Jump to content

Trônes Célestes


.::Pervert Mood::.
 Share

Recommended Posts

Mes autres fic étant tombées dans l'oubli, je vais vous en livrer une autre en espérant avoir un peu plus de succès...

Et ouais, pas gagné...

 

Je n'ai pas encore de nom définitif mais j'y travaille ! xD

 

Avec ce vent mordant et le temps qu’il fait, je me demande par quel miracle je ne suis pas encore tombée malade.  Je rabats ma capuche et resserre un peu plus mon manteau pour couper le vent. Je vois tous mes camarades de classe courir en riant, pressés de rentrer chez eux. Si je n’habitais pas si loin, j’aimerai en faire de même mais je dois attendre mon chauffeur.

Et il est en retard.

Je sais déjà qu’il va s’excuser en prétextant une circulation difficile. Mais je crois bien qu’il se moque que je puisse mourir de froid sur mon bout de trottoir tandis qu’il est bien au chaud dans sa voiture à écouter des conneries à la radio.

La rue est redevenue calme, les élèves ayant déserté l’établissement. Les lampadaires s’allument doucement, comme s’ils se réveillaient et je soupire en voyant défiler les minutes sur ma montre.

Un frisson me fait trembler et je ferme les yeux pour m’imaginer sous un ciel d’été en espérant que ça me réchauffe. Peine perdue.

Je marmonne de frustration lorsque j’entends un bruit de moteur venir du coin de la rue. Je me rapproche du caniveau et la voiture s’arrête juste devant moi. Le chauffeur descend en grimaçant à cause de l’écart de température et, comme je m’y attendais, s’excuse misérablement en m’ouvrant la portière. Je m’installe sans un mot et attends qu’il ait fini de ranger mon attirail avant de remonter.

Il se rend compte que j’ai éteint la radio mais se garde bien de me le faire remarquer. Mon regard noir à son arrivée en a dit assez long sur mon humeur et il ne veut pas se risquer à une prise de bec.

Alors pour combler le silence, il tente de me faire parler de ma journée. Sa pitoyable tentative me laisse de marbre.

Le chauffeur s’engage sur la bretelle de l’autoroute et après seulement quelques minutes, je constate que les journées de merde le sont jusqu’à la fin, lorsqu’on se retrouve bloqués dans des embouteillages monstres. Il pousse un juron mais se qui me sort de mon mutisme est tout autre chose.

« Mais qu’est-ce que… »

Malgré le bruit des moteurs et des klaxons, j’entends parfaitement des éclats de voix. Plusieurs dizaines de personnes ont quitté leurs voitures pour observer quelque chose que je ne parviens pas à distinguer d’où je suis. La neige s’est mise à tomber et réduit encore plus mon champ de vision. Mon chauffeur décide d’imiter les autres conducteurs et sort à son tour. L’expression sur son visage, entre incrédulité et horreur attise ma curiosité.

Je me tortille sur mon siège et enlève ma ceinture de sécurité pour ouvrir la fenêtre et regarder au-dehors. Un homme me bouche la vue. J’aimerai l’insulter de tous les noms pour qu’il s’écarte mais quelque chose me fait lever les yeux au ciel.

J’aperçois une forme massive remonter dans la couche nuageuse. Ce fut trop rapide pour que je me souvienne de sa forme, mais la facilité avec laquelle elle bougeait me fait penser que ce n’était pas mécanique. Je ne connais pourtant aucun oiseau pouvant atteindre cette taille. Le frisson qui me secoue à ce moment là, n’est pas du au froid.

J’entends des cris aussi distinctement que s’ils sortaient de ma propre bouche. Des hurlements d’une indicible terreur qui me glacent jusqu’aux os.

Je parviens rentrer ma tête à temps avant de voir une véritable marée humaine courir entre les voitures. Certains grimpent même sur les véhicules pour sauter de voiture en voiture. Je m’allonge sur la banquette, me couvrant la tête de mes mains au cas où une fenêtre serait brisée dans la cohue. Il faut plusieurs minutes pour que les centaines de personnes  n’aient enfin quitté l’autoroute.

J’ai le cœur qui bat la chamade lorsque j’ouvre la porte latérale. Mon chauffeur ayant évidemment disparu, je suis seule pour sortit mon fauteuil. Mais je ne me laisse pas démonter car mon père m’a appris à me débrouiller.

Une fois sortie du véhicule je place mes jambes inertes sur les repose-pied avant de gagner la bande d’arrêt d’urgence, non sans mal, où j’ai plus d’espace pour circuler.

Ma curiosité l’emportant sur la peur, j’avance mon fauteuil jusque dans un virage où j’ai une vue dégagée. À plusieurs centaines de mètres j’aperçois des véhicules en feu.

Avec les reportages quotidiens  sur les conflits internationaux, ma première idée aurait du être l’hypothèse d’un attentat terroriste, mais il n’en fut rien. Et jamais encore je n’avais autant regretté d’avoir raison.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 159
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Aller, preums pour le commentaire^^

 

bah ça a l'air hachement bien...apparement, on va avoir droit à une scène bien sanglante...gniark^^

lune fille qui rentre de l'école en voiture avec chauffeur...pas banal, ça... :P

j'ai l'impression que tout nos héros ont le blues, en ce moment...effet after fêtes ?^^

 

en tout cas, j'attends la suite de pied ferme (et avec une hache, en plus)

Link to comment
Share on other sites

bon bah deuz alors (wai je suis toujours à la détente pour les commentaires^^")

 

Alors tout d'abord : Qu'est ce qu'elle a vu ?

ça a une importance le fauteuil pour le reste de l'histoire?

Pourquoi le chauffeur était en retard?

Est-ce que c'est simplement un co***** qui voulait la laisser congeler sur place?

 

Donc vivement la suite (et les réponses aux questions?)

Link to comment
Share on other sites

 

hein ??? où tu vois une claque toi? deux avis positifs (enfin trois avec le mien....mince j'ai gaché la surprise de mon avis sur la fic^^) c'est pas une claque. Si tu veux en voir des vraies regarde les miennes ;D (d'ailleurs merci à miss uchiwa au passage^^). Et puis ce n'est pas parce qu'il y en a que deux qui ont répondus que ce sont les seules à aimer, moi par exemple j'ai lu absolument toutes les fics mais j'ai pas donné mon piètre avis à chaque fois. De plus je ne me souviens pas d'une seule de tes fics qui n'ai pas été appréciée (en tout cas pas par moi^^).

 

 

enfin bon pour en revenir à la fic en elle-même , j'aime bien le début, je me demande bien ce que tu vas réservé à ton héroine cette fois^^

donc vivement la suite aujourd'hui en espérant que tu finisses celle-ci^^

Link to comment
Share on other sites

Très bien je vais continuer alors (de toute manière je sais comment l'arrêter d'un coup, ça sera pas dur)

 

______________________________________________________________________________________

Deux nouvelles voitures explosent et je plisse instinctivement les yeux malgré la distance. C’est là que je les vois. Ou plutôt que je crois les voir.

Je ne suis pas certaine de ce que je distingue et pourtant mes mains tremblent sur les roues de mon fauteuil.

Je déglutis difficilement en observant ces ombres se glisser entre les voitures. Pas courir, mais vraiment glisser comme des courants d’air. Et ce vent se rapprochait beaucoup trop rapidement à mon goût.

Je fais faire demi-tour à mon fauteuil et en tourne les roues le plus rapidement que je peux. Mais la neige qui s’amoncelle me fait craindre les plaques de verglas.

Quelque chose fait grincer les amortisseurs d’une vieille voiture et lorsque je me retourne, une ombre me heurte et me renverse sur le bitume glacé. Je relève immédiatement la tête et me retrouve nez à nez avec une créature de cauchemar. Aussi haute qu’un poney, la créature ne possédait que deux pattes avant, le reste reposant sur une queue reptilienne démesurément longue. Avec mes jambes paralysées, j’avais l’impression de lui ressembler mis à part que, contrairement à cette « chose » je n’avais qu’une seule tête et non deux.

Chacune d’elle, la gueule béante, faisait claquer ses mâchoires avec envie. Rien à portée de main ne pouvait m’aider à me défendre et je doutais qu’il me laisserait le temps de me remettre sur mon fauteuil.

Pourtant, un 4x4 sur ma droite et la neige sous mes mains me donnèrent une idée. Les quatre yeux de la créature bicéphale me considéraient avec intérêt mais elle ne se décidait toujours pas à m’attaquer. Alors je pris appui sur mon bras gauche et ramena lentement le droit contre mon flanc. La créature émit une sorte de gloussement – à croire qu’elle se fiche de moi – et je du m’arrêter pour ne pas la tenter.

Mais elle se contenta de se baisser à ma hauteur et me renifler à seulement un mètre. Serrant les dents et détournant les yeux je fais une cuiller avec mon avant-bras  et rassemble un tas de neige pour le lui envoyer. Profitant de son mouvement de recul, je roule sur moi-même et passe à l’abri sous le 4x4 où la créature, trop massive, ne peut pas m’atteindre.

Le véhicule émet alors un grincement strident et je le vois se faire soulever par la queue d’une seconde créature venue en renfort. Le malheureux 4x4 est envoyé dans les airs comme s’il ne s’était agi que d’un jouet et s’écrase plus loin en explosant.

La panique que j’avais miraculeusement étouffée jusque là me submerge et je me mets à hurler de toutes mes forces. Mais l’autoroute désertée, je suis seule face à ces choses.

L’une d’elles me saute dessus, gueules ouvertes, mais un homme lui tombe dessus et la plaque dans la neige avant de proprement décapiter la seconde. Il me prend dans ses bras, et d’un bond, s’élève dans les airs pour nous mettre hors de portée des créatures qui se rassemblent.

Déjà paniquée parce que je venais de voir, je le fus de plus en plus à mesure qu’on s’élevait. Un humain normal est incapable de sauter à une telle hauteur et je me mis à hurler de nouveau lorsqu’il me fit redescendre en piquer. Sur la terre ferme, ou plutôt sur le toit de l’une des voitures, je du attendre que mon estomac retrouve sa place avant de relever pour voir à quoi ressemblait mon sauveur. Mais il plaque une main sur ma tête pour m’obliger à me coucher et dit :

« Surtout ne bouge pas d’ici, je dois m’occuper de ces créatures avant qu’elles ne décident de visiter le centre-ville ! »

 

La suite peut-être après manger.

Link to comment
Share on other sites

Alors là...c'est vraiment pas banal...une héroïne paralysée !

J'avais eu le préssentiment que quelque chose clochait dans le chapitre précédent...mais je n'avais pas compris...

La pauvre...j'espère que ça va s'arranger... :P

En tout cas bravo ! z'aime !

 

ps: tu semble très attirée par les personnages avec des ailes...(les anges pour ta fic "Ames des archanges"...d'ailleurs à quand la suite ?, Kiéra qui se retrouve avec des ailes dans "Saga guardian"...)

Ca évoque quelqe chose de particulier chez toi, nan ? ;)

Link to comment
Share on other sites

Il a sauté au-dessus de moi, mais trop rapidement pour que je discerne autre chose qu’un long manteau bleu marine. Avec la nuit et la neige qui tombe de plus en plus, malgré mon point de vue haut placé –dont je me serai bien passée- je n’arrive à le suivre dans ses déplacements. Parfois je vois un éclat bleu suivit de près par un cri rauque. Peut-être est-il vraiment en train de tuer ces choses.

Rien que de repenser à leurs gueules et leur force impressionnante je suis prise de frissons.

M’étonnant moi-même je décide d’écouter l’ordre de cet inconnu et reste tranquillement allongée sur le toit glacé de ma voiture. J’ai rabattu ma capuche et souffle dans mes mains pour les réchauffer.

Inutile de préciser que je préfèrerai un bon lait chaud. Pourtant je ne suis pas certaine que je réussirai à le boire : le coup des montagnes russes dans les bras d’un inconnu et le bruit des créatures vraisemblablement tranchées comme la première me donnaient la nausée.

Lorsque enfin il n’y eu plus un bruit, je me permis de me redresser sur mes coudes, cherchant désespérément mon sauveur des yeux.

« Mélodie, rejoins moi s’il te plaît ! »

Comment pouvait-il connaître mon prénom ? Et surtout…

« Ça je ne crois pas que je pourrai ! »

Il espère peut-être que je vais faire du toboggan sur le pare-brise ?

« Dépêches-toi ! » me hurle-t-il.

Je me redresse à nouveau sur le point de sortir de mes gonds lorsque j’entends des battements d’ailes au-dessus de ma tête. La forme sombre que j’avais aperçue depuis la voiture me fonce dessus à une vitesse hallucinante. L’inconnu m’attrape par le col et me tire à temps sur le pare-brise avant de me plaquer au sol.

« Tu cherches à mourir ? Pourquoi tu ne m’as pas obéis ? »

« Vous êtes qui pour me donner des ordres ? finis-je par exploser la tête toujours dans la neige. Et en plus des ordres que je suis impossible de suivre ! »

« Comment çà ? »

« Je suis paralysée ! »

L’homme semble abasourdi. Il ne répond rien mais se relève en voyant la chose revenir vers nous. J’hasarde un regard au-dessus de moi et le voit, une épée blanche à la main qu’il lance en direction de notre assaillant comme un javelot.

La créature l’évite mais s’écrase contre des voitures qu’elle fait exploser.

 

*retourne préparer une pizza pour son frère et ses potes... T__T*

Link to comment
Share on other sites

Quelle superbe fic', comme avec toute tes fic' qi je doit le dire sont toutes époustoufflante.

 

J'aime beaucoup l'ambiance que tu arrive a mettre avec tes descriptions (je serais presque agoissé avec elle).

Je me demande qui peut bien être ce sauveur, et d'ou ou de quand vient il?

Comment ce fai il qu'il soit choqué par la paralysie de Mélodie?

 

Vivement qu'on ai la suite!

 

Link to comment
Share on other sites

et bien et bien , moi je dit que toute les histoire de ma lite son terible , et je trouve que vous devrié l'envier pour son savoir faire et lire ses texte avec atention et doner un avis serieu et encourageant pour la suite . continu ma poulete tes texte son les meuilleurs ^^ :-*

Link to comment
Share on other sites

Lol ^^"

 

Euh non il n'y a pas d'extra-terrestres dans mon histoire xD

Pour le reste bah, ça viendra avec la suite.

Merci pour les encouragements

_______________________________________________________________________________________

Dans la lueur des flammes, je la vis se relever en plaquant ses ailes contre ses flancs et redresser une tête semblable à celle d’un alligator. Une poche de chair à la base de son cou fut prise de tremblement et l’homme me reprit dans ses bras. Je n’eu pas le temps de me poser de questions sur la fonction de cette poche que la créature cracha dans notre direction un liquide ambré qui s’enflamma au contact de l’air.

Il me déposa derrière la rambarde de la bande d’arrêt d’urgence et partit à la charge. Mais cette chose était bien plus résistante que les autres créatures. Plus je le voyais se démener inutilement, plus je sentais notre fin approcher. Une boule se forma dans ma gorge, j’étais incapable de l’aider.

« Mélodie ! Fuis ! »

Mais en même temps qu’il crie, l’homme se rappelle mon problème et saute dans ma direction. La créature a été plus rapide et se trouve déjà sur moi. Je me mets à ramper dans la neige et sens un souffle chaud sur mon dos, la gueule ouverte à quelques centimètres de moi. Et rien ne se passe.

Ou plutôt ce n’est pas moi qui ait subi l’attaque. Dans un sursaut désespéré, l’homme s’est mit entre nous deux et je vois un liquide translucide couler sur ses vêtements jusque dans la neige avant qu’il ne s’écroule sur moi.

La créature s’élève dans les airs en rugissant, une lame plantée dans sa mâchoire inférieure.

« Le vieux avait raison… Nous ne sommes pas fait pour nous battre contre eux… l’entends-je souffler. »

Une large plaie entaille sa poitrine. Il parvient à se retourner et s’agenouille près de moi pour  m’attraper par les épaules.

Bouche bée, je regarde ses yeux d’une couleur incroyable. Des yeux d’un bleu violacé piqueté d’or. Il baisse la tête et ses longs cheveux blonds cascadent sur ses épaules pour cacher son visage. Il semble faire de gros efforts pour tenter de me parler.

« Pardonne-moi… Tu as failli mourir par ma faute… Pardonne moi… »

Je suis tétanisée en voyant des larmes couler de ses yeux. C’est lui qui est blessé – bien que je ne comprenne toujours pas pourquoi son sang n’est pas rouge – et il me demande pardon. J’aimerai dire quelque chose mais les mots restent coincés dans ma gorge.

De nouvelles voitures explosent et me font sursauter. Mon sauveur n’y fait pas attention. Sa respiration est devenue sifflante et ses mains tremblent sur mes épaules. La créature se rapproche à nouveau à travers l’incendie. Les voitures, trop proches les unes des autres, se mettent à s’enflammer en chaîne et la chaleur devient suffocante.

Dans un dernier effort, l’homme se relève et lui fait face. Les effluves d’essence et l’odeur des carcasses calcinées me donnent des vertiges et je m’écroule dans la neige. Avant que ma vision de ne se brouille, j’ai vu l’homme lever la lame de son épée blanche qui s’était mise à irradier.

Puis c’est le trou noir.

 

Link to comment
Share on other sites

Roooh...c'est...beauuu !

ze suis sure qu'il va y avoir une histoire d'amour!*miss uchiwa en mode madeleine matrimoniale*

c'est tellement romantique !

 

et un sang translucide, hummm...il ne doit pas carburer à l'oxigène, alors...(bah, vi, si notre sang est rouge, c'est parceque l'hémoglobine comporte des noyaux de fer héminique susceptible de fixer l'O2)

quoi ? la fermer ? ah, bon, d'accord...

Link to comment
Share on other sites

Waouw!!! J'en reviens pas!

C'est trés beau tous ce que tu dit, assez "sanglant" mais trés jolis.

Quand tu décris l'homme (si il sagit d'un Homme) on croirais que la jeune Mélodie a devant elle la pureté incarné.

 

J'ais vraiment hate de lire la suite. Je suis sure quelle sera aussi belle que les précédant chapitre.

 

 

Link to comment
Share on other sites

C'est trés beau tous ce que tu dit, assez "sanglant" mais trés jolis.

looooool  :D

 

Quand tu décris l'homme (si il sagit d'un Homme) on croirais que la jeune Mélodie a devant elle la pureté incarné.

oui il s'agit d'un homme. C'est presque la pureté incarnée oui  ;D

 

________________________________________________________________________________________

Je suis réveillée par une brise tiède. Je suis toujours allongée mais entre des draps que j’aimerai ne jamais quitter tellement je m’y sens bien. J’ouvre pourtant les yeux et vois de la mousseline tendue au-dessus de moi. Un lit à baldaquin. Je n’ai jamais eu de lit à baldaquin !

Je me redresse dans un sursaut et regarde autour de moi une pièce que je ne connais pas. Les évènements de la veille me reviennent lentement en mémoire.

« Où est-ce… que je suis ? »

« À l’abri ! »

Sur ma droite, un homme m’observe, assis sur un fauteuil à l’assise et aux accoudoirs de velours rouge. Il se lève avec une attitude régalienne et écarte l’un des voiles de mon lit pour s’asseoir près de moi. Ses vêtements ont changé mais je reconnais l’homme qui m’a sauvé sur l’autoroute.

« Qui êtes-vous ? »

« Tu m’as déjà oublié ? me demande-t-il faussement étonné. »

Le rouge qui me monte aux joues lui confirme le contraire et il sourit avec bienveillance.

« Mon nom est Lelahel. »

« Lelahel ? C’est quelle origine ? »

« Divine… »

Devant mon air interdit il se met à rire. Un rire délicieux qui me fait à nouveau rougir. Mais bientôt son visage se ferme et il me dit dans un souffle :

« Te souviens-tu de tout ce qu’il s’est passé hier soir ? »

« Des créatures qui ont attaqué les automobilistes… Que vous m’avez sauvé la vie… Et qu’apparemment vous m’avez enlevée et séquestrée ! »

Il me regarde avec des yeux ronds et je me fais violence pour éviter de rire et continuer :

« Vous ne m’avez pas répondue ! Où suis-je ? »

« Je… Je vous ai dit que vous étiez à l’abri… Pour l’instant je n’ai pas le droit de vous en cire plus… Je suis désolé… »

Il semble réellement navré et ça mine déconfite me fend le cœur.

« Alors parlez moi de vous ! Dites moi autre chose que votre nom… »

Il souffle de découragement et se relève pour faire les cent pas devant mon lit. Visiblement embarrassé il marmonne pour lui-même. Enfin c’est ce que je croyais, mais une voix s’élève de nulle part et lui répond dans une langue qui m’est inconnue. Lelahel sourit et revient s’asseoir dos à moi.

« Monte sur mon dos ! »

« Quoi ? »

« Tu m’as bien dit que tes jambes étaient paralysées ! »

« Oui mais… enfin je… »

« Tu ne comptes pas aller voir l’Ancien en rampant. Monte sur mon dos je t’emmène ! »

Je ne sais pas qui est l’Ancien dont il parle mais il a raison. Je me passerai bien de ramper devant qui que ce soit. Pourtant grimper sur son dos ne…

« Je vais t’aider à te décider ! »

Il attrape mes bras et les passe autour de son cou avant de se lever.

 

 

Link to comment
Share on other sites

D'origine Divine, j'adoooore!

Il n'a que le nom ou il peut être quelqu'un "d'important"?

Je me doutais qu'il cachait quelque chose, j'ais jamais vu un mec sur cette planéte ressembler a ca....  :D

 

J'ai trop hate de voir la description de l'endroit ou il l'emmene.

Et de découvrir son "monde".

 

Dit, tu vas la mettre avant se soir....

te plais! te plais! te plais!  ^^

 

 

Link to comment
Share on other sites

Bon, voilà un petit bout, mais vraiment tout petit, il faut que j'aille manger ! xD

_______________________________________________________________________________________

 

Je dois être folle…

Je me promène dans ce qui ressemble à un palais, sur le dos d’un inconnu. Il m’a dit s’appeler Lelahel et m’a sauvé la vie hier soir mais je ne sais rien d’autre de lui. Dans ma ville l’hiver s’est installé mais ici il fait doux. Est-ce qu’on a changé de région ?

Il nous fait passer sous une arcade qui débouche sur une colonnade extérieure. Et ce que je vois me pétrifie.

Des nuages, à perte de vue. Un océan blanc duveteux, comme sur le toit du monde.

Je manque de tomber en arrière mais Lelahel me rattrape.

« Reste bien accroché où tu vas tomber. »

Cette vue me donne le vertige et mon sauveur sens que je me mets à trembler sur ses épaules.

« Où…où sommes nous ? »

Mon cœur s’est emballé et je n’arrive plus à aligner deux mots. Lelahel s’est arrêté et tourne sa tête pour me regarder.

Lelahel ? Un nom divin ? Une épée de lumière et des bonds inhumains ? Sans compter la couleur de ses yeux et cette douceur qui me rassure…

« Je suis morte ? »

 

Link to comment
Share on other sites

Etrange royaume, que le royaume des scieux!

On dirait bien que tu crois au paradie, je me trompe?

 

Je trouve en tous cas que le petit bout que tu nous a décris est magnifique.

Et elle morte dans la voiture avant l'appariton de se monstre (pas Lelahel, les monstre tous zarbe).

Est ce que ces monstre représenté les Ténébres et Lelahel la lumiére?

 

J'adore se genre d'histoire. Je ne suis pas trés croyant, mais j'aime les histoires de se genre (surtout aussi bien écrit).

 

Vivement que tu ai fini de manger... ^^

 

Non! Non! Prend ton temps pour manger, ca aide a la digestion. ;D

 

 

Link to comment
Share on other sites

Ouaiiis j'ai un titre (suis pas vraiment comblée mais bon...)

@Neji : lol nan je crois ne pas au Paradis ^^" Mais j'aime aussi les histoires dessus !

_______________________________________________________________________________________

 

Je m’étrangle à moitié en posant cette question mais Lelahel se penche en avant pour que j’évite de tomber de son dos.

« Non, non ! Ne t’inquiètes pas ! Ça n’a rien à voir ! Mais moi je ne peux rien te dire… L’Ancien, lui, répondra à toutes questions ! Alors reste tranquille s’il te plait jusqu’à ce qu’on arrive chez lui… »

Comment je pourrais me calmer dans une situation pareille ? Je suis à des centaines de kilomètres de chez moi – si ce n’est pire – sur le dos d’un homme aux yeux étranges et au nom divin. Comment veut-il que je me calme ?

« Mélodie… S’il te plaît… »

« Mon… Comment connaissez-vous mon prénom ? »

Il me sourit avec douceur et je rougis encore une fois. Intimidée, je me cache derrière son épaule et il se remet en marche. Il a encore réussi à me calmer. Si facilement…

Je sers un peu plus ma prise autour de son cou –sans pour autant l’étrangler – et me laisse porter sans me plaindre.

Cela doit faire une dizaine de minutes que nous déambulons dans ce palais sans que je n’aie vu âme qui vive. Ça pourrait m’effrayer, mais en réalité cela ajoute à son côté mystérieux et paisible.

J’entends bientôt un bruit d’eau s’écoulant avec fracas et au tournant, me retrouve face à une gigantesque cascade cristalline. Un pont, une dentelle de pierre passe devant et mène à un jardin coupé du reste du palais, et forcément Lelahel l’emprunte. Beaucoup trop impressionnée, je suis obligée de compter les pas qui nous séparent du jardin et ne peut m’empêcher de souffler de soulagement lorsqu’on l’atteint.

Il me mène toujours plus loin, quittant le chemin pour traverser une herbe plus bleue que verte caressée par les vents.

Bientôt j’aperçois une construction étrange, moitié mécanique moitié minéral, en complète contradiction avec ce que j’avais pu voir jusqu’à présent. Une explosion survient à l’intérieur, et un petit nuage de fumée s’échappe de l’une des fenêtres.

Lelahel semble amusé et nous fait entrer par une petite porte. À l’intérieur, c’est l’idée même que l’on peut se faire du laboratoire d’un savant fou et que dire de son locataire ?

Je le vois débouler de derrière de grandes étagères en marmonnant, une lance étincelante dans les mains.

« Tout serait tellement plus facile avec un mode d’emploi ! Mais nan, il fallait qu’ils fassent des secrets pour ensuite se faire mousser… Quelle bande de… »

« Ancien ! coupa Lelahel. Vous devriez surveiller votre langage devant une jeune demoiselle. »

Il se tourna vers nous dans un sursaut avant de s’exclamer :

« Lelahel ! Mon grand, tu vas pouvoir m’aider ! Tu… mais que m’amènes-tu là ? »

« Voici Mélodie… »

« Mé… Mélodie ? »

Un grand sourire sur les lèvres, il prend l’une de mes mains et y dépose un baiser avant de faire une courbette comique.

« Mélodie… T’as protégée… Encore un n’est-ce pas ? »

À cette dernière question son visage s’est assombri un instant, mais il se rallume comme une ampoule lorsqu’il s’exclame :

« Mais que fait-elle sur ton dos ? Elle n’est pas en sucre, voyons ! Je te sais très protecteur, mais n’en fais-tu pas un peu trop là ? »

« Elle ne peut pas marcher Ancien… Elle est paralysée ! »

« Paralysée ? Que tu es bête… Il est impossible qu’un Trône souffre d’une paralysie ! »

 

Link to comment
Share on other sites

Un trone? Je suppose bien qu'il ne s'agit pas d'un siége... ^^

Peut être un genre de personne dans se royaume.

Peut être a t elle quitté se royaume et par la même perdu la mémoire (la réincarnation quoi! ^^)?

 

Ton histoire m'inspire tellement de chose, qui seront certainement pas aussi bien que se que tu vas écrire.

 

J'ais tellement de qestions sans réponse:

Qui est le vieux (son  nom et son role)?

Qui est réellement Lelahel?

Ou sont ils allée?

Qui sont ces monstres contre qui Lelahel c'est battu?

Pourquoi Lelahel a t il le dont de calmer Mélanie?

Pourquoi Mélanie (je veut dire qui est elle réellement)?

 

Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!

J'en peut plus toutes ses questions, il me faut des réponses.

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Trooooooooooooooooooooooooooooop bien!!!!!

Je viens de découvrir ta fic', et c'est génial^^ ^^ tu écris bien ;D

Juge Neiji: un trône, c'est un rang dans la hiérarchie des anges. J'imagine que ces gens sont des anges, donc c'est surement ça :)

Dis, Nataku, tu connaît Angel Sanctuary? Parce que la fic ressemble un peu à ce manga pour l'instant, je me demandais si tu ne t'en étais pas inspiré, et sinon, si t'aimes les histoires avec des anges, Dieu, le paradis et l'enfer, ça te plaira ^^

Link to comment
Share on other sites

Bah en fait d'Angel Santcuary, je ne connais que les deux premiers tomes (T___T) et les arts de Kaori Yuki, mais j'aime les histoires sur les Anges, les démons, les guerres célestes etc...

 

Effectivement les Trônes sont un grade de la Hiérarchie des Anges mais... J'aime tellement prendre des libertés avec les légendes et la mythologie !  9_9;D

Link to comment
Share on other sites

Non, non, je ne suis pas morte. Complètement crevée mais pas morte.  ;D

Désolée du double post mais l'autre date de l'année dernière ! xD

Voilà une suite toute chaude ! ^^

________________________________________________________________________________________

Je ne suis pas certaine de suivre le sens de la conversation. Au début je pensais qu’ils parlaient de moi, mais cette histoire de trône m’étonne.

« L’Ancien, il faudrait que tu lui expliques ce qu’elle fait ici… Ce n’était pas à moi de le faire. »

« Oui, oui bien sûr. Une fois que tu l’auras déposée… »

Lelahel souffle et tourne légèrement la tête de côté, signe que c’est à moi de le lui faire comprendre.

« Je… Il me faudrait un siège… Je ne peux pas marcher, je… Je suis paralysée. »

Le vieil homme se tourne vers nous et me regarde d’un air suspicieux. Il se rapproche et prend mon menton entre deux doigts, comme s’il pouvait lire ma paralysie sur mon visage.

« C’est étrange… Pardonne-moi, je vais tout de suite chercher ce que tu demandes… »

À ces mots, il fait demi-tour et farfouille un peu partout derrière ses meubles et revient avec un fauteuil semblable à celui dans lequel était assis Lelahel dans ma « chambre ». J’étais étonnée de voir un vieil homme porter quelque chose d’aussi lourd à bout de bras.

Lelahel m’y déposa avec la plus grande délicatesse et se tint près de moi lorsque l’Ancien m’examina.

Le vieil homme poussait des soupirs peu rassurants. Il s’adressa à mon sauveur dans une langue qu’il me fut impossible à comprendre.

« Je ne comprends pas pourquoi elle dit être paralysée… Son aura parcourt librement ses jambes. »

« Pourquoi nous mentirait-elle ? Lorsque j’ai du la secourir, pas une seule fois je l’ai vu se redresser, même en danger de mort ! »

« Alors… Cela signifierait que quelque chose… »

« De quoi parlez-vous ? Qu’est-ce qu’il y a ? »

L’Ancien s’accroupit face à moi et regarde mon fauteuil comme s’il le voyait pour la première fois.

« Comme tu risque de rester ici quelques jours, il va falloir te trouver un moyen de locomotion… Mais je suis certain d’y arriver ! »

Il m’adresse un clin d’œil et retourne près de son bardât.

« Pourquoi devrais-je rester ici ? Et… C’est où ici ? »

« Oh, excuse-moi ! C’est vrai que tu ne sais rien… »

Il prend une petite sphère sur un plan de travail et me la pose dans les mains. Il appuie sur les côtés et une image holographique apparaît à quelques centimètres.

« Hier, tu as certainement vu ces créatures ? »

L’hologramme est la parfaite représentation des créatures bicéphales au corps reptilien qui ont attaqué les automobilistes. Je lui fait signe que oui et il prend une grande inspiration.

« Tu sais donc que ces choses n’existent pas dans ton monde. Nous les appelons communément des Ombres. Depuis quelques jours, une brèche c’est faite entre votre dimension et celle de ces créatures. »

Je le regarde avec incompréhension. Ce genre d’histoire irait parfaitement pour un film fantastique mais jamais je n’aurai pensé y croire si je ne l’avais pas vécu et… Si je ne me trouvais pas… ici !

« Bien… Que sais-tu des Anges ? »

 

à suivre !

 

Link to comment
Share on other sites

tss...facile ça...trop facile...pfff, mais c'est pas vrai, t'es horriiiblement sadique ?! on voit venir la grande révélation, on la sent arriver, il va enfin y avoir une explication, et...vlan ! tu coupes tout !

grrr...et je suis obligée de te garder en vie, en plus, si je veux avoir la suite...grumph...po juste...

 

miss uchiwa, qui part défoncer un tronc d'arbre à coup de hache, sur lequel il y a marqué 'nataku' ;D

Link to comment
Share on other sites

Je commencais a m'inquieter!!! ^^

Heureux de voirque tu n'as pas perdu  la main en ce début d'année.

 

Ils ont vraiment l'air de connaitre Melanie.

Mais malgré ca ils semblent étonné qu'elle ne puisse pas marcher.

Le petit vieu commence a nous expliquer tous ca, c'est rassurant. ^^

 

Mélanie était elle un ange?

Ne sont ils que trois dans le royaume?

D'ou provienne ces ombres?

Va t on devoir perdre du poid a cause des fêtes?

Pourquoi Bugs Bunny ne mange que des carottes alors que la plupart des lapin mangent de la salade?

 

Tant de questions en suspens... Je veut une suite! Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!

 

PS: Ton histoire est énorme. ^^

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share


×
×
  • Create New...