Jump to content

Himideria


Himideria
 Share

Recommended Posts

Bon, bien que ce soit le nom de mon pseudo, Himideria est un roman que j'ai commencé il y a 4 ans donc le début est mal écrit mais soyez indulgent!! Dites moi ce que vous en pensez ;) Je ferais des efforts pour que ça vous plaise^^

 

HIMIDERIA

 

Chapitre 1

 

« Dring, dring… »

-Lunaka ! Téléphone pour toi !

-C’est qui ?

-Monsieur Fubuki!

-Ok ! J’arrive !

 

Lunaka laisse ses altères derrière elle et sort de sa chambre qui fait office de salle d’entraînement et se précipite vers le téléphone.

 

-Oui, allô ?

-Lun ? Bonjour ! C’est monsieur Fubuki !

-Bonjour. Pourquoi m’appelez-vous ?

-Tu peux venir au Dojo ? Je voudrais te faire passer le test pour que tu aies le niveau suivant. Mais si tu ne peux pas, ce n’est pas grave tu sais !

-Si si, je peux… Je faisais justement mes exercices quotidiens !

-Bien. Alors à tout de suite !

 

Elle raccroche. Après avoir mis ses affaires dans son sac, elle lance un rapide « j’y vais » et sors.

La rue est presque déserte. Elle contemple sa petite rue comme si c’était la première fois: les maisons sont toutes uniques, il y en a des roses, des bleus, des jaunes… « Mon quartier n’a rien à envier à un arc en ciel ! » pense-t-elle. Soudain elle aperçoit un facteur qui a l’air d’essayer désespérément de trouver sa route. Il se retourne vers elle et l’interroge :

 

-Heu… Bonjour mademoiselle… Savez-vous où habites Lunaka Tsaomé s’il vous plaît ?

-C’est moi, j'habite dans cette maison là-bas ! Je n'ai pas le temps de rien prendre, désolée!

 

Tout en parlant, elle montre la jolie petite villa rose qui siège au coin de la rue.

 

-Oh ! Merci bien ! A bientôt !

-Au revoir.

 

Après avoir quitté le facteur, elle décide de se mettre en route pour le dojo. D’habitude elle préfère utiliser les bus mais aujourd’hui ils sont tous en grève ! « C’est bien ma veine » se dit elle.

Quelques kilomètres plus tard elle est devant sa « vraie » maison : le dojo. La petite bâtisse est vraiment modeste coincée entre deux énormes maisons, on aurait plutôt tendance à dire que c’est une chaumière et non un dojo ! Lunaka regarde sa montre, il est 9 :25 et elle se décide à entrer :

 

 -Bonjour Mme Fubuki!

-Ah Lunaka ! Mon mari t’attend avec un instructeur dans la grande salle !

-Ok ! Merci !

 

Prenant son kimono qui est accroché dans son casier personnel, elle se dirige vers les vestiaires. Il est désert. Ce qui est tout à fait normal sachant qu’il n’y a  pas cours ce matin ! Après qu’elle ait enfilé son kimono bleu et qu’elle se soit noué les cheveux avec un ruban blanc, elle entre dans la salle d’entraînement. Cela fait des années qu’elle connaît cette salle et quand elle y pense, elle n’a pas changé du tout. C’est une pièce assez grande dont les murs sont recouverts de miroirs et où un large tatami est placé au centre. Elle s’exclame :

 

 -Bonjour Monsieur ! C’est moi !

 

Mr Fubuki, un homme d’une cinquantaine d’années, se retourne. Ses cheveux sont grisonnants mais il garde quand même une haute stature et une large musculature qui sont les résultats de dizaines d’années d’entraînement. Derrière lui, elle voit un jeune homme d’une trentaine d’années qui la regarde de ses petits yeux perçants. Comprenant qu’elle ne l'avait pas salué, elle se reprend :

 

-Oh… Bonjour monsieur, excusez-moi !

-Ce n’est rien. Bon alors, tout d’abord faites moi quelques exercices de préparation devant le miroir.

 

Surpris par le ton sec de sa voix et les traits durent qui animaient alors son visage, elle le regarde froidement mais s’exécute quand même. « Qu’est ce qu’il est mal poli ! » pense-t-elle tout en faisant les gestes de préparation devant le miroir.

Elle adresse un sourire discret à Monsieur Fubuki. Dans ses yeux, on peut voir qu’il est fier d’elle. C’est vrai que si elle obtient cet examen, elle aura alors un niveau plus élevé que le sien. Il aurait pu en être jaloux mais au contraire, il est très heureux pour elle.

Cela fait 8 ans qu’elle fait des arts martiaux avec lui et la pensée qu’il est fier d’être son sensei lui redonne du courage pour les exercices ! Il va voir ce qu’il va voir cet instructeur !

Lunaka a beaucoup changé ces 8 dernières années. Quand elle est arrivée dans ce dojo, c’était un vrai garçon manqué et une vraie rebelle avec ses cheveux coupés très courts. Mais avec le temps elle est devenue moins agressive, quoi qu’il faut mieux se méfier d’elle car elle a plutôt un sale caractère mais elle réussie de plus en plus à se contrôler ! Elle a laissé pousser ses cheveux et du haut de ses 16 ans, elle est devenue très jolie. Son corps qui est svelte et musclé grâce aux exercices pratiqués, s’accorde tout à fait avec les traits fins de son visage, ses cheveux blonds aux reflets roux qui lui arrivent jusqu’au bas du dos et ses yeux bleus comme l’océan.

Elle fait les gestes qu’il faut : Coup de pied sauté, salto retourné avant, coup de poing, salto arrière… L’instructeur note ses impressions sur son carnet et la regarde avec une complète indifférence. On pourrait même dire qu’il fait tout ça pour l’énerver !

Elle passe à l’épreuve au sabre : coup latéral, salto, coup droit, salto… Tout s’enchaîne. 15 minutes plus tard, l’instructeur lui  fait signe d’arrêter. Pas trop tôt ! Elle était justement en train de se demander quand tout aller s’arrêter !

La sueur ruisselle sur son visage. « Cela prouve que j’ai bien travaillé ! Je suis contente de moi ! » se dit-elle en déposant son sabre en bois à sa place.

L’instructeur et Mr Fubuki la renvoient chez elle en attendant qu’elle ait le verdict.

Elle dit alors en revoir à l’instructeur avec une pointe de dégoût dans la voix. Dès qu’elle rentre, elle mange un morceau et monte dans sa chambre. Lyana a l’air d’être partie faire les courses. Lyana est « sa mère » pendant ce trimestre. Lunaka est orpheline et elle passe de famille d’accueil en famille d’accueil à Tokyo, au Japon. Mais ça elle dit toujours qu’elle s’en fiche car elle n’a jamais connu ses parents ! Elle n’a pas d’amis et personne sur qui compter. Mais quand elle y pense c’est vrai que ça la désole et la rend triste. Voilà pourquoi elle continue à faire des arts martiaux ! La seule chose qui compte pour elle et la seule chose qui la rend heureuse c’est quand elle va s’entraîner au dojo. Malheureusement l’année prochaine, elle sera obligée d’arrêter car elle délaisse ses études. Elle se couche sur son lit et pense à sa vie jusqu’à aujourd’hui … Elle pense à sa solitude et s’endort d’épuisement alors qu'une perle d'eau salée coule sur sa joue…La voix de Lyana la tire de son sommeil :

 

-Lunaka ! Il y a Mr Fubuki au téléphone pour toi !

-Oui, oui, j’arrive !

 

Elle saute de son lit, en proie à une terrible impatience, et dévale les marches de l’escalier quatre à quatre. Ratant une marche, elle manque de tomber la tête la première en bas des escaliers. Ses réflexes la sauvent et elle arrive à décrocher le téléphone dans un gros dérapage. Elle s’écrit alors complètement essoufflée :

 

-Oui ! Allô !!!

-Lunaka !! Écoute, c’est merveilleux !! Tu as ton niveau 12 !!

-C’est vrai ?!! Trop bien !!

-Oui !! Tu pourras venir chercher ton diplôme au dojo dès demain !!

-Super !

-Au fait, tu comptes rester au dojo cette année ?

- Je ne sais pas. J’ai pris du retard dans mes cours et Lyana n’aime pas ça ! Je pense que je vais devoir travailler sérieusement si vous voyez ce que je veux dire ! Vous connaissez ma très grande passion pour les maths et la physique n’est ce pas ? dit-elle avec une ironie.

On ne va pas dire non plus que je suis très motivée… Mais bon je n’ai pas vraiment le choix ! Je passerais au dojo souvent car je veux ne pas trop rouiller !

-Bien, c’est d’accord, alors à bientôt !

-Au revoir sensei !

 

Elle repose le combiné et finit de se réveiller…Après quelques minutes où elle essaye d’émerger, elle se rend enfin compte qu’elle a le niveau 12 ! Elle commence à crier et à sauter partout dans la maison en pensant que c’est le niveau un peu au dessus pour être professeur d’arts martiaux ! Une voix la sort alors de son excitation :

 

-Lun ! Au lieu de crier partout dans la maison, tu peux venir s’il te plaît ?!

-Ouais ouais… T’es où ?

-Cuisine !

 

 Elle sort alors de la salle à manger et se précipite vers la cuisine. En entrant, elle découvre le même fouillis que d’habitude. Sur la table siège en permanence une pile de factures impayées, de pub et de bons de réductions… Tout en contemplant cette hécatombe elle s’exclame :

 

-Oui ?

-Tiens. C’est pour toi !

 

Lyana lui tend un colis avec collé sur le dessus une étiquette où son nom est imprimé en lettres capitales, pas d’adresse, rien.

 

-Qui peut bien m’écrire ? Je ne connais personne !

-Je ne sais pas ! De toute façon la meilleure façon de le savoir, c’est de l’ouvrir non ?

 

Elle prend le colis et monte dans sa chambre en chantant, toute guillerette, d’avoir enfin eu son diplôme qu’elle attendait tant. En arrivant dans sa chambre, elle s’assoit sur son lit et décide d’ouvrir le mystérieux paquet. Après avoir enlevé l’épaisse couche de scotch, elle farfouille dans la mousse pour en retirer une chaîne dorée où est suspendu un pendentif en forme de losange avec une émeraude incrusté à l’intérieur. Fouillant au fond de la boîte, elle ne trouve ni lettre ni même un petit mot ! Absolument rien ! Prenant conscience que ce doit être un cadeau, elle enfile le collier autour de son cou.

Son réveil sonne treize heures et se rendant compte de l’heure qu’il est, elle descend manger.

 

 

 

A peine a-t-elle mis un pied sur la première marche de l’escalier que sa tête se met à tourner subitement avec un atroce mal de tête. En contenant la douleur, elle descend lentement. Elle va jusqu'à la cuisine où Lyana a préparé une salade, le plat qu’elle déteste, car elle a une sainte horreur des légumes. De plus, à ce moment là, c’est vrai qu’elle aurait préféré un bon morceau de viande!Elle s'assoie sur sa chaise en essayant d’oublier la douleur qui lui martèle la tête. Lyana en la voyant lui demande d’un air inquiet :

 

-Qu’est ce qu’il y a ? Tu es toute pâle !

-J’ai un atroce mal de tête !

-Bah dit donc, ça doit vraiment te faire mal pour que tu dises ça ! D’habitude, tu ne te pleins pour rien… Tu es le genre de personne qui, quand elle se casse quelque chose, ne râle même pas ! Tiens prends ça, c’est un médicament.

 

Tout en parlant, Lyana sort d’un tiroir une gélule bleu et verte. Lunaka, à qui sa tête fait de plus en plus mal, la prend sans rechigner bien qu’elle ait aussi horreur des médicaments…

Lyana lui sert un peu de salade et elle n’a même pas le courage de lui dire qu’elle n’en veut pas…

 

-Au fait, le facteur est repassé, il avait oublié de te donner cette lettre avec le colis.

 

Elle lui tend une enveloppe rectangulaire que Lunaka prend et pose à côté d’elle. Lyana reprend :

 

-Et il y avait quoi dans ce colis alors ?

-Ce collier…

 

Tout en parlant Lunaka montre son cou et Lyana s’exclame :

 

-Ouahh !! Qui ça peut être ??! En tout cas il s’est pas foutu de toi !! C’est du vrai ! Peut être un admirateur secret… Comme c’est romantique….

 

 

Lyana qui est une grande passionnée des séries télé à l’eau de rose comme « les feux de l’amour » ou encore « amour, gloire et beauté » commence à fantasmer sur un éventuel garçon qui aurait pu tomber sous le charme de Lunaka …Cela dure tout le repas…Lunaka se dépêche vite de manger pour pouvoir couper court à cette discussion qui ne l’intéresse pas du tout et pour pouvoir aller se coucher !

Arrivée dans sa chambre, elle s’assoit sur son lit et ouvre la lettre, il n’y a qu’une seule phrase et la lettre est non-signée : « ton destin doit maintenant s’accomplir… ».

A la lecture de ces mots, elle perd connaissance et tombe par terre, glissant de son lit. La lettre qu’elle tenait dans les mains quelques instants plus tôt disparaît, ainsi que sa chambre, sa maison et tout ce qu’elle connaissait…

 

 

Voilà, si vous aimez, dites le moi, je vous mettrez la suite (parce qu'il y a bien 300 pages lol)...Donc voilà mon histoire n'est pas fini mais les encouragements font toujours plaisir!!

Je ne vous ai mit que le prologue (qui n'a d'ailleurs rien à voir avec la suite^^), je vous mettrez le reste demain.

 

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 78
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Et ben dit donc, ca c'est une histoire pationnante ou je ne m'y connais pas. ^^

En tout cas chapeau pour ce début.

 

Je trouve que pour une premiére, tu t'es trés bien débrouillé.

L'expression est plutot bonne (plutot parce que rien est parfait, hein! ^^), et a part quelques fautes il n'y a rien a dire.

En plus tu arrive trés bien a nous faire vivre et ressentir se que tu exprime, je me suis surpris a avoir des réactions en lisant, réaction que seul la Miss et Kuro arrive a me faire aussi. Ton style est vraiment trés bon, c'est presque impressionnant que ca soit ta premiére fic' qui plus est a commencé il y a plus de quatre ans. Je me demande ou tu en est dans ton histoire.

 

Alors, sinon le plus important, coté histoire.

Je trouve les perso trés bien décrit, juste ce qu'il faut, ni plus ni moin, ainsi tu pourras nous en faire découvrir un peut plus aprés.

Lunaka est super impressionnante, et surtout solitaire ce qui peut être étrange lorsque l'on pratique un sport, mais la n'est pas la question.

Je me demandais ou tu allais nous emmener avec cette jeune fille. Et je suis trés impressioné de voir que tu as pris la même option

que ce que je pensais, enfin, c'est un peut trop vite dit sachant qu'elle ne c'est pas encore réveillé. ^^

 

Ou va t elle se réveiller?

Quel est son destin?

Quel est le pouvoir de se pendentif?

Qui a bien put lui envoyer?

Que signifie Himideria?

Pourquoi les dragibus coupent la faim (comme tous les bonbons d'ailleur)?

 

J'éspére que tu sauras nos répondre a toutes ces questions dans une suite que je suis trés impatient de lire.

Maintenant tu sais ce qu'il te reste a faire?

Car croit moi, il va y avoir du monde dés demain pour te dire que si tu ne continue pas ca risque de pas le faire... ^^

Dont une qui pocéde une hache d'une taille impressionante et une autre avec une masse d'un poid certain, accompagné

d'un petit dragon sorti d'on ne sait où...

 

Enfin tous ca pour te dire que ton début d'histoire est superbe, et que j'éspére que l'on aura une suite assez rapidement.  ;)

 

Edit: 2000 posts, ca ce fête! ^^

Link to comment
Share on other sites

Vraiment sympa ce début de fic.En plus comme je fais moi aussi des arts martiaux j'adore toutes les histoires parlant de sport.Mais j'ai quelques question:

>Quel sport pratique Lunaka?

>Que signifie Himideria?

>Comptes-tu mettre des techniques de combat dans ta fic et si oui connais-tu les techniques de combat ou tu mettras des techniques inventé?

Donc continue comme cela et j'attend la suite.

Link to comment
Share on other sites

En fait, je dois avouer je ne connais pas un art martial par coeur, donc j'ai fait un amalgame de tout en fait... Et oui, il y aura des techniques mais elles seront inventées^^ Mais pour avoir la réponse à vos questions, il faut avoir la suite^^

En tout cas, merci pour vos commentaires, ça me touche vraiment!

 

Voilà la suite, avec beaucoup de réponses:

 

 

Chapitre 2

 

 

Lunaka ouvre les yeux. Trois hommes habillés de noir la regarde, pétrifiés par la peur. Elle se lève et sans avoir eut le temps de demander quoi que ce soit, les hommes s’enfuient en criant « C’est impossible !! ELLE s’est réveillée, il faut vite en informer le souverain ! ». Lunaka qui sort à peine de sa léthargie ne fait pas attention à ce que les hommes viennent de dire et se demande ce qui lui est arrivé… Elle regarde autour d’elle et soudain elle sursaute! Elle se rend enfin compte qu’elle n’est plus dans sa chambre et qu’à côté d’elle, il y a une espèce de cercueil de verre. Elle regarde autour d’elle, surprise. « Non mais sans blague, où est ce que je suis encore tombée !!! » se demande-t-elle. L’émeraude est toujours autour de son cou mais elle se demande quand même comment elle a pu arriver ici !? Sa mémoire se remet en place et elle se souvient de l’émeraude et de ce message très étrange… Elle s’était évanouie et après…rien !

Elle est au beau milieu d’une clairière entourée par des arbres immenses…. Elle commence à réfléchir sur ce qu’elle pourrait bien faire maintenant, car elle a bien sûr remarqué qu’elle n’était pas dans un rêve… ! Bien qu’elle aurait plutôt préféré cette option la !

Elle se décide de partir de cette clairière en premier lieu pour savoir déjà où elle est et comment elle a bien pu arriver ici ! Lunaka prend donc son courage à deux mains et elle avance sur un des chemins qui s’offrent à elle. Elle pousse soudainement un petit cri : elle vient de se rendre compte qu’elle n’est plus habillée de son kimono mais qu’elle porte une longue robe violette claire avec des reflets bleus par endroits…Elle pensa tout d’abord que c’était quelqu’un qui lui faisait une blague mais elle chassa vite cette idée de son esprit, ça aurait été un peu trop gros quand même ! Elle continue donc d’avancer sur le chemin parsemé par une multitude de cailloux  et qui est étrangement sombre !

Après quelques heures de marche, elle commence à se poser des questions… « C’est pas possible qu’une forêt soit aussi profonde et dense ! » s’exclame t-elle ! Tout à coup, un arbre immense tombe devant elle coupant ainsi toute progression sur le chemin ! Une voix surgit alors d’un des talus :

 

-Attention ! Fait gaffe ! Pousse-toi ! Les soldats de Kazuki arrivent !

 

Lunaka, surprise, ne bouge pas. « Kazuki ? C’est quoi ce délire ? » Pense-t-elle juste avant que quelqu’un se jette sur elle la projetant dans le fossé.

 

-Eh ! Qu’est ce qu’il se passe ?! Ça va pas non ?!!

-Chut ! Ferme là ! Tu veux mourir ?!

-Hein ?

- Tais-toi !

 

Lunaka s’exécute. Elle n’a pas tout compris mais le jeune qui vient de lui parler à l’air d’être inquiet. Des bruits de chevaux se rapprochent de plus en plus… Des cavaliers tout habillés de noir passent devant le fossé arrêtant leurs chevaux. Un homme qui est habillé de rouge s’avance et crie :

 

-Ah ! Encore ces rebelles !! Quand comprendront-ils que leurs efforts sont vains ?!!

 

Et d’un claquement de doigts, les hommes qui se tenaient derrière lui s’approchent de l’arbre et le soulève avec une force surhumaine. Ces derniers remontent sur leurs destriers et repartent au galop… Lorsqu’ils disparaissent, Lunaka assaille le jeune homme de questions :

 

-Mais c’est qui eux ? Et toi, t’es qui? Où suis-je ?

-Oh ! Calme-toi ! Je m’appelle Kyosuke . C’est quoi ton problème ?

-Où c’est qu’on est ?

-De quoi ?!! Je te comprends pas là !

-Où sommes-nous ?

-Bah…Dans la forêt d'Orochi, pourquoi ?

-Orochi  ?!

-Oui c’est la forêt où on se trouve. On l’appelle comme ça car elle a une forme de serpent.

-Mais c'est où ça?

-Dans la région nord d'Himideria !

-Himi quoi?

-Himideria! Bon t’arrêtes tes blagues là !?

-Et eux, c’étaient qui ?

-La troupe d’élite du roi Kazuki, ils sont reconnaissables quand même ! A moins que tu ne sois pas d’ici…

-Le roi Kazuki c’est qui ? Qu'est ce qu'un roi fait là?

-… T’es bizarre toi! Tout le monde sait qui est le roi Kazuki voyons !

-On est où ici ?

-Je viens de te le dire ! A Himideria !

- Je connais pas !

-Bon c’est plus drôle là ! Tu y vis depuis toujours, c’est sûr !!… Tu sais que tu me donnes mal à la tête à la fin !

-Hein ? Heu…

-Bon viens ! Tu dois avoir un problème...La mémoire peut -être?! Je t’emmène avec moi ! Suis-moi !

-Bien…si tu veux !

 

Lunaka est vraiment surprise parce qu’elle vient d’entendre ! Elle serait donc à Himideria…Elle ne comprends vraiment rien de rien !Elle se décide et se dit que le meilleur moyen de tout savoir et de tout comprendre serait de suivre Kyosuke…Elle lui emboîte le pas.

Après quelques heures de marche intensive, elle le suit toujours, silencieuse derrière lui…

Ils sont enfin arrivés à la  lisière de la forêt et lorsque Lunaka s’avance un peu plus pour voir ce qui ce cache après cette immense forêt, elle est tellement surprise qu’elle lâche un cri. Kyosuke la regarde bizarrement et elle ne peut s’empêcher de dire :

 

-Mais, mais… C’est un désert !!!

 

En effet, devant Lunaka et Kyosuke se prolonge à perte de vue, une grande étendue de sable qui ne semble pas avoir de fin… Kyosuke, qui a l’air complètement habitué à contempler ce paysage pousse un soupir et lui répond d’un ton tout à fait blasé :

 

-Tu n’as jamais vu de désert ?! Mais tu sors d’où à la fin !!?

-Oh ca va ! Tu pourrais aussi me parler autrement, ça ne t’engagerait à rien !

 

Kyosuke abasourdi par la réponse de Lunaka lui répond d’un ton presque gentil :

 

-Heu…On va dans mon village, c’est à environ 3 heures de marche vers le sud.

-Ah…Ton village est à 3 heures !! L’horreur…

 

Pendant qu’ils marchaient, Lunaka se surprit elle-même lorsqu’elle commença à détailler Kyosuke. Il a les yeux d'un noir de jais et les cheveux d’une couleur assez étrange qu’elle n’arrive pas à décrire… C’est une sorte de châtain clair avec du roux, ce qui donne aux cheveux un aspect de rouge foncé… Ce qui l’a surpris encore plus c’est quand elle pensa  « C’est vrai qu’il est pas mal du tout ! ». Elle ne s’était jamais vraiment intéressée aux garçons mais là ça dépassait tout ce qu’elle aurait pu imaginer dire… Si bien que quand le principal intéressé se retourna, elle rougit et commença à regarder le sol pour essayer de cacher sa profonde gêne…

La chaleur augmentait de plus en plus bien que la nuit allait tomber dans quelques heures, ce qui n’était pas très logique. Lunaka posa une question pour rompre le silence :

 

-Nous arrivons bientôt ?

-Oui, c’est là-bas ! Tu vois, on voit déjà le lac de Sapharia.

-Sapharia ?

-Oui, c’est mon village. Il est à quelques heures de Kitami*, la capitale de la région.

 

Au fur et à mesure qu’ils avancent, des toits de maison apparaissent et de plus en plus nombreux… Ce ne sont pas des maisons ordinaires… Elles sont en terre cuite et en paille !! Lunaka crut tout d’abord rêver car ce paysage n’est vraiment pas banal mais elle du bien se résigner à avouer que ce qu’elle voyait était tout à fait réel ! D’ici elle distingue même des enfants jouant au ballon. Puis, ils arrivent dans un vaste endroit qui semble être la place du village. Les enfants qui jouaient au ballon accourent vers eux :

 

-Alors Kyosuke ? Tu t’es trouvé une fiancée ? Elle est pas mal !! C’est qui ? Vas-y présente nous !!

 

Kyosuke s’empourpra légèrement et répondit avec vivacité:

 

-Mais… ce n’est pas du tout ce que vous croyez !… Je l’ai sauvée des soldats de Kazuki ! Ce n’est pas du tout…

-Aller Kyo ! Passe au vert mon vieux !

 

La personne qui vient de parler est un jeune garçon de son âge : il a les cheveux blonds en bataille, a les yeux bleus très foncés et est aussi musclé que Kyosuke. Il se tient à la tête d’un groupe d’ados :

 

-Tiens  Skan ! Toujours là ? Dommage ! J’aurais espéré  que tu te fasses bouffer par une de nos chères bestioles du désert !!

-Pffuu… La bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe Kyosuke !

-Blanche ? Elle est pas plutôt grise foncée ?

 

Les deux garçons se regardèrent méchamment… C’est comme si leurs yeux jetaient des éclairs. Pour éviter qu’ils ne se tapent dessus et qu’ils n’oublient pas un peu trop vite Lunaka, elle toussote, ce qui produit bien sur tout de suite son effet. Le jeune garçon appelé Skan s’adresse à elle :

 

-Alors beauté, t’es qui ?

-Eh oh ! Tu m’appelles pas beauté, ok ? J’ai un nom je te signale !

-Oh mon dieu que j’ai peur !!! C’est qu’elle mordrait ! Alors tu es la copine de Kyosuke ?A mon avis il ne te mérite pas tu sais…

 

Tout en disant cela, il se rapproche d’elle et la prend par la taille. Mais bien sur, une des choses qu’il ne faut pas s’amuser à faire avec elle, c’est ça,  parce que sinon on risque gros !

La preuve, le pauvre garçon, sans avoir eu le temps de réfléchir à son geste est déjà à terre se tenant le nez qui saigne abondamment. Elle avait eut le mauvais réflexe, qui n'était pas mauvais pour elle bien sur, de lui envoyer son poing dans la figure… Le garçon submergé par la surprise et la douleur reprend :

 

-Mais t’es folle ou quoi ?!! Qu’est ce qui te prend ?

-Primo, je ne suis pas la copine de Kyosuke! Deusio, il me mériterait déjà plus que toi et dernièrement : tu me touches plus jamais comme ça ou sans ça, là, je te jure que je te tue ! Surtout si j’ai un sabre entre les mains !

 

Kyosuke qui se trouvait à quelques centimètres de la jeune fille se met à pouffer de rire le plus discrètement possible … Mais bien sûr, cela n’échappe pas aux oreilles de Lunaka qui le reprend :

 

-Et je te signale que ça vaut aussi pour toi ! Te crois pas invulnérable tout ça parce que je lui ai foutu une tarte à lui et pas à toi !

 

Kyosuke avala difficilement sa salive, il comprit enfin que Lunaka ne rigolait pas et qu’elle pouvait mettre ses menaces à exécution ! Ce qui eut pour effet de graver dans sa mémoire que s’il voulait rester en vie le plus longtemps possible, il devrait éviter de parler à Lunaka comme il l’avait fait dans le désert…

Skan se releva, leur tourna le dos et s’en alla suivit de son petit groupe, un petit sourire satisfait aux lèvres, car même s’il s’était prit un pain, il était content que son pire ennemi, lui, se soit fait rembarré par la jeune fille qu’il avait ramené…

Cela n’empêcha pas Kyosuke de s’exclamer :

 

-Ouahh ! Alors ça ! J’ai jamais vu une fille avec un caractère pareil !

-Oui il fait un peu ma fierté... Bon… tu m’expliques maintenant ?

-Expliquer quoi ?

-Bin… Je te signale que je venais avec toi pour tout savoir sur ce roi Kazuki, sur Himi…truc et tout et tout…!!

-Oui et bien… viens avec moi. Il va bientôt faire nuit, on verra bien demain ! En attendant, je dois aller voir quelqu’un.

 

Lunaka qui est déjà sur les nerfs, n’apprécie pas plus que ça cette réponse mais comme elle n’a pas le choix et qu’elle juge s’être déjà assez énervée comme ça pour aujourd’hui décide de se taire…

Kyosuke se dirige alors vers une grande maison qui se trouve un peu à l’écart du village… Il entre et dit à Lunaka de l’attendre dans la pièce principale, il n’en aura pas pour longtemps... Mais sa grande et incorrigible curiosité la pousse à aller voir l’immense armoire qui se trouve dans le fond de la pièce où elle se trouve. La vitre de l’armoire est couverte d’une épaisse couche de poussière, preuve qu’elle a l’air d’être abandonnée là, sans que personne ne fasse attention à elle. Elle ouvre et découvre à l’intérieur, un magnifique sabre couvert lui aussi de poussière. Il semble être assez vieux mais est quand même en très bon état et coupe encore très bien ! C’est le plus beau sabre que Lunaka ait eut l’occasion de voir dans sa vie : un sabre long à lame courbée dont la finition est laquée! Le manche est en bois très dur peint en noir et un tissu blanc y est noué. Le fourreau est lui fait dans un matériau nacré très rigide.

Mais la chose qui impressionne le plus Lunaka quand elle dégaine est que la lame est en argent ! Cela la surprend tellement qu’elle manque de le lâcher…Des signes étranges sont gravées sur la lame mais elle ne connaît pas leur signification.

Le fait de tenir un sabre dans ses mains lui donne une profonde envie de s’entraîner. Elle hésite un instant pensant que ce sabre ne lui appartient pas… Mais la tentation est trop forte. Regardant autour d’elle, elle aperçoit une porte qui semble donner dehors. Elle l’emprunte et se retrouve sur une petite terrasse en bois, éclairée d’une lampe à huile, où il y a juste la place pour faire quelques mouvements. Elle pense que la dernière fois qu’elle a tenu un sabre dans les mains, même s’il était en bois, c’était au dojo. Elle se demande ce qui a pu se passer. C’est peut-être comme dans les films, elle est entrée dans une dimension parallèle !! Rigolant de son idée farfelue, elle dégaine et commence à faire les mouvements de base que l’on apprend dans les deux premières années d’entraînement. Il n’y a pas à dire, elle trouve ce sabre extrêmement beau ! Elle continue en faisant des mouvements plus difficiles mais alors qu’elle frappe en faisant un retourné, quelqu’un arrête son sabre:

 

-Tu te débrouilles bien jeune fille…

-Qui êtes-vous ? Dit-elle, pas vraiment rassurée.

-Le propriétaire de ce sabre, pourquoi donc ? Lui réponds l’homme caché dans l’ombre plongeante de la maison.

-Oh pardon !!… Je ne savais pas ! Reprenez-le !! Je suis extrêmement désolée mais il était si beau, je n’ai pas pu résister à la tentation !!…

 

A peine a-t-elle terminé sa phrase qu’il éclate d’un rire grave et chaleureux qui la met en confiance :

 

-Ce n’est rien ! Penses-tu ! Dis moi, je  ne t’ai jamais vu par ici, je me trompes ?

-Et bien,…c’est à dire, heu…non…

-Où as-tu appris à manier le sabre ? Tu te débrouilles bien tu sais !

-Merci…Et bien…C’est Mr Fubuki….à Tokyo…

 

Il rééclate de rire :

 

-Tokyo ? Voilà qui est étrange… Tu n’es pas sans savoir que Tokyo a été détruit il y a 100 ans !!

-QUOI !!!! Comment ça ? C’est impossible !

-Et bien si voyons, lors du grand cataclysme.

-Du grand cataclysme ? C’est quoi ça ?!!

 

L’homme la dévisage alors de la tête aux pieds, l’air surpris. Soudain, il s’arrête sur son cou avec un air interrogateur qui se change vite en air surpris. Son visage s’illumine alors, comme s’il avait enfin compris ce qu’elle lui racontait depuis quelques minutes :

 

-Où as tu eus ce pendentif ?

-Par la poste.

-Pardon ?!

-Ben oui… dans un colis.

-…Je comprends...

 

A ce moment là, l’homme qui se trouvait alors dans l’ombre, s’avance montrant enfin son visage. Un visage ridé et usé par les épreuves et le temps apparaît à la lueur de la lune. Lunaka devine alors que l’homme qu’elle croyait beaucoup plus jeune est en fait un vieillard d’à peu près 70 ans. L’air complètement surpris de Lunaka lui arrache un sourire et elle ne peut s’empêcher de crier d’un air naïf :

 

-Quoi ??!! Mais vous êtes vieux ?!

-Ahahah !.. Bien sur! Que croyais-tu ? Que j’étais un jeune homme de 20 ans ?

-Heu.. et bien…C'est que vous avez une voix très jeune...

-Ahahah ! Dis, tu veux bien me montrer ce pendentif ?

 

L’homme se rapproche d’elle et prend le collier dans ses doigts osseux, il  l’examine longuement avant de la questionner :

 

-Il est vraiment à toi ?

-Bien sur que oui !

 

A peine a-t-elle terminée sa phrase que le vieillard tombe à genoux devant-elle et se met à sangloter :

 

-Mais…monsieur… ! Ça ne va pas ?

-C’est un miracle ! C’est merveilleux ! Enfin ! Nous sommes sauvés !

-Comment ? Mais…

-Tu es l’élue !

-Quoi ?!

-Oui, l’élue ! Oh c’est merveilleux ! Tu portes le pendentif de l’élue, de plus c’est Kyosuke qui t’as emmené ici alors qu’il t’a trouvé dans la forêt ! Ça en est la preuve, tu devais te réveiller là-bas ! Viens suis moi, je vais tout t’expliquer à l’intérieur !

 

Link to comment
Share on other sites

Je te l'avais dit, elle est arrivé. ^^

 

Alors, une superbe suite.

Tu as répondu a toute les questions (sauf la derniére ^^).

Le futur, je n'y aurais jamais pensé.

Et a vrai dire, a part le passage un peut long avec les potes de Kyosuke, le reste était bien.

 

J'ai hate de voir la suite.

Savoir ce qui c'est passé a Tokyo?

Savoir si ca c'est fait a l'echelle mondial?

 

Ps: Evite les doubles post de mon de 24 heures. Tu as une option "modifier" sur tes message.  ;)

 

Link to comment
Share on other sites

Bon, je suis motivée alors je mets la suite^^Vous allez enfin savoir ce que signifie Himideria

N'hésitez pas à laisser des posts pour dire votre avis!!

 

 

Chapitre 3

 

 

D’un rapide coup de manche, le vieillard essuie ses larmes, se redresse et fait signe à Lunaka de le suivre. Lunaka range le sabre dans son fourreau et suis le vieil homme d’un pas décidé et ferme : elle va enfin savoir ce qu’elle fait ici ! Quelle est cette histoire d’élue ?! Ils rentrent tout deux à l’intérieur de la bâtisse et après avoir dépassé la grande salle où Kyosuke l’avait laissé, elle se retrouve dans un grand bureau. Pour tout mobilier il y a une bibliothèque, un bureau et une large table avec 6 chaises. Le vieil homme lui explique que c’est la salle où le conseil du village se rassemble. Il l’invite à s’asseoir et commence à parler :

 

-Voilà, maintenant tu peux tout m’expliquer.

-C’est à dire ?

-Et bien… Tout ce qui t’es arrivé depuis que tu es sortie de la… heu que tu es arrivé dans ce monde…

-Je ne sais pas trop…Je me suis réveillée près d’un cercueil de verre, j’ai été sauvée d’étranges cavaliers par Kyosuke, j’ai traversé un désert pendant des heures,  je me suis battue avec un garçon du village. Je ne sais pas où je suis, je ne sais pas non plus qui est ce fameux roi Kazuki et je ne comprends rien à rien !

-Bien, alors écoute-moi bien… Il y a 100 ans, c’était le premier ministre qui gouvernait Himid… enfin le Japon ! L’empereur, qui lui n’avait qu’un rôle symbolique et avide de pouvoir, fît construire en secret la Grande Arme qu’il appela « Himideria »… Mais après une mauvaise manipulation, l’arme cumula trop d’énergie et pour je ne sais quelle raison elle rasa tout ce qu’il y avait à la surface de la terre sauf l'endroit où elle avait été construite : le Japon.

Mais la plupart des villes du Japon furent rasées. En souvenir de l’arme et de la bêtise humaine, le « nouveau Japon » fût appelé Himideria ! Les hommes oublièrent les technologies passées et décidèrent de construire des villages et des villes vivants du commerce et des matières premières.

-Et moi dans cette histoire ?

-J’y viens, j’y viens…A ta naissance, un prophète annonça que tu étais l’élue qui allait unifier les différentes parties d’Himideria et renverser le roi. Mais cette nouvelle arriva aux oreilles de celui-ci et, non pas qu’il croyait à cette prophétie mais plutôt qu’il craignait une révolution de la part du peuple, décida de t’assassiner. Tes parents, craignant pour ta vie t’enfermèrent dans la dernière Bio-Vitra existante.

-Bio-Vitra ?

-Oui, c’est le « cercueil de verre » où tu t’es réveillée. La Bio-Vitra t’as fait vivre une vie virtuelle dans l’ancien Japon, qui venait alors d’être détruit.

-Mais…que sont devenus mes parents ?

-Ils se sont fait tuer et c'est...hum...un autre enfant qui...s’est fait tuer à ta place...

- Quoi??!! C'est horrible !

-Il n’y avait malheureusement pas d’autre solution ! Bon…Continuons… La Bio-Vitra t’as donc fait vivre une vie virtuelle et a aussi freinée ta croissance. Voilà pourquoi après une centaine d’années, tu n’as qu’une quinzaine d’années !

-Cent…centaine d’années ?!!! C’est une blague ?!

-Non…

-Mais...Des hommes en noir me surveillaient lorsque je me suis réveillée...

-Oui, le souverain gardait un œil sur toi en permanence...C'est comme cela de génération en génération...

-Mais pourquoi ne m'a t-il pas tué s'il savait qui j'étais et qu'il connaissait l'endroit où je me trouvais?

-Le premier roi, celui qui est pour ainsi dire à l'origine d'Himideria, a voulu te tuer après avoir su que l'enfant qu'il avait tué n'était pas toi mais il ne savait pas où la Bio-Vitra se trouvait... C'est notre roi actuel, le troisième souverain, qui a trouvé ta position mais il n'est pas comme son grand-père, il ne veut pas te tuer...Il voulait attendre ton réveil pour te rallier à sa cause...Il est désormais au courant de ton réveil...

-Mais, que dois-je faire au juste ?

-Il y n’y a actuellement qu'un souverain à Himideria, l’empereur Kyun, c'est donc lui qui est le petit fils du fondateur de la Grande Arme. Il a 3 fils qui sont sous ses ordres : le roi Kazuki, qui gouverne le nord désertique, le roi Flown qui dirige le centre marécageux et le roi Nathyn qui dirige le sud enneigé et misérable à cause des terribles impôts qu’il fait payer aux villageois. Mais ces 3 rois sont comme les serviteurs de leur père et c'est ce dernier qui contrôle tout... Toi, tu dois détrôner ces 4 rois et laisser parler le peuple qui est depuis bien trop longtemps à leur service !

-Mais, j’en suis incapable !

-Tu vois ce sabre ?

 

Tout en parlant, il montre le sabre avec lequel Lunaka s’était entraîné un quart d’heure auparavant :

 

-Oui ?

-Et bien, c’est l’héritage de l’élue !

-Quoi ?!

-Oui il a été forgé à ta naissance par un forgeron de la plus noble race qui existe sur Himideria: les Falkens.

-Les...Falkens?

-Oui, ce sont des humains modifiés qui ont évolués d'une façon différente que nous. Beaucoup font partis du clan des Ombres et ils ont un caractère assez spéciale... Quoi qu'il en soit, ce sabre est le plus grand sabre jamais forgé et il t'appartient dorénavant car seul l'élue peut le porter.

-Oui...Mais il y a une question qui me traverses l’esprit là, les gens accepteront-ils une fille en guise d’élue ? A mon avis ils s’attendaient à un homme fort et viril, non ?

-Les Hommes ne se souviennent pas que dans les anciennes écritures il est bien dit que l'élue est de sexe féminin mais si tu leur montre ta force tout ira bien... Aujourd'hui le sexe importe peu, si quelqu'un peut nous délivrer, il est le bienvenue...

-Mais...Personne n'a jamais essayé de se rebeller?

-Si. Plusieurs clans ont combattus l'empire mais ce dernier est trop fort et il corrompt énormément de rebelles qui trahissent alors leur ancienne cause... Personne n'est assez fort ni assez bien organisé...

-Ah...

-Enfin peu importe! Nous continuerons à discuter demain! Je vais de ce pas parler à Kyosuke à ton sujet pour qu'il t'accueilles chez lui, tu es d'accord?

-Oui...

 

Le vieil homme sortit de la pièce à toute vitesse et Lunaka alla sans tarder s’asseoir sur les marches du perron devant la maison en attendant que Kyosuke la rejoigne. Quand il arriva, il posa un genou à terre et proclama :

 

-Je jure solennellement de servir l’élue.

-Oh non ! Arrête ! Je ne veux pas de toi comme… serviteur… ! Ok ?

-Mais…mais !!…

-Soyons "collègues" tout simplement, d’accord ?

 

Avec un grand sourire, il se redressa et lui répondit avec soulagement:

 

-Ok ! Je suis d’accord. Merci…

-Bon et bien… Comme ça, je dois loger chez toi, c’est bien ça ?

-Oui ! Suis-moi.

 

Kyosuke ne le savait pas mais son destin avait toujours été d’être avec l’élue. Il sera son ombre et son plus proche confident mais quatre autres garçons ont le même rôle que lui…Ce sont aussi des élus. Dans chaque moment de solitude et de besoin, ils seront là, prêts à se sacrifier pour Lunaka.

Elle le suit, elle commence à avoir l’habitude maintenant de suivre les gens partout !Elle est rassurée : elle sait maintenant qui elle est réellement, où elle est, son passé et son « avenir »… Mais quelque chose l’inquiète bien qu’elle soit enfin fixée :comment elle Lunaka Tsaomé pourrait-elle bien sauver un pays empreint à des tyrans depuis près d’un siècle, elle qui n’a que 16 ans !?? Laissant sa question de côté elle essaye de se rassurer en pensant à autre chose.

Kyosuke traverse le village. Lunaka et lui passent devant le grand lac qui est au milieu du village : c’est bien grâce à lui que la vie est possible ici. Sans lui, il n’ y aura pas d’eau, donc pas de vie. Kyosuke habite juste en face du lac dans une petite maison qui comprend juste trois pièces : une chambre , une salle de vie et une « salle de bain ». Quand Lunaka rentre, elle est frappée par l’état de cette maison, « ça se voit qu’un garçon vit ici ! » pense-t-elle. La maison est tellement sale et poussiéreuse qu’on croirait qu’elle n’a pas été lavée depuis la naissance de Lunaka, c’est dire ! Kyo se retourne vers elle et demande :

 

-Tu veux manger quoi ce soir ?

-Si tu veux…je m’occupe de faire à manger .

-Ok ! Moi je vais faire ton lit et je m’occupes de te préparer de quoi te laver ! Ça fait quand même 100 ans que tu ne t’es pas lavée !

-Ahahah...Très drôle! ! Dit-elle d’un air complice.

 

Après que Kyosuke lui ait montré où se rangeait les ustensiles et les provisions, il part chercher des draps pour lui préparer un bon lit. Le placard où est censé se trouver la nourriture n’est pas bien plein : trois tranches de viande séchée, deux œufs, une carotte toute flétrie et deux petites pommes de terre. On ne peut pas dire qu’il y ai vraiment beaucoup de choix et Lunaka « opte » donc pour une omelette avec comme suppléments de la viande et une pomme de terre chacun.

Elle se met aux fourneaux et allume le feu. C’est vrai qu’elle n’a pas l’habitude ! Parfois elle faisait la cuisine chez Lyana, mais c’était avec un four et des plaques électriques !

Quand elle a presque fini de tout préparer Kyo arrive et s'assoie devant son assiette. Quelques minutes auparavant, il était passé avec de l’eau qu’il avait mis à chauffer pour le bain de Lunaka :

 

-Hmmm… Ça sent bon !C’est quoi ?

-Une omelette !

-Super ! Après l’effort, le réconfort !

-Il n’y avait pas grand chose à cuisiner, alors…

-C’est très bien comme ça ! Ne t’inquiètes pas !

-Ok…

-Demain, j’irais chasser et acheter des légumes et des œufs.

-Ça serait pas du luxe...

-Quoi?

-Non, non rien : mange!

 

Lunaka lui sert le maigre repas et commence à manger. Kyosuke la remercie chaleureusement et commence à la questionner :

 

-Dis moi, il n’ y avait pas une carotte aussi ?

-Heu…si, pourquoi ?

-Tu ne l’a pas faite aussi ?

-Sans commentaire.

-Pourquoi ?

-Je HAIS les légumes !

-Allons c’est bon pour la santé ! On te la jamais dit ?

-Je vois pas en quoi manger de la salade est bon pour la santé ! Ca m’énerve d’entendre des conneries pareilles !

-Holà ! Calme toi !

-Y a des sujets tabous avec moi !

-Ah ouais ? Comme quoi ?

-Les légumes, l’école, les critiques qu’on me fait, les gens que j’aime pas… En fait, il y a plein de trucs !

-Ouais, en fait, t’aimes rien ! s’exclama t-il en éclatant de rire.

-Ouais, t'as tout compris!

 

Pendant tout le repas, ils parlèrent de leur passé et de ce qu’ils aimaient. Lunaka et Kyosuke se rendirent compte qu’ils aimaient une chose en commun : les arts martiaux. Ils se promirent de faire un combat un jour pour voir qui était le meilleur !Après le repas, Lunaka s’éclipse pour aller se laver. Dans son bain elle songe  « Ça fait du bien ! Je crois que je n’ai jamais autant apprécié un bain !Ahh… Quand j’y pense, c’est logiquement mon premier ! » Elle se met alors à rire toute seule dans son bain…

Kyosuke lui a montré des vêtements qui se mettent dans le désert : de longs drapés qu’il faut enrouler autour de soi. Mais en attendant, elle met les vêtements du jeune homme, ça fait un peu garçon manqué mais elle aime ça: une chemise aux tons rougeoyants lui arrivant jusqu’à la moitié des cuisses et un pantalon  noir trop grand pour elle habillent dorénavant la jeune fille. Elle sort de la salle de bain et se diriges vers Kyosuke qui lui, venait juste de finir la vaisselle… En la voyant, il ne peut s’empêcher de s’exclamer :

 

-Ça te va super bien !

-Merci ! Dit-elle en lui rendant son sourire.

-Ton lit est prêt ! Le mien est à côté du tien, j’espère que cela ne te déranges pas ?!

 

En rougissant légèrement , elle répond simplement :

 

-Non ,non ! Pas du tout !

-Ok ! et bien, tu peux aller te coucher, il est déjà tard !

-Et toi?

-J'ai encore beaucoup de choses à faire!

-D’accord...alors bonne nuit !

 

Elle s’éclipse de la pièce et elle se rend dans la chambre. Les lits sont simples : un sommier en bois, un petit matelas et une couverture.

Kyosuke et son incontestable gentillesse ont encore frappés ! Il a tout bien préparé pour Lunaka, il lui a même donné son oreiller où « Kyosuke » est brodé en lettre capitales dans le coin à gauche. Lunaka qui ne veut surtout pas qu’on se prive pour elle le lui repose délicatement sur son lit. En se couchant, elle pense, heureuse, qu’elle a enfin un ami sur qui elle peut compter !

Le lendemain, une douce voix parlant à son oreille l’éveille :

 

-Lunaka !? C’est l’heure !

 

Kyosuke ouvre le rideau et la lumière jaillit dans la pièce.

 

-Hmm…dodo !…

 

Il s’agenouille près de son lit et commence à la titiller avec une brindille de bois :

 

-Aller ! il fait déjà jour depuis plusieurs heures ! En plus tu baves en dormant !

-Hmm ! C’est pas sympa ! J'te hais!

-Hahaha !Je rigole ! Aller debout ! Ton petit déj’ est près !

 

Se levant péniblement, elle se rend sans entrain dans la grande salle. Les réveils ont toujours été très difficiles pour elle. Quand elle voit Kyosuke en train de finir de préparer son petit déjeuner, elle lance avec joie :

 

-Salut !! Ça va ?

-Ah re-salut !… Tiens, c’est pour toi!

 

Il lui tend alors un gros morceau de pain blanc gros comme le poing et une marmelade rose :

 

-Mais, où as-tu trouver du pain ?

-C’est le vieux Zolusan qui me l’a donné !

-Zolusan ?

-Oui, c’est le sage du village, tu sais celui avec qui tu étais hier !

-Ah…d’accord ! Mais ?! C’est un sage ?

-Oui ! A ton avis, sans ça, comment connaîtrait-il tout ce qu’il t’a raconté ?!

-Bah…Heu…Je ne sais pas…Je me suis pas posée la question !

-Bon, en tout cas, aujourd’hui, tu dois aller le voir car je ne suis pas là, ok ?Je rentres en fin d’après-midi.

-Oui ! Ok ! Bien sur ! A vos ordres chef !

 

Kyo esquisse un sourire et s’en va en souhaitant à Lunaka une bonne journée.

 

Voilà, j'éspère que ça vous plait^^

Link to comment
Share on other sites

Bien! Bien! Bien!

Au début, je pensais que vu la quantité, ca serait long a lire, même po. ^^

Tout s'est trés bien enchainé.

 

Par contre il y a quelque défaut.

Tu ne devrais pas parler de certaine chose aussi tot.

Comme l'histoire des quatres élu, tu devrais la garder pour plus tard, un coup qu'ils seront réunis.

Et je trouve qu'elle accepte trés facilement sa situation. Dans son, bain même pas une petite larme pour ce qu'elle a "vaicu".

 

Sinon, il n'y a rien a dire, une histoire trés prennante.

Continu comme ca.  ;)

Link to comment
Share on other sites

Go for the suite^^:

 

 

Chapitre 4

 

 

Après son petit déjeuner, elle fait le ménage : hier, elle avait déjà vu que c’était sale mais elle n'aurait pas imaginé que ce soit à ce point là !

Il est presque midi quand elle sort pour aller voir Zolusan. Malgré l’heure, il y a beaucoup d’agitation sur la place du village… Le vieillard est devant sa maison avec un regard inquiet. En la voyant, il s’exclame :

 

-Tiens ! Lunaka ! Comment s’est passé ta soirée chez Kyo ? Il n’a pas été trop méchant avec toi ?

-Non, ça a été ! Dites-moi pourquoi y a t-il autant de gens rassemblés là-bas ?

-Et bien…

 

Il marque un temps d’arrêt et continu :

 

-Nous avons reçu une missive…du lieutenant du roi Kazuki… !

-Quoi ?!!

-Oui, viens avec moi !

 

Ils se rapprochèrent de la petite troupe qui se tenait devant un grand écriteau où était cloué un avis. Il y est écrit :

 

Paysans de Sapharia,

 

Moi, Kaoma, lieutenant officiel de la garde céleste du roi Kazuki, 3ème fils de notre bienveillant seigneur Kyun, vous annonce, habitants du village de Sapharia, que moi et mes soldats viendront prochainement relever les impôts trimestriels. Chaque famille devra donner 1000 Quarems par adultes et 500 par enfants, ainsi que la moitié des récoltes qu’elle possède. Toute personne qui sera dans l’incapacité de payer subira la peine capitale.

J’ai aussi eut vent de certaines rumeurs concernant des rebelles qui seraient contre notre cher roi. Toute personne qui sera soupçonnée de rébellion sera immédiatement tuée.

 

 

Lunaka regarda longuement le vieillard posté à côté d’elle avant de le questionner :

 

-Vous croyez qu’ils parlent de nous en désignant les rebelles ?

-Je le crains malheureusement…

-Qu’allons-nous faire ?

-Rien. Nos plans n’ont pas changé. Une cérémonie de présentation de l’élue aura lieu ce soir. Kyosuke sera rentré. Tu devras te présenter avec le sabre « sushin », qui est le sabre de l’élue… Il désigne ce que l’on appelait les quatre dieux au Japon.

-Ok ! Et sans ça, je fais quoi aujourd’hui moi ?

-Tu vas rester chez Kyo et tu ne bouges pas ! Et tu te débrouilles pour manger sans sortir.

-Pourquoi ?

-Parce-que !

 

Sur ces mots, Zolusan repart vers sa maison avec hâte. Lunaka n’est vraiment pas très enthousiaste de rester toute la journée seule dans la maison de Kyo… Surtout que maintenant il n’y a vraiment plus rien à faire sachant que la maison est propre comme un sou neuf !! Mais bon elle a pas vraiment le choix, comme d’habitude…

Arrivée chez Kyo, elle retourne sur « son » lit. Elle pense et se rend enfin compte que c’est sur ses frêles épaules que repose l’avenir de toute la nation d’Himideria, sur elle, alors qu’elle n’est encore qu’une jeune fille de 16 ans ! Alors qu’elle commence à avoir un petit creux, une pensée surgit dans sa tête : qu’est ce que Zolusan appelle une soirée de présentation ?!! Elle prend soudain peur et s'imagine une multitude de situations qui pourraient être appelées "soirée de présentation"...

L’heure de manger arrive et la seule chose qu’il reste, c’est un morceau de pain de ce matin qui est déjà tout dur à cause de la chaleur et LA carotte ! Lunaka hésite longuement et se décide à manger la carotte, pour qu’elle ait au moins quelque chose dans le ventre. « Au péril de ma vie…! » se dit-elle…

Dehors, des bruits de scies, des cris joyeux d’enfants retentissent, bref… Les habitants, malgré l’avis de Kaoma vivent leur train-train quotidien…

Lunaka se demande  pourquoi Zolusan ne veut pas qu’elle sorte… Elle trouve ça louche mais finit par conclure qu’elle est peut-être un peu parrano!!

Comme elle s’ennuie, elle décide de tester son nouveau sabre mais le manque de place dans la maison la fait vite changer d’avis. De plus, elle ne peut pas non plus aller à l’extérieur sans ça elle va attirer les regards et va se faire tirer les oreilles par Zolusan !

Quand Lunaka y réfléchit, elle ne connaît que les bases au sabre. Quand elle était au dojo avec Mr Fubuki, elle avait entendu parler de techniques spéciales qui s’effectuent grâce à un enchaînement de coups spécifiques. Si elle était restée dans la Bio-Vitra, peut-être en aurait-elle apprises quelques-unes… Mais cette idée s’efface vite de son esprit. Comment aurait-t-elle pu savoir qu’un jour, sa technique au sabre aurait pu servir ?!

 

Après 20 minutes d’ennui, Lunaka saute de son lit et s’exclame « J’en ai marre, je me barre !Je ne vais pas rester ici à rien faire ! ». Mettant ses paroles à exécution, elle laisse son sabre sur son lit et va dans la grande salle. Elle prend la robe bleue claire que lui a laissé Kyosuke ce matin, se relâche ses longs cheveux blonds et sort discrètement. Il y a beaucoup de gens, et le village ne doit pas être aussi petit qu’il n’y parait ! Alors qu’elle s’avance vers le lac, un ballon atterrit à côté d’elle :

 

-Eh ! Toi la bas ! La balle s’il te plaît !

-Oui…Oui tout de suite !

 

Lunaka ramasse délicatement l’objet et se retourne. La vison qu’elle a à ce moment là lui fait littéralement lâcher le ballon, en effet Skan se trouve devant elle, les mains sur les haches la regardant avec surprise :

 

-Ah !! Mais t’es le gars de l’autre fois !

-Oh ! Mais tu es la fille complètement excitée d’hier toi !

 

Elle lui tend le ballon et reprend avec une mine mal à l’aise :

 

-Heu…je…je suis… désolée pour hier !!

-….Oh ! C’est pas grave ! lui dit-il avec...un grand sourire !

 

Lunaka abasourdi par la réaction de Skan pense qu’il n’est peut-être pas si méchant tout compte fait… Alors qu’elle le regarde avec un air quelque peu surpris, il lui lance :

 

-Tu veux jouer avec nous ?

 

Lunaka n’avait pas remarqué que le groupe d’hier se tenait derrière lui, à croire qu’ils le suivent comme un petit chien. Elle réfléchit… Ce n’est peut-être pas une mauvaise idée… Si Zolusan observe le village pour vérifier qu'elle n'est pas sortie, il ne pensera pas à regarder le groupe de jeunes qui jouent au football…

 

-Ok ! Je suis d’accord ! Je me mets où ?

-Heu…en attaque bien sûr ! Parce que si tu tires avec la même énergie que le poing que je me suis pris hier, tu marques tous les buts !

 

Lunaka rougit…Voilà ! Elle passe encore pour la brute de service ! Avant que le match commence, Skan lui fait ses excuses pour son attitude d’hier. Elle n’eût même pas le temps de répondre car la partie était déjà lancée… La dernière fois que Lunaka avait joué au foot, c’était à l’école primaire, juste avant qu’elle ne se mette aux arts martiaux… Elle se rend vite compte qu’elle a plus de réflexes qu’auparavant. Elle arrive même à prendre le ballon à un jeune homme d’au moins deux mètres ! Deux garçons s’approchent d’elle et lui font un tacle,  pour se réceptionner, elle ne trouve pas mieux que de faire un salto ! Ce qui n’est bien sur pas très discret ! Plusieurs adolescents s’arrêtent de jouer quelques secondes et la regardent avec surprise : une jeune fille n’est pas sensée savoir faire des choses pareilles !!Mais d’où peut-elle bien venir ?

Lunaka est dans l’équipe de Skan et maintenant elle en est sûre, elle l’a trop vite jugé et trop mal !Pour elle, c’était un garçon qu’on pouvait classer dans « brutes de service » mais en fait, il est très naturel et très gentil !Lunaka s’en donne à cœur joie, elle avait complètement oublié qu’avant, c’était le football son sport préféré !!

Une fois la partie finie, des cris de joie fusent de toutes parts : ceux des gagnants bien sûr !

Skan et Lunaka ont gagné 8 buts à 2 ! Et la jeune fille ne peut pas s’empêcher de dire : « Et oui, je sais, on est trop forts !! », ce qui a pour effet de faire éclater de rire Skan. Lunaka s’apprête à repartir chez Kyosuke car vu l’heure, il ne va pas tarder à rentrer. En plus, si Zolusan apprend qu’elle est sortie, elle va passer un sale quart d’heure !

 

-Bon, bah… Je vais y aller ! S’exclama-t-elle.

-Pourquoi ?!! Répondit le groupe d’amis à l’unisson.

-Et bien…Zolusan…Je n’avais pas le droit de sortir et si…

-Oh Zolusan ? lui répond Skan. Laisse tomber !Il verra pas que t’es sorti, il est bien trop occupé à préparer la soirée de l’élue !

-Ah…ouais… Mais Kyosuke ?

 

A ce moment là, Skan tiqua mais réussi tout de même à garder son calme :

 

-On s’en fou de celui là ! Aller, viens avec nous !

-Mais…Vous allez où ?

-Dans notre repère.

-Et bien…je ne sais pas si…

 

Tout en disant  cela, Skan attrape le bras de Lunaka et se diriges vers l’extérieur du village. S’il avait fait cela hier il aurait eut des problèmes mais il a réussi à gagner la confiance de la jeune fille, tout comme Kyosuke. La jeune fille le suit avec le groupe. Quand elle y réfléchit, il est sûr que Kyosuke et Skan se ressemblent énormément !

Autant au niveau du caractère que de la façon de penser ! Elle se demande alors pourquoi ils n’arrivent pas à s’entendre, quel secret cette rivalité cache-t-elle ? Elle aimerait bien le savoir…

Ils arrivent bientôt à l’écart du village. Quelques chaises sont disposés en cercle sur une petite plate-forme et au centre se trouve les restes d’un feu, qui n’attend qu’une chose : être rallumé ! Comme pour se justifier d’un tel équipement, Skan s’écrie :

 

-C’est ici que nous avons nos réunions. Et comme, le plus souvent, on se retrouve la nuit, le feu est indispensable ! De plus, nous ne sommes plus dans les limites du village, il y a beaucoup d’animaux nuisibles ici pendant la nuit …

-Ah ok… Et c’est quoi ces réunions ?

-Ah ça ! C’est top secret!

-Pff…!

 

Skan s’empresse de tendre une chaise à Lunaka et imitant les autres, elle s’assoit, tout près de lui. Ils commencent à parler du match de foot et les perdants essayent par tous les moyens de justifier leur échec ! Mais tout se finit pas un éclat de rire général. Ils continuent en parlant des villes en dehors du désert profond, ce qui dévie vite sur un sujet qui semble tabou : les Rois ! Ils ont l’air de les détester réellement et Lunaka comprend enfin tout ce que ces gens endurent depuis des années : les rois exploitent les gens par la force pour que leurs règnes durent. Elle apprend également qu’il règne un conflit interne au sein de la famille royale. Tout en écoutant Skan, Lunaka remarque que le soleil commence à décliner sérieusement et qu’il serait bien temps de rentrer. Mais ce que le jeune garçon raconte lui apprend des multitudes de choses et elle n’a pas vraiment envie de partir, ce qui la surprend quelque peu… Elle comprend enfin l’état psychologique des gens et elle sait qu’ils ont besoin d’un guide, rôle qui revient à l’élue, c’est à dire elle !

Alors que Skan commence à « conclure » la réunion, une voix interpelle Lunaka, voix qui vient de derrière eux :

 

-Lunaka ! Punaise ! Ça fait 3 heures que je te cherche !

 

La jeune fille se voit pâlir : Que va-t-elle bien pouvoir trouver pour se justifier ? Mais avant qu’elle n’ai pu répondre quelque chose, Skan intervient :

 

-Kyosuke ! Tu sais très bien que cet endroit t’est interdit ! En plus Lunaka est avec nous alors laisse la !

 

Lunaka, complètement rejetée de la conversation, ne trouve rien à dire… Mais ce qui la surprend le plus, c’est la réponse de Kyosuke ! Elle s’attendait à ce qu’il commence à crier partout mais au contraire, il baisse le ton et reprend avec humilité :

 

-Je suis désolé. Mais Lunaka a quelque chose de très important à faire ce soir, ce qu’elle sait, et le conseil des anciens veut la voir !

 

Lunaka le fixe avec un regard interrogateur : Conseil des anciens ? Qu’est ce que c’est encore que cette arnaque ?! Avant  que Skan ne réagisse et pour éviter une dispute générale, Lunaka se lève calmement de son siège et se dirige vers Kyosuke. Skan la regarde partir sans rien comprendre, puis se lance à sa poursuite :

 

-Lunaka ! Je voulais te demander, tu ne saurais pas quelque chose sur l’élu par hasard ?

 

 Lunaka qui est assez naïve et qui a l’habitude de répondre sans réfléchir s’exclame :

 

-Bien vois-tu il se trouve que je la connais très bien puisque c'est...

 

Kyosuke lui fait signe de se taire et elle comprend tout de suite qu’elle a fait une énorme gaffe ! Skan, comme s’il avait comprit, la regarde avec un regard mêlé de satisfaction et de surprise. Lunaka comprenant sa bêtise essaye de se rattraper à la branche :

 

-Heu, non en fait !

 

Ce revirement de situation n’est pas très discret et a plutôt tendance à enfoncer la jeune fille… Skan, suspicieux, insiste pourtant :

 

-Tu en es bien sûre ?

 

Kyosuke, qui n’est pas dupe, intervient :

 

-Lunaka ! On doit y aller ! C’est urgent !

 

La jeune fille se précipite vers son ami, adresse un petit signe à Skan et se dirige vers le centre du village. Lunaka, très inquiète, interpelle Kyo qui marche à vive allure quelques mètres devant elle :

 

-Dis moi, C’est quoi le conseil des anciens ?

 

Alors qu’elle attend une réponse douce et gentille, le garçon lui répond énervé :

 

-A ton avis ?

-Bah…Qu’est ce qu’il y a ? Dit-elle, naïve.

-Rien !

-Aller ! Vide ton sac !

-Ok : Qu’est ce que tu foutais avec cet abruti ?

-Tu parles de Skan ?

-Non, sans blague ?

-Eh, c’est bon ! J’ai pas de comptes à te rendre !Tu débarques comme ça , l’air de rien mais qui t’as dit que j’avais envie d’aller avec toi !!? En plus tu viens me chercher et pourquoi ?! Pour que j'aille voir à priori une bande de vieux tout décrépis !!? Et bien non, je suis pas d’accord ! Je te signale que le rôle de l’élue, c’est aussi se faire des alliés puissants : toi, Zolusan et maintenant Skan !! Dois-je te rappeler que je ne suis pas vraiment dans mon monde ici ? J’essaye de m’habituer comme je peux alors toi essayes au moins de me comprendre zut !

 

Lunaka avait enfin vidé son sac. Elle se sentait plus sereine. Kyosuke la regardait, surpris car cette jeune femme qu’il croyait si forte et si insensible avait les larmes aux yeux. Il se rendit compte de sa bêtise et commença à s’en vouloir…

 

-Désolé…Je suis vraiment désolé…. Répondit-il avec un visage blême.

-Bon…ça va…Reprenons calmement… Alors c’est quoi et qu’est ce qu’il me veut ce conseil ? Dit-elle dans une grande inspiration.

-Ce sont les hommes qui dirigent le village. Zolusan en fait parti et ils veulent te voir avant la présentation.

-Pourquoi ?

-Pour voir à quoi tu ressembles j’imagine…

 

Lunaka, qui avait alors retrouvé son calme habituel commença à paniquer : serait-elle à la hauteur ? Elle venait juste de réaliser qu’elle allait être présentée, ce soir, comme l’élue, la personne que tous ces gens attendaient depuis si longtemps… Ils se dirigèrent tout deux vers la maison de Zolusan, Kyosuke lui, préférait rester à l’entrée de l’habitation pendant qu’elle voyait les anciens.

Quand elle entra dans le bureau de Zolusan, où avait d’habitude lieu les grandes réunions, trois hommes la dévisagèrent et la toisèrent, l’observant de la tête aux pieds. Le vieillard qu’elle connaît bien, lui, se tient debout dans le coin à gauche de la pièce. Il s’exclame :

 

-Et bien ! Il en a mis du temps Kyo pour aller te chercher !

 

Priant pour que le vieillard ne découvre pas son escapade, Lunaka répond naturellement :

 

-Je suis désolée.

-Bon commençons, dit un des hommes avec froideur.

 

Zolusan, ne faisant pas attention à la mine dépitée de Lunaka, poursuit très calmement :

 

-Donc voilà, je vous présente l’élue : Lunaka.

 

Un des hommes qui semble s’appeler Sû prend alors la parole :   

 

-Mais c’est impossible ! Elle est trop jeune et en plus c’est une femme !

 

Lunaka sursaute : ce qu'elle craignait est en train de se produire, elle ferme les yeux et attend le verdict des autres hommes.

Les deux autres hommes, nommés Mima et Senn, se regardent et disent en cœur, comme pour confirmer ce que leur ami avait dit auparavant :

 

-L’élue ne peut être une femme !C’est inconcevable !

 

Lunaka, qui était déjà sur les nerfs et qui ne pût se contenir, hurla :

 

-Je suis une femme et alors?! J’ai le collier et le sabre de l’élue !! De plus, les gens ont besoin de croire en quelqu’un, que ce soit un homme ou une femme, pensez vous qu’ils s’en soucieront ?!! Pour ma part, je ne pense pas !

-Oui mais un homme dépassera toujours une femme! Réfléchis! Qui a toujours dominé? Ce ne sont pas les femmes à ce que je sache?!Un homme est beaucoup plus fort...

-Peut-être mais je penses que j’ai de l’expérience. La force peut parfois être remplacée par la stratégie, l’intelligence, les techniques ou même par la pureté d’une quête ! Ne croyez pas que la force fait tout !

-Peut-être, mais toi, penses-tu posséder toutes les qualités que tu viens d’énumérer ?

-Toutes oui, mais à des niveaux différents. D’autres personnes sont bien meilleurs que moi !

-Soit, nous voulons bien t’accepter en tant que femme. Mais je te laisse une question sur le cœur : penses tu que les gens voudront obéir à une femme et de plus une femme qui est si jeune ? Ils croiront qu’ils courent au suicide ! Sur ce, nous nous reverrons à la cérémonie… Va te préparer.

 

Prenant cette dernière réponse pour un « tu peux disposer ! », Lunaka leur tourne le dos et s’en va calmement.

Avant de rejoindre Kyosuke dehors, elle repense à la question du vieil homme. Quand elle y réfléchit, il n’a pas forcement tort… Accepteront-ils d’obéir alors que c’est une femme ? Car cela ne poserait pas de problème si elle était femme juste pour guider un peuple mais si elle doit donner des ordres, ça c’est une autre paire de manche !

Quand elle sort, Kyo se dirige vers elle et la questionne. Elle lui répond que tout s’est bien passé, pas la peine de rentrer dans tous les détails… Voulant être seule pendant un instant, elle lui dit qu’elle préfère aller se préparer sans lui et sans personne : elle le reverra à la soirée !

Arrivée chez Kyo, elle se pose toujours cette même question qui n’arrive pas à quitter son esprit … Après son bain, elle décide que quoi qu'on n'en dise elle accomplira sa tâche d'élue en tant que femme, même si d'autres pensent que ce n'est pas une bonne idée...Elle ne veut pas perdre sa personnalité et l'idée de sa faire passer pour un garçon lui paraît  trop farfelue...

Elle se rend dans la chambre de Kyo, enfile la belle robe violette aux reflets bleus qu'elle avait à la sortie de la Bio-Vitra et part en direction du village le sabre noué autour de sa taille avec un pas décidé et en étant sûre d’elle comme elle ne l’a jamais été… Elle est prête à mener sa mission d’élue à son terme…

 

Link to comment
Share on other sites

Trés trés bien!

Il y a encore quelque maladresse au niveau de l'écriture, mais le reste est trés bon.

 

Lunaka a quelque peut tendance a m'irriter, et je lui mettrait bien une sbaff pour lui remettre les idées en place de temps en temps,

mais bon il ne faut pas lui en vouloir, elle est déboussolé.

Sinon, Skan je l'aime pas, ca c'est fait. ^^

Par contre Kyosuke j'aime bien il essai de remettre Lunaka dans le chemin qu'elle devrait prendre.

 

J'ai vraiment hate de voir la suite.

 

Link to comment
Share on other sites

Ouh...*je sens venir le tas de cendre*, comme dirais l'autre...j'ai l'impression que le conseil (et le reste du monde) oublie un peu trop facilement l'annonce de l'autre type, le prince, là...

On fait une montagne d'un truc au fond bien anodin (le fait qu'elle soie allée dans la cabane de qq gamins), et... on oublie ce qui me parait le plus important: est-il intelligent de parler de guerre ouverte et de présentation d'élue en public, quand il suffit qu'une bouche dise un mot de trop, et c'est le massacre ?

ça manque de prudence, je le sens...*mais ça veut dire que ça va saigner, gniark*

 

sinon...bah c'est bien sympa...même si les réactions de lunaka sont parfois un peu rapide: à un moment, elle est super intimidée, et hop, juste l'instant d'après, elle leur balance un super discours bien argumenté et tout...(enfin, dire qu'elle a de l'expérience et qu'elle peut les mener directos comme ça...elle ne manque pas d'assurance, ça c'est sûr^^)...et puis re-hop, elle craint de ne pas être à la hauteur...

et je trouve que les membres du conseil ont accepté un peu vite: ils avaient quand même de sérieuses raisons de douter:

toi, tu mettrais ta vie entre les mains d'une gamine que tu n'as vu qu'une fois, là, comme ça, juste parcequ'elle dit qu'elle est l'élue ?

 

enfin, tu as peut-être prévu qqchose...et puis de toute façon, 'la critique est aisée, l'art est difficile'

tiens, ça me fait penser...faudrait que je pense à écrire la suite de ma fic...un jour^^

ps: et merci de ton com': j'admire ta ténacité: réussir à lire les 18 pages de mon bidule, fallait le faire !

Link to comment
Share on other sites

Voilà la suite, le petit chapitre de la semaine. Bon, je reprécise que mon début de roman est un peu lourd et tout ça, mais attendez la suite, ça va s'arranger (si,si).

 

 

Chapitre 5

 

 

Quand elle arrive dans la salle où a lieu la fameuse cérémonie, tout le monde la regarde en la dévisageant. Lunaka évite à tout pris de regarder Skan ou Kyosuke pour ne pas être encore plus déstabilisée… Kyo, lui, est sur l’estrade avec Zolusan et les autres sages. Lorsqu'il aperçoit la jeune fille, sa classe et sa beauté le laisse pantois pendant plusieurs secondes...Malheureusement l'apparition du sabre sushin dans son champ de vision le fait revenir à la dure réalité: il a en face de lui une guerrière, une jeune fille née pour tuer ! Quant à Skan, il dévisage Lunaka avec surprise. Malheureusement pour elle, il la remarque sans aucun mal et la surprise de la voir dans le rôle de l'élue le tétanise subitement.

Mais pourquoi se mentir ? Il savait déjà que c’était l’élue, dès le premier coup d’œil il avait deviné qu’elle n’était pas comme les autres jeunes filles. Cela s’était confirmé cet après-midi lorsqu’il avait discuté avec elle.

Alors que la jeune fille monte sur l’estrade pour faire face à la foule, Sû s’écrit, un sourire satisfait aux lèvres :

 

-L’élue est enfin parmi nous !

 

Tout le monde se mit à applaudir et à s’agiter. Des sifflements et des éclats de voix fusèrent dans toute la pièce. Zolusan prit la parole, ce qui permit de faire le silence dans la salle :

 

-Elue, nous sommes heureux que vous soyez ici…! dit-il en lui adressant un clin d’œil discret. Bon, passons aux choses sérieuses… Parlez nous de vos projets et de l’avenir.

 

Tout en disant cela il la regarda en lui faisant des signes d’encouragement et de soutien. Elle s’y était préparée, la surprise ne fût donc pas au rendez-vous…

Elle prit alors une profonde inspiration et commença :

 

-Et bien… Quand faut y aller, faut y aller… Tout d’abord, bonjour à tous. Je suis très heureuse d’être ici avec vous… Je vais donc, en premier lieu, vous parler de ce qui m’est arrivée… Il y a deux jours, je m’éveillais dans la ville de Tokyo. Je comprends vos regards surpris, mais laissez moi continuer…Il y a toujours deux jours, j’obtenais mon niveau 12 en maîtrise de sabre. Puis j’ai reçu ce pendentif…

 

Tout en parlant, elle montra le pendentif et des « Oh ! C’est LE pendentif » s’élevèrent dans la pièce. Sans perdre de son élan et de sa détermination, elle continua :

 

-Puis je me suis évanouie je ne sais pas trop comment, pour me retrouver dans une forêt dont je ne connaissais rien : la forêt d’Orochi…

 

Les gens se regardaient, stupéfaits. Skan était toujours aussi surpris mais écoutait la jeune fille avec attention. Il pensait à son enfance, quand il avait lu ce livre à l’école. L’histoire qui y était racontée était l’avènement de l’ère des tyrans, il y a un siècle. Mais dans ce livre, il était dit qu’une élue viendrait sauver le peuple du joug de la tyrannie. Et tout ce qu’elle était en train de raconter était la prophétie annoncée dans ce livre !!

 

-Kyosuke m’a donc sauvée et  emmenée dans ce village, croyant que j’étais amnésique car je ne connaissais rien de ce pays. J'ai fait la rencontre de Zolusan qui m’a expliquée que j’étais l’élue et il m’a donné ce sabre. Au début, j’avoue que j’étais un peu désorientée mais je me suis fait des amis qui m’ont aidée à accepter ma mission. J’ai beaucoup douté : comment moi, une jeune fille de 16 aurais-je pu sauver toute une nation ? Mais j’ai compris cet après-midi toutes les souffrances que vous endurez depuis déjà bien trop longtemps ! Je suis maintenant prêt à mener le peuple à la liberté. Je suis l’élue et je m’appelle Lunaka Tsaomé et j’espère que vous m’aiderez dans ma quête !

 

A peine a-t-elle terminée sa tirade que les gens se lèvent de leurs sièges en applaudissant et en hurlant des « hourra ! » et des « vive l’élu ! ». Même Skan et Kyosuke s’étaient levé et se mêlaient aux autres…La foule était touchée par la manière dont Lunaka s’était exprimée, si naturelle et humaine. Elle avait parlé avec tout son cœur et elle avait partagé ce même cœur avec tout le monde! Certains avaient même les larmes aux yeux car ils pensaient enfin voir le bout du tunnel de toute cette souffrance. Le groupe de Skan se regardait, effaré. L’élue était la jeune fille avec qui ils avaient joués au football pendant la bonne partie de l’après-midi…

Lunaka descendit de l’estrade et courue voir Skan, mais avant qu’elle ne puisse en placer une, il cria :

 

-Alors comme ça tu ne sais rien de l'élue?!!!

-Chut! Tais-toi ! Kyosuke m'avait fait promettre de ne rien dire!

-Bah de toute façon j'avais tout deviné!

-Tu devrais rejoindre ton groupe, ils ont l'air un peu décontenancé...

 

Skan acquiesça et parti à la rencontre de ses amis. Avant que Lunaka ne puisse se reposer, la voix de Kyosuke retentit dans son dos :

 

-Arrête de parler à ce mec!!

-Oh ça va, ça va.... De toute façon vous vous ressemblez vraiment trop...

-Quoi ?!! Mais ça va pas non ?!! Oh mais quelle insulte !! Et en plus pourquoi tu dis ça ?!!

-Je ne sais pas, vous dégagez la même aura et vous avez le même caractère...

 

Elle finit sa phrase avec une pointe d’ironie… Elle renchérit :

 

-Alors, comment me trouves-tu? Je suis mignonne?

 

Kyosuke la détailla avec attention: sa robe violette la serrait à la taille et on aurait vraiment dit qu'elle avait été faite sur mesure pour la jeune fille. Elle avait chaussé des bottines bleues claires offertes par Zolusan et ses longs cheveux blonds était retenues par une queue faite sur le côté, ce qui lui donnait un air espiègle qui contrastait durement avec le sabre meurtrier qu'elle portait à la taille.

Avant que Kyosuke ne puisse répondre quoi que ce soit, un énorme bruit se fit entendre à l’extérieur. Après un très court silence, la porte de la salle vola en éclats pour laisser entrer des hommes habillés de noir. Des cris surgirent de toute part et les villageois du fond n’eurent même pas le temps de voir arriver leur mort. Kyosuke cria :

 

-Lunaka ! C’est les gars d’hier : la troupe céleste du roi Kazuki!!

-Kyosuke, grouille ! Va chercher Skan et son groupe ! Vous allez tous protéger les villageois et les faire évacuer comme vous pouvez !

-Mais…Et toi ?

-Je les retiens !

-Pas question ! Je restes avec toi !

-La vie des villageois est plus importante que tout ! C’est mon rôle d’élue alors bouge tes fesses !

 

 

Link to comment
Share on other sites

Pourquoi j'aime pas du tous ce Skan?

En tous cas l'histoire commence a nous faire rentrer dans la bataille. ^^

 

Elle me semble toujours trop sûre d'elle notre petite Lunaka.

Je n'éspére pas qu'elle sera aussi confiente jusqu'a la fin, ca serait un peut gros quand même.

 

Sinon, ca peut aller, les gens du village on l'air de ne vraiment pas se soucier que l'élu soit une fille, par rapport

au sage.

 

J'attend la suite et ce premier affrontement...

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Voili voilou la suite, enfin de l'action pour les amateurs...

 

 

Chapitre 6

 

 

Kyosuke partit en courant vers Skan qui, lui, regardait l’action avec effroi. Il lui expliqua vite les ordres de Lunaka. Skan donna l’ordre à ses compagnons de protéger les paysans et de les faire évacuer en priorité. Kyosuke et Skan se regardèrent puis, ayant comprit tous les deux qu’ils avaient la même idée rejoignirent Lunaka en vitesse.

La jeune fille se battait avec rapidité et précision. Son endurance impressionnât les garçons. Elle n’osait pas tuer ses ennemis et les attaques qu’elle leurs portaient étaient juste destinées à les assommer… Kyo et Skan prirent leur courage à deux mains et volèrent tous deux un sabre aux soldats étendus à terre.

Après quelques minutes de combat acharné, les deux garçons sont complètement épuisés alors que Lunaka continue sans s’arrêter. Elle n’est presque pas essoufflée… Le nombre de soldats ne paraît pas diminuer, il en vient toujours de plus en plus…

Alors que Lunaka reprend un peu son souffle, un soldat noir, voyant l’ouverture que cela offre, se précipite sur elle pour l’attaquer par derrière. Zolusan qui se tient à quelques pas de là, se précipite vers la jeune fille et s’interpose entre la lame et elle.

Alors que le vieillard retombe sur le flanc avec un bruit sourd, Lunaka suit la scène des yeux, ne pouvant faire aucun geste. Kyo, qui a vu toute l’action se précipite vers elle et abat sauvagement l’homme responsable de ce drame. Une grande flaque de sang s’étend sous le vieux sage et il est soudain prit de tremblements. Lunaka réagit vite et retourne délicatement le vieillard. A la vue de sa blessure elle a un rictus de dégoût mais se ressaisit vite comprenant qu’il est aux frontières de la mort. Il a une forte hémorragie et voyant que Skan se bat toujours contre une dizaine de soldats, elle ordonne à Kyosuke de tout faire pour sauver le vieillard puis elle court le rejoindre. L’aide de la jeune fille est précieuse et rapidement, le jeune homme reprend les choses en mains. L’homme en rouge aux traits durs qui semble être le chef s’approche de l’élue :

 

-Toi ! Tu es l’élue n’est ce pas ?

 

Lunaka répond à l’homme d’une façon désinvolte :

 

-Et toi, tu es le chef des monstres qui ont commis ce carnage ?

 

Tout en parlant, elle montre les dizaines de cadavres qui jonchent le sol :

 

-Oui et alors ? Sache jeune fille que je suis Kaoma, le chef de la garde céleste !

-Pourquoi avez-vous attaqué le village ?

-Pour te tuer évidemment !

-Et c’est pour cela que vous sacrifiez tant d’innocents ?

-Et alors ? J’obéis juste aux ordres !

-Qui vous a dit que j’étais dans ce village ?

 

Ne voulant pas répondre, Kaoma se jeta sur Lunaka et lui asséna un coup latéral avec son sabre. La jeune fille dont les réflexes sont impressionnants pare l’attaque et recule. Après une multitude de coups échangés, la jeune fille arrive à toucher son adversaire à la joue. Celui-ci surpris, recule. Puis, la bataille acharnée reprend, se déroulant sous les yeux de Kyo qui essaye toujours désespérément de ranimer le vieil homme et de freiner l’hémorragie, en vain. Le vieillard pâlit de plus en plus et à chaque seconde son souffle diminue. Tout à coup, de la fumée entre dans la salle en masse. Kaoma et Lunaka complètement aveuglés et étouffés sont obligés de stopper le combat. Il y va de même pour Skan qui rejoint Kyosuke avec hâte. Lunaka, guidée par les appels des deux jeunes hommes retrouve enfin son chemin dans cet épais brouillard. Après que Lunaka ai prit des nouvelles de Zolusan, qui ne sont guères bonnes, Skan murmure :

 

-Ce sont les gars !Ils ont allumés des feux à l’extérieur, il faut vite sortir ! Suivez-moi, je me suis entraîné pendant longtemps à des plans comme celui ci et j’arrive à peu près à percevoir les formes.

 

Kyosuke prit délicatement Zolusan dans ses bras et Lunaka saisit la main de Skan pour ne pas le perdre.

Une fois sortis, ils retrouvèrent les villageois dehors. Kyo posa le vieux sage à terre et demanda des soins. On leur annonça bientôt que le médecin du village s’était fait tuer par les soldats noir. Soudain, Zolusan ouvrit les yeux et dit dans un dernier murmure :

 

-Lunaka, je suis désolé mais….je ne vais pas pouvoir….t’accompagner dans ta quête…. Kyosuke et…. Skan…votre mission est de prendre bien soin d’el….

 

Un filet rouge sorti alors de sa bouche et il cessa de respirer. Lunaka cria de toutes ses forces, comme si elle venait de perdre un ami cher, quelqu’un qu’elle connaissait depuis longtemps…

Des larmes s’échappèrent de ses yeux et Kyosuke qui se tenait non loin de là se tourna vers le désert et laissa couler deux larmes secrètes. Il avait toujours considérer Zolusan comme son grand-père et sa seule famille : il venait de tout perdre… Puis, l’image de Lunaka apparue dans son esprit et il comprit à ce moment que sa vie ne lui appartenait plus et qu’elle serait vouée à l’élue… Skan, lui, avait également beaucoup d’admiration pour ce vieillard mais malheureusement, ce n’était pas la seule personne chère qu’il perdait dans sa vie…

Lunaka reprit enfin ses esprits quand elle se rappela que Kaoma était toujours à l’intérieur de la bâtisse. Elle s’empressa d’appeler Kyosuke et Skan, qui accoururent le plus vite qu’ils purent :

 

-Kaoma est toujours à l’intérieur !!

-Kaoma ?!! s’exclamèrent en cœur les jeunes garçons.

-Oui, il ne s’est pas enfui de là-dedans, je l’aurais vu s’enfuir sans ça…

-C’est vrai que ça pose un sérieux problème… ! s’écria Skan.

-Bon…Qu’est- ce qu’on fait ?

-Skan, dit à ton groupe d’emmener les villageois à l’abri dans la cachette du village. Dit Kyosuke tout en réfléchissant à une solution.

-Toi tu ne me donnes pas d’ordres ok ?! C’est pas parce qu’on est en crise que je te pardonnerais, ok ?

-Les gars ça suffit ! C’est pas le moment là au cas où vous n’auriez pas remarquer !! Skan, fait ce qu’a dit Kyo et rejoint nous….

 

Skan s’éloigna et s’adressa à un enfant d’une douzaine d’années qui se dirigea avec les villageois vers le lac… Quand il revint, Lunaka entra dans la maison . Les deux rivaux la suivie. Une fois à l’intérieur, il remarquèrent que la fumée s’était quelque peu dissipée mais il n’y avait toujours aucune trace de Kaoma ni celle d’un des ses soldats… Arrivés au centre de la salle, ils entendirent d’innombrables cris venant du lac. Mais lorsqu’ils s’apprêtaient à sortir, l’enfant à qui Skan avait parlé auparavant arriva et s’écroula à leurs pieds, blessé :

 

-Chef… les soldats…il y en avait de cachés… les villageois….

-Chut !Ne parles pas !

-Ne sors surtout pas… Lunaka…. Ils croient que vous vous êtes enfuis…

-Quoi ?

-Ils vont repartir…bientôt…

 

Alors qu’il parlait, une gerbe de sang jaillit mais il continua tout de même :

 

-...J’en… ai plus pour longtemps… chef…Merci pour tout….Eh, Lunaka, la partie de…foot ...c'était vraiment...bien…Chef, faites… at...ten...tion...à...v….

 

Le jeune garçon n’eut pas le temps de finir sa phrase… Son cœur s’arrêta de battre et Skan étouffa un cri de tristesse…Des larmes coulèrent de ses yeux lorsqu'il pensa que tout son groupe et tous les villageois avaient été tués, qu’ils étaient les seuls survivants…C'était pas possible !Il se leva et commença à se diriger vers la porte.

Link to comment
Share on other sites

Bon aller la petite suite et je vous laisse patienter jusqu'à demain après ça^^

 

 

Chapitre 7

 

 

-Où vas-tu ? s’écrit Lunaka.

 

Il ne répondit rien mais Kyosuke comprit tout de suite ce qu’il voulait faire. Il le saisit alors par le bras avec vigueur:

 

-Non Skan! N'y va pas!Tu vas te faire tuer!

-Peu importe! Je ne peux pas leur pardonner! Ils ont tué mes amis!

-Mais ta mort ne servira à rien!

 

N'écoutant pas les objections de son rival, Skan se dégagea de son emprise et s'apprêta à ouvrir la porte. Lunaka se précipita vers lui et l'étreignit par derrière:

 

-Non Skan! N'y va pas! Je n'ai plus que toi et Kyo! J'ai besoin de vous! C'est très dur mais ta mort ne changera rien et elle me fera trop de mal!

 

Tout en parlant, la jeune fille était en proie à des larmes qui brouillaient sa vision et dont les pleurs brisaient sa voix. Le garçon s'effondra à côté d'elle et il laissa échapper des sanglots. Lunaka lui saisit la main et ils restèrent tous deux ainsi à pleurer pendant plusieurs minutes sous le regard de Kyosuke qui lui aussi ressentait une grande douleur.

Lorsque tout le monde se fût calmé, Skan se releva et, observant Lunaka, s'écria:

 

-Mais!!! Tu es blessée!

 

En effet, la jeune fille n'avait même pas remarquée mais une profonde entaille cisaillait son bras droit et du sang avait coulé sur sa robe jusqu'au poignet. Elle déchira sa manche et alors que Kyosuke était occupé à désinfecter la plaie, Skan sortit contrôler l'état du village et la sécurité des lieux. Il revint une bonne demi-heure après et s'exclama:

 

-Ils sont partis. Je crois qu'on n'a plus rien à craindre mais il faut être prudent et éviter un feu ce soir...

-As-tu trouvé des survivants?

 

Skan secoua la tête en une négation et chacun baissa la tête en signe de recueillement. Le silence dura pendant plusieurs heures. Kyosuke avait été cherché de la nourriture dans les maisons qui n'avaient pas été détruites par l'incendie provoqué par Kaoma, et il préparait désormais le repas. Skan quant à lui nettoyait l'arme de Kyosuke et la sienne et avait préparé les sacs de voyage. Lunaka, elle, avait nettoyé sa propre arme et s'entraînait désormais dans le fond de la pièce essayant de lutter contre l'infâme douleur qui irradiait dans on bras droit:

 

-Le repas est prêt! s'écria Kyosuke brisant ainsi le silence qui s'était installé, ce qui fit sursauter Skan.

 

Chacun s'approcha et mangea en silence. Soudain, Lunaka eut une telle douleur dans le bras qu'elle lâcha son bol:

 

-Ça va Lun?! s'exclama Skan.

-Aïïe...Oui oui, ça peut aller...C'est que c'est la première fois que je suis blessée et ça fait vraiment mal...

-Tu devrais te reposer...

-Oui...

 

Elle se leva et alla préparer trois lits de fortune avec des couvertures que Kyosuke avait rapporté. Avant de s'allonger, elle demanda aux deux garçons:

 

-On part demain n'est ce pas?

-Oui, je ne supporterais pas de rester dans cette ambiance de mort plus longtemps... murmura Skan.

-Mais...hum...où allons nous?

-On en a discuté tout à l'heure Skan et moi et nous pensons qu'il est mieux pour notre quête d'aller à Kitami pour l'instant car c'est là-bas que le palais de Kazuki se trouve... On ne pourra pas l'attaquer pour l'instant mais on peut récolter des informations et peut être se faire des alliés de confiance...Qu'en penses-tu?

-Je pense que c'est une bonne idée...Nous irons à Kitami.

-Bien, c'est toi qui décide élue.

 

La discussion s'arrêta là et chacun alla se coucher. Leurs rêves à tous trois furent hantés par d'horribles images de mort et de souffrance, seuls vestiges de cette soirée d'horreur...

 

Tôt le matin, Kyosuke, Skan et Lunaka étaient déjà prêts, plongés dans un silence de mort. Lunaka sortit de la bâtisse où ils avaient passé la nuit : les murs autrefois d'un beige éclatant étaient dorénavant noirs, recouverts par les cendres qu'avait produit l'incendie qui avait ravagé la plupart du village. Les toits de paille n'existaient plus et on pouvait maintenant voir le ciel bleu dépourvu de nuages lorsqu'on se trouvait à l'intérieur. Une belle journée commençait: le soleil se levait et une teinte rosée se reflétait sur la brume matinale, rendant un dernier hommage à tous les villageois qui avaient dû affronter la mort. L'odeur des corps calcinés flottait toujours dans l'air et Lunaka eut un haut le coeur devant le spectacle affligeant qui se présentait devant ses yeux. Derrière la beauté de l'aube, la jeune fille pût discerner les corps des villageois qui jonchaient le sol un peu plus loin: comment des êtres vivants la veille avaient-ils pût perdre la vie en aussi peu de temps?

Le bras de Lunaka la lança, ce qui lui arracha un cri. Elle tourna le dos à la scène morbide et regarda ses deux compagnons: ils observaient la jeune fille, essayant d'ignorer le paysage désolant des maisons détruites et brûlées.

Elle ne parla pas, elle n'en avait pas envie. L'élue mit son sabre à la ceinture et se dirigea vers l'extrémité nord du village: en continuant par là, ils arriveront le soir-même à Kitami.

Du sable s'étendait à perte de vent balayé par de puissantes bourrasques de vent. Les trois compagnons commencèrent à avancer d'un pas lourd et bientôt, on ne distinguait plus que les vibrations des respirations et le choc des pas frappant le sol. Skan et Kyosuke firent leurs adieux à leur village natal en silence, ainsi qu'à tous leurs compagnons et connaissances.

Trois s'écoulèrent ainsi sans qu'aucune voix ne brise l'effort. Jusqu'au moment où subitement Lunaka, qui marchait en tête, s'effondra sur le sol. Les deux garçons crièrent en même temps  son nom et ils se précipitèrent vers elle: la sueur dégoulinait de sa tempe et elle était secouée par de fortes convulsions. Kyosuke et Skan se regardèrent effrayés:

 

-Qu'est ce qu'elle a?

-J'en sais rien.

-Mais bordel Skan! Fais quelque chose!

 

Ce dernier saisit la jeune fille tremblante et l'allongea à l'ombre d'un rocher quelques mètres plus loin. Elle avait de la fièvre et la température qui reignait dans le désert ne devait rien arranger à son état. Skan sortir sa gourde et fit boire la jeune fille qui n'en avala même pas le quart. Le garçon enleva la chemise de Lunaka et le spectacle de sa blessure lui arracha un rictus dégoûté: la plaie s'était infectée et elle prenait une étrange couleur jaune pâle. "Merde!" s'exclama la garçon. Il fouilla dans son sac et en retira un petit sachet de plantes médicinales. Pendant qu'il préparait une mixture à l'allure étrange, Kyosuke lui, soutenait Lunaka, le visage blême.

 

-Voilà c'est bon! s'écria Skan après avoir appliqué la pommade granuleuse sur la blessure de Lunaka.

-Qu'est ce qu'on fait? Elle a toujours de la fièvre!!

-On va la porter jusqu'à Kitami, là-bas on trouvera un médecin.

 

Skan avait retrouvé son calme et son attitude était à l'opposé de celle de Kyosuke qui lui, était totalement paniqué:

 

-Et on va faire comment pour la "porter" comme tu dis?

-Tiens moi ça! s'exclama Skan en tendant un morceau de tissu à l'autre garçon.

 

Lorsque ce dernier saisit le tissu, Skan souleva Lunaka qui était inconsciente et la porta sur son dos:

 

-Attache là sur mon dos avec ce drap!

 

Ne voyant pas vraiment comment faire, Kyo obéit tout de même à l'ordre de son rival même si cela lui en coûtait. Il fit passer le tissu sous les fesses de Lunaka et l'enroula sur le torse de Skan pour finir enfin par un noeud derrière les épaules de ce dernier. Kyosuke déposa également une chemise sur le dos nu de Lunaka car elle n'avait qu'une bande recouvrant sa poitrine et il n'était pas bon de n'avoir même qu'une parcelle de son corps nu lorsqu'on traversait un désert:

 

-Voilà!Je crois que c'est assez solide!

-Bon on peut y aller alors. Toi qui a l'habitude Kyo, dans combien de temps on sera à Kitami?

-Et bien, vu que tu portes le poids de deux personnes, ça va nous retarder...En temps normal, j'aurais dit cinq heures mais là, on n'y sera pas avant sept heures minimum...

-Ok, alors on y sera dans cinq heures...Aller!Courage!

 

Cette réplique de Skan fît bouillonner son rival de rage :"il veut se la jouer mais c'est évident qu'il sera crevé dans à peine une heure!Il va voir!". Mais, à la grande déception de Kyo, Skan tenait le coup et cela faisait déjà trois heures qu'ils avaient quittés le rocher où ils s'étaient arrêtés.

Skan était conscient que la fièvre de Lunaka ne cessait d'augmenter, d'ailleurs il l'entendait gémir et parfois certaines phrases étaient distinctement prononcées: "Pardon, pardonnez moi" ou "Je vais vous venger" étaient les plus fréquentes. Le garçon, bien que son dos le fasse atrocement souffrir, soutenait le rythme et l'accélérait même parfois.

Le soleil commençait à décliner et il fallait se hâter : le désert était aussi glacial durant la nuit que brûlant durant la journée. Skan sentait d'ailleurs que le température commençait déjà à décliner et la pensée d'arriver à Kitami lui redonna courage et ses foulées accélérèrent.

Kyo, quant à lui s'inquiétait pour Lunaka. Il était placé en arrière et ainsi, il pouvait observer la jeune fille: ses cheveux étaient poisseux et son visage ruisselant de sueur. Ses yeux clos donnaient une impression de cauchemar et elle était encore parfois victime de convulsions.

 

-Punaise!Je savais qu'elle n'était pas bien Ce matin elle avait déjà de la fièvre et la marche n'a rien arrangé! J'aurais dû lui dire de stopper! s'exclama Kyosuke dans un élan de colère et d'impuissance.

-Je peux dire pareil. De toute façon ça ne sert à à rien de se lamenter. Dans deux heures on sera à Kitami et ça ira mieux!

 

Skan leva la tête et observa les alentours: un immense amas rocheux s'étendait autour d'eux. La roche était de couleur brune et était en partie recouverte de sable. De la végétation apparaissait ci et là et le paysage paraissait mort, tout comme le village que le groupe avait quitté un peu plus tôt dans la journée. Cependant, le garçon le remarqua bien: une présence émanait du site:

 

-Tiens, tiens...Je crois qu'on nous observe! lâcha Kyosuke d'un ton sarcastique, ayant lui aussi remarqué l'aura vitale.

-...Ouais...murmura Skan.

Link to comment
Share on other sites

Pourquoi est ce que je n'aime vraiment pas Skan...?  ;D

 

Par contre pour le reste tu gére plutot bien.

Ton histoire commence a prendre une bonne forme. Il me semble que tu va un tantinet trop vite, mais le rythme passe malgré

tous plutot bien.

 

Ils vont enfin arriver au premier village, enfin peut être. ^^

J'ai hate de voir ce que tu nous reserve?

Un nouveau compagnon? ^^

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Voilà : the suite demandée par Neijisama (spécial dédicace pour toi, merci pour tes encouragements)

 

 

Chapitre 8

 

 

Les garçons se détournèrent et Kyosuke, ayant saisi son arc, décocha une flèche en direction de l'immense rocher. Un épais silence s'installa et après quelques secondes d'immobilité, une troupe d'une dizaine d'hommes déferla sur le petit groupe totalement à découvert et l'encercla:

 

-Lâche ton arme! s'écria une voix jeune et autoritaire dont le propriétaire se tenait encore à l'écart, se dissimulant derrière les hommes armés.

-Montre toi d'abord. Tu es trop lâche pour te montrer en face?

 

Piquée par la réflexion de Kyosuke, la personne se fraya un chemin à travers la masse d'homme et se dressa devant le garçon. C'est un jeune homme grand et dont les cheveux étaient étranges pour son âge. En effet sur ses épaules déferlait une cascade de cheveux argentés dont la couleur tranchait avec celle de ses yeux violets nacrés. Son apparence surpris Kyosuke autant que Skan...Ce fût ce dernier qui prit la parole:

 

-Qui es-tu?A ton apparence je devine que tu es un Falken mais es-tu au service du roi?

-J'en ai l'air?

 

Évidemment sa tenue n'avait rien à voir avec les uniformes traditionnels du royaume: le garçon portait un pantalon en lin beige bouffant retenu par une épaisse ceinture en cuir noir. Son torse était habillé par une légère chemise sans manches de la même couleur. Le détail qui marquèrent  Kyosuke et Skan fut  le symbole qu'il portait cousu sur sa poitrine: une balance portant deux poids ayant la même apparence mais dont un faisait pencher lourdement le plateau de droite...Skan lança à son interlocuteur:

 

-Qui es-tu?

-Présentez-vous et je ferrais de même...

-Eh!Pour qui tu te prends?!!! s'exclama Kyosuke.

 

Skan voulant calmer le jeu et éviter un conflit ouvert s'écria:

 

-Kyo arrête! Ce n'est pas le moment! Je suis Skan et voici Kyosuke...

-Et cette fille? dit-il en montrant l'élue du doigt.

-Ça ne te regarde pas! s'énerva Kyosuke.

-Elle s'appelle Lunaka et elle a besoin de soins...Laissez nous passer pour sa vie!

 

Le jeune garçon parût réfléchir:

 

-Si j'ai bien compris vous êtes Lunaka, Kyosuke et Skan c'est ça? Alors vous êtes trois hun? Figurez vous que depuis ce matin, une jeune fille est vivement recherchée par l'armée du roi... Coïncidence? De toute façon je vous déconseille d'aller à Kitami vous serez trop vite attrapés. Vous êtes les rebelles n'est ce pas? Ça tombe bien, venez avec nous!

-Quoi?!! Tu te fous de nous? s'emporta Kyo tout en saisissant le jeune par le cou. Sans comprendre, il se retrouva projeté à terre par ce dernier:

-Et bien...Il y en a qui ont le sang chaud hein?

Sache pour ta gouverne que je m'appelle Neiji et je suis le chef de la guilde des Ombres.

-LA guilde des Ombres? C'est ça ouais! Et moi je suis Kazuki!

 

Une lame effilée s'était figée sur le cou de Kyosuke au moment où il avait parlé:

 

-Tu apprendras vite qu'il n'est pas bon de rire sur ce sujet ici...dit le jeune chef avec un sourire sadique.

 

Il rengaina son poignard laissant une vaste entaille sanguinolente sur le cou de Kyosuke qui murmura à l'intention de Skan:

 

-Bordel! Mais il est complètement barré ce gars!

-En attendant, on n'a pas le choix si on est recherché...Il a raison, on ne peut pas arriver à Kitami comme ça, l'air de rien...

-Mais attend! La guilde des Ombres! Ça te dis quelque chose? Eh oh! Tu sais ce qu'on raconte sur elle? Tous ceux qui en font parties sont des psychopathes sadiques ou des meurtriers! C'est une guilde peuplée d'assassins et de mercenaires!! Et lui c'est leur chef! Leur CHEF! Et tu veux qu'on le suive?!

-Nous devons sauver Lunaka.

 

Sans attendre une réponse de son compagnon, Skan emboîta le pas à Neiji et sa troupe. Kyosuke se résigna et, pensant à Lunaka, suivit le groupe.

Neiji les emmena dans des dénivellations sableuses et dangereuses qui semblaient avoir été formées par une main humaine.

Soudain, ils arrivèrent devant un passage creusé dans la roche et qui s'enfonçait sous le sable. Skan s'exclama:

 

-Ce sont des souterrains sous le sable?!!

-Oui, répondit Neiji d'un air enjoué, fier de sa création.

-Mais comment avez-vous fait?

-Désolé, secret d'Ombre et de Falken!

 

La discussion s'arrêta là. Les hommes qui accompagnaient Neiji s'arrêtèrent à l'entrée pour monter la garde et se reposer pendant que les quatre compagnons pénétraient dans les ténèbres. Les torches s'allumèrent soudain et ils s'enfoncèrent tous dans un couloir qui ne semblait pas avoir de fin. Une dizaine de minutes plus tard, ils arrivèrent à un croisement et ils rentrèrent dans une pièce sur la droite.

Skan s'attendait à voir une pièce sombre, sableuse et morbide, semblable au couloir qu'il venait de traverser. Sa surprise fût alors très grande car ils pénétrèrent dans une vaste chambre illuminée par une lumière surnaturelle, meublée par cinq lits, d'une table basse et de coussins. Dans le coin à droite de la pièce, derrière un rideau, se trouvait un espace pour la toilette.

 

-Voilà votre chambre! Bon elle est pas géniale mais tant qu'on ne sera pas si vous êtes alliés ou ennemis, vous n'aurez pas le droit de sortir.

-On est donc prisonniers?

-Oh non! On fait juste attention! Le médecin va arriver. Couchez la là-bas, sur ce lit.

 

Kyosuke prit Lunaka dans ses bras et la température de son corps le fit tressaillir: elle était glacée! Il la coucha sur le lit et la recouvrit d'une légère couverture. Neiji parût inquiet:

 

-Qu'est ce qu'elle a au juste?

-Elle a été blessée au bras. Mais je ne comprends pas pourquoi ça la met dans un état pareil...

-Je peux savoir comment ça se fait qu'elle ait été "blessée" justement?

-...

 

Neiji devant le silence de Kyosuke et Skan se mit soudainement en colère:

 

-Ce que je veux dire, c'est comment vous vous êtes débrouillés pour qu'elle soit blessée!!? Je sais qui vous êtes et je sais qui elle est! Votre devoir est de la protéger, elle n'aurait jamais dû être touchée!

 

Skan fût d'abord surpris mais répliqua vivement:

 

-On sait très bien qu'elle n'aurait pas dû être blessée. Mais elle voulait se battre seule! Nous on l'a protégée comme on a pu! On est vraiment désolé et elle le sait!

 

Neiji parût troublé. Il saisit une carafe d'eau et la lança aux deux compagnons. Soudain, un homme petit et chauve se faufila dans la pièce et avança particulièrement rapidement vers l'endroit où se trouvait Lunaka. Neiji s'exclama:

 

-Ah Léolio! Alors?

 

Le petit homme aux cheveux gris posa deux doigts sur le front de la jeune fille:

 

-Hum...40,1 degrés. Oui effectivement, on peut dire qu'elle a de la fièvre.

-Qui est-ce?chuchota Kyosuke à Neiji.

-C'est le médecin le plus savant de notre guilde...Léolio.

 

Le fameux Léolio souleva une des paupières de la jeune fille et examina son oeil. Il examina ensuite la blessure de Lunaka dont un liquide brillant coulait. Après quelques autres observations, il s'exclama::

 

-Empoisonnement. Hum...Au Xéolia...Arme empoisonnée!...Morte dans trois jours...Vais préparer remède...Guérie demain...

 

Il s'esquiva de la pièce et revient quelques minutes plus tard portant un bol où une bouillie verte pâle stagnait. Il fit tout avaler à Lunaka, lui banda sa blessure après l'avoir désinfectée et repartit. Neiji quant à lui fit apporter un repas aux garçons, puis il partit également, fermant la porte derrière lui. Kyosuke et Skan se lavèrent en silence, lavèrent leurs vêtements et décidèrent d'un tour de garde pour veiller sur l'état de santé de Lunaka pendant la nuit. Kyosuke fut le premier à surveiller la jeune fille. L'étrange luminosité de la pièce commençait à baisser et la pénombre  emporta Skan et l'élue dans un sommeil sans rêve sous l'oeil attentif de leur autre compagnon.

 

Link to comment
Share on other sites

Je mets la suite dans la foulée car je serais pas là cette semaine alors bonne lecture à ceux qui me lisent, n'hésitez pas à laisser des posts^^

 

 

Chapitre 9

 

 

 

Lunaka se sentit revivre et alors qu'elle ouvrait les yeux, la lumière du jour la fit cligner des paupières. Elle regarda autour d'elle et l'abondance de lumière lui parût étrange vu l'absence de fenêtres...

Elle tourna la tête et détailla la pièce où elle se trouvait. Tout à coup, son regard s'arrêta sur une chaise posée à côté de son lit où Skan était assis et où il dormait profondément. Mais que faisait-elle ici? Elle s'approcha de son ami et lui toucha l'épaule. Celui se réveilla et lorsqu'il aperçut la jeune fille, il se leva d'un bond et cria:

 

-Kyosuke réveille toi! Lunaka est debout! Alors tu te sens mieux?

 

Tout en disant sa dernière phrase, il s'était précipité vers elle et lui avait saisi les mains, un sourire radieux aux lèvres.

 

-Mais, où est Kyo?

 

A ce moment, une masse informe se souleva dans un coin de la pièce et la tête de Kyosuke apparût à travers une couverture. Il mit quelques secondes à émerger et se précipita ensuite vers Lunaka qui parlait d'une voix toujours un peu faible:

 

-Oui, oui je vais bien. Enfin mieux... Qu'est ce qui s'est passé?

 

Les deux garçons résumèrent la situation en insistant tous deux sur l'endroit où ils se trouvaient et sur le chef des Ombres. Lunaka parût un peu sonnée et, remarquant un certain détail, s'écria:

 

-Et mon sabre?! Sushin? Où est-il?

-On nous l'a prit.

-Quoi?!!

-Ils prennent beaucoup de mesures de sécurité, ils se méfient de tout le monde... On est enfermés et ils nous ont prit toutes nos armes...

-Bon et bien...Il n'y a plus qu'à patienter jusqu'à que quelqu'un vienne nous voir...dit Lunaka d'une voix fatiguée.

 

Quelques heures passèrent ainsi où chacun essayait de s'occuper comme il pouvait. Tâche difficile vu le peu de possibilités d'activités présentes dans la pièce. Lunaka se lava en prenant bien garde à l'opacité du rideau, tandis que les garçons eux, s'entraînaient à sa battre en enchaînant quelques figures simples d'arts martiaux.

Ses vêtements de la veille étant en lambeaux, la jeune élue revêtit une courte robe rouge à longues manches, serrée à la taille que la guilde lui avait fourni.

Vers la fin de la matinée, un grand homme habillé de noir et aux traits durs entra dans la pièce:

 

-Je suis le guide de la demoiselle là bas. Je vous prie de bien vouloir venir avec moi...

 

Devant le ton rude de l'homme, Skan et Kyosuke s'exclamèrent:

 

-Elle n'ira nul part sans nous!

-Elle viendra seule.

-Pas question!

 

Lunaka passa devant les garçons et suivit l'homme après avoir bien fait comprendre qu'elle partait seule et qu'il ne fallait pas qu'inquiéter.

Le grand homme reprit un ton plus doux lorsqu'ils se retrouvèrent seuls dans un couloir:

 

 

-Tu m'excuseras auprès d'eux mais on m'a donné des ordres strictes.

-Où va-t-on?

-Quelqu'un veut te poser quelques questions.

-Qui est-ce?

-Tu es trop impatiente petite femme. Il faut que tu apprennes à attendre.

-...

 

Le dialogue s'arrêta là, Lunaka était vexée. Le grand homme la conduisit dans un dénivelé de couloirs jusqu'à arriver dans une immense salle. Avant de la quitter, l'homme s'exclama:

 

-Il doit être en train d'arpenter cette salle. C'est sa manière à lui de réfléchir...Je te laisse le soin de le trouver...

-Heu...attendez! Je peux savoir votre nom?

-El -Tetio. Tout le monde m'appelle comme cela ici.

-Ah et bien...moi c'est...

-Lunaka, je sais.  Tout le monde te connaît ici...

-Ah?

 

El - Tetio s'en alla d'un pas feutré, laissant Lunaka seule dans l'entrée. La salle était vraiment immense et soutenue par des voûtes énormes. Les murs étaient recouverts d'épais rideaux rouges sangs et des piliers s'étendaient ça et là à travers la salle. Lunaka avança dans la pénombre, les torches s'allumant une à une sur son passage:

 

-Heu...Excusez moi...Il y a quelqu'un?

 

La jeune fille marcha pendant quelques minutes vers le fond de la salle. Une lumière vive resplendissait à plusieurs dizaines de mètres de Lunaka. Plus elle avançait, plus la forme recouverte de cette aura lumineuse se distinguait  et la jeune fille pût discerner une forme humaine. Un jeune homme était assis en tailleur, les yeux fermés et le visage concentré. La lumière semblait se dégager de son propre corps en une énergie surpuissante. Elle passait du pourpre au parme avec parfois des reflets noirs, "les couleurs de son âme" pensa l'élue sans avoir réfléchi...Cette phrase était apparût dans sa tête et avait disparue aussi vite qu'elle était venue. Alors que Lunaka détaillait ce jeune garçon aux longs cheveux argentés, une aura meurtrière se dégagea soudainement de son corps avec une telle force que la jeune fille fût projetée au sol. Elle se mit à trembler et ses yeux ne pouvaient que refléter l'effroi qu'elle ressentait instinctivement. Tous ses sens lui disaient de fuir mais la peur l'empêchait de bouger. Il lui fallut plusieurs minutes pour se ressaisir et elle retrouva vraiment son calme habituel lorsque la vague meurtrière fit place à une aura douce et calme. Le jeune hommes ouvrit ses grands yeux violets et son regard croisa celui de Lunaka et les immenses yeux bleus de cette dernière le subjugua. La jeune fille, elle, avait déjà détaillé le garçon mais la beauté qu'elle voyait maintenant était complète. Ses traits fins, ses grands yeux violets et ses magnifiques cheveux argentés firent bondir le coeur de Lunaka. Lui, ressentait pratiquement la même chose; cette femme était si belle: ses yeux bleus s'accordaient tout à fait avec ses longs cheveux blonds tressés sur le côté et la robe rouge qu'elle portait laissait découvrir de longues jambes parfaitement formées et mettait en relief son corps ferme et menu. Tout à coup, le jeune garçon sortit de son rêve et sous l'oeil interrogateur de Lunaka s'écria gêné:

 

-Ah, tu étais là? Je suis désolé...C'est une sorte de...hum...méditation. Ça va?

 

La jeune fille se remit sur ses jambes et son visage reprit de son assurance :

 

-Vous vouliez me voir? C'est bien vous?

-Ah! Oui! Je me présente je m'appelle Neiji.

-Ne - i - ji...C'est étrange comme nom...

-Hé hé...!Lunaka tu peux me tutoyer si tu veux...

-Qui es-tu? Pourquoi on nous retiens prisonniers? Que comptez vous faire?

-Je suis le chef de la guilde des Ombres, mais bon, mon grade n'est pas vraiment important... Vous n'êtes pas prisonniers, comme je l'ai dit à tes amis, mais je ne sais pas si vous êtes des ennemis ou non, c'est tout... En plus, ce lieu est censé rester secret, on ne peut pas laisser des gens s'y balader comme ça! Lunaka, peux-tu me raconter ce qui s'est passé à Sapharia?

-Je crois que je n'ai pas le choix de toute façon n'est ce pas?

 

Neiji afficha un léger sourire et répondit:

 

-Non effectivement...

Link to comment
Share on other sites

 

tiens une fic que j'avais pas vu

et bien merci à Nejisama si c'est grâce à lui qu'on a le droit à une suite^^

j'aime bien l'histoire , elle est bien racontée^^

mystérieux ce Neiji, faut-il s'en méfier ou lui faire confiance?

 

ah vivement la suite^^

 

 

Link to comment
Share on other sites

Bon alors voilà : Nejisama m'a jeté un sort il m'empeche de dormir jusqu'à qu'il soit satisfait de sa lecture... Je vais pas dormir de si tot moi...

 

 

Chapitre 10

 

 

Lunaka lui conta tout, dans les moindres détails. Cela ne faisait que trois jours qu'elle s'était éveillée mais son récit dura des heures. L'attention de Neiji était énorme et son visage reflétait parfois la surprise, la colère ou encore une sourire. Une fois qu'elle eut finit son récit, un long silence s'installa, brisé au bout de quelques secondes par le garçon:

 

-Bien, je vais être franc, je ne pense pas que toi ou tes amis soyez contre nous. Ou du moins pour l'instant... Veux-tu savoir ce qu'est la guilde des Ombres?

 

Lunaka acquiesça:

 

-Bon je pense que tu dois trouver étrange que vu mon âge, je sois dirigeant d'un clan aussi grand, vu que je n'ai que dix-neuf ans...

 

La jeune fille acquiesça une fois encore:

 

-La seule façon de devenir chef ici est de battre l'ancien dirigeant. Si quelqu'un veut diriger à ma place, il devra me tuer. Tu comprends? J'ai donc tué l'ancien chef et je suis pour l'instant assez fort pour rester où je suis.

-Qui était l'ancien chef?

-Il s'appelait Vort, c'était un homme qui jouait un double jeu: il s'était allié avec le roi. Il a essayé de nous détruire de l'intérieur, je l'ai donc éliminé... Enfin bref, Les membres de la guilde sont très nombreux et notre QG se trouve à la capitale. Ici, nous ne sommes qu'à un poste avancé. Je suis ici car on m'a prévenu que l'élue, c'est à dire toi, tu t'étais éveillée.

-Comment l'avez vous su?

-Nos espions sont aussi chez le roi, ne l'oublie jamais...

-Et, je ne veux pas paraître agressive mais, qu'est ce que ça peut bien vous faire que je sois éveillée?

-Nous voulons te protéger et s'allier à toi. Je veux être direct, tu n'as pas le niveau pour combattre seule, il te faut des alliés et forts si possible. Voilà pourquoi nous te proposons notre aide.

-Et tu gagnes quoi dans cette histoire?

-Nos actions sont sans cesse entravées par les rois et nous souffrons autant que tout le monde de leur domination. De plus, j'ai ma propre revanche à prendre...

-Je ne peux pas encore vous faire confiance, désolée...C'est trop soudain pour moi, je dois réfléchir...

-Je ne te demande pas une réponse maintenant ne t'inquiètes pas. De plus, nous allons d'abord te prouver que tu peux nous faire confiance!

-Bien...

-Mais en attendant, puis-je rester avec toi Lunaka?

-...Oui...Enfin je pense...

-Alors viens, je vais te faire voir quelque chose.

 

Neiji rejeta ses cheveux derrière ses épaules et les attacha en catogan avec un ruban noir, puis il saisit la main de Lunaka. Celle-ci ne réagissant pas, il l'entraîna dans un petit couloir éclairé par une mousse fluorescente. Ils arrivèrent devant une immense porte en bois gravée de diverses scènes épiques et de dessins compliqués. Neiji était surexcité tel un enfant qui était sur le point de recevoir un nouveau jouet:

 

-C'est la première fois que quelqu'un d'autre que moi voit ça! Je suis sur que tu vas aimer!

 

Neiji saisit la poignée de la lourde porte et la jeune fille pût remarquer que cette dernière s'illumina un instant avant de laisser la voie libre. Lunaka entra à la suite du garçon et ce qui apparût devant ses yeux la laissa ébahie. Une végétation luxuriante s'étendait devant elle et une ribambelle de fleurs multicolores éclairaient  la clairière  qui se trouvait là. La jeune fille n'en crût pas ses yeux: des arbres et des fleurs se trouvaient là, sous ses yeux à des dizaines de mètres sous terre, et l'odeur qui lui parvenait était un mélange d'herbe fraîche, de menthe et de rosée. Lunaka respira un grand coup et s'approcha doucement d'une fleur rose et jaune dont les pétales semblaient être décrochés du centre. L'herbe caressait ses pieds nus et l'humidité environnante lui redonna des forces. Soudain, alors qu'elle était occupée à observer une rose violette et noire, elle perçut le bruit léger et lointain de l'eau. Elle se faufila à travers quelques buissons, faisant attention à là où elle marchait et elle se retrouva face à une rivière qui traversait la clairière. L'eau était limpide et fraîche et Lunaka distingua une petite cascade d'une dizaine de mètres en amont et une joie qu'elle n'avait pas souvent ressentie l'envahit. Une question lui traversa l'esprit et son regard se porta vers le plafond: comme elle s'y attendait, ce n'était ni le ciel, ni le soleil qui illuminaient ce vaste endroit. Le plafond était toujours le même dans toutes les pièces: ce n'était qu'un toit de sable solidifié retenu par une force invisible. La lumière, elle, ne venait de nul part car il n'y avait aucune ouverture sur l'extérieur, tout comme dans la chambre de la jeune fille. Neiji arriva aux côtés de Lunaka et s'assit à côté d'elle. Celle-ci, encore sous le choc de la beauté du lieu où elle se trouvait, ne savait quoi dire. Quelques minutes après, Neiji rompit le silence de la nature en demandant à voix basse:

 

-Alors, comment trouves-tu mon jardin secret?

-Je...je...c'est magnifique, mais...comment est-ce possible?

 

Le jeune homme afficha un sourire malicieux et satisfait, et faisant un clin d'oeil, il répondit:

 

-Tu comprendras vite que lorsque l'on est avec une Ombre, les évènements qui se déroulent autour de soi n'ont pas souvent une explication logique et plausible.

-C'est...c'est comme pour le plafond en sable qui ne s'effondre pas et toute une ville souterraine qui est creusée sous le désert?!

-Oui, ce sont nos secrets. Seules les Ombres peuvent être au courant.

-Comment devient-on une Ombre?

-On reçoit une formation de plus ou moins d'années selon notre niveau. On passe un test en se spécialisant dans une discipline et si tu réussis ce test, tu deviens un membre de la guilde.

-C'est dur...

-Plutôt oui...Et il faut aussi avoir des dispositions particulières. Mais ça aussi c'est un secret d'Ombre...

-Ah...Alors ce jardin c'est un de tes"pouvoirs"?

-Oui, c'est ça. C'est grâce à moi que tu peux voir tout cela.

-La lumière et l'eau qu'il faut à ces plantes, c'est toi qui t'en occupe également?

-Oui aussi.

-J'en déduit que tu dois être quelqu'un de très fort...

-Je me débrouille effectivement. dit le garçon avec un petit sourire.

-Au fait, je voulais te demander...C'est toi qui a mon sabre?

-Ah, Sushin? Oui...Pourquoi?

-Je pourrais le récupérer...Je me sens en danger quand je ne l'ai pas sous la main...

-Oui, je donnerais l'ordre pour qu'il te sois remit...Tu connais ses origines?

-C'est le plus grand forgeron Falken qui l'a forgé à ma naissance, c'est tout ce que je sais.

-Oui, c'était mon ancêtre...

-Tu es un Falken?!

 

Neiji la regarda d'un oeil surprit et éclata de rire:

 

-Ça ne se voit pas?!Hé hé...Tu ne trouvais pas ma couleur d'yeux et de cheveux étrange?

-Bah un peu...Mais je ne savais pas que les Falkens étaient différents de nous physiquement.

-Nous n'avons pas grand chose d'humain, à part l'apparence générale. Nous sommes des hybrides.

 

Il acheva sa phrase avec une pointe de tristesse en baissant la tête.

 

-Hybride ou pas, moi je te trouve très beau et en plus tu as vraiment la classe. Si tous les Falkens te ressemblent, ils n'ont rien à envier aux humains!

 

Neiji releva la tête et regarda la jeune fille assise à côté de lui comme une étrangère, les yeux ébahis:

 

-Tu...tu es vraiment étrange...

-Quelles sont les différences entre les humains et les Falkens?

-Et bien...hum...dit le garçon d'un air gêné. Nous agissons parfois bizarrement...

-C'est à dire...?

-Je ne sais pas comment t'expliquer cela...Ça pourrait te faire peur alors, non...je...je...préfère me taire...

-Bien.

-Sinon, chaque Falken a un détail physique qui le différencie des humains normaux. Les trois quarts des Falkens se différencient pas leurs tailles car ils sont très grands, moi je n'en fait pas parti. D'autres ont d'autres particularités physiques, moi par exemple ce sont mes cheveux et mes yeux, d'autres ce sont par leur vitesse ou leur force... Nous surpassons les humains mais beaucoup d'entre nous aimeraient avoir une apparence normale...

-Pourquoi?

-Car nous sommes rejetés...Pas au sens propre évidemment : on ne refuse pas de nous servir dans une taverne ou on ne refuse pas de nous abriter...Mais lorsqu'il y a une catastrophe c'est de notre faute, vois-tu la légende dit que nous portons malheur...

-C'est n'importe quoi....

-L'Homme est ainsi fait... Tu vois cette cicatrice?

 

Tout en parlant Neiji montra son épaule gauche à Lunaka qu'une longue cicatrice zébrait.

 

-J'avais rencontré un garçon lorsque j'avais huit ans et il était devenu mon meilleur ami. Il s'appelait Yoï. Un jour, nous étions en train de jouer et tout à coup il a fait une mauvaise chute. Il est mort sur le coup et son père a toujours cru que c'était de ma faute car selon lui, "j'étais maudit". Peu de temps après la mort de mon meilleur ami, son père m'a attaqué pour se venger et il ne me reste plus que cette cicatrice. Tu vois à quel point la haine des humains peut être forte alors qu'à la base nous sommes de la même race...

 

Lunaka ne savait pas quoi répondre...Elle savait à quel point les hommes pouvaient être parfois insensibles et mauvais entre eux. Elle avait toujours été rejetée à l'école et elle n'avait jamais eut d'amis... Tout cela avait beau pût s'être déroulé dans une vie virtuelle, elle en gardait une cicatrice indélébile au fond de son coeur...

Le jeune garçon s'allongea sur l'herbe et ferma les yeux et l'élue fit de même. Ils restèrent ainsi un long moment. Puis, Neiji murmura soudain avec une certaine timidité dans la voix:

 

-Je suis vraiment heureux de t'avoir rencontré...Je me sens si bien avec toi...

 

Lunaka ne répondit rien mais son coeur ne pût s'empêcher de bondir dans sa poitrine. Tout à coup, son ventre se mit à gargouiller et elle s'empourpra de honte. Neiji, lui éclata d'un rire cristallin:

 

-Je ne sais pas quelle heure il est mais c'est vrai que ça fait plusieurs heures qu'on n'a rien mangé et je commence aussi à avoir faim...

 

Il se releva, saisit la main de Lunaka pour l'aider à se relever, et ils partirent tous deux rejoindre Kyosuke et Skan qui devaient les attendre.

 

Link to comment
Share on other sites

[Annule le sort sur Himideria] ^^

 

Et bien, voila une suite comme on les aiment.

Un nouveau personnage, un nouveau clan...

 

Mais que dire de tous ca, c'est vrai que l'on peut se poser des questions sur Neiji, mais je doute

qu'il soit mauvais... enfin, qui peut savoir ca appart notre petite auteur...

Aprés tous Neiji semble avoir tant de rencoeur envers les Hommes, mais au point de vouloir leurs

vouloir du mal, j'ai un doute.

 

En tous cas son jardin secret semble splendide, tu as trés bien sous retranscrir l'endroit, j'en aurai

presque des étoiles dans les yeux.

 

Neiji va t il être fourbe?

Kyo et Skan vont il être jaloux?

Vont il avoir le droit de continuer a suivre Lunaka avec Neiji?

Y a t il des papillons dans ce jardin?

 

J'ai hate d'avoir une réponse a tous ceci.... allez, vivement la suite...

Le sort me démenge. ^^

 

@SabakunoGaara: Ce n'est pas moi qu'il faut remercier, c'est Himideria, pour cette superbe fic'  ;)

Link to comment
Share on other sites

Voilà la suite^^N'hésitez pas à poster :P

 

 

Chapitre 11

 

 

-Bon là j'en ai marre! Trop c'est trop!

-Non mais calme toi, elle va arriver...

-T'es drôle toi! Ça va faire six heures qu'elle est partie! On ne sait même pas ce qui lui est arrivée!

-Je sais mais ça ne sert à rien de s'énerver...

 

Le silence s'installa entre Kyosuke et Skan. La pièce était devenue sombre éclairée seulement par des torches, signe que la nuit était tombée au dehors et Lunaka n'était toujours pas revenue. Personne n'était venu les voir depuis son départ. Ils avaient faim et ils était mort d'inquiétude pour leur amie.

Tout à coup, un bruit se fit entendre derrière la porte et celle ci s'ouvrit, laissant entrer l'élue tout sourire accompagnée par Neiji.

 

-Lunaka! Tu vas bien?

 

Cette dernière leur adressa un sourire et s'exclama pleine de joie:

 

-A merveille! Cette journée restera gravée dans ma mémoire, je ne me suis jamais autant amusée!!

 

Ses deux compagnons se regardèrent interloqués et c'est Kyosuke emplit de colère qui s'écria:

 

-Amusée? amusée!!! Est-ce que tu te rends compte à quel point on s'est inquiétés?!! Tout la journée sans te voir et sans aucune nouvelles!!Et toi tu reviens et on apprend que tu t'es AMUSEE??!!! Non mais je rêve!

 

Le garçon hors de lui finit sa phrase et avant que la jeune fille n'ai pût répondre quoi que ce soit, son ami était déjà parti dans le fond de la pièce, boudant sur un lit.

 

-Excuse le mais c'est vrai qu'on était mort d'inquiétude... reprit Skan.

-Je suis désolée...Je n'y ai pas réfléchit...répondit la jeune fille dépitée.

 

Elle se dirigea vers le lit de Kyosuke et lui présenta ses excuses. Ils restèrent à parler ainsi quelques minutes sans que personne n'entende ce qu'ils disaient. Neiji, lui, était encore là et avait fait demander un repas. Skan quant à lui, observait sa jeune amie parler.

Un homme entra dans la pièce et, suivi de deux enfants, apporta le repas. Une volaille fumait au centre de la table accompagné par divers légumes et sauces. Une corbeille de pain et de l'eau furent ensuite apportées. Cette agitation rassembla les quatre jeunes gens autour de la table: Lunaka s'assit à côté de Neiji, en face de ses deux compagnons.

Le repas fut plutôt animé. Neiji avait fait apporté du Saké et en avait un peu trop abusé... Lunaka, elle, qui n'avait jamais bu était dans un état guère meilleur que son voisin.

Kyosuke et Skan, eux, en avaient bu mais leurs esprits étaient juste un peu embrumés:

 

-Ouais et bien je te signale que j'ai dû te supporter toute la journée moi! s'emporta Kyosuke.

-Excusez moi môsieur! Je n'ai pas vraiment choisi non plus! Quand je pense que j'avais décidé de ne plus jamais t'adresser la parole!

-Je ne te demande pas de me parler!

-Je te ferais juste remarquer que j'ai pas le choix! rétorqua Skan d'un ton sec.

-Ouais et bien ignore moi!

 

Un silence gêné s'installa. Neiji se leva subitement et murmura à l'oreille de Lunaka:

 

-Je viendrais te chercher demain. Tes amis pourront aller sur le terrain d'entraînement. Je te souhaite une bonne nuit élue...

 

Il lui adressa un sourire chaleureux et prit congé du petit groupe, une pointe de regret figé dans l'esprit.

La nuit se déroula sans encombres et lorsque Lunaka se réveilla le lendemain, personne n'était encore levé. Elle s'habilla d'un corset noir lacé dans le dos et d'un pantalon ample de la même couleur. Elle attacha ses cheveux en queue de cheval et avant qu'elle n'ait pu réveiller ses amis, quelqu'un frappa à la porte. Surprise, elle alla ouvrir. Un homme de haute stature, sûrement un Falken vu sa taille monumentale, lui faisait face au poing un arc et trois sabres:

 

-Mon sabre! s'exclama Lunaka.

 

L'homme lui sourit et lui tendit les armes qu'elle s'empressa de prendre:

 

-Me-merci... dit-elle.

 

L'homme sans répondre s'en alla silencieusement. La jeune fille resta sur le palier de la chambre ne sachant que faire.

Lorsqu'elle fut retournée près de son lit, elle serra son sabre fortement contre sa poitrine, heureuse de l'avoir enfin retrouvé. Après l'avoir suspendu à sa ceinture, elle décida de partir de la chambre sans attendre Neiji afin de visiter le repaire des Ombres.

Elle partit donc et elle commença à déambuler dans les vastes couloirs souterrains. Elle reconnut le chemin qu'elle avait emprunté la veille et, curieuse, elle prit la direction opposée. A force d'avancer, une odeur de nourriture arriva jusqu'à elle et elle en déduisit que les cuisines se trouvaient dans cette direction. Elle croisa plusieurs personnes qui avaient toutes une attitude différente: certains la saluaient, d'autres au contraire la regardaient avec mépris. Elle ne s'en offusqua pas et elle continua d'avancer dans un large couloir.

Au bout d'une vingtaine de minutes, elle arriva dans une grande salle où une bonne dizaine de personnes s'entraînait. Au moment où Lunaka mit un pied dans le cercle d'entraînement, tout le monde s'arrêta de combattre. Ils la fixaient tous en attendant qu'elle décline son identité. Mais elle ne le fit pas. Un garçon d'environ vingt ans s'approcha d'elle et lui lança d'un ton agressif:

 

-Qui es-tu?

 

Avant de répondre, l'élue jaugea le garçon: il avait les cheveux châtains et ses yeux étaient chacun d'une couleur différente: un jeune et un orange. Il portait la même tenue que Neiji et la jeune fille comprit alors que le garçon se tenant devant elle était une Ombre. Mise en confiance, elle répondit d'un ton parfaitement calme:

 

-Je m'appelle Lunaka.

-Oh?Alors c'est toi?

 

L'Ombre s'approcha d'elle et un souffle chaud et puissant fit baisser les yeux de la jeune fille. Erreur fatale car le garçon s'exclama:

 

-Pff..Toi? Tu serais l'élue? Une fille? Et en plus qui baisse les yeux au moindre relâchement d'aura?

-Aura?

-Tu ne sais pas ce que c'est? Ah ça c'est la meilleur!ricana le garçon. Et le sabre que tu portes à ta ceinture, il est là pour faire joli ou tu sais au moins t'en servir?

 

Lunaka sentait bien que le garçon essayait de la provoquer, elle répondit donc d'un ton insolent:

 

-Ca oui...Je pourrais même te faire taire à jamais si tu continues à me parler comme tu le fais...

-Ah?

 

Sous les regards médusés de l'assemblée d'Ombres, le garçon dégaina ses armes: deux longs poignards à la ligne effilée dont l'axe est recourbé. Lunaka avala lentement sa salive et, comprenant que c'était une invitation au duel, elle dégaina également en un bruit métallique et froid. Elle regarda le jeune Ombre d'un air de défi et attaqua. Une pluie de coups s'échangea à cet instant avant que chacun ne recule d'un pas à cause de la puissance, épuisé.

De longues secondes s'écoulèrent, la sueur coulait sur la tempe du garçon. L'élue le regarda et faisant un pas de côté l'attaqua en direction du flanc. Le garçon para et répondit instantanément par une série de coups rapides. Une entaille apparût sur la joue de Lunaka et celle-ci, craignant le danger et voyant sa défense s'amenuise, recula de quelques pas. Son bras la lança et jetant un coup d'oeil, elle vit que sa blessure s'était rouverte. Du sang coula sur son bras nu et la douleur lui arracha une grimace.

Voyant qu'elle était en difficulté, la garçon Ombre profita de l'ouverture pour frapper. Mais les réflexes de la jeune file n'étaient plus à refaire. Elle esquiva l'attaque et s'élança sur son ennemi. Elle frappa et ce dernier para encore son coup. Mais le bruit que dégagea le choc des armes n'était pas naturel. Il jeta un coup d'oeil et remarqua que l'élue avait frappé avec son fourreau en utilisant sa main gauche. Avant que le garçon n'ait pu réagir, la lame du sabre mortel était déjà figé sur sa gorge.

Lunaka le regarda d'un air triomphal et le vaincu lâcha son arme, signe d'abandon. La jeune fille rattacha son fourreau à sa ceinture et rengaina son arme sous le regard ébahit du garçon et des observateurs.

Le jeune Ombre, retrouvant ses esprits, ne put comprendre qu(il avait perdu. Brisé dans sa fierté, il s'écria d'une voix forte:

 

-Yestré!

 

La jeune fille se figea et tomba, inanimée. Avant que sa tête ne touche le sol, un bras l'attrape dans le dos et la retint avec force. La voix furieuse du nouveau venu s'éleva dans le silence de la salle jusqu'à faire trembler les personnes présentes:

 

-KODA!

 

La garçon, à l'écoute de son nom, blêmit. Il ne savait que répondre à son chef: cet homme aux cheveux argentés et aux yeux violets reflétant la fureur. Neiji reprit:

 

 

-Tu es malade ou quoi?!! Tu sais qui elle est?! J'ai assisté au combat et elle avait gagné! Tu as violé trois lois fondamentales du clan! Tu as attaqué l'élue! Tu as frappé délibérément dans une ancienne blessure et tu as fait usage d'un pouvoir réservé aux Ombres sur une personne normale!

 

Le jeune homme, dépité, ouvrit la bouche et avant qu'il n'ait pu sortir un son, la voix puissante de Neiji le coupa:

 

-Je t'interdis de répondre! Suis moi et immédiatement!

Link to comment
Share on other sites

Pourquoi les perso que je trouve les plus interessants les moin sympa...? ^^

 

Ce Koda me semble être quelqu'un qui va devenir important enfin j'éspére un peut.

 

Par contre, je trouve que Neiji est un peut trop proche de Lunaka, ca en devient trés suspect je trouve.

De plus Lunaka semble avoir une entiére confiance en lui, ce qui d'autant plus dangeureux pour la suite

des événements. Je trouve que tous ceci va trop vite, mais elle ne s'en rend pas compte...

 

Sinon, j'ai beaucoup aprécié les remarques de Kyo au sujet de Lunaka, je crois que sur le coup j'aurais fait

comme lui. ^^

 

Je trouve vraiment ton travail remarquable.

Tu décris trés bien les choses et les personnes.

Les actions son visible tant elles sont bien ammené.

 

Perso je ne vois rien a redire a ton style, mis a part quelques fautes que moi même j'arrive a voir (ce qui

m'interpelle quelque peut  :D )

 

En attendant le prochain chapitre.  ;)

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share


×
×
  • Create New...