Jump to content
bloody pulp

Les enfants des neiges [Naruto] (déconseillé aux -12)


Recommended Posts

Il y a un tout léger détail qui m'interpelle. Je me demande si le vocabulaire global appartenant plutôt au registre soutenu mélangé avec des expressions appartenant plutôt au registre familier est un effet de style volontaire de ta part.

 

Un exemple parmi d'autre

Je trouve que le terme de "larrons", plutôt familier, dénote dans le reste de la phrase.

 

Autre exemple :

 

Ici, alors que tout le paragraphe ou presque est dans un registre soutenu voire très soutenu, le mot "pourri" fait figure d'intrus je trouve.

 

Je te dis ça car des fois ça me déroute.

 

Oui, en effet, ça fait bizarre... utiliser le terme 'larron'. Comme je suis en même temps, en pleine réécriture de mon roman médiéval fantastique/fantasy, je mélange du vocabulaire. ><

Le "pourri", c'est en partie voulu... je voulais créer une cassure sans que ça rebute... bon, je n'ai pas réussi mon challenge.

 

 

Je me dis que cette divergence va peut être amener à une séparation entre les deux dans l'avenir. Oui ? :P

 

Ah ! C'est fort probable...

 

  On aura droit à une ellipse dans le prochain chapitre ?

 

Non, pas encore. Il va s'en passer des choses à partir du prochain. Ca devrait devenir de plus en plus palpitant !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un bon chapitre, qui fait un peu office de transition et pose un peu plus les bases de la trame.

 

Je sens gros comme une maison que ce gosse est impliqué de près à une affaire lié au kage... un espèce de Uchiha de Yuki...

 

Bref, désolé de pas trop commenter plus mais je suis HS, ça attendra le prochain chapitre le pavé.

 

Bonne continuation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

1.4 Sous le courroux du Yukikage

 

    Ils mirent leur temps à profit, une fois qu’ils s’étaient dégagés de l’embouchure grâce à leur échelle. Ils ne virent pas de grande différence dans l’étroitesse oppressante de l’interstice entre deux bâtiments, là où se terrait leur nid douillet. C’est en redécouvrant la toile d’avenues qu’ils virent l’ampleur des dégâts. Un paquet de maisons aussi résistantes que des châteaux de cartes avaient été balayées. Des secours tardifs avaient été déployés, et les réaménagements étaient en cours, mais à quel coût ? Ce qui était évident, était que le grand nombre allait en faire les frais, et sans broncher. Un autre changement qui fit rouspéter Ryusuke fut l’amas de neige qui avait monté de plusieurs centimètres. Pour leur âge, ils en avaient jusqu’au bas du dos. Ils formèrent ainsi, un sillon derrière eux avant que les déblayeurs et leurs pelles engloutissent la poudreuse gênante.

    Sur les lieux de leurs fournisseurs, ils surent à la seconde qui suivit que la récolte serait maigre pour aujourd’hui. Tous les stands étaient vides, désertés et la cargaison n’avait pas été mise en vente. Ils étaient bien tentés à pénétrer dans une épicerie ou un restaurant, mais leur couverture serait vite perçue par un nombre important de salariés. En plus, il ne pourrait que compter sur une seule issue en cas d’abandon du gibier. Non vraiment, ses bâtisses closes ne présentaient que des désavantages pour eux, c’est l’analyse qu’en retira le blême. Ils firent alors choux blanc à part quelques bricoles ramassées dans des poubelles. En comparaison avec leurs trouvailles du reste de la semaine, ils se disaient qu’ils seraient au bord de la rupture si la situation stagnait à ce point. L’après-midi touchant à sa fin, ils repartirent bredouilles.

 

    A l’embranchement de quatre voies, ce duo téméraire s’était mis à discuter de tout et de rien. Une question brûlait les lèvres de celui à la coupe à l’iroquois, et ça concernait bien entendu les sentiments de Kamuhita vis-à-vis des ninjas de Yuki. Ne voyant pas le moment propice, il s’en abstint. Il ne voulait pas le piquer au vif. Néanmoins, ils purent s’entretenir sur la perception de leur avenir. Les deux villageois sans famille, tendaient à vouloir grimper les échelons d’une manière ou d’une autre. Ainsi, ils pourraient agir ensemble pour améliorer le système politique qui méritait d’être complètement revisité.

    Tandis qu’ils ne faisaient que miroiter des projets inatteignables pour leur présent gabarit, un individu cruel cria un ordre, à un pâté de maisons.

 

-Attrape-le ! Ce sale mioche va le payer cher !

 

Ce genre de menace crachée en l’air était menue courante dans cette ville où violence rimait avec délinquance. Même si la peur de la vue du sang pouvait leur faire rebrousser chemin, leur curiosité s’était résignée à être plus conquérante. Comme l’incident se déroulait dans l’une de ses innombrables rues fermées et lugubres, ils se permirent de regarder le spectacle. Avait-il encore affaire à un règlement de compte entre gangs de démunis ? Et bien non, et ils auraient préféré ça que la vérité. Ils étaient témoins d’un lynchage dans une ruelle bouchée. Ce n’était pas n’importe qui, qui venait de mettre en marge un enfant. Deux shinobis de Yuki, reconnaissables à leur bandeau noué sur leur front, pointaient leurs kunais devant eux. Ils portaient les tenues de ninja de classe moyenne, un t-shirt à manche longue bleu ciel, par-dessus un gilet blanc et un pantalon dans les tons bleus. Leurs sourires montraient qu’ils ne se retiendraient et même prendraient du plaisir à trouer la peau fine du jeunot. Le polisson avait une belle bouille, une chevelure d’un noir épais avec en supplément une grosse mèche d’encre entre les deux yeux. Un marmot qui n’avait pas plus de cinq ans, des plus banals. Il tenait dans ses paumes abîmées, une belle pomme rouge qui ne demandait qu’à être convoitée. Son tube digestif qui avait crié famine, n’avait pas su résister, et le pauvre s’était mis à dos les individus les plus dangereux du village caché des neiges.

    Cette scène allait vite devenir insoutenable, s’ils n’agissaient pas. Kamuhita n’était que plus conforté dans sa vision du monde shinobi, il en était dégoûté. Comment le prenait Ryusuke ? Il s’efforçait à contenir sa rage, la face rougie et poings fermés de frustration. « Comment peuvent-ils se faire appeler des ninjas ? Ils sont censés nous protéger ! C’est comme ça qu’était mon père, lui était un vrai ninja ! Eux sont en train de piétiner ce qui leur a été légué ! Mais où va ce monde ?! » Murmurait-il en pleurs. Le discret était déboussolé. C’était la première fois que son partenaire versait des larmes, lui aussi se mit en rogne, une colère monstre. La haine le consumait. Il sortit sans crainte de leur subterfuge, prenant le risque de se faire remarquer. Ryusuke avait eu la ferme intention de le retenir par le bras, lui évitant de commettre une bêtise. Toutefois, il ne ferma pas sa prise, il le lâcha. Son regard… ce regard était d’une lueur obscure. Les ténèbres s’incarnaient dans l’âme de son compagnon. Lui, n’avait aucun moyen de les extraire, et cela même s’il le désirait plus que tout.

    Mus d’une envie d’en découdre qui leur était commune, ils se dépêchèrent à intervenir. Tête baissée, l’explosif Ryusuke se rua sur le ninja qui était le plus prêt à abattre son coutelas. Il le prit par surprise en lui donnant un coup de pied expéditif dans le tibia. Autant dire, qu’il ne put étouffer un cri de douleur. Quant à Kamuhita, il profita de l’ouverture afin de se mettre en opposition, devant le voleur au fruit, les bras ouverts. Le rescapé eut alors une profonde gratitude envers celui qui se dressait contre ces tueurs sanguinaires. C’était une manœuvre de dissuasion venant d’un gosse insensé… qui ne fonctionna pas, après que les agresseurs aient compris que ce n’étaient que des nains inoffensifs à côté d’eux.

 

-Tiens, t’as vu, il a attiré plus de gangrène.

 

-Ouais, on a de quoi se faire un petit carnage avant de prendre la relève, frémit-il sadiquement. 

 

Les copains clochards n’avaient pas les armes pour impressionner, ils se mirent en position défensive autour du plus jeune. Ce dernier, bien plus chancelant, s’était presque mis à quatre pattes, en reniflant ses sanglots. Ils étaient à leur tour, pris au piège, obligé d’encaisser, de surmonter les douleurs. Les coups du métal mordant la chair n’étaient pas tombés. Les deux hommes prenaient un malin plaisir à les voir trembler avant de succomber. Kamuhita réfléchissait à une cadence de folie. « Une solution… je dois trouver une solution !! » Rien ne lui venait à l’esprit, ils étaient condamnés, dès que le plus avancé leva son kunai. « Non ! Je ne veux pas ! La souffrance, c’est horrible… je ne veux plus souffrir !! » Le brun qui n’avait gagné qu’un sursis grâce à l’intervention de ses ainés, se mit à hurler d’angoisse, refusant de voir l’arme blanche transpercer ses semblables.

 

-Non !!!!!! S’étrangla le garçon aux cheveux à la couleur des cieux, les pupilles n’ayant jamais été aussi enténébrées.

 

    Le temps se figea un court instant, et malgré tout, les cinq protagonistes n’en perdirent pas une miette. Les deux bruns d’un an d’écart en garderaient un traumatisme, à vie. La cruauté du plus entreprenant avait été annihilée. Kamuhita en avait été l’acteur. Son bras était tendu en guise de protection. Mais au lieu de se défendre, l’index s’était rebellé. Il s’était allongé à une vitesse affolante, prenant en outre une teinte sombre, noircie. En plus d’avoir grandi, son doigt était pour le coup, doté d’une puissance de pénétration surnaturelle. Instinctivement, il se ficha dans la boite crânienne de l’ennemi le plus proche. Le résultat fut assez révélateur, le soldat passa à l’état de légume, la bouche insensible et coulante d’un filet de bave. Ses yeux se révulsèrent après s’être écarquillés plus que la normale. Le pourfendeur se surprit dans ce retournement de situation, et son regard se ralluma de nouveau. Dans un même essor, son index se résorba progressivement, au fur et à mesure qu’il reprenait conscience. Lui-même était horrifié, perturbé de ce qu’il avait engendré. Il en gémissait encore en toisant effaré, sa petite main égratignée. Le survivant à la tenue intimidante, affichait un visage de terreur. Il avait reculé et s’était empêtré les pieds dans la poudreuse. Beuglant des mots incompréhensifs, il lui supplia de le laisser s’enfuir. Il se releva et prit ses jambes à son cou, se fichant éperdument de son compatriote inerte. Kamuhita, demeurant dans sa phase hébétée, le lui permit. Les deux équipiers, sous le choc, se tournèrent l’un vers l’autre. Ce qui venait de s’enchainer à vive allure, les avaient rendus muets. L’un l’interrogeait comme pour lui demander d’où il sortait une telle capacité, et l’autre lui répondait qu’il n’en savait absolument rien. Tout ça dans un échange entre quatre prunelles. Le bout de chou se senti pousser des ailes. Il leur devait une fière chandelle. Même si cette vision atroce de cet immense doigt encorné l’épouvantait, il se savait en sécurité. Des yeux verts accueillants et des iris ombragés l’adoptèrent avec beaucoup d’estime.

 

    Au centre de Yuki no Kuni, les résidences barricadées des ninjas prédominaient. L’accès était verrouillé aux villageois condamnés à la misère. Une rupture s’était créée à cause d’un mur d’enceinte, preuve que le dirigeant n’en avait que faire du peuple. Il le voyait comme un troupeau de moutons qui étaient là pour prendre le contrecoup des évènements à sa place. Le Yukikage était loin d’être le Berger qu’ils espéraient tant, aimant et bienveillant.

    Dans son manoir, apparenté à un temple chinois, une pièce recroquevillée parmi ces immenses suites et couloirs, internait quelques personnes à peine éclairées de bougies environnantes. L’une d’elles, à l’orée d’une ombre envahissante, avait posé un genou à terre et avait baissé sa tête comme le protocole le stipulait. Elle énonçait oralement son rapport de shinobi en tant que tel puisqu’il en revêtait les couleurs. Celle qui le recevait en silence, était baignée dans les lueurs diffusées de ces bâtons de cire. Mais uniquement sa silhouette se distinguait. Elle était apparemment assise en tailleur sur un lit de coussins moelleux. Un rideau de perles encadrait son espace vital et empêchait quiconque de la dévisager. Le parolier n’était pas serein.

 

-Pourquoi voulais-tu me voir ? Glissa une voix éraillée et rugueuse et pourtant féminine.

 

-Maitresse Yukikage…Je dois vous révéler une effroyable nouvelle ! J’ai été présent face à un pouvoir qui m’a dépassé et qui a même emporté l’un de vos hommes.

 

-Qui ?! Qui a osé ?! Gronda-t-elle comme un coup de tonnerre.

 

-L’un de ces garnements trainant dans les ordures de votre village. Il est terrifiant alors qu’il ne semble pas avoir l’âge requis pour apprendre le ninjutsu, informa clairement et sans retenue le shunin.

 

-Je vois… C’est plutôt très intéressant ce que tu me rapportes. Tu me donneras plus d’éclaircissements sur ce don… Bien, je crois qu’il est temps d’accélérer les choses. Je veux que les effectifs soient doublés pour l’habituelle capture d’enfants ! S’adressa-t-elle à un jonin confirmé qui était planté contre un mur.

 

« L’un d’entre eux pourrait devenir prometteur. Je dois donc mettre toutes les chances de mon côté. » Se disait-elle avec un sourire que l’on pouvait facilement deviner.     

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très bon chapitre !

 

Les choses commencent à bouger et ça bouge très fort. Nos deux petits héros après la tempête de neige découvrent les méfaits qu'elle a apporté sur son passage, mais durant leur marche pour trouver de quoi survivre, ils tombent sur 2 ninjas qui s'en prennent à un enfant de 5 ans :o ils sont sa****d !

Kamu et Ryu pris de colère et de rage, décident de venir en aide au petit, et à travers cette confrontation, Kamu réveille un pouvoir caché en lui et de ce que j'ai compris, on dirait un pouvoir héréditaire. Mais lequel exactement, il double la taille de ses membres comme les Akimichi ?

 

On refait un passage dans les quartiers du Yukikage, elle semble être aussi cruelle que ses ninjas >:(. Elle veut avoir Kamu dans ses rangs, mais ça n'arrivera jamais. En tout cas à partir du prochain chapitre nos héros seront pourchassés par des ninjas, comment vont ils s'en sortir ?

 

J'attends la suite !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Chapitre de haute volée!

 

Je pense qu'on va donc avoir là le trio au complet! Avec le héros qui s'annonce très prometteur, et s'intègre parfaitement dans le background sombre de l'histoire.

Non seulement son passé semble horrible, mais son pouvoir aussi l'est. Un pouvoir tueur, ravageur et pas encore contrôlable.

 

Je pense, donc qu'il a soit un Bijuu en lui, soit un pouvoir d'une branche familiale difficile à contrôle (ce qui me ramène au faite qu'il appartient à un clan ressemblant aux uchiha.. j'insiste avec ça).

 

Bref, sinon les scènes de survies, son toujours bien, et tu les varies, tout en ajoutant plus de rythme.... Pas, de gros combats longs pour l'instant mais c'est logique.

 

Tout ça, avance bien, on commence à entrevoir le pic de l'arc, tout se met en place petit à petit.

 

Jolie travail!!! Continue comme ça!

Share this post


Link to post
Share on other sites

On est bon pendant ces deux chapitres !

 

Des deux chapitres que je lis je n'en retire qu'une chose : Nous ne sommes vraiment pas dans un monde attirant. Je dois dire que la lecture est perturbante, les effets sont très bien retranscrits. Plus je m'avance dans le récit et plus je vois une œuvre ou peu de gens pourront s'en sortir, tout le monde étant mauvais... ( Meme le héros ? )

 

J'ai aimé la succession des événements, car en même temps que la vie suit son cours, des choses graves se passent. Et nos héros y sont malheureusement liés. Par contre là nous avons vu l’élément qui fait débuter l'histoire pour moi : La capture des enfants. Quel est son but ? Je me le demande.

 

J'ai cru voir à un instant le futur de Kamu et Ryuu. Est-ce que l'un d'entre eux va tenter de renverser le chef du village dans l'avenir ? Le passage dans la cachette avec le bandeau ninja du pere de Ryuu ne m'a pas laissé indifférent. J'emets encore quelque reserve sur le troisieme perso du trio. J'attend de le voir encore plus pour parler de lui.

 

Plus que le scenario qui prend son envol, ce qui m'a intéressé ce sont les personnages. Si tu nous les présentes aussi tot et autant dans cette époque c'est bien parce que ce passé va influencer grandement leur avenir. Va falloir lire entre les lignes. ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un seule mots: j'aime ! :D

 

Quant je vois le niveau de ta fic, je meure d'envie de lire aussi Alderan.

Le monde est super bien décrit, il y a une ambiance qui nous fait nous demander si on est bien dans Naurto :o , on voit bien que c'est une période de guerre.

L'histoire est bien intéressante, et les personnages attachants.

 

Comme les autres, j'ai relevé la ressemblance avec le trio d'Ame.

-Kamu est comme Nagato, innocent, timide et réservé, mais a un potentielle et une noirceur caché énorme.

Il risque de finir mal, peut être à la tête d'une révolution.

Son pouvoirs m'intrigue, il me semble malsain. C'est pas comme si c'était son poing qui avait grossi pour écraser le chunin, mais son doigts qui a simplement fait un trou dans son crâne... Je ne sais pas si c'était l'effet recherché, mais je trouve cette technique et sa mise en scène drôlement sinistre.

-Ryu est sympathique, le joyeux de la bande (à la manière d'un Yahiko). Vu qu'il semble apprécier le principe du monde ninja, je le vois bien rejoindre les shinobis pour changer les choses de l'intérieur, et donc se séparer de Kamu.

-Le troisième perso (dont on ne connait pas encore le nom), on peut pas encore dire grand chose dessus. Je me demande juste si c'est un garçon ou une fille, vu que dan Naruto, c'est souvent deux garçon pour une fille, et qu'on a déjà deux mec.

 

Voilà, maintenant, j'attendrais tes prochains chapitres avec impatiences. :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Kamu réveille un pouvoir caché en lui et de ce que j'ai compris, on dirait un pouvoir héréditaire. Mais lequel exactement, il double la taille de ses membres comme les Akimichi ?

 

Alors c'est assez différent des akimichi. Le com' de Foene exprime bien la vision que je m'en fais. Le membre ne grossit par contre il s'allonge et change de couleur (noir) un peu à la façon du durcissement doton de Kakuzu. Un pouvoir bien étrange en somme...

 

Elle veut avoir Kamu dans ses rangs, mais ça n'arrivera jamais.

 

Oui si l'on s'en tient à cette haine de Kamu, c'est sûr qu'il ne voudra jamais devenir un ninja...

 

Non seulement son passé semble horrible, mais son pouvoir aussi l'est. Un pouvoir tueur, ravageur et pas encore contrôlable.

 

Je pense, donc qu'il a soit un Bijuu en lui, soit un pouvoir d'une branche familiale difficile à contrôle (ce qui me ramène au faite qu'il appartient à un clan ressemblant aux uchiha.. j'insiste avec ça).

 

Je vois que ce pouvoir ne vous a pas laissé indifférent !

Pour l'idée d'un bijuu, je n'aurai pas osé une telle liberté : rajouter un nouveau démon. Je vais rester avec les neuf bijuus. Ensuite, l'autre hypothèse est plus probable à la différence près que sa capacité n'est pas un dojutsu mais un kekkai quelconque. 

 

Par contre là nous avons vu l’élément qui fait débuter l'histoire pour moi : La capture des enfants. Quel est son but ? Je me le demande.

 

Toujours à te poser les bonnes questions, comme sur Alderan. Alors tout ce qui touche la capture des enfants, concluera cet arc. On apprendra quel est son but, tu vas ainsi comprendre pourquoi j'avais annoncé que cet arc deviendrait encore plus sombre...

 

Est-ce que l'un d'entre eux va tenter de renverser le chef du village dans l'avenir ?

 

Au moins essayer, ça me semble fort possible ! Après y parviendra-t-il ?... C'est quand même un chef de village en face !

 

J'emets encore quelque reserve sur le troisieme perso du trio. J'attend de le voir encore plus pour parler de lui.

 

Et tu as bien raison, avec ce que le prochain chapitre réservera.

 

Va falloir lire entre les lignes. ^^

 

Oui, et si tu ne las pas déjà fait, tu auras râté un indice sur Kamuhita et son...  :-X

 

Quant je vois le niveau de ta fic, je meure d'envie de lire aussi Alderan.

 

C'est gentil, mais je te préviens, comme j'ai débuté par celle-là, le début est d'un piètre niveau.

 

-Kamu est comme Nagato, innocent, timide et réservé, mais a un potentielle et une noirceur caché énorme.

Il risque de finir mal, peut être à la tête d'une révolution.

 

En effet, i laurait tendance à se rapprocher d'un nagato ou d'un tobi voir d'un sasuke... et on sait comment on tournait ces shinobis.

 

Son pouvoirs m'intrigue, il me semble malsain. C'est pas comme si c'était son poing qui avait grossi pour écraser le chunin, mais son doigts qui a simplement fait un trou dans son crâne... Je ne sais pas si c'était l'effet recherché, mais je trouve cette technique et sa mise en scène drôlement sinistre.

 

Exactement tu as parfaitement visualisé la scène. Oui, je recherchais à ce que ce pouvoir corresponde à l'ambiance actuelle de Yuki.

 

-Ryu est sympathique, le joyeux de la bande (à la manière d'un Yahiko). Vu qu'il semble apprécier le principe du monde ninja, je le vois bien rejoindre les shinobis pour changer les choses de l'intérieur, et donc se séparer de Kamu.

 

Oui tu as bien cerné son caractère, ses valeurs... mais ce n'est pas gagné avec le Yukikage qui est en place.

 

-Le troisième perso (dont on ne connait pas encore le nom), on peut pas encore dire grand chose dessus. Je me demande juste si c'est un garçon ou une fille, vu que dan Naruto, c'est souvent deux garçon pour une fille, et qu'on a déjà deux mec.

 

Oui, une fille et deux garçon en règle générale... même si ce sont trois garçons rien n'est fait ! Ils ne sont pas encore des ninjas ! Donc il ne forme pas une équipe comme on a l'habitude d'en voir.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nous voilà arrivés dans l'action.

 

Si j'ai bien compris, nos deux héros viennent en aide à un autre misérable qui se fait agresser par une sorte de gang. Et à ce moment Kamuhita nous sort une capacité qu'il ignorait lui-même. Ca me rappelle Hideaki ^^

 

L'index qui s'allonge, ça me fait penser à un manga du nom de Claymore. Je ne sais pas si cela a pu t'inspirer...

 

L'apparition de la Yukikage augure des choses intéressantes par la suite.

 

Bon courage pour la suite ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si j'ai bien compris, nos deux héros viennent en aide à un autre misérable qui se fait agresser par une sorte de gang.

 

En fait, ce sont deux ninjas de Yuki qui agressent le petit. ^^

 

L'index qui s'allonge, ça me fait penser à un manga du nom de Claymore. Je ne sais pas si cela a pu t'inspirer...

 

Je n'ai pas fait exprès comme je ne suis pas ce manga. Merci pour tes impressions en tout cas, comme tous les autres lecteurs d'ailleurs.

 

 

1.5 Bousculades

 

    Assez bien lotis dans le quartier Ouest, la coopération entre Kamuhita et Ryusuke n’était que plus huilée. En plus de cela, un nouveau bonhomme s’était joint à eux. Il avait été émerveillé par l’esprit de sacrifice qu’avaient démontré les deux autres gamins envers sa propre personne. Grandement admiratif, il ne les avait pas lâchés d’une semelle. L’enfant au jutsu improbable, avait été réticent à ce que ce mioche se mêle à eux. Encore plus jeune qu’eux, il deviendrait vite un poids, avec en plus une bouche supplémentaire à nourrir. Ryusuke n’était pas tout à fait d’accord, selon lui, en ces temps difficiles, il fallait se serrer les coudes. Acculé par les propos insistants de son collègue d’infortune, il accepta l’incorporation du délaissé pour compte. Il fallait désormais que sa cervelle se mette à tourner pour qu’il fasse part de nouveaux plans de survie, à trois cette fois-ci.

 

-Ce n’est pas parce qu’il est plus jeune que nous, qu’il va vivre comme un pacha. Il va lui aussi participer à la survie, à une moindre mesure.

 

Il n’y eut pas d’objections. Leur recrue relativement refermée sur elle-même avait pour prénom, Joshua, s’ils avaient bien réussis à écouter au travers de ses bégaiements. Il n’était pas étonnant que ce petit soit si introverti. Ce monde qui l’entourait l’avait complètement rebuté, jusqu’au point où il développa une forme d’autisme. La communication n’était pas des plus faciles, mais il se révélait docile envers ceux en qui il avait une confiance indéfectible. Il était obéissant à toutes les directives qui furent prises. Comme convenu, il mit aussi la main à la pâte. Dans le marché et les boutiques avoisinantes, ils parvinrent à faire trembler la corde sensible des gens. Joshua était parfait dans son rôle du malade mental, et les deux complices mendiaient avec conviction en se faisant passer pour leurs grands frères, ce qui n’était qu’à moitié faux. Cependant cette manière simpliste ne suffisait pas à remplir leur garde mangé. Les méthodes les plus subtiles étaient souvent préconisées. Ils optaient régulièrement pour l’implacable stratégie de la diversion collective, agissant ainsi à deux ou trois sur un même stand. Au final, ils réunirent même un peu plus que le nécessaire pour vivre correctement, dans leur cachette. L’attendrissant Joshua voyait Kamuhita comme son grand frère, son protecteur dans les moments de coups durs. Il le préférait donc au punk aux yeux brillants, puisque c’était lui qui avait repoussé le malheur qui l’avait assailli. Ainsi, il commençait à lui sortir des bouts de phrase mâchés. Le second à la touffe écervelée éprouva un pincement de jalousie, mais rien qui ne puisse envenimer la cohésion de leur groupe.

 

    Trois mois de cet interminable labeur se perdirent et il fallait dire qu’ils s’étaient sorti haut la main de cette période de tempêtes de neige. Les temps ardus étaient derrière eux. Une fine pellicule de poudreuse persistait sur les chemins et les trottoirs. Yuki s’animait de plus bel, reprenant vie. Lors d’une journée prometteuse, Ryusuke et Kamuhita avaient effectué une autre série de leurs méfaits, et le gros lot de la semaine était un jambon parfumé. Ce fut le plus énergique, le plus costaud, qui le traina par une ficelle. Ils avaient laissé leur petit frère à leur repaire, il avait gagné un repos mérité sentant que ses muscles peu développés se courbaturaient. La pêche avait été excellente, plus tôt que d’habitude ils finirent leurs courses malhonnêtes et firent une promenade aux alentours.

    Ils en vinrent à discuter de leurs familles, pour l’un, elle était très portée sur les traditions et pour l’autre, elle n’avait laissé aucune trace. Son regard vide et effacé ne cherchait même pas à trifouiller dans ses souvenirs. S’ils étaient quelque part, il reviendrait un jour ou l’autre. En l’occurrence, il devait vivre le moment présent. Ses yeux indiscernables étaient ailleurs, son esprit s’en allait en dehors de l’écoute des exclamations de son pote. C’est alors qu’il passa en revu, rues et ruelles, et quelque chose avait changé. Il se remémora le grabuge qu’ils avaient causé tout au long de l’après midi, et il en vint au même constat : il ne se rappelait plus avoir aperçu ne serait-ce que le bout du nez d’un enfant abandonné à leur sort ! En effet, il fallait fouiller pour en discerner un qui bataillait comme eux, alors qu’auparavant, la ville entière grouillait de jeunes vagabonds ! Alors c’est vrai, l’hiver en avait emporté un bon nombre avec lui, mais depuis, cette ingrate population aurait dû se répandre comme la mauvaise herbe ! Kamuhita pensait que ce n’était qu’un détail, mais plus il y réfléchissait, plus il trouvait cela étrange. Contrairement à lui, Ryusuke n’en était pas conscient, et continuait de rigoler comme tout garçon de son âge. Le cerveau se demandait s’il ne s’inquiétait pas à outrance. Se confronter à des individus plus sereins, lui avait révélé qu’il était parano sur les bords. De ce fait, il ne fit pas mention de ses déductions à son compère qui finalement remarqua qu’il n’avait fait que parler dans le vent.

 

    Une dispute anodine monta de leurs gamineries, juste avant de tourner dans l’angle de leur voie étriquée. Néanmoins, ils furent rapidement mis en alerte. Il y avait du monde qui jacassait à l’intérieur. Sans trop se dévoiler dans une première approche, ils décelèrent un quatuor de shinobis issus du village. Le rappel du sadisme de leurs victimes d’il y a quelques temps, ressurgit. Un mauvais goût amer emplit leur bouche, l’incertitude reprenant le dessus. Leur peur s’élargit à les tétaniser quand ils comprirent ce qui les amenait là. Une fumée se dégageait de la bouche d’aération. Les ninjas à l’œil aiguisé, surent qu’une activité humaine s’agitait.

 

-Oh non, ce n’est pas vrai ! Joshua a allumé un feu certainement pour se réchauffer. Mais qu’est-ce qu’il a dans la tête ! S’insurgea Ryusuke désespéré.

 

-Si nous n’agissons pas, ils vont l’emmener avec eux.

 

-Comment ?! Et pourquoi ça ?

 

-Simple déduction… je t’expliquerai plus tard, si l’on s’en sort tous sains et saufs.

     

« Je me doutais bien que quelque chose ne tournait pas rond dans cette histoire… » S’assombrit le meneur.

 

-Si comme à ton habitude, ton intuition tape dans le mille, nous devons le sortir de là, prit du courage le brun. Nous sommes ses grands frères alors faisons notre devoir !

 

Kamuhita aurait voulu ne pas se précipiter, mais la spontanéité à aider autrui de son voisin se manifesta avant même qu’il n’ait pu planifier une ruse. Une boule de neige dans la main, il la propulsa sur le cou d’un adulte en uniforme. Remonté par cette interruption, le type observa d’où venait le projectile. C’est là que Ryusuke se mit à les provoquer allant jusqu’à outrer la seule femme du quartet, car il n’eut aucune gêne à leur montrer son postérieur et à le frapper gentiment d’une de ses mains. Le tirage de langue était le petit supplément qui n’était pas vraiment nécessaire. Les ninjas fulminants se jetèrent sur les enfants.

 

-Hé, hé, c’est bon, ils vont le laisser tranquille ! Fit-il triomphant.

 

-Heu, bravo l’artiste, mais faut se barrer maintenant, grâce à ton idée de génie, le félicita ironiquement Kamuhita.

 

- Ah… ce n’est pas faux.

 

    Le sprint était lancé, et à cette heure-ci, les grandes rues étaient bondées de monde. Cela allait à leur avantage puisque leur petitesse leur permettait de se faufiler un peu partout. Les deux bonhommes se suivaient, haletants, ne voyant autour d’eux aucun gilet blanc dans la foule. Où étaient-ils ? Bientôt, les villageois et autres visiteurs se disperseraient devant eux et la présence de ses soit disant gardiens de la paix demeurait indécelable. Ca y est, ils étaient à découverts, et le gamin à la tignasse grise à cause de la saleté, fronça les sourcils en redoutant le pire.

    Ne faisant plus attention là où il mettait les pieds, il heurta le flanc d’un pauvre passant. Désorienté, il tourna la tête pour s’assurer que l’homme n’avait rien. Apparemment, ça avait l’air d’aller. Il était très grand pas loin des deux mètres, les cheveux courts et gris clair qui bouclaient comme des crochets en fouillis. Il portait un kimono vraiment ample. Son habit avait dû amortir leur bousculade. Pendant une fraction de seconde leurs visages se firent face, ils se comprenaient. C’était une drôle de sensation. Kamuhita montrait des excuses muettes, et lui, il lui sourit. C’était un sourire qui plongeait jusqu’aux oreilles et avait quelque chose de puérile, mesquin. De sous sa manche, sa main se découvrit, pâle et propre, et indiquait une direction… « Le ciel ? »

    Au final, ils se perdirent de vue, et Ryusuke galopa près de lui en guise de remplaçant.

 

-Ben, qu’est-ce qui t’arrives ? T’as trop bu ! Se moqua-t-il malgré la situation qui leur soulevait le cœur.

 

« Le ciel… En hauteur peut-être ? » 

 

Il jeta alors un coup d’œil vers le haut, et il fut détruit en apercevant une vingtaine de shinobis qui les poursuivaient sur les toits des maisons.

 

-Ce n’est pas possible ! Ryusuke ! Ils sont là depuis tout à l’heure, regarde, ils sont sur les toitures !

 

En plus de cela, ils avançaient à une vitesse ahurissante. Ils n’y pouvaient rien avec leurs jambes qui ressemblaient à des cotons tiges. Dépités, ils s’arrêtèrent. Sentant qu’ils se rendaient, l’escouade de ninjas les encercla unanimement. Que pouvaient-ils bien y faire ? Les soupçons de Kamuhita n’étaient que plus forts. « C’est eux qui kidnappent les jeunes sans abris. » Le gamin à la crête le rappela à l’ordre :

 

-Kamuhita… Si tu le sens le coup du doigt magique, je crois que c’est le moment ou jamais !

 

Cette remarque était plus désobligeante qu’autre chose. Il ne savait pas comment se servir de ce pouvoir. Il n’avait aucun contrôle, déjà parce qu’il n’avait aucune idée d’où il le tenait. Dos à dos, ils ne pouvaient qu’être passifs. Shinobis et kunoichis qui se succédaient, resserraient leur cercle oppressant. Sans même voir venir les coups, ils tombèrent, assommés dans la neige glaciale.         

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très bon chapitre !

 

Le petit nouveau fait maintenant parti de la bande, ils forment un trio ce n'est pas plus mal dans leurs situations. 3 mois passent et ils continuent à survivre en faisant appel à des ruses toujours différentes ;D.

Kamuhita se révèle être très observateur et réfléchi dans ce chapitre, car il remarque la disparition de nombreux enfants du village, et son intuition à vue bon, des escouades de ninjas sont envoyés dans le quartier pour les prendre de force.

 

Kamuhita fait une brève mais étrange rencontre avec un homme qui est assez intrigant, je sais pas pourquoi, mais je suis sûr qu'on reverra cet homme en kimono, il ne sera pas seulement un figurant ;D.

Sinon le chapitre se termine sur la capture de nos héros, ce coup ci ils n'ont rien pu faire. Qu'adviendra il d'eux maintenant ?

 

J'attends la suite !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un bon chapitre, j'aime de plus en plus Kamuhita. :D

 

Bon, le petit nouveau n'est pas une fille, mais bon, vu sa condition, je ne pense pas qu'il sera un combattant très utile, et ça laisse toujours une place à une demoiselle.

 

Kamuhita fait une brève mais étrange rencontre avec un homme qui est assez intrigant, je sais pas pourquoi, mais je suis sûr qu'on reverra cet homme en kimono, il ne sera pas seulement un figurant .

Sinon le chapitre se termine sur la capture de nos héros, ce coup ci ils n'ont rien pu faire. Qu'adviendra il d'eux maintenant ?

Je suis d’accord, ce type en kimono va surement avoir un rôle.

Peut-être sauver les gamins, car je vois pas comment ils vont faire, et, pourquoi pas leurs servir de maître ?

Il faut bien que quelqu'un leurs apprennent le ninjutsu.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je commente avec du retard, mais j'avais déjà lu avant le chapitre.

 

Donc, mon ressentis. On a droit là, à un chapitre de transition je trouve... Il est dommage, je pense que le dernier soit introduit à ce moment là... Non seulement, il est faiblard, mais, en plus il n'a pas pu vivre autant d'aventure avec Kamu, que l'a fait Ryu.... Bien que l'histoire n'en est qu'au début ça fait un peu le mec qui se joint en cours de route au groupe.

 

Et, ça a du bon et du mauvais... Après, tu n'en est qu'au début, mais ce petit a l'air si faible, et son niveau si loin des deux autres, que je me demande ce que tu veux en faire.

 

Autant, au niveau capacité à être un ninja, les deux premiers ont la carrure... Autant, le dernier, je le vois pas ninja pour un sous.

 

Donc, j'ai l'impression que tu ne veuilles pas que ça soit un trio de ninja conventionnel. Et, c'est là où le gusse en kimono intervient je pense. Une sorte de Jiraiya (voir lui peut être haha), qui entraînera les gusses, et pourra aidé Kamu à apprivoiser son pouvoir.

 

Et, je pense qu'on ne tardera pas à le revoir.

 

Bref, sinon bon chapitre, l'histoire avance bien... Continue comme ça ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Kamuhita se révèle être très observateur et réfléchi dans ce chapitre, car il remarque la disparition de nombreux enfants du village, et son intuition à vue bon,

 

C'est un peu ce que je veux montrer de lui, il est très intelligent pour son âge.

 

Kamuhita fait une brève mais étrange rencontre avec un homme qui est assez intrigant, je sais pas pourquoi, mais je suis sûr qu'on reverra cet homme en kimono, il ne sera pas seulement un figurant ;D.

 

Il y a de fortes chances, c'est rare que je laisse des personnages au hasard sans y revenir plus tard.

Dans son atttitude et son expression de visage, je me suis inspiré d'un personnage de Bleach.

 

Je suis d’accord, ce type en kimono va surement avoir un rôle.

Peut-être sauver les gamins, car je vois pas comment ils vont faire, et, pourquoi pas leurs servir de maître ?

Il faut bien que quelqu'un leurs apprennent le ninjutsu.

 

Oui, pourquoi pas... Ce qui va suivre sera assez lourd de conséquence pour le duo, voir même le trio. Pour un maitre, un sensei qui leur apprenne les bases, c'est en effet prévu ! ;)

 

Donc, mon ressentis. On a droit là, à un chapitre de transition je trouve... Il est dommage, je pense que le dernier soit introduit à ce moment là... Non seulement, il est faiblard, mais, en plus il n'a pas pu vivre autant d'aventure avec Kamu, que l'a fait Ryu.... Bien que l'histoire n'en est qu'au début ça fait un peu le mec qui se joint en cours de route au groupe.

 

Et, ça a du bon et du mauvais... Après, tu n'en est qu'au début, mais ce petit a l'air si faible, et son niveau si loin des deux autres, que je me demande ce que tu veux en faire.

 

Autant, au niveau capacité à être un ninja, les deux premiers ont la carrure... Autant, le dernier, je le vois pas ninja pour un sous.

 

La faiblesse du troisième venu est voulu pour ma part. Son incorporation au duo succinte aura pu être mieux réalisée, mais je n'avais pas envie d'allonger les passages de survie. Ca devient trop longué. Donc, voilà, pour l'instant, ils sont séparés.

 

Et, c'est là où le gusse en kimono intervient je pense. Une sorte de Jiraiya (voir lui peut être haha), qui entraînera les gusses, et pourra aidé Kamu à apprivoiser son pouvoir.

 

Alors son style et sa coiffure s'éloigne de Jiraya, mais c'est sûr qu'il aura son rôle à jouer. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour ma part, je trouve que ce chapitre est le meilleur... perso, Kamuhita me fait peur alors que c'est moi qui l'ai inventé. xD

 

1.6 La tour des Lamentations

 

    Des gémissements, des pleurs au loin… se faisant écho. Ils s’entrechoquèrent pour muer en un brouhaha assourdissant à en perdre la raison. L’obscurité accueillante se dissipa, la vision était d’abord brouillée, puis se régla progressivement. Des flammes froides apparurent, floutées. Elles venaient de torches accrochées à des murs, plus loin. Quant à lui, il porta son attention sur le lieu. Il était enfermé entre trois murs de pierres glacées et une série de barreaux, lui ouvrant le champ de vision sur les couloirs et d’autres cages. Une écuelle en terre cuite l’attendait sagement, avec un coin de pain et sa tasse d’eau agitée. Les évènements qui l’avaient précédé lui revinrent avec une douleur persistante au niveau de la nuque.

    « Ah oui, nous nous sommes fait avoir… mais où suis-je ? » En effet, même si lui et son compagnon avaient visité Yuki sur pas mal de sites, une prison pour enfants ne lui disait franchement rien. C’était tout à fait normal, puisque ces pratiques étaient condamnables, et comme le Yukikage y était impliqué, mieux valait pour lui que la population ne soit pas au courant. Pour le garçon enfermé et encore en train de retrouver ses repères, il lui était difficile de positionner ce bâtiment et d’en évaluer les dimensions. En fait la geôle avait été érigée à l’extérieur du village au nord-ouest. C’était une tour cylindrique haute de cinq étages, aux plafonds surélevés. Les trois premiers étaient comme toute bonne prison. Elle réunissait les malfrats, voir malheureusement les gens qui avaient critiqué l’intransigeant gouvernement. Ensuite, au dessus, l’étage qui était secret, gardait dans un état pitoyable, des gamins sans foyers, ni nulle part où aller. Que pouvaient-ils bien préparer là dedans ?

    C’est donc dans ce périmètre-ci que résidait, perdu, Kamuhita. Et pourquoi pas Ryusuke ! Il s’en était inquiété mais de derrière les barres métalliques, il n’avait la vue que sur la cellule d‘en face, où une fillette aussi mal fringué que lui, s’était assise, à demi consciente. Il se trouvait acculé, ses réflexions n’avaient plus lieu d’être. Les fondements qu’il s’était préparé ne convenaient plus. Il ne pouvait qu’attendre, voir comment le déroulement des évènements pouvait jouer en sa faveur. Prenant la relève les uns après les autres, les captifs demandaient clémence en larme, sans que personne ne daigne répondre. Kamuhita préféra se retirer en lui-même, pour se nourrir non seulement de ce pain répugnant mais de sa haine viscérale. « Patiente… Patiente… »

 

    Deux jours s’enfuirent désespérément, l’enfant restait maitre de lui, de ses émotions. D’un regard malsain, courroucé, il arrivait à voir le passage de ninjas de Yuki qui étaient de surveillance. Il se perdait même à les compter, pour savoir combien il devrait en tuer. Au troisième jour donc, il reçut la quotidienne pitance qui ne faisait que le maintenir en vie. A chaque fois qu’il était servi sans même une annonce, des rats se dandinaient pour venir à bout de la croute de la miche. Après une lutte face aux rongeurs, il remplissait son fond d’estomac, négligeant les quelques traces de morsures sur ses mains. Tout n’était qu’un enfer cloisonné où rien ne pouvait leur être bénéfique. Même la notion de temps devenait de plus en plus abstraite.

    Mais au bout du compte, son attente fut récompensée alors qu’il commençait à être en pleine désillusion. Une voix clair, intelligible et insensible, perça tout l’étage.

 

-Les enfants ! Mon nom est Denonai Raikoku. J’ai le pouvoir de vous faire sortir de cette prison, étant le responsable, fit-il sauveur donnant espoir à la majorité des séquestrés. Mais il y a une condition !

 

Là, le silence retomba net. Le directeur reprit sous le même ton qui devenait de plus en plus percutant.

 

-Si vous voulez être libre, vous devez accepter de rejoindre les rangs de Yuki. Je vais passer vous voir, pour avoir votre réponse.

 

Kamuhita ne s’était pas attendu à une telle demande, il avait plutôt imaginé ne pas avoir le choix, et être emmené, il ne sait où. Cela changeait la donne, et vu la proposition : devenir un ninja de Yuki ; il ne pouvait se résoudre à s’abandonner à l’encontre de ses principes. Il était à nouveau dans une impasse. D’ailleurs, quand le Grand Geôlier se montra à lui, sa réponse était catégorique. Ce shinobi n’était pas sapé de la même manière que ces semblables. Sa tenue se limitait en un manteau noir est ouvert, laissant sortir le même assortiment noir et moulant sur son torse et ses jambes. Il portait de longs cheveux ébène et son regard était aussi sombre que celui du jeune homme. Son bandeau tenait à sa ceinture, son appartenance au village n’était pas la première chose qui sautait aux yeux. Non, avant tout, il enfouissait une tristesse, du regret. Il avait un visage fin, presque blanc, mais ô combien rigide, tel un masque indéformable.

 

-Je refuse, déclara Kamuhita à son encontre, même s’il ne rejetait pas la personne mais plutôt ce qu’elle représentait.

 

    L’inquisiteur ne s’appesantit pas sur lui, et s’intéressa à la jeunette d’en face qui eut la même détermination malgré les sanglots retenus. Beaucoup de personnes dans son cas avaient cultivé une déception, et avaient en horreur les hommes et femmes qui se cantonnaient au centre de la zone urbaine. Ainsi, les plus résistants ou les plus aigris avaient su repousser la proposition. Autrement, d’autres n’en pouvant plus, craquèrent et furent emmenés en dehors de l’étage. « C’est plus que douteux cette histoire. Si tous ceux ici présents avaient accepté, tout ce monde serait devenu ninja ? Nous devons être au moins une bonne centaine, si ce n’est plus ! C’est sûr, ils préparent autre chose après cette pseudo libération.» Son ressentiment s’accentua avec une dernière parole du maitre de ces catacombes.

 

-Bon, pour ceux qui n’ont pas saisi leur chance, je vais faire une exception. Je reviendrais en soirée pour voir si certains n’ont pas revu leur avis.

 

    Ainsi, cette deuxième échéance renforçait ses préjugés. Pourquoi essayer de recruter encore d’avantage de gosses, surtout que la majorité n’avait certainement aucune facilité à malaxer le chakra ? Il devait maintenant observer et être à l’écoute de tout ce qui se passait, pour récolter le plus d’informations utiles. Il devait comprendre comment cette prison fonctionnait. Tout d’abord, son lieu de repos minable ne présentait pas un seul corps en décomposition. Ils devaient certainement vider les corps après la mort de détenus. Mais une seconde hypothèse se révélait plus plausible. Il vit passer devant sa cellule, deux ninjas qui soutenaient à peine, un brave garçon dont la chevelure tombait sur sa face. L’enfant trainait difficilement sur ses pattes, mais vivait toujours. Ils empruntèrent la même sortie que ceux qui étaient partis avec celui à la longue crinière noire. « On dirait qu’ils évacuent les plus faibles avant qu’ils ne puissent plus servir à grand-chose. Je doute que rester ici jusqu’à ce que je sois dans le même état, tourne à mon avantage. Ce doit être comme ça qu’ils procèdent ! Soit on accepte de bon gré, montrant une dévotion au Yukikage, soit ils finissent par nous emmener au moment où nous ne sommes plus assez frais pour nous défendre. » Seulement, un élément continuait à faire flancher le garnement aux déductions insoupçonnables : il n’avait aucune idée de ce qu’il pouvait l’attendre, s’il faisait fi d’accepter. Sera-t-il immédiatement un ninja pour le compte de ce village qu’il répugnait ? Ou, vu le nombre de prétendants, y avait-il une autre finalité à cette mascarade ? Ses certitudes n’en étaient plus, il lui fallut arracher une séquence d’une conversation entre gardiens, pour se décider enfin.

 

-C’est vraiment angoissant de travailler ici. Tu ne trouves pas que le Yukikage va trop loin dans les mesures prises pour faire une sélection ?

 

-Tu devrais moins te poser de questions. C’est une judicieuse solution pour endiguer la propagation de ses enfants dans les rues.

 

-Ouais, d’accord. Mais le test est plutôt rude ! Même moi, à leur âge et dans ces conditions, je n’aurai pas réussi à m’en dépêtrer. Si mes souvenirs sont bons, personne ne l’a réussi que je sache.

 

-Tais-toi ! C’est comme ça et puis c’est tout ! On ne va pas reparler de celui du cinquième étage !

 

Puis, ils continuèrent leur ronde, sans que Kamuhita ne puisse en apprendre plus. En tout cas, il en vint à une conclusion : il ne pouvait réchapper à ce test qui suivait sa captivité. Tous ceux qui étaient emprisonnés à cet étage allaient forcément le faire d’une manière ou d’une autre, et quelque soit l’état de santé. Alors, il pesa le pour et le contre durant le temps qu’il lui restait. Ce ne fut que trente minutes après, que le dénommé Denonai toujours aussi assombri sous ses airs de meneur d’hommes revint pour s’enquérir de la seconde réponse de chacun. Il fit le même manège à Kamuhita :

 

-Alors petit, vas-tu nous rejoindre ?

 

-J’accepte votre offre ! Lança-t-il au pied du mur, les yeux menaçants dissimulés sous ses mèches épaisses.

 

L’homme à la chevelure longue et lissée, fendit ses lèvres d’un sourire. Il n’était pas moqueur, ni machiavélique… mais épris de fierté.

 

    Mais ?! N’aurai-je pas oublié de traiter d’un étage dans cette tour aux mille tourments ? Tout en haut de cette prison hautement sécurisée, le cinquième étage renfermé un mal en latence. Au lieu qu’il y ait une flopée de cellules, cette partie n’était qu’un seul et même cachot de forme circulaire. La lune s’était levée et diffusait une clarté fantomatique par une minuscule fenêtre inaccessible. Une masse humaine à même ce sol jonché de squelettes de rats, persistait à ne pas s’éblouir sous le rayon lunaire. C’était aussi peut-être dû au fait qu’il était enchainé à la paroi, ce qui entravait ses déplacements au niveau des chevilles. Ayant une approche sur le personnage plus précise, il s’agit une nouvelle fois encore d’un enfant de huit ans. Ses vêtements étaient tout aussi bien déchirés que n’importe quel interné. Il avait des cheveux châtains ébouriffés et sa peau était étrangement mate. Mais il y avait deux aspects qui pouvaient perturber son entourage. L’un était physique, sa bouche avait été cousue en plusieurs points de suture, laissant apparaitre des fils noirs lui raturant la bouche. Cela la rendait repoussante, épouvantable. Le deuxième aspect était que malgré sa situation précaire, il ne semblait pas mourir de faim ou accablé de fatigue. Contre toute attente… il jouait ?! Entre ses mains cadavériques, il confectionnait avec les moyens du bord une petite poupée de chiffon qui était apparemment à son effigie car elle arborait le même sourire sordide. Avec dextérité, il la cacha comme un joyau, dès qu’un ninja entrainé vint lui rendre visite :

 

-Hé ! Il est temps pour toi de te dégourdir les jambes, Rumibayu. Le test va commencer.

 

Sa tête vacilla en éreintant les gros tendons de son cou, son expression fit déglutir l’homme qui était venu le chercher. Il avait un sourire d’illuminé, non d’un psychopathe.           

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très bon chapitre !

 

Chapitre centré sur Kamu dans la cellule de prison où il se trouve. Tu as su bien retranscrire l'atmosphère et la misère que vivent les enfants prisonniers de cette tour.

On apprend un peu plus sur les projets que compte faire le Kage de Yuki avec les enfants, elle voudra tous les enrôler pour en faire des futurs machines de guerre, elle doit projeter de s'attaquer à un pays avec ces enfants.

 

Kamuhita nous a montré une nouvelle fois sa capacité d'analyse et de réflexion, et il semble bien s'y prendre. Il finit par accepter d'être enrôler, c'est le meilleur choix. Il pourra toujours finir par s'échapper à un moment.

 

En tout cas l'épreuve d'après les dires des ninjas est très dure et la seule personne à l'avoir réussi, c'est le mystérieux jeune garçon du 5ème étage, et l'aura qu'il dégage est terrifiant, cet enfant a vraiment du souffrir pour qu'il soit marqué physiquement et mentalement de cette façon.

 

Je me dis que Kamuhita devra l'affronter lors d'une épreuve, où ce mystérieux garçon va se mettre à tuer tous les enfants.

 

J'attends la suite qui promet beaucoup, et aussi de voir ce qui est advenu de Ryu.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En effet je confirme, très bon chapitre de transition. :D

 

J'aime déjà le gamin psychopathe du cinquième étage, tout d'abord parce que j'adore les psychopathe, et ensuite pour son style un peux à la Kakuzu avec les fils qui sortent de sa bouche. 8)

Je pense que si Kamu réussit à s'échapper, il l’emmènera avec lui (pourquoi et comment je l'ignore, mais je suppose qu'après s'être battu, ils simpattiseront), et il deviendra un des piliers de la "résistance" de Kamu.

Sinon, la gamine de la cellule voisine de Kamu = fille du trio :P (oui je  sais, je veux une fille !^^) ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Partie 1.5

 

J'ai beaucoup aimé quoique je fus légèrement choqué. Notre bon vieux Kamu s'est montré d'une légère froideur envers Joshua. J'imagine que c'est sa nature peu portée sur les autres en général qui a provoqué cette réaction instinctive. Pendant les trois mois, ils ont quand meme pu créer des liens mais le petit héros a une nature vraiment sombre... Ce n'est clairement plus un enfant, c'est sur. J'attends de plus en plus l'ellipse pour voir s'il est devenu quelqu'un qui accomplit des actes répréhensibles.

 

Cependant on voit une grande progression et peu de temps. Kamu est devenu très mature, il commence à penser par lui-même, devient plus imposant que Ryuu, agit vraiment, s'impose. Je pensais au départ que Ryu serait le leader mais je me suis trompé. Cela me conforte plus dans l'image que l'un deux deviendra haut placé. Pour Joshua et bien que dire ? Il semble assez pur comme Ryu, bien trop pour ce monde. Sa progression est d'un inconnu total pour moi, mais je ne serai pas comme les autres à lui jeter la pierre. Il ne faut pas oublier que  Joshua est un enfant. Je trouve que dans cela, il est le second personnage le plus intéressant après Kamu.

 

Pour ce qui est du scénario, on avance ! Ce n'est pas un simple chapitre de transition car sa bouge. Tu fais, chapitre de transition, insertion de personnage, avancée du scénario et légère ellipse de trois mois. Tout ca en un chapitre ! Moi ca me bluffe car surtout on est pas du tout... enseveli, ça se lit facile.

 

La Partie 1.6

 

Bon pour cette partie je ne vais pas m'attarder. Je vais juste dire une chose : C'est génial ! Plus qu'au niveau de l'écriture, c'est l'aspect scénaristique, c'est juste violent.

 

Je commence déjà par la partie avec Kamu qui montre encore une fois que cet enfant à un noir destin. On s'avance plus vers un anti-héros du style d'Epsilon  que d'un héros banal du genre Genji. Il médite dans sa cellule et c'est la pire des choses à faire : laisser le temps. Quand on a le temps de cogiter dans un environnement sombre, c'est là que l'esprit se corrompt. Et Kamu a de quoi être corrompu.

 

Ensuite le test qui semble être là me rappelle juste une opération pour trouver une personne particulière que de donner des enfants soldats. Dans ce village de la neige, ne serait-il pas étrange que le Kage accorde de l'importance à des enfants alors qu'il les fait battre ? Je me demande ce qu'il advient des enfants sans potentiel... Mais là je suis surement trop dans un délire mesquin.

 

Et pour finir ! Bah la fin du chapitre qui donne des frissons. Le coup du " Oh, j'ai oublié de vous mentionner un étage. " m'a attiré et je fus dedans. La description fut juste impressionnante avec  les coutures des lèvres et tout le reste... j'ai adoré. Et on se demande pourquoi, mais pourquoi Rumi ne fait pas partie de l'équipe et du trio.

 

Finalement, tu as amené tellement d'enfants intéressants comme Joshua, Rumi, la petite fille et l'enfant qui se traine sur ses pattes...

 

Comment tu vas gérer tout ça !? Des enfants d'une future armée ?

 

PS : Sinon, la gamine de la cellule voisine de Kamu = fille du trio :P (oui je  sais, je veux une fille !^^) ?

 

C'est vrai qu'une fille serait pas mal. Mais que deviendrait Joshua ? Fais un quatuor, ou un groupe de cinq.  :(

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très bon chapitre!! Il me laisse moins sur ma faim que l'autre.

Cette prison bien que lugubre m'attire, et elle est vraiment réaliste. C'est dingue quand même de te lancer dans la description d'une prison pour enfant aussi réaliste lol. (avoue le gosse du cinquième étage c'est toi! xD)

 

Sinon, peu à peu le nombre de protagonistes participant à l'histoire s'étend, un peu à la manière du manga avec les genins. J'ai l'impression que d'une certaine manière, on devrait voir aussi plusieurs groupes de genins faisant office de nouvelle génération pour Yuki...Enfin, après je sais pas pourquoi, mais j'arrive à percevoir aucun des gosses comme de vrai ninjas... En tout cas, mis à part leur faculté au combat, ils m'ont pas l'air du tout de vouloir en être.

 

J'ai l'impression qu'ils vont pas être des ninjas ordinaire. ça fait un peu la jeunesse révolutionnaire qui va fini par vouloir tout changer et instaurer un nouvel ordre.

 

Je me pose beaucoup de questions..... C'est bon signe. Tu arrives vraiment à bien reprendre le manga.

 

Une fan fiction de grande qualité!!

 

Bonne continuation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On apprend un peu plus sur les projets que compte faire le Kage de Yuki avec les enfants, elle voudra tous les enrôler pour en faire des futurs machines de guerre, elle doit projeter de s'attaquer à un pays avec ces enfants.

 

Tu vas comprendre que ce n'est pas tout à fait ça, hihi. Le résultat de l'épreuve va te le montrer. C'est bien plus incidieux.

 

Kamuhita nous a montré une nouvelle fois sa capacité d'analyse et de réflexion, et il semble bien s'y prendre. Il finit par accepter d'être enrôler, c'est le meilleur choix. Il pourra toujours finir par s'échapper à un moment.

 

Exactement, de plus en plus je trouve que Kamu possède une capacité d'analyse proche de shikamaru, alors qu'il est encore bien jeune.

 

En tout cas l'épreuve d'après les dires des ninjas est très dure et la seule personne à l'avoir réussi, c'est le mystérieux jeune garçon du 5ème étage, et l'aura qu'il dégage est terrifiant, cet enfant a vraiment du souffrir pour qu'il soit marqué physiquement et mentalement de cette façon.

 

Rumibayu va être très spécial comme perso, il aura bien sûr son propre style de combat. Alors j'ai été très flou le concernant dans la conversation entre les gardes, tu verras qu'il na pas vraiment réussi le test...

J'aime déjà le gamin psychopathe du cinquième étage, tout d'abord parce que j'adore les psychopathe, et ensuite pour son style un peux à la Kakuzu avec les fils qui sortent de sa bouche. 8)

 

Oui les persos perturbés, torturés sont intéressants à mettre en scène. Et tu as su trouvé le premier personnage qui m'a inspiré à le créer, il y en a deux autres mais tu le verras surement plus tard. Mais il n'y a aucun lien entre Kakuzu et Rumi en terme de jutsus ou de lien de famille.

 

Je pense que si Kamu réussit à s'échapper, il l’emmènera avec lui (pourquoi et comment je l'ignore, mais je suppose qu'après s'être battu, ils simpattiseront), et il deviendra un des piliers de la "résistance" de Kamu.

 

Hypothèse qui en jette, je dois dire ! 8)

Mais tu verras qu'il y aura des complications pour qu'elle soit validée. ;)

 

Sinon, la gamine de la cellule voisine de Kamu = fille du trio :P (oui je  sais, je veux une fille !^^) ?

 

Ah, ah! xD Tu es à l'affût de la moindre demoiselle qui pourrait clore le trio, et tu n'as peut-être pas tort. Pour celle de la prison, c'est juste une figurante qui sert à nous imerger dans cette ambiance.

 

Pour Joshua et bien que dire ? Il semble assez pur comme Ryu, bien trop pour ce monde. Sa progression est d'un inconnu total pour moi, mais je ne serai pas comme les autres à lui jeter la pierre. Il ne faut pas oublier que  Joshua est un enfant. Je trouve que dans cela, il est le second personnage le plus intéressant après Kamu.

 

Oui, tu parviens à cerner le personnage. Je lui réserve quelque chose, et quand tu dis qu'il serait le deuxième personnage le plus important, je trouve que en fin de compte, tu as raison.

 

Je commence déjà par la partie avec Kamu qui montre encore une fois que cet enfant à un noir destin. On s'avance plus vers un anti-héros du style d'Epsilon  que d'un héros banal du genre Genji. Il médite dans sa cellule et c'est la pire des choses à faire : laisser le temps. Quand on a le temps de cogiter dans un environnement sombre, c'est là que l'esprit se corrompt. Et Kamu a de quoi être corrompu.

 

Ouf, je suis content que tu l'ais ressenti ainsi. Comme tu l'avais dit, Kamuhita est plus dans la catégorie des anti-héros. Tu verras qu'il passera dans différents stades

que je pourrai définir en un personnage. Pour le moment, on serait dans la phase "Nagato".

 

Ensuite le test qui semble être là me rappelle juste une opération pour trouver une personne particulière que de donner des enfants soldats. Dans ce village de la neige, ne serait-il pas étrange que le Kage accorde de l'importance à des enfants alors qu'il les fait battre ? Je me demande ce qu'il advient des enfants sans potentiel... Mais là je suis surement trop dans un délire mesquin.

 

Une personne particulière, oui tu touches au but ! Ce test ne fait qu'une sélection, pour ne garder que ceux qui ont du potentiel, un gros potentiel. Ce qui adviennent des autres... il suffit de voir comme le kage considère les villageois pour se faire une idée...

 

Et pour finir ! Bah la fin du chapitre qui donne des frissons. Le coup du " Oh, j'ai oublié de vous mentionner un étage. " m'a attiré et je fus dedans. La description fut juste impressionnante avec  les coutures des lèvres et tout le reste... j'ai adoré. Et on se demande pourquoi, mais pourquoi Rumi ne fait pas partie de l'équipe et du trio.

 

Ah ça... il pourrait le devenir qui sait...

 

C'est vrai qu'une fille serait pas mal. Mais que deviendrait Joshua ? Fais un quatuor, ou un groupe de cinq.  :(

 

C'est pour ça qu'il y aura des perturbations pour l'avenir de certains. Car au final, et je dis bien au final, nous aurons le schéma classique un sensei pour trois genins.

 

(avoue le gosse du cinquième étage c'est toi! xD)

 

Comment t'as deviné ! Je mettais regardé dans la glace avant pour m'en inspirer physiquement lol. 

 

Enfin, après je sais pas pourquoi, mais j'arrive à percevoir aucun des gosses comme de vrai ninjas... En tout cas, mis à part leur faculté au combat, ils m'ont pas l'air du tout de vouloir en être.

 

Si l'on se tient au ninja standard de Kishi, un bon gars qui sert son village, c'est sûr que la plupart vont sortir de cette vision du shinobi. Après c'est surtout le cas Kamu qui peut paraitre à l'opposé du bon ninja de son village, et forcément cela aura ses conséquences. Être obligé d'endosser le statut de ninja contre sa volonté... je trouve que ça change. Mais ce ne sera pas sans raison, si Kamu reste à Yuki.

 

J'ai l'impression qu'ils vont pas être des ninjas ordinaire. ça fait un peu la jeunesse révolutionnaire qui va fini par vouloir tout changer et instaurer un nouvel ordre.

 

Hé, tu t'avances peut-être un peu 9_9 mais à la fin de la fic (j'ai enfin posé définitivement les 8 arcs)  ça aura un peu ces airs de révolution.

Share this post


Link to post
Share on other sites

1.7 La descente aux enfers

 

    Ainsi, sans attendre, ceux qui s’étaient rendus face à l’insistance du recruteur furent guidés en dehors de l’étage par une sacrée garde rapprochée de ninjas peu commodes. Kamuhita était de ceux-là. Les détenus qui l’avaient imité, n’étaient pas du tout rassurés. Se déplaçant en file indienne, on aurait dit une procession macabre, une marche de la mort. Une sorte de petit hall les accueillit. Par des accès annexes, les enfants qui avaient tout de suite répondu positivement à la première proposition, furent mélangés au groupe minoritaire de Kamuhita. Tous avaient de quoi être inquiets, puisque les hommes à l’origine de leur détention n’étaient pas très bavards.

    Le brun ténébreux chargé de la direction montra à tous réunis une cabine, ou à première vue une cage d’ascenseur géante, faite en fer de forge rouillé. Il leur intima d’y entrer, la cinquantaine de gamins se retrouvaient écrasés comme des sardines. La porte se ferma dans un grincement assourdissant. N’importe où, où ils pouvaient poser leur regards sur le compartiment, ce qui les supportait était un métal roux, tirant vers le marron, qui était grillagé. De ce fait, ils étaient capables de passer leur vision curieuse au travers des filaments de cuivre.

 

-Accrochez-vous ! Ordonna un ninja qui avait laissé tomber son rôle qui était de calmer les discussions craintives.

 

Aussitôt, ils furent secoués, et la cage massive bougea. Doucement, elle descendit faisant diffuser et disparaitre des faisceaux lumineux tout au long de son parcours. Les étages défilèrent, le raclement de grosses chaines prouvait que le fonctionnement de l’ascenseur était opérationnel. Le squelettique au teint blafard était comme tout jeunot de son âge, effrayé. Pour ne pas être submergé de terreur, il compta les étages. Il faisait ainsi abstraction des affolements et des pleurs de ses congénères. Un grincement significatif marquait chaque palier. De plus, de désagréables voix grasses et patibulaires s’élevaient à chaque passage d’un étage à un autre. Se concentrant sur des détails, Kamuhita n’était pas prêt à se morfondre ou à implorer l’indulgence de qui que ce soit appartenant à Yuki no Kuni. Il avait encore un calme olympien, mais pour combien de temps ?

    Se déchargeant en son for intérieur, il sentit au dernier moment une main l’agripper au bras. Un sursaut lui prit faisant bondir son petit cœur. Celui qui avait pris ses aises, était un individu qui s’était arraché pour venir le voir. Il avait été acculé d’injures, afin de prendre des nouvelles de lui. Ryusuke l’avait reconnu à quelques pas de là où il se tenait.

 

-Ah, Kamuhita ! Je suis content que l’on ait pu se retrouver !

 

-Ryusuke ! Tu n’as rien ?

 

-Non, tu crois quoi ? Je suis résistant, mon gars !

 

-C’est le principal… En fin de compte, je ne suis pas étonné que tu te sois enrôlé pour prendre ta chance de devenir un ninja des neiges !

 

-Ouais, dès le début, je ne pouvais refuser une telle offre. Une aubaine pour moi de pouvoir redorer le blason de ma famille. Et toi ? Tu as revu ton avis ? Si tu es là, c’est que tu n’es pas contre cette idée !

 

-Oh que si, je déteste les ninjas et je continuerai à les maudire jusqu’à mon dernier souffle.

 

-Ben, pourquoi t’as décidé de venir… Je ne comprends pas…

 

-Parce qu’il est impossible d’esquiver ce test, quel que soit notre choix. C’est eux qui ont le jeu en main. Pour l’instant, on ne peut que subir.

 

-D’accord… « J’y crois pas ! Même son explication est incompréhensible. Je ne vois pas du tout où il veut en venir. »

 

Ces retrouvailles de dernière minute leur donnèrent de l’assurance. Avoir un coéquipier pouvait être inestimable selon la nature de l’épreuve. Leur complicité leur permettrait de se soutenir et d’aider celui qui en aurait besoin. Des sourires se dessinèrent dans le noir. La luminosité avait brusquement baissé. Le garçon à la touffe grise et bleue, avait perdu son compte, forcément, avec l’intervention du déluré.

    En revanche, il en conclut facilement qu’ils avaient passé le niveau du sol, cet ascenseur se déplaçait maintenant dans une percée souterraine. Ce qui s’y trouvait, devait être encore mieux mis sous silence que le niveau 4, la prison aux enfants. Qu’est-ce qui pouvait être pire ?! A cette sombre déduction, Kamuhita reçut un contrecoup terrible, des spasmes le parcoururent. Son corps avait réagi instinctivement. Il savait inconsciemment que quelque chose de néfaste, d’horrible, se tramait. Cela lui valut cette crise. Heureusement, son compagnon était là et le retint de tomber. Malgré leurs opinions divergentes, ils ne se lâcheraient pas comme ça. Ryusuke pouvait être la force qui lui faisait défaut. Son moment de faiblesse fut passager, comme un léger malaise. Il se ressaisit donc sur ses jambes blêmies. Il ne put le remercier de son soutien car, la porte grillagée claqua à en réveiller les morts.

 

    Ils n’étaient plus en mouvement au dessus du vide. Un flux de petits morceaux de chair avariée circula en dehors de la cage et se regroupa dans une pièce où la totalité des meubles avait été retirée. Ils étaient cernés par de gros murs en béton, et les deux issues étaient celle menant à l’ascenseur et une autre qui n’inspirait pas confiance à cause de ses lueurs ocre. Toute cette assemblée d’oubliés ne fut pas laissée au dépourvu. Le directeur monta sur une estrade, suffisamment haute pour que sa voix porte le plus loin possible. Denonai Raikoku allait faire un discours pour débuter l’épreuve. Il allait sans doute expliquer la nature de celle-ci. Kamuhita et son acolyte eurent les oreilles grandes ouvertes.

 

-Je veux d’abord commencer par vous remercier et vous féliciter d’avoir pris votre courage à deux mains pour servir notre Kage. Je vais en premier lieu vous annoncer la finalité pour celui ou ceux qui réussiront…, une pause s’imposa d’elle-même. Vous serez directement genins sous l’enseignement d’un ninja plus aguerris. Maintenant, je vais vous énoncer le principe de cet examen. Il est très simple, vous devez réussir à éliminer un seul et même ennemi. Je pense que c’est de votre ressort !

 

-On est bien une cinquantaine, à peu près, souffla Ryusuke à l’oreille de Kamuhita pour demander confirmation.

 

-A vu de nez, je dirai que oui.

 

-Mais on va l’exploser le pauvre ! A moins que l’on soit face au Yukikage, ce que je trouverai dégoûtant !

 

Le plus réfléchi ne répondit pas. C’était vrai que 50 contre un était quelque peu abusé, particulièrement s’il s’agissait d’un bagnard. Néanmoins quelque part, quelque chose lui disait, qu’il valait mieux pour eux qu’ils soient en surnombre. Si cela ne tenait qu’à lui, il aurait presque envisagé à se mettre dans le camp du solitaire. Il devait être assez puissant pour rivaliser avec une armée de blanc-bec.

    Pendant qu’ils s’étaient entretenus, Denonai avait fait part d’une autre information, comme quoi, on leur fournirait des armes pour venir à bout de leur future victime. Parfaitement synchronisés, deux ninjas apparurent avec de belles caisses remplies d’armes rudimentaires. Les kunais et les shurikens pouvaient être comparés à de vieux outils tellement l’affûtage et l’entretien avaient été négligés. Les shinobis déposèrent leurs fardeaux et les aspirants purent piocher dedans. Kamuhita et Ryusuke ne sachant pas bien se servir de ses outils de mort, se munirent d’un kunai chacun. Les shurikens leur seraient inutiles, ne s’étant jamais exercés au lancer. Mais ça pouvait aller, quand ils voyaient certains complètements maladroits. D’un commun accord, ils décidèrent de se mettre à l’arrière du groupe, ainsi ils jaugeraient de la force de leur opposant. Le grand tristement vêtu leur lança un dernier encouragement :

 

-Les enfants, je vous souhaite bonne chance, la pièce où aura lieu le combat est de l’autre côté de cette autre antre. Et, un conseil avant que je ne parte : si vous voulez vous en sortir, n’ayez pas de pitié envers lui, car lui, n’en aura pas pour vous.

 

Sur ces mots, il disparut dans un nuage de fumée, les garnements étaient encore étourdis, incertains de leur avenir.

 

    Obligée à se contraindre au bon vouloir des shinobis de Yuki, cette foule de jeunes gens s’avança, au pas. Ils passèrent cette entrée aux lumière orangées et ternes. Le couloir formait un coude, et ils arrivèrent sans encombre apparent dans une salle gigantesque. C’était comme un hangar qui avait été arrangée en guise d’arène. En prenant du recul, cet endroit aurait fait une super planque et skatepark pour ados. De faiblardes ampoules au plafond donnaient cette teinte orange nauséeuse. Des chaines accrochées comme balanciers pendaient immobiles. Des inscriptions sur les murs refroidirent leurs ardeurs. C’était bien des kanjis. Pour ceux qui savaient lire comme nos deux héros, ils déchiffrèrent de ces tags, des supplications comme « Aidez-moi ! » « Au secours ! ». Le plus horrifiant était sans l’ombre d’un doute que tous ces messages avaient été écris avec un doigt et, l’encre ou la peinture ne pouvait être que du sang. Le moment fatidique approchant, Kamuhita observa tour à tour, ceux qui l’avoisinaient. Il reconnut alors clairement une autre personne, le jeune costaud à la dent proéminente qui avait dirigé toute une bande. Une fois que tout le monde était à l’intérieur, ils furent désarçonnés quand des grilles noires leur bloquèrent l’accès pour qu’ils ne puissent plus faire marche arrière.  C’était insoutenable, beaucoup partaient en hyperventilation. Le temps était décompté, c’était… insoutenable !

    Sans qu’ils ne puissent l’apercevoir, une baie vitrée teintée, à mi hauteur de l’arène cachait des spectateurs. Des sièges étaient disposés au bon vouloir du Yukikage sans vergogne. Ils étaient luxueux, rouge coquelicot. Donnant encore plus de caractère à la loge, la peau d’un grand tigre blanc tapissait le parquet. Des cocktails étaient à leur disposition. Seule cette dirigeante s’était permise de s’asseoir, de longs cheveux noirs lui descendaient au bas des reins, et ces yeux bleus marines et glacés fixaient la scène d’une étincelle farouche. Ses pans de vêtements camouflaient son corps, et le bas de son visage se terrait de sous le blanc immaculé d’un morceau de tissu. A sa droite et à sa gauche, deux hommes se tenaient droits comme des i. A gauche, on reconnaissait Denonai, et à sa droite, un autre ninja, un homme à la carrure de garde du corps. Il avait la peau noire, et avait le crâne rasé. Tous deux avaient revêtu des habits tout aussi sombres, et semblables. Ils ne divulguaient pas une seule émotion.

 

-Faites-le entrer, et que le spectacle commence ! Se réjouit la dame.

 

    Répondant au doigt et à l’œil de la Kage, une série de herses se leva à l’autre bout de cet entrepôt désinfecté. Une ombre en surgit, et se plaça au milieu de la zone de combat, avec des pas insignifiants. En se montrant aux yeux de tous les intéressés et concernés, la plupart frémirent. Il devait faire face à un enfant, pas grand, au contraire, il avait la taille d’un gamin de cinq ans alors qu’il devait en avoir plus. Kamuhita remarqua immédiatement sa posture qui du premier coup d’œil n’avait rien de menaçant. Il ne semblait pas prêt à faucher des vies. Pourtant, il pouvait sentir ce néant qui se dégageait de cette personne. Il l’attirait dans son esprit comme s’il ne pouvait qu’engloutir tout ce qui l’entourait. Il reconnut en lui, une part de noirceur qu’il avait lui aussi entretenu. Ils étaient pareils…non, ce garçon était tombé encore plus bas ! Son sourire cousu de fou à lier grandit à tirer sur ses épingles aux lèvres. Contrairement à Kamuhita, il avait abandonné toute humanité. Les ténèbres le mutilaient.           

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon chapitre !

 

Le titre porte bien son nom 8), c'est une vraie descente aux enfers. Kamu ainsi que tous ses congénères furent amener dans une sorte base souterraine complètement délabrée et inconnu aux yeux des civils.

Durant sa descente Kamu revoit Ryusuke, qui lui est plus joyeux d'être dans ce lieu car, il pourra devenir ninja comme il le souhaitait, et on ressent entre les deux une vrai opposition, mais malgré cela il reste uni :), ils forment une belle amitié.

 

On revoit Denonai, qui donne les directives pour l'épreuve qui s'annonce mortel, Kamu et Ryu ont fait preuve d'une belle réflexion en choisissant les Kunais, car plus maniable que les shurikens.

Ils finissent par entrer dans la salle de l'épreuve où 50 enfants vont devoir se battre, et dès qu'on voit la Yukikage dans la pièce d'à côté, on comprend tout de suite, ce qu'elle cherche à faire de ces enfants, juste en faire un jeu de spectacle pour elle et d'autres, elle a beau être charismatique c'est une vraie sa****pe lol.

 

Tous les enfants finissent par voir, la personne qu'ils devront affronter, et j'avais un peu raison, ils vont devoir tous survivre face au monstre qu'est ce jeune enfant. Kamu arrive même à cerner que ce jeune garçon est comme lui, mais en plus mal.

 

J'attends la suite car je veux voir le massacre :P et comment feront Kamu et Ryu pour survivre. Voir si Kamu arrivera à ramener l'âme perdu de ce jeune garçon.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vais vraiment croire que tu es un gros sadique :D! Je le pense peut être déjà haha. Je suis une fois de plus scotché par les descriptions.... surtout celle de l’atmosphère, mais ça tu as toujours bien su le retranscrire, mais maintenant, tu ajoutes à ça des meilleures descriptions des lieux et des émotions.

 

Et ça a de quoi faire peur tout ça. Cette prison est si machiavélique, si malsaine.... La Kage est si imbu de sa personne, cruelle et égoïste. Ce village est comme son climat... Froid, glacial et impitoyable.

 

Je vois vraiment, un gros carnage venir au prochain chapitre, ça risque d'être très sanglant et dur à lire haha.

 

Tu réussis de chapitre en chapitre à montrer le manga de manière plus mature... Garde ce trait dans ton histoire je te le conseil, ça donne vraiment du caractère à cette fan fiction.

 

Et, puis personnellement, on m'a déjà reproché sur une fan fiction de Naruto de trop faire comme Kishi... Je pense qu'il faut toujours avoir sa patte dans une fan fiction et retranscrire ce que l'ont veut du manga.

 

Bon beau boulot, bon chapitre... Et, bonne continuation à toi ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Durant sa descente Kamu revoit Ryusuke, qui lui est plus joyeux d'être dans ce lieu car, il pourra devenir ninja comme il le souhaitait, et on ressent entre les deux une vrai opposition, mais malgré cela il reste uni :), ils forment une belle amitié.

 

C'est vrai, ils ont des personnalités complètement différentes, raison pour laquelle Ryu a du mal à comprendre Kamu. Mais malgré cela, ils son soudés. Après reste à savoir, si cela durera...

 

Ils finissent par entrer dans la salle de l'épreuve où 50 enfants vont devoir se battre, et dès qu'on voit la Yukikage dans la pièce d'à côté, on comprend tout de suite, ce qu'elle cherche à faire de ces enfants, juste en faire un jeu de spectacle pour elle et d'autres, elle a beau être charismatique c'est une vraie sa****pe lol.

 

Ah ça, c'est sûr qu'elle a une personnalité répugnante cette Kage. En plus, comme aucun enfant n'a pu battre Rumibayu, personne n'a pu devenir genin par ce biais là. Donc pour elle, c'est plus un spectacle de violence gratuite qu'autre chose.

Comme là, elle a eu vent d'une pépite parmi les gamins... elle espère la voir à l'oeuvre. 

 

Je vais vraiment croire que tu es un gros sadique :D! Je le pense peut être déjà haha.

 

Ouais je dois avoir un problème au cerveau. xD D'ailleurs quand je relis ces chapitres, je te tire une tronche d'enterrement... lol

C'est vrai que c'est sombre, je voulais commencer par du lourd cette fic. Après ce sera plus léger ! En général, on montre que c'est tout beau et tout mignon et qu'ensuite en réalité, c'est plus sombre (l'envers du décor). J'ai décidé de la faire dans l'autre sens. 

 

Et ça a de quoi faire peur tout ça. Cette prison est si machiavélique, si malsaine.... La Kage est si imbu de sa personne, cruelle et égoïste. Ce village est comme son climat... Froid, glacial et impitoyable.

 

Tout à fait, je voulais que Yuki soit froid sur tous les tableaux ou presque !

 

Je vois vraiment, un gros carnage venir au prochain chapitre, ça risque d'être très sanglant et dur à lire haha.

 

Je vais essayé de ne pas trop partir dans du gore insoutenable, je n'ai pas envie de mettre un sigle interdit aux -16 ou -18 ans. xD

 

Tu réussis de chapitre en chapitre à montrer le manga de manière plus mature... Garde ce trait dans ton histoire je te le conseil, ça donne vraiment du caractère à cette fan fiction.

 

C'est ce que je voulais faire, incorporer plus de maturité à Naruto. J'espère réconcilier certains fans de la première heure avec cette fiction, où la réflexion et l'art de l'espionnage et de l'infiltration seront à l'honneur, plus que les gros jutsus de la mort qui tue.

 

Et, puis personnellement, on m'a déjà reproché sur une fan fiction de Naruto de trop faire comme Kishi... Je pense qu'il faut toujours avoir sa patte dans une fan fiction et retranscrire ce que l'ont veut du manga.

 

Et je partage ton avis !  :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

J"aime, j'aime, j'aime !!! 8)

 

Cette ambiance morbide est génialement retranscrite, vraiment du bon bouleau, on voit que c'est vraiment une prison.

J'aime de plus en plus la Yukikage. Certe, c'est une s******e, mais elle a quant même un sacré charisme.

Par contre, le grand noir à côté d'elle n'est-il pas Black ?

 

Pour le reste, il va sans dire que j'attend beaucoup de Rumibayu qui, je l'espère, sera un personnage important.

Je pense que Kamu, lui même un être "maléfique", va réussir à gagner plus ou moins la confiance/respect de Rumibayu (grâce à son Kekai ?), ce qui le sauvera.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...