Jump to content


bloody pulp

Les enfants des neiges [Naruto] (déconseillé aux -12)


Recommended Posts

Oui je suis d'accord avec Kyojin, le début était tout particulièrement bien réussis avec cette scène d'illusion qui mêle Tobi et la 4ème guerre. Le dojutsu est vraiment puissant mais il prend les mêmes principes que Tsukoyumi ? Il faut qu'il le regarde dans les yeux pour que ça marche ?

Après je dois avoué être surpris que Ryusuke se laisse mourir aussi facilement, j'ai encore du mal à comprendre ce geste puisqu'il pouvait l'aider d'une autre manière, de son vivant ! Donc on ne verra plus Ryusuke à moins qu'il ne soit ressuscité.

 

Du coup, il lui offre son oeil, ça m'a rappelé Kakashi Obito un peu  ;D C'est intéressant parce qu'il a dorénavant un atout tout nouveau qui peut lui permettre de prendre l'avantage sur des shinobis. Reste à savoir s'il saura bien le maîtriser et si il n'y a pas de contre coup.

 

En attendant, Esmeralda et Black sont prêts à renverser la Kage de leur pays, peut être une aide à venir de Ensei ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

La mort de Ryusuke fait tellement échos à la fausse mort d'Obito que je ne peux pas m'empêcher de penser que le crétu va revenir d'une façon ou d'une autre façon méchant masqué. ;D Ou être rafistolé par le cousin germain de Kakuzu (oublié son nom).

 

J'ai cru avoir loupé une case avec Tobi et le passage du début. L'allusion à la 4ème grande guerre était sympathique, surtout quand on sait qu'au final Tobi a raison : Ensei va échouer à changer le monde.

 

Par contre, Ensei qui tue Ryusuke, je ne m'y attendais vraiment pas ! :o Tu aimes tuer tes personnages de façon inattendue (Takumi, Denonaï, maintenant lui). :P

Avec son nouveau dojutsu, il devient tout de suite plus porté sur le combat. Ca risque de lui être bien utile s'il tombe sur le mec de Kumo ... Par contre, question bête : pourquoi juste un œil ? Avec les deux il aurait été meilleur non ? :P

 

Maintenant, une seconde question : peut-tu me rappeler le nom du fana des explosions (non pas Deidara, l'autre) ? Histoire de voir si son initiale n'est pas J, comme le farceur qui détruit les entrepôts ... 9_9

Share this post


Link to post
Share on other sites

La surprise est d'autant plus grande quand Ryu se prend une blessure mortelle non voulu d'Ensei, la scène fut bien touchante entre ses deux frères de coeurs que le destin a confronté. Cependant au plus profond de lui, il avait toujours une confiance envers son frère déserteur.

 

Cette seconde chance que lui offre Ryusuke est dû à l'illusion de son dojutsu. Il a compris toute l'ampleur de ce pour quoi il luttait. Ensei a en quelque sorte regagnait sa confiance grâce à ses idéaux,et aux conséquences s'il échouait. 

 

Bref Ensei, à une nouvelle capacité fort intéressante qui lui valera beaucoup dans les combats, j'ai hâte de voir comment il s'y prendra avec 8).

 

Ce sera à peu près la même chose comme que l'illusion s'adapte à la peur de l'ennemi.

 

Esmeralda et Black vont relancé un coup d'état sur la dame blanche, futur alliance avec Ensei ?

 

Mm... loin de là. Black le laisse partir, mais ça m'étonnerait qu'il veuille devenir ami avec l'assassin de Ryu'.

 

Vivement la suite, je pense qu'on reverra le fou des bombes pour la dernière fois lol.

 

Ah ça, il y a des chances !

 

Le dojutsu est vraiment puissant mais il prend les mêmes principes que Tsukoyumi ? Il faut qu'il le regarde dans les yeux pour que ça marche ?

 

Oui, c'est ça. Il faut entrer en contact visuel comme le Tsukuyomi. Après contrairement à ce MS, l'illusion du Kashingan est imposé puisqu'elle se limite à la peur de la victime.

 

Après je dois avoué être surpris que Ryusuke se laisse mourir aussi facilement, j'ai encore du mal à comprendre ce geste puisqu'il pouvait l'aider d'une autre manière, de son vivant ! Donc on ne verra plus Ryusuke à moins qu'il ne soit ressuscité.

 

Ryusuke n'aurait jamais pu tolérer ses manières d'agir, même si au final ses buts étaient plutôt 'nobles'. Les intentions d'Ensei étant de réduire la souffrance en général.

Après, il aurait pu aisément l'assommer, mais pour faire quoi de lui ? L'enfermer ? Le ramener à Yuki ? Un peu inutile.

Il s'est fait aussi avoir, parce qu'il a été à moitié choqué par la peur de son ami. La faiblesse de cette technique quand on n'a pas un mental d'acier.

 

Du coup, il lui offre son oeil, ça m'a rappelé Kakashi Obito un peu  ;D C'est intéressant parce qu'il a dorénavant un atout tout nouveau qui peut lui permettre de prendre l'avantage sur des shinobis. Reste à savoir s'il saura bien le maîtriser et si il n'y a pas de contre coup.

 

Oui le rapport avec Kakashi qui hérite du sharingan est vite fait ! Et je m'en suis inspiré, sauf que les circonstances sont différentes. Là si Ryusuke est de retour, peu de chance qu'il sombre comme Obito. Il n'y aura pas de contre coup lors de l'utilisation du kashingan, mais j'utilise la même règle que pour le sharingan sur un non uchiha : pour ne pas activer le dojutsu, il est obligé de masquer son oeil (d'où le foulard). 

 

En attendant, Esmeralda et Black sont prêts à renverser la Kage de leur pays, peut être une aide à venir de Ensei ?

 

Il ne vaudrait mieux pas y compter. Black ne semblait vouloir le recruter de toute manière. ^^

 

La mort de Ryusuke fait tellement échos à la fausse mort d'Obito que je ne peux pas m'empêcher de penser que le crétu va revenir d'une façon ou d'une autre façon méchant masqué. ;D Ou être rafistolé par le cousin germain de Kakuzu (oublié son nom).

 

Ah bah qui sait ? Tout est possible dans cet univers de ninjas ! Un Ryusuke qui ferait un retour d'entre les morts, ce serait terrible pour Ensei, surtout si Ryusuke est manipulé par un ennemi. Et je te confirme que si Rumibayu serait sur les lieux, il pourrait en effet manipuler Ryusuke comme sa marionnette.

 

J'ai cru avoir loupé une case avec Tobi et le passage du début. L'allusion à la 4ème grande guerre était sympathique, surtout quand on sait qu'au final Tobi a raison : Ensei va échouer à changer le monde.

 

C'était un peu dans mes intentions... de vous y perdre dans cette illusions. Vous faire croire que ça pouvait être réel en yant fait un bond dans le futur. Après, c'est sûr que je ne t'apprend rien puisque je ne m'aventurerai pas à changer l'histoire.

 

Avec son nouveau dojutsu, il devient tout de suite plus porté sur le combat. Ca risque de lui être bien utile s'il tombe sur le mec de Kumo ... Par contre, question bête : pourquoi juste un œil ? Avec les deux il aurait été meilleur non ? :P

 

Quand tu sauras ce que fait le mec de Kumo, pas sûr qu'Ensei tienne le choc... Alors pourquoi un oeil... un peu pour la même raison que Kakashi. Enfin disons que si Kakashi avait pu prendre les deux yeux, il aurait été obligé de bander ses deux yeux. Là en l'occurence, Ensei serait sérieusement handicapé, en étant privé de la vue. Ensei ne peut pas désactiver le Kashingan puisqu'il n'est pas un Gomenaren.

 

Maintenant, une seconde question : peut-tu me rappeler le nom du fana des explosions (non pas Deidara, l'autre) ? Histoire de voir si son initiale n'est pas J, comme le farceur qui détruit les entrepôts ... 9_9

 

Son nom c'est Joke.  9_9

Share this post


Link to post
Share on other sites

6.5 Le sourire du comique

 

    Après une marche de plusieurs heures à longer un ruisseau, grimpant et descendant des blocs de roche, Ensei entrevit la ligne d’arrivée. L’entrée d’une ville aux hautes toitures pointues, et typiques de la région. Cette modeste cité correspondait exactement au point manquant pour écrire un J sur son plan. Comme ses agissements étaient loin d’être tolérer par la police du pays, il se fit discret en se voilant sous une nappe bleue nuit. Le tissu sur son œil gauche se mariait à merveille avec cette accoutrement. Il ne devait pas attirer l’attention. Après tout, l’ennemi devait être dans les parages. « Je n’ai pas eu vent d’un local pour entreposer le matos de Bangezo dans cette ville. Je suppose donc qu’il réside ici, quelque part. A moi de le faire sortir de son trou. »

    Lui tomber dessus était plus facile à dire qu’à faire. Jusqu’à présent, il n’avait pas vu l’ombre d’un shinobi. Et pourtant, le ninja en question avait fait exprès de cacher un indice pour qu’il le trouve. La partie du chat et de la souris était lancée. L’azuré fit alors un rapide repérage de la bourgade asiatique. Les devantures de restaurant et de magasins étaient toutes agrémentées d’un luminaire suspendu, entouré d’un tissu pourpre. Cela renvoyait des tâches rouges tout autour. En soirée, ce devait être beau à voir. Mais avant cela, il mit son temps à profit en faisant des recherches, interrogeant les habitants sur de probables voyous qui se seraient installés. Il n’eut pas vraiment de succès. Pour se réconforter, il se prit un encas. A un stand, une vieille dame vendait des brochette de poulpe. Il paya la gourmandise et quand il tendit la monnaie, un mouvement furtif titilla son attention. Il tourna la vision de son œil droit, et comme il fallait s’y attendre, le quartier était tranquille, du moins en apparence. Il était possible que quelques chose ou quelqu’un se soit déplacé… ou que ce ne soit que le mouvement des draps aux fenêtres.

    Bref, la journée ne fut pas très fructueuse. Il se lassa de sa promenade, et alla immédiatement au premier hôtel qu’il croiserait. La nuit tomba comme une couette qui se serait étendue sur les cieux. Les lucioles se dandinaient près des lumières écarlates qui délimitaient l’entrée d’un logis. Il se présenta et laissa deux billets sur le comptoir pour la nuit. Il avait bien besoin d’un repos mérité après cette dure journée. Ryusuke avait disparu pour toujours, et ces satanés terroristes demeuraient introuvables. Il fallait reposer ses pensées, détendre ses nerfs. Ainsi, il pourrait repartir d’un bon pied le lendemain. Tandis qu’il éteignait l’éclairage de sa chambre, et qu’il fermait les rideaux de sa fenêtre, un individu le surveillait de loin, dans la rue. Ce personnage accroupi et à l’affût ne l’avait pas lâché d’une semelle depuis qu’il était arrivé en ville. Il se devait d’attendre le moment propice.  Il avait des ordres à respecter. La patience était l’une de ses vertus, donc ce n’était pas problème. Ce shinobi resta aux aguets. De ce que nous révélait les luminaires, il était de petite taille. Il devait être blond, le reflet tirant sur le roux. Mais ce qui le rendait différent, était un long bâton accroché à son dos, et son bandeau de ninja à l’effigie d’Iwa. Il l’avait noué au niveau des yeux, ainsi il était privé de sa vue. Il était temps pour lui de montrer son obéissance envers son meneur. Il devait ni plus ni moins se débarrasser du gêneur.

 

    Un peu à l’écart de ce bout de civilisation, un repaire de bandits s’était adapté au décor. Il surplombait la vallée dont la cité au milieu d’une colline aux rochers déchiquetés. Ce petit coin tranquille ressemblait à s’y méprendre à une mine, mais réaménagée. Il s’enfonçait au cœur de ce promontoire naturel, et deux portes en bois en fermaient l’accès. Au détour de ses galeries baignées par la clarté des torches, une pièce avait été complètement revisitée par ses locataires. C’était la pièce à vivre. Des loupiotes illuminaient l’espace renfermé de lumières factices rouges et vertes. Un comptoir et ses étagères de bouteilles d’alcool, des fauteuils et des tables donnaient une ambiance de club privé. Un jukebox trainait dans un angle. Il ne manquait plus que la piste de danse et une boule à facette pour égayer tout ça. Pour palier à ce défaut, une table de billard était placée au milieu du bar.

    Du monde y flânait. Deux  joueurs tenaient leurs queues de billard pour une partie autour de la table, tandis que deux autres se tenaient assis chacun de leur côté, l’un près du jukebox et l’autre sur un fauteuil rembourré. Le premier sur une chaise prête à se casser, faisant comme s’il dormait, la tête penchée vers l’avant, les yeux clos. Il avait une grosse crinière noire, était torse nu ce qui lui donnait des allures de sauvage. Détail surprenant, il avait un didgeridoo au diamètre impressionnant posé contre son épaule. Cet instrument à vent inventé par les aborigènes. Le second ninja était une femme, ce qui n’était pas facile à savoir du premier coup d’œil. Elle s’était volontairement rasée le crâne. Elle était fine et élancée sous un costume noir en cuir. Son maquillage se résumait en un rouge à lèvre des plus sombres. En résumé, c’était une kunoichi gothique. Les deux qui s’amusaient à taper dans les boules colorées étaient singuliers. L’un était chauve, à croire que c’était la mode, de stature et corpulence moyennes. Son nez était pointu et courbé. Son adversaire sur ce tapis vert était nettement plus intimidant, car il n’était ni plus ni moins leur boss. Son physique de bossu et sa peau blanche maladive ne forçait pas à être attiré par lui. Néanmoins il était d’humeur joyeuse, un large sourire mesquin sous un bandeau d’Iwa. Le fou dangereux des Roches, Joke Manashi. Il s’était recueilli ici avec ses hommes fidèles qui avaient répondu présents afin de le soutenir malgré sa désertion. Ils étaient tous des enfants du pays de la Terre.                             

    Le clown aux explosifs passait ainsi du bon temps avec l’un de ses subordonnés à faire entrer les boules dans leurs trous. Ce ninja au nez en forme de bec jouait tout en étant mal à l’aise. Il tapotait sa queue de billard  avec nervosité. Joke s’en rendit compte tandis qu’il s’était courbé d’avantage pour ajuster son tir. Ses yeux vitreux aux pupilles rouges ne démordaient de la boule blanche.

 

– Tu m’as l’air bien soucieux, Tofu ? Commenta-t-il mielleux.

 

– Oh non, je me questionne, c’est tout. Ne pense pas que je discute tes ordres, mais je me demande pourquoi nous n’irions pas acculer ce gêneur tous ensemble.

 

– Pour un test, c’est tout ce que tu dois savoir. Ce garçon n’est dans aucun camp, c’est pour ça que je veux voir comment il réagit une fois avoir déplacé mes pièces.

 

Tofu avait des difficultés à le cerner, et n’était pas convaincu par la stratégie adoptée. Qu’est-ce qui pouvait autant amuser son chef à traquer ce type. Tout ce qu’ils avaient mis en œuvre, était dans ce but. Et ses compères n’étaient pas chauds pour apporter leur soutien, affalés sur leurs chaises. Tofu n’étant pas dans son assiette, à la fois perplexe et dégoûté que son capitaine enfile les boules une à une, il prit congés.

 

– Où vas-tu comme ça ? La partie n’est pas finie ?

 

– Pas la peine de continuer, tu vas toutes les rentrer. Je vais prendre l’air et ruminer ma défaite, le salua-t-il d’un geste de la main.

 

Joke ne l’en empêcha pas. Au contraire, ça le faisait marrer. Il le fixa en train de sortir du refuge, sa grimace de bouffon était toutes dents dehors, sous le bandeau. Quelle fourberie préparait-il  encore ?

 

    Le dénommé Tofu n’en pouvait plus des bouffées de chaleur qui le prenaient dans cette enceinte de brigands. Il se sentait fondre comme neige au soleil. Heureusement, il avait son heure de répit, sur l’un des versants de la colline. Il était abrité des regards suspicieux entre les sapins. Un dernier coup d’œil en arrière, puis il se consacra à un jutsu très spécial. Tendant la main en direction d’une pierre plate, il modela une petite créature comme une sorte de pâte. Son chakra était en action pour que naquisse un bonhomme en cire. Au premier abord, ses jambes flageolantes ne lui permettraient pas de parcourir de grandes distances. Pourtant, il serait son messager. Tofu lui confia un rouleau minuscule renfermant diverses informations.

 

– Ah ! Je me disais bien que l’un des miens était un espion à la solde du vieux. Tu me déçois Tofu, je pensais vraiment que tu avais renier Oonoki qui m’a lâchement abandonné.

 

– Tu te trompes, c’est toi qui as abandonné ton village. Tu as de la chance qu’Oonoki ait de l’estime envers toi, et qu’il ne te garde que sous surveillance.

 

– Pff, il est marrant le vieux ! S’il avait de l’estime, il ne m’aurait pas envoyé pour cette mission suicide, et croupir en prison ! J’ai brisé mes liens avec vous, et je briserai ceux qui soutiennent le Tsuchikage ! Il es temps de me défouler sur toi, soit ma première victime !

 

    Les choses sérieuses allaient débuter, et Joke n’était pas du genre à se faire attendre. Avec toute la rapidité et la souplesse qui le caractérisaient, il fonça sur le traitre. Tofu en fut même surpris et fut obligé de se camper sur ses appuis afin de dissuader l’adversaire. Seulement, le clown dark feinta, et se débarrassa d’un coup de pied ravageur, du nain de cire. Il venait ainsi d’intercepter la liaison avec le sommet d’Iwa. La bestiole n’avait pas été résistante.

 

– J’avais oublié combien tes joujoux étaient fragiles… à l’image de leur concepteur, le provoqua-t-il.

 

    Le chauve eut l’intelligence d’esprit de ne pas répondre, et se jeta corps et âme dans ce combat. Inconsciemment, il savait que c’était peine perdue. Joke était fou à lier, incontrôlable et difficile à percer dans ses mouvements. Néanmoins, il ne lui donnerait pas de champ libre. Sortant un kunai, il défia son supérieur. Toutes ses tentatives demeurèrent sans effet. Joke se baladait dans cette escarmouche. Le rasé effectua alors un salto arrière, et se réceptionna sur une branche. En même temps, il libéra une salve de shurikens. Rien qui ne puisse ralentir le bouffon dégarni. Il s’était soustrait à leur trajectoire, et vint au contact de l’homme des roches. Il le prit par la gorge et fit pression dessus. Etrangement, ses doigts s’enfoncèrent dans la peau et la chair. Ce n’était plus un corps humain normal, c’était un mannequin de cire. Tofu avait effectué une substitution avec un bon timing. Joke devait au moins saluer ça. Cependant il ne fut pas au bout de ses surprises. Quittant l’arbre, il était sur le point d’atterrir, sauf que le terrain était piégé de makibishis. Tofu était aussi bon stratège que lui. Il ne valait mieux pas le sous estimer. Forcé de s’en sortir par une pirouette, il plongea tête en bas et par une prouesse étonnante, amortit sa chute en tenant seulement sur un index entre les armes pointues. L’acrobate reprit de l’élan est s’éloigna de la zone dangereuse. Son ancien collègue avait compris qu’il fallait l’attaquer sans relâche pour avoir une chance de le toucher. Il s’était préparé à l’accueillir d’une technique dont lui seul avait le secret.

 

Rōton – Bougies infernales !

 

De sa bouche, il mitrailla cet insaisissable farceur d’une ribambelle de bougies enflammées. Il subit les premières de plein fouet, le brûlant partiellement. Cependant, Tofu y ajouta une autre de ses spécialité, un jet d’huile bouillante. De cette manière, il nourrirait d’autant plus les flammes. Recroquevillé sur lui-même, Joke s’offrit une alternative en érigeant un mur doton de bonne facture. La faiblesse de cette attaque fulgurante venant du protégé d’Oonoki ne tarda pas se déclarer. La chaleur et l’huile provoquèrent un nuage de fumée désagréable. Le subterfuge parfait pour ce clown aux yeux rouge sang. La vigilance était de mise, mais malheureusement, il ne put anticiper les entraves en terre qui volèrent pour emprisonner ses poignets à toute vitesse. Attirées comme des aimants, ces menottes le clouèrent sur un gros rocher. Le rasé avait été secoué mais ne se laissa pas aller. De ses paumes coulèrent une sève blanche, sa cire dopée en chakra. Elle rongerait ce qui lui serrait les mains.

    Mais ce n’était pas dans les intentions de Joke qui s’approcha en dehors des fumerolles. Ses brûlures étaient bénignes. Son blouson de motard avait été dévoré par le feu, ce qui faisait qu’il s’en était débarrassé. Le voilà maintenant découvert, dans un débardeur blanc. Son bandeau buccale n’avait pas trop morflé, et comme pour montrer sa supériorité, il marchait doucement les mains dans les poches. Il était trop proche. Tofu n’aurait pas le temps de se libérer. L’autre cinglé le poignarderait sans la moindre hésitation. Contre tout attente, Joke n’activa pas les dagues de ses semelles. Il s’enleva plutôt son bandeau, découvrant ses grandes lèvres étirées. Une peinture noire faisait office de rouge à lèvre mais qui débordait sur les côtés. Tofu s’empressa de fermer les yeux.

 

– Comme si je n’étais pas au courant du sceau sur tes lèvres ! Je sais très bien que dès que tu sourira de plus bel, cela activera un genjutsu atroce et interminable,  houspilla-t-il.

 

– Oh, c’est dommage… Tu ne veux vraiment pas rire durant tes derniers instants ? Allez, tu vas bien faire un effort !

 

– Tu ne m’auras pas avec ce manège !

 

– Oh ne t’en fais pas, j’ai d’autres tours dans mon sac, pour que tu rigoles jusqu’à en mourir.

 

Il était si sûr de lui qu’il en tira sa langue de manière perverse. L’ex responsable de l’unité des explosifs inspira. Ses poumons se gonflèrent et finit par souffler l’air ainsi engrangé. Son gaz n’était plus carbonique et Tofu le sentit. Il le respira. Nerveux, le vaincu se mit à transpirer et faisait tout ce qui était en son pouvoir, pour garder son calme, de la retenue. C’était au-delà des limites humaines. Il explosa. Un cri étranglé réveilla la forêt, dont une volée de corneilles qui déguerpit. L’espion venait d’extérioriser sa souffrance dans une même élévation de voix, entre l’horreur et le fou rire.                         

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Super chapitre !

 

On découvre enfin la ville où se cache Joke et sa nouvelle bande en jette grave avec leur look déjanté et atypique. Je vois une certaine inspiration de Batman :)).

 

Dès que j'ai vu Tofu, j'ai senti que ce dernier n'était pas bien avec Joke, et ça c'est confirmé quand il s'est fait prendre sur le fait par le fou. Il est surveillé en plus.

 

Je vois vraiment pas comment Ensei s'en sortira face à tous ses ennemis, il aura besoin d'aide extérieur, j'espérais sur Tofu mais c'est mort.

 

En tout cas j'ai hâte de voir la suite.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonne mise en scène avec l'apparition de personnages connus et d'autres moins comme ce bon vieux Tofu. Ce dernier est mort dans d'horribles souffrances sans avoir pu informer son leader des méfaits de l'impitoyable Joke. Joke, j'aurais du y penser mais c'est vrai qu'il a de quoi en vouloir au petit ensei mais tout de même, son plan reste quand même un peu un mystère puisque ils peuvent aller vite en terminer avec lui.

En tout cas je confirme que seul ensei ne peut rien à moins que son nouvel oeil puisse accomplir des miracles.

Tient d'ailleurs, surprenant la technique de Joke avec le genjutsu, du coup je vois bien un duel dans ce registre avec le héros.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est bon de revoir Joke, ce clown cinglé m'avait manqué. ;D Joker like ! 8)

 

Il s'est trouvé quatre trois compagnons fidèles, dont un qui se la joue aveugle, et qui va attaquer Ensei. L'occasion de voir les capacités de son nouvel œil ?

Par contre, va-t-il devoir affronter le clan de Joke seul ? Auquel cas il aura bien du mal, rien que Joke seul est redoutable. D’ailleurs, je me dis qu'une alliance entre lui et le fou de Kumo risquerait d'être cinglante, ils se ressemblent un peu je trouve. Ou au contraire, comme les opposés s'attirent, ils seront ennemis ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

On découvre enfin la ville où se cache Joke et sa nouvelle bande en jette grave avec leur look déjanté et atypique. Je vois une certaine inspiration de Batman :)).

 

Oui je me suis fortement inspiré de l'univers de Batman, Joke dans le rôle du Joker et la fille rasée dans celui de harley quinn. Qui peut bien être Batman ?  9_9

 

Dès que j'ai vu Tofu, j'ai senti que ce dernier n'était pas bien avec Joke, et ça c'est confirmé quand il s'est fait prendre sur le fait par le fou. Il est surveillé en plus.

 

Il ne faut pas sous-estimé ce fou psychopathe ! Et bien sûr Oonoki était suffisamment sur le qui-vive pour garder un oeil sur Joke. ^^

 

Je vois vraiment pas comment Ensei s'en sortira face à tous ses ennemis, il aura besoin d'aide extérieur,

 

Oui peut-être, à moins que tu sous-estime Ensei ou que tu surestimes les larbins de Joke.

 

Bonne mise en scène avec l'apparition de personnages connus et d'autres moins comme ce bon vieux Tofu. Ce dernier est mort dans d'horribles souffrances sans avoir pu informer son leader des méfaits de l'impitoyable Joke.

 

Et oui, Joke aura défait ses liens avec Oonoki, il pourra agir bien plus librement.

 

Joke, j'aurais du y penser mais c'est vrai qu'il a de quoi en vouloir au petit ensei mais tout de même, son plan reste quand même un peu un mystère puisque ils peuvent aller vite en terminer avec lui.

 

Exact, il complote quelques chose. Avant tout pour Joke, tout ceci est un jeu... qui a ses enjeux. ^^ Ensei a son importance dans les projets de Joke, vous verrez bien par la suite.

 

En tout cas je confirme que seul ensei ne peut rien à moins que son nouvel oeil puisse accomplir des miracles.

Tient d'ailleurs, surprenant la technique de Joke avec le genjutsu, du coup je vois bien un duel dans ce registre avec le héros.

 

Le Kashingan sera un atout de taille, Jokene le connait pas celui-ci.

Le sceau qui entraine le genjutsu a été utilisé contre le gardien de prison dans l'arc précédent. Là pour le coup, c'est une toute nouvelle technique qu'il a mis au point.

 

C'est bon de revoir Joke, ce clown cinglé m'avait manqué. ;D Joker like ! 8)

 

En effet, Joke et le Joker de la fiction.  ;D Il a aussi un côté Ryuk de Death Note dans le physique et le style. Bref un mélange des deux.

 

Il s'est trouvé quatre trois compagnons fidèles, dont un qui se la joue aveugle, et qui va attaquer Ensei. L'occasion de voir les capacités de son nouvel œil ?

 

Ce sera compliqué comme ensei a besoin d'un contact visuel. ^^

 

Par contre, va-t-il devoir affronter le clan de Joke seul ? Auquel cas il aura bien du mal, rien que Joke seul est redoutable. D’ailleurs, je me dis qu'une alliance entre lui et le fou de Kumo risquerait d'être cinglante, ils se ressemblent un peu je trouve. Ou au contraire, comme les opposés s'attirent, ils seront ennemis ...

 

Tu veux dire... le gros ninja de Kumo et Joke le clown, alliés ?? Ce serait un sacré remue ménage ! Et je peux te certifier que dans ces conditions, Ensei n'a aucune chance.  :D Puis Le gars  de Kumo recherche Bangezo et Joke, c'est Ensei qui l'intéresse.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Bloddy, j'adore ta fic =) je viens de passer 3 jours à lire tes chapitres.

Je trouve ça bien écrit, et cohérent.

 

Au début j'étais surpris de la fin de Ryu (meme si je suis persuadé qu'on le revéra, soit parce qu'il n'est pas si mort que ca soit Edo Tensei d'un ennemi ou autre.. de toute facon la Mort dans le monde de Naruto n'a rien de définitif :P )

Mais à la reflexion je ne vois pas ce qu'il aurait pu faire d'autre que de se laisser tuer : il était d'accord avec les convictions de son ami (et s'était son ami) donc il ne pouvait se résoudre à le traquer, mais il était contre les moyens employés donc il ne pouvait pas non plus le cautionner, dans un sens se laisser tuer lui a évité une vie de dilemme.

Pour l’œil légué on ne peut que faire le raprochement Obito-Kakashi comme ca a déjà été dit, meme si je me demande si ça apporte un réel plus à Ensei ou si c'est plutôt que Ruy voulait apporter une contribution "symbolique" à sa cause ?

 

En parlant de cet oeil ..

Pourquoi le Gauche ? au pif ? ou bien à l'image du sharingan chaque oeil possède une faculté ? (ou du moins se distingue de l'autre)

 

En ce qui concerne l'arc, il me semble aussi évident qu'on va revoir Oro, je m'en suis douté rien qu'en voyant le titre, car c'est vrai que la vraie référence du manga en matière de science c'est ce vieux serpent ^^ d'ailleurs il est possible qu'il soit celui qui parvienne à faire acceter notre héro au Senjutsu (car il y est presque, et quand on voit que Kabuto à réussi... son âme était loin d'être pure ^^)

 

Impatient de connaitre la suite !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Bloddy, j'adore ta fic =) je viens de passer 3 jours à lire tes chapitres.

Je trouve ça bien écrit, et cohérent.

 

Un grand merci à toi ! Purée, tu as eu du courage pour tout rattraper !  :o En trois jours, tu as dû te péter les yeux devant ton écran, lol.

Je suis plutôt rassuré que tu trouves tout ça cohérent. Je veux vraiment que cette fiction se greffe dans l'oeuvre de Kishimoto sans qu'il n' ait d'accroc. 

 

Au début j'étais surpris de la fin de Ryu (meme si je suis persuadé qu'on le revéra, soit parce qu'il n'est pas si mort que ca soit Edo Tensei d'un ennemi ou autre.. de toute facon la Mort dans le monde de Naruto n'a rien de définitif :P )

 

C'est possible dans ce manga. En tout cas Ryusuke a été un personnage que j'ai aimé faire vivre dans le récit.

 

Mais à la reflexion je ne vois pas ce qu'il aurait pu faire d'autre que de se laisser tuer : il était d'accord avec les convictions de son ami (et s'était son ami) donc il ne pouvait se résoudre à le traquer, mais il était contre les moyens employés donc il ne pouvait pas non plus le cautionner, dans un sens se laisser tuer lui a évité une vie de dilemme.

 

Bien écoute, tu résumes parfaitement ce qui a traversé l'esprit de Ryusuke, je n'aurai pas pu l'exprimer mieux que ça. ^^

 

Pour l’œil légué on ne peut que faire le raprochement Obito-Kakashi comme ca a déjà été dit, meme si je me demande si ça apporte un réel plus à Ensei ou si c'est plutôt que Ruy voulait apporter une contribution "symbolique" à sa cause ?

 

Oh, le Kashingan s'activera de lui-même quand Ensei enlevera le foulard qui le cache, donc il sera d'une bonne aide. Mais du point de vue de Ryusuke c'est bien plus que ça, c'est aussi un symbole, bien vu.

 

En parlant de cet oeil ..

Pourquoi le Gauche ? au pif ? ou bien à l'image du sharingan chaque oeil possède une faculté ? (ou du moins se distingue de l'autre)

 

Oui, au hasard. Les deux yeux fonctionnent d ela même façon et ont le même pouvoir, ou bien les mêmes pouvoirs.  ;) C'est un peu comme le byakugan en somme.

 

En ce qui concerne l'arc, il me semble aussi évident qu'on va revoir Oro, je m'en suis douté rien qu'en voyant le titre, car c'est vrai que la vraie référence du manga en matière de science c'est ce vieux serpent ^^ d'ailleurs il est possible qu'il soit celui qui parvienne à faire acceter notre héro au Senjutsu (car il y est presque, et quand on voit que Kabuto à réussi... son âme était loin d'être pure ^^)

 

Ah, comme ça il ne fait pas de doute que nous verrons Orochimaru. ^^ Je pense que je ne peux vous le cacher, en plus Ensei est au pays de Ta. Après tu t'avances pas mal à propos du mode ermite. Il faudrait qu'ils soient bons amis, avoir une relation maitre/élève, là il n'y a rien de semblable... sauf si Bangezo n'est autre qu'orochimaru... Je vous embrouille.  ;D

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

6.6 A l’aveuglette

 

    Durant cette même nuit, le silence était retombé dans la ville voisine. Le petit matin se pointait au-dessus de l’auberge où Ensei s’était permis une pause. L’aube tardait à sortir, quelques volutes blanchirent l’horizon. Ce fut à cette heure qu’une silhouette se mit en mouvement sur la chaussée. Celui qui devait garder un œil sur le gosse, avait suffisamment patienté. À ce moment-là, en règle général, n’importe qui était entré dans un profond sommeil. Ce blond au bandeau sur les yeux se glissa à l’intérieur du respectable établissement. Sans nul doute qu’il avait reçu une formation dans ce but. Être ninja aidait en ce sens, mais lui devait être un assassin surentrainé pour faire irruption en toute discrétion. Une fois sa tache achevée, il s’évanouirait comme la mèche d’une bougie. Il avait parfaitement localisé la chambre. A pas de chat, il s’en approcha. Puis ce fut un jeu d’enfant de déverrouiller la porte. Il crocheta la serrure dans le silence le plus complet. Il était sur la bonne voie. La pièce était dans la pénombre, et le client était assoupi sous ses couvertures. Son intrusion était un succès. Ce ninja ténébreux ne se doutait de rien. Un kunai bien placé lui serait fatal. Il en attrapa un, et d’un geste habile le lui planta dans le bide. Ce fut rapide et sans bavure, accompagné d’un bruit sec. Seulement ne serait-ce qu’avec l’ouïe, il ne reconnut pas le son du métal traversant la chair. Ce fut plus tendre… Il voulut e avoir le cœur net et retira la couette. Au même instant, le placard dans son dos s’ouvrit à grande volée. L’homme de main de Bangezo s’y était terré, pour prendre le dessus sur son agresseur nocturne. A sa place, il avait mis un tas de coussins pour faire croire à sa présence dans le lit. Ensei était prêt à l’égorger par derrière, c’était sans compter les sens aiguisés et les réflexes de son assaillant. Même si une main avait été occupé à trouer un oreiller, l’autre fut prompte à intervenir en tirant le long bâton tenant sur son dos. Il repoussa de cette manière cet autre criminel encapuchonné. Ensei en fut désemparé, et ne vit qu’au dernier moment le bandé des yeux procéder à un mudra.

 

Flash Aveuglant ! Lança l’assassin.

 

Du bout de ses doigts, il fit naitre une perle de lumière qui se répandit en un flash envahissant, comme une trainée de poudre. Ensei en fut désorienté, et pour ne pas laisser de champ libre à cette pourriture, il se jeta à travers le verre de sa fenêtre, les bras protégeant son visage. Un peu dans la panique, il se réceptionna sur le pavé de rue.

    Il venait de s’en sortir de justesse, tandis que son vis-à-vis le rejoignait, serein, le regard toujours absent. Sa vision obstruée  ne l’empêchait pas de savoir exactement où se trouvait l’ado. Il était aussi à l’aise que s’il voyait clairement, ce qui n’était pourtant pas le cas. Avec le fracas de la vitre, le voisinage ne mettrait pas longtemps à rappliquer. Cependant ce shinobi d’Iwa s’en tenait là, à bonne distance d’Ensei, en signe de défi. Il était différent d’un tueur classique. Il aimait avoir du répondant. Le gamin fit marcher ses neurones, et s’éloigna à toute vitesse. « Si des civils viennent, ça pourrait mal tourner. Tant que je peux m’enfuir, autant le faire. »

    Le choix était le plus judicieux. Il déguerpit, prenant appui sur les balcons, et les toitures. Le principal était de se mettre un peu plus à l’abri. Suite à ces quelques galipettes, il se mit à s’enfoncer dans une ruelle étroite. Avec ses déplacements, il espérait fausser les pistes, afin que son agresseur le laisse respirer un instant. Il ne voulait pas le perdre, après tout il était le seul lien qui pouvait l’amener à ce fauteur de trouble de Joke. Le doute n’était plus permis, car même le tueur qui le prenait en chasse était du village d’Iwa, comme par hasard. Alors qu’il s’égarait dans ses pensées, il déboucha de sa galerie mal éclairée, et se retrouva nez à nez avec l’aveugle. Il ne l’avait pas lâché d’une semelle. Leur face à face était inévitable. Il n’eut plus à hésiter, le garçon l’accula du mieux qu’il put. Chargeant ses paumes comme des scalpels de chakra, il vint au corps à corps. Le blond ne loupait pas un de ses enchainements. Son bô, son long bâton, tournait et lui conférait une défense et une contre-attaque bien huilées. Ensei était tenu en respect. A force de se prendre des coups, il tomberait d’épuisement. Il devait changer d’approche, heureusement il en avait la possibilité car son ennemi lui laissait assez de temps pour se préparer. Il en profita pour se créer deux clones. Son chakra ne lui permettait pas d’avantage, comme la technique était gourmande en énergie. A eux trois, ils pourraient déjouer ses parades. Les clones attaquèrent les premiers, et l’aveugle se contentait de les contrer tranquillement. Le nombre ne semblait pas le gêner. Il les repoussait de son bâton, l’un après l’autre, ou en même temps avec une facilité déconcertante. « Comment fait-il pour négocier plusieurs attaques en même temps ? Il doit avoir un autre moyen de détection. S’il ne peut se servir de sa vue, c’est que ses autres sens sont plus affutés. » Ensei ne croyait pas si bien dire. Son opposant trainait un handicap qui l’aurait normalement condamné à suivre une autre voie que celle du ninja. Cependant, il l’avait surmonté. Il avait son ouïe, son odorat, peut-être même un sixième sens ! Il avait malgré sa déficience réalisait son rêve. Mais Ensei ne devait pas s’attendrir pour si peu. Il devait vaincre. Pour cela, ses doubles s’acharnèrent, et lui persévéra en étirant son doigt nerveux dans un angle mort. La stratégie était parfaite, seulement rien n’échappa à la perception du blondinet. Il éleva le niveau, et d’une bourrasque d’air, détruisit les clones. Avant que la connexion ne soit faite avec son cerveau, il se baissa puis, frappa l’abomination farouchement. Nouvel échec. Décidément, Ensei était dans une impasse. Il avait beau varier, ce nukenin ne pliait pas une seconde. Au bout du compte, le jeune homme haletait. Il faisait bien plus d’efforts à prendre les devants et à se faire renvoyer d’un coup de bô ou de coude. Comprenant qu’il ne retirerait plus rien de son adversaire, celui d’Iwa passa à l’action. Il avait suffisamment patienter comme ça. Son mentor l’avait surévalué. L’aveugle se jeta sur le borgne qui n’eut droit qu’à un temps de réaction très limité. Un kunai fusa, une ultime tentative inutile. Le bô allait lui heurter violemment le crâne, sauf qu’il eut  le geste qui sauve. Il évita de se faire assommer par un mouvement de recul de la tête. Le bois lui passa devant, et il le saisit. D’une poigne de fer, il l’attira à lui. Le tueur en fut stupéfait, ne comprenant pas tout de suite ce qu’il lui arrivait. Il fut dans l’incapacité de répliquer, et pour la toute première fois, Ensei le toucha. Pourtant, il avait tout fait pour ne pas être pris de cours. Une touche suffit à le paralyser. L’azuré n’avait pas perdu son objectif de vue, user de son raiton pour le rendre inoffensif.

    La suite des évènements étaient plus qu’évidentes. Le shinobi ne pouvant plus bouger, il plaça son justu redoutable, tissant son chakra autour des neurones de sa victime. En un dixième de seconde, il retraça la vie de ce déserteur qui voulait sa peau. Il s’attarda que très peu sur sa jeunesse, dont l’amitié qu’il nourrissait avec Joke depuis l’académie. Le déjanté avait bien changé depuis. A cette époque, il avait soutenu en diverses situations son compagnon, cet aveugle répondant au nom de Jintsu. Ils étaient comme frères. Mais ce n’était pas ce sur quoi le gosse calculateur devait s’appesantir. Ce qu’il voulait, c’était la position exacte du refuge de ce bouffon écervelé. En trifouillant bien, il récupéra l’information, le sourire en coin. Non loin de lui, une personne surveillait ce qui s’y passait. Elle ne bougea pas le petit doigt quand l’enfant des neiges tira un trait sur l’existence de l’infirme. Ce n’est pas qu’elle n’y était pas insensible. Elle l’aimait bien ce Jintsu, mais c’était un passage obligé dans les plans de son amant. Mise à l’abri sous un manteau à capuche, la seule femme aux airs gothiques de la team de Joke devait juste faire un rapport du résultat du combat. Quelque chose lui disait que son maitre en serait enchanté. Elle se mordilla sa lèvre noire avant de se détourner de ce spectacle.

 

    La demoiselle avait accouru jusqu’au repaire. Les mêmes projecteurs de lumières vertes et rouges tamisaient la pièce commune. Elle se dépêcha de donner les nouvelles aux deux derniers de sa bande. Elle releva la cagoule de sa tête, et fit l’annonce :

 

– II est sur le point d’arriver.

 

– Oh, je vois. Il a donc répondu à mes attentes, se félicita Joke, étendu sur un canapé, la tête à la renverse.

 

– Je ne saisi toujours pas comment tu as pu envoyer Jintsu à l’abattoir, lui avoua-t-elle furax.

 

– Je dénote une pointe de colère dans ta voix, ma chère Atirina, se moqua-t-il. C’est pourtant une évidence, pour l’attirer dans notre piège, j’avais besoin d’un appât, que quelqu’un se sacrifie. Et j’ai préféré sacrifié le Pion. Tout est une question de stratégie, ma toute belle.

 

– Et Tofu ? N’était-il pas un guerrier de valeur ? Ouvrit un œil le musculeux shinobi qui s’était assoupi sur sa chaise.

 

– Oh bien entendu Sapubaru. Mais vois-tu, le Cavalier a quitté les rangs, et durant sa fuite, il est tombé de cheval, pouffa-t-il après avoir fait sa blague énigmatique.

 

Ses deux acolytes n’avaient cette fois pas le cœur à rire. Leurs collègues avaient perdu la vie en un rien de temps. Est-ce que la leur était tout autant menacée ? Joke comprit le malaise.

 

– Vous n’avez aucune inquiétude à avoir. Si vous vous en tenez au plan, il n’y aura plus de mort à déplorer. Ah ! Jubila-t-il. J’ai hâte de revoir sa frimousse d’ange !               

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon chapitre !

 

Un chapitre haletant et de course poursuite bien maitrisé ;). Tu as joué avec le suspens et la tension au début pour finir sur une course poursuite bien intense, et décidément ce petit aveugle avait un bon niveau, son handicap l'a bien aidé a décuplé ses sens, ce qui le rendait presque intouchable.

 

Ensei peut dire que c'est la chance qui l'a permis d'atteindre son ennemi à la toute fin, grâce à ça, il a pu se procurer de nouvelles infos et la team de Joke finit par se réduire bien que cela ne change rien pour lui, il en garde même le sourire, il s'enfout de la vie de ses potes, un vrai sal****d.

 

Mais la chute en sera que plus dur pour lui, à la fin.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ouch ! Un de moins dans la team de Joke mais à chaque fois on peut considérer que c'est de sa faute car il les souhaitait mort pour voir son plan s'accomplir. Un homme dangereux qui trahit ses plus fidèles et anciens compagnons du coup je ne serais pas étonné qui trahisse la fille aussi.

Ce jintsu était plutôt coriace malgré son handicape mais il semblait lui manquer des attaques plus mortelles car il a dominé le combat dans sa globalité.

 

La team Joke est toujours en supériorité donc j'ai du mal à penser que Ensei ait une chance. Il lui faudrait l'aide de quelqu'un pour venir à bout de ces déserteurs.

Ah et si la fille peut lui renseigner sur les techniques employées, Joke ne sait toujours pas pour ses nouveaux yeux !!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un chapitre haletant et de course poursuite bien maitrisé ;). Tu as joué avec le suspens et la tension au début pour finir sur une course poursuite bien intense, et décidément ce petit aveugle avait un bon niveau, son handicap l'a bien aidé a décuplé ses sens, ce qui le rendait presque intouchable.

 

Jintsu était quasiment tout le temps sur la défensive, donc c'est sûr qu'il ne laissait peur ou pas d'ouverture. Il lui a suffi de mal interpréter l'état d'Ensei pour se faire avoir.

 

Ensei peut dire que c'est la chance qui l'a permis d'atteindre son ennemi à la toute fin, grâce à ça, il a pu se procurer de nouvelles infos

 

Un coup de chance, oui ! ^^ Mais il l'a provoqué.

 

et la team de Joke finit par se réduire bien que cela ne change rien pour lui, il en garde même le sourire, il s'enfout de la vie de ses potes, un vrai sal****d.

 

Il est fidèle à lui-même, tant qu'il a du jeu dans sa main, il ne s'inquiète pas, il se contente de jouer dans la joie et la bonne humeur. ^^

 

Mais la chute en sera que plus dur pour lui, à la fin.

 

Certainement.  ;)

 

Ouch ! Un de moins dans la team de Joke mais à chaque fois on peut considérer que c'est de sa faute car il les souhaitait mort pour voir son plan s'accomplir. Un homme dangereux qui trahit ses plus fidèles et anciens compagnons du coup je ne serais pas étonné qui trahisse la fille aussi.

 

Oui, pour l'instant la victoire d'Ensei a été voulu, presque orchestrée par Joke. Et la série de tests mortels n'est pas terminée. A propos de la demoiselle, elle pourrait elle aussi y passer, mais contrairement à Jintsu, elle n'a pas cette dévotion envers leur meneur. Jintsu obéissait aveuglément à Joke.

 

Ce jintsu était plutôt coriace malgré son handicape mais il semblait lui manquer des attaques plus mortelles car il a dominé le combat dans sa globalité.

 

Tu as raison, il n'avait pas de technique puissante et très offensive, il était juste doué en infiltration.

 

La team Joke est toujours en supériorité donc j'ai du mal à penser que Ensei ait une chance. Il lui faudrait l'aide de quelqu'un pour venir à bout de ces déserteurs.

 

A voir dans le prochain chapitre. On verra soit l'étendue du niveau d'Ensei soit ses limites.

 

Ah et si la fille peut lui renseigner sur les techniques employées, Joke ne sait toujours pas pour ses nouveaux yeux !!

 

Atirina non plus ne sait rien sur ce que cache l'oeil borgne, et elle doit penser que Joke est plus au courant  là-dessus.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

6.7 Les pièces de l’échiquier

 

    Le jeune borgne à la tignasse bleu ciel était résolu. Il avait dans sa ligne de mire ce dénivelé sur sa route. Un peu plus haut, la baraque de ce fou dangereux. Ensei ne niait pas que Joke pouvait lui en vouloir après l’échec sur Kiri. Mais apparemment, il était plus là pour s’amuser, en témoigne le jeu de piste, et l’assassin qui avait plus l’allure d’un examinateur. Bref, de toute manière, il devait savoir ce qu’il trafiquait. Ainsi, il plongea dans les bois qui formaient une ceinture autour de la colline. De temps à autre, la lumière perçait au travers des frondaisons. Quant à lui, il avançait au pas de course avec qu’une idée en tête, en finir au plus vite. Il ne dévia pas de son itinéraire, et plus il approchait de sa destination, plus il devait se tenir sur ses gardes. Progressant à grandes enjambées, il avait comme l’impression que les bois étaient anormalement calmes. Les oiseaux retenaient leurs pépiements. Il se mit ralentir le pas de branche en branche, et cette vague sensation se confirma. Il était pris en chasse. Après par qui ? Sûrement un homme de main de ce satané bouffon. Mais cette raison n’était pas suffisante pour lui faire rebrousser chemin. Il avait gagné en assurance avec toutes ses missions accomplies. Seulement, il valait mieux être en alerte.

    Alors que les troncs défilaient  sur son passage aérien, il discerna enfin son poursuivant. Il le suivait en parallèle, à la même hauteur. Une femme à la tête complètement nue de tout cheveu. Sa première intention était de la semer. Une perte de temps puisqu’avec tous les efforts du monde, il n’arrivait même pas à allonger les distances. Elle se déplaçait sur sa gauche, et entre les troncs, elle lui adressa un baiser et un clin d’œil aguicheurs. C’était de l’intimidation à sa façon. En suivant, elle ouvrit légèrement la bouche et souffla une aiguille à son intention. Ensei se ramassa en avant, et l’objet volant siffla au-dessus de ses oreilles. Il dût faire une roulade, et s’arrêter au cas où une nouvelle salve lui serait destinée. Il n’était pas à son avantage, et pourtant la femme ne prenait pas les devants. Elle se contentait de l’immobiliser. Le gamin expérimenté commençait à perdre patience. Il n’avait surtout pas de temps à perdre en pleine cambrousse. Il jeta projectile sur projectile à chaque fois qu’elle faisait irruption dans son champ de vision. Des lancers qui échouèrent lamentablement vu qu’elle repartait se fondre dans les plantes environnantes. Cette aisance ne laissait planer aucun doute, elle avait une technique de camouflage. La débusquer serait long, ennuyeux et harassant. « Je ne peux pas me permettre d’attendre ici. Il faut que je bouge mais avec elle… maintenant que j’y pense, depuis que je n’avance plus, elle ne m’attaque plus. J’ai compris ! Son but est de me bloquer, faire gagner du temps à ses acolytes ! Tant pis, j’accélère, et si elle remet ça, je lui montre de quel bois je me chauffe ! » Maintenant qu’il avait compris son petit manège et qu’il avait repris de l’aplomb, il se remit en route de plus bel. Maintenant que l’effet de surprise ne tenait plus, la kunoichi aux aiguilles aurait à se dévoiler. Ensei s’était attelé de nouveau à sa course effrénée. Etrangement, il n’eut plus à faire attention à la ninja. Elle avait abandonné sa traque. Elle avait dû juger désavantageux de poursuivre.

    En un rien de temps, il accéda au bâtiment renfoncé dans le relief, comme dans les souvenirs de sa première victime. Personne pour défendre la cache. Le double battant fermant l’entrée de cette mine réorganisée n’était même pas verrouillé. Il y pénétra sans un bruit, la respiration retenue. Il allait peut-être pouvoir le surprendre. « Non, ça m’étonnerait. S’il a cherché à me retarder avec cette fille, c’est qu’il est déjà au courant de ma venue. Je dois me méfier  de ce qu’il m’attend. » Il n’aurait pas pu mieux dire. Il jeta un œil au milieu de l’installation. Il remarqua qu’ils ne se refusaient rien, entre stock d’alcools et de nourriture, le confort du mobilier. Il faisait juste un peu trop sombre dans cette caverne moderne. Même si ses yeux s’y habituaient, comment faisaient-ils pour vivre dans cette nuit permanente ? En outre, pas un renégat ne l’avait accueillit. Il était bien seul.

 

– Oh là, ça sent le piège à plein nez, fit-il quelque peu nerveux.

 

Il n’était vraiment pas à son aise. La pièce cocotait le renfermé, et l’air était lourd. Tandis qu’il inspectait le repaire, une minuscule lueur se manifesta, contrastant avec l’ambiance maussade. Un briquet sur le comptoir  venait de s’activer sans une intervention humaine. Immédiatement, l’atmosphère crépita avant que la catastrophe ne se produise. Le centre de ces terroristes explosa, balayant tout ce qu’ils avaient rassemblés suite à leurs crimes et larcins, Ensei entre autre, prisonnier de cette tornade brûlante. Le piège avait été déclenché, souhaitant ainsi la bienvenue au traitre de Kiri.

 

    Ce fut en haut de la dune de terre verdoyante que l’ennemi s’était retiré. Atirina avait rejoint ses compagnons, après qu’elle eut gêné l’avancée d’Ensei. Son rôle avait été d’une importance capitale. Si elle n’avait pas réussi à le retarder assez longtemps, Joke n’aurait pas eu le temps d’accumuler son gaz détonant dans la planque. Ensuite, le bronzé aux faux airs d’aborigène, se prénommant Sapubaru devait lancer un katon basique sur un briquet laissé exprès, une fois que la gothique lui ait donné le signal. Et apparemment, le plan avait fonctionné à merveille. Le vacarme de l’explosion avait été tonitruant. Ce bruit retentissant dans ses oreilles, le blagueur invétéré ne se dessaisissait de son sourire ravageur.

 

– On dirait qu’il a succombé, en conclut Atirina. Tu l’as clairement surestimé, railla-t-elle.

 

Cependant, les nuées de poussière provoquées par le fracas de la mine disloquée les empêchaient d’en avoir la certitude. Qu’elle n’en fut pas le soulagement de Joke en voyant une ombre surgir du panache. Ensei avait survécu, et n’avait même pas une égratignure à guérir. Les deux hommes de main étaient circonspects alors que leur boss n’était que plus ravi. Il sortit les explications :

 

– Il parait qu’il est doué en ninjutsu médical, alors ne faites pas ces têtes. Mais j’opterai pour une autre solution moins coûteuse en chakra.

 

– Un clone, trouva la kunoichi. Il a envoyé un clone dans la gueule du loup.

 

– Bravo ma chère, ton esprit de déduction m’époustouflera toujours !

 

– C’est bien beau de me complimenter mais que fait-on ? Il va droit sur nous !

 

    Joke étira son cou blafard pour s’assurer de la distance qui les séparait encore. En effet, Ensei progressait à un rythme effréné. Si cela ne tenait qu’à lui, il le laisserait venir à eux, seulement l’avis de ses subalternes comptaient aussi. Il trouva un compromis.

 

– Bien, comme je vois que vous n’êtes toujours pas convaincus, procédons encore à un test. Sapubaru, tu n’as qu’à l’incendier avec ta technique la plus terrible, ordonna-t-il sans conviction, les bras levés.

 

Sapubaru n’était pas  du genre à discuter. Il s’avança et mit à la bouche son didgeridoo. En un souffle pris à pleins poumons, l’instrument à vent entonna sa note grave et stridente. Le son résonna et dévala la pente. Ce ne fut pas le seul effet, parce que le chakra du gaillard torse nu passa d’un bout à l’autre de l’objet musical et éclata à la sortie en un nuage. Il aurait été mal avisé de croire qu’il était tout à fait inoffensif. Il était plutôt lourd et descendait la colline comme une avalanche, sauf qu’à la place de flocons agglomérés, Ensei devrait affronter des tourbillons de cendres brûlantes. Ils l’avaleraient en l’espace d’une seconde. La bourrasque ardente prit de l’ampleur et l’inévitable arriva. Ensei se la prit de plein fouet ! Il avait peu de chance d’être indemne, à moins d’une nouvelle échappatoire. Joke était confiant à ce sujet, il ne mourrait pas, pas maintenant. Il jugeait l’obstacle trop facile pour le garçon débrouillard. Sa sérénité n’était pas exagérée, au contraire car un point noir tâcha le ciel ensoleillé. Il ne cessa pas de grossir avant qu’ils ne comprennent que l’ovni était leur adversaire. L’azuré amortit sa chute, les pieds et une main au sol. Il était à côté de l’artiste à la musculature finement taillée. Le voile de soufre s’étant levé, la carcasse d’un loup calciné se ratatinait. Son salut vint de lui. Un sacrifice forcé. Le louveteau adopté avait invoqué l’un des siens dans cette situation critique. Ce dernier voyant sa mort arrivait, avait effectué un saut prodigieux, bien au dessus des panaches de cendre. Seulement contre son gré, Ensei s’était permis de se substituer avec lui. Il en avait le droit. Ce fut alors le canidé qui encaissa, et l’humain qui eut la vie sauve. Mettant de côté la scène, l’ex membre de Yuki ne se reposa pas sur ses acquis. Il vint au contact du cracheur de cendre. Quant à l’autre, il ne se laissa pas aller, et tenta de le faucher à l’aide de son didgeridoo. Le gosse se baissa dans la foulée et n’hésita pas dans son prochain mouvement. Il transforma sa main en un scalpel de chakra et lui sectionna le sternum. Les conséquences furent immédiates, Sapubaru en eut le souffle coupé. La cage thoracique ne répondant plus au gonflement des poumons, il en récolta une atroce douleur. En plus, il ratait sa respiration. Entre panique et manque d’oxygène, il s’écroula.

    Ses compagnons ne demeurèrent pas passifs, du moins la femme au look improbable en tout cas. Atirina avait chargé à son tour. Ensei enchaina donc les adversaires sans la moindre pitié. Comme son outil à incisions était efficace, il le garda contre elle et parvint à lui trancher les muscles des bras et des cuisses. Au premier abord, cela avait l’air de fonctionner. Elle chancelait. Ce n’était qu’une vaine impression car malgré ces meurtrissures qui auraient dû la faire s’effondrer, elle résista. Elle venait d’activer une technique de régénération. Sa peau se flétrissait et sous celle-ci un autre épiderme se renouvela. Elle avait mué et tous ses organes avaient retrouvé une seconde jeunesse. Son attaque de front aurait dû lui mettre la puce à l’oreille, parce que désormais il était à sa merci. Il lui suffit d’un déhanchement pour se tenir face à face avec lui avant qu’elle ne l’attrape et… l’embrasse ?! Joke n’en était pas le moins du monde jaloux, il attendait. Par contre, Ensei était en plein désarroi. Il aurait aimé se défaire de ce baiser mais il en était incapable. Sensation étrange, il avait ses forces qui le quittaient. Par le biais de cet élan d’affection, la complice du bouffon lui aspirait le chakra, et le pire était qu’il ne pouvait s’en extirper, sa langue collée à la sienne. Ensei en tira une mine de dégoût. Toutefois, il n’avait pas le droit de s’appesantir sur cette situation inconfortable. Elle était en train de le priver de son pouvoir, et en un éclair, il n’aurait plus aucune solution à portée de main. Déjà, son arme secrète de fouilleur mémoriel ne répondait plus. Il était dans une impasse. Le seul moyen qu’il avait en sa possession était de bouger son bras. Lentement. Il le leva difficilement et le porta à son visage. Atirina continua sur sa lancée, en même temps intriguée par l’effort qu’il employait. Les doigts du pâlichon se plièrent sur le bandeau à son œil gauche. Il le fit tomber, mettant en valeur une pupille transformée, d’un vert émeraude. Atirina ne put s’empêcher de croiser ce regard.

    Instantanément, elle en fut pétrifiée. Une peur s’insinua en elle, un courant glacial coulait dans ses veines. Des bribes de son passé se recollaient entre elles avec des éléments imaginaires et perturbants. Le kashingan l’enferma dans une petite pièce, sa chambre de petite fille. Autour d’elle, tout n’était que trop rose et trop mignon. Des couleurs et des aspects qu’elle avait rejeté. Des étagères de poupées, de nounours et de poneys ravivèrent d’autant plus ses souvenirs douloureux. A cette époque, elle avait une belle frimousse, les cheveux noires brillants coupés au carré. Elle était vêtu d’une ravissante robe blanche à fleurs. Aujourd’hui, elle savait sur quoi elle passerait son temps. Elle monta sur son cheval à bascule et se balança, la coiffure partant dans tous les sens à chaque changement de direction.  Pourtant, elle ne semblait pas heureuse. En face d’elle, la porte de sa chambre menant au corridor. Elle comptait les secondes comme une horloge. Ses balancements correspondaient au temps qui passait inlassablement, mais aussi au pouls de son cœur qui s’accélérait. Elle avait les yeux rivés sur la poignée de porte imperturbable et immobile. Peut-être qu’il ne passerait pas la voir ? Au fond d’elle-même, c’était ce qu’elle espérait. Qu’il l’oublierait. Malheureusement il était toujours là, au rendez-vous. La poignée finit par tourner en douceur, puis la clenche émit un ‘clic’. Elle ne connaissait que trop bien cet enchainement qui lui revenait cent fois dans la tête. Elle cessa de prendre de l’élan. La colombe innocente qu’elle était n’avait pas su s’envoler hors de sa cage. La porte blanche s’entrebâilla dans un léger grincement caractéristique. Le loup était de retour… son père.

    La demoiselle était traumatisée. Ne se souciant plus de sa prise, elle le relâcha. Elle était beaucoup trop perturbée pour continuer. Les yeux écarquillés, les paupières tremblotantes, elle ne tarda pas à s’affaisser, accablée par les sentiments qui la bouleversaient. Ensei profita de ce moment de faiblesse, et rompit son genjutsu des plus réalistes, rien qu’en fermant l’œil. Ainsi cet atout demeura obscur pour Joke de plus en plus perplexe sur ce qui s’était produit. Mettant de côté la rasée, Ensei ramassa son pan de tissu et le replaça autour de sa caboche. Il était enfin en tête-à-tête avec le principal intéressé.

 

    Les deux ninjas étaient à cinq, six mètres l’un de l’autre. Ensei se contenait, il maintenait une expression obscurcie, terrifiante. Il était prêt à fondre sur l’inquiétant personnage aux yeux rouges. En revanche ce n’était pas dans l’optique du déjanté. Il était ravi de ce dénouement ce qui m’y hors de lui, le plus jeune.

 

– Je me demande bien ce qu’il te fait rire ! S’adressa-t-il à lui sur un ton cassant. Je viens de mettre hors course tous tes protégés, ça ne te gène pas ?!

 

– Oh non, pas du tout ! Frétilla-t-il. Tu as juste dépassé mes attentes !

 

– Je sais que tu manigances quelques chose. Tu n’agis jamais sans une arrière pensée derrière la tête, sauf si tu prends ce temps pour de la rigolade.

 

– Hé, hé, hé ! C’est fou comme tu me connais alors que nous nous sommes croisés qu’une seule fois. Mais moi aussi, j’ai su lire en toi. Nous sommes tous deux de la même trempe.

 

– Désolé mais je ne suis pas aussi cinglé.

 

– Je te le concède, seulement nous avons un vécu similaire, trahis pas nos villages respectifs.

 

– Et alors ? Tu as organisé ces attentats parce que tu fais dans le sentimental ? Le bouscula-t-il.

 

– Non plus. Je rassemble mon jeu, voilà tout.

 

– Tu ne pourrais pas parler sérieusement cette fois-ci ! S’emporta-t-il.

 

– Oh, je suis sérieux ! Une partie d’échecs est sur le point d’avoir lieu. Les différents camps se dressent, alors je monte le mien, se gratta-t-il la calvitie au niveau du front.

 

– J’ai du mal à te suivre…, avoua-t-il perdu.

 

– Tu t’es débarrassé d’un Pion en début de matinée, un sacrifice voulu de ma part afin de t’attirer. Tu es venu à bout de deux autres pièces maitresses, la Tour et la Reine, pointa-t-il du menton ces deux gardes du corps mal en point.

 

– Laisse-moi réfléchir, comprit aussitôt l’azuré, sans présomption, tu t’es adjugé le droit d’être le Roi.

 

– Bah non…, sourit-il à en déformer ses joues. C’est toi le Roi ! Et moi, je suis le Fou ! Pencha-t-il la tête sur le côté.                                             

                                 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Chapitre plein d'action !

 

Ensei a été un vrai Rambo dans ce chapitre, il a carrément foncé dans la gueule du loup avec assurance et quand-même réfléchi à quelques coups pour échapper à la mort.

 

Ce qui m'a choqué, c'est qu'il se met à sacrifier des loups sans remords :0.

 

En tout cas, il s'en est très bien sorti face aux deux sbires de Joke, il avait vraiment gagné en expérience et assurance.

 

La fin m'a bien surpris, le but de Joke est de s'allier à Ensei pour en faire le chef, je m'y attendais pas. Mais reste à voir si Ensei acceptera.

 

Un très bon chapitre, j'attends la suite !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ouais très bon chapitre.

 

On retrouve toujours le même Ensei un peu désinvolte et surtout très stratège réfléchissant à toute solution pour s'extirper de délicates situations. La meilleure du chapitre reste le clone pour fuir l'explosion. Je m'attendais à une maison qui explose puisque on avait eu l'identique à Kiri mais je croyais vraiment que c'était le vrai Ensei. Des petits points comme ça font que j'adore lire tes chapitres Bloody !

Bref, les deux "pions" comme aime les appeler Joke ont pas fais long feu. J'ai du mal à situer leur niveau. Est-ce Ensei qui est trop fort ou les deux qui sont moyens ? Bien qu'il s'en sort beaucoup grâce à son nouveau pouvoir. La technique du baiser m'a énormément rappelé celle de Baise dans HXH où là aussi elle pouvait contrôler les gestes de ceux qu'elle embrassait si ce n'est que dans ce cas présent elle semblait rendre immobile ou presque Ensei.

 

Pour la fin ça reste ambigüe. Je sais pas si c'est de l'humour allié à de la provocation ou du sérieux. En tout cas je donne aucune chance à une collaboration entre les deux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Chapitre plein d'action !

 

Ensei a été un vrai Rambo dans ce chapitre, il a carrément foncé dans la gueule du loup avec assurance et quand-même réfléchi à quelques coups pour échapper à la mort.

 

Je le voulais avec beaucoup de mouvements ce chapitre. Avec cet impression de foncer la tête baissée, je n'ai pas changé l'approche du personnage. Ensei fait en sorte d'avoir à chaque un coup en réserve. 

 

Ce qui m'a choqué, c'est qu'il se met à sacrifier des loups sans remords :0.

 

Oui, et de ce fait, Ensei s'enfonce d'autant plus dans ses travers.  :-\

 

En tout cas, il s'en est très bien sorti face aux deux sbires de Joke, il avait vraiment gagné en expérience et assurance.

 

C'est ce que je voulais particulièrement montré, son séjour prolongé à Kiri l'a formé.

 

La fin m'a bien surpris, le but de Joke est de s'allier à Ensei pour en faire le chef, je m'y attendais pas. Mais reste à voir si Ensei acceptera.

 

Une alliance des plus étranges... de quoi faire réfléchir le petit Ensei. ^^

 

On retrouve toujours le même Ensei un peu désinvolte et surtout très stratège réfléchissant à toute solution pour s'extirper de délicates situations. La meilleure du chapitre reste le clone pour fuir l'explosion. Je m'attendais à une maison qui explose puisque on avait eu l'identique à Kiri mais je croyais vraiment que c'était le vrai Ensei. Des petits points comme ça font que j'adore lire tes chapitres Bloody !

 

Merci ! Ce sont les passages qui me mettent le plus de temps à échafauder. J'ai envie de mettre avant tout la stratégie et l'intelligence plutôt que la puissance des coups. Enfin c'est comme ça que j'ai présenté Ensei, donc bon... ^^

 

Bref, les deux "pions" comme aime les appeler Joke ont pas fais long feu. J'ai du mal à situer leur niveau. Est-ce Ensei qui est trop fort ou les deux qui sont moyens ?

 

Un peu des deux, ils n'étaient pas si forts que ça, mais je pense que c'est surtout Ensei qui a fait des progrès incroyables, sans que le lecteur ne s'en rende compte.

 

Bien qu'il s'en sort beaucoup grâce à son nouveau pouvoir. La technique du baiser m'a énormément rappelé celle de Baise dans HXH où là aussi elle pouvait contrôler les gestes de ceux qu'elle embrassait si ce n'est que dans ce cas présent elle semblait rendre immobile ou presque Ensei.

 

Ouais je me suis mis à HxH récemment, et Baise fait partie de mes inspirations, sauf qu'Atirina n'a pas un pouvoir aussi abouti, et ne touche pas les sentiments.

 

Pour la fin ça reste ambigüe. Je sais pas si c'est de l'humour allié à de la provocation ou du sérieux. En tout cas je donne aucune chance à une collaboration entre les deux.

 

Tu vas sûrement avoir raison.  ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

6.8 L’hilarité à son paroxysme

 

    Ensei ne saisit pas toute la portée de ces dires basés sur ce jeu de stratégie. Qu’avait réellement en tête ce personnage excentrique ? Il le déroutait complètement.

 

– C’est encore une de tes blagues ! Moi, le Roi ? Si je te suis bien, tu voudrais que je sois le cerveau de ta petite bande, en quelque sorte.

 

– Tu as les aptitudes pour tenir ce rôle. Ce que tu m’a montré aujourd’hui, et les autres fois à Kiri est à la hauteur de mes attentes. J’ai besoin d’un gars comme toi.

 

– Ton offre est alléchante, mais j’ai un peu de mal à m’allier avec n’importe qui, à moins d’y être contraint.

 

– Oh, mais je ne suis pas n’importe qui ! S’offusqua-t-il avec légèreté.

 

– Je sais, et c’est peut-être plus troublant encore. De toute façon, je suis déjà en partenariat avec quelqu’un, et je doute que mon équipier veuille s’associer avec toi.

 

– Tu veux parler de ton patron, plutôt. Si tu veux mon avis, ça n’a rien d’une juste collaboration. Il te mène en bateau, et se sert de toi.

 

– Et ce n’est pas que tu souhaites faire avec moi ?

 

– Pas du tout, ce sera toi qui tiendras les rênes.

 

Malgré ces belles paroles, Ensei n’était pas convaincu. Après tout, il n’avait pas hésité à se servir de ses hommes sans le moindre scrupule, risquant ainsi leurs vies. Joke n’était pas sincère, et mentalement, il n’avait jamais connu une personne aussi atteinte que lui. Pesant le pour et le contre, il avait plus à gagner en étant fidèle à Bangezo. Le cinglé se faisait impatient, ses maudites pupilles écarlates posées sur lui.

 

– Alors qu’en dis-tu ? As-tu changé d’avis à propos de mon offre ? 

 

– Je refuse catégoriquement, baissa-t-il les yeux. Ce n’est pas dans mes intérêts de m’acoquiner avec une personne qui aurait besoin de se faire soigner.

 

    Le Fou ne releva pas l’insulte. Elle était assez facile comme il l’avait entendu un nombre incalculable de fois. En tout cas, les faits étaient là. Il ne saurait le dissuader de rejoindre ses rangs. Il s’en désola, le seul moment où il n’affichait plus un sourire coquin. C’était même surprenant de sa part. Il devait vraiment tenir à ce qu’ils s’associent. Déçu, il s’avança, ses bottes trainant sur l’herbe verte et la terre meuble.

 

– D’accord, j’ai compris. Je renonce. Tu ne seras pas mon Roi, déblatéra-t-il toujours dans son délire. Mais tu es une pièce maitresse d’un camp adverse alors je ferai mieux de te mettre… Echec et mat ! Pouffa-t-il.

 

En un rien de temps, il s’était faufilé auprès du gosse qui lui avait tenu tête. La jambe tendue et en l’air, il l’abattit. La lame à sa semelle avait montré le bout de sa pointe. Le coup était venu en traitre. Heureusement, le garçon s’était attendu à une bassesse et porta sa main à la jambe et la bloqua avant que ça ne lui soit fatal. Mécontent, le fou furieux lui colla une baffe à la place. Ensei put tout juste s’en protéger, et prit ses distances. Lui qui croyait l’avoir magistralement repoussé, il n’eut pas de temps mort. Joke le prit au piège en dressant un cube doton autour du frêle garnement. Il se retrouvait dans une salle sans fenêtre, dans l’obscurité la plus profonde. Un environnement qu’il affectionnait, mais ça Joke l’ignorait. Quoi qu’il en soit, l’originaire des flocons n’était pas à son avantage. L’autre perturbé avait soigneusement préparé son attaque en cas de refus. Pour ne pas lui laisser trop de temps de répit, il modela son doton pour qu’il prenne la forme d’un tube sur l’un des murs de l’enclos. Il déposa ses lèvres sur l’embout, et souffla. Son gaz inodore se répandait dans la case, paré à faire pleuvoir la mort à l’intérieur. En même pas une minute, l’enceinte en était remplie. Fier de lui, il finit par craquer une allumette contre sa joue et la jeter par l’orifice. A peine avait-il fait quelques bonds en arrière que le gaz réagit en un florilège de détonations. Le bunker de roche en était réduit en un choux fleur qui libéra des fragments de terre en pagaille. Le bouffon macabre était satisfait, seulement valait-il mieux se tenir sur ses gardes. Il se doutait pertinemment qu’Ensei avait eu largement l’occasion de trouver une solution. Ce fut le cas, l’adolescent effronté avait survécu au milieu des restes. Il n’était pas parvenu à se libérer ce qui aurait été au-delà des attentes du Manashi. Au lieu de ça, il restait debout, les mains enveloppées d’un chakra vert. Il se l’appliquait sur lui, effaçant toute trace de séquelles. Brûlures, fractures et lésions s’évanouirent. Il venait de se régénérer à une vitesse fulgurante. Joke étouffa son étonnement. Il était aux aguets maintenant. L’enfant de Yuki n’osait pas bouger d’un pouce, les mèches de cheveux masquant le haut de son faciès. La douleur le motivait dans un combat, en même temps elle l’empêchait d’esquisser un sourire machiavélique. Il avait le teint sombre et dur désormais. Il s’était nourri de ses ténèbres.

    Sa bouille agressive n’intimida pas le clown à la chevelure verte et filasse. Ce dernier voulait bien le lui faire comprendre. Comme s’ils n’avaient pas encore combattu, il causa, détaché. Il fit alors un commentaire sur son œil soit disant perdu.           

 

– Ça me désole qu’un petit gars comme toi ait déjà un œil en moins. Ce monde est si cruel et injuste, fit-il mine de verser une larme. C’est compréhensible que tu tires cette tête.

 

L’ancien élève de Denonai demeura intransigeant quant à ses réactions. Il se concentrait plus sur ce que faisait ce plaisantin plutôt que sur ce qu’il disait. La meilleure décision à prendre. Joke pouvait détourner l’attention. Pendant ce temps, Joke s’enfonçait dans son monologue.

 

– Ce n’est vraiment pas beau sur une figure aussi juvénile. Allez, je me dois te rendre le sourire, au moins avant que tu ne crèves !

 

Aussitôt annoncé, il procéda aux quelques mudras dont il avait besoin. Ensei avait hésité à jeter un kunai, une erreur grave quand il découvrit que Joke soufflait une substance gazeuse incolore. Il pouvait s’agir d’une feinte, cependant il ne fallait prendre aucun risque. Il sortit de la zone d’action de la technique. À force d’observations, il ne constata aucun effet jusque là. Et pourtant il s’était bien produit quelque chose, l’affreux nukenin enchaina avec d’autres sceaux.

 

Shoki no Bunshin !         

 

Là, ce fut flagrant ! Une nappe de fumée se matérialisait sous ses yeux. Ce n’était pas de la vapeur d’eau, mais bel et bien un gaz. Il était tout juste perceptible tandis qu’il prenait la forme de trois individus semblables au pitre. Des clones ou alors l’esquisse de clones puisque leur transparence laissait croire qu’ils étaient inachevés. Les tout nouveaux sbires de Joke s’exécutèrent unanimement, il vinrent vers Ensei. « Ouah ! Ils sont drôlement rapides ! » Leur nature gazeuse en était la principale raison. Ils se mouvaient en plus avec la même fourberie que leur créateur. Ensei devait les éviter à tout prix ! Il en avait la certitude. Mais à trois contre un, il n’avait pas d’options et se retrouva acculé. Ces êtres anormaux n’avaient pas de corps physique, impossible de les vaincre comme des clones d’ombre. Des créatures de gaz… Il valait mieux pour lui qu’il retienne sa respiration. Il eut la décence d’esprit de le faire. Il pouvait ainsi avoir un peu de temps de réflexion avec que son cerveau ne soit plus oxygéné. Néanmoins ce fut plus court que prévu. Ces spectres du fou à lier n’étaient pas attentistes. L’un d’eux se mit sous un état le plus volatile, et pénétra dans les narines du jeune homme. Le mal était fait. Le temps fut suspendu lorsque le shinobi redoutait le pire. Soudain, il eut l’envie de rire, de se marrer à gorge déployée, sans raison. « Qu’est-ce qu’il m’arrive ?! » Se retint-il la bouche.

 

– C’est du protoxyde d’azote, plus communément appelé gaz hilarant, claqua des dents le bout en train.

 

Joke était à présent tout près, et n’attendait qu’une chose… le fou rire incontrôlé. En réalité, c’était bien plus vicieux qu’un gaz hilarant banal. Mélangé à son chakra, les effets étaient dévastateurs. On pouvait mourir de rire, en témoigne son ex-partenaire Tofu.

    Ensei rougissait à vu d’œil, encore un peu de patience et il ne pourrait plus se retenir. Jamais il n’avait été dans un état pareil, ce qui le rendait fragile. Il allait céder alors il sortit son ultime atout. Il libéra le kashingan, juste dans la seconde. Il croisa la tronche du terroriste et le piégea dans une illusion à son tour, avant de remettre le dojutsu à couvert. Ce fut succinct, mais le contact visuel avait été établi. La vision d’horreur de Joke aurait laissé indifférent plus d’un, mais après tout il n’était pas normal. Dans une grande ville, sur la grande avenue, Joke déambulait comme à contre sens face au flux humain. On pouvait résumer le tableau ainsi, et c’est dans cette masse que cet ancien homme de main d’Oonoki perdit son sang froid. Tout étant une question de point de vue, et pour ce qui est de ce drôle de personnage, se retrouver dans ce flot de visages impersonnels, tristes, sans émotion apparente, le rendait plus fou qu’il ne l’était déjà. Son cauchemar : la monotonie et la mélancolie. Des sentiments tout simple qui le mettaient à bout de nerfs. Pour rectifier la situation, il se mit à raconter des blagues, à faire des grimaces aux passants. Aucun changement dans les attitudes, chacun vaquait à ses occupations avec nonchalance. Même son gaz hilarant ne marchait pas. Il aurait aimé s’éloigné de l’agglomération, seulement il y était coincé. Quelque soit le chemin qu’il empruntait, il revenait systématiquement à son point de départ. La folie le guettait. Il se torturait, ses ongles agressant le peu de cheveux qui lui restaient. Ne pouvant en supporter d’avantage, il gesticula dans tous les sens, et plongea dans une hystérie frénétique. Cette fois, il pétait réellement un plomb ! En dehors, Ensei remarquait les dégâts. Le clown partait en vrille. C’est alors de manière complètement suicidaire, que le blafard à la tignasse verte se mit à gonfler en aspirant de l’air. Un fausse impression puisqu’en fait il emmagasinait son gaz explosif dans son corps. Et il ne s’arrêtait pas de grossir, à la manière d’un ballon de baudruche. La comparaison faite, il était facile de deviner la suite des événements. Ensei avait tout intérêt de dégager. Mais bon, il avait ce fou rire qui le tiraillait. Il n’eut donc pas le choix, il tenta le tout pour le tout en s’électrocutant. Ainsi il put neutraliser cette irrépressible envie de rigoler, en revanche les efforts soutenus depuis le début de la journée le clouèrent au sol. Ce fut la blessure de trop. L’aubaine pour l’excentrique malfrat ! Il lança donc son jutsu le plus retentissant. 

 

Junkyou sha Fusen !         

 

Le bonhomme bouffi finit par éclater, soulevant le terrain dans un boucan du diable. Une explosion d’une extrême violence.

    Sentant que la bataille entre ces deux lascars tournait au vinaigre, la pauvre Atirina s’était relevée pour descendre de ce promontoire naturel. Le danger était devenu trop grand dès lors que Joke s’y mettait sérieusement. Après avoir prodigué des soins sommaires à son collègue et ami Sapubaru qui ne suffoquait plus, elle l’aida à se trainer le plus loin possible de la zone. Ils étaient presque arrivés aux premiers arbres de la forêt quand l’attaque finale de leur boss les fit sursauter. Avec appréhension, la femme se retourna. Elle fit silencieusement ses adieux à son vieil ami avec qui elle s’était amusée au jeu de la séduction. Son compatriote avait dépassé les bornes, il n’était plus bon de l’accompagner, cela en allait de sa sécurité, leur sécurité. De ce fait, ils décampèrent, vivant leur propre vie.

 

    En arrière, en haut de ce dôme d’herbe folles, le paysage était méconnaissable. Une cuvette venait d’être creusée, un énorme cratère défigurait le terrain. Seuls restes d’un cataclysme, des fumerolles s’élevaient comme plusieurs incendies tout juste éteints. Ensei n’était nulle part, certainement désintégré. Par contre, le bouffon espiègle était encore entier. Au fond du trou certes, mais le souffle tressautant dans sa poitrine. Il avait le courage une fois de plus de tirer sur ses lèvres, content de ne plus subir ces troubles mentaux. Qu’il soit ravi était une drôle de réaction d’autant plus qu’il était tout fumant, jambes et bras broyés par sa technique kamikaze. Il poussa un cri de soulagement :

 

– Ah ! Que ça fait du bien de se sentir vivant !

 

Peut-être aurait-il dû ne pas s’exprimer aussi fort, parce qu’il fut privé du spectacle de ce ciel azur. Il sentit son corps prendre de la hauteur. Il était en outre immobilisé, ficelé. Le temps de tourner de l’œil qu’il entrevit une langue géante l’avalait tout rond. Son dernier voyage.   

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Excellent combat qui a l'air de s'achever. Le coup du gaz hilarant m'a fait rire, comme quoi pas besoin d'être touché pour esquissé un sourire.

 

Je m'interroge sur Joke puisque sa demande n'est pas innocente. Tu réponds pas trop à la question de pourquoi cette demande, ou alors elle est justifiée par sa folie ? Quoi qu'il en soit il semblait détester la monotonie et l'action lui redonnait goût à la vie. Drôle de personnage à l'image des fous qui crépissent en prison. Toutefois faut bien reconnaître que ses techniques sont classes. Le coup des clones de gaz est bien joué. C'est là où l'affinité vent aurait été efficace pour déjouer cette technique. Vient ensuite ce fou rire chez Ensei. Sache que j'ai vu il y a quelques jours justement un reportage sur ça et ça n'a pas que du bon malgré les apparences.

 

Le final, aussi rapide tu meurs. Il a sorti son oeil émeraude en un éclair pour se débarasser d'un ennemi qui maîtrisait les débats jusque là. Ce pouvoir est quand même très puissant car Joke n'a absolument rien compris et s'est même suicidé bien qu'il avait encore l'air vivant. Il a des facultés à résister à ses explosions ?

Maintenant faut voir comment Ensei s'en est sorti. Est-ce qu'il va user de ses techniques de soins comme quand il était enfermé dans le dome de terre ? Ou l'aide des loups ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un très bon chapter  8) !

 

Ensei finit par refusé la demande de Joke, ce dernier avait trop de mauvaises qualités pour lui faire confiance et je le comprends. Mais de cette réponse a lieu un terrible combat entre nos deux personnages, et quel duel !

 

C'est le meilleur que tu as écrit jusqu'à maintenant, les jutsus de Joke sont comme à son image, loufoque et vicieux. J'ai bien aimé ces techniques de gaz hilarant et la manière dont notre héros, l'a contré décidément cet oeil l'a sauvé plus d'une fois 8).

 

La monotonie est ce qui fait peur à Joke, dans un sens je peux le comprendre à force tu meurs d'ennui si c'es toujours la même chose, donc il cherche de l'excitation.

 

Un final grandiose, et j'attends tout comme Magic de connaitre sa stratégie pour avoir survécu à la puissante explosion de Joke ? Il s'est téléporté dans la dimension des loups ? La suite :D

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je m'interroge sur Joke puisque sa demande n'est pas innocente. Tu réponds pas trop à la question de pourquoi cette demande, ou alors elle est justifiée par sa folie ?

 

Son désir de s'allier avec Ensei n'est pas très compliqué. Ils se ressemblent un peu, et Joke a pu déceler le potentiel d'Ensei. Puis, il parle de différents camps, ce qui montre qu'il était au courant de pas mal de choses. Mais bon, pour lui la partie est finie.

 

Toutefois faut bien reconnaître que ses techniques sont classes. Le coup des clones de gaz est bien joué. C'est là où l'affinité vent aurait été efficace pour déjouer cette technique.

 

Je ne te le fais pas dire que ce soit le gaz hilarant ou le gaz explosif d'ailleurs.

 

Il a des facultés à résister à ses explosions ?

 

Oui, il est moins sujet à ses propres explosions, mais il a aussi la peau dure. Je pense à la fois où il se faisait torturer mais ne ressentait pas la douleur lors de l'interrogatoire.

 

Maintenant faut voir comment Ensei s'en est sorti. Est-ce qu'il va user de ses techniques de soins comme quand il était enfermé dans le dome de terre ? Ou l'aide des loups ?

 

Ce sera pour le prochain !  :)

 

Un très bon chapter  8) !

 

Merci, j'espérais bien que tu l'ais aimé. ^^

 

C'est le meilleur que tu as écrit jusqu'à maintenant, les jutsus de Joke sont comme à son image, loufoque et vicieux. J'ai bien aimé ces techniques de gaz hilarant et la manière dont notre héros, l'a contré décidément cet oeil l'a sauvé plus d'une fois 8).

 

Tu trouves ? Je l'ai écris assez vite, je n'ai pas mis beaucoup de taijutsu, donc les jutsus de Joke se sont enchaînés les uns après les autres. Je suis content que le gaz hilarant fut un succès. Je me demande à combien s'éléverai le niveau de Joke en % maintenant... Le dojutsu sera d'une précieuse même encore à l'avenir. Un cadeau de marque que lui a fait Ryusuke. 

 

La monotonie est ce qui fait peur à Joke, dans un sens je peux le comprendre à force tu meurs d'ennui si c'es toujours la même chose, donc il cherche de l'excitation.

 

Et chez Joke, l'escitation est toujours là, il en recherche d'adrénaline ce farceur !  ;D

 

Un final grandiose, et j'attends tout comme Magic de connaitre sa stratégie pour avoir survécu à la puissante explosion de Joke ? Il s'est téléporté dans la dimension des loups ? La suite :D

 

Tout est possible, mais il risque de se faire tirer les oreilles par Apache, après le décès de l'un des leurs... quoiqu'après réflexion, ils ne sont pas censés savoir comment est décédé ce loup lors du combat.  ???

Share this post


Link to post
Share on other sites

6.9 Ce que cachent les nuages

 

    Il revint à lui, progressivement. Il émergeait après que son existence avait tangué entre la vie et la mort. L’adolescent avait failli périr, et pourtant il reprenait aujourd’hui ses esprits. Comment avait-il réussi à y échapper ? Il ne s’en rappelait pas. Avait-il fait un dernier geste salvateur ? Les objets qui l’entouraient prouvaient le contraire, c’était ceux de sa chambre, dans ce trou à rats. Une seule hypothèse était plausible, on l’avait sorti de cette impasse, et ramené à la maison. Il se tourna sur son coussin avec difficulté en direction de la porte. Quelqu’un s’apprêtait à s’en aller, sans rien demander en retour. Le kimono flottant qui faisait demi-tour ne laissait planer le doute. Bangezo était intervenu et avait été à son chevet. Avant qu’il ne s’éclipse, l’alité l’appela, la bouche pâteuse.

 

– Pourquoi… Pourquoi m’avoir sauvé ?

 

L’adulte indulgent se figea alors qu’il avait mit la main sur la poignée.

       

– Ça m’a pourtant l’air évident. Tu es mon bras droit.

 

– Non, pourquoi m’avoir sauvé ? Réitéra-t-il la question comme la réponse ne le satisfaisait aucunement. Je ne suis pas irremplaçable.

 

– Pas sûr que je trouve quelqu’un comme toi. Tu éprouves une certaine curiosité envers mes projets, alors j’ai envie que tu sois là, le moment venu.

 

– Tu me surveillais, c’est ça, pour m’avoir éviter d’être réduit en charpie ?

 

– Je m’inquiétais.

 

Il n’avait fait que répondre simplement, et avec honnêteté. Ses paroles avaient été réconfortantes. Le jeunot n’était pas non plus dupe. Il se servait de lui, mais si cela était pour une noble cause, pourquoi pas ? Joke l’avait mis en garde. Pour l’instant le danger n’était pas imminent. Il pouvait travailler sous ses ordres pendant quelques temps. Après selon comment se présenter les choses, il le quitterait pour monter sa propre entreprise. Pour l’instant, il avait de quoi en apprendre de lui. 

 

    Un an et demi après qu’Ensei se soit remis sur pied, les affaires avaient repris. Ensei avait redoublé d’efforts pour que la machine se relance, et en ces quelques mois, ils avaient quasiment rattrapé leur retard. Maintenant à dix-sept ans, le shinobi échevelé avait su s’imposer dans ce réseau de l’ombre. Il avait trouvé son environnement, et s’y épanouissait. En fin de compte, la vie reprenait son cours.

    Une de ces après-midis, où tout allait pour le mieux, le shinobi avait rempli son rôle comme à son habitude. Il revint à leur cache, et ne put s’empêcher de lancer une pique à son compagnon.

 

– Tiens, c’est bizarre, à chaque fois que je rentre au bercail, tu es en train de te prélasser.

 

– Ce n’est qu’une petite pause, soutint-il le nez dans les bouteilles de sa réserve.

 

– Et tu en fais combien de pauses dans la journée ? Le bouscula-t-il. Qu’est-ce que tu cherches au juste ?

 

– La liqueur de coing. Ah ! On n’en a plus, ragea-t-il. Bon, ce n’est pas grave. Je vais te faire une liste de commission pour demain.

 

– Et voilà à quoi j’en suis réduit. À faire des courses. Si ce n’est pas malheureux.

 

– Epargne-moi ta condescendance, leva les yeux en l’air Bangezo.

 

Ensei se faisait un plaisir de le titiller. Tant qu’il n’aurait pas avouer tout sur sa personne, il ne louperait pas une occasion de le rabaisser. Le temps paraissait long tandis que le mystère entourait ce personnage. Bangezo se tapotait la lèvre en réfléchissant sur le cocktail qui allait le désaltérer. Soudain, leurs cœurs bondirent à cause d’un son tonitruant qui se déclencha. Des loupiote rouges tournèrent à l’image de sirènes. Une alarme venait de les interrompre, et Ensei en fut le plus surpris puisqu’il n’avait pas été mis au courant de ce système d’alerte. L’homme aux yeux gris acier ne fut pas dans le même état hébété. Il réagit au quart de tour.

 

– Nom de dieu ! Il m’a retrouvé ! Vite, nous n’avons pas de temps à perdre, dépêchons-nous !

 

– Qui est-ce ? Si c’est un ennemi seul, on pourrait aisément le liquider !

 

– Oh que non, c’est lui ! Suis-moi, si tu ne veux pas mourir !

 

– Qui ça lui ?! S’emporta le borgne.

 

S’étant trop attardés, il ne reçut pas de réponse. Il fut tiré jusqu’à la colossale porte blindée qui gardait jalousement les petites cachoteries du grisonnant. Elle s’ouvrit, les verrous se débloquant un à un. Bangezo en profita pour glisser quelques mots :

 

– Pour le moment, je ne veux plus de questions. Tu pourras me les poser plus tard, si nous sommes encore là pour en parler.

 

Le stress du scientifique était palpable. Jamais auparavant, il ne s’était rongé les sangs à ce niveau-là. Lui qui était d’un tempérament calme même quand l’alcool venait à manquer. Dans sa nature, il était aussi sûr de lui. Cela remettait en cause, ce qui les prenait en chasse. Le grand bonhomme agissait désormais dans la précipitation.

    Les secondes s’écoulaient au compte goutte, ce qui avait le don d’énerver le maitre des lieux. Dès qu’ils purent passer, ils s’y engouffrèrent. Ensuite, si cela avait été utile, Bangezo l’aurait poussé pour qu’elle se referme plus vite. Il eut un soulagement passager quand elle se verrouilla. Dans cet endroit tout nouveau pour l’autre garçon, des lampes blanches et vertes s’allumèrent ça et là, en grésillant. Le ninja des flocons avait finalement réussi à pénétrer là dedans, le laboratoire de Bangezo. Malgré des recoins exigus sombrant dans le noir, certains détails de cet antre lui sautèrent aux yeux. Une grande table en guise d’atelier trônait sur sa gauche recouvert de plans et d’outils. Des pinces, des maillets et des scies à métaux étaient accrochés à un panneau mural. Il avait été loin de s’imaginer à ce que son mentor soit un bricoleur. Plus loin, du matériel plus avancé et sophistiqué. Il crut discerner dans la pénombre comme des bras mécanisés. Puis, il se tinrent au fin fond de l’installation, où il n’y avait plus d’échappatoire, cernés par des sortes de cuves ovales, juste assez grandes pour contenir un homme. Bangezo le pressa et le guida à l’une d’elles.

 

– Allez, il ne va pas tarder à arriver !

 

– Mais il faut qu’il défonce la porte blindée pour ça ?!

 

– Il n’en a pas besoin. Grouille-toi !

 

L’adolescent était de plus en plus désemparé, en même temps qu’il subissait les poussettes dans le dos de son comparse. La coque vers laquelle il se dirigeait était en réalité une cabine qui s’ouvrit pour l’inviter à s’installer. Ensei n’était pas féru des espaces confinés à cause de son séjour dans la tour des Lamentations. Mais il le surmonta quand même. Avant d’y mettre la jambe, il voulut comprendre pourquoi il y avait tant de ces boites de conserve. Il ausculta brièvement la plus proche, et en discerna quelque chose… le visage de Bangezo. En fait, des dizaines voir des centaines de copies de Bangezo sommeillaient dans leurs cuves désinfectées. Tous, les uns après les autres se firent propulser dans leurs capsules. Le scientifique força son subalterne à entrer sa tête dans sa cabine. Le temps n’était pas à s’émerveiller. Le grand shinobi l’enferma solidement dans la nacelle, et lui fit un ‘à bientôt’ furtif. Ensei se colla à la paroi au moment où l’appareil s’éjecta à vive allure. Il espérait bien que Bangezo le talonne de près. À plusieurs mètres de profondeur, il avait perdu tout sens de l’orientation.

 

    Une poignée de minutes auparavant, un intrus s’était en effet introduit sur le domaine du chercheur. C’était un lourdaud, même un obèse, et pourtant ninja. Un personnage pouvant inspirer différents sentiments, certains justes, d’autres faux. On pouvait affirmer cependant qu’il appartenait au village de Kumo, et que sa petite crête rousse, ses joues rondes et ses petits yeux bridés n’avaient rien de mignon. Il affichait un air grave. Il avait comprit un temps en retard qu’il avait été repéré. Tant pis, il finirait par l’avoir. Il se déplaça aussi vite que sa bedaine le lui permettait. Il n’avait vraiment pas le physique d’un traqueur, pourtant c’était ce qu’il était. Avec persévérance, il sauta lourdement dans le puits de l’entrée, après avoir au préalable vérifier qu’il n’était pas piégé. Cette tanière partait déjà sur deux directions, à ce rythme il mettrait la soirée. Heureusement il savait comment agir dans de telles circonstances. Il joignit ses mains en guise de signe, celui du serpent. Aussitôt, le bouchon de la gourde en terre pendu à une lanière, émit un pop avant de ricocher sur le sol. Immédiatement, une escouade d’ectoplasmes sourit de pouvoir se dégourdir à l’air libre. Le grassouillet les dirigea avec autorité, et les fit parcourir la zone en un temps record. Rien ne pouvait les arrêter, ce jutsu de localisation était des plus efficaces. De plus, si sa cible rencontrait l’un de ses fantômes, il serait à sa merci.                   

                     

    Des étoiles tourbillonnaient à l’intérieur de son crâne. Ensei était chahuté dans tous les sens. Il se demandait même si son calvaire allait prendre fin lorsque la nacelle se stoppa subitement, le secouant une dernière fois. Le cockpit le recracha, et Ensei ne se fit pas prier. Il descendit d’autant plus pâle, la nausée au bord de l’estomac. Bangezo débarqua peu après, plus facilement remis du voyage cahoteux. Il ne laissa même pas le temps à son associé de souffler ou de se plaindre, qu’il énonça une ou eux remarques :

 

– Apparemment, on s’en ait sorti. Ces maudits spectres, brrr ! Frissonna-t-il. Ils ne me laisseront jamais en paix ! À présent, ce gros lard devra vraiment mettre la main à la pâte, s’il veut nous retrouver. Ici, nous serons cachés pour un bon bout de temps, suffisamment longtemps pour venir à bout de notre projet. Mm, au cas où, il faudrait que je demande à ce reptile de me dégoter une nouvelle planque. Je n’ai pas envie de l’attirer à cet endroit. En attendant, il faut que j’aille vérifier si le transfert a fonctionné pour tout le monde…

 

– Ça suffit ! Tu vas enfin me dire ce qu’il se passe ?! J’en ai marre que tu ne me dises jamais rien. As-tu au moins confiance en moi ? Sortit de ses gonds le plus petit.

 

Le manipulateur de shoton ne s’arrêta pas sur le ton employé. Cette colère était justifiée. Il n’osa pas croiser son regard, préférant rester de dos. Toutefois, il lui accorda enfin le droit de savoir pour quel genre de type il travaillait. 

 

– Très bien. Par où veux-tu commencer ?

 

Ensei eut du mal à le croire, mais puisqu’il en avait l’opportunité, il ne se gêna pas.

 

– D’abord, j’aimerai connaitre l’individu qui nous traque, et les raisons qui l’y poussent.

 

– Ah bon ? C’est ça ta première question ? Parut étonné le filou.

 

– Bien sûr, autrement comment puis-je remplir mon rôle de garde du corps, si je ne sais même pas qui son les ennemis de mon boss ? L’amadoua-t-il.

 

– C’est d’accord, de toute façon ta question tape dans le mille. Je suis obligé de te raconter d’où je viens, mes origines. Cet homme s’appelle Tenriku Ono, c’est un chasseur de Kumo. Ses pouvoirs sont redoutables. Il a hérité d’un kinjutsu qui lui a valu le titre de Mangeur d’âmes. Il est capable d’aspirer les esprits de toute personne vivante et d’en faire ses chiens de chasse. Il les dévore mais peut les dompter. Autant te dire, que nous n’avions aucune chance d’en réchapper vivants.

 

– Et ce monstre vient de Kumo ? Ce village a une dent contre toi, à moins que…, s’égara-t-il avant de mettre le doigt sur la vérité. À moins que tu sois de Kumo et que tu ais déserté !

 

– Joli ! Je suis stupéfait par ta perspicacité malgré ton âge. Comme tu l’as deviné, j’ai bien passé mon enfance à Kumo et laissé tomber mon village, un peu comme toi d’ailleurs.

 

– D’accord, mais pourquoi te recherchent-ils à ce point ?

 

– Pour trois raisons fondamentales. De une, Les hautes sphères de Kumo considèrent que je suis devenu un criminel extrêmement dangereux. Dans le bingo book, il semblerait que je sois de rang S. De deux, c’est une philosophie à Kumo plus que chez les autres villages. Ils ne tolèrent pas les traitres, et les traquent jusqu’à ce qu’ils crèvent. Et de trois, la plus importante… disons que j’étais plutôt proche du Raikage. En fait, nous avons été à l’académie ensemble, et même dans la même équipe sous le même instituteur.

 

Son coéquipier était sidéré. Il lui avait été impensable que ce drôle de chercheur qui se terre dans la nature ait côtoyé de si grandes figures. Aussitôt, plein d’éléments ressurgirent, éclairés à la lumière du jour. Il se remémora la vieille époque du temps où il pouvait un peu rire, au sein de sa patrie.

 

– Je me souviens de ta présence à Yuki, rétorqua-t-il. 

 

– Oui, lors de notre première rencontre, alors que tu n’étais encore qu’un orphelin des rues, j’étais mandaté par Kumo pour espionner notre allié, Yuki no kuni. Le village des flocons devait se tenir tranquille, et s’en tenir à notre traité. J’étais là afin de veiller au grain, depuis le changement de gouvernement. Nous n’avions pas confiance en la Sandaime.

 

– Je suis le mieux placé pour le comprendre… cette peste ! Ne put-il retenir l’injure. Mais alors… Kumo est au courant pour ce qui est du pacte d’amitié entre Kiri et Yuki ?

 

– Et non ! Je ne leur ai pas fait parvenir mes rapports, ou du au pire ils étaient faux. J’attendais une mission de cet envergure pour me retirer de ces brutes épaisses. J’ai perdu des amis, mais je m’en suis fait d’autres, qui ont la même vision du monde que moi.

 

– Et sinon, que prépares-tu exactement, se rasséréna celui à la tignasse bleue.

 

– Tu sais déjà que mes intentions sont louables. Je veux la paix dans le monde. Je vais te donner un indice sur mon projet… Il est sous tes yeux. Bon, je pense que nous avons assez discuté. Va faire un tour, visiter nos nouveaux appartements. Je dois faire un inventaire de ce que nous avons à disposition.

 

Ensei fut de ce pas abandonné. Il leva la tête, songeur et dubitatif. Selon lui, l’indice n’en était pas un. C’était plutôt une excuse pour pouvoir se débiner. Et pourtant, il se mit à scruter la cavité. Sans y faire attention, il n’aurait pas fait la différence avec l’ancien repaire. Cette immense grotte n’était pas creusé dans la roche, enfin si bien sûr, sauf que le revêtement n’était ni plus ni moins que des plaques en zinc et en cuivre. Il distingua même de la tuyauterie au plafond. Où avait-il mis les pieds ?

 

    Presque une semaine qu’ils avaient changé de demeure. Ensei n’avait pas fait grand-chose, ces derniers temps. Bangezo refusait qu’il fasse une ronde à l’extérieur. Ils avaient plusieurs accès menant à la surface, mais comme ils résidaient toujours au pays de Ta, il devait redouter la présence de ce dompteur d’esprits frappeurs. Pour le moment, le shinobi d’expérience s’était greffé à son bureau. Jetant de la paperasse, raturant des listes, et ce jour-ci rédigeant une lettre pour un ami. Il était si peu motivé qu’il en mâchouillait son crayon. Tandis qu’il se gratta l’arrière de la tête, un sifflement à peine audible se faufila dans sa chambre. Il finit par le repérer. Un animal sous son lit. Un serpent portant une missive.       

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Eh bien on retrouve enfin ce ninja de Sumo ! Il s'appelle donc Tenriku Ono et c'est un ninja qui chasse les déserteur. J'ai d'ailleurs oublié comment on les appelle. Bref, on en sait davantage sur ses pouvoirs et ça confirme ce que tu disais, il fallait vraiment prendre au premier degré ce mangeur d'âme et qui plus est peut les utiliser à sa guise. Vu comment il est décrit par Bangezo, il a l'air très puissant malgré un physique peu commun dans ce milieu.

 

Maintenant on peut penser qu'on en sait un peu plus sur les objectifs réels du ninja au kimono mais en fait on est au même point. Ce qu'il semblerait faire témoigne cependant d'une fabrication d'une machine puisque tu parles beaucoup de métaux mais également d'un bras métallique. Cette machine doit lui permettre d'appliquer la paix dans le monde si je suis bien, reste à voir dans quelle sens. Est-ce un outil armée ou autre chose ?

Je pense que Ensei va enquêter mais qu'il fasse vite, il semblerait qu'on aboutisse dans cette quête qui dure depuis plusieurs années déjà !!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Chapitre de révélation !

 

On a droit avant tout à une ellipse d'un an et demi, il a dû se passé des choses dans le monde extérieur. Mais le clou de ce chapitre est la nouvelle réapparition du mangeur d'âme Tenriku Ono, un personnage qui semble très redoutable d'après les dires de Bangezo et ce dernier nous apprend un peu plus sur ses origines, je crois avoir donné une théorie qu'il avait déserté Kumo, mais je m'en rappelle plus ><.

 

Mais c'est là, qu'on voit à quel point Bagenzo est un personnage important et charismatique, tu nous as donnés des indices à travers son labo, il veut se créer une armée de robot contrôlé par des clones de lui même, enfin c'est ma théorie :P.

 

Bref il semble qu'Ensei pourra de nouveau revoir la lumière du jour avec la missive qu'il trouve.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...