpg8218.jpg8219.jpg

1                                                                                2                                                    3

 

1) L'Empereur jaune Huang Di

2) Zhang Sanfeng, le fondateur du Taiji Quan selon la légende du Mont Wudang

3) Bodhidarma, à l'origine de la célèbre Boxe de Shaolin

 

Source : toutelachine.com

 

edit: stop les posts pour le moment après ça devient un dialogue entre 2.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En fait, il ne faut pas avoir peur de le dire (surtout n'ayant de préférence culturels pour aucune des culture que je vais citer, les respectant toutes pour ce qu'elles ont apporté au monde).

 

Les arts martiaux Japonais tel que nous les connaissons aujourd'hui sont les plus récents. Et d'ailleurs les plus moderne (adapté à une forme sportive et une compétition). L'art secret du Ninjutsu, est un ensemble de technique d'espionage, d'illusion, et de self défenses, qui allie utilisation des armes, et des artifices. C'est quand même trés modernes. Et ça trouve sa source aussi bien au japon qu'en chine, mais les premiers clan de ninja étaient déscendants ainsi que leur pratiques, de chinois.

 

Grossièrement les arts japonais, viennent d'okinawa qui viennent eux même de chines (chines ancienne, anciens empire donc presque toute l'asie lol), ces derniers venant d'indes, les arts indiens venant d'egypte et babylone (perse). Il n'y a pas de base.

Des civilisation dévellopants une culture, et un commerce expansif doivent se défendres... et pour cela ben avoir des techniques de combats étudiés.

 

Soyons sincères, le Karaté viens d'okinawa par exemple, mais c'est en 1910 (super récent!) que gishin Funakoshi l'a démocratisé à Tokio. Et les habitants d'okinawa pratiquants cette disciplines et la modernisant au fils des siecles n'ont jamais nié leur rapport avec les chinois. Et la provenance de ces techniques.

Et un des exemple que je préfère concernant ce rapport chine japon niveau art martiaux c'est le Shorinji Kempo, ou "Kungfu japonais" loool pas mal l'epxression non? Et cet exemple est trés parlant parce que c'est presque contemporain. Il s'agit d'un espion du nom de Doujin So qui avait integré un temple shaolin dans les années 30. Et hérité d'une forme de boxe shaolin du nord. Aujorud'hui son style est presque une secte au japon, et le truc le plus curieux, c'est qu'il parait que ce wushu serait pratiqué par ses adeptes d'une manière plus traditionnel que tout les wushu chinois corrompu par la standardisation communiste.

 

Il faut bien admetre que la plupart des styles martiaux que l'on trouve en asie sont des dérivé du wushu, c'est pas que le wushu soit "l'art ultime", mais que c'est un terme générique, d'un pays immense continent contenant tellements de styles que forcément, ya de tout. Et ça se transmet partout... Le tae kwon do coréen vien du zhong guo To de, le Quan qi dao, ou kung fu viet namien, là c'est pareil ça vien du wu shu, en plus les pratiquant font souvent une forme de taichi chuan.

 

Mais Pour réconcilier tout le monde, je pense que chacun avai deja dévellopé sa technique martial en fonction de la culture du pays. Et chacun a amélioré ses techniques en contact avec les autres. Par exemple les chinois n'ont jamais créé le Judo, ni le jiujitsu, encore moins l'aikido. Ces techniques ont été dévellopé au japon, mais elle sont inspiré du chin na shaolin (luxation des membre de shaolin) qu'un moine avait montré a des religieux japonais aprés avoir immigré au japon. Mais à la base ils devaient avoir un art proche du jiujitsu tel qu'on le connait qu'ils ont perfectionné avec les apport du moine.

 

Franchement , la majorité des art martiaux sont inspiré par le kung fu, ce dernier venant du varmakalai indien (l'art des points vitaux). Mais les japonnais sont ceux qui ont le mieux modernisé ses arts, et en ont fait des sports de competition. Car si les choses évolue c'est qu'elles sont imparfaites. Et les arts martiaux sont imparfaits en fonction de leur utilisation.

 

Aujorud'hui personne n'a besoin de tuer un homme ou un animal à mains nu, pour ça rien ne valait le varma kalai, ou la forme la plus ancienne du kungfu wushu. On ne se défie pas dans la rue pour rien, le win tsung, et le karaté, auraient été parfait pour ça. On ne s'attaque pas pour rien avec des couteau ou des armes de poing, le jiujitsu l'aikijiutsu, ou l'aikido, ainsi que le pa kua chang aurai été terrible. on a pas besoins de se faufiler, de faire croire au gens qu'on vole ou disparait, pour réccuperer des information, ou d'assassiner son rival... donc le ninjutsu n'est plus si interessant.

Aujourd'hui quand on fait ça c'est pour le self défense dissuader quelqu'un de mal veillant qui s'en prendrai à vous sans raison, par amour de la culture, pour la santé, ou dans un but compétitif. Et honnètement coté competition je trouve que les japonais ont mieux chapoté leur truc. Les coréens et les thailandais aussi avec leur tae kwon do et leur muay thai. Les chinois ont fait leur choux gras dans le cinéma d'action les cascades tout ça. Donc chacun sa réussite aujorud'hui. ;D

 

En tout cas gros respect à toutes ces cultures martiales, et artistiques, qui nous font rever, de part leur légendes, et la mythologie qui y est lié.

 

Vraiment je pense que je vai me remetre a un Wushu. parce que d'en parler ça donne envie ;)

Je pense me tourner vers le xingyi liu he quan, le bajiquan ou le cha quan. pour vraiment apprendre des truc sérieux! (techniques du  nord, trés puissantes)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon bah moi j'ai regardé hier soir, durant 5h, l'ensemble du programme de Arte qui nous présentait le Kung Fu :

 

- 20h45 : la 36ème chambre de Shaolin (film)

- 22h35 : Chine - Les filles aussi font du Kung Fu (Documentaire, Civilisation)

- 23h30 : Le maître du Wudangshan - Taoïsme et arts martiaux chinois internes (culture)

- 00h25 : Fist of Legend, La nouvelle fureur de Vaincre (Jet Li)

 

Voila, un soirée bien sympathique comme je les aime. Les deux films étaient très intéressant, ainsi que les documentaires.

Pour ceux qui ont regardé, qu'avez-vous pensé de cette soirée ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai vu les 3 derniers.

Effectivement c'était interessant. Le maitre de wuddangshan était trés impressionnant.

Cétait une soirée bien sympathique, on nous a bien expliqué les arts externes, et les arts internes.

 

Je regrete juste qu'on est pas parler de plus de style internes, avec quelque démo... lool mais bon il aurait fallu 3 jours pour vraiment les montrer tous lool.

 

Je pens à ces arts trés puissant comme le

liu he ba fa

Xinyi liu he

Baji

Ba gua (ça ils en ont un peu parlé)

cha quan

pingua quan

 

Ces style là sont extremement puissant, et trés interessant.

 

exemple: Teken lol Xiaoyu=pingua quan, Wang=xingyi liu he quan  ;D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Kaiiin , Djiiiibraayaaa !!

Please faites moi un résumé , j'ai la haine , je voulais tous regarder du début a la fin , mais comme par hasard ce ****** de ******* d'******* de modem de **** a eu la ***** de bonne idée de me lâcher de flamber , de griller  HAAAAAAA  >:( >:(

J'ai la rage , je voulait trop regarder et ma connection a lamentablement lâché...

Pitié dites moi que c'était nul , pitié si c'était bien faites moi un résumé  :'(

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...